Les premiers signes d'un micro-coup sont faciles à manquer

Tout le monde est probablement au courant d'une maladie telle qu'un microstroke, mais peu de gens soupçonnent que ce problème le touche depuis longtemps. Cette maladie est aussi vieille que le monde, la génération la plus âgée en souffrait le plus souvent, mais aujourd'hui, la maladie se rajeunit sous nos yeux, par conséquent, de penser qu'un micro-AVC est le lot des seules «personnes âgées», un jugement erroné. Aujourd'hui, nous pouvons affirmer avec confiance que les premiers signes de la maladie apparaissent tous les dix à 40 ans. Une personne qui accorde peu d'attention à sa santé, malheureusement, peut simplement ignorer ses symptômes, qui ont de lourdes conséquences, qui après un certain temps peuvent se faire sentir.

Le microtraumatisme survient à la suite d'une altération du flux sanguin vers le cerveau

Qu'est-ce qu'un microstroke?

Cette maladie est très courante à notre époque et se caractérise par une altération du flux sanguin vers le cerveau et devient par la suite la cause de la mort des cellules vitales au site d'un spasme d'un vaisseau sanguin. Ce sont les spasmes des vaisseaux cérébraux qui sont principalement à l'origine d'une maladie telle qu'un microstroke. La zone affectée perd partiellement sa capacité fonctionnelle en raison d'une violation de l'activité des terminaisons nerveuses du cerveau, cette condition est complètement réversible lors de la prestation de soins médicaux rapides au patient.

Les conséquences, à leur tour, ne sont pas si graves par rapport à un accident vasculaire cérébral, mais le fait de l'apparition de la maladie indique des violations de l'ensemble du système fonctionnel du cerveau ou du système circulatoire, qui, à l'avenir, peuvent provoquer un accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde.

Symptômes et conséquences d'un micro-coup

Un micro-AVC est un indicateur de processus pathologiques profondément enracinés, l'athérosclérose, et peut par la suite conduire à un véritable AVC. Environ 25% des personnes qui ont souffert d'une altération de la circulation reçoivent généralement un deuxième AVC dans les cinq ans et 20% souffrent d'un infarctus du myocarde. Par conséquent, un accident vasculaire cérébral avec facultés affaiblies est un signe avant-coureur de troubles futurs..

Très souvent, les gens ne remarquent tout simplement pas un micro-coup, ils peuvent aller travailler, faire leur propre chose. Ma tête me faisait mal, à un moment donné ma vision était perdue, une personne ne se concentre même pas sur cela. Qu'est-ce qui devrait faire penser à tout le monde qu'il est temps de consulter un médecin, quels sont les signes d'un AVC?

Si un micro-coup s'est déjà produit, dont les symptômes sont prononcés et une dynamique négative, vous devez appeler un médecin et faire tout ce qui est nécessaire pour arrêter l'attaque à un stade précoce et prévenir le développement de conséquences négatives pour la santé et les personnes potentiellement mortelles..

La zone affectée perd partiellement sa capacité fonctionnelle en raison d'une violation de l'activité des terminaisons nerveuses du cerveau

Les personnes qui étaient proches lors d'une catastrophe, ou la victime elle-même ne savent souvent pas du tout comment agir dans une situation où la maladie est déjà survenue, ou ne savent pas quels symptômes sont accompagnés, donc les premiers soins sont souvent incorrects ou pas du tout il s'avère. Afin de fournir correctement les premiers soins pour un accident vasculaire cérébral, il vous suffit de connaître les symptômes de la maladie et de comprendre les spécificités de la maladie.

Vous devez comprendre qu'un micro-accident vasculaire cérébral peut se produire dans le contexte de la santé générale, et la nature de sa manifestation, à son tour, peut en dire beaucoup au médecin sur la place des lésions cérébrales. Les dommages à différents hémisphères du cerveau s'accompagnent de symptômes distinctifs, par lesquels il est possible de déterminer le degré de dommage aux terminaisons nerveuses et à l'ensemble du cerveau en général.

Les principaux symptômes d'un micro-AVC.

• Les premières manifestations d'un micro-AVC s'accompagnent très souvent d'étourdissements et de maux de tête, qui ne sont pas soulagés par la plupart des médicaments ou sont souvent répétés tout au long de la journée. Le patient ressent de la faiblesse, de l'épuisement ainsi que de légères nausées.
• L'hypertension artérielle accompagne souvent cette maladie et la provoque souvent. Avec une pression accrue, le patient ressent un malaise général, une douleur pressante dans la tête et, dans certains cas, dans le cœur. La respiration est souvent rapide, avec une perturbation du rythme cardiaque.
• Des changements explicites dans la coordination des mouvements sont l'un des symptômes d'un micro-AVC. Le processus de lésion des terminaisons nerveuses du cerveau, bien sûr, s'accompagne d'un dysfonctionnement de l'ensemble de l'appareil vestibulaire, ce qui peut provoquer un étrange chancellement ou une chute du patient.
• Le patient peut ressentir des frissons ou de la transpiration, ou les deux en même temps..
• Une sensation de corps «gênant» peut être présente lors d'un microstroke et se propager à la tête et aux membres. Cette condition est un symptôme très important auquel vous devez faire attention, car il indique des pathologies évidentes dans le cortex cérébral et le début d'une maladie aussi grave qu'un accident vasculaire cérébral.
• Lors d'un accident vasculaire cérébral, les muscles du visage souffrent souvent et, sous l'influence de l'hypertension artérielle et d'autres surcharges, commencent à se contracter intensément, modifiant inconsciemment l'expression du visage de la victime. En conséquence, il peut y avoir des grimaces involontaires de la part de la victime ou des sensations de traction, accompagnées de multiples spasmes musculaires.
• La photophobie caractérise également cette maladie, en particulier dans les cas où elle se manifeste en combinaison avec d'autres symptômes.
• Des vomissements sont également possibles, notamment à très haute pression..
• Une victime d'un micro-coup peut perdre connaissance et perdre partiellement la mémoire, ce dernier revient généralement en quelques jours, sauf dans les cas plus graves.
• Il peut y avoir des problèmes d'élocution, de capacités mentales. Il est difficile pour une personne de parler, elle ne peut pas exécuter ses fonctions élémentaires avec ses mains, écrire, manger, des symptômes évidents de lésions cérébrales apparaissent. Lire des livres, regarder des émissions de télévision devient impossible pour la victime, car le niveau de pensée logique diminue et le patient cesse de comprendre l'essence de ce qui se passe.
• La perte de vision temporaire et la cécité surviennent très rapidement, mais ont généralement un effet à court terme. L'état général négatif du patient est encore aggravé par ce facteur, effraye encore plus le patient et peut aggraver l'état à critique dans les plus brefs délais. Dans ce cas, vous devez utiliser des sédatifs pour aider la victime à faire face à la situation émotionnellement instable..

L'hypertension artérielle provoque souvent un micro-coup

Un microtraumatisme cérébral est une maladie grave qui peut survenir dans certaines circonstances, même chez les enfants. Ces circonstances incluent une surcharge émotionnelle et physique excessive, résultant le plus souvent d'un mode de vie sédentaire dans le contexte de la malnutrition. Les enfants de ce type courent un risque élevé de contracter une maladie telle qu'un microstroke, dont les conséquences ne peuvent être corrigées qu'en cas de premiers soins à temps.

Mais encore plus souvent, vous pouvez trouver des manifestations de cette maladie chez l'adulte. Les symptômes d'un micro-coup chez la femme apparaissent aussi intensément que chez l'homme. Les principales causes de la maladie sont de nature différente et apparaissent dans le contexte de la santé générale ou à la suite de maladies acquises précédemment, telles que le diabète, l'hypertension, etc..

Un micro-coup, dont les conséquences sont malheureusement très tristes, a des manifestations très insignifiantes aux premiers stades de l'éducation, auxquelles la plupart ne prêtent pas attention. Une personne continue de mener une vie active, d'aller travailler, tout en subissant deux, trois et parfois plus de coups sur les pieds. Cette maladie est assez insidieuse, car au début, elle n'est pas accompagnée de douleurs vives, ce qui peut vous faire consulter un médecin. Ses manifestations peuvent être à la fois lentes et intenses, tout dépend du degré de lésions cérébrales et du nombre de maladies concomitantes, en particulier dans le système cardiovasculaire.

Les signes d'un micro-coup chez l'homme peuvent être plus prononcés, car ce sont les hommes qui sont plus enclins à de mauvaises habitudes, comme le tabagisme, l'alcool. Ce sont eux qui doivent le plus souvent effectuer les travaux domestiques les plus difficiles qui, dans certains cas, notamment en combinaison avec la vieillesse, peuvent devenir une cause indéniable de micro-AVC. La récupération d'un microstroke peut prendre un certain temps, ce qui, bien sûr, nécessite des soins médicaux et un traitement complet correctement sélectionné par le médecin.

Un micro-coup est le premier appel concernant un dysfonctionnement du corps et la nécessité de penser à votre propre santé. Les conséquences de la maladie peuvent entraîner de graves complications, telles que la paralysie complète ou partielle du corps humain, la démence, les troubles de la parole, la perte de vision, la mémoire et se terminent souvent par la mort du patient..

Signes de maladie

Si vous admettez que vous avez rencontré une maladie telle qu'un microstroke, vous devez connaître ses principaux signes qui vous aideront à ne pas confondre cette maladie avec une autre.

1. Tout d'abord, demandez au patient de sourire. Un sourire avec un micro-coup devient tendu ou tordu, la langue souvent sous l'influence de spasmes s'en va.
2. Il est nécessaire d'offrir au patient de tenir ses mains devant lui pendant dix secondes. Avec un micro-coup à l'état progressif du patient malade, les muscles des bras s'affaiblissent en essayant de les soulever, et il est tout simplement impossible de le faire.
3. Parlez à la victime, un signe très fréquent de micro-AVC est précisément une altération de la parole et une perception incorrecte du monde.

S'il est très difficile pour une personne d'exécuter l'une des actions ci-dessus, ou si elle ne peut pas le faire du tout, vous devriez certainement consulter un médecin dans les plus brefs délais.

Un diagnostic approfondi de l'IRM aidera à poser le bon diagnostic.

Premiers soins avant l'arrivée du médecin. Assurez-vous de coucher le patient, tournez la tête sur le côté, pour assurer un flux normal d'oxygène dans le corps (ouvrez les fenêtres, détachez les vêtements sur le patient afin qu'il n'interfère pas avec la respiration normale). Un AVC suspect doit être recouvert de la tête d'une victime soit avec une serviette mouillée soit avec de la glace, préalablement mise dans des sacs scellés. De telles tactiques arrêteront temporairement le développement de processus négatifs dans le cerveau..

En aucun cas, la victime ne doit être déplacée jusqu'à l'arrivée des médecins. Surveillez votre fréquence cardiaque, votre respiration et votre tension artérielle. Assurez-vous de savoir qu’une assistance ponctuelle fournie dans les six heures suivant le début des premiers symptômes peut non seulement sauver la vie d’une personne, mais aussi garantir sa capacité continue de travailler..

Traitement micro-AVC

Les personnes qui n'ont pas de formation médicale et d'expérience dans le traitement de ces maladies ne doivent bien sûr pas entrer dans les détails du traitement des micro-AVC. Pour une personne ordinaire, il suffira juste de comprendre le mécanisme de rééducation du microstroke lui-même, et de laisser la nomination d'une thérapie anti-AVC complète à des spécialistes, d'autant plus que ce type de traitement est prescrit en fonction des caractéristiques individuelles d'une personne.

Le traitement des AVC, à son tour, vise à prévenir les caillots sanguins et à rétablir la circulation sanguine normale dans les tissus nerveux. Cette maladie endommage les cellules nerveuses du cerveau, qui meurent par la suite et provoquent une circulation sanguine insuffisante du système circulatoire et de l'organisme entier. L'activité vitale générale correcte d'une personne est violée, ce qui peut même provoquer une exacerbation d'autres maladies chroniques. Par conséquent, l'automédication dans une situation où au moins l'un des principaux symptômes d'un microstroke est évident est strictement interdite. Même le moindre retard dans de telles situations peut changer considérablement votre vie ou celle d'une autre personne pas pour le mieux.

Dans le traitement des micro-AVC, le médecin n'est guidé que par les indicateurs cliniques du patient, et nullement sexuel. Bien que parmi les gens, il existe une opinion erronée assez répandue selon laquelle les hommes sont plus exposés aux micro-AVC. Les signes d'un micro-coup chez la femme se rencontrent aussi souvent que chez le sexe opposé, bien qu'il soit intéressant de noter que les symptômes d'un micro-coup chez l'homme se manifestent généralement sous une forme plus prononcée en raison de l'aggravation des mauvaises habitudes.

Dans tous les cas, même le neurologue le plus expérimenté ne sera pas en mesure de poser un diagnostic précis uniquement sur la base de manifestations externes, un diagnostic plus approfondi de l'IRM est utilisé pour cela. En utilisant l'imagerie par résonance magnétique dans les moindres détails, même de légères déviations peuvent être déterminées lorsque le système nerveux du cerveau change. Cet examen vous aidera à poser un diagnostic précis et à vous prescrire une thérapie globale efficace..

Un traitement complet consiste à prendre des médicaments visant à normaliser les fonctions cérébrales et à éliminer les effets des micro-AVC. Dans ce cas, les médecins ont souvent recours à la nomination de médicaments nootropes. L'un des médicaments les plus efficaces de ce groupe est la gliatiline (alfoscérat de choline). La gliatiline est un médicament nootrope original à action centrale. La formule phosphate du médicament favorise une bonne absorption et permet la livraison rapide de la substance active au cerveau. Pour obtenir le traitement le plus efficace pour un microstroke, le médecin peut prescrire une cure de gliatiline. Avec ce traitement, le patient a une récupération plus rapide des processus de pensée, de la mémoire, des fonctions motrices et de la parole. La gliatiline est sûre à utiliser, protège les neurones des dommages, améliore la transmission des influx nerveux et affecte positivement la structure des membranes cellulaires.

Prévention des maladies

Une activité physique régulière a un effet bénéfique sur l'état non seulement des muscles, mais aussi des parois des vaisseaux

Prendre des médicaments n'est pas le seul moyen de prévenir les AVC. La correction des facteurs de risque est d'une grande importance, notamment:
• hypertension artérielle;
• maladies cardiovasculaires;
• Diabète;
• obésité;
• malnutrition;
• hypercholestérolémie;
• hypokinésie;
• manque d'activité physique;
• mauvaises habitudes.

Quelles mesures pratiques devraient être prises pour savoir si le facteur de risque est exposé ou non? Comment, à son tour, minimiser leur impact sur le corps humain?

• Si vous avez des maladies du système cardiovasculaire, des indicateurs importants tels que le pouls et la pression artérielle doivent être surveillés deux fois par jour, et il est recommandé de même entrer les résultats dans un journal spécial. Pour cela, il existe des appareils spéciaux - des tonomètres, que vous pouvez acheter dans une pharmacie régulière. Dans le cas d'un indicateur de pression supérieur à 140/90, vous devez absolument consulter un médecin pour éviter les complications.

• Les personnes atteintes de diabète devraient contrôler leur taux de sucre. S'il dépasse la norme, il ne fera pas de mal de consulter un endocrinologue. Il faut comprendre que les patients qui présentent un tel facteur de risque sont le plus souvent soumis à des AVC et à des micro-coups, leurs symptômes sont plus prononcés et souvent mortels.

• Le contrôle du poids est un facteur important sur la voie de la prévention correcte des micro-coups. L'excès de poids est la cause de nombreuses défaillances du système cardiovasculaire ou provoque simplement des conditions critiques de l'organisme dans son ensemble. Par conséquent, il est nécessaire de normaliser le poids d'une personne, car il devient directement un sol propice à un AVC. Régimes médicaux, conseils diététistes, sports vous aideront à faire face à ce problème, si vous le souhaitez bien sûr.

• Un taux de cholestérol élevé, comme vous le savez, peut également provoquer la survenue de micro-AVC et doit être contrôlé par un médecin sur la base d'un examen, de lipidogrammes. Cette maladie est directement liée à l'apparition de micro-AVC. Les plaques de cholestérol restreignent le flux sanguin à travers les vaisseaux, augmentant ainsi la pression artérielle et perturbant le flux sanguin dans tout le système circulatoire.

• Les personnes qui mènent un style de vie passif ne bougent pas beaucoup, passent la plupart de leur temps près du téléviseur, marchent peu au grand air et souffrent plus souvent d'AVC. Il faut se rappeler que l'activité physique régulière a un effet bénéfique sur l'état non seulement des muscles, mais aussi des parois des vaisseaux sanguins, ainsi que de saturer le corps en oxygène. Ainsi, le corps crée des conditions favorables à une vie normale et réduit le risque d'AVC.

Les infusions d'aiguilles de pin avec du jus de citron restaurent parfaitement les vaisseaux sanguins

• Les mauvaises habitudes provoquent également des AVC fréquents. Bien sûr, on ne peut pas argumenter sur les effets nocifs de la nicotine, son effet toxique conduit précisément à ces symptômes qui peuvent évoluer en microstroke en quelques secondes. Ces symptômes comprennent: augmentation de la pression artérielle, accélération du rythme cardiaque, intoxication générale du corps et autres.

• Les médecins parlent beaucoup des dangers de l'alcool. Certains soutiennent qu'une petite quantité d'alcool par jour peut empêcher le développement de l'athérosclérose et une baisse de la viscosité du sang, qui, à son tour, est une sorte de prévention anti-AVC. D'autres affirment que l'alcool à n'importe quelle dose a un effet toxique sur le muscle myocardique et le cerveau lui-même. En tout cas, ne tentez pas le destin et n'abusez ni de l'un ni de l'autre. Les mauvaises habitudes ne sont qu'un mode de vie que vous pouvez changer vous-même et même s'il n'y a aucune menace pour votre santé.

Méthodes alternatives de traitement d'un microstroke

Pour le traitement des maladies, les gens choisissent différentes méthodes, certains vont à la pharmacie et achètent des pilules, d'autres sont traités avec des herbes et diverses infusions. Cela ne veut pas dire que la médecine alternative a déjà très bien réussi dans le traitement des microstrokes, mais son assortiment contient un certain nombre de médicaments efficaces qui sont utilisés avec succès dans un traitement complexe avec une pharmacothérapie de base. Ces remèdes populaires ont un effet plus doux sur le corps humain, ils sont donc idéaux à des fins préventives pendant la période de rééducation post-AVC.

Les thés et les décoctions d'herbes et de baies aideront à faire face à cette maladie. Convient pour cela: fleurs de camomille, agripaume, fleurs et fruits d'aubépine, menthe, racine de valériane, plantain, rose sauvage, feuilles de bouleau, moustache dorée. Les infusions d'aiguilles de pin avec du jus de citron restaurent parfaitement les vaisseaux sanguins, et une compresse de jus de citron aidera à soulager les maux de tête. Les bains de bouillon de sauge amélioreront la santé globale après un micro-AVC.

Conséquences après un micro-coup

Le principal danger d'un micro-coup est une modification des vaisseaux sanguins. À cet égard, un micro-AVC est considéré comme un signe avant-coureur d'une maladie actuellement dépliée, entraînant parfois des conséquences irréversibles pour la santé et la performance. Le micro-coup est compris comme une violation de la circulation cérébrale, qui se produit soudainement et se caractérise par la disparition des symptômes immédiatement après leur apparition ou pendant le premier jour. Mais après un micro-AVC, certaines conséquences peuvent subsister..

Conséquences après un micro-coup

La principale raison de la survenue de troubles lors d'un microstroke est la présence de disparités dans le travail de la paroi vasculaire des petits vaisseaux sanguins en raison de l'athérosclérose, de l'hypertension, etc. En tant que «déclencheur» direct, un spasme aigu d'un petit vaisseau sanguin ou d'un thrombus peut apparaître, ce qui empêche le sang a coulé vers une petite zone du cerveau. Si de tels phénomènes disparaissent immédiatement, il n'y a généralement pas de nécrose des cellules cérébrales, mais une violation temporaire de leur fonction est notée, à la suite de laquelle il y a des signes de microstroke. En cas de persistance prolongée des phénomènes d'un micro-coup, le risque de nécrose des neurones individuels n'est pas exclu. Les conséquences d'une telle nécrose dépendent de la zone touchée et de la rapidité des soins médicaux..

Par conséquent, afin d'éviter autant que possible les conséquences après un micro-coup, lorsque les premiers signes apparaissent, il est nécessaire d'appeler une équipe d'ambulance. Tout d'abord, les soins médicaux devraient être de rétablir une circulation sanguine normale, ce qui empêche la destruction des neurones entourant la zone de nécrose et de restaurer leur fonction.

En règle générale, les micro-coups n'ont pas de conséquences visibles. Mais assez souvent, au cours des 3 jours suivants après un microstroke, un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique sévère à part entière se développe. Si les symptômes d'un micro-coup persistent longtemps ou si le micro-coup se reproduit en raison d'une altération de la circulation sanguine vers les neurones, ces derniers peuvent subir certains changements, dans la plupart des cas ayant un caractère d'échange..

La manifestation de tels changements est possible sous la forme de troubles de la mémoire, de concentration de l'attention et d'autres fonctions cérébrales supérieures. De plus, les patients remarquent généralement le développement de changements de personnalité - ils deviennent plus irritables, dans certains cas, même agressifs ou, au contraire, en larmes. Ainsi, une formation progressive de démence se produit dans le contexte de troubles vasculaires survenant dans la région du cerveau. Les conséquences de ce type sont principalement rencontrées par les patients âgés qui souffrent de nombreux micro-AVC, mais ne remarquent pas leurs manifestations..

Les effets des micro-AVC chez les adolescents et les enfants

Étant donné que l'âge des micro-AVC est beaucoup plus jeune, ce qui s'explique par une augmentation des cas d'obésité chez les adolescents et les enfants, de diabète sucré et d'autres troubles endocriniens, une diminution de la mortalité des nouveau-nés après avoir subi des blessures à la naissance, les conséquences des micro-AVC chez les adolescents et les enfants sont un problème urgent. La survenue de micro-coups chez les nouveau-nés est, en règle générale, le résultat de blessures à la naissance, y compris des blessures de la colonne cervicale, lorsque les artères vertébrales sont compressées, et des malformations cardiaques congénitales. Si vous ne traitez pas un nouveau-né qui a subi un micro-AVC, il est possible de préserver les conséquences tout au long de la vie sous la forme de divers troubles. Après un PPNS mineur chez l'enfant, le développement d'un syndrome d'hyperactivité et une diminution de la concentration de l'attention sont assez souvent constatés, tandis que l'intelligence est préservée. En raison de ces violations, un enfant étudie souvent mal à l'école; des anomalies de comportement chez les adolescents se forment en lui, qui se manifestent de différentes manières..

Les adolescents et les enfants plus âgés peuvent souffrir d'un microtraumatisme en raison de diverses anomalies dans la structure des vaisseaux du cerveau, de malformations cardiaques congénitales, de vascularite, d'obésité et de diabète sucré. De tels micro-AVC ont des conséquences qui peuvent passer inaperçues ou affecter le développement neuropsychique des adolescents, ainsi que leur comportement.

Microstroke dans les symptômes d'un enfant

L'AVC chez les enfants est peut-être considéré comme la pathologie la plus courante chez les jeunes patients. L'ischémie cérébrale aiguë chez un nouveau-né (AVC juvénile) est systématiquement incluse dans les trois premiers en termes de fréquence d'occurrence chez les enfants. Il existe une corrélation directe entre le poids de l'enfant et la probabilité d'un AVC.

Ainsi, chez les enfants de poids normal, le taux d'hémorragie est de 10%, les enfants pesant moins d'un kilogramme et demi sont à risque de lésion cérébrale dans 35 à 40% des cas. Les nourrissons prématurés pesant moins de 1 kg sont les plus à risque, dans lesquels des AVC surviennent dans 100% des cas. De plus, c'est l'AVC juvénile qui est considéré comme la cause de décès la plus courante chez les bébés prématurés..

La formation d'un micro-AVC et d'une ischémie cérébrale chez les nouveau-nés est associée à un certain nombre de facteurs:

  • Blessures à la tête reçues pendant le développement fœtal.
  • Compression des artères basilaires (pour cette raison, l'ischémie cérébrale se développe souvent chez un nouveau-né).
  • Infections intra-utérines.
  • Une circulation sanguine excessive peut également entraîner une hémorragie cérébrale chez un nouveau-né.
  • La formation d'anévrismes des grands vaisseaux.
  • Malformations cardiaques.
  • Perturbations dans le développement des structures cérébrales. Y compris la transposition des grands vaisseaux chez les nouveau-nés, caractérisée par une mauvaise disposition des veines et des artères.
  • L'ischémie chez les nouveau-nés peut être due à une neuroinfection.
  • Processus néoplasiques dans le cerveau. Tout d'abord, les tumeurs, le plexus vasculaire kystique chez un nouveau-né. Provoque une compression et une infiltration du tissu cérébral. Les kystes du plexus vasculaire cérébral sont notés avec une fréquence de 1 à 3% de toutes les observations en neurologie.
  • Développement de malformations (fusion des veines et des artères).
  • Hypoxie. La famine intra-utérine en oxygène entraîne chez l'enfant (l'hypertension, la norme de pression chez l'enfant est de 60/40 mm Hg). Les vaisseaux des nourrissons sont fragiles et de faible tonus, par conséquent, une hémorragie cérébrale se forme souvent chez les nouveau-nés.

Les lésions cérébrales hypoxiques-ischémiques chez les nouveau-nés ne conduisent pas toujours à un accident vasculaire cérébral, mais augmentent le risque de leur survenue à l'avenir.

  • Insuffisance de coagulation.
  • Hypothermie.
  • Hypoglycémie.
  • Hydrocéphalie (la pression intracrânienne chez les enfants est souvent causée par une production accrue de liquide céphalorachidien).
  • Erreurs médicales (livraison incorrecte).
  • Naissance difficile.

L'ischémie cérébrale du nouveau-né est en outre causée par des pathologies endocriniennes (diabète sucré, syndrome hypothalamique), des lésions vasculaires toxiques, etc. Le plus souvent, un AVC hémorragique survient chez les enfants (environ 70%). Les 30% restants sont dus à un AVC ischémique..

Photo d'un kyste dans le cerveau

Classification

Toutes les hémorragies peuvent être divisées en fonction de la localisation du processus pathologique..

  • Hémorragie ventriculaire. Les acides gras élevés chez les nouveau-nés sont les plus courants. Le principal groupe à risque est les bébés prématurés. Dans ce cas, le sang est versé directement dans le tissu cérébral. Si une rupture d'un vaisseau se forme dans la zone remplie de liquide céphalorachidien, le sang est versé dans les ventricules du cerveau.
  • Hémorragie épidurale. Si l'hémorragie intraventriculaire chez les nouveau-nés affecte les structures cérébrales profondes, dans ce cas, les vaisseaux situés entre le crâne et les régions extérieures du cerveau souffrent. Causée par des blessures à la tête.
  • Hémorragie sous-arachnoïdienne. Il se développe entre les structures cérébrales internes et la substance du cerveau. Rupture d'anévrisme, traumatisme crânien, ce ne sont que quelques-unes des causes possibles d'une telle hémorragie chez un nouveau-né.
  • AVC sous-duraux chez les enfants. Des saignements se forment entre les coquilles molles et dures du cerveau. En raison d'une naissance difficile et d'une hypoxie.

Un AVC est précédé d'une affection telle que l'ischémie cérébrale. Chez l'enfant, il procède de manière agressive et progresse rapidement. On distingue trois étapes du processus pathologique:

  • Ischémie cérébrale de 1 degré. Étape compensée. Il se caractérise par des changements réversibles dans les vaisseaux. À ce stade, il y a un rétrécissement des veines et des artères du cerveau.
  • Ischémie de grade 2 chez un nouveau-né. La sténose des gros vaisseaux devient persistante et prononcée.
  • Ischémie 3 stades. Cette étape est caractérisée par le développement de nombreux micro-saignements (microstrokes). La troisième étape précède un coup complet.

Si la violation de la circulation cérébrale chez les enfants est causée par des blessures, des infections, une rupture d'anévrisme, on parle d'accident vasculaire cérébral hémorragique. L'ischémie ne se développe pas ou n'agit pas comme un signe secondaire (complication) pendant la période de rééducation.

Les symptômes d'un accident vasculaire cérébral et d'un micro-coup chez un enfant sont largement similaires. Les manifestations neurologiques viennent au premier plan:

  • Strabisme, mouvements oculaires rapides (nystagmus), globes oculaires roulants.
  • Hyperthermie ou instabilité de la température corporelle (témoigne de l'implication des noyaux d'hypothalamus dans le processus).
  • Tremblements de membres, crampes.
  • Muscles hyper ou hypotoniques.
  • Les violations des fonctions autonomes du corps (changements dans le rythme cardiaque, la respiration, ce sont des signes redoutables, sont plus souvent observés avec des dommages aux structures profondes du cerveau).
  • Baisse de la pression artérielle.
  • Déficience auditive.

D'autres symptômes focaux sont également observés du côté de l'appareil vocal, du système musculaire, des organes du système excréteur, etc. À bien des égards, les symptômes de l'AVC et des micro-AVC chez les nouveau-nés sont similaires à l'infarctus cérébral chez les patients adultes. En plus des symptômes neurologiques, des signes cérébraux sont également notés:

  • La nausée.
  • Vomissement.
  • Vertige (vertige chez un enfant).
  • Mal de crâne.

Si vous devez parler du développement de la maladie chez le bébé, il est possible d'identifier les sensations subjectives du bébé par un certain nombre de manifestations externes:

  • Visage tendu.
  • Pleurs constants.
  • Changement d'intensité de la voix, de son volume.
  • Réaction lumineuse et prononcée à un stimulus externe minimal (son, lumière, odeur).
  • Tension occipitale excessive.
  • Pâleur de la peau.
  • Apnée.
  • Léthargie, somnolence d'un bébé.
  • Rots fréquents.

Avec un microstroke, le tableau clinique est similaire, la seule différence étant que la durée des manifestations est d'une minute à un jour. L'ischémie cérébrale aiguë complète se caractérise par une durée de plus de 24 heures.

Le diagnostic et le traitement sont effectués par des neurologues et des neurochirurgiens. Un examen complet d'un jeune patient est requis:

  • IRM / CT. Il est considéré comme le "gold standard" dans le diagnostic des lésions des structures cérébrales..
  • Encéphalographie.
  • Dopplerographie des vaisseaux sanguins.
  • Angiographie des vaisseaux sanguins.
  • Neuronographie.
  • Ponction lombaire (selon les indications).
  • Analyses sanguines (générales et biochimiques).

Dans le complexe de ces études, avec un examen initial et des tests fonctionnels, il suffit de faire un diagnostic correct.

La thérapie vise à résoudre plusieurs problèmes: arrêter les symptômes cérébraux et focaux, éliminer les saignements.

Il est important de commencer le traitement dans les six premières heures, car à plus long terme, il y aura une mort massive de neurones.

La thérapie peut être conservatrice ou, dans les cas les plus graves, neurochirurgicale. Conservateur implique de prendre certains groupes de médicaments:

  • Diurétiques (pour œdème cérébral).
  • Agents hémostatiques (Vikasol, Etamsylate, pour arrêter les saignements avec une mauvaise coagulation).
  • Phénobarbital pour les convulsions.
  • Médicaments nootropes (pendant la rééducation).
  • Médicaments de récupération (électrolytes, chlorure de potassium, sulfate de magnésium, etc.).

Une thérapie neurochirurgicale est requise dans près de la moitié des cas. Comprend des techniques mini-invasives:

  • Ponction lombaire.
  • Ponction ventriculaire.
  • Aspiration de sang.

L'efficacité du traitement chirurgical est de 35 à 40% des cas cliniques.

Les conséquences de l'hémorragie cérébrale chez les nouveau-nés peuvent être désastreuses. Ceux-ci inclus:

  • Troubles focaux persistants (parole, audition, vision, activité motrice, etc.).
  • Paralysie cérébrale.
  • Retard mental.
  • Problèmes comportementaux.
  • Issue fatale.
  • Hydrocéphalie.

Une aide pour un nouveau-né est nécessaire dans les toutes premières minutes suivant le développement d'une ischémie aiguë:

  • Mettez le bébé face vers le haut avec les genoux pliés.
  • Lève la tête.
  • Fournir de l'oxygène.
  • Enlevez les vêtements serrés.
  • Tournez la tête sur le côté (si les vomissements ont commencé).
  • Appeler d'urgence une équipe de médecins.
  • Préparez-vous à la réanimation.

À la fin des principales mesures thérapeutiques figurent:

Le programme de récupération est développé individuellement, en fonction du type d'AVC, de la gravité du processus, de la santé générale du jeune patient.

L'AVC hémorragique chez l'enfant est plus agressif que chez l'adulte. Le diagnostic et le traitement des lésions cérébrales chez l'enfant sont associés à un certain nombre de difficultés dues à la fragilité du corps du nourrisson.

Une approche intégrée est nécessaire, en outre, la thérapie doit commencer le plus tôt possible. La seule façon d'assurer une issue favorable de la maladie.

Les lésions cérébrales sont peut-être considérées comme la pathologie la plus courante chez les jeunes patients. L'ischémie cérébrale aiguë chez un nouveau-né (AVC juvénile) est systématiquement incluse dans les trois premiers en termes de fréquence d'occurrence chez les enfants. Il existe une corrélation directe entre le poids de l'enfant et la probabilité d'un AVC.

Ainsi, chez les enfants de poids normal, le taux d'hémorragie est de 10%, les enfants pesant moins d'un kilogramme et demi sont à risque de lésion cérébrale dans 35 à 40% des cas. Les nourrissons prématurés pesant moins de 1 kg sont les plus à risque, dans lesquels des AVC surviennent dans 100% des cas. De plus, c'est l'AVC juvénile qui est considéré comme la cause de décès la plus courante chez les bébés prématurés..

La formation d'un micro-AVC et d'une ischémie cérébrale chez les nouveau-nés est associée à un certain nombre de facteurs:

  • Blessures à la tête reçues pendant le développement fœtal.
  • Compression des artères basilaires (pour cette raison, l'ischémie cérébrale se développe souvent chez un nouveau-né).
  • Infections intra-utérines.
  • Une circulation sanguine excessive peut également entraîner une hémorragie cérébrale chez un nouveau-né.
  • La formation d'anévrismes des grands vaisseaux.
  • Malformations cardiaques.
  • Perturbations dans le développement des structures cérébrales. Y compris la transposition des grands vaisseaux chez les nouveau-nés, caractérisée par une mauvaise disposition des veines et des artères.
  • L'ischémie chez les nouveau-nés peut être due à une neuroinfection.
  • Processus néoplasiques dans le cerveau. Tout d'abord, les tumeurs, le plexus vasculaire kystique chez un nouveau-né. Provoque une compression et une infiltration du tissu cérébral. Les kystes du plexus vasculaire cérébral sont notés avec une fréquence de 1 à 3% de toutes les observations en neurologie.
  • Développement de malformations (fusion des veines et des artères).
  • Hypoxie. La famine intra-utérine en oxygène entraîne chez l'enfant (l'hypertension, la norme de pression chez l'enfant est de 60/40 mm Hg). Les vaisseaux des nourrissons sont fragiles et de faible tonus, par conséquent, une hémorragie cérébrale se forme souvent chez les nouveau-nés.

Les lésions cérébrales hypoxiques-ischémiques chez les nouveau-nés ne conduisent pas toujours à un accident vasculaire cérébral, mais augmentent le risque de leur survenue à l'avenir.

  • Insuffisance de coagulation.
  • Hypothermie.
  • Hypoglycémie.
  • Hydrocéphalie (la pression intracrânienne chez les enfants est souvent causée par une production accrue de liquide céphalorachidien).
  • Erreurs médicales (livraison incorrecte).
  • Naissance difficile.

L'ischémie cérébrale du nouveau-né est en outre causée par des pathologies endocriniennes (diabète sucré, syndrome hypothalamique), des lésions vasculaires toxiques, etc. Le plus souvent, un AVC hémorragique survient chez les enfants (environ 70%). Les 30% restants sont dus à un AVC ischémique..

Photo d'un kyste dans le cerveau

Toutes les hémorragies peuvent être divisées en fonction de la localisation du processus pathologique..

  • Hémorragie ventriculaire. Les acides gras élevés chez les nouveau-nés sont les plus courants. Le principal groupe à risque est les bébés prématurés. Dans ce cas, le sang est versé directement dans le tissu cérébral. Si une rupture d'un vaisseau se forme dans la zone remplie de liquide céphalorachidien, le sang est versé dans les ventricules du cerveau.
  • Hémorragie épidurale. Si l'hémorragie intraventriculaire chez les nouveau-nés affecte les structures cérébrales profondes, dans ce cas, les vaisseaux situés entre le crâne et les régions extérieures du cerveau souffrent. Causée par des blessures à la tête.
  • Hémorragie sous-arachnoïdienne. Il se développe entre les structures cérébrales internes et la substance du cerveau. Rupture d'anévrisme, traumatisme crânien, ce ne sont que quelques-unes des causes possibles d'une telle hémorragie chez un nouveau-né.
  • AVC sous-duraux chez les enfants. Des saignements se forment entre les coquilles molles et dures du cerveau. En raison d'une naissance difficile et d'une hypoxie.

Un AVC est précédé d'une affection telle que l'ischémie cérébrale. Chez l'enfant, il procède de manière agressive et progresse rapidement. On distingue trois étapes du processus pathologique:

  • Ischémie cérébrale de 1 degré. Étape compensée. Il se caractérise par des changements réversibles dans les vaisseaux. À ce stade, il y a un rétrécissement des veines et des artères du cerveau.
  • Ischémie de grade 2 chez un nouveau-né. La sténose des gros vaisseaux devient persistante et prononcée.
  • Ischémie 3 stades. Cette étape est caractérisée par le développement de nombreux micro-saignements (microstrokes). La troisième étape précède un coup complet.

Si la violation de la circulation cérébrale chez les enfants est causée par des blessures, des infections, une rupture d'anévrisme, on parle d'accident vasculaire cérébral hémorragique. L'ischémie ne se développe pas ou n'agit pas comme un signe secondaire (complication) pendant la période de rééducation.

Les symptômes d'un accident vasculaire cérébral et d'un micro-coup chez un enfant sont largement similaires. Les manifestations neurologiques viennent au premier plan:

  • Strabisme, mouvements oculaires rapides (nystagmus), globes oculaires roulants.
  • Hyperthermie ou instabilité de la température corporelle (témoigne de l'implication des noyaux d'hypothalamus dans le processus).
  • Tremblements de membres, crampes.
  • Muscles hyper ou hypotoniques.
  • Les violations des fonctions autonomes du corps (changements dans le rythme cardiaque, la respiration, ce sont des signes redoutables, sont plus souvent observés avec des dommages aux structures profondes du cerveau).
  • Baisse de la pression artérielle.
  • Déficience auditive.

D'autres symptômes focaux sont également observés du côté de l'appareil vocal, du système musculaire, des organes du système excréteur, etc. À bien des égards, les symptômes de l'AVC et des micro-AVC chez les nouveau-nés sont similaires à l'infarctus cérébral chez les patients adultes. En plus des symptômes neurologiques, des signes cérébraux sont également notés:

  • La nausée.
  • Vomissement.
  • Vertige (vertige chez un enfant).
  • Mal de crâne.

Si vous devez parler du développement de la maladie chez le bébé, il est possible d'identifier les sensations subjectives du bébé par un certain nombre de manifestations externes:

  • Visage tendu.
  • Pleurs constants.
  • Changement d'intensité de la voix, de son volume.
  • Réaction lumineuse et prononcée à un stimulus externe minimal (son, lumière, odeur).
  • Tension occipitale excessive.
  • Pâleur de la peau.
  • Apnée.
  • Léthargie, somnolence d'un bébé.
  • Rots fréquents.

Avec un microstroke, le tableau clinique est similaire, la seule différence étant que la durée des manifestations est d'une minute à un jour. L'ischémie cérébrale aiguë complète se caractérise par une durée de plus de 24 heures.

Le diagnostic et le traitement sont effectués par des neurologues et des neurochirurgiens. Un examen complet d'un jeune patient est requis:

  • IRM / CT. Il est considéré comme le "gold standard" dans le diagnostic des lésions des structures cérébrales..
  • Encéphalographie.
  • Dopplerographie des vaisseaux sanguins.
  • Angiographie des vaisseaux sanguins.
  • Neuronographie.
  • Ponction lombaire (selon les indications).
  • Analyses sanguines (générales et biochimiques).

Dans le complexe de ces études, avec un examen initial et des tests fonctionnels, il suffit de faire un diagnostic correct.

La thérapie vise à résoudre plusieurs problèmes: arrêter les symptômes cérébraux et focaux, éliminer les saignements.

Il est important de commencer le traitement dans les six premières heures, car à plus long terme, il y aura une mort massive de neurones.

La thérapie peut être conservatrice ou, dans les cas les plus graves, neurochirurgicale. Conservateur implique de prendre certains groupes de médicaments:

  • Diurétiques (pour œdème cérébral).
  • Agents hémostatiques (Vikasol, Etamsylate, pour arrêter les saignements avec une mauvaise coagulation).
  • Phénobarbital pour les convulsions.
  • Médicaments nootropes (pendant la rééducation).
  • Médicaments de récupération (électrolytes, chlorure de potassium, sulfate de magnésium, etc.).

Une thérapie neurochirurgicale est requise dans près de la moitié des cas. Comprend des techniques mini-invasives:

  • Ponction lombaire.
  • Ponction ventriculaire.
  • Aspiration de sang.

L'efficacité du traitement chirurgical est de 35 à 40% des cas cliniques.

Les conséquences de l'hémorragie cérébrale chez les nouveau-nés peuvent être désastreuses. Ceux-ci inclus:

  • Troubles focaux persistants (parole, audition, vision, activité motrice, etc.).
  • Paralysie cérébrale.
  • Retard mental.
  • Problèmes comportementaux.
  • Issue fatale.
  • Hydrocéphalie.

Une aide pour un nouveau-né est requise dans les toutes premières minutes suivant le développement d'une ischémie aiguë:

  • Mettez le bébé face vers le haut avec les genoux pliés.
  • Lève la tête.
  • Fournir de l'oxygène.
  • Enlevez les vêtements serrés.
  • Tournez la tête sur le côté (si les vomissements ont commencé).
  • Appeler d'urgence une équipe de médecins.
  • Préparez-vous à la réanimation.

À la fin des principales mesures thérapeutiques figurent:

Le programme de récupération est développé individuellement, en fonction du type d'AVC, de la gravité du processus, de la santé générale du jeune patient.

L'AVC hémorragique chez l'enfant est plus agressif que chez l'adulte. Le diagnostic et le traitement des lésions cérébrales chez l'enfant sont associés à un certain nombre de difficultés dues à la fragilité du corps du nourrisson.

Une approche intégrée est nécessaire, en outre, la thérapie doit commencer le plus tôt possible. La seule façon d'assurer une issue favorable de la maladie.

Presque tout le monde sait ce qu'est un accident vasculaire cérébral et à quel point cette maladie est dangereuse, mais parmi les gens, vous pouvez rencontrer un autre terme, dont personne ne sait vraiment la signification, est un microstroke. Cet article explique de quel type de pathologie il s'agit, à quel point elle est dangereuse et en quoi elle diffère d'un accident vasculaire cérébral.

Il est immédiatement nécessaire de préciser qu'en médecine officielle, il n'y a pas de diagnostic comme un micro-AVC, et il ne peut pas être trouvé dans la révision de la Classification internationale des maladies 10. Il s'agit d'un terme exclusivement familier utilisé par les patients et les médecins pour expliquer à une personne ce qui lui est arrivé et pour souligner la gravité de la situation..

Un microstroke ne peut pas être interprété comme un petit coup (il y a un coup ou non). Ce concept en médecine existe sous le diagnostic de trouble transitoire du flux sanguin cérébral (MVPM), ce qui signifie un dysfonctionnement de la fonction vasculaire cérébrale qui s'est produit soudainement et s'accompagne de symptômes neurologiques cérébraux ou focaux (comme un accident vasculaire cérébral), mais qui passent indépendamment ou sous l'influence du traitement au cours des 24 premières heures. Dans ce cas, après un micro-AVC, il n'y a pas de symptômes neurologiques, ce qui est confirmé par les données d'études complémentaires (TDM et IRM du cerveau).

Il s'agit de la forme clinique la plus courante d'accident vasculaire cérébral aigu. Bien que cette fois (un micro-AVC), le patient a eu de la chance (il n'y a pas d'effets résiduels du problème), même un seul cas de micro-AVC est une sorte d'avertissement pour la personne à prendre d'urgence des mesures pour prévenir un accident vasculaire cérébral aigu, car la prochaine fois, il ne peut pas se terminer tellement bien.

Si nous regardons les statistiques médicales, alors 40% des patients qui ont subi un micro-AVC développent un AVC ischémique ou hémorragique au cours des 3 prochaines années, et plus les troubles transitoires de la circulation sanguine cérébrale étaient, plus les chances d'une catastrophe vasculaire à part entière étaient élevées..

Il est également nécessaire de souligner qu'un micro-coup est un concept collectif, il comprend plusieurs types de perturbation transitoire du flux sanguin cérébral:

  • accident ischémique transitoire;
  • crise hypertensive cérébrale;
  • encéphalopathie hypertensive aiguë.

La base de la pathogenèse de la PNMK est l'hypoxie cérébrale aiguë, qui dure plusieurs secondes ou minutes (jusqu'à 3-4), après quoi le flux sanguin normal reprend et les neurones cérébraux ne meurent pas, contrairement à un véritable accident vasculaire cérébral, lorsqu'une partie du cerveau est nécrosée et change irréversible tissu. En conséquence, après l'apparition des premiers symptômes d'un micro-coup, ils disparaissent rapidement et il n'y a pas de déficit neurologique, car les cellules reprennent complètement leur fonction, ce qui n'arrive jamais avec un accident vasculaire cérébral.

Il convient également de souligner que le PNMK est un diagnostic dynamique, c'est-à-dire qu'il n'est possible de répondre à la question de savoir si un patient a eu un accident vasculaire cérébral ou non, après seulement quelques jours d'observation attentive dans des conditions stationnaires et une tomodensitométrie du cerveau (y a-t-il ou non des foyers de dommages aux tissus cérébraux? ) Par conséquent, tous les patients avec un diagnostic présumé de microstroke doivent être hospitalisés, et ils sont assistés comme dans le cas d'un accident vasculaire cérébral, afin de ne pas manquer un temps précieux en cas de développement d'une perturbation irréversible du flux sanguin cérébral.

Le diagnostic différentiel entre l'accident vasculaire cérébral et les micro-AVC permet la tomodensitométrie du cerveau

Les causes et les facteurs de risque des micro-AVC ne sont pas différents de ceux d'un véritable AVC. Le plus souvent, cette maladie est causée par:

  • les lésions vasculaires athérosclérotiques, comme vous le savez, l'athérosclérose est une maladie systémique, si une personne souffre d'une maladie coronarienne, alors elle a certainement des plaques athérosclérotiques dans les vaisseaux du cerveau;
  • hypertension et crises hypertensives fréquentes;
  • maladies du système cardiaque et vasculaire (fibrillation auriculaire, malformations cardiaques congénitales ou acquises, chirurgie cardiaque pour remplacer les valves, maladie coronarienne, endocardite et myocardite, arythmies et blocages cardiaques);
  • diabète sucré, en particulier 2 types;
  • compression des artères cérébrales et extracrâniennes de l'extérieur (tumeur, ostéophytes avec spondylose cervicale, hernie du rachis cervical, dissection des artères, de leurs anévrismes) ou de leur spasme;
  • lésions inflammatoires des artères du cerveau de nature infectieuse ou auto-immune (vascularite);
  • maladies congénitales du lit vasculaire du cerveau (diverses malformations vasculaires, dysplasie artérielle fibro-musculaire);
  • augmenter le risque de contraceptifs oraux PNMC, crises de migraine, tabagisme, maladies du système sanguin, varices des membres inférieurs, âge, surcharge pondérale.

L'hypertension est la cause la plus fréquente de micro-AVC.

Dans la grande majorité des cas, avec un micro-AVC, de petits vaisseaux artériels souffrent, qui alimentent en sang une petite zone du cerveau.

La connaissance des causes et des facteurs prédisposants au développement du PNMK est nécessaire pour quiconque envisage de s'engager dans la prévention primaire ou secondaire des accidents vasculaires dans le corps.

Les premiers signes et symptômes d'un micro-AVC varient dans une large gamme, ce qui dépend du diamètre et de l'emplacement du vaisseau artériel affecté, ainsi que du mécanisme de développement du trouble (thrombus, embole, spasme, compression, perturbation de l'autorégulation de la circulation cérébrale, etc.). Dans certains cas, une personne peut même ne pas soupçonner qu'elle a eu un micro-accident vasculaire cérébral, par exemple des étourdissements, des maux de tête, des engourdissements et des picotements dans la main pendant plusieurs secondes, une vision floue, une faiblesse musculaire peuvent être les signes d'une crise ischémique transitoire..

Dans les autres cas, les troubles se développent très rapidement et ne passent pas inaperçus, car ils sont prononcés et similaires aux symptômes d'un véritable AVC.

Signes alarmants:

  • rapiéçage aigu de n'importe quelle partie du corps ou du membre, sensation de «chair de poule rampante»;
  • forte faiblesse musculaire dans le bras ou la jambe;
  • perte de sensibilité d'une certaine zone de la peau;
  • maux de tête aigus et augmentation de la pression artérielle, vertiges;
  • déficience visuelle soudaine;
  • paralysie des jambes ou des bras;
  • omission du coin de la bouche, incapacité à sourire;
  • troubles de la parole;
  • crampes, vomissements, nausées, conscience confuse.

Si vous remarquez au moins l'un des symptômes décrits ci-dessus chez vous ou chez les personnes qui vous entourent, assurez-vous d'appeler rapidement et de donner les premiers soins à la victime, car ces signes peuvent indiquer à la fois un accident vasculaire cérébral et un accident vasculaire cérébral..

Un trait caractéristique du tableau clinique d'un microstroke est la courte durée de la présence de symptômes pathologiques avec leur régression rapide supplémentaire. En outre, les signes de PNMK varient en fonction du type de violation. Examinons-les plus en détail..

Ce type d'accident vasculaire cérébral transitoire survient le plus souvent (2/3 de tous les patients avec ce diagnostic). La cause en est l'hypertension, et la base de la pathogenèse des symptômes est un échec de l'autorégulation de la circulation cérébrale. Il y a deux options possibles. Le premier - en raison d'une forte augmentation de la pression, les artères cérébrales se dilatent trop, ce qui entraîne une hyperperfusion du tissu cérébral, une congestion veineuse et un œdème cérébral. La deuxième option se développe avec une augmentation progressive de la pression, lorsque les artères du cerveau se rétrécissent en réponse à une augmentation de la pression systémique, ce qui entraîne une hypoxie et une privation d'oxygène des neurones.

Les symptômes ne sont pas spécifiques. Les patients se plaignent de maux de tête éclatants ou lancinants, d'étourdissements, de nausées et de vomissements, de bruit et de bourdonnements d'oreilles. En règle générale, les symptômes focaux ne sont pas observés, mais des convulsions, une légère altération de la conscience, un syndrome de méningisme peuvent survenir. Lors de la mesure de la pression, elle est augmentée à des nombres élevés.

Des maux de tête et des étourdissements peuvent être des signes d'un micro-AVC.

Une attaque ischémique transitoire se développe le plus souvent en raison d'un rétrécissement athérosclérotique des vaisseaux sanguins, d'un blocage des vaisseaux sanguins par des emboles ou des masses thrombotiques. Les causes et les mécanismes de développement de ce type de perturbation transitoire de la circulation sanguine du cerveau sont les mêmes que les AVC ischémiques. La différence n'est que dans le temps de fermeture du vaisseau et les conséquences: avec TIA - cela prend plusieurs secondes ou 3-4 minutes, les symptômes lors de l'élimination du blocage de l'artère passent sans laisser de trace, avec un AVC ischémique les changements sont irréversibles, car le facteur causal dure plus longtemps que les neurones sont capables de maintenir une activité vitale sans sang (4-6 minutes).

Les symptômes neurologiques focaux prédominent dans le tableau clinique de l'AIT. Vous pouvez observer un engourdissement de certaines parties du corps, une paralysie et une faiblesse musculaire de l'un des membres, des troubles de la vision, de l'audition, de la parole, une asymétrie du visage, des crampes, une perte de sensibilité de certaines parties de la peau. Dans certains cas, des symptômes cérébraux sont également observés..

Avec l'AIT, ces symptômes disparaissent rapidement, contrairement à un AVC, dans lequel ils peuvent même progresser..

Ce PNMK a le même mécanisme de développement que la première variante de la crise cérébrale hypertensive, mais en diffère par la durée et le degré des changements pathologiques dans le tissu cérébral. Si l'hypertension artérielle n'est pas éliminée à temps, la perturbation circulatoire dans le cerveau progresse, ce qui conduit à la libération de la partie liquide du sang des vaisseaux débordants dans le tissu nerveux avec le développement d'un œdème cérébral, qui est un état mortel. Symptômes similaires à une crise hypertensive cérébrale, mais ayant un caractère plus prononcé.

Si une assistance en temps opportun n'est pas fournie au patient (une diminution rapide et mesurée de la pression artérielle), une encéphalopathie hypertensive aiguë peut entraîner la mort..

La portée des premiers soins d'urgence et des soins médicaux n'est pas différente avec un microstroke et un véritable accident vasculaire cérébral, car il est presque impossible de distinguer ces conditions au début de la maladie.

Premiers secours:

  • appelez certainement une ambulance;
  • vous devez placer le patient sur une surface dure (soudainement, une réanimation sera nécessaire) avec une tête surélevée pour éviter l'enflure des tissus cérébraux;
  • si une personne vomit, vous devez tourner la tête d'un côté pour que le vomi n'entre pas dans les voies respiratoires et ne provoque pas l'asphyxie;
  • il est nécessaire de détacher le col et la ceinture à la victime afin qu'ils ne serrent pas le corps, il faut également permettre l'accès à l'air frais;
  • si vous avez la possibilité de mesurer la pression artérielle, faites-le sans faute - en cas d'augmentation brutale de celle-ci, vous pouvez prendre un comprimé du médicament antihypertenseur que le médecin vous a conseillé dans de tels cas, interdit par voie parentérale d'administrer des médicaments antihypertenseurs - la réduction de la pression doit être dosée, sinon vous risquez seulement d'exacerber la situation;
  • si le patient est dans un état de mort clinique - par tous les moyens, commencez les mesures de réanimation et ne vous arrêtez pas avant l'arrivée de la brigade d'ambulance.

Instruction vidéo sur les premiers soins à un patient avec un AVC soupçonné:

Premiers soins pour les patients d'AVC

Les premiers soins dépendent de la situation clinique et comprennent des activités avec les objectifs suivants:

  • réduction dosée de la pression artérielle en cas de crise hypertensive;
  • améliorer l'activité cardiaque;
  • reprise rapide et adéquate de la circulation cérébrale;
  • correction des propriétés rhéologiques du sang;
  • établissement de processus de microcirculation dans le tissu cérébral;
  • amélioration des processus métaboliques du tissu nerveux;
  • prévention ou soulagement de l'œdème cérébral;
  • thérapie symptomatique.

Avec un micro-coup, dans le contexte des mesures prises, l'état du patient s'améliore considérablement, mais si cela ne se produit pas ou si la progression des symptômes est observée, alors la personne a probablement un accident vasculaire cérébral.

Les premiers symptômes et aide à l'accident vasculaire cérébral aigu

Pour une diminution rapide et dosée de la pression artérielle, plusieurs groupes de médicaments antihypertenseurs sont utilisés et administrés par voie parentérale:

  • le dibazole avec la papavérine est administré par voie intramusculaire;
  • magnésie intraveineuse avec solution saline et furosémide;
  • En fonction des symptômes supplémentaires, l'obzidan, l'anapriline, l'aminophylline, la chlorpromazine, la nifédinine, le nitroprussiate de sodium, etc. peuvent également être prescrits..

Pour normaliser l'activité cardiaque, le korglikon, la digoxine, la cordiamine sont prescrits.

Pour améliorer la circulation cérébrale, des médicaments vasoactifs sont administrés - aminophylline, cavinton, acide nicotinique, cinarizine, citicoline, actovegin.

Pour normaliser la rhéologie sanguine et établir la microcirculation, l'aspirine, le dipyridamole, le sermion, la pentoxifyline, les anticoagulants - l'héparine et les héparines de bas poids moléculaire (fraxiparine, énoxaparine) sont utilisés..

Pour la neuroprotection, des médicaments sont utilisés - ceraxon, nootropil, piracétam, cérébrolysine, vitamines B.

Avec l'oedème cérébral, le mannitol, le furosémide, l'aminophylline, les hormones corticostéroïdes, les antihistaminiques sont prescrits.

Avec les AIT fréquentes, qui sont causées par un rétrécissement athérosclérotique des artères extracrâniennes, un traitement chirurgical est possible dans le département de chirurgie vasculaire.

Vidéo microstroke:

Microstroke comment ne pas manquer

Comme nous l'avons déjà mentionné, un micro-coup n'a pas de conséquences immédiates si l'œdème cérébral ne se joint pas, ce qui peut entraîner la mort. Mais le TIA ou un autre type de PNMK est une sorte de dernier avertissement pour le corps. Selon les statistiques, environ 40% des patients développent des AVC ischémiques étendus au cours des 3 premières années après l'AIT, et des crises hypertensives fréquentes entraînent des hémorragies cérébrales. Par conséquent, un point important dans la prévention des catastrophes cardiovasculaires mortelles est l'identification active et le traitement des conditions et des maladies qui y conduisent..

La prévention et la correction des facteurs de risque de micro-AVC, la modification du mode de vie, une alimentation saine, le maintien d'un poids corporel normal, l'exercice régulier sont également importants dans la prévention..

En médecine officielle, il n'y a pas de micro-AVC. Il n'y a qu'un seul diagnostic spécifique - un accident vasculaire cérébral, lorsqu'en cas de violation aiguë de la circulation cérébrale, une personne littéralement en quelques heures ou minutes présente des symptômes neurologiques, cérébraux ou focaux.

Mais dans la pratique, souvent un micro-AVC, un mini-AVC sont des termes utilisés à la fois par les médecins et les patients. Voyons ce que c'est, comment cela se produit et quels signes indiquent qu'une personne a eu un micro-coup..

Un micro-coup est une nécrose du tissu cérébral due à un caillot de sang ou à un rétrécissement marqué (ischémique) d'un petit vaisseau. Il est souvent confondu avec une attaque ischémique transitoire, lorsque la nutrition du cerveau s'aggrave, ce qui conduit à l'apparition temporaire de symptômes neurologiques de troubles cérébraux. L'attaque est toujours réversible et n'amène pas le tissu cérébral à des changements nécrotiques. Cela peut durer de quelques minutes à un jour. Avec un microstroke, les changements des tissus nécrotiques sont minimes, mais ils sont là et il n'y a pas de réversibilité complète du processus, bien qu'après cela le patient puisse décemment compenser et récupérer.

Le plus souvent, une attaque ischémique par transitron se produit en raison d'un caillot de sang, ce qui conduit à un blocage temporaire ou à une restriction de l'approvisionnement en sang à n'importe quelle partie du cerveau, mais généralement uniquement aux petits vaisseaux, et lorsque le flux sanguin est rétabli, les symptômes de type accident vasculaire cérébral disparaissent. En cas d'AVC réel, le vaisseau affecté ou plusieurs vaisseaux restent bloqués.

En fait, un micro-coup est le même accident vasculaire cérébral, n'affectant que les petits vaisseaux du cerveau, la violation est donc subtile et la récupération se produit rapidement.

L'insidiosité d'un microstroke est qu'une personne ne sait pas ce qui s'est passé, et c'est le premier signal, un avertissement qu'il y a un risque réel d'un accident vasculaire cérébral grave à l'avenir.

Il est possible d'établir qu'une personne a eu une hémorragie cérébrale à petite échelle uniquement à la suite d'un examen pathologique (voir un test simple pour

définition du risque d'AVC

Beaucoup de gens croient à tort que l'AVC et les micro-AVC affectent les personnes de plus de 45 ans.Cependant, le risque de développer cette formidable maladie augmente après 30 ans, en particulier chez les personnes dépendantes des conditions météorologiques qui sont dans un état de stress chronique, de surmenage et d'effort physique immense. En outre, il existe un certain nombre de maladies dans lesquelles le risque de développer un micro-AVC ischémique augmente, à savoir:

  • Hypertension (surtout avec les crises hypertensives)
  • Athérosclérose des vaisseaux cérébraux (voir élévation du cholestérol sanguin)
  • Fibrillation auriculaire, tachyarythmie et bradyarythmie
  • Infarctus du myocarde

Les facteurs de risque provoquant le développement d'hémorragies ponctuelles dans le cerveau comprennent également:

  • Âge. Avec l'âge, le risque augmente considérablement, surtout après 60 ans. Mais aujourd'hui, avec d'autres facteurs provoquants et maladies concomitantes, le risque augmente après 35 ans.
  • Trop manger, obésité, surpoids, malnutrition, manger de grandes quantités d'aliments gras.
  • Un mode de vie sédentaire, un travail sédentaire, un manque d'activité physique régulière.
  • L'abus d'alcool
  • Fumeur
  • Sensibilité aux intempéries
  • Diabète
  • Exercice excessif
  • Surmenage chronique et stress

La cause d'un micro-coup est un spasme de petits vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau, de sorte que certaines cellules meurent en raison d'une hémorragie ponctuelle. Le processus de mort des cellules cérébrales avec un microstroke prend en moyenne 6 heures, puis une restauration progressive de la partie endommagée du cerveau se produit.

Les signes d'un micro-AVC sont identiques aux symptômes d'un accident vasculaire cérébral grave.Par conséquent, lorsque les affections suivantes apparaissent, une personne doit prendre une position immobile, lever la tête, mettre une serviette froide sur son front, fournir de l'air frais dans la pièce et appeler une ambulance. Les principaux symptômes comprennent:

  • Engourdissement du visage et des membres
  • Étourdissements et maux de tête intenses et soudains (voir maux de tête au front)
  • Une forte augmentation de la pression artérielle
  • Manque de coordination des mouvements, des problèmes surviennent lors de la marche ou du maintien de l'équilibre
  • Hypersensibilité à la lumière vive et aux sons forts

Il peut également y avoir des symptômes supplémentaires:

  • Faiblesse générale - sensation de stupeur, faiblesse, somnolence
  • Possible, mais pas nécessaire - perte de conscience à court terme
  • Déficience visuelle à court terme
  • Problèmes d'élocution, difficulté de prononciation et de compréhension de la parole

Même si seulement 4 à 5 des signes énumérés d'un microstroke apparaissent, c'est une occasion pour un examen médical immédiat et la prestation de soins appropriés.

Les micro-coups ne passent pas inaperçus: plusieurs de ces petites perturbations de la circulation cérébrale entraînent une inhibition de la fonction intellectuelle jusqu'à la démence (démence).

Tout d'abord, c'est la tomographie. Tous les centres vasculaires décents sont actuellement équipés de tomographes et l'étude différencie avec précision le diagnostic d'accident vasculaire cérébral de l'ischémie transitoire ou des néoplasmes volumétriques dans le cerveau..

Avec un micro-AVC, il est très important de fournir les médicaments à temps. La thérapie ne peut être efficace que dans les 3 premières heures après le début des symptômes caractéristiques.Par conséquent, plus une personne est livrée rapidement à un établissement médical, plus elle sera aidée rapidement, plus les chances du patient de se rétablir complètement seront grandes. Si après un micro-AVC plus de 6 heures se sont écoulées, toute thérapie sera inefficace.

Les médicaments suivants sont utilisés pour rétablir le flux sanguin dans la zone affectée du cerveau:

  • Thrombolytiques.
  • Anticoagulants. Direct (héparine). Héparines de bas poids moléculaire, nadroparine (fraksiparine), énoxyparine (clexane), daltéparine (fragmentine). Indirecte - warfarine, sincumar, néodikumarine.
  • Désagrégants. Acide acétylsalicylique (aspirine-cardio, thromboass, aspilate). Avec son intolérance - clopidogrel, dipyridomole, ticlopidine.
  • Médicaments vasoactifs. Pentoxifylline, vinpocetine, trental, carillons.
  • Dextrans de bas poids moléculaire. Reopoliglyukin, reomacrodex.
  • Antihypertenseur. Utilisé pour une pression artérielle> 180/105 mm Hg Inhibiteurs de l'ECA (énalapril, captopril). Bloqueurs des canaux calciques (Nicardipine).
  • Neuroprotecteurs. Avec un faible niveau de preuve d'effets, ils sont utilisés en neurologie pratique.
    1. Antagonistes du glutamate (préparations de magnésium).
    2. Inhibiteurs du glutamate (glycine, semax).
    3. Nootropiques (cérébrolysine, piracétam).
    4. Antioxydants (vitamine E, mildronate).
  • Dans la période de récupération, le patient est montré - massage, exercices de respiration, exercices de physiothérapie, alimentation, physiothérapie.

Des études très intéressantes menées par des scientifiques américains ont prouvé que l'utilisation de pommes de pin de l'AVC réduit considérablement les effets de la destruction des cellules cérébrales. Par conséquent, tous ceux qui sont à risque de microstroke, d'accident vasculaire cérébral et tout le monde qui surveille leur santé, en particulier les personnes après 40 ans, peuvent recevoir des cours préventifs de cette thérapie en utilisant une infusion ou une teinture de pommes de pin. Plus d'informations à ce sujet dans notre article..

Le plus souvent, après des troubles transitoires de la circulation cérébrale, il n'y a pas de conséquences immédiates notables. Cependant, chez certaines personnes, après un micro-coup, il peut y avoir des troubles tels que des troubles de la mémoire, une diminution de la durée d'attention, une distraction, une irritabilité accrue, une dépression, des larmes ou vice versa peuvent également apparaître.

Mais il y a des cas où, littéralement dans les 3 jours suivant une hémorragie, un patient subit un grave accident hémorragique ou ischémique. Selon les statistiques, dans 60% des cas après un micro-AVC, une attaque ischémique transitoire répétée du cerveau se produit. Et, en conséquence, les conséquences deviennent plus graves.

L'accident vasculaire cérébral transféré devrait servir de raison de penser à l'état de votre santé et aux changements de style de vie. Normaliser le mode de repos et de travail, l'activité physique, arrêter de fumer et l'alcool, suivre un régime alimentaire, subir un examen médical tous les 2-3 ans afin de diagnostiquer et de traiter les maladies coronariennes, les arythmies, l'hypertension, l'athérosclérose, le diabète sucré et d'autres maladies.

En médecine officielle, il n'y a pas de micro-AVC. Il n'y a qu'un seul diagnostic spécifique - un accident vasculaire cérébral, lorsqu'en cas de violation aiguë de la circulation cérébrale, une personne littéralement en quelques heures ou minutes présente des symptômes neurologiques, cérébraux ou focaux.

Mais dans la pratique, souvent un micro-AVC, un mini-AVC sont des termes utilisés à la fois par les médecins et les patients. Voyons ce que c'est, comment cela se produit et quels signes indiquent qu'une personne a eu un micro-coup..

Un micro-coup est une nécrose du tissu cérébral due à un caillot de sang ou à un rétrécissement marqué (ischémique) d'un petit vaisseau. Il est souvent confondu avec une attaque ischémique transitoire, lorsque la nutrition du cerveau s'aggrave, ce qui conduit à l'apparition temporaire de symptômes neurologiques de troubles cérébraux. L'attaque est toujours réversible et n'amène pas le tissu cérébral à des changements nécrotiques. Cela peut durer de quelques minutes à un jour. Avec un microstroke, les changements des tissus nécrotiques sont minimes, mais ils sont là et il n'y a pas de réversibilité complète du processus, bien qu'après cela le patient puisse décemment compenser et récupérer.

Le plus souvent, une attaque ischémique par transitron se produit en raison d'un caillot de sang, ce qui conduit à un blocage temporaire ou à une restriction de l'approvisionnement en sang à n'importe quelle partie du cerveau, mais généralement uniquement aux petits vaisseaux, et lorsque le flux sanguin est rétabli, les symptômes de type accident vasculaire cérébral disparaissent. En cas d'AVC réel, le vaisseau affecté ou plusieurs vaisseaux restent bloqués.

En fait, un micro-coup est le même accident vasculaire cérébral, n'affectant que les petits vaisseaux du cerveau, la violation est donc subtile et la récupération se produit rapidement.

L'insidiosité d'un microstroke est qu'une personne ne sait pas ce qui s'est passé, et c'est le premier signal, un avertissement qu'il y a un risque réel d'un accident vasculaire cérébral grave à l'avenir.

Il est possible d'établir qu'une personne a eu une hémorragie cérébrale à petite échelle uniquement à la suite d'un examen pathologique (voir un test simple pour

définition du risque d'AVC

Facteurs de risque et causes de micro-AVC

Beaucoup de gens croient à tort que l'AVC et les micro-AVC affectent les personnes de plus de 45 ans.Cependant, le risque de développer cette formidable maladie augmente après 30 ans, en particulier chez les personnes dépendantes des conditions météorologiques qui sont dans un état de stress chronique, de surmenage et d'effort physique immense. En outre, il existe un certain nombre de maladies dans lesquelles le risque de développer un micro-AVC ischémique augmente, à savoir:

  • Hypertension (surtout avec les crises hypertensives)
  • Athérosclérose des vaisseaux cérébraux (voir élévation du cholestérol sanguin)
  • Fibrillation auriculaire, tachyarythmie et bradyarythmie
  • Infarctus du myocarde

Les facteurs de risque provoquant le développement d'hémorragies ponctuelles dans le cerveau comprennent également:

  • Âge. Avec l'âge, le risque augmente considérablement, surtout après 60 ans. Mais aujourd'hui, avec d'autres facteurs provoquants et maladies concomitantes, le risque augmente après 35 ans.
  • Trop manger, obésité, surpoids, malnutrition, manger de grandes quantités d'aliments gras.
  • Un mode de vie sédentaire, un travail sédentaire, un manque d'activité physique régulière.
  • L'abus d'alcool
  • Fumeur
  • Sensibilité aux intempéries
  • Diabète
  • Exercice excessif
  • Surmenage chronique et stress

La cause d'un micro-coup est un spasme de petits vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau, de sorte que certaines cellules meurent en raison d'une hémorragie ponctuelle. Le processus de mort des cellules cérébrales avec un microstroke prend en moyenne 6 heures, puis une restauration progressive de la partie endommagée du cerveau se produit.

Les signes d'un micro-AVC sont identiques aux symptômes d'un accident vasculaire cérébral grave.Par conséquent, lorsque les affections suivantes apparaissent, une personne doit prendre une position immobile, lever la tête, mettre une serviette froide sur son front, fournir de l'air frais dans la pièce et appeler une ambulance. Les principaux symptômes comprennent:

  • Engourdissement du visage et des membres
  • Étourdissements et maux de tête intenses et soudains (voir maux de tête au front)
  • Une forte augmentation de la pression artérielle
  • Manque de coordination des mouvements, des problèmes surviennent lors de la marche ou du maintien de l'équilibre
  • Hypersensibilité à la lumière vive et aux sons forts

Il peut également y avoir des symptômes supplémentaires:

  • Faiblesse générale - sensation de stupeur, faiblesse, somnolence
  • Possible, mais pas nécessaire - perte de conscience à court terme
  • Déficience visuelle à court terme
  • Problèmes d'élocution, difficulté de prononciation et de compréhension de la parole

Même si seulement 4 à 5 des signes énumérés d'un microstroke apparaissent, c'est une occasion pour un examen médical immédiat et la prestation de soins appropriés.

Les micro-coups ne passent pas inaperçus: plusieurs de ces petites perturbations de la circulation cérébrale entraînent une inhibition de la fonction intellectuelle jusqu'à la démence (démence).

Tout d'abord, c'est la tomographie. Tous les centres vasculaires décents sont actuellement équipés de tomographes et l'étude différencie avec précision le diagnostic d'accident vasculaire cérébral de l'ischémie transitoire ou des néoplasmes volumétriques dans le cerveau..

Avec un micro-AVC, il est très important de fournir les médicaments à temps. La thérapie ne peut être efficace que dans les 3 premières heures après le début des symptômes caractéristiques.Par conséquent, plus une personne est livrée rapidement à un établissement médical, plus elle sera aidée rapidement, plus les chances du patient de se rétablir complètement seront grandes. Si après un micro-AVC plus de 6 heures se sont écoulées, toute thérapie sera inefficace.

Les médicaments suivants sont utilisés pour rétablir le flux sanguin dans la zone affectée du cerveau:

  • Thrombolytiques.
  • Anticoagulants. Direct (héparine). Héparines de bas poids moléculaire, nadroparine (fraksiparine), énoxyparine (clexane), daltéparine (fragmentine). Indirecte - warfarine, sincumar, néodikumarine.
  • Désagrégants. Acide acétylsalicylique (aspirine-cardio, thromboass, aspilate). Avec son intolérance - clopidogrel, dipyridomole, ticlopidine.
  • Médicaments vasoactifs. Pentoxifylline, vinpocetine, trental, carillons.
  • Dextrans de bas poids moléculaire. Reopoliglyukin, reomacrodex.
  • Antihypertenseur. Utilisé pour une pression artérielle> 180/105 mm Hg Inhibiteurs de l'ECA (énalapril, captopril). Bloqueurs des canaux calciques (Nicardipine).
  • Neuroprotecteurs. Avec un faible niveau de preuve d'effets, ils sont utilisés en neurologie pratique.
    1. Antagonistes du glutamate (préparations de magnésium).
    2. Inhibiteurs du glutamate (glycine, semax).
    3. Nootropiques (cérébrolysine, piracétam).
    4. Antioxydants (vitamine E, mildronate).
  • Dans la période de récupération, le patient est montré - massage, exercices de respiration, exercices de physiothérapie, alimentation, physiothérapie.

Des études très intéressantes menées par des scientifiques américains ont prouvé que l'utilisation de pommes de pin de l'AVC réduit considérablement les effets de la destruction des cellules cérébrales. Par conséquent, tous ceux qui sont à risque de microstroke, d'accident vasculaire cérébral et tout le monde qui surveille leur santé, en particulier les personnes après 40 ans, peuvent recevoir des cours préventifs de cette thérapie en utilisant une infusion ou une teinture de pommes de pin. Plus d'informations à ce sujet dans notre article..

Le plus souvent, après des troubles transitoires de la circulation cérébrale, il n'y a pas de conséquences immédiates notables. Cependant, chez certaines personnes, après un micro-coup, il peut y avoir des troubles tels que des troubles de la mémoire, une diminution de la durée d'attention, une distraction, une irritabilité accrue, une dépression, des larmes ou vice versa peuvent également apparaître.

Mais il y a des cas où, littéralement dans les 3 jours suivant une hémorragie, un patient subit un grave accident hémorragique ou ischémique. Selon les statistiques, dans 60% des cas après un micro-AVC, une attaque ischémique transitoire répétée du cerveau se produit. Et, en conséquence, les conséquences deviennent plus graves.

L'accident vasculaire cérébral transféré devrait servir de raison de penser à l'état de votre santé et aux changements de style de vie. Normaliser le mode de repos et de travail, l'activité physique, arrêter de fumer et l'alcool, suivre un régime alimentaire, subir un examen médical tous les 2-3 ans afin de diagnostiquer et de traiter les maladies coronariennes, les arythmies, l'hypertension, l'athérosclérose, le diabète sucré et d'autres maladies.

Si un enfant a un accident vasculaire cérébral, cela suggère qu'il souffre d'une perturbation circulatoire aiguë dans le cerveau. Dans ce cas, l'un des principaux organes du corps humain ne reçoit pas la quantité nécessaire de composants utiles, c'est pourquoi son travail est complètement perturbé. En règle générale, vous pouvez reconnaître le problème par certains symptômes.

AVC chez l'enfant

Avant un AVC, toute personne présente un dysfonctionnement du système nerveux central. Cependant, il existe d'autres signes permettant de déterminer que l'enfant pourrait être confronté à un problème similaire à l'avenir. Le fait est que chez les enfants, une maladie similaire se manifeste un peu différemment.

Vous devez également être prêt à prendre des mesures d'urgence pour aider le bébé. Il convient de garder à l'esprit qu'aujourd'hui, les AVC chez les enfants, dont les causes peuvent être très différentes, sont plus courants. Cela est généralement dû à une mauvaise nutrition et écologie. Par conséquent, il est important de surveiller le travail du système cardiovasculaire du bébé.

Si un enfant a un accident vasculaire cérébral, alors dans ce cas, nous parlons d'une perturbation circulatoire aiguë, c'est pourquoi le bébé a de graves problèmes avec le système nerveux. Sur cette base, il existe plusieurs variétés de cette condition désagréable.

Ce type d'AVC se rencontre le plus souvent chez les jeunes enfants. L'AVC hémorragique implique une rupture des vaisseaux sanguins avec leur hémorragie subséquente dans les tissus adjacents. Pour cette raison, un hématome apparaît, qui appuie sur le tissu.

Dans cette condition, les neurones meurent souvent. Et si le sang pénètre dans les ventricules du cerveau, dans ce cas, la cavité est remplie de sang.

Ce type d'AVC chez un enfant est beaucoup moins courant. Dans ce cas, nous parlons de blocage du navire ou de sa réduction. Dans le contexte d'un problème similaire, le travail des neurones est perturbé ou leur travail est complètement arrêté. Au premier stade de l'AVC ischémique chez l'enfant, l'échange d'électrolytes s'arrête. Cela conduit à un arrêt de la transmission des influx nerveux. En conséquence, les cellules nerveuses cessent de remplir leur fonction principale. Si l'enfant souffre d'un manque de circulation sanguine, cela entraîne une privation d'oxygène et le fait que le cerveau du bébé ne reçoit pas de nutriments. Étant donné que les restes de produits de décomposition ne sont pas excrétés par le corps, cela conduit à ce que l'on appelle l'empoisonnement cellulaire. C'est à ce moment que se produit l'ischémie cérébrale.

En 3 minutes, il peut arriver que les neurones cérébraux meurent complètement. Si tout un groupe de cellules meurt, ce phénomène est appelé nécrose. En plus des neurones, les cellules nerveuses qui sont trop proches des zones touchées peuvent également être affectées dans ce processus..

Cependant, le plus souvent avec un tel accident vasculaire cérébral chez un enfant, les cellules ne meurent pas, mais cessent complètement de conduire des impulsions nerveuses.

De cet accident vasculaire cérébral, le bébé peut souffrir avant sa naissance. Cependant, les complications de ce phénomène peuvent nuire à toute la vie ultérieure de l'enfant. Le plus souvent, cela arrive aux bébés prématurés. Ces enfants sont souvent diagnostiqués avec un développement altéré. Dans certaines situations, une paralysie est observée..

Si l'enfant est né beaucoup plus tôt que la date prévue de l'accouchement, il y a alors un risque élevé de troubles mentaux, dont il souffrira à l'avenir. De plus, en parlant de ce type d'accident vasculaire cérébral, il convient de prêter attention au poids du bébé. S'il est né très petit (moins de 1 kg), alors avec une probabilité de cent pour cent, nous pouvons supposer qu'il a eu un accident vasculaire cérébral dans l'utérus.

En outre, une telle nuisance peut se produire si une intoxication du corps a été enregistrée. Cela peut arriver si la mère a un mauvais style de vie lorsqu'elle est en position. Si une femme boit de l'alcool, fume ou même utilise des drogues, il y a un gros risque d'intoxication et de faire du mal à l'enfant à naître.

De ce type d'accident vasculaire cérébral, ceux qui suivent un cours de prise de médicaments ne sont pas en sécurité. Vous devez également faire attention aux femmes qui, au cours de leur travail, sont à proximité des toxines. Ils ont également un effet dévastateur sur le fœtus..

Des AVC similaires se produisent chez les enfants âgés de 1 mois à 18 ans. Dans ce cas, il existe certaines différences par rapport à la variété périnatale. Dans cette situation, non seulement un manque d'oxygène peut provoquer cette condition chez le bébé. Il peut y avoir de nombreuses autres raisons..

Si nous parlons des caractéristiques distinctives de cette pathologie, il convient tout d'abord de prêter attention au fait que, lorsqu'il s'agit de bébés, les parents constatent le plus souvent des problèmes neurologiques. Chez l'adulte, les lésions affectent généralement le cerveau.

Il convient de noter que l'AVC chez les enfants jusqu'à un an, en règle générale, n'a pas de manifestations évidentes. C'est pour cette raison qu'il est presque impossible de diagnostiquer une pathologie. Chez les enfants plus âgés, les signes d'un AVC sont également légers. Parfois, les lésions cérébrales sont le résultat d'un micro-AVC ou d'une crise cardiaque. Dans ce cas, les symptômes chez l'enfant seront également légers.

Afin de guérir l'enfant et de le protéger des problèmes futurs, des méthodes de traitement complètement différentes seront nécessaires. Dans ce cas, la même thérapie que celle utilisée pour les adultes ne fonctionnera pas..

Il arrive souvent que les enfants présentent des complications beaucoup plus graves. En revanche, dans l'enfance, les neurones cérébraux fonctionnent beaucoup mieux que chez l'adulte. Avec un léger dommage aux tissus, vous pouvez compter sur une récupération assez rapide. Cependant, tout dépend de nombreux facteurs..

Si nous parlons d'adultes, ils rencontrent le plus souvent un tel problème dans le contexte de l'artériosclérose des artères ou de l'hypertension artérielle. Chez les enfants, l'apparition d'un accident vasculaire cérébral est due à des raisons complètement différentes. Dans ce cas, il existe de nombreuses options. Par exemple, si nous parlons d'un accident vasculaire cérébral hémorragique chez un enfant, les médecins soupçonnent le plus souvent une lésion des vaisseaux sanguins dans la tête. Cela pourrait se produire même dans l'utérus ou pendant l'accouchement si le bébé était blessé. Dans de rares situations, les bébés reçoivent des blessures de la colonne cervicale pendant la naissance.

En outre, un AVC hémorragique peut se développer dans le contexte de:

  • Anévrisme artériel.
  • Carence en vitamines (en particulier l'acide ascorbique).
  • Intoxication du cerveau sur fond de diverses infections ou sous l'influence de toxines.
  • Tumeur au cerveau.
  • Abus d'alcool ou de drogues si la mère ne surveille pas son style de vie pendant la grossesse.
  • Pathologie du système hématopoïétique.
  • Faible coagulation sanguine.
  • Leucémie.
  • Troubles de la synthèse de l'hémoglobine.
  • Anémie et autres pathologies.

Si nous parlons d'AVC ischémique chez un enfant, alors dans ce cas, cela peut se produire dans le contexte de:

  • Infections diverses (varicelle, méningite, encéphalite, etc.).
  • Maladie cardiaque congénitale.
  • Infections du système vasculaire.
  • Pathologies endocriniennes (diabète sucré, déformation des vaisseaux sanguins et autres affections).

Si un accident vasculaire cérébral s'est produit chez un enfant à un âge périnatal ou très jeune, alors dans ce cas, il convient de prêter attention aux pathologies que la mère pourrait avoir. Pendant le portage du bébé, elle pourrait souffrir de gonflement des jambes, de liquide amniotique prénatal et de naissance difficile.

Si nous parlons de problèmes de ce type chez les adolescents, ils surviennent le plus souvent dans le contexte de la thrombocytose. Cela signifie que le garçon ou la fille a trop de coagulation sanguine. Selon les dernières statistiques médicales, jusqu'à 50% des adolescents de moins de 18 ans acquièrent déjà toutes sortes de pathologies sanguines pouvant conduire à un accident vasculaire cérébral.

Il y a plusieurs signes auxquels vous devez absolument faire attention. Par exemple, si un enfant souffre de strabisme ou bouge ses yeux trop vite, cela peut être le premier signe d'un accident vasculaire cérébral. Il convient également de faire attention à savoir s'il souffre d'une température corporelle instable, de membres tremblants, de crampes, d'hypertonie ou d'hypotonie musculaire, d'une altération des fonctions végétatives dans le corps, d'une forte diminution de la pression artérielle et de problèmes auditifs..

De plus, les enfants ont souvent de graves maux de tête, des nausées, des vomissements et des étourdissements. Si nous parlons d'un bébé, l'identification de la pathologie est beaucoup plus difficile, mais dans ce cas, il convient de prêter attention à quelques points.

Si le bébé contracte constamment les muscles du visage, pleure souvent, change de voix ou réagit fortement aux petits irritants (son, lumière, etc.), sollicite fortement les muscles occipitaux, cela signifie que vous devez être plus attentif à son état.

Tout d'abord, vous devez faire attention au comportement de l'enfant. Si cela semble étrange aux parents, vous devez lui demander de prononcer une phrase, de sourire ou de prendre des mesures (par exemple, toucher son nez). Si cela lui cause des problèmes, vous devez immédiatement contacter un spécialiste qui réalisera l'étude appropriée.

Tout d'abord, un test sanguin général est effectué. Si nous parlons d'accident vasculaire cérébral hémorragique, dans ce cas, le niveau de leucocytes sera augmenté. Après cela, un coagulogramme est effectué. Grâce aux données obtenues, il sera possible de clarifier si le bébé a des problèmes de coagulation sanguine. De plus, une ponction vertébrale peut être nécessaire..

Une IRM du cerveau de l'enfant est également réalisée. Sur la base des données obtenues, le spécialiste pourra confirmer ou infirmer le diagnostic sans aucun problème. De plus, ils peuvent avoir un scanner. Cependant, ces études ne sont pas disponibles dans toutes les régions. Par conséquent, le plus souvent, les parents ne peuvent compter que sur une IRM du cerveau de l'enfant.

Si les parents ont noté au moins un signe d'AVC chez un enfant, vous devriez immédiatement consulter un médecin d'urgence. Cependant, avant leur arrivée, il est très important de fournir les premiers soins pour un AVC à domicile. Pour ce faire, vous devez effectuer une série d'activités qui aideront à améliorer l'état du bébé.

Tout d'abord, vous devez le coucher face contre terre sur le lit et plier les genoux. Vous devez également lever la tête du bébé. Vous devez ouvrir les fenêtres, détacher les vêtements et fournir à l'enfant un apport d'air frais. Si le bébé commence à vomir, il est nécessaire de tourner immédiatement la tête d'un côté pour qu'il ne s'étouffe pas.

Avant l'arrivée des médecins, les premiers soins pour un AVC à domicile comprennent la préparation à la réanimation. Pour ce faire, il est recommandé d'en retirer tous les objets métalliques et d'attendre l'arrivée des médecins.

Si nous parlons d'un AVC chez l'enfant, alors dans ce cas, vous ne pouvez pas compter sur une élimination rapide de la pathologie. La première fois après l'attaque, l'enfant est obligé de passer en soins intensifs, seulement après qu'il sera transféré au service neurologique.

Afin de récupérer plus rapidement de la maladie, il est recommandé de se remettre dans un centre de rééducation spécial. Cela est préférable dans les grandes villes de la Fédération de Russie. Étant donné que ces institutions ont tout l'équipement nécessaire. Après avoir subi une rééducation après un accident vasculaire cérébral à Moscou ou dans une autre ville, l'enfant est enregistré auprès d'un pédiatre et neurologue.

Les méthodes de thérapie dépendent directement du type spécifique d'AVC. Par exemple, s'il s'agit d'une attaque ischémique, un traitement thrombolytique est souvent effectué. Avec un AVC hémorragique, l'utilisation de médicaments hémostatiques est requise.

Si l'enfant a subi une attaque, il y a de fortes chances qu'il meure ou du moins reste handicapé. 10% des enfants ayant subi un AVC ont besoin des soins quotidiens de leurs parents. Même si le bébé a subi une rééducation après un AVC à Moscou ou dans toute autre ville, le risque de rechute demeure toujours.

Il y a un risque que le bébé ait des problèmes de nature neurologique. Il peut avoir des problèmes d'audition, de vision, d'activité motrice, etc. Souvent, les enfants développent une paralysie cérébrale.

Presque tout le monde sait ce qu'est un accident vasculaire cérébral et à quel point cette maladie est dangereuse, mais parmi les gens, vous pouvez rencontrer un autre terme, dont personne ne sait vraiment la signification, est un microstroke. Cet article explique de quel type de pathologie il s'agit, à quel point elle est dangereuse et en quoi elle diffère d'un accident vasculaire cérébral.

Il est immédiatement nécessaire de préciser qu'en médecine officielle, il n'y a pas de diagnostic comme un micro-AVC, et il ne peut pas être trouvé dans la révision de la Classification internationale des maladies 10. Il s'agit d'un terme exclusivement familier utilisé par les patients et les médecins pour expliquer à une personne ce qui lui est arrivé et pour souligner la gravité de la situation..

Un microstroke ne peut pas être interprété comme un petit coup (il y a un coup ou non). Ce concept en médecine existe sous le diagnostic de trouble transitoire du flux sanguin cérébral (MVPM), ce qui signifie un dysfonctionnement de la fonction vasculaire cérébrale qui s'est produit soudainement et s'accompagne de symptômes neurologiques cérébraux ou focaux (comme un accident vasculaire cérébral), mais qui passent indépendamment ou sous l'influence du traitement au cours des 24 premières heures. Dans ce cas, après un micro-AVC, il n'y a pas de symptômes neurologiques, ce qui est confirmé par les données d'études complémentaires (TDM et IRM du cerveau).

Il s'agit de la forme clinique la plus courante d'accident vasculaire cérébral aigu. Bien que cette fois (un micro-AVC), le patient a eu de la chance (il n'y a pas d'effets résiduels du problème), même un seul cas de micro-AVC est une sorte d'avertissement pour la personne à prendre d'urgence des mesures pour prévenir un accident vasculaire cérébral aigu, car la prochaine fois, il ne peut pas se terminer tellement bien.

Si nous regardons les statistiques médicales, alors 40% des patients qui ont subi un micro-AVC développent un AVC ischémique ou hémorragique au cours des 3 prochaines années, et plus les troubles transitoires de la circulation sanguine cérébrale étaient, plus les chances d'une catastrophe vasculaire à part entière étaient élevées..

Il est également nécessaire de souligner qu'un micro-coup est un concept collectif, il comprend plusieurs types de perturbation transitoire du flux sanguin cérébral:

  • accident ischémique transitoire;
  • crise hypertensive cérébrale;
  • encéphalopathie hypertensive aiguë.

La base de la pathogenèse de la PNMK est l'hypoxie cérébrale aiguë, qui dure plusieurs secondes ou minutes (jusqu'à 3-4), après quoi le flux sanguin normal reprend et les neurones cérébraux ne meurent pas, contrairement à un véritable accident vasculaire cérébral, lorsqu'une partie du cerveau est nécrosée et change irréversible tissu. En conséquence, après l'apparition des premiers symptômes d'un micro-coup, ils disparaissent rapidement et il n'y a pas de déficit neurologique, car les cellules reprennent complètement leur fonction, ce qui n'arrive jamais avec un accident vasculaire cérébral.

Il convient également de souligner que le PNMK est un diagnostic dynamique, c'est-à-dire qu'il n'est possible de répondre à la question de savoir si un patient a eu un accident vasculaire cérébral ou non, après seulement quelques jours d'observation attentive dans des conditions stationnaires et une tomodensitométrie du cerveau (y a-t-il ou non des foyers de dommages aux tissus cérébraux? ) Par conséquent, tous les patients avec un diagnostic présumé de microstroke doivent être hospitalisés, et ils sont assistés comme dans le cas d'un accident vasculaire cérébral, afin de ne pas manquer un temps précieux en cas de développement d'une perturbation irréversible du flux sanguin cérébral.

Le diagnostic différentiel entre l'accident vasculaire cérébral et les micro-AVC permet la tomodensitométrie du cerveau

Causes et facteurs prédisposants des micro-accidents vasculaires cérébraux

Les causes et les facteurs de risque des micro-AVC ne sont pas différents de ceux d'un véritable AVC. Le plus souvent, cette maladie est causée par:

  • les lésions vasculaires athérosclérotiques, comme vous le savez, l'athérosclérose est une maladie systémique, si une personne souffre d'une maladie coronarienne, alors elle a certainement des plaques athérosclérotiques dans les vaisseaux du cerveau;
  • hypertension et crises hypertensives fréquentes;
  • maladies du système cardiaque et vasculaire (fibrillation auriculaire, malformations cardiaques congénitales ou acquises, chirurgie cardiaque pour remplacer les valves, maladie coronarienne, endocardite et myocardite, arythmies et blocages cardiaques);
  • diabète sucré, en particulier 2 types;
  • compression des artères cérébrales et extracrâniennes de l'extérieur (tumeur, ostéophytes avec spondylose cervicale, hernie du rachis cervical, dissection des artères, de leurs anévrismes) ou de leur spasme;
  • lésions inflammatoires des artères du cerveau de nature infectieuse ou auto-immune (vascularite);
  • maladies congénitales du lit vasculaire du cerveau (diverses malformations vasculaires, dysplasie artérielle fibro-musculaire);
  • augmenter le risque de contraceptifs oraux PNMC, crises de migraine, tabagisme, maladies du système sanguin, varices des membres inférieurs, âge, surcharge pondérale.

L'hypertension est la cause la plus fréquente de micro-AVC.

Dans la grande majorité des cas, avec un micro-AVC, de petits vaisseaux artériels souffrent, qui alimentent en sang une petite zone du cerveau.

La connaissance des causes et des facteurs prédisposants au développement du PNMK est nécessaire pour quiconque envisage de s'engager dans la prévention primaire ou secondaire des accidents vasculaires dans le corps.

Les premiers signes et symptômes d'un micro-AVC varient dans une large gamme, ce qui dépend du diamètre et de l'emplacement du vaisseau artériel affecté, ainsi que du mécanisme de développement du trouble (thrombus, embole, spasme, compression, perturbation de l'autorégulation de la circulation cérébrale, etc.). Dans certains cas, une personne peut même ne pas soupçonner qu'elle a eu un micro-accident vasculaire cérébral, par exemple des étourdissements, des maux de tête, des engourdissements et des picotements dans la main pendant plusieurs secondes, une vision floue, une faiblesse musculaire peuvent être les signes d'une crise ischémique transitoire..

Dans les autres cas, les troubles se développent très rapidement et ne passent pas inaperçus, car ils sont prononcés et similaires aux symptômes d'un véritable AVC.

Signes alarmants:

  • rapiéçage aigu de n'importe quelle partie du corps ou du membre, sensation de «chair de poule rampante»;
  • forte faiblesse musculaire dans le bras ou la jambe;
  • perte de sensibilité d'une certaine zone de la peau;
  • maux de tête aigus et augmentation de la pression artérielle, vertiges;
  • déficience visuelle soudaine;
  • paralysie des jambes ou des bras;
  • omission du coin de la bouche, incapacité à sourire;
  • troubles de la parole;
  • crampes, vomissements, nausées, conscience confuse.

Si vous remarquez au moins l'un des symptômes décrits ci-dessus chez vous ou chez les personnes qui vous entourent, assurez-vous d'appeler rapidement et de donner les premiers soins à la victime, car ces signes peuvent indiquer à la fois un accident vasculaire cérébral et un accident vasculaire cérébral..

Un trait caractéristique du tableau clinique d'un microstroke est la courte durée de la présence de symptômes pathologiques avec leur régression rapide supplémentaire. En outre, les signes de PNMK varient en fonction du type de violation. Examinons-les plus en détail..

Ce type d'accident vasculaire cérébral transitoire survient le plus souvent (2/3 de tous les patients avec ce diagnostic). La cause en est l'hypertension, et la base de la pathogenèse des symptômes est un échec de l'autorégulation de la circulation cérébrale. Il y a deux options possibles. Le premier - en raison d'une forte augmentation de la pression, les artères cérébrales se dilatent trop, ce qui entraîne une hyperperfusion du tissu cérébral, une congestion veineuse et un œdème cérébral. La deuxième option se développe avec une augmentation progressive de la pression, lorsque les artères du cerveau se rétrécissent en réponse à une augmentation de la pression systémique, ce qui entraîne une hypoxie et une privation d'oxygène des neurones.

Les symptômes ne sont pas spécifiques. Les patients se plaignent de maux de tête éclatants ou lancinants, d'étourdissements, de nausées et de vomissements, de bruit et de bourdonnements d'oreilles. En règle générale, les symptômes focaux ne sont pas observés, mais des convulsions, une légère altération de la conscience, un syndrome de méningisme peuvent survenir. Lors de la mesure de la pression, elle est augmentée à des nombres élevés.

Des maux de tête et des étourdissements peuvent être des signes d'un micro-AVC.

Accident ischémique transitoire

Une attaque ischémique transitoire se développe le plus souvent en raison d'un rétrécissement athérosclérotique des vaisseaux sanguins, d'un blocage des vaisseaux sanguins par des emboles ou des masses thrombotiques. Les causes et les mécanismes de développement de ce type de perturbation transitoire de la circulation sanguine du cerveau sont les mêmes que les AVC ischémiques. La différence n'est que dans le temps de fermeture du vaisseau et les conséquences: avec TIA - cela prend plusieurs secondes ou 3-4 minutes, les symptômes lors de l'élimination du blocage de l'artère passent sans laisser de trace, avec un AVC ischémique les changements sont irréversibles, car le facteur causal dure plus longtemps que les neurones sont capables de maintenir une activité vitale sans sang (4-6 minutes).

Les symptômes neurologiques focaux prédominent dans le tableau clinique de l'AIT. Vous pouvez observer un engourdissement de certaines parties du corps, une paralysie et une faiblesse musculaire de l'un des membres, des troubles de la vision, de l'audition, de la parole, une asymétrie du visage, des crampes, une perte de sensibilité de certaines parties de la peau. Dans certains cas, des symptômes cérébraux sont également observés..

Avec l'AIT, ces symptômes disparaissent rapidement, contrairement à un AVC, dans lequel ils peuvent même progresser..

Ce PNMK a le même mécanisme de développement que la première variante de la crise cérébrale hypertensive, mais en diffère par la durée et le degré des changements pathologiques dans le tissu cérébral. Si l'hypertension artérielle n'est pas éliminée à temps, la perturbation circulatoire dans le cerveau progresse, ce qui conduit à la libération de la partie liquide du sang des vaisseaux débordants dans le tissu nerveux avec le développement d'un œdème cérébral, qui est un état mortel. Symptômes similaires à une crise hypertensive cérébrale, mais ayant un caractère plus prononcé.

Si une assistance en temps opportun n'est pas fournie au patient (une diminution rapide et mesurée de la pression artérielle), une encéphalopathie hypertensive aiguë peut entraîner la mort..

La portée des premiers soins d'urgence et des soins médicaux n'est pas différente avec un microstroke et un véritable accident vasculaire cérébral, car il est presque impossible de distinguer ces conditions au début de la maladie.

Premiers secours:

  • appelez certainement une ambulance;
  • vous devez placer le patient sur une surface dure (soudainement, une réanimation sera nécessaire) avec une tête surélevée pour éviter l'enflure des tissus cérébraux;
  • si une personne vomit, vous devez tourner la tête d'un côté pour que le vomi n'entre pas dans les voies respiratoires et ne provoque pas l'asphyxie;
  • il est nécessaire de détacher le col et la ceinture à la victime afin qu'ils ne serrent pas le corps, il faut également permettre l'accès à l'air frais;
  • si vous avez la possibilité de mesurer la pression artérielle, faites-le sans faute - en cas d'augmentation brutale de celle-ci, vous pouvez prendre un comprimé du médicament antihypertenseur que le médecin vous a conseillé dans de tels cas, interdit par voie parentérale d'administrer des médicaments antihypertenseurs - la réduction de la pression doit être dosée, sinon vous risquez seulement d'exacerber la situation;
  • si le patient est dans un état de mort clinique - par tous les moyens, commencez les mesures de réanimation et ne vous arrêtez pas avant l'arrivée de la brigade d'ambulance.

Instruction vidéo sur les premiers soins à un patient avec un AVC soupçonné:

Premiers soins pour les patients d'AVC

Les premiers soins dépendent de la situation clinique et comprennent des activités avec les objectifs suivants:

  • réduction dosée de la pression artérielle en cas de crise hypertensive;
  • améliorer l'activité cardiaque;
  • reprise rapide et adéquate de la circulation cérébrale;
  • correction des propriétés rhéologiques du sang;
  • établissement de processus de microcirculation dans le tissu cérébral;
  • amélioration des processus métaboliques du tissu nerveux;
  • prévention ou soulagement de l'œdème cérébral;
  • thérapie symptomatique.

Avec un micro-coup, dans le contexte des mesures prises, l'état du patient s'améliore considérablement, mais si cela ne se produit pas ou si la progression des symptômes est observée, alors la personne a probablement un accident vasculaire cérébral.

Les premiers symptômes et aide à l'accident vasculaire cérébral aigu

Principes de traitement

Pour une diminution rapide et dosée de la pression artérielle, plusieurs groupes de médicaments antihypertenseurs sont utilisés et administrés par voie parentérale:

  • le dibazole avec la papavérine est administré par voie intramusculaire;
  • magnésie intraveineuse avec solution saline et furosémide;
  • En fonction des symptômes supplémentaires, l'obzidan, l'anapriline, l'aminophylline, la chlorpromazine, la nifédinine, le nitroprussiate de sodium, etc. peuvent également être prescrits..

Pour normaliser l'activité cardiaque, le korglikon, la digoxine, la cordiamine sont prescrits.

Pour améliorer la circulation cérébrale, des médicaments vasoactifs sont administrés - aminophylline, cavinton, acide nicotinique, cinarizine, citicoline, actovegin.

Pour normaliser la rhéologie sanguine et établir la microcirculation, l'aspirine, le dipyridamole, le sermion, la pentoxifyline, les anticoagulants - l'héparine et les héparines de bas poids moléculaire (fraxiparine, énoxaparine) sont utilisés..

Pour la neuroprotection, des médicaments sont utilisés - ceraxon, nootropil, piracétam, cérébrolysine, vitamines B.

Avec l'oedème cérébral, le mannitol, le furosémide, l'aminophylline, les hormones corticostéroïdes, les antihistaminiques sont prescrits.

Avec les AIT fréquentes, qui sont causées par un rétrécissement athérosclérotique des artères extracrâniennes, un traitement chirurgical est possible dans le département de chirurgie vasculaire.

Vidéo microstroke:

Microstroke comment ne pas manquer

Les conséquences et la prévention des micro-AVC

Comme nous l'avons déjà mentionné, un micro-coup n'a pas de conséquences immédiates si l'œdème cérébral ne se joint pas, ce qui peut entraîner la mort. Mais le TIA ou un autre type de PNMK est une sorte de dernier avertissement pour le corps. Selon les statistiques, environ 40% des patients développent des AVC ischémiques étendus au cours des 3 premières années après l'AIT, et des crises hypertensives fréquentes entraînent des hémorragies cérébrales. Par conséquent, un point important dans la prévention des catastrophes cardiovasculaires mortelles est l'identification active et le traitement des conditions et des maladies qui y conduisent..

La prévention et la correction des facteurs de risque de micro-AVC, la modification du mode de vie, une alimentation saine, le maintien d'un poids corporel normal, l'exercice régulier sont également importants dans la prévention..

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite