À propos de l'unité de soins intensifs (USI)

Tous les grands centres médicaux ont des unités de soins intensifs et de soins intensifs (USI). Dans les petits établissements, l'aide à la réanimation est fournie dans les unités de soins intensifs (USI). Le but des unités est de fournir des soins médicaux d'urgence aux patients dont l'état est considéré comme grave..

Les services et les services spéciaux sont situés près de l'hôpital chirurgical. Le régime des succursales doit être identique. Il est interdit de placer des blocs de réanimation au 1er étage. Le respect de cette règle est nécessaire pour exclure l'accumulation de personnes non autorisées dans la succursale.

La division territoriale du département conformément aux normes sanitaires

Selon les normes sanitaires, le département est divisé en 3 parties:

  1. La partie médicale, où ils fournissent des soins directs à un patient qui est dans un état grave ou extrêmement grave;
  2. Zone frontalière en USI. Il comprend une partie du couloir;
  3. Le territoire de service est un local spécial où se trouvent les employés du département.

Examiner en quoi consiste le régime de chaque unité de soins intensifs et quelles sont les responsabilités du personnel qui y travaille.

La salle de soins intensifs dispose d'un équipement spécial. Il existe des équipements spéciaux et des équipements de réanimation:

  • Ventilation des poumons;
  • Placement des cathéters dans les vaisseaux principaux;
  • Effectuer une trachéotomie.

Pas plus de 6 patients sont admis aux urgences. Mais ils doivent être séparés les uns des autres par des cloisons légères spéciales.

Pour effectuer la réanimation nécessaire, les appareils suivants sont situés dans la salle:

  • Le dispositif de ventilation artificielle des poumons;
  • Il doit y avoir des moniteurs pour une surveillance constante de l'état changeant du patient;
  • Défibrillateurs;
  • Appareils à rayons X;
  • Ensembles d'instruments chirurgicaux;
  • Médicaments d'urgence, etc..

Après stabilisation de l'état du patient, son transfert vers l'unité de soins intensifs est prescrit. Ici, à l'aide d'une surveillance constante du patient, le traitement est effectué jusqu'à récupération complète. La literie des patients doit permettre au personnel d'avoir un accès direct à leur corps..

Contrairement à la salle de réanimation, les services n'effectuent pas d'activités de sauvetage. Les patients dorment la nuit avec les lumières éteintes. Cependant, à travers des ouvertures en verre dans les murs derrière les patients, effectuez un contrôle visuel constant.

Dans des pièces séparées du département, l'installation d'isolateurs est recommandée. Une telle chambre a des différences avec les autres. Un seul patient y est placé, qui doit être isolé du reste (avec tuberculose, tétanos, etc.).

L'une des composantes des zones territoriales du département est un laboratoire, dans lequel des analyses obligatoires des patients sont effectuées. Ils décryptent également les résultats obtenus 24h / 24.

Il est recommandé d'allouer des salles séparées pour le diagnostic extracorporel, où la lymphosorption et l'hémosorption sont effectuées. Dans l'unité de soins intensifs, des installations sont prévues pour le reste du personnel médical subalterne, car leur activité professionnelle est associée à des personnes gravement malades..

Patients en réanimation

Les patients dans un état critique pour leur vie sont envoyés à l'unité de soins intensifs. Il s'agit notamment des violations suivantes:

  • Pathologie circulatoire;
  • Détresse respiratoire;
  • Insuffisance hépatique ou rénale;
  • Modifications du métabolisme et de l'équilibre acido-basique;
  • Après la chirurgie, qui a provoqué une violation des capacités fonctionnelles des organes et des systèmes;
  • État de coma;
  • Après la mort clinique;
  • Récupération de choc.

Toutes les personnes dans l'unité de soins intensifs avec des fonctions corporelles importantes altérées sont divisées en 4 groupes.

Caractéristiques méthodologiques de l'observation

Les activités de réanimation se composent de 2 parties: actions thérapeutiques et préventives et observation. L'observation en soins intensifs est un élément important de la thérapie en raison de la criticité de l'état du patient.

Il existe 4 techniques d'observation utilisées dans l'unité de soins intensifs.

Spécificités du mode

Le respect du régime de soins intensifs est obligatoire. Toute anomalie entraînera la propagation d'une infection nosocomiale (NID).

Étant donné que les patients sont dans un état critique pour la vie dans l'unité de soins intensifs, leurs organismes sont très sensibles à l'infection. De plus, certains patients peuvent devenir une source d'infection pour les colocataires, car ils libèrent constamment de nombreux micro-organismes bactériens et viraux dans l'espace aérien au cours du processus respiratoire. Pour éviter la propagation des infections nosocomiales, les patients présentant un danger pour les voisins sont placés isolément.

Les sources d'infections nosocomiales comprennent ces personnes:

  • Patients atteints de plaies infectées;
  • Patients atteints d'infections virales;
  • Agents de santé susceptibles d'être infectés par des vêtements ou des gants non traités.

La transmission de l'infection dans l'unité de soins intensifs se produit comme suit:

  • À travers les airs;
  • Utiliser un outil médical;
  • Équipement;
  • Pansement;
  • Mains du personnel médical;
  • Meubles et électroménagers dans la salle de réanimation.

La prévention des infections nosocomiales comprend les règles suivantes:

  1. Respect strict par le personnel médical des règles de traitement antiseptique des mains et des accessoires.
  2. Avant d'entrer dans la zone de traitement, mettez un masque et changez la robe de chambre.
  3. Tous les dispositifs médicaux, les systèmes avec l'introduction d'aiguilles, de coussinets chauffants, de cloques, de tubes et tout ce qui est nécessaire pour prendre soin du patient doivent être stérilisés. Seuls des pansements stériles sont utilisés..
  4. Après chaque patient, le lit et le lit sont stérilisés..
  5. L'entrée à l'USI est strictement limitée. Seul le personnel médical directement lié à lui est autorisé dans l'unité de soins intensifs. Les visites familiales ne sont possibles que dans des cas exceptionnels..
  6. Dans les locaux du département, un strict respect du régime sanitaire est démontré: nettoyage à l'aide d'agents antiseptiques. Ensuite, l'air est traité avec des lampes bactéricides.
  7. Contrôle de l'état de l'air dans la pièce, de la peau des patients et du personnel en prélevant des échantillons pour la recherche. Pour réduire le niveau d'occupation microbienne de la pièce, installez des purificateurs d'air.
  8. Les installations matérielles sont stérilisées dans une chambre spéciale en une journée.
  9. Avant de commencer à manipuler le patient, le personnel médical se lave les mains avec du savon et une brosse. Ensuite, ils sont traités avec un antiseptique.

Les spécificités du travail avec des patients "sévères"

Les soins aux patients dans un état grave ou inconscient consistent à suivre les règles d'hygiène suivantes:

  • Frotter quotidiennement le corps avec de l'eau tiède avec de l'alcool ou du vinaigre;
  • Essuyage minutieux;
  • Un patient sévère est montré un approvisionnement en urinoir;
  • Après chaque acte de miction et de défécation - laver la peau et la frotter;
  • Lavage quotidien le matin. Une attention particulière est portée au nettoyage de la cavité buccale;
  • Les dents sont traitées avec une solution spéciale, à partir des coins extrêmes de la cavité buccale;
  • La langue et la cavité buccale sont traitées à la glycérine;
  • Les prothèses amovibles sont retirées de la bouche du patient au moment de son admission dans l'unité de soins intensifs.
  • La cavité buccale est lavée avec une solution de soude ou de permanganate de potassium;
  • Les yeux sont essuyés avec du coton stérile imbibé d'eau bouillie ou de solution saline;
  • Les traits du nez sont enduits de gelée de pétrole à l'aide de cotons-tiges;
  • L'élimination et la prévention des escarres constituent un point important dans la prise en charge des patients «sévères»..

L'alimentation se fait à la cuillère. Les patients ayant une conscience opprimée reçoivent de la nourriture via une sonde.

Les spécificités du travail avec des patients gravement malades

Une condition critique est caractérisée par l'incapacité du corps à remplir ses capacités fonctionnelles naturelles. Pour sauver la vie du patient, ils sont connectés à des appareils qui remplacent artificiellement le travail des principaux organes et systèmes du corps. Surveiller le suivi de son état est effectué régulièrement.

Si un arrêt complet de l'activité cardiaque est enregistré, un massage cardiaque est effectué, qui est alterné avec la respiration artificielle. Si l'activité cardiaque n'est pas altérée, effectuez à ce moment une ventilation mécanique (ventilation artificielle des poumons), un contrôle du rythme cardiaque, de la respiration et de l'EEG (électroencéphalogramme). Si le patient présente une stimulation prolongée de l'activité pulmonaire, elle est réalisée par trachéotomie.

Lors de la connexion aux appareils, une surveillance constante des pansements et de leur travail, la fixation de la connexion est nécessaire. De cette façon, vous pouvez éviter de déconnecter des pièces de l'équipement.

La réanimation s'arrête dans de tels cas:

  • Au cours de la rééducation, il s'est avéré qu'ils ne sont pas montrés au patient;
  • Une demi-heure après le début de la réanimation, il n'y a pas de tendance positive;
  • Avec un arrêt cardiaque multiple fixe.

Le médecin prescrit des tactiques thérapeutiques et les soins aux patients sont assurés par du personnel médical débutant.

La signification du mot "réanimation"

Dans le dictionnaire Ozhegov

RESUSCITATION, -et, g. Revitalisation du corps pendant l'agonie et la mort clinique. || adj. réanimation, th, th. Unité de réanimation hospitalière.

Dans le dictionnaire des synonymes

réanimation, revitalisation, réanimation, résurrection, baroreanimation

Dans le dictionnaire de l'Encyclopédie

(de re... et Lat. animatio - réveil), restauration des fonctions vitales du corps fortement perturbées ou perdues. Elle est réalisée dans des conditions terminales, y compris avec mort clinique (dans les 4 à 6 premières minutes après l'arrêt de la respiration et de la circulation sanguine; des changements irréversibles ultérieurs du système nerveux central apparaissent et une mort biologique survient). La réanimation comprend: massage cardiaque, respiration artificielle, pompage du sang dans les artères et autres mesures.

Dans le dictionnaire des termes médicaux

(réanimation; re + animation animatio lat., revitalisation; synonyme de revitalisation du corps) un ensemble de mesures thérapeutiques visant à restaurer le corps en train de mourir ou tout simplement en train de mourir les fonctions vitales.

Dans le dictionnaire Synonymes 4

baroreanimation, réveil, réanimation

Dans le dictionnaire Paradigme accentué complet par A. A. Zaliznya

Dans le dictionnaire Dictionnaire de mots étrangers

1. pluriel non. Revitalisation du corps pendant l'agonie et la mort clinique. Réanimateur - médecin, spécialiste de la réanimation. Réanimation - liée à la réanimation.

Réanimation cardiopulmonaire

Concepts de base

De nos jours, on peut souvent entendre dans les médias que les gens meurent «à l'improviste», la soi-disant mort subite. En fait, n'importe qui peut faire face à une mort subite à tout moment, n'importe où. Et pour pouvoir sauver les mourants, vous devez avoir des compétences de base, dont la RCR.

La réanimation cardio-pulmonaire (RCR) est un complexe de mesures d'urgence qui sont effectuées pour retirer de la mort clinique (pour revitaliser une personne).

La mort clinique est une condition réversible dans laquelle il y a un arrêt complet de la respiration et de la circulation sanguine. La réversibilité de cette condition varie de 3 à 7 minutes (c'est combien de temps notre cerveau peut vivre sans oxygène). Tout dépend de la température ambiante (dans le froid, la survie est augmentée) et de l'état initial du patient.

Il est important de commencer les mesures de réanimation immédiatement après le diagnostic de décès clinique. Sinon, le cortex cérébral mourra et, même si nous parvenons à reprendre l'activité cardiaque, nous perdrons une personne en tant que personne. Une personne se transformera en légume, qui lui-même ne pourra plus réguler aucun processus de la vie. Seul son corps existera, qui ne pourra respirer qu'avec l'aide de l'appareil, manger exclusivement à travers des systèmes spéciaux.

Signes de décès clinique

Toute personne capable qui a fait face à une mort clinique peut devenir réanimateur. Les signes de décès clinique comprennent:

  • Perte de conscience et relaxation complète d'une personne (il n'y a pas de tonus musculaire, aucun réflexe n'est provoqué);
  • Pupilles larges qui ne répondent pas à la lumière (si vous braquez une lampe de poche dans l'œil d'une personne vivante, la pupille se rétrécit immédiatement, ce qui ne se produira pas lors de la mort clinique d'une personne);
  • La peau prendra une teinte terreuse (couleur gris cendre), ou sera pâle avec une teinte bleuâtre;
  • Absence de pouls sur les artères carotides. Pour ce faire, vous devez ressentir le pouls des deux côtés du cou;
    Palpation du pouls sur les artères carotides. Vous devez d'abord trouver le cartilage thyroïdien avec vos doigts (la pomme d'Adam chez les hommes), puis avancer vos doigts en couple, voir sur le côté.
  • Arrêtez de respirer (la poitrine ne se soulèvera pas, l'expiration ne sera pas entendue).

Étapes de RCR

Si vous voyez ces signes, vous devez immédiatement commencer la réanimation..

Il est nécessaire de déposer la victime sur une surface horizontale plane;

Si possible, vous devez relever les jambes des mourants (placez-les sur une chaise ou un autre objet accessible);
Activités qui améliorent l'apport sanguin au cerveau

Pour libérer la poitrine des vêtements, pour détacher la ceinture et d'autres éléments des vêtements qui resserrent la poitrine et l'abdomen;

Il est nécessaire de déterminer la zone où le massage cardiaque indirect sera effectué..
Emplacement du processus xiphoïde La pression sur la poitrine doit être de 3 à 5 cm au-dessus du processus xiphoïde et strictement dans la ligne médiane (c'est-à-dire sur le sternum). Chez les hommes, cette zone peut être déterminée en traçant une ligne le long des mamelons. Où cette ligne traverse le sternum et il y aura un point souhaité. Emplacement de la paume en RCR La paume d'une main doit être placée à l'arrière de l'autre main (créer un verrou) et redresser les bras au niveau des coudes; Disposition des mains en RCR À gauche se trouve la zone de l'avant-bras qui devrait exercer une pression sur la poitrine. A droite se trouve la zone de la poitrine où il faut écraser avec la RCR.

Massage cardiaque direct. Sans plier les coudes, ils appuient sur le sternum dans un endroit fixe avec une force telle qu'il se plie de 5-6 cm (il se sent plutôt bien), après quoi ils permettent au sternum de se redresser complètement (c'est-à-dire de revenir à sa position d'origine). Nous poussons non pas avec nos mains, mais avec tout notre corps.
Bras droits avec pression sur le sternum, les secousses doivent être suffisamment rythmées et pointues. De plus, pour un massage efficace, la fréquence d'appuis sur la poitrine doit être d'au moins 100 par minute (il faut s'efforcer de 120). Ceux. en une seconde, vous devez faire 1,5 à 2 clics.
Il devrait y avoir immédiatement 30 clics.

Après 30 clics, il est nécessaire de passer à la ventilation mécanique (souffler de l’air de la bouche dans la bouche ou le nez de la victime). Pour ce faire, vous devez:

  • Jetez la tête de l'homme. Avec une main, vous prenez votre front, mettez l'autre sous votre cou et pliez votre tête. Mais attention ici.
    Renvoyer la tête à une personne inconsciente Si une personne présente une fracture de la colonne cervicale, vous ne pourrez qu'aggraver la situation (vous devez être attentif à une fracture si cette personne est tombée d'une hauteur vers le haut du corps; se cogner la tête par le bas lors de la plongée; tomber dans un accident). Si vous soupçonnez un refl, vous ne pouvez pas rejeter votre tête en arrière. Passez à l'étape suivante;
  • Tirez la mâchoire inférieure vers l'avant (c'est-à-dire vers le haut par rapport à la personne allongée). Les doigts sont placés sur les coins de la mâchoire inférieure et appuyez dessus de manière à étendre la mâchoire (les dents inférieures doivent être devant la tige, c'est-à-dire plus hautes que la tige par rapport à la personne allongée);
    Mâchoire en avant
  • Ouvrez la bouche à la victime. Si vous trouvez du vomi ou d'autres corps étrangers dans votre bouche, vous devez les retirer de là. Tournez la tête sur le côté et nettoyez la bouche avec n'importe quel morceau de tissu. Après cela, répétez les points précédents de l'étape 6 et ouvrez la bouche de la victime.

Après cela, passez au soufflage d'air direct. Pour vous protéger, soufflez de l'air à travers un chiffon (mouchoir ou mouchoir). Pour que tout votre air tombe dans les voies respiratoires de la victime, vous devez presser fermement vos lèvres contre sa bouche (ouvrir grand la bouche, couvrir ses lèvres pour que sa bouche soit dans la vôtre) et lui pincer le nez. Presser les lèvres contre la bouche de la victime

Avant cela, respirez de l'air dans vos poumons, mais pas très profondément. L'expiration doit être nette. Vous ne devez pas expirer tout votre air des poumons (l'expiration devrait inclure environ 80% de votre air dans les poumons). Il existe deux exhalations de ce type. Puis recommencez à masser le cœur. Ventilation bouche à bouche

Ainsi, vous effectuez des cycles de réanimation cardio-pulmonaire, consistant en 30 pressions sur la poitrine et 2 respirations de bouche en bouche. (30: 2). Après 3-5 de ces cycles, il est nécessaire de réévaluer le pouls et la respiration de la victime. Si vous sentez un battement de l'artère carotide, vous verrez des inhalations indépendantes d'une personne, bien sûr, la réanimation doit être arrêtée. Si l'activité cardiaque n'a pas repris, continuez la réanimation cardio-pulmonaire jusqu'à ce que l'aide vous parvienne..

Une addition

S'il n'y a personne près de chez vous, alors en cours de préparation à la RCR, essayez d'appeler à l'aide. Si personne ne répond, commencez à réanimer le patient et appelez une ambulance entre les cycles (c'est-à-dire après 3-5 cycles).

P.S. Si vous doutez de l'exactitude de vos actions, composez immédiatement le numéro d'ambulance et allumez le haut-parleur. Ainsi, vous pourrez donner les instructions nécessaires et vos mains seront libres de suivre ces instructions.

Si personne ne peut vous aider et que vous n'avez aucun moyen d'appeler une ambulance, continuez la RCR autant que vous le pouvez. Mais lorsque vous vous sentez complètement épuisé, étourdi, s'assombrit dans vos yeux, arrêtez immédiatement toutes vos actions. Sinon, vous risquez de vous allonger à côté des mourants, puis ils trouveront non pas un cadavre, mais deux.

S'il y a des gens près de chez vous, essayez de les organiser pour sauver une personne. Il faut répartir rapidement les rôles: l'un appelle une ambulance, l'autre tient les jambes de la victime (c'est souhaitable, mais si cela n'est pas possible, alors elles ne touchent pas les jambes), la troisième fait un massage cardiaque, la quatrième utilise une ventilation mécanique.

Dans le cas où il y a deux réanimateurs, l'un fait immédiatement 30 pressions sur la poitrine, après quoi il s'arrête et le deuxième réanimateur souffle de l'air dans la victime, puis le premier recommence avec un massage cardiaque. Après plusieurs cycles, les réanimateurs doivent changer de place pour ne pas s'épuiser rapidement.

Si vous soupçonnez ou savez que la victime a des maladies transmises par des gouttelettes aéroportées ou des voies alimentaires (par exemple la tuberculose en phase active) ou s'il s'agit clairement d'une personne antisociale, vous pouvez vous limiter au massage cardiaque sans souffler de l'air.

Plus il y a de personnes qui possèdent les connaissances de base pour revitaliser le corps humain, plus les victimes peuvent être sauvées..

Qu'est-ce que la réanimation?

L'histoire de la réanimation est très instructive et largement tragique. La mort a toujours été un formidable secret, une immense douleur, un chagrin inévitable pour les proches. Depuis les temps anciens, la revitalisation, le retour de la vie aux morts a été un rêve de l'humanité. Isis, la mère des dieux, la déesse des forces vivifiantes de la nature, la femme d'Osiris, la divinité suprême de l'Égypte ancienne, le dieu du Soleil et les bons débuts, était représentée sur du papyrus, des rochers au moment de la tentative de son mari de la faire revivre en respirant de l'air dans sa bouche..

Aux temps bibliques, le prophète Élisée, selon la légende, de la même manière qu'Isis, a élevé le bébé. Les livres anciens fournissent également des informations sur les échecs du réveil, ou l'effet temporaire (par exemple, Lazare, ressuscité par Jésus-Christ, est décédé quelque temps plus tard).

De nos jours, la Russie a été le berceau des nouvelles sciences médicales `` les plus humaines des plus humaines '' - la réanimation moderne, dont les bases ont été jetées par les travaux du plus grand scientifique russe de l'Académie des sciences médicales V.A. Negovsky. La première chose qui a été créée par V.A. Negovskiy, et avec ce que la science de la revitalisation a commencé, était la doctrine des conditions terminales, y compris la mort clinique, et les méthodes pour éliminer les morts de ces conditions. Cela a été suivi par la découverte d'une "maladie d'un organisme vivant", de nouvelles méthodes de traitement des patients, et bien plus encore. En 1961, V.A. Negovsky dans un manifeste solennel au Congrès international des traumatologues à Budapest a annoncé la création d'une nouvelle science. Depuis lors, le bilan officiel de l'ère des soins intensifs.

La réanimation est une science moderne complexe de la pathogenèse, de la prévention, du traitement des affections terminales, de la maladie post-réanimation, qui a ses propres méthodes caractéristiques de reconnaissance, de soins médicaux et de réadaptation des victimes.

La réanimation est une méthode de réanimation, directement le processus de revitalisation d'un organisme situé dans l'un des états terminaux ou s'approchant d'eux. Est-ce un traitement de mourir ou de mourir, ou d'être dans un état de décompensation des fonctions de base du corps - circulation sanguine, respiration, souffrance cérébrale - ou le traitement des violations de la compensation de ces fonctions (choc Ш Art., Surtout avec une durée de plus de 5-6 heures).

En médecine, il existe une définition de la «réanimation cardio-pulmonaire». Cependant, ce terme est inexact et obsolète, car il implique la revitalisation uniquement du cœur et des poumons, bien que ces derniers servent de moyen de maintenir l'essentiel - le maintien des fonctions cérébrales. Actuellement, il y a une tendance au retour du terme introduit par V.A. Negovsky et ses étudiants au début des années 80. - "réanimation cérébrale cardio-pulmonaire".

Les soins intensifs sont la prévention du développement ou la prévention de la rechute des conditions terminales. Le traitement est effectué dans les hôpitaux.

Le processus terminal est une période de mort des stades sévères d'un choc torpide à la mort biologique ou une période de fonctions instables de l'état de vie, des systèmes après la réanimation.

Info-Farm.RU

Pharmacie, médecine, biologie

Réanimation (médecine)

Publiée le 15 février 2016

Réanimation - un ensemble de mesures visant à restaurer les fonctions vitales du corps fortement perturbées ou perdues (fonctions cardio-pulmonaires et cérébrales).

Récit

Depuis les temps historiques, l'homme a essayé de redonner la vie à un mourant. La première mention de la renaissance d'un homme noyé à l'aide de la respiration artificielle se trouve dans une lettre ancienne. D'éminents médecins et scientifiques de la Renaissance, Vésale et Harvey ont étudié les mécanismes de la mort et tenté d'étendre la vie humaine par des méthodes artificielles. Cependant, seuls les progrès scientifiques et techniques de la seconde moitié du XXe siècle ont permis le développement d'une nouvelle science - la réanimation (du lat. - Encore - la vie, la respiration). La réanimation est devenue l'une des principales disciplines cliniques et ses méthodes sont largement utilisées dans la pratique médicale. La réanimation clinique est étroitement liée à la physiologie, à l'anatomie pathologique, à la chirurgie, à la thérapie et à d'autres spécialités médicales. Sa tâche est d'étudier le mécanisme des processus qui se produisent dans le corps pendant la mort, pendant le développement d'un état terminal, et sur cette base, le développement et l'application de méthodes de lutte contre la mort.

États terminaux

Il a été établi que le corps humain continue de vivre même après un arrêt respiratoire et une activité cardiaque. En effet, cela interrompt l'apport d'oxygène aux cellules, sans lequel l'existence d'un organisme vivant est impossible. Différents tissus réagissent différemment au manque d'approvisionnement en sang et en oxygène, et leur mort ne se produit pas en même temps. Par conséquent, la restauration de la circulation sanguine et de la respiration à l'aide d'un ensemble de mesures, appelées réanimation, peut conduire le patient à un état terminal.

Les conditions terminales peuvent provoquer diverses causes: choc, infarctus du myocarde, grande perte de sang, obstruction des voies respiratoires ou asphyxie, blessure électrique, noyade, endormissement, etc..

A l'état terminal, on distingue 3 phases ou étapes:

  1. pré-état;
  2. agonie;
  3. décès clinique.

Dans un état pré-agonal, la conscience du patient est toujours préservée, mais c'est de la confusion. La pression artérielle tombe à zéro, le pouls accélère brusquement et devient filiforme, la respiration est superficielle, laborieuse, la peau est pâle.

Pendant l'agonie, la pression artérielle et le pouls ne sont pas déterminés, les réflexes oculaires (cornéens, réactions des pupilles à la lumière) disparaissent, la respiration prend le caractère d'avaler de l'air.

La mort clinique est une étape transitoire à court terme entre la vie et la mort, sa durée est de 3 à 6 minutes. Il n'y a pas d'activité respiratoire et cardiaque, les pupilles sont dilatées, la peau est froide, il n'y a pas de réflexes. Dans cette courte période, il est toujours possible de restaurer les fonctions vitales par la réanimation. Dans les périodes ultérieures, des changements irréversibles des tissus se produisent et la mort clinique passe en.

Troubles du corps dans des conditions terminales

Dans un état terminal, quelle que soit sa cause, des changements généraux se produisent dans le corps, sans explication dont il est impossible de comprendre l'essence et le contenu des méthodes de réanimation. Ces changements affectent tous les organes et systèmes du corps (cerveau, cœur, métabolisme, etc.) et se produisent dans certains organes plus tôt, dans d'autres plus tard. Étant donné que les organes continuent de vivre pendant un certain temps même après un arrêt respiratoire et cardiaque, avec une réanimation en temps opportun, il est possible d'obtenir l'effet de réanimation du patient.

Le cortex cérébral est sensible à l'hypoxie (faible teneur en oxygène dans le sang et les tissus), par conséquent, dans des conditions terminales, les fonctions du système nerveux central supérieur - le cortex cérébral - sont les plus susceptibles d'être exclues: une personne perd connaissance. Si la durée de la privation d'oxygène dépasse 3-4 minutes, la restauration de l'activité de ce département du système nerveux central devient impossible. Suite à l'exception du cortex, des changements se produisent dans les parties sous-corticales du cerveau. Enfin, la moelle oblongue, dans laquelle se trouvent des centres automatiques de respiration et de circulation sanguine, meurt. La mort irréversible du cerveau.

Une hypoxie croissante et une altération de la fonction cérébrale dans un état terminal entraînent une perturbation du système cardiovasculaire. Dans la période pré-régionale, la fonction de pompage du cœur diminue fortement, le débit cardiaque diminue - la quantité de sang éjectée par le ventricule en 1 minute. L'apport sanguin aux organes et en particulier au cerveau diminue, accélère le développement de changements irréversibles. Du fait de la présence au cœur de son propre automatisme, sa réduction peut durer assez longtemps. Cependant, ces contractions sont inadéquates, inefficaces, le remplissage du pouls chute, il devient filiforme, la tension artérielle chute fortement, puis cesse d'être détectée. À l'avenir, le rythme des contractions du cœur est considérablement perturbé et l'activité cardiaque cesse.

Dans la phase initiale de l'état terminal - pré-agonie - la respiration est accélérée et approfondie. Pendant la période d'agonie, avec une baisse de la pression artérielle, la respiration devient inégale, superficielle et, finalement, s'arrête complètement - il y a une pause terminale.

Le foie et les reins répondent à l'hypoxie: en cas de famine prolongée en oxygène, ils subissent également des changements irréversibles.

Dans l'état terminal du corps, des changements brusques du métabolisme sont observés. Ils s'expriment principalement dans la réduction des processus oxydatifs, ce qui conduit à l'accumulation dans le corps d'acides organiques (lactiques et pyruviques) et de dioxyde de carbone. En conséquence, l'état acido-basique du corps est perturbé. Normalement, la réaction du sang et des tissus corporels est neutre. L'atténuation des processus oxydatifs pendant la période de l'état terminal provoque un changement dans les réactions du côté acide - une acidose se produit. Plus les mourants sont longs, plus ce changement est prononcé.

Après que le corps soit sorti de l'état de mort clinique, d'abord l'activité du cœur est rétablie, puis la respiration indépendante est restaurée, et seulement ensuite, lorsque les changements brusques du métabolisme et de l'état acido-basique disparaissent, la fonction cérébrale peut être restaurée.

La période de récupération de la fonction cérébrale est longue. Même après une hypoxie à court terme et une mort clinique (moins d'une minute), la conscience peut être absente pendant longtemps.

La tâche

Selon le degré d'urgence, les mesures de réanimation peuvent être divisées en deux groupes:

  1. support pour la respiration artificielle et le pontage cardio-pulmonaire
  2. thérapie intensive visant à rétablir une circulation et une respiration indépendantes, normaliser les fonctions du système nerveux central, du foie, des reins, du métabolisme.

Réanimation en arrêt respiratoire

Le besoin de respiration artificielle, ou de ventilation artificielle des poumons, se produit avec l'asphyxie due à l'obstruction des voies respiratoires avec des objets étrangers, la noyade, un choc électrique, un empoisonnement avec diverses substances ou médicaments toxiques, une hémorragie cérébrale, un choc traumatique. La respiration artificielle est la seule méthode de traitement des conditions dans lesquelles la respiration indépendante du patient ne peut pas fournir une saturation en oxygène suffisante.

Une insuffisance respiratoire aiguë peut survenir une deuxième fois en raison de troubles circulatoires.

L'insuffisance respiratoire aiguë et son degré extrême - arrêt respiratoire - quelle qu'en soit la cause, entraînent une diminution de l'oxygène dans le corps (hypoxie) et une accumulation excessive de dioxyde de carbone dans le sang et les tissus (hypercapnie). En raison de l'hypoxie et de l'hypercapnie, des dysfonctionnements graves de tous les organes se développent dans le corps, qui ne peuvent être éliminés que par une réanimation opportune - ventilation artificielle des poumons.

Il existe différentes méthodes de ventilation mécanique. De nos jours, les méthodes de Sylvester et Schaefer sont très rarement utilisées. Ils sont moins efficaces que la respiration artificielle, basés sur le principe du soufflage dans les poumons, et s'appliquent aux personnes dont le visage est endommagé. Les méthodes Sylvester et Schäfer sont contre-indiquées en cas de lésions thoraciques. La méthode Sylvester ne peut pas être utilisée pour obstruer les voies respiratoires en raison de la noyade.

La respiration artificielle par soufflage d'air peut se faire de plusieurs manières. La plus simple d'entre elles est la ventilation artificielle des poumons par la bouche ou la bouche au nez. Développé des dispositifs manuels pour la respiration artificielle sous la forme d'un sac en caoutchouc avec un masque. Ces sacs-respirateurs doivent se trouver dans n'importe quel établissement médical, dans le poste de premiers soins, point feldsher-midwife. À l'hôpital, des dispositifs spéciaux compliqués, les soi-disant respirateurs, sont utilisés pour la ventilation artificielle des poumons. Les respirateurs portables sont équipés d'ambulances, de postes de secours sur les plages.

Technique de ventilation bouche à bouche ou technique bouche à nez

Pour la respiration artificielle, il est nécessaire de mettre le patient sur le dos, de détacher les vêtements en comprimant la poitrine et de garantir la libre circulation des voies respiratoires. S'il y a du contenu dans la cavité buccale ou le pharynx, vous devez le retirer rapidement avec votre doigt, votre serviette, votre mouchoir ou en utilisant une aspiration. À cette fin, vous pouvez utiliser une seringue en caoutchouc, en coupant d'abord sa pointe fine. Pour dégager les voies respiratoires, la tête de la victime doit être tirée en arrière. Il faut se rappeler qu'un enlèvement excessif de la tête peut entraîner un rétrécissement des voies respiratoires. Pour ouvrir complètement les voies respiratoires, il est nécessaire d'étendre la mâchoire inférieure vers l'avant. Si à portée de main il existe l'un des types de conduits d'air, il doit être inséré dans la gorge pour empêcher la rétraction de la langue. S'il n'y a pas de conduit d'air pendant la respiration artificielle, vous devez tenir votre tête en position rétractée avec votre main, en déplaçant la mâchoire inférieure vers l'avant, la réanimation doit être effectuée avec un calcul de 2:15, 2 respirations et 15 fois un massage cardiaque.

Lors de la respiration bouche à bouche, la tête de la victime est maintenue dans une certaine position. Une personne procédant à la réanimation, prenant une profonde inspiration et appuyant fermement sa bouche contre la bouche du patient, souffle de l’air dans ses poumons. Dans ce cas, avec la main qui est dans le front de la victime, il est nécessaire de pincer le nez. L'expiration est réalisée passivement, en raison des forces élastiques de la poitrine. Le nombre d'exhalations par minute doit être d'au moins 16-20. Les injections doivent être effectuées rapidement et nettement (chez les enfants moins fortement), de sorte que la durée d'inspiration soit 2 fois inférieure à la durée d'expiration.

Il faut veiller à ce que l'air inhalé n'entraîne pas une distension excessive de l'estomac. Dans ce cas, il existe un danger de libération de masses alimentaires de l'estomac et de leur entrée dans les bronches. Bien sûr, la respiration de bouche à bouche crée des inconvénients hygiéniques importants. Il est possible d’éviter tout contact direct avec la bouche du patient en soufflant de l’air à travers une gaze, un mouchoir ou tout autre matériau en vrac. Avec cette méthode de ventilation, des conduits d'air peuvent être utilisés..

Lors de l'utilisation de la méthode de respiration, un soufflage d'air de bouche à nez se produit par le nez. Dans ce cas, la bouche de la victime doit être fermée avec sa main, avec laquelle la mâchoire est déplacée vers le haut pour éviter la rétraction de la langue.

Ventilation mécanique avec respirateurs portatifs

Tout d'abord, vous devez assurer les voies respiratoires et pénétrer dans le conduit. Un masque est étroitement appliqué sur le nez et la bouche du patient. En serrant le sac, inspirez, expirez par la valve du sac, tandis que la durée de l'expiration est 2 fois plus longue que la durée de l'inspiration.

Avec toutes les méthodes de ventilation artificielle des poumons, il est nécessaire d'évaluer son efficacité après une excursion de la poitrine.

La ventilation à long terme des poumons ne sert que de premiers secours et d'aide pendant le transport. Par conséquent, sans arrêter la réanimation - massage cardiaque et respiration artificielle, tout doit être fait pour appeler une ambulance ou transporter un patient vers un établissement médical pour la prestation de soins qualifiés.

Ventilation artificielle des poumons à l'aide d'appareils spéciaux

Avec une ventilation pulmonaire artificielle prolongée, la trachée est intubée en y introduisant un tube endotrachéal à l'aide d'un laryngoscope. L'intubation trachéale est le meilleur moyen de maintenir le dégagement des voies aériennes. En même temps, il n'y a aucun danger de chute de langue et de vomissement dans les poumons. Grâce à la sonde endotrachéale, vous pouvez pratiquer la respiration artificielle - la bouche dans la sonde ou la ventilation à l'aide de respirateurs. Ces appareils permettent une ventilation artificielle des poumons pendant plusieurs jours, voire plusieurs mois. Si nécessaire, la respiration artificielle pendant 3-4 jours ou plus fait une trachéotomie. Les ambulances sont équipées de tout le nécessaire pour l'intubation trachéale et la respiration artificielle.

La trachéotomie est une opération d'urgence, qui consiste à introduire un tube spécial dans la trachée par une incision à l'avant du cou. La trachéotomie peut également être utilisée pour l'asphyxie causée par la diphtérie et le faux croup, les corps étrangers dans le larynx et les dommages au larynx. En l'absence de tube de trachéotomie en cas d'urgence, tout tube (bec de théière, serpentin, tube métallique) peut être utilisé.

Réanimation cardiopulmonaire

La cessation de l'activité cardiaque peut survenir sous l'influence de diverses raisons (noyade, suffocation, intoxication gazeuse, choc électrique et foudre, hémorragie cérébrale, infarctus du myocarde et autres maladies cardiaques, coup de chaleur, perte de sang, accident vasculaire cérébral direct grave, brûlures, gel etc.) et dans toutes les situations - dans un hôpital, un cabinet dentaire, à domicile, dans la rue, en production. Dans tous ces cas, à la disposition d'une personne qui fait de la réanimation, il ne reste que 3-4 minutes pour poser un diagnostic et rétablir l'approvisionnement en sang du cerveau.

Il existe deux types de cessation de la fonction cardiaque: l'asystolie (cessation complète de l'activité cardiaque) et la fibrillation ventriculaire, lorsque certaines fibres des muscles cardiaques se contractent de manière chaotique et non coordonnée. Comme dans le premier, dans le second cas, le cœur cesse de "pomper" le sang et le flux sanguin dans les vaisseaux s'arrête.

Les principaux symptômes de l'insuffisance cardiaque qui vous permettent de poser rapidement un diagnostic sont:

  1. perte de conscience;
  2. manque de pouls, y compris sur les artères carotides et fémorales;
  3. manque de tonalités cardiaques
  4. arrêt respiratoire;
  5. pâleur ou bleuissement de la peau et des muqueuses;
  6. pupilles dilatées
  7. crampes pouvant survenir au moment de la perte de conscience et être le premier symptôme environnant notable d'arrêt cardiaque.

Ces symptômes sont des preuves si convaincantes d'un arrêt circulatoire et que vous ne pouvez pas perdre une seconde pour un examen supplémentaire (mesure de la pression artérielle, détermination du pouls) ou pour rechercher un médecin, mais vous devez immédiatement commencer la réanimation - massage cardiaque et respiration artificielle. Il convient de rappeler que le massage cardiaque doit toujours être effectué simultanément à la respiration artificielle, ce qui permet au sang en circulation d'être enrichi en oxygène. Sinon, il ne sert à rien de réanimer..

Deux types de massage cardiaque sont utilisés: ouvert ou direct - pendant les opérations sur les organes de la cavité thoracique, et indirect, effectué comme l'un des éléments de la réanimation cérébrale cardiovasculaire.

Technique de massage cardiaque indirect

Le massage indirect est une contraction rythmique du cœur entre le sternum et la colonne vertébrale. Dans ce cas, le sang est expulsé du ventricule gauche vers l'aorte et pénètre dans le cerveau, et du ventricule droit vers les poumons, où il est enrichi en oxygène. Après que la pression sur la paroi thoracique antérieure cesse, les cavités cardiaques sont à nouveau remplies de sang.

Lors d’un massage indirect, le cœur du patient est allongé sur le dos sur une surface dure (sol, sol). Ne pas masser sur un matelas ou une surface douce. Le réanimateur devient du côté du patient et, les mains posées les unes sur les autres, appuie sur le sternum avec une force telle qu'il se penche de 5 à 6 cm vers la colonne vertébrale.La fréquence de compression est de 100 à 120 par minute. Les mains doivent reposer sur le tiers inférieur du sternum..

Chez les enfants, le massage cardiaque doit être effectué avec une seule main et les nourrissons avec le bout de deux doigts avec une fréquence de 100 à 120 coups par minute. Le point d'application des doigts chez les enfants de moins de 1 an est à l'extrémité inférieure du sternum.

Lors d'un massage, les adultes doivent utiliser non seulement la force des mains, ils doivent être pressés avec tout le corps. Un tel massage nécessite un stress physique important et assez fastidieux.

Si la réanimation est effectuée par une seule personne, puis toutes les 30 compressions du sternum avec un intervalle de 1 seconde, elle devrait, après avoir arrêté le massage, prendre 2 respirations par la méthode bouche à bouche, bouche à nez ou un respirateur manuel spécial. Avec la participation aux soins intensifs de deux personnes, 2 poumons gonflés doivent être pratiqués toutes les 30 compressions du sternum.

L'efficacité du massage cardiaque est évaluée par les caractéristiques suivantes:

  1. l'apparition d'une impulsion sur les artères carotides, fémorales et radiales;
  2. augmentation de la pression artérielle à 60-80 mm RT. st.;
  3. rétrécissement des pupilles et apparition de leur réaction à la lumière;
  4. disparition de la coloration cyanotique et de la pâleur "mortelle";
  5. restauration ultérieure de la respiration spontanée.

Il convient de rappeler que la conduite brutale du massage cardiaque externe peut entraîner de graves complications - des fractures des côtes, qui peuvent endommager les organes de la cavité thoracique (par exemple, les poumons et le cœur). Avec une forte pression, une rupture de l'estomac ou du foie peut également survenir. Un soin particulier doit être pris lors de la conduite de massage chez les enfants et les personnes âgées.

Si l'activité cardiaque ne se rétablit pas 30 à 40 minutes après le début du massage cardiaque, de la respiration artificielle et de la pharmacothérapie, les élèves restent larges, sans réaction à la lumière, nous pouvons supposer que des changements irréversibles et une mort cérébrale ont commencé dans le corps, et il est conseillé d'arrêter la réanimation. S'il y a des signes évidents de décès, la réanimation peut être arrêtée plus tôt..

Pour certaines maladies graves et blessures traumatiques (tumeurs malignes avec métastases, lésions graves du crâne dues à un écrasement cérébral), la réanimation n'a pas de sens et ne doit pas être démarrée. Dans d'autres cas de mort subite, il y a toujours de l'espoir pour le rétablissement du patient, et pour cela toutes les mesures possibles doivent être prises.

Le transport d'un patient avec arrêt respiratoire et contractions cardiaques ne peut être effectué qu'après rétablissement de l'activité cardiaque et de la respiration ou dans une ambulance spéciale dans laquelle la réanimation peut être poursuivie.

Thérapie intensive

La ventilation artificielle des poumons et le massage cardiaque ne sont que les premières étapes des activités visant à restaurer la circulation sanguine indépendante, la respiration, la fonction cérébrale et d'autres organes.

Le succès de la réanimation dépend non seulement de la rapidité de ces mesures urgentes, mais aussi de la façon dont la cause de la maladie terminale est correctement établie et le traitement médicamenteux et par perfusion approprié est justifié. Pour déterminer la cause de l'arrêt circulatoire, un examen électrocardiographique est nécessaire. La différence d'électrocardiogramme (ECG) avec asystolie et fibrillation ventriculaire est très caractéristique; ils doivent connaître chaque travailleur médical.

Pour le traitement de la fibrillation, des dispositifs spéciaux sont utilisés - défibrillateurs, condensateurs électriques, qui peuvent créer une décharge électrique de plusieurs milliers de volts. Lorsque vous travaillez avec un défibrillateur, des précautions de sécurité doivent être strictement observées. Une décharge de courant électrique de 3 000 à 7 000 watts peut soulager la fibrillation cardiaque à travers la poitrine. Désormais, les ambulances de réanimation spécialisées sont équipées de défibrillateurs à condensateur modernes.

La pharmacothérapie des états terminaux et des décès cliniques est généralement effectuée par une équipe médicale qui est arrivée sur les lieux d'un accident sur une machine spéciale. L'utilisation de médicaments pendant la réanimation vise à

  • augmentation de la fonction contractile du cœur,
  • restauration métabolique en elle,
  • élimination des troubles acido-basiques (acidose) accompagnant l'arrêt circulatoire,
  • prévention des complications de la période de post-réanimation, en particulier œdème cérébral.

L'adrénaline est utilisée pour restaurer l'activité cardiaque. Le médicament a un effet très fort sur le tonus du muscle cardiaque. Il est administré dans un contexte de massage cardiaque intracardial ou intraveineux dans 0,5 ml d'une solution à 0,1% diluée dans 5 ml de chlorure de sodium isotonique ou d'une solution de glucose. Dans le même but, utilisez l'éphédrine, la mésatone, la norépinéphrine. A ce stade du développement de la réanimation, les injections intracardiaques ne sont pas utilisées

Les préparations de calcium - chlorure de calcium et gluconate de calcium - améliorent également les contractions cardiaques et sont efficaces dans les arrêts cardiaques; 5 à 10 ml d'une solution à 10% de chlorure de calcium sont parfois administrés par voie intracardiaque avec de l'adrénaline.

Pendant la réanimation, Novocainamide est également utilisé, en particulier pour la fibrillation ventriculaire avant la défibrillation. Le novocainamide soulage parfois même la fibrillation cardiaque.

Il convient de garder à l'esprit qu'en cas d'acidose, la réanimation et la pharmacothérapie ne seront pas efficaces. Par conséquent, à la première occasion, une solution de bicarbonate de sodium à 4-8,4% est administrée. Les injections de vitamines B, d'acide ascorbique et de cocarboxylase, de prednisone, qui affectent également le métabolisme, aident à éliminer l'acidose, rétablissent l'activité cardiaque..

L'utilisation de stimulants respiratoires, du système nerveux central, tels que la cordiamine, la lobéline, la cytitone, la strychnine, pendant la réanimation est inacceptable, car ils améliorant les processus métaboliques dans les cellules, augmentent le besoin d'oxygène dans les cellules et les rendent ainsi moins résistants à l'hypoxie.

Pendant la réanimation, tous les médicaments ne sont administrés que par voie intraveineuse ou intracardiaque. Les injections sous-cutanées et intramusculaires dues au manque de circulation sanguine sont inefficaces et l'absorption de médicaments après le rétablissement d'une circulation sanguine normale peut entraîner des conséquences potentiellement mortelles pour le patient. Par conséquent, une ponction veineuse ou un cathétérisme d'une veine est effectué pour effectuer un traitement médicamenteux. Dans la pratique de réanimation, le cathétérisme des gros vaisseaux veineux situés sur le cœur, la veine sous-clavière ou jugulaire, est utilisé. Pendant la réanimation pour l'administration de médicaments, le massage cardiaque et la respiration artificielle sont arrêtés pendant pas plus de 10-15 secondes.

La base des soins intensifs de la période de post-réanimation est la thérapie par perfusion massive, qui comprend du sang et des substituts sanguins, des solutions d'électrolytes et de substances énergétiques (glucose, alcools), des solutions médicamenteuses qui régulent divers aspects de l'homéostasie, éliminant l'intoxication endogène ou exogène.

Organisation des soins de réanimation

Le besoin de soins de réanimation peut survenir dans n'importe quel contexte. La vie de la victime dans ce cas dépendra de la mesure dans laquelle la personne qui fournit l'aide connaît les méthodes de réanimation (massage cardiaque externe et respiration artificielle). Bien sûr, seul un professionnel de la santé peut effectuer des mesures de réanimation à part entière.

L'organisation d'un bureau spécial dans une clinique, une pharmacie ou tout autre centre médical où il est nécessaire d'avoir un kit de réanimation est d'une grande importance. Il doit contenir:

  1. bandages et serviettes stériles
  2. seringue de style spécial;
  3. garrots hémostatiques;
  4. conduit pour respirer bouche à bouche;
  5. respirateur à poches manuel;
  6. médicaments: adrénaline en ampoules - solution à 0,1%, chlorure de calcium en ampoules - solution à 10%, caféine, éphédrine, korglikon, promedol ou morphine, prednisone pour administration intraveineuse, novocaïne, papavérine, nitroglycérine en comprimés;
  7. solutions pour perfusion interne - polyglucine, hémodez et gélatine;
  8. aiguilles de ponction veineuse;
  9. système stérile pour perfusion intraveineuse.

Les réanimateurs spéciaux sont équipés de tout le nécessaire pour la réanimation, même pour les opérations (trachéotomie, cathétérisme des veines, artères et cœur, massage cardiaque direct, etc.).

Tous les grands hôpitaux ont des unités spéciales de soins intensifs. Ces services ont besoin d'un personnel distinct de médecins de réanimation et d'infirmières hautement qualifiées, d'un équipement sophistiqué de réanimation et d'un équipement de diagnostic. Les unités de soins intensifs reçoivent des patients gravement malades d'autres services, par exemple après une opération, et sont livrées par ambulance.

Il existe des unités de soins intensifs

  • profil thérapeutique, qui traite les patients atteints d'infarctus du myocarde, d'insuffisance cardiaque aiguë, de maladies respiratoires sévères,
  • chirurgical - pour la prise en charge postopératoire des patients,
  • centres antipoison - pour le traitement de l'empoisonnement,
  • services de traumatologie - pour les patients souffrant de blessures graves et d'un choc traumatique.

Réanimation cardio-pulmonaire - algorithme, règles et procédure

Lorsqu'une personne cesse de respirer et de faire circuler le sang, le moment où elle commence la réanimation est d'une grande importance. Non seulement la rapidité est importante, mais aussi la qualité des mesures prises.

Lors de la réanimation cardio-pulmonaire, l'algorithme d'actions doit être tel qu'il réponde exactement aux exigences médicales. Ces règles sont assez simples pour que presque tout le monde puisse les apprendre..

Qu'est-ce que la réanimation?

Parfois, il peut arriver qu'une personne subisse, souvent sans raison apparente, un arrêt cardiaque et cesse de respirer. En fait, la mort clinique survient à ce stade..

Cependant, pendant les 3-5 premières minutes, la victime peut être ramenée à la vie si une réanimation cardio-pulmonaire est effectuée..

Si tout est fait correctement, les chances de sauver la victime augmentent considérablement. Pour ce faire, vous devez commencer la procédure dès que possible. Dans ce cas, chaque seconde compte..

Bien sûr, dans une telle situation, il est important d'appeler une ambulance dès que possible. Cependant, lorsqu'elle arrivera, un peu de temps passera et les chances de sauver la victime diminueront.

Indications et contre-indications pour la RCR

Les procédures de réanimation sont indiquées lorsque la mort clinique survient pendant une période où une personne peut encore être ramenée à la vie..

L'assistance n'est pas effectuée s'il existe les contre-indications suivantes:

La mort biologique est venue. Dans le même temps, il est déjà impossible de restaurer la vie.

En cas de décès clinique en cas de blessures aiguës incompatibles avec la vie ou de maladies incurables. Ces circonstances devraient être établies de manière fiable par une consultation de spécialistes.

Le patient, guidé par ses propres motivations, a le droit de rédiger un document officiel dans lequel est enregistré un refus d'effectuer la procédure de réanimation.

Lorsque la RCP se produit, il est parfois possible de ramener le patient à la vie, mais dans certaines situations, vous devez admettre l'échec. Cela s'applique aux cas suivants:

il est bien établi que les cellules du cerveau sont mortes;

si, dans les 30 à 40 minutes, il n'y a aucun signe visible de rétablissement de l'activité vitale;

en cas d'arrêts cardiaques multiples qui ne peuvent pas être arrêtés.

Il se trouve que l'on ne sait rien de la personne qu'ils essaient de ressusciter. Dans ce cas, ils essaient de le sauver, quelles que soient les contre-indications. Cependant, si leur présence est établie, la procédure est close..

Signes de décès clinique

Il est important de comprendre ce qui arrive à une personne après l'arrêt de la respiration et de la circulation sanguine. Comme les cellules ne fournissent plus d'oxygène, elles commencent progressivement à mourir. Vous devez comprendre que cela ne se produit pas immédiatement. Jusqu'à la mort, il est possible de les réanimer sous réserve de restauration de la circulation sanguine.

La période indiquée dépend du nombre de minutes qui maintiendront la viabilité des cellules cérébrales. Habituellement, cette durée ne dépasse pas cinq minutes. Chez les enfants, c'est moins. Par conséquent, lors de la réanimation, chaque seconde compte.

Cette condition, quand vous pouvez toujours ramener une personne à la vie, s'appelle la mort clinique. Son apparition peut être jugée par les signes suivants:

Après le moment où la circulation sanguine s'arrête, au plus tard après 10 secondes, une perte de conscience se produit. Pour vérifier sa présence, il suffit de contacter une personne ou, par exemple, d'étirer les lobes d'oreille. Vous pouvez frapper légèrement avec vos doigts sur la joue. L'absence de réaction suggère que le patient est inconscient.

Il n'y a pas de respiration. La technique de son contrôle est basée sur l'observation des mouvements de la poitrine. La présence de respiration peut être déterminée en posant la joue contre la bouche pour sentir le mouvement de l'air.

Le système circulatoire peut être vérifié en sentant les artères carotides. S'ils n'ont pas de pouls, cela signifie que la circulation sanguine ne fonctionne pas.

Une personne qui présente ces signes a besoin d'une procédure de réanimation.

Algorithme de réanimation cardio-pulmonaire

Vérification de l'état

Pour prendre des mesures efficaces pour sauver une personne, vous devez déterminer son état. Pour ce faire, utilisez la procédure suivante:

Il est nécessaire de vérifier le pouls. Cela se fait à deux endroits: sur l'artère carotide et sur la main. Si la pression est tombée en dessous de 50-60 battements par minute, alors dans ce dernier cas, elle ne peut pas être ressentie.

Vous devez regarder attentivement la poitrine et essayer de déterminer si la victime a des mouvements respiratoires.

Vérifiez la couleur de la peau. Dès qu'une personne cesse de respirer, elle devient pâle et cyanotique.

Il est nécessaire d'approcher le visage pour déterminer le mouvement de l'air. Il n'est pas recommandé d'utiliser un miroir ou du verre à cet effet. Étant donné que cela implique généralement une perte de temps supplémentaire.

Pour déterminer la présence de coma, vous devez vérifier si la victime est consciente.

Respiration artificielle

Les actions suivantes sont effectuées sur la base des informations reçues. Si le patient a une respiration convulsive périodique, vous pouvez sentir le pouls pendant 10 à 15 secondes, puis la respiration artificielle doit être effectuée. Pour ce faire, en une minute, faites 10 à 12 inspirations et expirations «bouche à bouche» ou «bouche à nez».

En attendant l'arrivée de l'ambulance, vous devez constamment surveiller la présence d'une impulsion. En son absence totale, la réanimation cardio-respiratoire (RCR) doit être réalisée conformément à la norme médicale..

Le deuxième contrôle de l'état du patient

Encore une fois, il est nécessaire de vérifier l'état du patient. Pour ce faire, procédez comme suit:

Il est déterminé si une personne est consciente. Pour ce faire, tournez-vous d'abord vers lui. S'il n'y a pas de réponse, vous pouvez toucher la joue ou pincer légèrement pour cela. Vous pouvez exercer une pression sur l'arête du nez. S'il n'y a pas de réaction, cela signifie que la conscience est absente.

Ensuite, un contrôle respiratoire est effectué. Tout d'abord, vous devez rejeter la tête en arrière, ouvrir la bouche et rechercher les objets étrangers. Si tel est le cas, supprimez-le. Ensuite, ils regardent les mouvements de la poitrine, rapprochent la joue de la bouche et essaient de sentir le mouvement de l'air.

S'il y a deux respirations ou plus, on pense que la personne respire. S'il n'y a pas de mouvement d'air ou s'il n'y a eu qu'une seule respiration, alors la victime n'a pas de souffle.

Réanimation

En l'absence de conscience, de pouls et de respiration, il est nécessaire de commencer immédiatement la réanimation..

La procédure pour sa mise en œuvre est la suivante:

La personne blessée est posée sur une base régulière et ferme..

Vérifiez s'il y a des obstructions dans la bouche pour respirer.

La tête est rejetée en arrière et la bouche du patient est ouverte. S'il y a des signes qu'une fracture de la colonne vertébrale s'est produite, vous n'avez pas besoin de rejeter la tête en arrière.

Les mains sont placées sur le sternum l'une sur l'autre et effectuent un massage: elles exercent une pression rythmique forte en utilisant leur poids. Vous devez effectuer une trentaine de mouvements. Les doigts doivent être tressés et les bras étendus..

Conformément aux règles, la vitesse doit être d'environ 100 à 120 clics par minute. La compression du sternum doit être effectuée à 6 cm.

Après la fin du massage indirect, effectuez deux respirations aiguës «bouche à bouche» pendant une seconde. Il est nécessaire de serrer les narines avec vos doigts.

Lors de l'inspiration, de l'expiration, il est nécessaire de contrôler la poitrine. Dans ce cas, il devrait y avoir des mouvements clairement différenciables du sternum.

S'il n'y a pas d'expansion et d'élévation de la poitrine, la procédure doit être répétée à nouveau. Le pouls doit être vérifié au moins une fois toutes les deux minutes.

La réanimation est effectuée en continu, en répétant les actions indiquées. Même s'il n'y a pas de succès, cela se fait pendant 30 à 40 minutes. Les arrêts pendant cette période sont inacceptables!

Critères de performance en RCR

Si la réanimation a commencé à temps, les chances de salut augmentent. Pour faire tout son possible pour sauver la victime, vous devez suivre avec précision les règles de réanimation.

L'efficacité de la procédure peut être confirmée si vous observez de tels signes:

En palpant les artères carotides, vous pouvez sentir le rythme cardiaque. Pour en être sûr, il est permis d'arrêter les mesures de réanimation pendant au plus quatre minutes.

Vous pouvez vérifier la réaction des yeux à la lumière. Lorsque la circulation cérébrale est rétablie sous une lumière vive, les pupilles se rétrécissent par réflexe.

La présence d'une respiration régulière avec une inspiration et une expiration clairement visibles indique que le patient a repris conscience. Il est important que la respiration ne soit pas convulsive et ne disparaisse pas..

La revitalisation se traduit par un changement de couleur de peau. Si la respiration artificielle et la réanimation réussissent, le bleuissement de la peau disparaîtra progressivement à mesure que la circulation sanguine sera rétablie..

Lorsque la victime prend conscience, la réanimation peut être arrêtée. Cependant, il est nécessaire que le patient à ce moment soit sous la surveillance d'un médecin.

Mesures de réanimation étendues

Si une personne ne peut pas être ramenée à la vie en utilisant la procédure en question, des méthodes de récupération supplémentaires peuvent être appliquées.

Les activités de réanimation étendues comprennent:

Défibrillation électrique. Cependant, son utilisation ne devrait avoir lieu qu'après avoir effectué un contrôle électrocardiographique. L'utilisation de cette méthode en présence d'asystole n'est pas autorisée. Si la cause de la perte de conscience est l'épilepsie, cette méthode de récupération n'est pas appliquée.

Parfois, afin de permettre au patient d'inspirer et d'exhaler, il est nécessaire que le médecin effectue l'intubation de la trachée. Cela vous permettra en outre de connecter la ventilation artificielle des poumons, et permettra également d'administrer les médicaments nécessaires de cette manière.

Les médicaments peuvent être administrés par les veines.

Parfois, un AVC précardial peut être appliqué..

Pour sauver le patient, divers médicaments peuvent être utilisés: adrénaline, atropine, lidocaïne ou autres. Les méthodes de réanimation étendues ne peuvent être utilisées que par les médecins..

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite