Sténose cœliaque: qu'est-ce que c'est, comment se manifeste-t-elle et est-elle traitée

Sténose de compression du tronc cœliaque (KSChS) - une diminution du diamètre de la lumière de l'artère avec malnutrition des organes internes. Un autre nom est le syndrome de Dunbar. Il peut être acquis en raison de maladies ou congénitales, combinés à une violation de la structure des organes.

Caractéristiques structurelles

Tronc coeliaque - vaisseau principal (artère) qui alimente les organes du péritoine supérieur. Départ de l'aorte dans la zone de son ouverture diaphragmatique, qui est formée par les tendons des jambes gauche et droite du diaphragme. Ils sont reliés par le ligament arqué médian du diaphragme (SDDS), le corps vertébral. Normalement, le SDDS doit être au-dessus de la bouche du tronc, et s'il se trouve sous la bouche, cela entraîne une sténose et une altération de la circulation. Le tronc coeliaque a 3 branches principales:

  1. Gastrique gauche. Il est situé dans la courbure gauche de l'estomac, donnant des branches à la partie abdominale de l'œsophage. Apport sanguin à une partie de l'estomac et de l'œsophage.
  2. Artère hépatique commune. Il alimente le duodénum 12 (en utilisant une branche), puis va au foie (sa propre artère hépatique). Cet organe est divisé en droite et gauche. La droite donne une branche à la vésicule biliaire.
  3. Splénique. Apport sanguin à la rate et à une partie du pancréas en raison de petites branches.

Le tronc est très court (jusqu'à 2 cm) et large (diamètre oui 1 cm), pour certaines personnes sa longueur peut même être de 10 mm.

Causes du syndrome de compression cœliaque

La principale cause de CES est une anomalie congénitale associée à la présence d'un pont de tissu fibreux. Les jambes du diaphragme peuvent le comprimer, ce qui entraîne une diminution de la lumière du vaisseau. Le développement d'une sténose acquise peut provoquer:

  • les maladies pancréatiques associées à son augmentation;
  • prolifération du tissu neurofibrotique;
  • plaques athérosclérotiques;
  • caillots sanguins
  • une augmentation du volume des ganglions lymphatiques;
  • tumeurs;
  • changements sclérotiques dans les vaisseaux.

La KSCh peut également être associée à une compression du tronc, des organes enflammés situés à proximité.

LCR congénital associé à des modifications des chromosomes ou à une exposition à des facteurs indésirables pendant la grossesse.

La pathogenèse du syndrome de Dunbar

Les mécanismes de développement sont associés à une altération de l'hémodynamique du tronc cœliaque et de ses artères. Ils sont responsables de l'approvisionnement en sang:

  • L'ulcère duodénal;
  • pancréas;
  • foie
  • l'estomac;
  • rate;
  • vésicule biliaire;
  • parties des intestins.

Les artères ont un réseau dense de vaisseaux et d'anastomoses, par conséquent, une diminution du flux sanguin dans un vaisseau non apparié entraîne une malnutrition de tous les organes du tractus gastro-intestinal.

Une carence de sang en oxygène et en nutriments entraîne une ischémie des organes, une hypoxie, une maladie ischémique abdominale. La manifestation de KSChS dépend de l'organe qui est déficient en sang. Hypoxie du duodénum 12, l'estomac se manifeste par des symptômes de gastrite, d'ulcères, de duodénite. Manque de sang dans les intestins - entérite ischémique, colite. Un apport sanguin insuffisant au foie s'accompagne d'hépatite, de pancréas - de pancréatite.

Certaines personnes peuvent avoir toutes les maladies indiquées qui surviennent simultanément..

Les symptômes de la sténose cœliaque

Les signes sont la douleur, la dyspeptique, les troubles neurovégétatifs, mais surtout, la douleur. Selon les statistiques, 98% des patients atteints de PPC s'en plaignent. Dans la plupart des cas, elle se fait sentir dans la région épigastrique, dans l'ombilic, l'ilium, l'hypochondre et le bas-ventre. Le plus souvent, la douleur est constante, la personne ressent de la plénitude, de la lourdeur, dans des cas plus rares, une attaque se produit.

Le syndrome douloureux apparaît ou s'aggrave 15 minutes après avoir mangé. L'intensité peut dépendre du volume de nourriture. En raison de la peur de la douleur, les gens arrêtent souvent de manger et perdent du poids. En plus de la nourriture, la douleur peut provoquer une activité physique - course rapide, musculation, séjour prolongé en position courbée. La cause de la douleur peut également être le stress, les vêtements avec une ceinture serrée.

Les troubles dyspeptiques sont la deuxième plainte la plus courante au CES. Ceux-ci inclus:

  • rots;
  • amertume en bouche;
  • nausée et vomissements
  • brûlures d'estomac;
  • ballonnements.

Il existe souvent des symptômes de dysfonctionnement intestinal sous forme de diarrhée, de constipation. Les pathologies neurovégétatives accompagnent une crise de douleur ou surviennent seules. Manifeste:

  • palpitations;
  • difficulté à respirer;
  • maux de tête;
  • essoufflement
  • transpiration accrue;
  • lancinante dans l'estomac;
  • la faiblesse
  • sensibilité aux différences de température;
  • baisse des performances.

Diagnostic de la maladie

Il est difficile de poser un diagnostic de CES, car la maladie ne présente aucun signe spécifique, mais est «masquée» par d'autres pathologies gastro-intestinales. La gastrite, la pancréatite, l'entérocolite, la duodénite ou l'hypochondrite sont parfois suspectées et commencent à être traitées pour elles. Ils n'atteignent pas une dynamique positive, les symptômes ne disparaissent pas. Lors de l'examen initial, le médecin révèle des douleurs lors de la palpation de l'abdomen et lors de l'auscultation, il fixe un souffle systolique dans la zone de l'aorte abdominale. Les patients atteints de LCR, en règle générale, ont un physique asthénique et une peau pâle.

Après un diagnostic préliminaire, des méthodes de diagnostic instrumentales sont prescrites pour le confirmer:

  1. Angiographie. Un médicament de contraste est injecté dans l'artère, se propageant à travers le système vasculaire. Sur les photos, la sténose du tronc cœliaque est visible et les raisons de la compression extravasale de l'urgence (rétrécissement, non associé à des changements dans l'artère elle-même) deviennent claires. Le tronc peut être plié, tordu, serré par un ligament en croissant, les jambes du diaphragme.
  2. Angiographie tomographique calculée. Contraste injecté dans une veine, obtenez une image 3D de l'aorte abdominale avec des branches.
  3. Échographie de l'aorte abdominale et de ses branches. Méthode d'étude dynamique non invasive.
  4. Le balayage duplex est une méthode non invasive pour déterminer la vitesse du flux sanguin. Avec la sténose, la vitesse du sang est toujours augmentée.
  5. Fibrogastroduodénoscopie - évaluation de l'état de l'estomac et du duodénum.

Un chirurgien vasculaire est impliqué dans le diagnostic, si nécessaire, il nomme des consultations supplémentaires de spécialistes étroits.

Traitement de la sténose du tronc cœliaque de l'aorte abdominale

La principale méthode de CESC est chirurgicale. Avec des symptômes mineurs, des troubles hémodynamiques, des tactiques d'observation sont autorisées. Le patient 2 fois par an doit être examiné pour la détection rapide de la progression de la maladie. Pour cette période, un traitement conservateur des maladies concomitantes associées aux plaintes est prescrit.

Les indications de la chirurgie sont: le CESF, confirmé par des images angiographiques, et la présence de symptômes cliniques. L'essence de l'intervention est l'ablation des ligaments, du tissu neurofibrotique, des jambes du diaphragme, de la compression du tronc. L'opération est principalement réalisée par laparoscopie. Ses avantages:

  • faible traumatisme;
  • douleur mineure dans la période postopératoire;
  • faible risque de développer des complications (maladie adhésive, hernies);
  • absence de plaies postopératoires.

La méthode laparoscopique présente également des inconvénients. Le chirurgien est limité dans ses mouvements, il lui est difficile d'évaluer les changements cicatriciels dans les parois des artères. La zone du tronc cœliaque est dangereuse et anatomiquement complexe, elle contient de grandes artères et de l'aorte. En cas de dommages accidentels à ces vaisseaux, des saignements sévères s'ouvriront, ce qui est difficile à arrêter par laparoscopie.

Un autre type d'opération est une laparotomie médiane supérieure (accès libre). Pendant cela, vous pouvez visuellement palper pour évaluer l'état des vaisseaux sanguins et des organes internes de la cavité abdominale. Inconvénients: traumatisme, longue période postopératoire, risque de développer des hernies postopératoires, maladie adhésive. De plus, l'opération s'accompagne d'une perte de sang..

Réadaptation postopératoire

Après la laparoscopie, les patients n'ont pas besoin d'une longue période de récupération. Ils sont renvoyés après 3-4 jours à domicile pour un traitement ambulatoire. Après une chirurgie abdominale, les patients sont hospitalisés jusqu'à 10 jours. Les médecins recommandent de limiter l'activité physique pendant un mois, en respectant le régime alimentaire recommandé. Pour restaurer la performance des organes, soulager la douleur, des préparations enzymatiques (Mezim forte, Panzinorm) et des antispasmodiques (No-shpa) sont prescrits. Après 1-2 mois, un test de débit sanguin répété est nécessaire pour déterminer l'efficacité du traitement. Il est ensuite répété une fois tous les six mois..

Nutrition pour le syndrome de Dunbar

La sténose par compression provoque une violation de la fonction digestive, il est donc nécessaire de suivre un régime avant et après la chirurgie. Afin de ne pas surcharger le tube digestif, la nutrition doit être fractionnée, jusqu'à 6 fois par jour. La dernière dose est de 2 heures avant le coucher. Pour une douleur intense, passez à la vaisselle en purée. Ils doivent être bouillis ou cuits à la vapeur.

Pendant les exacerbations, les fruits et légumes ne doivent pas être consommés crus, mais uniquement bouillis, cuits au four. La viande, le poisson ne sont autorisés que des variétés faibles en gras. Produits laitiers - à faible teneur en matières grasses, aigre exclut complètement. Boissons énergisantes alcoolisées fortement interdites. Il est préférable de boire du thé avec de la camomille, de l'églantier, de la menthe. La durée du régime est déterminée par le médecin.

Avant et après l'opération, vous devez abandonner les aliments gras, épicés, salés, frits, marinés, limiter l'utilisation du café, du thé fort.

Conséquences, mesures préventives

Le résultat du développement du syndrome de Dunbar est l'hypoxie du tube digestif. Une carence en nutrition et en oxygène peut se manifester par une gastrite, un ulcère gastroduodénal, une duodénite, une entérite et une colite. Avec une circulation sanguine altérée dans le foie et le pancréas, une hépatite et une pancréatite peuvent se développer.

Les mesures préventives comprennent un examen annuel et un traitement compétent des maladies qui peuvent être un élan pour le développement du KSChS acquis. Prévention du syndrome congénital de Dunbar no. Les changements athérosclérotiques peuvent y conduire, il est donc nécessaire de respecter les normes alimentaires et de contrôler le taux de cholestérol chaque année.

La sténose de compression du tronc cœliaque est une pathologie insidieuse difficile à détecter, car ses symptômes sont caractéristiques de diverses maladies du système digestif. Avec la sténose, les performances de plusieurs organes digestifs sont altérées. La maladie ne peut être guérie que par la chirurgie.

Sténose du tronc cœliaque de l'aorte abdominale quel est ce traitement de symptômes de classification sans chirurgie

Pathogénèse

Le tronc cœliaque est une grande branche de l'aorte abdominale, qui est une continuation de l'aorte thoracique. Ensemble, ils forment un nœud important dans le grand cercle de circulation sanguine, conçu pour fournir des nutriments et de l'oxygène aux organes abdominaux.

Le tronc cœliaque s'écarte de l'aorte au niveau de la douzième vertèbre thoracique, à la place de l'orifice aortique du diaphragme. Branches en trois artères: le pancréas hépatique, splénique et gauche, qui fournissent du sang à ces organes:

  • vésicule biliaire;
  • pancréas;
  • estomac;
  • foie;
  • rate.

Malgré sa taille relativement petite (environ 2 cm), l'artère cœliaque est un organe important du corps humain responsable du fonctionnement du système digestif. Le rétrécissement pathologique de la lumière des vaisseaux conduit au développement d'une sténose du tronc cœliaque. En conséquence, il existe un dysfonctionnement du tractus gastro-intestinal, ce qui peut conduire au développement d'un syndrome ischémique abdominal.

Les mécanismes physiopathologiques du LCR sont causés par des troubles hémodynamiques du tronc cœliaque et des artères abdominales associées. Le tronc cœliaque fournit du sang à l'estomac, au duodénum, ​​au pancréas, à la vésicule biliaire, au foie et à la rate. Les branches du tronc cœliaque sont reliées par des anastomoses aux branches de l'artère mésentérique supérieure qui fournit le sang aux gros et petits intestins.

Les branches du tronc cœliaque, les artères mésentériques supérieures et inférieures constituent un seul bassin alimentant en sang les organes digestifs. Une diminution du débit sanguin dans au moins l'une des artères viscérales non appariées entraîne une carence en sang dans l'ensemble du système digestif [1]. Le manque d'oxygène et de sang riche en nutriments entraîne une hypoxie et une ischémie du système digestif et le développement d'une maladie ischémique abdominale.

Selon l'organe qui souffre le plus d'un manque d'approvisionnement en sang, les patients atteints de KSCh peuvent développer des symptômes de diverses maladies gastro-entérologiques. Ainsi, un manque d'approvisionnement en sang dans l'estomac et le duodénum conduit au développement d'une gastrite, d'une duodénite et d'un ulcère gastro-duodénal.

Une carence en sang dans l'intestin conduit au développement d'une colite ischémique et d'une entérite. Les dommages au pancréas se manifestent par des symptômes de pancréatite, d'atteinte hépatique - hépatite, etc. Certains patients présentent tout le spectre des maladies gastro-entérologiques qui surviennent simultanément et s'aggravent mutuellement. Selon L. V.

Causes de sténose de l'aorte abdominale

Les principales raisons du développement d'une sténose de compression du tronc cœliaque sont la présence d'un pont fibreux, qui est pressé entre les jambes du diaphragme lui-même. En règle générale, une telle pathologie est une anomalie congénitale..

De nombreux facteurs peuvent provoquer la survenue de cette maladie très grave. Le principal, dont, est une mauvaise prédisposition génétique. Cette pathologie peut se transmettre à travers plusieurs générations. Il convient de noter que la forme chronique de sténose de compression du tronc cœliaque est difficile non seulement à traiter, mais aussi à diagnostiquer. Mais en même temps, cela ne cause pas beaucoup d'inconfort au patient.

Il convient de noter qu'il existe un certain nombre de maladies qui peuvent provoquer le développement de cette pathologie.

Ceux-ci inclus:

  • Elargissement pathologique des ganglions lymphatiques.
  • La présence de plaques et de caillots sanguins dans les vaisseaux.
  • Hypertrophie pancréatique rapide.
  • Prolifération incontrôlée du tissu neurofibrotique.

Un rétrécissement significatif de la lumière de l'artère peut être déclenché par diverses pathologies intravasculaires. L'un d'eux est les plaques de cholestérol. En outre, cette condition peut être déclenchée par une compression extravasculaire. Dans certains cas, le tronc cœliaque est coincé par des organes ou des ganglions lymphatiques voisins enflammés. Souvent, la cause est un certain nombre de malformations congénitales..

La cause la plus fréquente de sténose du tronc cœliaque de l'aorte abdominale est un défaut congénital de la structure de l'ouverture aortique. Normalement, le ligament arqué du diaphragme est situé au-dessus de l'embouchure du tronc cœliaque. L'emplacement du ligament sous la bouche est anormal et conduit à un rétrécissement de l'artère.

Dans le même temps, la maladie peut être acquise et se développer sur une longue période de temps. Son apparition peut être précédée de tels changements pathologiques:

  • prolapsus valvulaire mitral;
  • maladies du système lymphatique;
  • élargissement pathologique du tube digestif;
  • changements aortiques athérosclérotiques;
  • blessures abdominales.

Une artère appelée tronc coeliaque est une branche de l'aorte qui nourrit les organes de la cavité abdominale supérieure avec du sang. Sa longueur n'est que de 2 cm, mais le travail des jalons des principaux organes digestifs: l'estomac, l'œsophage, la vésicule biliaire, le foie, le pancréas, une partie de l'intestin et la rate en dépend.

Avec une structure anatomique normale, le tronc coeliaque est situé sous l'ouverture du diaphragme, mais s'il y a une anomalie congénitale, le ligament arqué est situé sous la bouche de l'artère et comprime sa lumière.

Le syndrome congénital de Dunbar est souvent associé à d'autres troubles de la structure des organes internes - asthénie, prolapsus valvulaire mitral, reflux du suc gastrique dans l'œsophage. Cela est dû aux changements chromosomiques, l'action de facteurs nocifs pendant la période de gestation.

La sténose acquise du tronc cœliaque est causée par les facteurs suivants:

  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • pancréatite, hyperplasie pancréatique;
  • tumeurs;
  • compactage ou sclérose du tissu périvasculaire;
  • grandes plaques athérosclérotiques;
  • plexus nerveux envahi.

Une mauvaise nutrition des organes digestifs avec du sang entraîne des changements dystrophiques dans leurs tissus et l'apparition d'un syndrome de douleur abdominale chronique.

Normalement, le ligament qui relie les jambes du diaphragme est situé au-dessus du lieu de décharge du tronc cœliaque, mais avec des anomalies du développement, une prédisposition génétique, il se ramifie de l'aorte en dessous.

Une structure similaire conduit à la pression du vaisseau sur l'aorte avec une circulation sanguine altérée à travers elle.

Une caractéristique de l'apport sanguin aux organes abdominaux est que les branches du tronc cœliaque, qui alimentent l'estomac, le foie, le pancréas, sont reliées aux artères mésentériques de l'intestin dans un seul cercle.Par conséquent, avec un manque de circulation sanguine à travers l'une des branches, l'ensemble du tube digestif souffre.

S'il y a une malnutrition prédominante d'un organe, un processus pathologique isolé se produit - gastrite, colite, hépatite, pancréatite, mais le plus souvent, le tableau clinique est représenté par des symptômes de lésions de tous les organes.

Avec la maladie ischémique de la cavité abdominale, ces maladies se caractérisent par une évolution persistante et sont difficiles à traiter avec des méthodes conventionnelles.

Étiologie de la sténose du tronc cœliaque de l'aorte

Souvent, une sténose congénitale du tronc cœliaque se trouve chez les patients avec une silhouette maigre, ayant un reflux œsophagien, un prolapsus des cuspides de la valve mitrale. Tout au long de la vie, la maladie peut survenir pour de telles raisons:

  • prolifération du tissu conjonctif après une blessure ou une inflammation;
  • une augmentation des plexus nerveux, des ganglions lymphatiques;
  • contraction par les organes adjacents.

Selon les chercheurs, la formation de KSChS est associée à des caractéristiques structurelles et au développement de l'ouverture aortique du diaphragme. L'ouverture aortique du diaphragme est formée par les bords tendineux des jambes droite et gauche du diaphragme, les reliant au ligament arqué moyen du diaphragme et aux corps vertébraux. Normalement, chez une personne en bonne santé, le ligament arqué médian du diaphragme (SDDS) est situé directement au-dessus de la bouche du tronc cœliaque.

Cependant, chez certaines personnes, le SDSD est situé sous la bouche du tronc cœliaque, ce qui entraîne une compression du vaisseau et, par conséquent, une altération de la circulation sanguine. Dans les images angiographiques de ces patients, vous pouvez voir comment le tronc cœliaque est pressé contre l'aorte abdominale, rétréci près de sa bouche et élargi pathologiquement sous le site de compression.

La localisation anormale du SDDS est très probablement une pathologie congénitale, comme l'indique le fait qu'il se trouve souvent chez des parents proches. De plus, chez les personnes souffrant de LCR, d'autres anomalies du développement sont souvent trouvées. Ainsi, dans la littérature, il a été souligné que le KSChS est souvent associé à un physique asthénique, un prolapsus de la valve mitrale du cœur [3], etc..

Cependant, en plus des facteurs héréditaires, les facteurs acquis jouent également un rôle dans la genèse de la maladie. De nombreux auteurs indiquent que non seulement le SDDS, mais aussi le tissu neurofibrotique du plexus cœliaque sont souvent impliqués dans la compression du tronc cœliaque. Chez un certain nombre de patients atteints de LCR, une progression constante de la maladie a été observée au fil des ans..

Au cours de l'opération, il a été constaté chez de tels patients que le tronc cœliaque était coincé par un tissu neurofibrotique très étendu [1]. L'opinion a été exprimée que la formation de tissu fibreux est affectée par un traumatisme constant du tronc cœliaque, qui le comprime avec SDDS, ce qui conduit au développement ultérieur des symptômes de la maladie.

Image clinique

La principale plainte des patients atteints de LCR est une douleur abdominale. Cette plainte est présentée de 97 [4] à 100% [1] des patients examinés. Dans la plupart des cas, la douleur est localisée dans la région épigastrique (épigastre), moins souvent dans la région ombilicale, l'hypocondre, les régions iliaques, le bas-ventre ou dans tout l'abdomen. Chez certains patients, la douleur est constante, chez d'autres - paroxystique par nature.

Le plus souvent, l'apparition ou l'intensification de la douleur est associée à l'alimentation, à sa quantité et à sa nature. La douleur survient 15-20 minutes après avoir mangé, disparaît après 1-2 heures et dépend de la quantité de nourriture prise. La peur de la reprise de la douleur pousse souvent les patients à en limiter le nombre. Parfois, les patients associent l'apparition d'une attaque à la consommation d'aliments froids, épicés et sucrés.

Le deuxième facteur le plus important qui provoque une crise de douleur est l'activité physique. Cela peut être de soulever et de porter des poids, du travail physique, en particulier dans une position courbée (lavage des vêtements, vadrouille), longue marche ou course. Souvent, la douleur survient sous l'influence combinée de deux facteurs: l'alimentation et l'exercice.

Les troubles dyspeptiques sont la deuxième plainte des patients atteints de LCR. Ceux-ci incluent, tout d'abord, une sensation de lourdeur et d'éclatement dans la région épigastrique, ce qui inquiète presque tous les patients. Certains auteurs la considèrent comme l'équivalent de la douleur. Les symptômes dyspeptiques comprennent également des éructations, des brûlures d'estomac, des nausées, des vomissements, une sensation d'amertume dans la bouche, etc..

La troisième plainte des patients atteints de LCR concerne les troubles neurovégétatifs. Ils peuvent se manifester ou accompagner une crise de douleur. Ceux-ci incluent des maux de tête, des palpitations, une transpiration accrue, un essoufflement, un essoufflement, une sensation de pulsation dans l'abdomen, une mauvaise tolérance à la chaleur et au froid, etc. Presque tous les patients rapportent une faiblesse générale, de la fatigue et une diminution des performances [1].

Types de sténose

Les raisons pour lesquelles une sténose aortique se produit sont, dans une plus large mesure, acquises. À la prédisposition génétique ne portent pas plus de 5% de tous les cas. Compte tenu de son emplacement dans les artères et les vaisseaux, les sténoses aortiques sous-valvulaires, supravalvulaires et valvulaires sont distinguées. En savoir plus sur les vues dans la section suivante..

  • 1 degré. À un stade précoce, la maladie est détectée par auscultation, car le rétrécissement de l'ouverture dans les vaisseaux ne s'est pas encore pleinement manifesté. Il est recommandé aux patients de procéder à une observation systématique par des spécialistes. La chirurgie n'est pas effectuée dans ce cas..
  • 2 degrés. Une forme d'insuffisance cardiaque latente. Symptômes - fatigue excessive, essoufflement même avec des charges légères, étourdissements fréquents. La maladie est détectée par échocardiographie et radiographie. Si la pression dans les artères est en gradation à partir de 36 mm Hg à 65 ans, alors c'est le signe d'une maladie dans laquelle une correction chirurgicale est nécessaire.
  • 3 degrés. En médecine, appelée maladie coronarienne. Symptômes - essoufflement, perte de conscience, angine de poitrine. L'intervention chirurgicale dans ce cas peut et doit être effectuée.
  • 4 degrés. Une forme complexe d'insuffisance cardiaque et vasculaire. Symptômes - essoufflement, même dans un état détendu, la nuit, les patients sont préoccupés par les crises d'asthme. Le plus souvent, la chirurgie est impuissante ici, mais pour certains patients, elle est effectuée, bien que le résultat soit faible.
  • 5 degrés. La maladie progresse, les symptômes sont observés sous forme d'essoufflement constant, un gonflement apparaît. Les médicaments ne contribuent que dans une faible mesure et l'intervention chirurgicale est exclue, car peut être fatal.

Sur la base de ce qui précède, on peut comprendre pourquoi les médecins sont invités à être examinés chaque année. Les stades initiaux des maladies cardiaques et vasculaires sont le plus souvent rarement diagnostiqués, de sorte que les maladies prennent souvent une forme avancée.

Comme mentionné ci-dessus, la sténose aortique cardiaque est classée. Examinez plus en détail les types de maladie.

Sténose sous-aortique

Bien qu'il s'agisse d'une maladie congénitale, elle ne se manifeste pas toujours chez les nouveau-nés. Un tel diagnostic est établi si le patient se plaint de douleurs dans le sternum, même dans un état calme. Symptômes de la maladie - évanouissement, arythmie, tachycardie, essoufflement.

La sténose sous-aortique est traitée avec des médicaments qui visent à réduire la fonction contractile du ventricule de la chambre gauche. Par exemple, les médicaments du groupe adrénobloquant, qui ont un effet sympathomimétique. La sténose sous-aortique est également traitée avec des antibiotiques pour des mesures préventives contre l'endocardite infectieuse..

La maladie est rare. Le plus souvent, dans le contexte d'une prédisposition génétique et avec d'autres maladies cardiaques. Fondamentalement, la sténose supravalvulaire est un compagnon de la maladie de Williams, dans laquelle les nouveau-nés sont en retard de développement. Elle peut également survenir avec une lipoprotéinémie sévère.

Chez les nouveau-nés, la sténose dans les vaisseaux des artères a quatre cas pour mille personnes. Le principal symptôme est un faible niveau d'éjection du flux sanguin du cœur. La maladie progresse lentement, donc dans de rares cas, elle est diagnostiquée au premier stade. Chez l'adulte, une sténose valvulaire aortique survient après 70 ans.

Pour prévenir une telle maladie, les cardiologues conseillent d'examiner chaque année les vaisseaux sanguins et le cœur. Ceux qui ont des proches atteints de maladies cardiaques et artérielles doivent être diagnostiqués au moins deux fois par an..

Le dysfonctionnement du tronc cœliaque est une maladie causée par une diminution de la lumière des vaisseaux à travers lesquels le flux sanguin est dirigé vers les organes.

Cette condition, dans laquelle la lumière du tronc cœliaque est rétrécie, peut être acquise - elle se développe lorsque le vaisseau est endommagé par l'athérosclérose ou congénitale - avec une compression de l'extérieur par le ligament arqué du diaphragme (beaucoup moins souvent avec des maladies inflammatoires, des anévrismes aortiques, des malformations congénitales, une compression par des tumeurs de la cavité abdominale).

La première raison est souvent associée à des lésions d'autres artères (artères coronaires - intracardiaques, carotides, artères des membres inférieurs), la deuxième raison est une affection congénitale dont les manifestations se développent à un jeune âge. Les principaux organes souffrant d'un manque d'approvisionnement en sang sont l'estomac, le foie et le pancréas, mais les intestins souffrent également du "syndrome du vol"..

Un rétrécissement significatif de la lumière de l'artère est actuellement considéré comme supérieur à 50% du diamètre initial. Les symptômes de la maladie - douleurs abdominales, ballonnements, troubles des selles sous forme d'alternance de diarrhée et de constipation, nausées, perte de poids sont combinés en un seul syndrome - le syndrome de "l'ischémie abdominale chronique" (maladie chronique du système digestif ischémique, maladie ischémique abdominale).

  • scan duplex des vaisseaux de la cavité abdominale,
  • angiographie ou tomodensitométrie multispirale - angiographie (angiographie MSCT).

Lors de la fixation des indications et du choix d'une méthode de traitement chirurgical, l'âge du patient, la gravité des plaintes, l'efficacité du traitement conservateur (sans chirurgie) et le degré de compensation de la fonction des organes impliqués sont pris en compte. Les indications du traitement chirurgical, selon les normes modernes, doivent être établies conjointement par un gastro-entérologue et un chirurgien vasculaire.

Angioplastie endovasculaire par ballonnet avec endoprothèse du tronc cœliaque.

Cette intervention est réalisée par une ponction fémorale, moins fréquemment dans les autres artères. À l'aide d'instruments minces spéciaux, la section rétrécie du tronc cœliaque se dilate de l'intérieur pour rétablir le diamètre normal de la lumière et un stent est installé - un mince «cadre» d'alliages inertes qui empêche davantage l'artère de se rétrécir à nouveau. Il est le plus souvent utilisé pour les dommages au tronc cœliaque avec l'athérosclérose..

Décompression laparoscopique du tronc cœliaque.

L'opération est effectuée de manière minimale invasive à partir de perforations individuelles. Cette méthode vous permet de couper le ligament du diaphragme, "libérant" le tronc coeliaque de sa pression. Dans ce cas, l'artère se redresse, retrouvant finalement son diamètre normal. Auparavant, de telles opérations étaient effectuées sur la cavité abdominale ouverte, parfois accompagnée d'une période postopératoire difficile, caractéristique des opérations ouvertes, de sorte que leur prévalence était limitée. Le développement de la chirurgie laparoscopique a permis de réaliser ces interventions avec un bon résultat postopératoire et esthétique..

Chirurgie de pontage pour rétrécissement / obstruction du tronc cœliaque ou des prothèses.

Ils sont effectués à des stades très avancés de l'athérosclérose, lorsqu'il n'est pas possible d'installer un stent ou de retirer une plaque athérosclérotique d'un vaisseau. L'essence des opérations est la formation d'un flux sanguin de dérivation en plus du tronc cœliaque affecté, ou son remplacement par une prothèse artificielle. Ces interventions sont techniquement complexes, effectuées uniquement sur la cavité abdominale ouverte et nécessitent un chirurgien vasculaire hautement qualifié.

Elle est beaucoup moins courante que la sténose du tronc cœliaque. Les causes les plus courantes de la maladie sont le rétrécissement athérosclérotique de la lumière de l'artère mésentérique supérieure (dans le contexte de l'athérosclérose systémique) et une violation congénitale de la structure de la paroi artérielle - dysplasie fibromusculaire. L'artère mésentérique supérieure se ramifie en de nombreux petits vaisseaux qui alimentent l'intestin grêle et une partie du côlon.

La maladie se déroule souvent sans aucun symptôme et est difficile à diagnostiquer jusqu'à ce que de graves complications surviennent - blocage complet de l'artère mésentérique supérieure ou de ses branches. Dans cette condition, les patients se retrouvent dans un hôpital chirurgical avec des signes de nécrose transitoire d'une partie de l'intestin sans apport sanguin, ce qui est parfois très difficile à distinguer des autres maladies chirurgicales aiguës de l'abdomen. Dans ce cas, une opération d'urgence est nécessaire - résection d'une zone non viable de l'intestin.

Vous pouvez établir un diagnostic aux premiers stades avec:

  • Échographie Doppler de l'aorte abdominale et de ses branches (efficacité diagnostique d'environ 50%),
  • imagerie par résonance magnétique (efficacité diagnostique d'environ 80%),
  • angiographie de l'aorte abdominale et de ses branches (permet d'établir la présence d'un rétrécissement du vaisseau dans 90% des cas).

Le traitement pour la détection précoce de la sténose de l'artère mésentérique supérieure est similaire au traitement de l'athérosclérose systémique, cependant, avec un rétrécissement important de l'artère, une intervention chirurgicale peut être effectuée - angioplastie endovasculaire.

Le rétrécissement des artères rénales se développe à la suite de lésions athérosclérotiques, ainsi que d'une maladie plus rare - la dysplasie fibromusculaire. La violation du flux sanguin vers l'un ou les deux reins s'accompagne d'une réaction négative générale du corps. Un rein carencé en sang reçoit de fausses «informations» sur le volume sanguin total et commence à réagir comme si la quantité totale de sang dans le corps avait diminué.

Les processus de synthèse hormonale sont intensifiés, visant à retenir l'eau dans le corps pour maintenir un volume constant de liquide dans la circulation sanguine générale. Ce mécanisme est pathologique, car la quantité de sang reste la même et, en raison de la production d'hormones rénales, un volume supplémentaire d'eau provenant des cellules pénètre dans la circulation sanguine.

En conséquence, une hypertension artérielle rénale persistante se développe - une augmentation de la pression artérielle au-dessus des nombres normaux, qui est difficile à réduire avec des médicaments. Un œdème apparaît, une violation du cœur. Ce type d'hypertension artérielle est généralement reconnu à temps par le médecin traitant, et l'échographie révèle souvent des dommages aux artères rénales..

Le mécanisme du développement de la maladie

Une artère à travers laquelle toutes les parties du péritoine supérieur reçoivent de l'oxygène et diverses substances bénéfiques est appelée tronc coeliaque. C'est une grande branche de l'aorte et passe à travers un trou dans le diaphragme. La structure a une petite longueur, mais son épaisseur est importante. Par conséquent, lorsqu'une perturbation se produit dans le système, tous les organes voisins commencent à souffrir..

Les causes du développement de la pathologie sont associées à des changements dans les tissus du trou situé dans le diaphragme. Avec la structure correcte, le ligament du type arqué de muscle non apparié est situé directement au-dessus de la bouche du tronc. Mais parfois, la structure est située sous la bouche, ce qui entraîne une charge accrue sur l'aorte. Souvent, la compression provoque le développement de pathologies du système cardiovasculaire, du cœur, du tractus gastro-intestinal.

La principale cause de la maladie est héréditaire.

Il existe un certain nombre de maladies liées aux causes immédiates d'anomalies de l'aorte abdominale:

  • une augmentation du volume de tissu neurofibrotique;
  • l'apparition de plaques de type athérosclérotique dans un vaisseau;
  • croissance des organes pancréatiques;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques au niveau régional.

La dysfonction aortique abdominale entraîne des changements pathologiques dans l'hémodynamique et provoque des maladies dangereuses de nombreux organes digestifs. En conséquence, une pathologie ischémique abdominale se développe..

Signes de la maladie

Le trouble du fonctionnement de l'aorte, ou sténose de compression du tronc cœliaque, peut durer des années et ne pas déranger d'abord le patient avec des crises aiguës. Fondamentalement, le syndrome de Dunbar se caractérise par une douleur sans cause dans l'abdomen. Elle peut survenir 20 minutes après avoir mangé sur le site épigastrique, près du nombril ou couvrir toute la cavité abdominale. L'irritation est transitoire, constante, douloureuse. Parfois, des attaques peuvent survenir. La plupart des patients ressentent toujours de la douleur lorsque:

  • manger des aliments;
  • stress
  • activité physique;
  • mode de vie sédentaire;
  • constipation.

En raison de la crainte d'une nouvelle crise, le patient réduit les portions de nourriture. Une gêne peut survenir après avoir mangé des aliments chauds ou froids. Souvent, la douleur est provoquée par des devoirs ordinaires, une éducation physique légère, de longues promenades. Symptômes supplémentaires de la maladie:

  • ballonnement de l'abdomen;
  • la nausée;
  • sensation de lourdeur;
  • flatulence;
  • constipation;
  • la diarrhée;
  • dyspnée;
  • la faiblesse;
  • amertume en bouche;
  • flatulence.

La sténose du tronc coeliaque entraîne le développement d'une gastrite, d'une pancréatite, d'une colite de type ischémique, d'une hépatite et d'autres maladies graves. Ils ne répondent pas aux traitements conservateurs, car ils sont la conséquence du syndrome.

La compression extravasculaire du tronc cœliaque (syndrome de Dunbar) peut se développer asymptomatiquement pendant une longue période. Dans les premiers stades, le seul signe du développement de la maladie est une douleur abdominale sans cause. Souvent, des sensations douloureuses peuvent apparaître quelque temps après un repas et durent plusieurs heures.

Ces facteurs peuvent provoquer une irritation des récepteurs de la douleur:

  • en mangeant
  • des situations stressantes;
  • selles irrégulières;
  • charges sportives (course, saut);
  • musculation;
  • séance prolongée
  • porter des vêtements serrés.

L'apparition de douleur après avoir mangé fait que les gens refusent complètement la nourriture ou limitent son volume. Les attaques sont souvent aggravées par la consommation d'aliments sucrés, épicés ou froids. Dans le même temps, les patients tentent de réduire l'activité physique. Même la performance des activités quotidiennes ordinaires (lavage, nettoyage ou nettoyage) provoque l'apparition de sensations inconfortables.

La maladie de Dunbar peut avoir un cours très long, l'intensité de la douleur varie de subtile à intense constante. Ses principales caractéristiques sont:

  • développement 10 à 15 minutes après avoir mangé;
  • commence au creux de l'estomac et couvre tout l'abdomen;
  • douleur ou intensification paroxystique;
  • s'accumule après le stress, l'excitation, la constipation, l'exercice ou le transfert de poids.

Chez certains patients, la douleur s'intensifie après une longue séance, le port de ceintures ou de sous-vêtements serrés, les devoirs en position pliée, la longue marche.

En raison de la douleur, manger devient douloureux, ce qui vous fait refuser de manger ou réduire considérablement la portion. Puisque la sécrétion des enzymes digestives est perturbée, des symptômes de dyspepsie apparaissent:

  • flatulence;
  • éclatement et lourdeur dans l'estomac;
  • nausées, accès de vomissements;
  • amertume dans la cavité buccale, brûlures d'estomac;
  • chaise instable.

Une faiblesse générale sévère, une légère augmentation de la température corporelle, une émaciation, une transpiration, une difficulté à respirer, une mauvaise tolérance à la chaleur et au froid entraînent une diminution significative de la capacité de travail, elles sont associées à un déséquilibre hormonal dans le corps.

En règle générale, le principal symptôme de la compression extravasale du tronc cœliaque est une douleur abdominale. Sa localisation peut être différente: dans l'épigastrique, dans la région iliaque, dans l'hypochondre, dans le bas-ventre; la douleur peut se propager sur tout l'estomac. Sa nature peut également varier: d'une douleur sourde, douloureuse à une douleur paroxystique aiguë.

Assez souvent, la douleur s'intensifie après avoir mangé, pendant les sports ou en situation de stress.Après avoir mangé, la douleur peut survenir après 20-25 minutes, son apparence dépend directement de la quantité et de la qualité du repas: les patients marquent souvent le début d'une attaque après avoir mangé. épicé, sucré, nourriture trop froide ou ses gros volumes. Les craintes d'inconfort les font limiter la quantité et contrôler soigneusement la qualité de l'apport alimentaire..

Pas moins souvent provoquer des attaques de douleur et d'effort physique, en particulier avec une position inconfortable prolongée, ainsi qu'avec des charges sportives prolongées. Ensemble, ces deux facteurs augmentent le risque de développer une douleur, en particulier en présence de stress psycho-émotionnel..

Très souvent, les patients se plaignent de troubles dyspeptiques: brûlures d'estomac, éructations, amertume dans la bouche; dysfonctionnement intestinal - diarrhée ou constipation. Souvent, les patients perdent du poids, et cette tendance est maintenue de manière stable pendant une longue période. Souvent, les patients se plaignent de troubles neurovégétatifs: essoufflement, essoufflement, transpiration accrue, palpitations, mauvaise adaptabilité aux conditions climatiques, sensation de pulsation dans l'abdomen et une fatigue accrue sont notées avec douleur.

figure: l'apparition du syndrome de compression

Les symptômes de la sténose cœliaque

Les signes de sténose dépendent directement du lieu de sa localisation et du degré de négligence. Lorsque le vaisseau est complètement ou partiellement obstrué par des plaques athérosclérotiques, des flatulences et des douleurs dans l'abdomen peuvent être notées. De plus, les principaux symptômes dans ce cas sont les nausées, la douleur, les vomissements et la diarrhée. Augmentation possible de la température.

Il convient de noter les éléments suivants:

  • L'apparition de la douleur 30 minutes après avoir mangé et son arrêt 2 heures après avoir mangé.
  • La survenue de douleur après tout effort physique, même le plus insignifiant.
  • Perte ou perte de performances.
  • Fatigue chronique.
  • L'apparition de la douleur 30 minutes après avoir mangé et son arrêt 2 heures après avoir mangé.
  • La survenue de douleur après tout effort physique, même le plus insignifiant.
  • Perte ou perte de performances.
  • Fatigue chronique.

La compression de l'aorte abdominale se manifeste par les symptômes suivants:

  • gravité
  • une sensation de satiété dans l'estomac;
  • ballonnements;
  • flatulence;
  • constipation;
  • la diarrhée;
  • la nausée;
  • brûlures d'estomac;
  • éructations;
  • perte de poids;
  • augmentation de la température corporelle;
  • transpiration accrue;
  • cardiopalmus;
  • la faiblesse.

La sténose de compression du tronc cœliaque peut déclencher l'apparition de maladies telles que la gastrite, la colite, la duodénite, la pancréatite, l'hépatite ou les ulcères. Les méthodes de thérapie standard dans ce cas seront inefficaces, car la cause première des changements pathologiques est le syndrome de Dunbar.

Les signes de sténose peuvent se manifester de différentes manières, selon son emplacement et sa nature. Si le vaisseau est obstrué de plaques athérosclérotiques, cela se manifeste par une vague douleur répandue dans l'abdomen, des flatulences. Avec une compression externe du vaisseau dans son intégralité, une image de la dyspepsie se déroule - douleur, ballonnements, nausées, vomissements et diarrhée. Douleurs possibles similaires à pancréatiques, accompagnées de vomissements et de fièvre. De plus, la condition est caractérisée par:

  • l'apparition de douleurs dans les 20 à 30 minutes après avoir mangé et son arrêt sans l'utilisation de médicaments après 1 à 1,5 heures;
  • douleur associée à l'effort physique - devoirs, haltérophilie, sports;
  • diminution des performances;
  • fatigue.

Avec le rétrécissement du tronc cœliaque, la douleur peut également provoquer un stress émotionnel sévère. Des vêtements serrés, une ceinture serrée ou un sous-vêtement resserré peuvent les provoquer. La survenue de douleur est caractéristique lors d'un séjour prolongé sur les jambes ou en position assise, ainsi qu'avec un retard prolongé des selles.

Le symptôme le plus douloureux est une douleur abdominale persistante. Elle a de tels signes:

  • Elle survient dans la région épigastrique, moins souvent près du nombril ou dans le bas-ventre.
  • Dans un contexte de douleur constante, une amélioration paroxystique peut se produire.
  • Après avoir mangé, il augmente après 15 à 25 minutes, diminue après 1,5 à 2 heures, dépend de la quantité de nourriture, ce qui oblige les patients à réduire le volume ou à refuser de manger.
  • L'activité physique, en particulier dans une position inclinée, soulever des poids, marcher ou courir de façon prolongée entraîne une crise de douleur intense.
  • Le stress, les douleurs abdominales, la constipation peuvent provoquer une augmentation des douleurs abdominales..

Les troubles dyspeptiques se manifestent par une lourdeur dans l'abdomen, des éructations, des brûlures d'estomac, des vomissements, une alternance de constipation ou de diarrhée, de l'amertume dans la bouche. Les patients perdent rapidement du poids, ils s'inquiètent de la faiblesse progressive, des étourdissements et des maux de tête, de la transpiration, de l'essoufflement et des battements dans l'abdomen.

Diagnostique

Le diagnostic opportun de toute maladie peut sauver une vie humaine. Aujourd'hui, la médecine moderne offre une vaste gamme d'activités qui permettent l'examen le plus détaillé de tout le corps humain.

Le diagnostic du tronc cœliaque implique:

  • Inspection de grands experts. L'examen initial implique l'identification de tous les symptômes externes disponibles, pour cela il est nécessaire de consulter un gastro-entérologue. Tout d'abord, le médecin procède à un examen externe du patient, après quoi il prescrit un certain nombre de tests nécessaires. Sur la base des résultats, un diagnostic suspect est posé..
  • Après inspection visuelle, une palpation approfondie est effectuée. Grâce à quoi le médecin évalue l'état des vaisseaux et le degré de leur expansion. Pour détecter le bruit, vous pouvez écouter la cavité.
  • Méthodes d'enquête sur le matériel. Après un examen visuel détaillé, le médecin peut prescrire des examens matériels si nécessaire. Grâce à quoi vous pouvez déterminer avec précision le degré de la maladie, son stade, etc. Les examens de ce type les plus populaires comprennent:
  • Fluoroscopie. Ici, ils examinent la zone de la cavité abdominale et de l'estomac. Ces méthodes d'examen fournissent les informations les plus détaillées sur l'état du tronc cœliaque. Cette méthode vous permet de déterminer avec précision la présence de cette maladie..
  • La tomodensitométrie vous permet d'examiner attentivement l'état des vaisseaux sanguins et de déterminer l'état actuel des maladies existantes. Grâce à cette méthode d'examen, il est possible de déterminer avec une précision maximale la localisation de la maladie localisée.
  • L'échographie Doppler vous permet d'évaluer avec précision l'état du tronc cœliaque, ainsi que la vitesse du flux sanguin à travers les vaisseaux.
  • Inspection de spécialistes à profil étroit. En raison du fait que la cavité abdominale est aussi étroitement liée que possible à tous les organes internes, en particulier les organes pelviens et génitaux. Par conséquent, il est nécessaire de subir un examen détaillé de l'ensemble de l'organisme dans son ensemble. Afin que le médecin puisse déterminer le diagnostic le plus précisément possible et prescrire le traitement le plus adapté.
  • Inspection de grands experts. L'examen initial implique l'identification de tous les symptômes externes disponibles, pour cela il est nécessaire de consulter un gastro-entérologue. Tout d'abord, le médecin procède à un examen externe du patient, après quoi il prescrit un certain nombre de tests nécessaires. Sur la base des résultats, un diagnostic suspect est posé..
  • Après inspection visuelle, une palpation approfondie est effectuée. Grâce à quoi le médecin évalue l'état des vaisseaux et le degré de leur expansion. Pour détecter le bruit, vous pouvez écouter la cavité.
  • Méthodes d'enquête sur le matériel. Après un examen visuel détaillé, le médecin peut prescrire des examens matériels si nécessaire. Grâce à quoi vous pouvez déterminer avec précision le degré de la maladie, son stade, etc. Les examens de ce type les plus populaires comprennent:
  • Fluoroscopie. Ici, ils examinent la zone de la cavité abdominale et de l'estomac. Ces méthodes d'examen fournissent les informations les plus détaillées sur l'état du tronc cœliaque. Cette méthode vous permet de déterminer avec précision la présence de cette maladie..
  • La tomodensitométrie vous permet d'examiner attentivement l'état des vaisseaux sanguins et de déterminer l'état actuel des maladies existantes. Grâce à cette méthode d'examen, il est possible de déterminer avec une précision maximale la localisation de la maladie localisée.
  • L'échographie Doppler vous permet d'évaluer avec précision l'état du tronc cœliaque, ainsi que la vitesse du flux sanguin à travers les vaisseaux.
  • Inspection de spécialistes à profil étroit. En raison du fait que la cavité abdominale est aussi étroitement liée que possible à tous les organes internes, en particulier les organes pelviens et génitaux. Par conséquent, il est nécessaire de subir un examen détaillé de l'ensemble de l'organisme dans son ensemble. Afin que le médecin puisse déterminer le diagnostic le plus précisément possible et prescrire le traitement le plus adapté.

Échographie de l'abdomen

Le résultat du traitement dépend directement du diagnostic opportun et correct de la maladie. Les symptômes de sténose du tronc cœliaque ne sont pas très différents des manifestations cliniques d'autres maladies de la cavité abdominale, ce qui complique grandement le diagnostic.

Souvent, la maladie est déguisée en d'autres changements pathologiques. En conséquence, le patient est obligé de marcher d'un médecin à l'autre en vain et de traiter des maladies inexistantes. Ensuite, comme la cause du malaise réside dans le syndrome de Dunbar.

Lors de l'examen d'un patient, le médecin doit prêter attention aux signes caractéristiques de la maladie tels que la pâleur de la peau, la perte de poids, la douleur lors de la palpation de l'abdomen et le bruit dans la région du tronc cœliaque.

  • radiographie de l'estomac, du duodénum et de l'œsophage;
  • Échographie des organes du péritoine et du bassin;
  • examen de l'estomac et du rectum avec un endoscope.

Ces manipulations aident à exclure la présence d'autres conditions pathologiques.La tomodensitométrie aidera à identifier les éventuels troubles circulatoires et à découvrir les causes des maladies de la cavité abdominale et de l'espace rétropéritonéal. La procédure implique l'administration intraveineuse d'un agent de contraste, ce qui nous permet d'évaluer la fonctionnalité et la perméabilité des vaisseaux de l'aorte abdominale et de ses branches.

Enquêter sur l'état du tronc cœliaque, déterminer le degré de rétrécissement des vaisseaux à l'aide de la dopplerographie échographique. Si nécessaire, il est possible de réaliser une angiographie directe des vaisseaux. L'examen est effectué en insérant un cathéter à travers l'artère fémorale dans l'aorte, suivi d'une installation dans le tronc cœliaque.

Dans le complexe de mesures diagnostiques, il est nécessaire d'inclure une consultation d'un gastro-entérologue, et pour les femmes - un gynécologue.

La difficulté à détecter la sténose du tronc cœliaque est que les manifestations cliniques sont pleinement compatibles avec des maladies telles que la gastrite, l'ulcère gastroduodénal, la duodénite, l'hépatite, l'entérocolite ou la pancréatite. Le syndrome de Dunbar ne peut être suspecté qu'avec une absence prolongée de résultat des méthodes de traitement traditionnelles. Souvent, ces patients sont diagnostiqués par erreur avec une hypocondrie.

À l'examen, faites attention à la perte de poids, à la pâleur de la peau, à la douleur pendant la palpation de tout l'abdomen et au bruit pendant la systole sur la partie abdominale de l'aorte. Pour confirmer le diagnostic, de tels examens sont prescrits:

  • angiographie traditionnelle ou par tomodensitométrie - le tronc cœliaque, pressé contre l'aorte, est visible, rétréci au niveau de la bouche et élargi sous la compression;
  • radiographie de la cavité abdominale;
  • Échographie de l'aorte abdominale avec dopplerométrie.

Radiographie des organes abdominaux dans le diagnostic de sténose cœliaque

Avec leur aide, il est possible d'évaluer le flux sanguin dans le tronc cœliaque et les obstacles au passage normal du sang, le degré de rétrécissement de l'artère.

En raison du fait que la symptomatologie de ce syndrome n'a pas de signes prononcés et que les plaintes existantes sont caractéristiques de nombreuses autres maladies du tractus gastro-intestinal, il est difficile de poser un diagnostic correct. Les patients vont souvent chez le médecin pendant des années, où ils reçoivent différents diagnostics, parfois opposés..

Assez souvent, avec une sténose de compression du tronc cœliaque de l'aorte abdominale, les patients ont un aspect pâle et asthénique. Le plus souvent, ce diagnostic est posé aux femmes ou aux hommes à un jeune âge. Un signe important de cette maladie est le souffle systolique lors de l'écoute de la cavité abdominale. Ce symptôme peut être implicite, il dépend directement de divers facteurs aléatoires..

  • En cas de suspicion d'ECS, le médecin doit référer le patient à la procédure d'angiographie des vaisseaux de la cavité abdominale: dans ce cas, le produit de contraste est injecté dans l'artère et des radiographies sont prises pour évaluer le rétrécissement existant du tronc cœliaque et son degré.
  • Avec l'angiographie CT, le contraste est injecté non pas dans l'artère, mais dans la veine, sinon l'examen est également très informatif, comme la première méthode. Cette méthode de diagnostic est plus accessible, elle est donc plus souvent utilisée en pratique..
  • L'examen échographique de l'aorte abdominale et de ses branches permet d'évaluer le déroulement du processus en dynamique. Avec cette méthode d'examen, il devient possible d'évaluer la qualité d'un vaisseau sanguin, la vitesse du flux sanguin à l'intérieur. Aucun type de recherche indépendant n'étant appliqué, uniquement en combinaison avec l'angiographie.

En utilisant toutes ces méthodes de diagnostic modernes en combinaison, les médecins augmentent la possibilité d'un diagnostic rapide et, par conséquent, le traitement correct et efficace.

Le syndrome de compression du tronc coeliaque (CSCF) dans l'image

Après avoir consulté tous les médecins et suivi plus d'un traitement qui n'a pas apporté de soulagement, une personne devrait réfléchir. Comme, cependant, et les médecins qui ne reçoivent pas le résultat attendu du traitement. L'un des signes indiquant indirectement un problème avec les vaisseaux est l'apparence pâle émaciée du patient. De plus, le syndrome apparaît plus souvent chez les jeunes.

  • une radiographie des vaisseaux de la cavité abdominale avec un agent de contraste injecté dans l'artère;
  • tomodensitométrie-angiographie, l'examen est similaire au premier, seul le contraste dans ce cas est injecté dans une veine;
  • Échographie des vaisseaux de la cavité abdominale avec balayage duplex, qui doit être combinée avec l'une des méthodes ci-dessus.

Tous visent à détecter l'endroit où le tronc cœliaque se rétrécit, à déterminer la vitesse du flux sanguin et l'état des vaisseaux.

Le diagnostic de KSChS pose de grandes difficultés. La maladie n'a pas de caractéristique pathognomonique spécifique qui lui est propre et ses manifestations cliniques sont caractéristiques de nombreuses maladies du tractus gastro-intestinal. La maladie se déroule «sous le masque» des maladies du système digestif qui en sont la cause.

Les patients sont examinés depuis longtemps par des médecins de spécialités différentes, reçoivent des diagnostics différents et subissent toutes sortes de traitements qui ne leur apportent pas de soulagement subjectif [1]. Souvent, des années, voire des dizaines d'années s'écoulent avant qu'un véritable diagnostic ne soit posé, et chez certains patients, des signes de sténose ne sont constatés qu'à l'autopsie.

Traitement

Dans la plupart des cas, la laparoscopie est utilisée pour le traitement, dans laquelle le chirurgien, à l'aide d'outils spéciaux, élimine toutes les pathologies visibles. L'opération ne dure pas assez longtemps. De plus, la période de récupération prend un minimum de temps.

Une intervention chirurgicale opportune peut maintenir le patient en bonne santé.

Il convient de noter que le manque de traitement nécessaire entraînera le développement de maladies telles que:

  • Hépatite C et autres types.
  • Ischémie.
  • Gastrite.
  • Ulcère peptique.
  • Pancréatite.
  • Hépatite C et autres types.
  • Ischémie.
  • Gastrite.
  • Ulcère peptique.
  • Pancréatite.

Les indications pour un traitement chirurgical sont:

  • douleur persistante après avoir mangé,
  • soulagement de refus,
  • perte de poids,
  • signes angiographiques de sténose,
  • absence de maladies concomitantes graves et de troubles mentaux.

L'intervention chirurgicale vise à libérer le tronc coeliaque de la compression. Pour cela, une version endoscopique ou abdominale de l'opération d'excision du ligament d'arc médian du diaphragme peut être utilisée..

Si, lors de l'examen, il existe des indications pour l'ablation simultanée de la vésicule biliaire ou l'extraction de calculs de celle-ci, cela peut également être effectué avec décompression. Avec une sténose sévère ou prolongée, une expansion des artères et l'installation d'une prothèse vasculaire, un stent peut être nécessaire.

La sténose de l'orifice aortique est principalement traitée par chirurgie. En règle générale, les médicaments aident dans les premières étapes. Un examen régulier par un cardiologue permet d'observer le développement dynamique de la maladie. Par conséquent, l'opération sera opportune.

Le traitement thérapeutique de la sténose aortique est un complexe de mesures conservatrices:

  • normalisation de la pression dans les artères;
  • réduction du développement du processus inflammatoire;
  • neutralisation de la dysfonction du rythme cardiaque.

Une attention particulière est accordée à la normalisation de l'approvisionnement en sang et à l'élimination des arythmies.

En tant que médicaments, les médecins prescrivent principalement un groupe de diurétiques et de médicaments à base de potassium qui stimulent le retrait des liquides, normalisant ainsi la pression dans les artères. Avec le développement des arythmies, des glycosides cardiaques sont utilisés..

Quant à la prédiction de la maladie, la sténose aortique, identifiée au stade initial, permet au patient de vivre en moyenne 7 à 8 ans. À condition qu'une opération réussie soit effectuée à temps, les chances de guérison sont considérablement élevées. Dans ce cas, la personne vivra les 15 prochaines années. Lors du diagnostic de la sténose dans les artères d'un nouveau-né, des mesures thérapeutiques sont prescrites comme médicament. L'opération se fait après une étude complète à la discrétion du médecin.

Si la maladie commence, le tableau symptomatique deviendra plus aigu et le pronostic ne sera alors pas supérieur à 5 ans.

Si le patient reçoit ce diagnostic difficile, il aura besoin d'une intervention chirurgicale, car il n'y a pas d'autre moyen de rétablir l'apport sanguin normal aux organes abdominaux. Selon la complexité et la sévérité de la compression du tronc cœliaque, les médecins choisissent la tactique de l'opération. La période de récupération qui suivra et le pronostic ultérieur de la récupération du patient en dépendront également..

Plus tôt un diagnostic correct est posé et une opération de décompression réussie du tronc cœliaque de l'aorte abdominale est effectuée, plus le patient a de chances de rétablir les fonctions normales de tous les organes abdominaux souffrant d'ischémie, plus il lui est possible de mener une vie normale sans souffrir de malaise chronique.

Comment se débarrasser de la sténose du tronc cœliaque?

La seule façon de traiter la sténose de compression du tronc cœliaque est la chirurgie. Fondamentalement, l'opération est réalisée par laparoscopie de décompression, en libérant des vaisseaux sanguins et en réduisant la pression sur le système circulatoire.

La procédure implique l'introduction d'instruments chirurgicaux à travers de petites incisions, ce qui peut réduire considérablement la période postopératoire. Les coupures ont fait cicatriser rapidement et sans douleur. L'utilisation de la méthode laparoscopique aide les patients à éviter les complications postopératoires telles que les hernies, l'inflammation et les adhérences au site des cicatrices postopératoires..

Si le patient a des antécédents, en plus du syndrome de Dunbar, de maladies de la vésicule biliaire ou d'une hernie du diaphragme, il est possible de combiner ces opérations.

Une chirurgie réussie ne nécessite aucun traitement médicamenteux postopératoire. Parfois, l'utilisation d'agents antibactériens peut être nécessaire. Après un traitement chirurgical, le patient a besoin d'une attention particulière, ce qui implique une étude approfondie, tous les six mois.

Il est nécessaire de surveiller l'état général du corps et de consulter le médecin dès les premiers signes de la maladie. En cas de détection, avec diagnostic répété, compression des vaisseaux du tronc cœliaque, une deuxième opération peut être prescrite. Dans ce cas, le ligament du diaphragme sera à nouveau disséqué..

Voir un médecin atteint de sténose cœliaque

Chirurgie pour sténose par compression comme seule option de traitement

Pour améliorer l'état du patient et arrêter la progression de la maladie, elle doit être diagnostiquée en temps opportun et le traitement approprié doit être prescrit. Cependant, la détermination du diagnostic peut être assez compliquée. Les indications cliniques ne permettent pas toujours de tirer une conclusion correcte sur la présence de KSChS. Tout d'abord, le patient vient avec des plaintes au gastro-entérologue.

Pour vérifier l'exactitude du diagnostic, la pâleur, le poids réduit, la douleur lors de la palpation de la région abdominale, le souffle systolique lors de l'écoute de la cavité lors de la projection du tronc aideront. À ce jour, la meilleure façon de diagnostiquer la maladie est l'angiographie CT. Cette méthode vous permet de déterminer immédiatement le rétrécissement du tronc cœliaque et l'expansion du site par la suite. De plus, il est nécessaire d'examiner l'estomac, les intestins et le bassin. Dans ce dernier cas, vous devez consulter un gynécologue ou un andrologue.

Il est possible de se débarrasser de la maladie uniquement par voie chirurgicale. Il n'existe actuellement aucun autre moyen de rétablir le fonctionnement normal de l'artère. Fondamentalement, l'opération implique l'utilisation de la laparoscopie. Un équipement spécial est inséré dans la cavité abdominale pour libérer l'artère..

La pression de compression anormale sur le système cesse et le patient peut oublier les douleurs abdominales. La rééducation est rapide, car pendant l'opération, de grandes incisions ne sont pas pratiquées. Parfois, avec des complications du syndrome, la vésicule biliaire est enlevée. La médecine moderne n'a pas encore développé de mesures préventives spéciales..

L'opération de sténose par compression du tronc cœliaque est nécessaire dans presque tous les cas, car il est tout simplement impossible de rétablir un apport sanguin normal par d'autres moyens. Les tactiques du traitement chirurgical sont choisies en fonction du degré de négligence de la maladie et de son évolution. Assurez-vous de prendre en compte l'état général du patient et la présence d'autres maladies des organes internes. Le pronostic ultérieur dépend d'un traitement bien choisi..

Effets

En règle générale, les conséquences de la sténose de compression du tronc cœliaque constituent une violation importante de l'apport sanguin à tous les organes du tractus gastro-intestinal. Peut-être le développement de maladies directement liées à la privation d'oxygène des tissus.

Tout dommage à l'estomac peut provoquer le développement de gastrites, de dudenites et d'ulcères. Une entérite et une colite peuvent survenir dans les intestins. Toute perturbation de l'approvisionnement en sang du foie ou du pancréas est lourde de développement de pancréatite et d'hépatite. Dans de rares cas, la manifestation de toutes les maladies en même temps est possible..

Il est sûr de dire que la sténose est une maladie qui ne peut être guérie que par la chirurgie. L'essentiel est de déterminer en temps opportun la présence d'une pathologie. Après avoir découvert les premiers signes de la maladie, vous devez immédiatement demander l'aide de spécialistes et le pronostic sera alors favorable.

La principale conséquence est une violation de l'apport sanguin aux organes abdominaux. À partir de cela, des maladies associées à la privation d'oxygène de leurs tissus se développent. Les dommages à l'estomac entraînent une gastrite, des ulcères et une duodénite. L'intestin répond par une colite ischémique et une entérite. Les violations de l'approvisionnement en sang du foie et du pancréas sont lourdes d'hépatite et de pancréatite. Toutes les maladies peuvent apparaître simultanément, ce qui réduit considérablement la qualité de vie du patient et lui cause beaucoup de souffrance.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite