Les conséquences de l'anévrisme: quoi préparer pour les patients après la chirurgie

Le traitement des anévrismes cérébraux est un complexe de mesures dont le but est d'éteindre complètement la section élargie de l'artère de la circulation sanguine. Dans la plupart des cas, le traitement est chirurgical, le choix d'une technique particulière est déterminé par les caractéristiques de l'éducation et l'état général du patient.

Toute opération est réalisée en combinaison avec une pharmacothérapie, qui est le stade de la préparation préopératoire, réalisée pendant l'intervention et dure toute une vie après.

Indications et contre-indications

L'ablation médicale de l'anévrisme cérébral n'est possible que dans quelques cas. Indications pour l'opération du type le plus courant - écrêtage: anévrisme supérieur à 7 mm, prédisposition à une rupture du sac gonflé.

Avant l'opération, vous devez vous assurer qu'il n'y a pas de contre-indications. Vous ne pouvez pas effectuer d'opérations en cas de maladie du sang. Les interventions pour la décompensation du diabète, ainsi que pour l'inflammation aiguë ou l'infection de diverses étiologies, sont interdites.

Le clippage des artères du cerveau est interdit si la pathologie est profonde.

Aucune intervention n'est autorisée pour l'exacerbation de maladies chroniques, ainsi que pour l'asthme bronchique sévère.

Examens préopératoires

Le choix du type d'opération est influencé par les résultats des analyses. Il est également nécessaire de les passer pour éviter les contre-indications:

  • analyse sanguine générale et biochimie;
  • Analyse d'urine;
  • Examen aux rayons X;
  • IRM, dans laquelle l'anévrisme sera supérieur à 3 mm;
  • tomodensitométrie avec un néoplasme de 5 mm - faire pour déterminer les caillots sanguins et autres défauts à l'intérieur du néoplasme;
  • cardiogramme;
  • examen avec d'autres médecins en fonction des symptômes de la maladie;
  • angiographie - détermine les néoplasmes jusqu'à 3 mm.

La fiabilité des résultats est la clé d'une opération réussie et l'absence de conséquences graves après celle-ci. Avant l'intervention elle-même, ils visitent également un chirurgien, un anesthésiste, se mettent d'accord sur la date de l'intervention.

12-16 heures avant l'admission au service de chirurgie, une personne doit refuser de manger et vous ne devez pas boire avant l'opération elle-même (le médecin prescrira les intervalles de temps exacts).

Se préparer à une intervention endovasculaire

Une opération aussi sérieuse est précédée de toute une série de mesures préparatoires. Ceux-ci inclus:

  • conversation avec le médecin traitant, au cours de laquelle il découvre toutes les informations nécessaires pour une détermination précise du diagnostic final,
  • heure d'occurrence et localisation exacte de l'anévrisme.

De plus, la présence de maladies concomitantes est importante, par exemple l'hypertension, le diabète sucré, la claustrophobie, la liste des médicaments utilisés pour les traiter, la fréquence et la dose avec laquelle le patient les consomme.

Il faut dire sur les interventions chirurgicales antérieures, leurs résultats et le cours de l'anesthésie générale. Sur la présence de divers dispositifs implantés dans le corps: défibrillateurs, stimulateurs cardiaques, neurostimulateurs, prothèses de l'oreille interne, yeux, cathéters vasculaires centraux.

Dans le même temps, le médecin détermine les médicaments, dont l'utilisation doit être interrompue deux à trois jours avant la procédure. Il s'agit notamment de préparations d'aspirine ayant un effet anticoagulant, ainsi que de certains médicaments utilisés pour l'hypertension et l'insuffisance cardiaque. Il est également nécessaire d'informer le médecin de l'allergie médicamenteuse existante aux médicaments utilisés pour le contraste, en particulier contenant de l'iode, des antibiotiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Pour une évaluation qualitative complète de l’état de santé du patient, plusieurs tests sont prescrits:

  • test sanguin clinique,
  • biochimique,
  • test de glycémie,
  • maladies infectieuses: hépatite virale B, syphilis,
  • ainsi que l'analyse générale de l'urine,
  • et excréments pour la détection des œufs de vers.

L'examen instrumental avant la chirurgie comprend:

  • électrocardiogramme,
  • échocardioscopie,
  • radiographie pulmonaire,
  • Échographie de la cavité abdominale et de l'espace rétropéritonéal.

Les femmes en âge de procréer devraient se voir prescrire un test de grossesse, en particulier si un examen aux rayons X est prévu, car il a des effets tératogènes et embryotoxiques.

Après cela, le médecin donne des instructions complètes pour la préparation de l'opération, ainsi que des informations sur son déroulement, ses étapes et la période postopératoire.

Embolisation néoplasique

L'embolisation de l'anévrisme du cerveau est une pénétration chirurgicale endovasculaire dans le crâne, dont le but est de séparer le néoplasme du flux sanguin général:

  • une partie est introduite dans le vaisseau - un tuyau à travers lequel les instruments neurochirurgicaux sont immergés;
  • à l'aide de l'outil, le médecin bloque le flux sanguin vers l'anévrisme;
  • à l'aide de guides et de cathéters, ils contrôlent les instruments, ils utilisent également du matériel vidéo neurochirurgical;
  • des ballons spéciaux sont utilisés pour séparer le néoplasme, grâce auquel l'embolisation de l'anévrisme cérébral est réussie;
  • lorsque le ballon est au bon endroit, il est rempli d'une solution spéciale;
  • gonflé, le ballon protège de manière fiable l'anévrisme du sang supplémentaire;
  • après un certain temps, le vaisseau bouché guérit, l'anévrisme passe.

Le traitement endovasculaire des anévrismes artériels du cerveau est une technique peu invasive, mais il n'est effectué que sous anesthésie générale. Après cela, vous n'avez pas besoin de piquer, et une telle conséquence de l'opération, comme une infection, n'est pas typique de la procédure. Il n'y a, comme pour les autres interventions chirurgicales, que le risque d'une procédure incorrecte.

La conséquence est des dommages vasculaires et diverses complications dues à une pression accrue dans le ballon installé.

Une autre conséquence du traitement endovasculaire des anévrismes artériels du cerveau est une atteinte des parois du néoplasme. Cependant, la complication dans ce cas se produit directement dans la salle d'opération et peut être arrêtée par les chirurgiens.

Comment est le traitement

Après l'anesthésie locale, le médecin insère un tube en plastique creux (cathéter) dans l'artère fémorale et l'avance, par angiographie, jusqu'au site de l'anévrisme. À l'aide d'un cathéter de guidage, des spirales en fil de platine ou de petites billes de latex sont passées à travers le cathéter et insérées dans l'anévrisme. Ils remplissent le sac anévrismal, le fermant de la circulation sanguine, provoquant la formation d'un caillot sanguin (caillot sanguin), qui scelle complètement la cavité de l'anévrisme. La douceur du platine permet à la spirale de correspondre à la forme bizarre du sac. Pour le remplir complètement, une moyenne de 5-6 spirales est requise.

La durée moyenne de la procédure est de 1-2 heures.

Lorsque le col de l'anévrisme est trop large, il est parfois nécessaire d'installer un stent dans le vaisseau principal pour maintenir les spirales à l'intérieur du sac. Étant donné que le stent agit comme une barrière entre l'anévrisme et le vaisseau mère, il est très peu probable que des bobines en dépassent..

Anévrisme d'écrêtage

Les anévrismes de coupure du cerveau sont effectués sur un organe ouvert. Le processus nécessite une craniotomie. Le but de cette intervention, comme pour l'embolisation, est de déconnecter le néoplasme de l'apport sanguin. L'efficacité de l'intervention ouverte est beaucoup plus élevée, mais l'opération ne peut pas être effectuée avec une position profonde de l'anévrisme.

Lors de l'ouverture du crâne, le médecin trouve une poche remplie de sang, une pince y est appliquée. Le processus est contrôlé par un endoscope et toutes les manipulations sont effectuées par des instruments microchirurgicaux. La probabilité de complications après la chirurgie ne dépasse pas 8%, mais la possibilité de dommages au sac de l'anévrisme est presque complètement éliminée..

Les erreurs les plus courantes: fermeture lâche de la base du sac, manifestations répétées de la maladie et saignement qui s'est ouvert. Pour exclure de telles conséquences, il est nécessaire de choisir soigneusement une clinique, d'étudier des médecins et de ne faire confiance qu'à de vrais professionnels.

Caractéristiques de la période postopératoire

La chirurgie du cerveau entraîne toujours des conséquences pour le corps. Cependant, avec une rééducation compétente et en suivant les recommandations du médecin, ils peuvent être surmontés. Voici comment ce processus commence:

  • après le Département de Chirurgie Humaine, ils sont transférés en neuro-réanimation pendant plusieurs jours;
  • chaque jour, le chirurgien examine le patient, étudie les conséquences et prévient les complications;
  • en cas de symptômes indésirables, effectuer une tomodensitométrie;
  • les conséquences les plus courantes sont les spasmes vasculaires et l'hypoxie des cellules cérébrales, parfois des hémorragies se produisent sous la membrane arachnoïdienne;
  • en l'absence d'exacerbations, les coupures et autres opérations n'entraînent pas la mort;
  • si un gros anévrisme était situé à côté du bassin basilaire, les risques augmentent;
  • De plus, le risque de mortalité est élevé chez les personnes hémorragiques..

L'invalidité après embolisation de l'anévrisme cérébral ne survient que dans 4% des cas. Selon les statistiques, 8 patients sur 10 retournent à leur vie habituelle, mais seulement 4 d'entre eux commencent à travailler.

Les effets de l'écrêtage

Des complications après coupure d'une artère surviennent dans environ 10% des cas. Ces 10% incluent des conséquences telles que:

  • troubles de l'attention, concentration;
  • maux de tête persistants;
  • problèmes de langage mineurs et importants;
  • ischémie, œdème pulmonaire - dans de rares cas.

La mortalité ne survient que dans des situations très difficiles. Si vous avez la possibilité de refuser l'opération ne doit pas être.

Procédures de récupération

Dans les premiers jours après l'intervention, le personnel médical surveille le patient pour éviter les conséquences de l'opération. Il est important de noter à temps les saignements et autres symptômes..

Dans les premiers jours de la récupération, le patient se voit prescrire des nootropiques, des analgésiques, des diurétiques et des neuroprotecteurs en cas de saignement.

La trépanation ouverte et les opérations à proximité des tissus cérébraux sont compliquées par des conséquences supplémentaires:

  • hémorragies répétées;
  • infections et inflammations (dans de très rares cas);
  • troubles neurologiques;
  • nécrose du tissu nerveux et déficit neurologique - angiospasme.

Pendant la rééducation, le patient utilise différentes méthodes: physiothérapie, massage, thérapie par l'exercice. Après une coupure endoscopique, vous pouvez reprendre votre vie habituelle en une semaine. En même temps, il n'y a pas besoin de procédures physiothérapeutiques complexes.

Si une hémorragie se produit, mais la période de récupération après l'intervention est considérablement augmentée. Ceci est généralement associé à une altération de la fonction cérébrale. Les médecins recommandent la réadaptation dans les centres d'AVC ou dans des sanatoriums similaires..

Sous la supervision constante de spécialistes, le patient suit des cours de massage, de thérapie par l'exercice et de physiothérapie, et prend également des médicaments préventifs.

Régime pendant la rééducation

Pour éviter les conséquences après la chirurgie, vous devez également suivre un régime. Les médecins recommandent de s'y tenir jusqu'à la fin de la vie:

  • Ne mangez pas de graisses animales, y compris le saindoux et une grande quantité de beurre;
  • les produits laitiers gras sont fortement limités: fromages, glaces, fromages fondus, lait concentré, crème, fromage cottage et lait à haute teneur en matières grasses;
  • vous ne pouvez pas manger plus de 2-3 jaunes par semaine;
  • minimiser l'utilisation de poissons gras, de conserves, de calmars, d'huîtres et de caviar;
  • il est interdit de manger beaucoup d'aliments sucrés et féculents;
  • riz poli, la semoule tombe sous le coup des restrictions;
  • les arachides, les noisettes et les pistaches doivent être complètement éliminées de l'alimentation;
  • légumes cuits avec de la graisse, seulement un peu d'huile d'olive est autorisée;
  • sauces, épices;
  • thé et café avec crème, alcool et soda.

Pendant le régime, la viande maigre est consommée et la peau est retirée du poisson et du poulet. Utilisez des plats mijotés, bouillis et cuits à la vapeur. Le sel doit également être minimisé..

Complications possibles

Les complications lors de la coupure des anévrismes ne dépassent pas 8%. Cependant, un certain risque existe toujours, le patient doit donc être conscients de toutes les conséquences possibles. Les conséquences peuvent être à la fois mineures et graves, voire mortelles..

Dans le premier cas, après l'opération, le patient a des troubles de la mémoire, de la parole, de l'attention, des troubles moteurs et des maux de tête intenses.

Dans ce dernier cas, les complications sont causées par le développement d'un spasme vasculaire postopératoire, conduisant à la survenue d'une ischémie et d'un œdème pulmonaire. Malgré la gravité de ces conditions, toutes peuvent être corrigées par une thérapie appropriée dans l'unité de soins intensifs (antioxydants, neuroprotecteurs, mannitol, etc.).

Avec une intervention endovasculaire, une perforation de la paroi vasculaire ou un anévrisme avec un ballon ou une spirale est possible, ainsi que des complications thromboemboliques pouvant entraîner la mort.

La prévention des complications est une intervention chirurgicale techniquement correcte, ainsi qu'une surveillance continue du patient au début de la période postopératoire.

Coût et direction

Les patients atteints d'anévrisme demandent une intervention chirurgicale gratuite à la fois par endoscopie et avec l'ouverture du crâne. Pour ce faire, vous devez contacter les cliniques régionales ou de district, qui sont ensuite envoyées à de plus grands centres médicaux.

La chirurgie de retrait d'anévrisme est également disponible à des conditions payantes. Un ouvert coûte 20 à 50 000 roubles et endovasculaire - à partir de 15 000. Mais à Moscou et dans certaines grandes villes

Le prix comprend généralement les fournitures et le paiement pour le travail de tout le personnel médical. Séparément, vous devrez peut-être payer les médicaments et le temps passé dans une salle individuelle..

En général, le pronostic après ablation de l'anévrisme est favorable: 80% des patients se rétablissent avec succès et ne souffrent pas de conséquences graves. Avec l'ouverture des saignements, la mortalité peut atteindre 50%.

Ce qu'un patient peut rencontrer en cas de rupture d'anévrisme

Les conséquences de la rupture d'un anévrisme sont les plus graves. Ils sont plus difficiles à traiter et s'accompagnent d'effets résiduels:

  • difficultés de perception et de traitement de l'information;
  • diminution de la netteté de la vision, l'apparition de "taches aveugles";
  • difficultés de mouvement, crampes et mouvements involontaires;
  • picotements, engourdissements, diminution de la sensibilité des différentes parties du corps;
  • difficulté à avaler de la nourriture;
  • troubles de la parole;
  • crises d'épilepsie;
  • le caractère change, l'apparition d'une apathie sévère ou d'une agressivité est possible;
  • douleur dans différentes parties du corps;
  • mouvements intestinaux.

Si vous ressentez des sensations désagréables et des changements soudains, vous devez immédiatement passer par la tomodensitométrie.

Durée de vie

Si la procédure de coupure de l'anévrisme du cerveau a réussi, et pendant la rééducation, le patient a suivi les recommandations des médecins, l'espérance de vie n'est pas réduite. Si vous refusez le traitement, le néoplasme augmente, une rupture et une hémorragie se produisent.

Les conséquences et la longévité sont également influencées par des facteurs supplémentaires:

  • les micro-formations simples sont plus faciles à traiter et ont un minimum de conséquences;
  • les anévrismes mineurs ne provoquent pas de symptômes graves et se produisent sans rupture;
  • l'emplacement de la pathologie affecte le cours de la maladie et le traitement;
  • à un jeune âge, la chirurgie est plus facile à tolérer et le pronostic pour les patients est plus favorable;
  • avec les maladies du tissu conjonctif, les conséquences peuvent être plus graves;
  • les maladies des organes et des systèmes peuvent retarder le traitement chirurgical ou aggraver le pronostic.

Il est très important de suivre les instructions du médecin, puis les risques seront minimes.

Qui est à risque?

L'anévrisme des vaisseaux cérébraux peut survenir à tout âge. Cette maladie est plus fréquente chez les adultes que chez les enfants, et est légèrement plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Les personnes atteintes de certaines maladies héréditaires sont plus à risque..

Le risque de rupture et d'hémorragie cérébrale existe pour tous les types d'anévrismes cérébraux. Une dizaine de pauses d'anévrisme enregistrées se produisent pour 100 000 personnes par an, soit environ 27 000 personnes par an aux États-Unis). Le plus souvent, l'anévrisme affecte les personnes âgées de 30 à 60 ans.

L'hypertension, l'abus d'alcool, la toxicomanie (en particulier la consommation de cocaïne) et le tabagisme peuvent également contribuer à la rupture des anévrismes. De plus, l'état et la taille de l'anévrisme affectent également le risque de rupture..

La vie après la chirurgie

Après une opération ouverte, le corps a besoin de 2 à 4 mois pour récupérer complètement et éliminer les conséquences. Lors du traitement endoscopique d'un anévrisme artériel, la période de récupération est considérablement réduite. Caractéristiques de récupération:

  • en quelques jours, une douleur se fait sentir dans la zone d'intervention, lorsque la plaie commence à guérir, des démangeaisons apparaissent;
  • dans certains cas, la conséquence après l'ablation de l'anévrisme est un gonflement et un engourdissement dans la suture;
  • dans les 2 semaines, la préservation des maux de tête, de la fatigue et des sentiments d'anxiété est considérée comme normale;
  • jusqu'à 8 semaines, des symptômes similaires persistent lors d'une chirurgie ouverte;
  • au cours de l'année, le patient ne doit pas pratiquer de sports de contact et soulever des poids supérieurs à 3 kg;
  • vous ne pouvez pas rester assis longtemps.

Après 6 semaines, le patient est autorisé à commencer à travailler s'il n'est pas associé à une activité physique.

Selon la prescription du médecin, il est nécessaire de subir une IRM et une TDM, car elles aident à contrôler la récupération postopératoire.

Après l'achèvement de la période de rééducation, il reste un besoin d'IRM tous les 5 ans pour exclure la reformation d'anévrisme. En général, les examens après la chirurgie sont positifs. Parmi les effets secondaires, on distingue le plus souvent une détérioration du bien-être avec un fort changement de temps.

Handicap avec anévrisme

Le but de l'invalidité après une opération ouverte survient après un examen socio-médical. Ce n'est que dans 7 à 10% des cas que le patient reçoit l'une des catégories de handicap.

Le rendez-vous est dû à un déséquilibre fonctionnel, une invalidité partielle. Une invalidité temporaire est également prescrite si le patient a besoin d'une réadaptation à long terme..

Le groupe d'invalidité est donné en fonction des symptômes et des conséquences:

  • Le premier est prescrit si le patient a besoin de soins et d'une supervision extérieurs. De plus, il ne peut pas subvenir à ses propres besoins, l’incapacité est accordée et un tuteur est assigné à une personne.
  • Le deuxième groupe est donné avec une violation partielle de la fonctionnalité. Parfois mettre une incapacité partielle.
  • Le troisième groupe est établi pour un dysfonctionnement modéré. Cela peut être une perte auditive partielle, une paralysie ou une désorientation. Dans le même temps, la possibilité de libre-service est maintenue à 100%.

La décision sur l'opération est prise par le patient, mais elle ne doit être basée que sur l'avis et la décision d'un neurochirurgien. Idéalement, vous devez obtenir les opinions des meilleurs médecins dans ce domaine. Les conséquences après la chirurgie pour retirer l'anévrisme dans 80% des cas sont insignifiantes et durent un an.

Mode de vie

Bien sûr, l'opération d'élimination de l'anévrisme dans la grande majorité des cas conduit à son arrêt complet de la circulation sanguine, et il n'y a aucun risque de rupture avec hémorragie dans le tissu cérébral. Mais cela ne signifie pas que le patient après l'opération peut immédiatement commencer le mode de vie habituel qu'il a mené avant l'intervention. Oui, la vie après la chirurgie change radicalement, et chaque patient devrait en tenir compte avant la chirurgie. Après la chirurgie, de nombreuses personnes doivent souvent apprendre à marcher, à manger, à parler, à lire et à écrire. Mais cela ne signifie pas du tout qu'il vaut la peine de refuser de couper l'anévrisme, car sa rupture sans traitement chirurgical peut entraîner la mort.

Après la sortie de l'hôpital où l'opération a été réalisée, le patient est envoyé pour des soins et une rééducation à la clinique du lieu de résidence. À ce stade, le patient est traité par un neurologue, un neurochirurgien (s'il y a du personnel clinique) et un épileptologue (si le patient a eu ou souffre d'épilepsie symptomatique). De plus, un rééducateur, un médecin en thérapie par l'exercice, un orthophoniste, un psychologue et d'autres spécialistes jouent un rôle important dans la réadaptation..

Anévrisme des vaisseaux cérébraux - complications, diagnostic, traitement et prévention de la pathologie

Le site fournit des informations de référence à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation d'un spécialiste requise!

Complications de l'anévrisme cérébral

En principe, avec un anévrisme des vaisseaux cérébraux, chacun des symptômes neurologiques peut être considéré comme une complication, car toutes les fonctions sont perdues. Par exemple, une perte de vision, d'audition ou de paralysie peut être considérée comme une complication complète. Cependant, ils sont causés par la présence même d'un anévrisme, qui comprime le tissu nerveux. L'anévrisme, à son tour, cache le danger d'autres complications. Le plus grave et le plus évident d'entre eux est l'écart, qui sera examiné séparément ci-dessous. D'autres complications sont moins fréquentes, mais constituent également un grave danger pour la santé et la vie humaines..

En présence d'anévrisme cérébral, les complications suivantes sont possibles:

  • Coma. Avec des anévrismes dans les parties du cerveau responsables des fonctions vitales, le patient peut tomber dans le coma pendant une durée indéterminée. Il s'agit d'un état inconscient au cours duquel la respiration, le rythme cardiaque, le contrôle de la température corporelle, etc. peuvent être perturbés. Même avec des soins médicaux qualifiés et de bons soins, tous les patients ne sortent pas du coma.
  • La formation d'un caillot de sang. Dans la cavité de l'anévrisme, un tourbillon de sang se produit souvent, ce qui contribue parfois à la formation de caillots sanguins. En règle générale, cela se produit dans les grands anévrismes. Un thrombus peut se former sur le site de l'anévrisme, remplir sa cavité, ou se détacher et obstruer un vaisseau de plus petit diamètre. Dans les deux cas, il y a un arrêt complet des saignements dans un vaisseau particulier. Plus son diamètre est grand, plus les conséquences sont graves. En fait, dans une telle situation, une personne souffre d'un AVC ischémique. Actuellement, une assistance opportune peut sauver la vie d'un patient. Le caillot de sang peut être dissous avec des médicaments.
  • La formation de malformations artério-veineuses (MAV). L'AVM est un défaut de paroi en raison duquel l'artère et la veine se connectent partiellement. Étant donné que la pression artérielle dans l'artère est plus élevée, la pression y chute et une partie du sang artériel pénètre dans la veine. En conséquence, la pression dans la veine augmente et les parties du cerveau qui ont été alimentées par cette artère commencent à souffrir d'un manque d'oxygène. Un fort renflement du sac anévrismal et un étirement de ses parois peuvent contribuer à la formation de l'AVM. Ses symptômes ressemblent à des symptômes d'accident vasculaire cérébral ischémique (crise ischémique transitoire) ou à des symptômes de l'anévrisme lui-même. La chirurgie est également le seul traitement efficace..
C'est en raison des symptômes graves qui provoquent des anévrismes et des complications dangereuses que les médecins recommandent l'ablation chirurgicale des anévrismes dès que possible.

Rupture d'anévrisme cérébral

L'anévrisme cérébral lui-même n'est le plus souvent accompagné d'aucun symptôme clinique. Il existe un certain nombre de facteurs qui peuvent déclencher la rupture d'un anévrisme. Ceci, par exemple, un stress psycho-émotionnel sévère, une activité physique excessive, une pression artérielle élevée, une intoxication alcoolique, des maladies infectieuses avec une température corporelle élevée. Avec une rupture menaçante, l'apparition de symptômes non spécifiques est possible, ce qui s'explique par des microdommages à la paroi vasculaire et des fuites de sang dans les tissus cérébraux. Le plus souvent, cela aggrave considérablement l'état du patient. S'il est au courant de sa maladie (anévrisme), il doit immédiatement appeler un médecin.

Une rupture d'un anévrisme des vaisseaux cérébraux peut avoir les signes avant-coureurs suivants:

  • Forts maux de tête;
  • sensation de rinçage du sang vers la tête ou le visage;
  • déficience visuelle, double vision (diplopie), violation de la perception des couleurs (le patient voit tout en rouge);
  • troubles de la parole;
  • augmentation des acouphènes;
  • douleurs au visage, principalement dans les orbites;
  • vertiges attaques;
  • contractions musculaires involontaires dans les bras ou les jambes.
Mais pour de tels symptômes, il est très difficile de poser un diagnostic correct en temps opportun. Il est très important de faire attention à ces signes non spécifiques afin de soupçonner un problème à temps et augmenter les chances de succès.

L'écart lui-même dans la plupart des cas a un début aigu. Les symptômes dépendent en grande partie de l'emplacement de l'anévrisme rompu, du volume de sang répandu et du débit sanguin dans les tissus environnants. L'hémorragie peut être de plusieurs types - dans le tissu cérébral (hémorragie parenchymateuse), dans les ventricules du cerveau ou dans l'espace sous-arachnoïdien (hémorragie sous-arachnoïdienne).

L'hémorragie elle-même lors de la rupture de l'anévrisme peut s'accompagner des symptômes suivants:

  • Un mal de tête aigu et soudain. De nombreux patients comparent cette douleur à un coup à la tête. Une douleur intense peut être rapidement remplacée par une altération de la conscience, de la confusion au développement du coma.
  • Respiration plus rapide (tachypnée) plus de 20 mouvements respiratoires par minute pour un adulte.
  • La fréquence cardiaque devient d'abord plus fréquente, une tachycardie apparaît (fréquence cardiaque supérieure à 80 par minute). Au fur et à mesure de la progression de l'AVC hémorragique, un rythme cardiaque rapide est remplacé par une bradycardie (un ralentissement de la fréquence cardiaque de moins de 60 battements par minute).
  • Peut-être le développement de crises généralisées. Un tel symptôme se développe dans 10 à 20% des cas.
En général, la rupture des anévrismes cérébraux est la complication la plus grave et, malheureusement, très courante. La mortalité reste élevée même avec une hospitalisation rapide et la fourniture de soins médicaux qualifiés. À bien des égards, la possibilité d'une issue fatale dépend de l'emplacement de l'anévrisme rompu. Il peut être situé dans des centres vitaux. Souvent, après un AVC hémorragique, les patients perdent un certain nombre de compétences (parole, mouvement, perception auditive, etc.). Parfois, ils peuvent être restaurés pendant le processus de réadaptation, mais souvent, ces blessures sont également irréversibles.

Diagnostic de l'anévrisme cérébral

Le diagnostic des anévrismes cérébraux est une tâche très difficile. Souvent, pour identifier cette pathologie, le patient doit consulter divers spécialistes jusqu'à ce que quelqu'un soupçonne la présence d'un défaut dans le vaisseau. Cela s'explique par le fait que les anévrismes du système nerveux central (SNC) peuvent produire une variété de symptômes, rappelant d'autres pathologies. Par exemple, les maux de tête peuvent être le résultat d'une intoxication, d'une hypertension et de centaines d'autres maladies. De plus, tous les patients ne présentent aucune manifestation d'anévrisme.

Les symptômes suivants indiquent très éloquemment la présence de problèmes dans le système nerveux central:

  • syndrome convulsif;
  • déficience auditive;
  • déficience visuelle;
  • troubles olfactifs;
  • perte de sensibilité cutanée;
  • paralysie;
  • altération de la coordination des mouvements;
  • hallucinations;
  • troubles de la parole ou de l'écriture, etc..
Il existe un certain nombre de procédures de diagnostic standard qui aident à détecter l'anévrisme cérébral. Au premier stade, un examen physique du patient est effectué. Après cela, si un anévrisme est suspecté, ces méthodes de diagnostic sont prescrites qui peuvent visualiser (rendre visible, détecter) ce défaut vasculaire.

Examen physique du patient

L'examen physique fait référence à certaines procédures qui impliquent un médecin effectuant à la fois des examens neurologiques généraux et spécialisés. Dans ce cas, les signes de la maladie sont révélés qui pourraient ne pas avoir été remarqués par le patient lui-même. Lors d'un examen physique, il est presque impossible de confirmer le diagnostic d'anévrisme. Cependant, un médecin expérimenté peut suspecter cette pathologie et prescrire des études plus spécifiques..

L'examen physique comprend les procédures suivantes:

  • Palpation. La palpation est une méthode d'examen physique, au cours de laquelle le médecin, en appuyant sur différentes zones du corps, détermine les joints atypiques, sonde la formation sur la peau, etc. À propos de l'anévrisme des vaisseaux cérébraux à l'aide de la palpation, vous pouvez trouver pas beaucoup d'informations, mais avec son aide vous pouvez déterminer d'autres maladies concomitantes. La palpation aide à déterminer l'état de la peau, et c'est une information particulièrement importante, car de nombreuses maladies systémiques du tissu conjonctif se manifestent sur la peau.
  • Percussion. La percussion touche différentes parties du corps afin d'identifier les zones de résonance acoustique élevée ou faible. Pour les patients atteints d'anévrismes cérébraux, ce type d'examen est rarement utilisé, mais il est utile pour identifier les pathologies pulmonaires et cardiaques concomitantes..
  • Auscultation. L'auscultation est un examen physique, qui se réduit à écouter un médecin avec un stéthophonendoscope de divers bruits corporels. Chez une personne souffrant d'anévrisme vasculaire dans le cerveau, la présence de murmures pathologiques dans l'aorte, le cœur (survenant en combinaison avec une endocardite bactérienne et une coarctation aortique), des artères carotides peuvent être détectées.
  • Mesure de la pression artérielle. La pression artérielle est mesurée quotidiennement chez les patients souffrant d'anévrisme. Cela aide à identifier l'état général du corps à un moment donné (une pression artérielle basse peut résulter d'une hémorragie massive, de dommages au centre vasomoteur du cerveau). Grâce au contrôle de la pression, il est parfois possible d'empêcher en temps opportun la rupture de l'anévrisme.
  • Examen neurologique. La façon la plus efficace d'examiner un patient souffrant d'anévrisme cérébral est un examen neurologique. Dans ce cas, le médecin détermine l'état des réflexes tendineux et cutanés, révèle la présence de réflexes pathologiques (apparaissant en raison de maladies et de lésions du système nerveux central). De plus, le médecin vérifie l'activité motrice et détermine la sensibilité ou sa carence. Vous pouvez également vérifier les symptômes méningés - signes d'irritation des méninges. Mais il ne faut pas oublier que les données obtenues lors d'un examen physique ne sont pas une confirmation du diagnostic. Les malformations artérioveineuses, les néoplasmes ou les attaques ischémiques transitoires peuvent donner un tableau clinique similaire..

CT et IRM pour anévrisme cérébral

Lors de la tomodensitométrie, la patiente reçoit une certaine dose de rayonnement, donc cette méthode n'est pas utilisée pendant la grossesse, chez les jeunes enfants, ainsi que chez les patientes atteintes de maladies du sang ou de tumeurs. Plus l'appareil CT est récent, plus la dose reçue par le patient est faible et plus la procédure est sûre. Pour un adulte, de petites doses ne sont pas dangereuses. Dans le cas de l'IRM, il n'y a pas une telle exposition, respectivement, et il n'y a pas de risque d'exposition. Cependant, l'IRM n'est pas réalisée pour les patients porteurs de stimulateurs cardiaques, d'implants métalliques et d'autres types de prothèses électroniques, car un puissant champ magnétique chauffe et attire les fragments métalliques..

En utilisant la tomodensitométrie et l'IRM, vous pouvez obtenir les informations suivantes sur l'anévrisme cérébral:

  • la taille de l'anévrisme;
  • son emplacement;
  • nombre d'anévrismes;
  • caillots sanguins;
  • le degré de compression du tissu nerveux adjacent;
  • vitesse du flux sanguin dans le vaisseau (sur l'IRM dans certains modes).
Il convient de noter que ces procédures de diagnostic sont assez coûteuses et que toutes les cliniques n'ont pas l'équipement nécessaire. À cet égard, la TDM et l'IRM sont attribuées avant l'opération, afin d'évaluer le risque de rupture et d'autres indications graves..

Radiographie pour anévrisme cérébral

La radiographie est la méthode de diagnostic de routine la plus courante à la disposition de chaque patient. Il est plus efficace d'effectuer la soi-disant angiographie. Dans cette procédure, le patient est injecté dans l'artère une certaine quantité de produit de contraste, ce qui libère les contours du vaisseau sur l'image. Ainsi, après avoir pris une photo, il sera facile de détecter le renflement du mur.

La précision de la radiographie (même en cas d'utilisation de contraste) est généralement plus faible qu'avec la TDM et l'IRM. Elle est réalisée dans les premières étapes pour savoir si le patient a un anévrisme ou s'il s'agit d'autres troubles (tumeurs, blessures, etc.). Avec cette procédure, le patient reçoit également une certaine quantité de rayonnement, mais elle est très petite et ne cause pas de préjudice grave. Si l'état du patient est préoccupant et qu'aucune méthode de recherche plus sûre n'est disponible, parfois même les contre-indications sont négligées (prendre des photos pour les enfants et les femmes enceintes).

Lors de l'utilisation d'un agent de contraste, la fonction rénale doit également être prise en compte. S'il y a des maladies chroniques (par exemple, un anévrisme dans un contexte de maladies rhumatismales ou avec une maladie rénale polykystique concomitante), l'angiographie est très dangereuse. Le corps peut ne pas éliminer complètement l'agent de contraste du sang, ce qui peut aggraver l'état du patient.

Électroencéphalographie (EEG) pour l'anévrisme cérébral

Cette méthode de recherche est fonctionnelle. Il ne peut pas détecter la présence d'anévrisme ni donner de données spécifiques à ce sujet. Cependant, l'EEG est souvent réalisé chez ces patients afin de déterminer l'activité cérébrale. Cela aidera, par exemple, à exclure l'épilepsie comme cause possible de crises..

Cette procédure est totalement indolore et inoffensive pour le patient. Des capteurs électromagnétiques spéciaux sont placés sur la tête du patient, qui enregistrent l'activité des tissus cérébraux. Cette activité est en cours d'enregistrement, similaire à l'enregistrement lors de la prise d'un électrocardiogramme. Sur la base de cette étude, un spécialiste expérimenté peut tirer de précieuses conclusions sur la mesure dans laquelle certaines parties du cerveau sont affectées. Parfois, ces informations sont précieuses pour décider d'une opération.

Traitement de l'anévrisme cérébral

Le traitement des anévrismes cérébraux a plusieurs directions. La principale option, qui, d'une manière ou d'une autre, les médecins envisagent, est la chirurgie. Il vise à éliminer le problème lui-même (sac d'anévrisme) et à restaurer la force normale de la paroi vasculaire. Cela élimine pratiquement la possibilité de saignement ou de re-formation d'anévrisme à cet endroit.

Un autre domaine important est la prévention médicale de la rupture d'un anévrisme. Pour ce faire, les médecins prescrivent une variété de médicaments destinés à influencer les causes de la formation d'anévrisme. Ils affectent également les facteurs indésirables qui peuvent provoquer une rupture et des saignements. Dans chaque cas, la liste de ces médicaments sera individuelle, car les patients sont exposés à divers facteurs..

Pour le traitement médicamenteux des patients atteints d'anévrisme cérébral, les médicaments suivants peuvent être utilisés:

  • Nimodipine. La dose standard est de 30 mg 4 fois par jour, mais elle peut varier dans chaque cas. Le médicament empêche les spasmes des artères du cerveau et ne permet pas une augmentation de la pression. Ainsi, la rupture d'un anévrisme est évitée. De plus, la vasodilatation améliore l'apport d'oxygène au tissu nerveux, ce qui atténue certains des symptômes..
  • Phosphénytoïne. Par voie intraveineuse, 15 à 20 mg pour 1 kg de poids corporel. Le médicament agit sur le tissu nerveux, stabilisant la conduction des influx nerveux. Il peut atténuer de nombreux symptômes, tels que vomissements, nausées, maux de tête, crampes, etc..
  • Captopril, labétalol. Ces médicaments sont très courants pour lutter contre l'hypertension. La dose est choisie individuellement, en fonction des indicateurs de la pression artérielle. Leur action détend les parois des artères du corps, abaissant ainsi la pression. En conséquence, la paroi de l'anévrisme n'est pas tellement étirée et le risque de rupture est réduit..
  • Prochlorpérazine. Il est prescrit à 25 mg par jour, mais la dose peut être augmentée si nécessaire. Le principal effet du médicament est de réduire l'activité du centre des vomissements dans le cerveau.
  • Morphine. Il est utilisé par voie intraveineuse dans de rares cas de douleur intense. Son objectif n'est possible qu'à l'hôpital en raison d'un éventuel arrêt respiratoire. La dose est choisie individuellement par le médecin, en fonction de l'état du patient..
Dans certains cas, d'autres médicaments ayant le même effet thérapeutique peuvent être utilisés. Le rendez-vous dépend des symptômes particuliers qui apparaissent chez le patient. En principe, presque tous peuvent être éliminés avec des médicaments. Cette tactique est utilisée jusqu'à ce qu'une décision finale sur l'opération soit prise. L'auto-traitement de ces symptômes peut ne pas apporter l'effet approprié et être simplement dangereux. Par exemple, certains médicaments antiémétiques n'agissent que sur le tube digestif, de sorte qu'ils ne pourront pas éliminer les vomissements causés par la compression du tissu cérébral. En même temps, ces médicaments ont un certain nombre de contre-indications et d'effets secondaires qui ne feront qu'aggraver l'état du patient.

Premiers soins pour la rupture de l'anévrisme cérébral

Tous les patients présentant une suspicion de rupture de l'anévrisme cérébral doivent être hospitalisés d'urgence. Cependant, lorsque des symptômes spécifiques apparaissent, comme décrit ci-dessus, les premiers soins doivent être prodigués immédiatement. Si les soins médicaux ne sont pas fournis dans les premières heures suivant le début de la maladie, le risque de décès est très élevé..

Les principales activités de soins avant l'arrivée des médecins sont:

  • Couchez le patient en position horizontale avec une tête haute. Cette situation améliore naturellement l'écoulement veineux et réduit le risque d'œdème cérébral..
  • Donner accès à l'air frais et à l'abri des vêtements comprimant les cravates, les foulards, etc. Cela améliorera la circulation cérébrale et retardera la mort des cellules nerveuses..
  • En cas de perte de conscience, vérifiez les voies respiratoires. Dans ce cas, les prothèses dentaires amovibles sont retirées de la bouche, la tête est tournée d'un côté pour empêcher l'entrée de vomissements dans les voies respiratoires.
  • Le froid doit être appliqué sur la tête (banquise ou objets gelés). De telles manipulations peuvent réduire le risque d'œdème cérébral, limiter la quantité d'hémorragie. Le froid ralentit le flux sanguin et favorise une coagulation sanguine plus rapide. Ainsi, les dommages irréversibles sont retardés..
  • Si possible, vous devez surveiller en permanence la pression artérielle, la fréquence cardiaque et la respiration jusqu'à l'arrivée de l'ambulance. Lorsque la respiration s'arrête, la réanimation commence, qui sera poursuivie par les médecins qui arrivent.
Il convient de noter que l'efficacité de ces mesures dans la pratique n'est pas si élevée et n'exclut pas une issue fatale. Dans certains cas, la rupture de l'anévrisme entraîne la mort du patient dans les premières minutes, donc rien ne peut être fait. Cependant, il n'est pas possible de l'installer sur site sans équipement spécial, il faut donc continuer à lutter pour la vie du patient jusqu'à l'arrivée des spécialistes.

Chirurgie de l'anévrisme cérébral

La chirurgie est actuellement la plus efficace dans le traitement des anévrismes cérébraux, malgré la présence de divers schémas thérapeutiques. Seule une opération peut garantir les meilleurs résultats et un pronostic favorable. Un traitement chirurgical est prescrit sans faute si la taille de l'anévrisme dépasse 7 mm. Pour les patients présentant une rupture d'anévrisme, l'opération doit être réalisée le plus tôt possible, car le risque de rupture répétée de l'anévrisme (en cas d'arrêt spontané du saignement) et de saignement est plus élevé dans les premiers jours. Pour les patients atteints d'anévrisme non explosé, le moment de l'opération joue un rôle moindre, car le risque de rupture est plusieurs fois plus faible.

Les traitements chirurgicaux suivants pour l'anévrisme cérébral sont disponibles:

  • microchirurgie ouverte (chirurgie directe);
  • chirurgie endovasculaire;
  • méthode combinée.
Le choix du mode d'intervention est une question très complexe et nécessite une approche intégrée. Chaque fois, la méthode de traitement est sélectionnée individuellement, en fonction des résultats obtenus au stade du diagnostic..

Les facteurs suivants affectent le choix par le chirurgien d'une méthode d'intervention:

  • localisation de l'anévrisme;
  • la présence ou l'absence de son écart;
  • l'état du patient;
  • la présence de complications;
  • des risques;
  • la période après l'hémorragie (si elle était).

Chirurgie ouverte (clipping) pour anévrisme cérébral

La méthode d'opération ouverte la plus courante est le découpage. Les anévrismes d'écrêtage sont considérés comme la norme dans le traitement des anévrismes cérébraux. Accès transcrânien à l'anévrisme (c'est-à-dire qu'une craniotomie est effectuée). Une telle opération peut durer plusieurs heures, elle comporte un risque sanitaire grave. Cependant, c'est cette méthode qui offre aux médecins le meilleur accès à l'anévrisme..

L'opération se déroule en plusieurs étapes:

  • craniotomie dans la projection de l'emplacement de l'anévrisme;
  • ouvrir la dure-mère;
  • recherche et séparation de l'anévrisme des tissus sains;
  • superposer un clip dans le cou ou la région du corps de l'anévrisme (ce qui conduit à désactiver l'anévrisme de la circulation sanguine);
  • restauration de l'intégrité des tissus.
En présence d'anévrismes géants, des conditions sont préalablement créées pour réduire la taille du sac anévrismal ou du cou, puis des clips sont appliqués. Cette méthode vous permet de désactiver l'anévrisme de la circulation sanguine avec un minimum de dommages aux nerfs et au tissu cérébral..

L'opération est réalisée à l'aide d'un microscope opératoire et d'autres équipements microchirurgicaux. L'efficacité de l'écrêtage comme méthode de traitement chirurgical de l'anévrisme en le coupant de la circulation sanguine est très élevée..

Une méthode chirurgicale directe comprend également l'enveloppement (à l'aide d'une gaze chirurgicale spéciale ou d'un morceau de muscle), ce qui aide à renforcer les parois du vaisseau afin qu'il puisse résister à une pression artérielle élevée et prévenir la rupture.

Chirurgie endovasculaire pour anévrisme cérébral

La chirurgie endovasculaire est une intervention chirurgicale qui est effectuée sur les vaisseaux sanguins sans incision à travers une ponction percutanée à l'aiguille. Cette technique vous permet également d'exclure l'anévrisme de la circulation sanguine. La méthode implique une ponction percutanée de la carotide commune, de l'artère carotide interne ou de l'artère fémorale sous le contrôle d'une machine à rayons X ou sous le contrôle de la tomodensitométrie. Un cathéter est inséré à travers une aiguille dans le vaisseau, à l'extrémité duquel se trouve un ballon qui ferme la lumière et éteint l'anévrisme de la circulation sanguine. Au lieu d'un ballonnet de cathéter, des microcoils spéciaux peuvent également être utilisés, qui sont considérés comme plus modernes et efficaces..

Une méthode telle que l'embolisation de l'anévrisme fait également référence aux interventions endovasculaires. L'essence de l'embolisation de l'anévrisme est que des substances spéciales sont introduites dans le vaisseau affecté, qui durcissent et conduisent à l'arrêt du remplissage de l'anévrisme avec du sang. L'opération est réalisée sous contrôle radiographique avec introduction d'un agent de contraste.

Dans les conditions modernes, ils ont souvent recours à des méthodes endovasculaires, car ces dernières présentent certaines caractéristiques:

  • sont plus doux;
  • ne nécessitent pas d'anesthésie générale dans la plupart des cas;
  • ne nécessitent pas un accès ouvert;
  • raccourcir l'hospitalisation;
  • dans certains cas difficiles, c'est la seule méthode appropriée (avec une localisation profonde de l'anévrisme).

Méthode combinée pour les anévrismes cérébraux

La méthode combinée comprend une combinaison d'une méthode chirurgicale directe avec des méthodes endovasculaires. Les plus couramment utilisés sont le clipping avec un thrombus endovasculaire, l'occlusion temporaire avec un ballon suivie d'un clipping, etc..

Comme toute intervention chirurgicale, le traitement des anévrismes cérébraux peut entraîner des complications peropératoires ou postopératoires.

Les complications possibles de tout type d'intervention chirurgicale sur le cerveau comprennent:

  • hypoxie;
  • spasme des vaisseaux sanguins;
  • perforation (rupture) de la paroi de l'anévrisme avec un ballon ou une micro-bobine;
  • rupture d'anévrisme pendant la chirurgie;
  • embolie (obstruction) des vaisseaux situés distalement (un peu plus loin) de l'anévrisme, caillots sanguins;
  • issue fatale.

Quelles peuvent être les conséquences de la chirurgie pour l'anévrisme cérébral?

Les conséquences d'une opération pour retirer les anévrismes cérébraux dépendent de la méthode d'intervention chirurgicale. Si l'ablation de l'anévrisme a été réalisée par craniotomie, des complications postopératoires peuvent survenir assez souvent. Tout d'abord, cela est dû à une violation de la circulation normale du liquide céphalorachidien, à une irritation des méninges et à un œdème au site de la craniotomie. Le patient peut souffrir de maux de tête et d'acouphènes pendant longtemps. L'apparition d'autres symptômes dépend du lieu spécifique de l'intervention - une altération temporaire de l'ouïe, de la vision, de l'équilibre, etc. En même temps, ces symptômes peuvent ne pas être apparus avant l'opération. Ils apparaissent assez rarement et sont généralement temporaires.

Avec une intervention endovasculaire, aucune dissection à grande échelle des tissus ne se produit et aucune craniotomie n'est requise. Cela réduit considérablement le risque de complications ou d'effets indésirables pendant la période postopératoire. Il existe un risque de caillots sanguins ou de dommages à la paroi vasculaire. Mais ces complications sont généralement associées à des erreurs médicales spécifiques ou à des difficultés qui surviennent pendant la chirurgie.

Pour éviter toute conséquence grave après une opération de retrait d'anévrisme, les règles suivantes doivent être suivies:

  • après une opération ouverte, ils ne se lavent pas la tête pendant au moins 2 semaines (sur ordre spécial d'un médecin ou plus);
  • s'abstenir de sports de contact ou de sports avec le ballon afin d'éliminer le risque de coups à la tête (environ un an);
  • suivre un régime (exclure les aliments épicés, ne pas trop manger, exclure l'alcool) pour éviter les saignements ou l'enflure du cerveau;
  • arrêter de fumer;
  • ne pas visiter les bains ou le sauna pendant au moins six mois.
Selon la cause de l'anévrisme, il peut y avoir d'autres prescriptions. Par exemple, avec l'hypercholestérolémie, qui provoque des lésions vasculaires athérosclérotiques, une restriction des graisses animales est ajoutée au régime alimentaire. Une visite régulière chez le médecin dans la période postopératoire minimise la probabilité de complications ou de conséquences désagréables. Les cheveux rasés pour la craniotomie repoussent généralement. Il n'y a qu'une petite cicatrice arquée qui peut être perceptible si les cheveux sont courts.

Traitement de l'anévrisme cérébral avec des remèdes populaires

Étant donné que l'anévrisme est un défaut structurel et non un trouble fonctionnel, il est presque impossible de le guérir avec des médicaments. Dans ce cas, la médecine traditionnelle est également impuissante. Les plantes médicinales peuvent affecter les processus fonctionnels du corps humain de différentes manières, mais le renflement de la paroi vasculaire ne peut être éliminé qu'avec l'aide de la chirurgie.

Cependant, les remèdes populaires peuvent parfois être utilisés pour réduire un certain nombre de symptômes, ainsi que pour prévenir la rupture de l'anévrisme. Les plus efficaces dans ce cas seront les infusions sédatives et les recettes pour abaisser la tension artérielle. Leur utilisation appropriée améliorera la circulation sanguine dans les vaisseaux du cerveau sans augmenter la pression artérielle. Ainsi, les cellules du tissu nerveux souffriront moins de la privation d'oxygène et le risque de complications diminuera.

Les patients atteints d'anévrisme cérébral peuvent, avec l'autorisation d'un médecin, utiliser les remèdes populaires suivants:

  • Citron et jus d'orange. Les jus fraîchement pressés se mélangent dans des proportions égales et y ajoutent une quantité égale d'eau bouillie tiède. Buvez quotidiennement un demi-verre d'un tel mélange à jeun. On pense que cet outil renforce les parois des vaisseaux sanguins et prévient l'athérosclérose..
  • Lait de chèvre à l'ail. Une demi-tasse de lait chaud a besoin d'une demi-cuillère à café de bouillie d'ail en purée. Buvez tous les jours avant le petit déjeuner. Cela réduit la probabilité de caillots sanguins et ralentit le dépôt de cholestérol..
  • Jus de kaki. Le jus de kaki avec de la pulpe est bu une demi-tasse par jour, si le patient, avec un anévrisme, est préoccupé par une augmentation périodique de la pression.
  • Infusion de semoule de maïs. Dans un grand verre d'eau bouillante, versez une cuillère à soupe de semoule de maïs (pas de céréales!). Il est recouvert d'une soucoupe et laissé insister pour la nuit. Le matin, pendant le petit déjeuner, buvez de l'eau sans remuer les sédiments. Le produit est efficace pour l'augmentation de pression périodique.
  • Infusion de myrtille. Les baies séchées (4 cuillères à café) versent 200 ml d'eau bouillante et insistent pendant au moins 8 heures dans un endroit sombre. Après cela, la perfusion est bue. Il renforce les parois des vaisseaux sanguins, réduit le risque de rupture de l'anévrisme.
Il existe d'autres remèdes populaires qui sont utilisés à des fins préventives. Il convient de rappeler qu'avant de commencer tout traitement, même le plus inoffensif à première vue, il est nécessaire de consulter votre médecin. Cela s'explique par le fait que le patient ne connaît pas toujours les causes qui ont provoqué la formation d'anévrismes, et les anévrismes eux-mêmes peuvent provoquer une variété de troubles dans le corps. Seul un spécialiste compétent peut prendre en compte tous les facteurs affectant la santé du patient..

Quel est le pronostic de l'anévrisme cérébral?

Le pronostic de l'anévrisme cérébral dépend d'un certain nombre de facteurs différents. Ils sont détectés lors de l'examen diagnostique et utilisés lors du choix des tactiques de traitement. En général, on peut dire que les anévrismes inopérables ont toujours un mauvais pronostic. Si l'anévrisme ne peut être opéré d'aucune façon (en raison de son emplacement ou de la présence de maladies concomitantes graves), il augmente généralement progressivement, les symptômes s'intensifient et l'état du patient s'aggrave jusqu'à l'écart. Ce sont souvent ces anévrismes qui font tôt ou tard la mort du patient.

Cependant, il y a des cas où les anévrismes n'ont pas augmenté et tout au long de la vie n'ont pas inquiété une personne, et il est décédé d'autres maladies. Parfois, il y a des cas où de petits anévrismes (en particulier congénitaux) disparaissent progressivement. Cependant, il est très probable qu'ils réapparaissent.

En général, les facteurs suivants affectent le pronostic de l'anévrisme aortique:

  • les anévrismes simples ont généralement un meilleur pronostic que les anévrismes multiples;
  • les anévrismes mineurs, en règle générale, ne produisent pas de symptômes aussi graves que les gros, et le risque de rupture est plus faible;
  • l'emplacement de l'anévrisme détermine la gravité des symptômes et la complexité (ou la possibilité) du traitement chirurgical;
  • avec les maladies congénitales des tissus conjonctifs, le pronostic des anévrismes est généralement pire, car ces maladies sont incurables, et il est impossible d'éliminer la cause de l'anévrisme;
  • les maladies concomitantes (cœur, système respiratoire, reins, foie, etc.) peuvent rendre le traitement chirurgical impossible et aggraver gravement le pronostic du patient;
  • les patients à un jeune âge tolèrent généralement mieux les interventions chirurgicales et leur pronostic est meilleur;
  • suivre la prescription d'un médecin permet de réduire le risque de complications et améliore le pronostic de tout patient.
Il est sans ambiguïté de dire si, à l'heure actuelle, aucun spécialiste ne peut donner une rupture d'anévrisme ou de donner une prévision précise de l'efficacité du traitement. Trop de facteurs affectent l'évolution de la maladie et il n'est pas possible de les considérer tous. Cependant, les médecins essaient de retirer l'anévrisme le plus tôt possible, car les risques postopératoires sont toujours inférieurs au risque d'avoir un anévrisme cérébral non opéré. Ainsi, pour presque tous les patients, la chirurgie améliore le pronostic..

Prévention de l'anévrisme cérébral

Toutes les mesures préventives pour cette maladie peuvent théoriquement être divisées en deux groupes - la prévention de la formation d'anévrismes et la prévention de leur rupture. Dans la pratique, cependant, ces mesures coïncident généralement, car les facteurs affectant ces processus coïncident. Le premier facteur à prendre en compte est une prédisposition héréditaire au développement de l'anévrisme cérébral. Si le patient a des parents de sang atteints d'anévrisme ou qui sont décédés d'un accident vasculaire cérébral, il doit être particulièrement prudent. Il est caractéristique que l'anévrisme n'apparaisse pratiquement pas aux premiers stades, par conséquent, une personne qui observe au moins certains symptômes d'anévrisme en lui-même doit être périodiquement examinée par un spécialiste. La meilleure prévention est le diagnostic opportun de la maladie et l'examen par IRM, tomodensitométrie du cerveau, angiographie, etc. Sinon, pour la prévention de l'anévrisme cérébral, une personne doit essayer d'adhérer à un certain style de vie.

Les mesures préventives les plus importantes sont:

  • Contrôle de la pression artérielle. Les patients sujets à l'hypertension devraient prendre des médicaments qui abaissent la tension artérielle. En présence d'un anévrisme, il doit être surveillé en permanence.
  • Arrêter de fumer et de boire de l'alcool. Le tabagisme et l'alcool stimulent la contraction vasculaire et modifient le flux sanguin par divers mécanismes. Cela peut augmenter temporairement la pression artérielle dans les vaisseaux. De plus, le tabagisme affaiblit les murs. Les personnes qui arrêtent de fumer et de boire de l'alcool réduisent le risque de développer des anévrismes. Pour les patients atteints d'anévrisme, ces mesures sont obligatoires, car elles peuvent éclater à tout moment..
  • Transition vers une alimentation saine. Il est recommandé de manger des légumes, des fruits, ainsi que de limiter l'utilisation des aliments frits et gras. L'apport régulier de vitamines dans le corps normalise les processus métaboliques, réduit le risque d'athérosclérose et d'hypertension.
  • Contrôle du cholestérol. Si vous constatez un taux de cholestérol élevé, vous devez prendre des médicaments spéciaux. Ils sont prescrits par le médecin après examen du patient. Il est également recommandé de répéter régulièrement les tests sanguins pour le cholestérol. Cela réduira la probabilité d'anévrismes..
  • Contexte émotionnel favorable. Il est conseillé aux patients d'éviter les situations stressantes graves causées par le surmenage, les sentiments forts, le ressentiment ou le doute. Le stress peut augmenter considérablement la pression, entraînant la rupture d'un anévrisme existant. Le stress chronique chez une personne en bonne santé peut conduire à sa formation progressive..
  • Refus d'activité physique. Il est tout simplement dangereux pour les patients souffrant d'un anévrisme de soulever des poids, de monter les escaliers rapidement ou même de courir vite. Toute activité physique augmentera inévitablement la pression (en raison de l'augmentation de la fréquence cardiaque), ce qui crée une menace d'accident vasculaire cérébral.
Malgré toutes les méthodes ci-dessus, la prévention la plus efficace et la plus fiable des AVC hémorragiques avec anévrisme cérébral est une intervention chirurgicale en temps opportun. Il convient également de noter qu'une personne souffrant d'anévrisme des vaisseaux cérébraux est strictement interdite de s'automédicaments. Certains médicaments, s'ils sont utilisés de façon inappropriée ou non fondée, provoquent la rupture de l'anévrisme. Avant de prendre des médicaments (y compris de l'aspirine commune, ce qui réduit la viscosité du sang et augmente le risque de saignement), vous devez consulter un médecin.

Rééducation après anévrisme cérébral

L'anévrisme cérébral lui-même, en règle générale, ne nécessite aucune mesure de rééducation. Nous n'en parlons qu'en cas de complications. Comme indiqué ci-dessus, après un AVC hémorragique, diverses fonctions sont souvent perdues. Pour leur rétablissement, un cours de réadaptation est nécessaire. La décision de commencer la réadaptation doit toujours être prise avec un médecin qui connaît bien les antécédents médicaux. Une rééducation peut parfois être nécessaire également après la chirurgie pour retirer l'anévrisme. Certaines complications postopératoires ressemblent à celles d'un AVC.

Pour les patients après un AVC ou une intervention chirurgicale, les instructions de réadaptation suivantes seront utiles:

  • Position de traitement. La méthode est utilisée pour la paralysie dans les premiers stades de la rééducation. Les extrémités avec des muscles spasmodiques (contractés) sont posées de manière à réduire leur charge et à améliorer le métabolisme. La paralysie va donc plus vite. Habituellement, les membres sont étendus pendant 1 à 2 heures dans des langets spéciaux, fixant leur position.
  • Massothérapie. Il peut être utilisé pour les problèmes neurologiques (massage du col cervical) pour améliorer le flux sanguin vers le cerveau à travers les artères vertébrales. Faire également un massage relaxant des membres pour la paralysie.
  • Traitement thermique. Comprend des applications d'argile chaude ou d'ozokérite qui aident à améliorer le métabolisme et à détendre les muscles..
Pour d'autres types de troubles fonctionnels, l'acupuncture, la magnétothérapie, le traitement par choc électrique ou l'électrophorèse avec des médicaments relaxants sont également utilisés. Les troubles de la parole ou de la perception auditive nécessitent un contact social constant. Dans ce cas, il est important de communiquer activement avec le patient, malgré ses problèmes et difficultés. Les médecins suggèrent généralement les bonnes tactiques à la famille et aux amis du patient. Si nécessaire, des orthophonistes sont impliqués. Les troubles de la perception sociale et les problèmes cognitifs nécessitent une consultation avec un psychologue.

Il faut se rappeler que la rééducation ne commence en aucun cas immédiatement après un AVC ou une intervention chirurgicale. Habituellement, plusieurs semaines s'écoulent avant qu'il ne commence. Commencez la procédure avec la permission du médecin traitant. Tous les exercices commencent progressivement. Par exemple, ils n'exercent en aucun cas une pression sur les muscles spasmodiques (mouvements actifs) jusqu'à ce qu'ils commencent à récupérer. La réadaptation dans de tels cas peut prendre des mois, voire des années. Habituellement, le travail acharné donne toujours un résultat positif.

Le handicap est-il associé à un anévrisme cérébral?

L'invalidité est déterminée après avoir effectué un examen socio-médical en utilisant une évaluation approfondie de la santé humaine, en utilisant des critères approuvés par le ministère de la Santé et du Développement social. Dans chaque état individuel, ces critères peuvent différer légèrement, mais en général ils sont similaires..

Les conditions suivantes sont nécessaires pour affecter un groupe de personnes handicapées:

  • troubles de santé qui provoquent des troubles fonctionnels permanents associés à la présence de maladies, blessures ou défauts;
  • limitations de la vie (incapacité partielle ou totale d'une personne de bouger, d'étudier, de travailler et également de communiquer, de contrôler son propre comportement);
  • besoin d'assistance sociale, de réadaptation.
Toutes ces conditions doivent durer longtemps, généralement au moins un an. Dans ces cas, une personne est reconnue comme temporairement (ou définitivement) incapable de travailler et peut compter sur l'obtention d'un groupe d'invalidité.

Il existe 3 groupes de handicaps caractérisés par les symptômes suivants:

  • Je groupe. Le premier groupe de handicaps comprend les personnes présentant le plus haut degré de fonctionnalité altérée du corps (mouvement, entraînement, communication, contrôle du comportement, etc.). Les personnes handicapées du groupe I ont besoin d'une supervision et d'une assistance constantes.
  • Groupe II. Le deuxième groupe comprend les personnes qui ont des troubles fonctionnels mineurs du corps dus à des maladies (paralysie, défauts du crâne, etc.) ou des blessures qui entraînent une faible capacité de travail d'une personne.
  • ІІІ groupe. Les personnes du troisième groupe de handicaps présentent des troubles fonctionnels du corps de gravité modérée (désorientation, surdité, paralysie, etc.). Ces troubles surviennent en raison de maladies, de lésions congénitales, de défauts. Ces personnes handicapées peuvent s'occuper d'eux-mêmes sans avoir besoin de soins et d'assistance extérieurs..
L'anévrisme vasculaire dans le cerveau conduit très souvent à une invalidité sévère. Lors de l'évaluation du handicap, les spécialistes prennent en compte le type d'anévrisme, sa localisation, sa nature, sa présence, ainsi que la fréquence des crises d'épilepsie, les troubles mentaux, les caractéristiques de l'hémodynamique cérébrale (circulation sanguine), ainsi que l'efficacité de l'intervention médicale. Les caractéristiques sociales du patient sont également prises en compte - son occupation et ses conditions de travail. Le transfert d'un patient vers un groupe d'incapacité particulier aide à éviter l'aggravation de l'anévrisme et à restaurer ultérieurement l'incapacité.

La réadaptation sociale et professionnelle des patients atteints d'anévrisme cérébral comprend la formation professionnelle, le recyclage, la sélection et l'orientation professionnelle.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite