Tumeurs du tronc cérébral

Une tumeur du tronc cérébral est un néoplasme de la moelle épinière et du mésencéphale. Cette condition peut se manifester par de nombreux symptômes..

À ce jour, il existe la seule option efficace pour diagnostiquer une tumeur, qui vous permet de déterminer la présence d'une tumeur, sa prévalence et sa nature - il s'agit d'une IRM du cerveau.

La possibilité d'une cicatrisation chirurgicale n'existe que dans 20% des cas avec ce diagnostic, d'autres patients se voient prescrire une chimiothérapie. Les tumeurs sont secondaires, c'est-à-dire celles qui se sont initialement développées dans une autre zone, puis se sont propagées au tronc. Les métastases dans ce type de cancer sont rares. Le tronc est généralement affecté à partir du 4e ventricule et du cervelet. Dans un groupe distinct comprend des formations paraboliques. Il s'agit notamment de tumeurs qui sont fusionnées au tronc, donc elles conduisent à sa déformation..

Il est d'usage de distinguer trois degrés de malignité:

  • Bénin.
  • Frontière.
  • Haute malignité.

Le premier type d'éducation se caractérise par une croissance lente (ils se développent environ 10 ans), ceux malins se développent plus rapidement - à partir de quelques mois. Espèce bénigne diagnostiquée chez 50% des patients.

Qu'est-ce qu'une tumeur du tronc cérébral??

Le tronc est à la base du cerveau. Il se compose de matière blanche et grise. Sa longueur est petite - 7 cm D'une part, elle est reliée à la moelle épinière et en est la continuation, et d'autre part, à l'intermédiaire. Il se compose de ces parties: pont Varolius, moelle oblongue et mésencéphale. Les noyaux des nerfs crâniens, respiratoires, les centres nerveux cardiaques, les centres de vomissements, de mastication, de déglutition, de salivation, de toux sont concentrés dans le tronc cérébral. Le pont régule les mouvements des yeux, des muscles du visage, de la langue, du cou, des jambes, des bras et du corps. Les noyaux nerveux de la moelle oblongue régulent le travail des muscles du pharynx et du larynx, du tractus gastro-intestinal et de l'appareil auditif et vocal. Ses réflexes incluent une protection et une statique importantes, qui soutiennent la posture de la personne lors de ses déplacements. Par conséquent, les blessures dans cette partie du cerveau provoquent une variété de symptômes qui affectent la vie d'une personne..

Cancer de la tige cérébrale

Les violations dans les cellules du cerveau, provoquées par certains facteurs nocifs, conduisent au fait qu'elles commencent à se diviser de manière incontrôlable et à remplacer les tissus sains. C'est ainsi que se forment les tumeurs primaires du tronc. La plupart d'entre eux proviennent de cellules gliales. Le cancer peut se développer dans une partie du tronc. Plus souvent, cela se produit dans le pont (environ 60% des cas), moins souvent dans la moelle oblongue et le mésencéphale. Un néoplasme peut être un ou plusieurs.

Les tumeurs du tronc cérébral sont secondaires, c'est-à-dire qu'elles se sont initialement développées ailleurs, puis se sont propagées au tronc cérébral. Les métastases cérébrales sont rares (dans 5% des cas). Ils peuvent pénétrer par la moelle épinière, la colonne vertébrale, les reins. Les dommages au tronc se produisent généralement du cervelet et des 4 ventricules. Un groupe distinct est constitué de formations paraboliques. Il s'agit notamment de tumeurs qui sont étroitement épissées avec le tronc, de sorte qu'elles se déforment et affectent son travail..

Il existe 4 degrés de malignité des tumeurs souches:

  • 1 degré - bénin;
  • 2 - limite;
  • 3 et 4 - degrés élevés de malignité.

Les formations bénignes se caractérisent par une croissance lente (croissance d'environ 10 ans), les formations malignes se développent très rapidement - de plusieurs mois à plusieurs années. Chez 55% des patients, des tumeurs bénignes sont diagnostiquées, mais elles peuvent devenir malignes à tout moment..

Recommandations

Consultation d'un neurochirurgien, l'IRM cérébrale est recommandée.

Principaux spécialistes et institutions pour le traitement de cette maladie en Russie:
Directeur de l'Institut de recherche en neurochirurgie. Burdenko N.N. Konovalov A.N.
Principaux spécialistes et institutions pour le traitement de cette maladie dans le monde:
Professeur Duke Samson, États-Unis.

Types de tumeurs du tronc cérébral

Parmi les types histologiques de tumeurs qui affectent le plus souvent le tronc cérébral figurent les gliomes. Ils se développent à partir des cellules gliales..

Ceux-ci inclus:

  • les astrocytomes (représentent 60% des cas). Leurs caractéristiques comprennent une augmentation des symptômes neurologiques, des maux de tête persistants. Les astrocytomes sont pilocytaires, fibrillaires, anaplasiques et multiformes (glioblastomes). Les deux premiers types sont bénins, les seconds sont malins. Les tumeurs du tronc cérébral chez les enfants sont principalement des astrocytomes pilocytaires; chez les adultes âgés de 30 à 60 ans, des astrocytomes fibrillaires et anaplasiques sont diagnostiqués. Le glioblastome est le plus agressif, il se retrouve chez l'homme de 30 à 50 ans..
  • épendymomes (5%). On le trouve également souvent chez les enfants. Dans 70% des cas, c'est une forme bénigne. Les épendymomes sont caractérisés par le développement précoce de l'hydrocéphalie et de la pression intracrânienne.
  • oligodendrogliomes (8%). Leur particularité est un long parcours et de grandes tailles de formations, qui ont souvent une forme d'infiltration expansive. Il existe des oligodendrogliomes de 2, 3 et 4 degrés de malignité.

Les gliomes ont tendance à former des kystes, la calcification n'est pas rare. Il existe également des espèces mixtes et rarement des tumeurs non gliales: médulloblastomes, névromes, méningiomes.

Il existe deux formes de croissance des tumeurs du tronc cérébral:

  • nodal (expansif). De telles formations sont similaires aux nœuds, elles se développent «seules» dans une capsule aux limites claires avec des tissus sains. Ils ont souvent une partie solide et kystique. Ce sont principalement des angioastrocytomes. Les tumeurs nodulaires bénignes sont facilement enlevées chirurgicalement, mais elles ne sont pas courantes (20-30% des cas).
  • diffuser. Cette forme a des prédictions bien pires que nodulaires, car les cellules défectueuses se développent en tissus sains et les remplacent, ce qui signifie que l'organe ne sera pas en mesure de remplir correctement ses fonctions. Une telle tumeur ne peut pas être enlevée sans conséquences graves pour la vie. Une tumeur diffuse du tronc cérébral survient dans 80% des cas. Les principaux types sont les astrocytomes fibrillaires et anaplasiques, les glioblastomes. Souvent, ils se développent dans tout le tronc cérébral, ce qui augmente sa taille. Une infiltration dans la moelle épinière et le cervelet est également très probable..

Classification

Selon la base histologique, les tumeurs sont divisées en:

  • Astrocytome du cerveau. Elle est bénigne (fibrillaire, pilocytaire) et maligne (anaplasique, multiforme).
  • Épendymome. Il est représenté par une forme bénigne, donc l'hydrocéphalie et l'hypertension intracrânienne sont les caractéristiques. Trouvé chez les enfants.
  • Oligodendrogliome. La forme expansive-infiltrante est caractéristique. La malignité varie de 2 à 4 degrés.

La division généralement acceptée des formations en:

  • Bénin. Dans le premier cas, une croissance lente est constatée. Le délai de développement dépasse une période de 15 ans. Chez 40 à 50% des patients, des tumeurs bénignes sont diagnostiquées, qui peuvent devenir malignes.
  • Malin. Le deuxième cas est celui des formations malignes qui constituent la majorité des décès..

Le principe de localisation implique la division des tumeurs en:

  • Primaire. Formé à partir du néoplasme du tronc. Espèce - tige exophytique et intra-tige.
  • Secondaire Se produisent dans la région du quatrième ventricule ou du tissu cérébelleux. Autres sources primaires - reins, colonne vertébrale, moelle épinière.
  • Parabolique. Trouvez une expression grâce à la déformation de la tige.

Plus de la moitié des tumeurs souches sont présentées sur le pont. Les formations restantes sont diagnostiquées en moyenne (pas plus de 20%) et la moelle oblongue (pas plus de 25%).

Les caractéristiques de la croissance des formations déterminent le développement suivant:

  • Expansif. Se produit en raison de ses propres cellules. En cours de croissance, d'autres tissus s'éloignent.
  • Infiltrer. L'examen microscopique ne révèle pas les limites de l'éducation. Selon ce principe, une tumeur diffuse du tronc cérébral est caractérisée.

Selon le type de croissance, on distingue les formations suivantes:

  • Nodal La préservation inhérente des frontières, des zones de tissus sains. Enlevé chirurgicalement.
  • Diffuser. Ils constituent la majorité des autres espèces (80%). Microscopiquement impossible de détecter les frontières de type tumoral. On note la croissance de cellules défectueuses dans des zones saines de tissus avec remplacement. La chirurgie s'accompagne de complications..
  • Infiltratif (pseudo-nœud). La méthode macroscopique distingue une sévérité claire des frontières. La méthode microscopique révèle la destruction du tissu nerveux autour de la formation. Une croissance infiltrante est présente.

Tumeur du tronc cérébral: symptômes

Les gliomes du tronc cérébral entraînent une destruction des tissus, ce qui provoque des symptômes focaux, qui dépendent de la zone endommagée. Il est à noter qu'une tumeur située dans une partie du cerveau affecte d'autres services. Cela se produit en raison d'une augmentation de la masse de l'organe, d'une compression des structures adjacentes, de troubles circulatoires et d'une augmentation de la pression intracrânienne.

Parmi les symptômes cérébraux prévalent:

  • maux de tête, vertiges. La douleur est le principal symptôme (chez 90% des patients), elle est associée à la pression de l'éducation sur les nerfs, les vaisseaux sanguins, les membranes et les veines du cerveau. Peut se produire dans toute la tête ou localisée au site de croissance tumorale. Son intensité est différente, jusqu'à très forte, éclatante et déchirante. La douleur apparaît soudainement, comme une crise, est moins souvent permanente. Cela se produit principalement le matin. Parfois, une attaque peut survenir après des troubles, des haltères, une activité physique, une toux ou des mouvements brusques de la tête. Des étourdissements apparaissent également périodiquement. Le patient peut se sentir mal, perdre son équilibre, se balancer, il s'assombrit dans ses yeux, fait du bruit dans ses oreilles;
  • nausées, vomissements (surviennent dans 60% des cas). Il peut apparaître lors de maux de tête et d'étourdissements. Les vomissements commencent également soudainement, le plus souvent le matin, l'estomac vide;
  • position incorrecte de la tête. Une personne tient réflexivement sa tête dans une position où se produit la moindre irritation des nerfs cervicaux et crâniens;
  • troubles mentaux (chez 65% des personnes). Ce symptôme est observé avec des tumeurs de toute localisation et peut être général ou focal. Parmi les troubles mentaux, il y a un changement de conscience, l'étourdissement, l'irritabilité. Une personne devient apathique, léthargique, parle peu, ne répond pas pour lui faire appel;
  • crises d'épilepsie;
  • déficience visuelle, modifications du fond d'œil (70%). C'est aussi une conséquence de la pression intracrânienne, qui conduit à la compression du nerf optique. Un changement dans le fond se manifeste sous la forme d'une stagnation et d'un gonflement des disques, des changements de couleur, ainsi que des hémorragies dans l'espace proche du disque. Au début, cela conduit à l'apparition d'un voile devant les yeux, aux stades ultérieurs, lorsque le disque commence à s'atrophier, la vision se détériore fortement;
  • syndrome bulbaire. Serrer les nerfs bulbaires entraîne une altération de la parole et de la déglutition. Le patient peut s'étouffer même avec de la nourriture liquide, il a une voix calme ou nasale, la salive coule de sa bouche;
  • changements dans la structure du crâne (amincissement de ses parois, dilution des sutures, etc.).

Plus tard, des troubles respiratoires et cardiaques apparaissent (insuffisance respiratoire, dysphagie, bradycardie, cardiomyopathie, tachycardie).

Symptômes focaux d'une tumeur du tronc cérébral:

  • trouble des fonctions motrices, orientation, coordination, perception tactile et visuelle, changements de démarche;
  • sensibilité et audition diminuées;
  • contraction des muscles oculaires, parésie;
  • tremblement de la main;
  • changements fréquents de la pression artérielle;
  • troubles du visage (de la faiblesse des muscles du visage, il peut être asymétrique, un sourire - asymétrique).

Une caractéristique des tumeurs du tronc cérébral est l'apparition tardive de la pression intracrânienne et de l'hydrocéphalie (accumulation de liquide céphalorachidien dans le cerveau).

Les formations bénignes peuvent ne pas se manifester pendant de nombreuses années ou les symptômes surviennent brusquement, après quoi une rémission se produit. Malin - les symptômes augmentent constamment et en peu de temps.

Symptomatologie

Les signes d'une tumeur du tronc cérébral comprennent:

  • Mal de crâne. La cause profonde est la pression exercée sur les éléments du système circulatoire et nerveux du cerveau. Localisation - locale ou générale. Intensité - insignifiante à insupportable. La nature de la manifestation est soudaine ou permanente. Prérequis - troubles, activité physique. Les conséquences - acouphènes, perte d'équilibre.
  • Vomissements et nausées.
  • Position de la tête non naturelle.
  • Troubles neuropsychiatriques.
  • Saisies.
  • Dysfonctionnement visuel. Présent dans 70% des cas. La cause profonde est la pression, ce qui entraîne une compression du nerf optique.
  • Syndrome bulbaire. Conséquences - troubles de la parole et de la déglutition.
  • Changements dans la structure crânienne.
  • Troubles des systèmes cardiovasculaire et respiratoire.

Diagnostiqué avec tachycardie, cardiomyopathie. Une dysphagie, une insuffisance respiratoire peuvent également survenir..

Une caractéristique du développement du cancer est l'effet des néoplasmes d'une partie du cerveau sur les zones restantes. La raison réside dans la croissance de la tumeur, la compression des vaisseaux sanguins et l'augmentation de la pression à l'intérieur du crâne.

Les symptômes focaux comprennent:

  • Démarche altérée, fonction motrice altérée.
  • Pression artérielle.
  • Contraction musculaire des bras et des yeux.
  • Pathologie de l'oreille moyenne.
  • Expressions faciales.

Une tumeur du tronc cérébral chez l'enfant est longtemps asymptomatique. Le principal symptôme est une altération de la coordination. Il y a une diminution de l'activité, une perte d'appétit, des changements de comportement.

Causes de pathologie

L'oncologie cérébrale se pose vraisemblablement pour les raisons suivantes:

  • prédisposition génétique. La présence de maladies génétiques telles que le syndrome de Turco, le syndrome de Gorlin, Li-Fraumeni, la maladie de Von Ricklinghausen et la sclérose tubéreuse dans 10% des cas sont associées à l'apparition d'OGM. L'astrocytome pilocytaire, en particulier, est associé à une neurofibromatose de degré 1.;
  • exposition aux produits chimiques (arsenic, mercure, plomb);
  • hérédité. L'oncologie dans la famille augmente le risque de cancer chez l'enfant;
  • radiation. Il a été prouvé que les rayonnements ionisants peuvent provoquer le développement de tumeurs. Par conséquent, les personnes qui ont été exposées à des radiations à des fins médicales ou forcées (par exemple, lors de la liquidation de l'accident de Tchernobyl) sont à risque.

Immunité réduite, mauvaise écologie et nutrition, mauvaises habitudes - ces facteurs peuvent augmenter le risque de développer une tumeur. Sont également à risque les enfants de 5 à 8 ans et les adultes de 65 à 70 ans.

Les causes exactes d'une tumeur du tronc cérébral ne sont pas connues, par conséquent, les gens ne sont pas en mesure de prévenir cette maladie..

Raisons et stades de développement

Une tumeur du tronc cérébral est représentée par des dommages à des structures de tige telles que le pont, la moelle oblongue et le mésencéphale.

Il est habituel de distinguer les causes suivantes d'une tumeur du tronc cérébral:

  • Prédisposition aux pathologies génétiques.
  • L'influence des produits chimiques.
  • Facteur héréditaire.
  • Exposition aux radiations.

La probabilité d'apparition de la maladie dépend des mauvaises habitudes, du système immunitaire, de la nutrition, de l'écologie.

Attention! Cette maladie n'a pas de sexe, de race, d'âge. L'oncologie est souvent trouvée chez les enfants et les personnes âgées.

Le développement de la tumeur nous permet de distinguer les stades suivants de la maladie:

  1. Le premier (bénin). Formations de moins de 3 cm. Symptômes légers.
  2. Le second (bordure). Dépassant la formation d'une taille de 3 centimètres. Légère différence dans la structure cellulaire.
  3. Le troisième (malin). La différence évidente entre les tissus sains et les tissus malades. Le développement de l'éducation avec des dommages aux structures cérébrales les plus proches.
  4. Quatrième (malin). Développement rapide dans un contexte d'aggravation des symptômes.

Stades de la maladie

Il existe 4 stades de cancer du cerveau:

  • Stade 1: la tumeur a une taille pouvant atteindre 3 cm et ne se propage pas aux tissus et organes environnants. Il n'est pas difficile à éliminer, mais il est rare de trouver la maladie à ce stade, car les symptômes sont légers;
  • Stade 2: ce sont des néoplasmes dépassant 3 cm, sans métastases régionales et distantes. La structure des cellules est légèrement plus différente des tissus normaux qu'au stade 1;
  • Étape 3: les différences entre les cellules cancéreuses et les cellules saines deviennent importantes, la tumeur se développe et se propage aux structures cérébrales voisines (en particulier, dans les ventricules);
  • L'étape 4 est la plus dangereuse. Elle se caractérise par un développement rapide et une aggravation des symptômes. Le cancer commence à métastaser dans le reste du cerveau et dans tout le corps..

Traitement

Le cancer du cerveau guérit plus efficacement grâce à la chirurgie.

  • Ablation chirurgicale. La tâche du médecin est de couper autant de tumeurs que possible et la perte de tissus sains devrait être minimale. Pour effectuer une telle intervention, il est nécessaire d'ouvrir le crâne. Dans la plupart des cas, l'opération est interdite. La décision de la mener est prise en fonction de la taille, de l'emplacement et des données sur le type de tumeur. Il est problématique de couper le néoplasme avec un scalpel afin que tous les tissus non affectés soient préservés autour.
  • Radiochirurgie - ce type de radiothérapie est basé sur l'utilisation d'un rayonnement ciblé avec une forte dose de rayonnement. De telles actions devraient avoir un effet dévastateur sur les cellules cancéreuses. Cette option est utilisée pour les rechutes ou les métastases. Avec la formation d'un type bénin, un spécialiste peut conseiller de remplacer l'opération standard par cette option.
  • Thérapie HIFU. C'est un moyen d'éliminer une tumeur en focalisant les ultrasons. Cette technique est similaire à la précédente, mais l'échographie n'a pas un tel effet néfaste sur la santé du patient.
  • Congélation d'azote. Il s'agit d'une méthode assez douce et peu invasive qui vous permet d'éliminer le cancer sans endommager les autres tissus. Habituellement, cette option est utilisée avec la formation d'une petite taille pour éliminer les fragments et les métastases qui sont restés après l'opération.

Diagnostic d'une tumeur cérébrale

Pour poser un diagnostic, il faut:

  1. collection d'histoire précise. Pour les tumeurs cérébrales, chaque symptôme est important, sa fréquence et son heure d'apparition. Si une personne souffre de troubles neurologiques, elle est référée à un neurologue;
  2. examen neurologique. Divers tests aideront à identifier les dysfonctionnements moteurs, l'absence de certains réflexes et à contrôler la douleur et la sensibilité tactile. Il est également nécessaire de subir un examen par un ophtalmologiste, car 70% des personnes atteintes de tumeurs cérébrales présentent des modifications du fond d'œil. Vous devrez peut-être consulter un neurologue qui vérifiera votre audition. Sur la base des résultats, le neurologue établit un diagnostic préliminaire ou clinique. Pour le confirmer, l'imagerie informatique et par résonance magnétique sont principalement utilisées;
  3. CT et IRM. En utilisant ces méthodes, vous pouvez identifier un néoplasme à partir de 3 mm., Déterminer son emplacement exact, sa taille et son type. L'image obtenue pendant la TDM et l'IRM est affichée sur un écran d'ordinateur. C'est très précis et instructif. L'IRM de contraste est la meilleure méthode pour diagnostiquer le cancer du tronc cérébral;
  4. Radiographie du crâne (craniographie). Montre des changements dans les os, par exemple, leur amincissement, izveststviya, l'expansion des trous entre eux, une augmentation de la substance osseuse, des écarts dans la structure de la selle turque et d'autres. Les données obtenues par craniographie ne sont pas aussi précises que la TDM et l'IRM, elles sont donc utilisées dans les cas où ces méthodes ne sont pas disponibles pour une raison quelconque;
  5. encéphalographie. L'électroencéphalographie reflète les changements dans les fonctions des différentes parties du cerveau, comme le montre le rythme de l'activité électrique de cet organe. Ces rythmes sont enregistrés à l'aide de plaques métalliques fixées à la tête et reliées à un électroencéphalographe. Une courbe complexe est affichée sur le moniteur (ou le papier), montrant les fluctuations des potentiels du cerveau;
  6. échoencéphaloscopie. Il s'agit d'une méthode d'échographie pour diagnostiquer le cancer du cerveau. Le signal d'écho envoyé au cerveau est réfléchi par ses structures et enregistré par les capteurs. Les écarts d'indications par rapport à la norme indiquent un changement dans les structures médianes du cerveau;
  7. balayage de radio-isotopes. La méthode est basée sur les propriétés des tissus sains et endommagés à absorber le rayonnement de différentes manières. Des substances radioactives sont injectées dans une veine ou une artère, après quoi le balayage est effectué en deux ou plusieurs projections. Pour le diagnostic, de petites doses d'isotopes avec une courte période de décroissance sont utilisées, donc la méthode n'est pas dangereuse. Les astrocytomes bénins ne sont pas si radiosensibles, donc cette procédure ne sera pas informative;
  8. angiographie. L'introduction de contraste dans l'artère carotide avec un balayage ultérieur donne des informations sur le système artériel, capillaire et veineux du cerveau. Les écarts de la circulation sanguine indiquent l'emplacement de la tumeur.

Avec le cancer du tronc cérébral, aucune biopsie n'est effectuée. Le type histologique de tumeur est déterminé en fonction de sa localisation, des symptômes, de l'âge du patient.

Diagnostique

En raison de l'absence de symptômes primaires, une tumeur du tronc cérébral doit être détectée immédiatement. Pour un traitement réussi, le diagnostic rapide des tumeurs du tronc cérébral est important..

Le diagnostic est précédé d'une consultation avec un oncologue. Une visite chez le médecin s'accompagne de:

  • Prise d'histoire.
  • Inspection de nature neurologique. Une visite chez un neurologue, un ophtalmologiste, dans certains cas un otoneurologue sera nécessaire.
  • Tomodensitométrie (TDM). Une méthode pour identifier avec précision la localisation, les paramètres et le type de formation.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM).
  • Craniographie (radiographie du crâne). Affiche les modifications osseuses.
  • Encéphalographie. Objet d'étude - changements fonctionnels.
  • Échoencéphaloscopie. Objet d'étude - changements dans les structures médianes du cerveau.
  • Balayage radioisotopique. Identifie la différence d'absorption tissulaire du rayonnement.
  • Angiographie. Le diagnostic fournit des données sur le système circulatoire du cerveau.

Traitement des tumeurs du tronc cérébral

Le cancer du cerveau est traité le plus efficacement chirurgicalement. Chirurgie pour éliminer les tumeurs cérébrales:

  • ablation chirurgicale. Le médecin doit couper autant de tumeurs que possible avec une perte minimale de tissus sains. Pour de telles manipulations, une craniotomie est réalisée (ouverture du crâne). Dans de nombreux cas, la chirurgie est contre-indiquée (surtout s'il s'agit d'une tumeur diffuse du tronc cérébral), car elle contient des centres vitaux. La décision de le réaliser est prise sur la base de données sur le type, la localisation et la taille de la tumeur. Il est très difficile de couper le néoplasme avec un scalpel de manière à préserver tous les tissus sains, de sorte que des méthodes plus précises et fiables, telles que le retrait endoscopique et au laser, se répandent maintenant. Pour une pénétration dans le cerveau de l'endoscope, une craniotomie est réalisée (un trou est percé). La méthode au laser est bonne car en même temps la cautérisation des bords du tissu se produit et le saignement s'arrête, et le risque de propagation accidentelle de cellules cancéreuses à travers le cerveau est réduit. Il est possible d'effectuer une opération avec un système robotique, ce qui réduira les complications possibles à presque zéro. Le choix de la méthode dépend des capacités et de la disponibilité des équipements nécessaires. L'opération doit être réalisée sous la supervision du CT;
  • La radiochirurgie est un type de radiothérapie basé sur l'utilisation d'une seule exposition ciblée à une forte dose de rayonnement, ce qui entraîne la mort des cellules cancéreuses. Cette méthode est utilisée pour les tumeurs métastatiques et les rechutes. Dans les formations bénignes, les médecins peuvent recommander la radiochirurgie au lieu d'une chirurgie standard;
  • Thérapie HIFU. Il s'agit d'une technique d'élimination des tumeurs en focalisant des ultrasons de haute intensité. Cette technique est similaire à la radiochirurgie, mais l'échographie ne provoque pas de tels effets sur la santé;
  • cryodestruction (congélation à l'azote liquide). Il s'agit d'une méthode douce et peu invasive qui vous permet d'éliminer le cancer sans endommager les tissus voisins. Elle est réalisée à l'aide d'une cryosonde. Cette méthode convient aux petits néoplasmes, à l'élimination des petites métastases et fragments qui sont restés après la chirurgie, ainsi que lorsqu'un traitement chirurgical n'est pas possible.

Pour le traitement de l'hydrocéphalie, un système de dérivation est installé pour drainer le liquide dans une veine ou une cavité abdominale. Pour soulager la pression intracrânienne, une trépanation de décompression est effectuée. Pour soulager la douleur, une personne reçoit des anti-inflammatoires non stéroïdiens et de la morphine, et de la prednisolone est administrée pour soulager l'œdème cérébral. Les sédatifs sont également nécessaires pour soulager l'agitation et d'autres troubles mentaux. Pour déterminer les résultats de l'opération, une IRM est réalisée au cours des 3 premiers jours. Les échantillons obtenus lors de l'ablation chirurgicale sont envoyés pour examen au laboratoire afin d'établir un diagnostic précis, qui est la base pour un choix de traitement ultérieur..

Rayonnement et chimiothérapie

Après la chirurgie (après 2-3 semaines), une radiothérapie est également utilisée. Ses types standard font plus de mal, par conséquent, ils utilisent souvent un rayonnement à distance (radiothérapie), ce qui minimise l'effet du rayonnement sur les tissus sains. À cette fin, il est également important pour les médecins de sélectionner la dose optimale de rayonnement. Le cours de radiothérapie comprend de 10 à 30 procédures, la dose totale de rayonnement pouvant aller jusqu'à 70 Gy. Avec plusieurs métastases et astrocytomes malins, toute la tête est irradiée. Dans ce cas, la dose totale de rayonnement ne doit pas dépasser 50 Gy. Ce type de traitement peut être utilisé en tant qu'indépendant pour les patients inopérables atteints de cancers diffus. Dans de tels cas, la tumeur est vêtue, avec la capture de tissus sains dans un rayon de 1,5-2 cm.

La chimiothérapie est généralement utilisée en combinaison avec des radiations. Pour augmenter l'efficacité, une cure de plusieurs médicaments est prescrite, dont le choix dépend principalement du type histologique de la tumeur. Parmi eux, le cisplatine, la carmustine, le temodal et d'autres. Avant de commencer le traitement, vous devez effectuer un test de sensibilité individuelle au médicament. La durée d'un cours de chimiothérapie est de 1 à 3 semaines, après une courte pause, elle est répétée. Au cours du traitement, des tests sont effectués, selon les résultats desquels ils décident de poursuivre la chimie ou de l'annuler. Pendant la chimiothérapie, une personne doit prendre des médicaments antiémétiques, car des vomissements surviennent en chimie dans 90% des cas..

Avec des rechutes répétées, la radiothérapie et la chimiothérapie sont à nouveau prescrites, mais leur résultat ne sera bon que si auparavant la rémission a duré au moins un an.

La chimiothérapie peut aider les patients inopérables à restaurer partiellement ou même complètement les fonctions neurologiques perdues. En outre, ces patients peuvent utiliser un traitement alternatif pour le cancer du cerveau, basé sur l'utilisation de diverses plantes et champignons..

Complexe médical

Le traitement d'une tumeur du tronc cérébral implique une intervention chirurgicale et une thérapie:

  • Ablation chirurgicale. Une craniotomie (ouverture du crâne) est réalisée. Souvent, une telle opération est contre-indiquée dans cette pathologie. Elle est réalisée dans un certain nombre de cas, mais la plupart des patients décèdent. Peut-être effectuer selon les paramètres de l'éducation. Méthodes plus avancées: retrait laser et endoscopique, réduisent le risque de complications après la chirurgie.
  • Cryodestruction. Représente les soins médicaux sans endommager les tissus voisins..
  • Radiochirurgie stéréotaxique. Il s'agit d'une irradiation effectuée selon le cours habituel avec une dose de rayonnement élevée..
  • Thérapie HIFU. Cela utilise des ultrasons focalisés de haute intensité. Une telle thérapie peut éliminer l'éducation et réduire le risque de complications..
  • Rayonnement et chimiothérapie. Si l'ablation chirurgicale n'est pas possible, une radiothérapie et une chimiothérapie sont effectuées. La radiothérapie est la méthode optimale pour éliminer les symptômes. Chez la plupart des patients, quelques mois après le traitement - issue fatale ou retard de développement. Un des problèmes qui préoccupent les patients dans le diagnostic de la maladie est le traitement, la chimiothérapie et le pronostic. Le but de la chimiothérapie est de supprimer le développement des cellules cancéreuses..

Pronostic des tumeurs du tronc cérébral

En général, le pronostic du cancer du cerveau est mauvais. Même après un traitement complexe aux premiers stades, la survie à 5 ans est de 60% à 80% pour différents types de tumeurs (le pourcentage est plus élevé pour les astrocytomes bénins et les épendymomes). Si l'opération chirurgicale est contre-indiquée ou si le stade de la maladie est négligé, la probabilité de vivre pendant 5 ans n'est que de 30 à 40%. Chez les personnes atteintes de cancers agressifs (par exemple, le glioblastome) et de stade 4, l'espérance de vie, en règle générale, ne dépasse pas un an, et parfois plusieurs mois. Il est à noter que chez les enfants, les chances de survie sont légèrement plus grandes que chez les adultes, ce qui est basé sur la capacité du jeune corps à récupérer. Les personnes âgées à cet égard sont bien pires.

Chimiothérapie

Quelques semaines après l'opération, une radiothérapie peut également être utilisée. Ses types standard apportent plus de négativité, par conséquent, ils ont généralement recours à la radiothérapie, ce qui minimise les effets nocifs des rayonnements sur les tissus qui ne sont pas endommagés par la maladie. Pour cela, les médecins sélectionnent la dose optimale. Au cours de la thérapie, le patient subit de 10 à 30 procédures et le volume total des expositions est de 70 Gy.

La chimiothérapie est le plus souvent utilisée conjointement avec la radiothérapie. Pour augmenter l'efficacité, plusieurs médicaments sont prescrits (carmustine, cisplatine et autres). Avant de commencer le traitement, il est nécessaire d'effectuer des tests afin d'identifier la sensibilité aux médicaments.

Symptômes

Occurrence (fréquence à laquelle le symptôme se manifeste dans une maladie donnée)
Maux de tête sévères se propageant sur toute la tête70%
Vertiges55%
Manque de coordination des mouvements55%
La nauséecinquante%
Vomissements de nature différente, y compris indomptables45%
Difficulté à respirer40%
Faiblesse générale (fatigue, fatigue, faiblesse du corps)40%
Double vision (diplopie)35%
Troubles de la marche difficiles à clarifier (abasie)35%
Troubles de la mémoire (troubles de la mémoire, mauvaise mémoire, troubles de la mémoire, oubli)vingt%
Déficience auditive (déficience auditive, déficience auditive, mauvaise audition)vingt%
Difficulté d'élocution (trouble de l'élocution, troubles de l'élocution, problèmes d'élocution)quinze%
Difficulté à avaler (dysphagie, difficulté à avaler, trouble de la déglutition)dix%
Hoquet indomptabledix%

Types de formations non tumorales du cerveau

Les formations cérébrales non tumorales relativement fréquentes sont un abcès. Elle survient à la suite d'une infection bactérienne qui se développe avec des lésions cranio-cérébrales ouvertes ou le passage d'une infection provenant d'autres parties du corps, en particulier les sinus du nez et de l'oreille..

Les symptômes neurologiques dépendent de la position de l'abcès, en plus d'eux, en règle générale, il y a de la fièvre et une augmentation de la pression intracrânienne. Le traitement se résume à une antibiothérapie, à l'élimination chirurgicale des abcès et à l'élimination de la principale source d'infection.

L'anévrisme est une formation courante non tumorale du cerveau. On estime que quelques pour cent de la population souffre d'anévrisme cérébral. Cette expansion de la lumière de l'artère à l'intérieur du crâne, qui exerce une pression sur la structure cérébrale, menace de rupture et d'hémorragie étendue dans le cerveau, l'apparition d'un hématome, qui est un état mortel et nécessite un traitement intensif. La plupart des anévrismes cérébraux ne donnent aucun symptôme en raison de leur taille relativement petite, donc, en règle générale, sa rupture est inattendue.

Des symptômes similaires à ceux d'une tumeur cérébrale entraînent un hématome cérébral associé à l'expérience d'un traumatisme crânien aigu ou à la rupture d'un anévrisme. Un hématome survient à la suite d'un saignement à l'intérieur du crâne, lorsque le sang qui s'est introduit de manière incontrôlée augmente la pression intracrânienne et exerce une pression sur le cerveau.

La survenue d'un hématome dans le cerveau est une maladie mortelle qui nécessite une surveillance attentive et, en règle générale, une intervention chirurgicale. L'hématome provoque une augmentation rapide de la pression intracrânienne, qui peut entraîner la mort.

Les kystes de type toile d'araignée sont des kystes contenant du liquide céphalorachidien et du collagène. Ils se développent généralement entre la surface du cerveau et la base du crâne. Habituellement, ce sont des changements congénitaux, mais peuvent également se produire à l'âge adulte. Parfois, un kyste ne se manifeste pas tout au long de la vie, même s'il est très gros. Cela est probablement dû à son développement lent, dès la petite enfance, et à la capacité du cerveau à s'adapter aux conditions changeantes. Le traitement chirurgical est utilisé lorsque les symptômes apparaissent, mais le pronostic est généralement très bon..

Manifestations cliniques de la tumeur chez l'adulte et l'enfant

Avec le développement d'une tumeur du tronc cérébral chez l'enfant, les symptômes sont moins prononcés que chez l'adulte. Cela est dû à la présence de mécanismes compensatoires du tissu nerveux. Les signes focaux apparaissent à la suite de la destruction des tissus cérébraux à un certain endroit. Parmi eux, les symptômes suivants se distinguent:

  • dysfonctionnement du système musculo-squelettique, dysfonctionnements dans la coordination des mouvements et de l'orientation, changements de démarche du patient, aggravation de la perception visuelle et tactile;
  • perte auditive et sensibilité;
  • parésie, contraction des muscles oculaires;
  • tremblement des membres supérieurs;
  • saute dans la tension artérielle;
  • frustration dans les expressions faciales, ça se tord, un sourire «bouge» d'un côté.

On distinguera également les symptômes généraux caractéristiques des tumeurs cérébrales:

  • maux de tête fréquents et vertiges. Peut survenir soudainement le matin ou pendant la journée. Ils sont de nature éclatante, apparaissent par épisodes;
  • l'apparition de nausées et de vomissements lors d'attaques de maux de tête. Ce symptôme est caractéristique dans 60% des cas;
  • position incorrecte involontaire de la tête. À un niveau subconscient, une personne incline la tête sur le côté pour réduire le stress sur les vertèbres cervicales et dorsales;
  • les troubles mentaux. La plupart des patients souffrent d'irritabilité, suivie d'apathie, de perte de force, de léthargie, de réticence à communiquer;
  • déficience visuelle due à la pression intracrânienne et à la compression du nerf optique.


Les maux de tête fréquents sont un symptôme possible d'une tumeur du tronc cérébral.
Dans le cas d'une tumeur bénigne, les symptômes peuvent ne pas apparaître pendant une longue période et se faire sentir fortement avec l'apparition ultérieure de la rémission. Avec une formation maligne, les signes apparaissent progressivement sur une période de temps.

Dois-je avoir une tumeur bénigne??

Le traitement des tumeurs cérébrales bénignes n'est pas différent des formations oncologiques plus dangereuses. Toute la différence réside dans le fait que ces tumeurs ne rechutent pratiquement pas, et il est beaucoup plus facile de les isoler du tissu cérébral, car elles ne font pas germer un tissu nerveux sain, mais ont une frontière claire avec elle.

Néanmoins, les méthodes de traitement des tumeurs cérébrales bénignes sont souvent opérationnelles, car cela n'a aucun sens d'irradier la tumeur, qui peut être relativement facilement éliminée. Dans certains cas, les signes cliniques de cette tumeur sont obligés de pratiquer une intervention chirurgicale selon des indications urgentes. Par exemple, lorsque la formation commence à comprimer les voies du liquide céphalo-rachidien du cerveau, cette condition peut conduire au développement de l'hydrocéphalie et même à un œdème cérébral..

Stades de développement de la maladie

Le cancer du cerveau a quatre stades de développement avec des caractéristiques correspondantes:

  1. Au premier stade, la formation n'a pas une taille supérieure à 3 cm, n'affecte pas les tissus et les organes voisins. La difficulté est que les symptômes au début du développement de la maladie sont mal exprimés, et il n'est pas toujours possible de diagnostiquer une maladie.
  2. La transition vers le deuxième stade se caractérise par une augmentation de la taille de la tumeur de plus de 3 cm sans métastases..
  3. Dans la troisième étape, les différences entre les cellules saines et cancéreuses sont clairement visibles. Les métastases commencent à s'infiltrer dans les parties voisines du cerveau.
  4. La dernière, quatrième étape est la plus dangereuse. L'état du patient se détériore rapidement, le traitement dans la plupart des cas n'aide pas et la mort survient.

Le passage de la première étape à la dernière peut prendre un peu de temps. Tout dépend de l'état général du corps et des facteurs négatifs qui l'affectent. Par conséquent, il est important de détecter la tumeur dès que possible et de commencer à la combattre.

Traitement des tumeurs

Après avoir passé une série d'examens et déterminé la nature de la maladie, le médecin décide de l'utilisation d'une méthode de traitement particulière. Cela peut être une méthode chirurgicale, une radiothérapie ou une chimiothérapie, ainsi qu'une radiochirurgie stéréotaxique.

L'opération est prescrite pour les patients dont les formations sont de nature bénigne, mais en même temps, tiennent compte de leur taille et de leur emplacement. Pour cela, le crâne est ouvert au patient, et le médecin coupe le maximum de tissu possible. L'opération est réalisée par une méthode robotique, annulant les complications possibles. L'intervention chirurgicale n'est pas effectuée lorsque la tumeur se propage aux centres vitaux de la tige du cerveau.

La radiothérapie est prescrite lorsque l'opération est contre-indiquée pour une raison quelconque. Cette méthode n'est pas applicable aux enfants de moins de trois ans en raison du risque élevé de handicaps mentaux et physiques ultérieurs. La procédure est effectuée par des paramètres spéciaux qui affectent la tumeur à différents angles..

La radiothérapie permet la disparition des symptômes négatifs chez 75% des patients. Cependant, il y a un risque élevé que même quelques mois après le traitement, beaucoup d'entre eux meurent.

La chimiothérapie est effectuée en cours, dans chacun desquels des médicaments spéciaux sont administrés au patient. Une méthode de traitement similaire est indiquée pour les patients atteints d'une tumeur maligne. Les médicaments arrêtent le développement des métastases et provoquent un minimum d'effets secondaires. La chimiothérapie peut être utilisée pour traiter les enfants de moins de trois ans..


Tumeur du tronc cérébral traitée par chimiothérapie.

La radiochirurgie stéréotaxique est une nouveauté en médecine utilisée pour traiter une tumeur dans le tronc cérébral. La procédure se déroule de deux manières: à l'aide d'un couteau gamma ou d'un couteau cyber. Dans le premier cas, un casque est placé sur la tête du patient. L'irradiation est effectuée à partir de nombreuses sources afin que tous les rayons convergent en un point - au niveau du site de la tumeur.

L'impact sur la tumeur avec un cyber-couteau est plus automatisé. L'appareil lui-même envoie des radiations à l'emplacement de la tumeur, en tenant compte de son mouvement à la suite de la respiration ou du mouvement du patient. Les deux méthodes sont indicatives, mais uniquement en ce qui concerne les formations bénignes jusqu'à 3-3,5 cm..

Cyber ​​couteau et gamma couteau

En radiochirurgie, des appareils tels que gamma knife et cyber knife sont apparus. Couteau gamma, qui fonctionne sur le principe de la désintégration bêta, et vous permet de concentrer le rayonnement de manière très précise et dans un très petit volume. La source des particules est l'isotope du cobalt. L'anneau provenant de sources de rayonnement inamovibles est une «lentille» au centre de laquelle la tête du patient est placée, ou plutôt un néoplasme volumétrique du cerveau.

Pour une "visée" précise lors de l'utilisation d'un couteau gamma, la tête du patient est fixée dans un cadre spécial et fixée avec des vis sous anesthésie locale pour éviter le moindre déplacement, et les tissus sains ne sont pas irradiés.

Qu'est-ce qu'un cyber couteau?

Cyber ​​Norge est une source de rayons X qui peut se déplacer et est un accélérateur linéaire qui peut également irradier une tumeur du tronc. Pour une «visée» précise, un cyber-couteau utilise un traitement informatique en temps réel des images obtenues à partir de caméras à rayons X autour d'une personne.

Le coût du traitement d'une tumeur cérébrale dans de telles installations est assez élevé, mais cette méthode de traitement vous permet de vous passer d'une opération qui comporte des risques inévitables et ne peut parfois pas être effectuée, car la gravité de l'état du patient ne le permet pas..

En conclusion, il faut dire que ces installations existent dans chaque grande ville, avec de grandes cliniques et instituts. Et, aux premiers symptômes de troubles de la déglutition et de la phonation, vous devez effectuer une IRM du cerveau et consulter un neurologue, et ne pas essayer de traiter la tumeur cérébrale avec des remèdes populaires, ou même ignorer l'augmentation des symptômes.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite