Micro-infarctus: symptômes, premiers signes d'une affection avant l'infarctus, caractéristiques du traitement

Le micro-infarctus se développe dans les troubles circulatoires aigus dans les tissus du cœur, lorsque le muscle cardiaque ne reçoit pas suffisamment d'oxygène et de nutriments. Avec une crise cardiaque étendue, la zone de nécrose est plus grande en raison d'un blocage complet du vaisseau, tandis qu'avec une petite région focale, la mort des cellules myocardiques est moindre et la lumière de l'artère n'est que partiellement bloquée.

Causes de micro-infarctus

Il existe trois principales causes de déséquilibre:

  1. Les besoins myocardiques en oxygène et en glucose dépassent la capacité des vaisseaux sanguins du cœur à fournir du sang.
  2. Athérosclérose des artères coronaires.
  3. Spasme des vaisseaux cardiaques.

L'augmentation de la consommation d'oxygène myocardique se développe avec:

  • fièvre;
  • perturbation du rythme cardiaque, qui s'accompagne d'une augmentation du nombre de contractions cardiaques;
  • crise hypertensive compliquée;
  • hyperthyroïdie;
  • sténose aortique;
  • Insuffisance cardiaque chronique;
  • cardiomyopathie obstructive;
  • shunt artérioveineux;
  • cocaïne, amphétamines.

Une diminution de la capacité des vaisseaux coronaires à fournir du sang se développe à la suite de: anémie, hypoxie, hypotension.

Les facteurs de risque de développer un micro-infarctus comprennent (1):

  • âge de plus de 55 ans (hommes), 65 ans (femmes);
  • sexe masculin;
  • infarctus du myocarde;
  • hypertension
  • fumeur;
  • Diabète;
  • troubles du métabolisme lipidique;
  • prédisposition héréditaire à une maladie cardiovasculaire précoce;
  • mode de vie passif;
  • surpoids;
  • processus inflammatoires (psoriasis, arthrite);
  • stress constant, dépression;
  • maladie rénale chronique;
  • apnée obstructive du sommeil.

Symptômes et manifestations cliniques

Les symptômes d'un micro-infarctus, d'un infarctus du myocarde, d'une angine instable sont très similaires, car les trois conditions s'accompagnent d'un manque d'approvisionnement en sang du muscle cardiaque. Cependant, les principes de premiers soins pour la microinfarction, l'état de préinfarction, la crise cardiaque sont les mêmes. Par conséquent, les gens ordinaires n'ont pas besoin de faire la distinction entre les formes d'insuffisance coronarienne aiguë.

Un signe classique d'un micro-infarctus est la douleur, qui se manifeste par une sensation de compression de la poitrine, qui peut être donnée au bras, à l'estomac, à l'épaule, au cou, à la mâchoire. Habituellement, la douleur avec un petit infarctus focal est moins prononcée qu'avec un IM étendu. Les formes d'un micro-infarctus survenant sans douleur ou avec des symptômes non standard sont appelées atypiques.

L'angine de poitrine lors d'une crise cardiaque présente un certain nombre de caractéristiques permettant de distinguer l'insuffisance coronarienne aiguë de l'angine de poitrine:

  • Une crise de douleur dure plus longtemps que d'habitude, plus de 20 minutes. La douleur est intense, peut disparaître et réapparaître.
  • Une attaque ne se développe pas nécessairement après un stress physique, une excitation, un stress. Il peut attraper une personne pendant le repos, le sommeil. Souvent, des cas de micro-infarctus sont enregistrés tôt le matin..
  • La prise de comprimés de nitroglycérine ne soulage pas complètement la douleur.

En plus des douleurs thoraciques, une personne se sent dépassée, fatiguée. Sa température peut augmenter légèrement, des maux de tête, des étourdissements et une transpiration peuvent se développer. Ces symptômes ressemblent beaucoup au rhume. Si les douleurs thoraciques sont mineures, les gens font une crise cardiaque pour la grippe ou le SRAS. Par conséquent, un micro-infarctus est souvent porté sur les jambes. La principale différence entre l'IM et les infections catarrhales est l'absence de nez qui coule, de toux et d'inflammation des yeux..

Les femmes, les personnes âgées, les patients atteints de diabète sucré, d'insuffisance rénale et de démence sont plus susceptibles de développer des formes atypiques de la maladie (2). Au total, il existe 5 formes de micro-infarctus:

  • Abdominal. Le symptôme ressemble à une pancréatite aiguë. Une personne se plaint de douleurs à l'estomac, de hoquet, de ballonnements, de nausées et de vomissements. Assez rare.
  • Arythmique. Elle se manifeste par des arythmies cardiaques. Le pronostic pour cette forme est défavorable.
  • Asthmatique. Peut ne pas être accompagné de douleur. La principale plainte du patient est un essoufflement, qui rappelle l'asthme bronchique, qui se développe en raison d'un œdème pulmonaire. La forme asthmatique est plus fréquente chez les personnes âgées, ainsi que chez les patients qui ont une longue histoire de développer une maladie coronarienne ou qui ont déjà survécu à un infarctus du myocarde.
  • Asymptomatique. Cela peut se produire sans douleur. Une personne ressent des étourdissements, une faiblesse soudaine, commence à transpirer abondamment. Souvent trouvé chez les patients diabétiques.
  • Cérébral Il ressemble à un coup en apparence. Assurez-vous de vous évanouir. D'autres symptômes possibles sont une altération de la coordination, une incohérence ou une confusion de la parole, une pensée floue, des problèmes de mémoire. La forme cérébrale se développe chez les patients présentant des lésions athérosclérotiques des vaisseaux cérébraux. Ce sont généralement des personnes âgées souffrant de démence, de troubles de la mémoire.

Diagnostique

Les signes d'un micro-infarctus ne peuvent être distingués d'un état de pré-infarctus (angor instable), un infarctus du myocarde étendu. Après tout, les trois maladies ont le même mécanisme de développement. La seule différence entre l'angor instable et l'infarctus du myocarde est qu'il n'est pas accompagné de nécrose tissulaire, dont les signes apparaissent beaucoup plus tard et ne sont déterminés qu'en laboratoire.

Le diagnostic d'un micro-infarctus vise à identifier les marqueurs des différences entre les trois maladies, à évaluer l'état de santé du patient et à déterminer les tactiques pour un traitement ultérieur.

Les patients suspectés d'une crise cardiaque sont présentés dans les études suivantes:

  • Électrocardiogramme (12 dérivations). Aide à évaluer le travail du cœur, à déterminer le type de crise cardiaque. Les symptômes caractéristiques d'un micro-infarctus sont des déformations de l'intervalle ST, l'inversion / absence d'une onde T. Chez certains patients atteints de micro-infarctus, l'ECG a un aspect absolument normal (3). Par conséquent, l'absence de changements dans le cardiogramme n'est pas une raison pour exclure une crise cardiaque.
  • Analyse générale, biochimie sanguine. Ils vous permettent d'évaluer l'état de santé humaine, la probabilité de certaines complications.
  • Test sanguin pour les biomarqueurs d'une crise cardiaque. Une augmentation de la concentration de troponine, troponine-1, l'activité de CPK, AST, LDH sont des signes caractéristiques de nécrose musculaire cardiaque. Chez la plupart des patients, une augmentation des biomarqueurs est observée 6 heures après le début d'une crise de douleur. Cependant, avec un test négatif, l'analyse est répétée après 8-12 heures. Comme parfois un changement de concentration, l'activité enzymatique se produit plus tard.
  • Échocardiogramme (échographie du cœur). Permet au médecin d'évaluer la structure du cœur, ses cavités, l'état des valves, d'identifier les zones endommagées avec une contractilité réduite.
  • Angiographie coronaire. Utilisé pour étudier l'état des artères du cœur. Le médecin introduit par voie intraveineuse au patient un colorant médical, qui rend les vaisseaux clairement visibles aux rayons X, IRM, CT. Après la photo, le spécialiste évalue le nombre, la taille des plaques athérosclérotiques, le degré de rétrécissement de la lumière des artères. Ces informations aident à déterminer si une personne a besoin d'une intervention chirurgicale ou non..

Caractéristiques du traitement

Le traitement d'un micro-infarctus implique une hospitalisation. Lors du choix d'une méthode, le médecin évalue l'état du patient, la probabilité de complications. Sur la base des informations reçues, il prescrit au patient un traitement médical ou médical et chirurgical. Après stabilisation, sortie de l'hôpital tous les patients subissent une rééducation.

Premiers secours

Les premiers signes d'un micro-infarctus sont une raison d'appeler une ambulance. Après tout, du moment du début de la première douleur à l'hospitalisation, la durée ne devrait pas dépasser 6 heures. Seul le traitement commencé pendant cette période fournira le résultat le plus favorable..

Avant l'arrivée de l'ambulance, vous devez:

  • fournir de l'air frais;
  • ouvrir le col;
  • prendre un comprimé d'aspirine;
  • mettez un comprimé de nitroglycérine sous la langue. Si la douleur ne disparaît pas, après 5 minutes, prenez une seconde, après 5 minutes - une troisième. Plus de 3 comprimés ne doivent pas être pris;
  • s'asseoir ou se coucher pour que la tête soit au-dessus du niveau du corps;
  • essayez de ne pas bouger;
  • ne pas fumer.

Médicaments

Objectifs du traitement médicamenteux:

  • diminution de la demande en oxygène du muscle cardiaque;
  • amélioration de l'approvisionnement en sang myocardique;
  • prévention des rechutes, des complications.

Il existe plusieurs groupes de médicaments qui permettent aux médecins d'effectuer les tâches ci-dessus.

Thérapie antiplaquettaire

Les mesures de prévention de la thrombose commencent à prendre même avant le diagnostic. Ceci est très important à faire dans les premières heures après le développement de la douleur, afin de minimiser la probabilité de complications. Depuis après la première crise cardiaque, le risque de re-thrombose augmente.

Si un micro-infarctus est suspecté, le traitement est démarré avec un comprimé d'aspirine. Elle réduit considérablement le risque de mortalité (de 23%), le développement de rechutes (de 49%). Pour faire agir le médicament plus rapidement, il est recommandé de le mâcher d'abord, puis de l'avaler (7). S'il y a des contre-indications à l'utilisation de l'aspirine, elle est remplacée par de la ticlopidine ou du clopidogrel. Les mêmes médicaments sont utilisés pour prévenir la thrombose..

L'héparine est prescrite au cours d'une période de traitement ultérieure afin de prévenir la formation de thrombus pariétaux dans les cavités cardiaques, la thromboembolie, la thrombose veineuse.

Nitrates

Réduisez la demande en oxygène du cœur, soulagez la douleur lors des crises d'angine de poitrine, favorisez la vasodilatation. Ils créent une dépendance, par conséquent, entre l'utilisation de nitrates, il est nécessaire de prendre une pause quotidienne d'au moins 8 heures. En tant que remède d'urgence pour le micro-infarctus, la nitroglycérine est utilisée. Il agit très rapidement, réduit considérablement la probabilité de décès. Pour un traitement ultérieur à l'aide de médicaments à action prolongée (isosorbide, nitrosorbide).

Bêtabloquants

Réduit efficacement le nombre de contractions cardiaques, inhibe la capacité conductrice du muscle cardiaque, réduit la tension de la paroi vasculaire. Des conditions cardiaques plus détendues réduisent la demande en oxygène du myocarde. Les bêtabloquants abaissent également la pression artérielle, soulagent le spasme des vaisseaux sanguins. Typiquement, avec un petit infarctus focal, des bêta-bloquants sélectifs sont utilisés, qui agissent exclusivement sur le système cardiovasculaire. Représentants clés: métoprolol, aténolol, bisoprolol.

Inhibiteurs de l'ECA (inhibiteurs de l'ECA)

Ils améliorent l'apport sanguin au myocarde, réduisent la pression artérielle, empêchent la progression de la dysfonction cardiaque et augmentent l'efficacité des nitrates. Représentants clés: ramipril, périndopril.

Sels de magnésium

En cas de risque de fibrillation ventriculaire, du sulfate de magnésium est administré par voie intraveineuse au patient. Le bon moment pour utiliser le médicament est la phase aiguë de la maladie. L'introduction de sulfate de magnésium réduit de moitié la probabilité de développer des arythmies ventriculaires.

Thérapie hypolipidémiante

Les médicaments hypolipidémiants normalisent le métabolisme lipidique, en particulier le cholestérol. Le plus souvent, les statines sont prescrites au patient - des médicaments qui bloquent la production de stérol. Les principaux représentants sont l'atorvastatine, la rosuvastatine. Si la monothérapie avec des statines ne suffit pas, le schéma thérapeutique est complété par d'autres médicaments hypolipidémiants: séquestrants des acides biliaires, inhibiteurs de l'absorption du cholestérol.

Interventions chirurgicales

La microinfarction nécessite un traitement chirurgical si, au cours de l'examen, le médecin a constaté un rétrécissement significatif de la lumière du vaisseau, ce qui menace la santé du patient. Il existe plusieurs méthodes de chirurgie:

  • Ballonage. Il s'agit de l'introduction d'un cathéter équipé d'un ballon miniature à travers un grand vaisseau. Le chirurgien, à l'aide de données informatiques, promeut le cathéter dans la circulation sanguine. Lorsque le point de rétrécissement est atteint, il commence à souffler de l'air. Le ballon gonfle et élargit la section rétrécie. Afin de ne pas endommager l'artère, le médecin n'ouvre pas immédiatement la lumière du vaisseau à la largeur maximale. Il le fait progressivement, gonflant alternativement, dégonflant le ballon.
  • Stenting. Tout comme la montgolfière. La seule différence est qu'après la restauration du flux sanguin, le chirurgien introduit un squelette miniature, un stent, à l'aide d'un cathéter. Il installe un stent sur le site du rétrécissement afin qu'il empêche le re-blocage de l'artère.
  • Shunt. Chirurgie sévère nécessitant un accès ouvert au cœur. Sa signification est l'ourlet de la prothèse vasculaire au-dessus, en dessous du site de rétrécissement. Le résultat est la création d'un moyen alternatif pour que le flux sanguin contourne la zone obstruée..

Rééducation après un micro-infarctus

La microinfarction transférée a un effet différent sur la qualité et l'espérance de vie d'une personne. Avec un bon état de santé général, une personne reprend rapidement sa vie habituelle. Cependant, pour de nombreuses personnes, cette crise cardiaque n'est peut-être pas la première, ou le patient souffre d'autres maladies chroniques qui inhibent la récupération. Ces patients se plaignent d'une fatigue rapide, d'une diminution de la tolérance à l'exercice.

Le traitement de réadaptation implique:

  • le but du régime;
  • correction du mode de vie;
  • formation des patients.

Un régime avec un micro-infarctus implique une diminution de la consommation d'aliments gras d'origine animale, y compris des produits laitiers, des sels et une limitation de la quantité quotidienne de calories. Il est conseillé aux patients de manger souvent, mais en petites portions. La base d'une alimentation saine est les légumes, les fruits, les céréales, les légumineuses et les produits laitiers faibles en gras. Le poisson doit être mangé 2-3 fois / semaine. Vous devez boire 1,5 à 2 litres d'eau par jour.

De votre alimentation, excluez ou réduisez la consommation:

  • viandes fumées, cornichons, cornichons;
  • aliments riches en sel;
  • bonbons;
  • Boissons sucrées;
  • de l'alcool
  • saucisses, saucisses;
  • Fast food.

Des changements positifs dans la récupération après un micro-infarctus, la prévention de la rechute de la maladie sont affectés par des changements de style de vie:

  • atteindre un poids santé;
  • activité physique quotidienne (de l'exercice aérobie aux promenades régulières, à la thérapie par l'exercice);
  • arrêter de fumer;
  • acquérir des compétences en gestion du stress (méditation, bon repos, travail avec un psychologue).

Conséquences et prévisions

Pour de nombreux patients, le mot «micro-infarctus» est trompeur. Les gens croient que cette maladie n'est pas grave, contrairement à un infarctus du myocarde étendu. En fait, la mortalité, le nombre de complications avec une crise cardiaque étendue n'est plus élevée que pendant le traitement hospitalier. Le pronostic à long terme pour les deux formes de la maladie est également défavorable.

Les principales complications d'un micro-infarctus:

  • arythmies;
  • rechute de la maladie;
  • développement d'un infarctus du myocarde étendu;
  • choc cardiogénique;
  • insuffisance cardiaque;
  • régurgitation mitrale;
  • rupture de la paroi du ventricule gauche;
  • Syndrome de Dressler;
  • péricardite chronique;
  • insuffisance cardiaque;
  • une dépression;
  • mort.

La probabilité de développer des complications dépend de l'âge, de l'état de santé, de la rapidité du traitement, de la présence de facteurs de risque. La probabilité d'hospitalisation au cours de l'année est d'environ 40%, le taux de mortalité un an après la sortie est de 11,6% (5).

Les premiers signes, symptômes et caractéristiques du soulagement d'un micro-infarctus

Les gens sont inconsciemment rassurés sur le fait que la pathologie est appelée un micro-infarctus, et pas seulement une crise cardiaque. Mais c'est une condition trompeuse, car un tel concept est rarement utilisé en médecine. La violation du muscle cardiaque est caractérisée par un petit infarctus du myocarde focal. On ne peut nier le fait du coup, qui peut entraîner un certain nombre de conséquences désagréables. Il s'agit de la même crise cardiaque, mais dans une moindre intensité de sa manifestation. La menace pour la santé et la vie est réelle. Ne soyez pas dérouté par le préfixe micro. Il doit être traité avec le plus grand soin et avec un micro-infarctus, être capable de reconnaître une crise et savoir comment les premiers soins sont prodigués..

Le micro-infarctus peut être asymptomatique.

Premiers signes

Les micro-dysfonctionnements (IM) se produisent généralement de manière inattendue et, dans certains cas, sont asymptomatiques. Par conséquent, une personne après une IM transférée sur ses pieds ne l'apprend que lorsqu'elle procède à un autre électrocardiogramme et déchiffre les résultats. Les patients souffrant d'angine de poitrine sont habitués à avoir de temps en temps une maladie cardiaque. Par conséquent, ils ne perçoivent pas une autre attaque de douleur, étant donné que l'ancienne maladie est à blâmer. La microinfarction chez les hommes et les femmes peut survenir sans symptômes ou de manière atypique. Pour cette raison, il peut être difficile pour les malades eux-mêmes, leur entourage et les médecins de poser un diagnostic précis et de comprendre ce qui arrive à la personne.

Pour commencer, nous déterminerons comment l'IM se manifeste dans les toutes premières étapes, par lesquelles vous pouvez rapidement prendre la décision d'appeler une ambulance ou de fournir une assistance à la victime sur place avant l'arrivée des spécialistes.

  1. Douleur. Avec les micro ou mini crises cardiaques, la douleur se manifeste avec différents degrés d'intensité. Une douleur aiguë perçante se produit non seulement avec les grandes formes focales de crise cardiaque, mais peut également accompagner une micro-attaque. Mais la douleur n'est pas considérée comme un symptôme obligatoire. Le coup s'accompagne d'une douleur brûlante et pressante qui peut donner au cou, aux bras et au visage. S'il s'agit d'une manifestation atypique de l'IM, la douleur est faible ou n'existe pas du tout. Dans de rares cas, la pathologie se déroule sans symptômes et le fait d'une attaque ne peut être déterminé qu'à l'aide d'un cardiogramme.
  2. "Nitroglycérine". Lorsqu'une personne commence à se blesser ou à déranger son cœur pour des raisons autres qu'une crise cardiaque, elle prend un comprimé de nitroglycérine et le met sous sa langue. Bientôt, l'inconfort passe. Mais avec les crises cardiaques et les micro-attaques, la tablette n'a aucun effet, ce qui peut être appelé en partie un signe.
  3. Sentiment général. Avec un micro-infarctus, le patient plonge dans une sueur froide, une forte faiblesse se fait sentir dans tout le corps. Il y a une prise de conscience que quelque chose ne va pas avec le corps, et vous avez besoin de demander de l'aide de toute urgence.
  4. Température. Il pousse, mais ne dépasse généralement pas la marque de 38 degrés. Cela indique le début de processus nécrotiques. Un tel signe indique la transition de l'IM à des stades ultérieurs.
  5. Sentiment de peur et d'anxiété. Quelque chose rappelle une attaque de panique, mais diffère en présence de raisons objectives. Autrement dit, le patient ne pense pas seulement qu'il est malade, mais fait face à une détérioration.

Mais les symptômes peuvent varier selon le sexe du patient. Autrement dit, les signes de micro-infarctus chez les femmes sont différents de la façon dont l'IM se manifeste chez les patients masculins.

Signes caractéristiques pour hommes et femmes

Chez un homme, la pathologie s'accompagne d'une manifestation plus intense, ce qui leur permet de comprendre plus facilement qu'ils doivent consulter d'urgence un médecin. Les attaques se produisent soudainement et intensément, il y a une douleur aiguë dans la région gauche de la poitrine. La douleur irradie généralement vers le bras ou l'estomac. Il semble qu'un corps étranger soit apparu dans la poitrine.

La microinfarction chez l'homme se manifeste par les symptômes caractéristiques suivants:

  • la peau commence à devenir bleue dans le nez et la lèvre supérieure, mais pendant une courte période,
  • difficile de sentir le pouls sur vos mains,
  • sueur collante et froide,
  • il y a un sentiment d'anxiété, de panique et de peur,
  • la température augmente, mais pas au-dessus de 38 degrés,
  • les membres supérieurs et inférieurs deviennent très froids au toucher.

Les symptômes chez un homme qui a subi une attaque d'un micro-infarctus sont plus prononcés. Mais parfois, l'IM s'accompagne d'un léger inconfort sous forme de compression de la poitrine. Ce symptôme disparaît de lui-même après quelques heures. Il ne reste qu'un léger inconfort, un sentiment d'anxiété et d'anxiété. C'est mauvais, car les conséquences de l'exécution de MI sont beaucoup plus dangereuses. Incapable de déterminer immédiatement l'attaque, le patient reporte une visite chez le médecin, l'homme ignore ses sentiments et continue de mener une vie familière.

Les femmes ont plus de difficultés à reconnaître un micro-infarctus et à commencer le traitement en temps opportun. Ils subissent souvent des crises sans en remarquer les manifestations ni percevoir les symptômes comme quelque chose de familier et sûr pour leur vie. La nécrose de petites sections du muscle cardiaque peut survenir chez les femmes et causer des dommages irréparables à la santé si aucune assistance n'est fournie en temps opportun. Par conséquent, après avoir remarqué des signes caractéristiques ou atypiques d'un micro-infarctus, assurez-vous de consulter un médecin, de subir un examen et un traitement complets.

Avec un micro-infarctus, les symptômes et les premiers signes chez la femme se présentent comme:

  • attaques de nausées sans cause, et parfois libération de vomissures,
  • évanouissement et vertiges,
  • gonflement des extrémités en raison d'une altération de la circulation,
  • transpiration accrue,
  • maux de tête,
  • pics soudains de tension artérielle,
  • douleur et sensation de brûlure dans la poitrine (sous les poumons).

Pour de tels événements, demandez de l'aide immédiatement. La procrastination peut entraîner de graves conséquences. Toute surcharge ultérieure du muscle cardiaque peut entraîner des complications déjà plus importantes et des crises cardiaques dangereuses..

Causes des micro-crises

Il n'y a pas de différence clairement définie entre les facteurs qui provoquent une crise cardiaque focale étendue et petite. L'ischémie commence en raison de l'athérosclérose, qui se transforme ensuite en thrombose des artères coronaires. Un caillot de sang qui s'est installé à l'intérieur de l'artère coronaire est la principale raison d'une nouvelle attaque d'une crise cardiaque causée par une carence en sang et en oxygène du muscle cardiaque..

Comment reconnaître un micro-infarctus à temps et que faire ensuite?

Date de publication de l'article: 08/12/2018

Date de mise à jour de l'article: 28/02/2019

Auteur: Julia Dmitrieva (Sych) - Cardiologue en exercice

Microinfarction - dommages à de petites sections du muscle cardiaque causés par une violation de leur approvisionnement en sang en raison d'une maladie coronarienne. Cette pathologie, dans ses manifestations cliniques, est un analogue de la crise cardiaque aiguë, sa principale différence est la petite taille des zones qui ont subi une nécrose.

Raisons de son apparition

La microinfarction se développe en raison du fait que le sang cesse de couler vers une zone distincte du myocarde. Les tissus, limités en nutrition et en oxygène (le soi-disant foyer d'ischémie), commencent à mourir. Une cause fréquente de cela est les dépôts athérosclérotiques, qui forment une barrière qui empêche le libre passage du sang à travers les vaisseaux. D'autres causes de détérioration ou de cessation complète de l'apport sanguin au tissu cardiaque sont la thrombose ou le spasme de petites branches des artères coronaires.

Parmi les principaux facteurs qui provoquent des troubles circulatoires et, par conséquent, le développement de micro-infarctus, il y a:

  • maladies chroniques entraînant une modification de la structure des parois vasculaires (hypertension artérielle, diabète sucré);
  • perturbation biochimique du métabolisme lipidique - hypercholestérolémie;
  • l'athérosclérose;
  • âge avancé;
  • obésité, faible activité physique;
  • tabagisme (actif et passif);
  • stress, fatigue chronique, surcharge émotionnelle;
  • alimentation malsaine (aliments riches en acides gras saturés);
  • fatigue physique, sports intenses;
  • maladies chroniques du cœur et des vaisseaux sanguins (maladie ischémique, insuffisance cardiaque, inflammation des membranes du cœur, insuffisance valvulaire et aortique);
  • maladies du sang accompagnées de sa coagulation accrue, utilisation prolongée de contraceptifs hormonaux.

Premiers signes

Une attaque ne présente pas toujours de symptômes graves, il arrive souvent que ses symptômes soient faibles et, dans certains cas, totalement absents.

Le patient peut ressentir des picotements cardiaques ou simplement ressentir une forte faiblesse. C'est pour cette raison qu'il est difficile pour une personne de comprendre qu'elle a besoin de soins médicaux d'urgence. Grâce à cette fonctionnalité, le patient peut apprendre ce qui s'est passé après une longue période, par exemple, pendant la procédure ECG selon des indications complètement différentes.

Les personnes qui ont des anomalies cardiaques peuvent ne pas attacher d'importance aux symptômes caractéristiques, attribuant tout au cours de leur maladie chronique. La micro-infarctus transférée sur les jambes et laissée sans surveillance est un grave danger. Il provoque une nécrose des sites myocardiques et, par conséquent, une violation de son activité contractile.

Les premiers signes par lesquels une forme typique de micro-infarctus peut être reconnue:

  • douleur thoracique, principalement à gauche;
  • la douleur se propage au bras, à la partie supérieure de la ceinture scapulaire, à l'abdomen, au cou et à la mâchoire inférieure;
  • la nature de la douleur - coupante, aiguë, oppressante, brûlante;
  • augmentation de la température corporelle (jusqu'à 38 degrés);
  • transpiration, faiblesse, tremblements dans le corps, vertiges;
  • sentiment d'anxiété et de peur sans cause;
  • dyspnée.

La microinfarction n'est plus considérée comme une maladie des personnes âgées, dans la pratique médicale, il y a des cas où la première attaque s'est produite même en 20 ans.

Le risque de cette pathologie (à la fois grande et mini-crise cardiaque) est particulièrement élevé chez les hommes de tout âge. Chez la femme, elle augmente après le début de la ménopause (âge moyen - 50 ans). Avant cette période, ils ont la soi-disant défense naturelle - des niveaux hormonaux qui empêchent les caillots sanguins et les caillots sanguins.

Les premiers signes d'un micro-infarctus chez la femme et chez l'homme ont également leurs différences. Une douleur intense dans la poitrine est caractéristique des hommes. Les femmes sont plus susceptibles d'avoir des crises atypiques et asymptomatiques..

Avec des manifestations atypiques d'un micro-infarctus, la pathologie présente des caractéristiques similaires à diverses maladies qui, à première vue, ne sont pas liées à l'ischémie myocardique.

Symptômes d'un micro-infarctus atypique chez la femme:

  • suffocation sévère, toux avec développement ultérieur d'asthme cardiaque, dans les cas graves d'œdème pulmonaire (avec une forme asthmatique);
  • brûlures d'estomac, vomissements, diarrhée (avec forme abdominale);
  • maux de tête sévères, troubles des sens et analyseurs moteurs (avec forme cérébrovasculaire);
  • perturbation du rythme sinusal, coups de bélier (avec forme arythmique);
  • gonflement des membres inférieurs.

Diagnostique

Le diagnostic des lésions myocardiques est effectué à l'aide des méthodes suivantes:

  1. L'électrocardiographie et la surveillance quotidienne des indices de cardiogramme (holter ECG) révèlent des anomalies caractéristiques de l'activité cardiaque caractéristiques d'un micro-infarctus.
  2. Un test sanguin général et biochimique montrera la présence de protéines spécifiques dans le sang du patient résultant de lésions du tissu myocardique.
  3. La radiographie pulmonaire aide à détecter la congestion pulmonaire.

Pour un diagnostic plus précis, les examens suivants peuvent également être prescrits: IRM, scintigraphie, coronarographie, test de potassium.

Premiers secours au patient

Afin de prévenir le développement de complications, aux premiers signes d'un micro-infarctus, quel que soit le degré de leur manifestation, appeler une ambulance, informer le répartiteur d'une crise cardiaque.

Couchez la victime sur une surface horizontale ferme de façon à ce que sa tête soit légèrement relevée; s'il n'y a pas d'oreiller, enroulez le rouleau à partir de moyens improvisés (vêtements, serviette, etc.). Détachez les vêtements, desserrez une ceinture ou une ceinture afin que les mouvements respiratoires ne soient pas limités. Ouvrez les fenêtres et les portes, fournissez une bonne ventilation et de l'air frais.

Afin de réduire la zone de nécrose, donnez à la victime un comprimé de nitroglycérine pour la résorption. Vous pouvez également donner au patient un demi-comprimé d'aspirine pour faciliter la microcirculation. Mesurer la pression artérielle, fournir au patient un repos physique et attendre l'arrivée des médecins.

Technique de traitement

Le traitement de l'attaque est effectué dans un hôpital, car une surveillance constante de l'état de l'activité cardiaque et de la circulation coronaire est nécessaire.

Ils commencent à traiter un micro-infarctus en administrant une thérapie anesthésique, rétablissent un flux sanguin normal et arrêtent le processus de nouvelle lésion nécrotique. Pendant le traitement, des médicaments sont utilisés pour améliorer les caractéristiques du sang, qui sont responsables de sa viscosité.

Le traitement est effectué conjointement avec une surveillance de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque pour surveiller l'état du patient. Le but principal des méthodes utilisées est de prévenir le développement d'une crise cardiaque étendue ou d'autres complications.

Méthode conservatrice

Le traitement conservateur comprend l'utilisation de plusieurs groupes de médicaments.

Leur rendez-vous est déterminé par le cardiologue, en fonction de la gravité du syndrome douloureux et de la gravité de l'état du patient:

  • analgésiques opioïdes à action rapide - soulagent le syndrome de douleur intense (morphine et ses analogues synthétiques - fentanyl, promedol, tramadol) en peu de temps;
  • les thrombolytiques sont utilisés pour restaurer la perméabilité coronaire et la circulation altérée (retéplase, alteplase, ténectéplase, prourokinase);
  • les nitrates sont utilisés pour soulager la charge sur le cœur (nitroglycérine, isoket);
  • les bêta-bloquants empêchent le développement d'une deuxième attaque, réduisent la fréquence cardiaque (aténobène, célipres, concor);
  • les agents antiplaquettaires (aspirine, cardiomagnyl, clopidogrel) et les anticoagulants (héparine, énoxaparine, warfarine) réduisent l'activité des facteurs de coagulation, facilitant ainsi la circulation sanguine;
  • les inhibiteurs calciques sont utilisés pour corriger la fréquence cardiaque, réduire l'activité contractile myocardique, empêchant l'augmentation de la zone de nécrose (cordafène, corinfar, falipamil);
  • Les inhibiteurs de l'ECA ralentissent le processus de remodelage du myocarde (modification de la géométrie des cavités cardiaques), réduisent la charge sur le système cardiovasculaire (énalapril, captopril, périndopril);
  • les statines sont prescrites comme un moyen qui réduit la quantité de cholestérol dans le sang, empêche l'accumulation de graisses en excès sur les parois des artères (pravastatine, atorvastatine, mevacor).

Méthode chirurgicale

Les méthodes chirurgicales sont utilisées lorsque le médicament ne donne pas l'effet souhaité et pour prévenir les crises cardiaques récurrentes.

Pour les troubles de la nutrition circulatoire et myocardique, les techniques de chirurgie cardiaque suivantes sont utilisées pour rétablir le flux sanguin coronaire:

  • pontage aortocoronarien;
  • angioplastie par ballonnet et stenting.

L'essence de la greffe de pontage coronarien est la transplantation de vaisseaux sanguins des membres inférieurs, moins souvent - des membres supérieurs afin de remplacer les sections endommagées des artères coronaires. À l'aide de vaisseaux prélevés sur les membres, le chirurgien cardiaque restaure le flux sanguin précédent, créant de nouvelles façons de contourner les zones endommagées.

L'angioplastie par ballonnet est considérée comme minimalement invasive et techniquement simple. Une zone endommagée avec une perméabilité altérée est détectée par angiographie. Afin de déterminer avec précision la localisation, la procédure doit être effectuée à l'aide d'un produit de contraste. Contrairement à la chirurgie de pontage, sa technique ne nécessite pas de grandes sections de la poitrine, car la pénétration dans l'artère coronaire est effectuée à l'aide d'un cathéter mince spécial. La boîte introduite dans la lumière du vaisseau est gonflée avec de l'air, la dilatant. Pour fixer la lumière, une construction métallique spéciale est utilisée - un stent qui soutient les parois du vaisseau dans un état donné, les empêchant de se fermer.

Conséquences possibles

Le risque de développer des effets indésirables d'une petite nécrose focale sera déterminé par les facteurs suivants:

  • santé générale, présence ou absence de maladies chroniques, pathologies congénitales;
  • l'âge du patient;
  • la présence dans l'histoire de précédentes attaques similaires;
  • emplacement de la zone touchée.

Les conséquences en elles-mêmes sont peu nombreuses: troubles de la conduction et du rythme, crises cardiaques répétées, angine de poitrine ou rien du tout.

Comment est la réadaptation?

La rééducation du patient commence à l'hôpital et se termine déjà à domicile. Après un micro-infarctus, ils sont à l'hôpital pendant au moins deux semaines, ce temps est nécessaire pour stabiliser l'activité cardiaque et minimiser la probabilité d'une deuxième crise.

Si le patient a subi une intervention chirurgicale, la période de rééducation est augmentée. Les patients se voient prescrire un médicament prophylactique, qui doit être pris pendant une longue période de temps..

En plus du traitement médical, les procédures de récupération sont également très efficaces - physiothérapie, massage, méthodes physiothérapeutiques. Pour les personnes qui ont souffert d'un micro-infarctus, un régime spécial avec une faible teneur en graisses animales est montré, un rejet à vie des mauvaises habitudes est recommandé.

Le succès de la réadaptation dépend de l'exhaustivité de l'adhésion du patient aux recommandations du médecin traitant. Activité physique quotidienne, course à pied, randonnée à pied et à vélo, nutrition adéquate, bon repos - tout cela est nécessaire pour une récupération réussie.

Prévisions de vie

Avec un traitement rapide et le respect des recommandations préventives, le pronostic est favorable. Le manque de soins médicaux dans les premières heures suivant le début d'une attaque peut entraîner une invalidité.

Bien sûr, à un jeune âge, la période de récupération complète sera plus courte que, par exemple, chez les personnes de plus de 50 ans.

L'espérance de vie dépendra largement de la santé globale du patient et de son respect des règles d'un mode de vie sain. En présence de maladies chroniques qui contribuent à la survenue de micro-dysfonctionnements répétés, la probabilité d'une issue favorable sera de moins en moins importante à chaque fois..

Caractéristique de micro-infarctus: symptômes, diagnostic, traitement et pronostic

À partir de cet article, vous apprendrez: qu'est-ce qu'un micro-infarctus et en quoi diffère-t-il d'une crise cardiaque classique. Causes, symptômes typiques. Traitement et pronostic.

L'auteur de l'article: Yachnaya Alina, chirurgien oncologue, enseignement médical supérieur diplômé en médecine générale.

Les dommages au myocarde (muscle cardiaque) avec une crise cardiaque peuvent être différents. La microinfarction est une petite zone de nécrose (nécrose) du muscle cardiaque résultant d'un apport sanguin insuffisant. Les symptômes d'un micro-infarctus ressemblent à bien des égards à la clinique d'une crise cardiaque typique (à grande focale, généralisée), mais ils sont un peu plus faciles et, dans certains cas, ils peuvent être asymptomatiques..

Mais toute crise cardiaque, même minime, constitue toujours une menace sérieuse pour la santé et même la vie du patient. Par conséquent, les signes de pénurie aiguë de sang myocardique nécessitent toujours un examen urgent, et en cas de confirmation du diagnostic d'une crise cardiaque, l'hospitalisation pour un traitement à l'hôpital et une réadaptation à long terme ultérieure est obligatoire.

Il est nécessaire d'éviter une attitude frivole au diagnostic, car le préfixe «micro-» ne signifie que la zone de la lésion, mais il ne parle pas toujours du même degré «léger» de l'affection. Le foyer de nécrose peut être localisé dans la zone de structures importantes du muscle cardiaque, et toute crise cardiaque est très dangereuse et nécessite un examen approfondi, un traitement par un cardiologue et une observation.

Mais en général, le cours de la microinfarction est beaucoup plus facile et le pronostic est relativement favorable - après la fin du traitement et de la rééducation, le patient peut retourner au travail et adopter un mode de vie actif (sous réserve de certaines recommandations et de quelques restrictions).

Causes de micro-infarctus

La microinfarction survient à la suite d'une ischémie ou d'un manque de circulation sanguine (par rapport à la normale) dans la région du muscle cardiaque.

L'ischémie peut se développer avec:

obstruction du vaisseau coronaire (passant dans l'épaisseur du myocarde) par un thrombus ou une plaque athérosclérotique;

spasme coronaire aigu.

Facteurs de risque d'ischémie myocardique et de survenue d'une crise cardiaque (à petite et grande focale):

Angine de poitrine (il s'agit d'une forme de maladie coronarienne chronique), ancien infarctus du myocarde.

Hypertension artérielle (hypertension artérielle).

Athérosclérose et obésité, dont les conséquences sont un déséquilibre des lipides - une augmentation de la concentration d'acides gras saturés dans le sang et un manque de polyinsaturés (acides gras oméga-3 et oméga-6). Avec l'athérosclérose et l'excès de poids, il existe également des conditions préalables pour obstruer la lumière de l'artère coronaire avec une plaque athérosclérotique détachée ou une embolie graisseuse (un morceau de tissu adipeux circulant librement).

Le tabagisme, y compris le tabagisme passif, provoque souvent des spasmes coronariens.

Sexe masculin (après 50 ans, la probabilité d'une crise cardiaque chez les femmes augmente également). Chez les hommes de tout âge et les femmes en période postménopausique, les conditions hormonales (faibles taux d'oestrogène) entraînent une augmentation de la coagulation sanguine et un risque de thrombose.

Faible forme physique et mode de vie inactif.

Stress psycho-émotionnel - peut provoquer des spasmes coronariens.

Activité physique importante - peut provoquer la séparation d'une plaque, d'un thrombus ou d'une embolie graisseuse, aggraver le spasme des vaisseaux coronaires.

Certaines maladies chroniques, comme le diabète sucré, dans lesquelles la paroi vasculaire souffre.

Symptômes caractéristiques

Les principaux signes d'un micro-infarctus dans la plupart des cas ne sont pas différents des symptômes d'un grand infarctus focal. La gravité de l'état des patients, les conséquences immédiates et séparées sont déterminées principalement par le volume des dommages au muscle cardiaque.

Une petite nécrose myocardique focale peut se produire en quatre versions:

Forme douloureuse (typique) - les symptômes ressemblent à une attaque d'angine de poitrine: douleurs brûlantes derrière le sternum ou dans la moitié gauche de la poitrine, irradiant (irradiant) vers le bras gauche, l'épaule, sous l'omoplate gauche, jusqu'au cou. Cependant, contrairement à l'angine de poitrine, la prise de nitroglycérine ne peut pas complètement arrêter la douleur et la sensation de brûlure derrière le sternum. À l'avenir, la pression artérielle diminue, la faiblesse se produit, la sueur "froide".

Forme asthmatique - se présente sous la forme d'une crise d'asthme bronchique et s'accompagne d'une sensation de manque d'air, d'essoufflement, de douleur cardiaque modérée ou absente.

La forme abdominale - avec des symptômes d '«abdomen aigu»: douleurs abdominales, souvent insupportables et douloureuses, nausées, vomissements, à cause desquelles les patients sont souvent hospitalisés par erreur dans le service chirurgical ou gastro-entérologique.

Forme arythmique, dans laquelle le rythme et les perturbations de la conduction cardiaque viennent au premier plan - sous la forme de contractions cardiaques prématurées, de sensations d'interruptions, de palpitations.

Forme asymptomatique de micro-infarctus

Les symptômes d'un micro-infarctus peuvent être très légers (sous la forme d'une petite gravité à court terme derrière le sternum ou d'un essoufflement) - cette maladie est appelée asymptomatique. Une telle évolution de la maladie est possible chez les personnes avec un seuil de douleur réduit, ainsi qu'avec une très petite lésion. Mais, malgré le fait que les signes d'un micro-infarctus dans ce cas ne préoccupent pas le patient, cette forme peut être plus dangereuse que cliniquement prononcée - parce que le patient ne soupçonne pas qu'il a des problèmes cardiaques et ne va donc pas chez le médecin et n'est pas traité.

Un micro-infarctus avec une évolution asymptomatique est souvent détecté par accident, des mois et des années après son apparition - avec un examen médical prévu ou un ECG pour une autre raison. Une telle «découverte» devrait être la raison d'une visite immédiate chez un cardiologue - pour un examen complet du système cardiovasculaire et l'élaboration d'un programme de réadaptation des patients qui empêchera la récurrence de l'ischémie myocardique et d'autres conséquences désagréables. N'oubliez pas qu'une fois qu'une crise cardiaque a considérablement augmenté le risque d'une crise cardiaque, qui peut déjà être fatale pour vous.

Diagnostique

L'électrocardiographie (ECG) est la principale méthode de diagnostic d'un micro-infarctus..

De plus, un test sanguin biochimique est utilisé (déterminant les marqueurs des dommages au muscle cardiaque en son sein - créatine phosphokinase, troponine, lactate déshydrogénase).

L'échographie cardiaque (échocardiographie Doppler) vous permet de clarifier l'emplacement et la taille de la nécrose.

Traitement micro-infarctus

Si un micro-infarctus a présenté des symptômes typiques et a été diagnostiqué à temps (en phase aiguë ou aiguë, c'est-à-dire de 2 heures à 10 jours après son apparition), le traitement doit être effectué dans un hôpital, de préférence dans un service de cardiologie, où toutes les conditions sont réunies pour une examen et surveillance des patients 24h / 24.

Lorsque les signes classiques d'une crise cardiaque apparaissent - sous la forme d'une sensation de brûlure derrière le sternum avec un rayonnement dans la main gauche - vous devez immédiatement appeler une ambulance, vous allonger et prendre un comprimé de nitroglycérine sous la langue, vous pouvez également boire 1-2 comprimés d'aspirine. Lors de la confirmation du diagnostic, le médecin proposera l'hospitalisation et prendra les autres mesures nécessaires (introduction d'analgésiques, y compris les médicaments, début du traitement par thrombolyse, correction de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, etc.).

Si des symptômes d'un micro-infarctus sont détectés, la nitroglycérine et l'aspirine doivent être prises.

L'hôpital continue d'administrer des analgésiques, de la nitroglycérine, de l'héparine et de la streptokinase (afin de dissoudre les caillots sanguins et de prévenir les caillots sanguins), d'autres médicaments sont utilisés selon les indications.

Dans le cas où le micro-infarctus était asymptomatique et a été découvert par accident, des mesures de réhabilitation doivent être lancées..

Rééducation après un micro-infarctus

La rééducation après un infarctus du myocarde évite le développement d'effets indésirables, accélère la période de récupération et rend l'activité et l'efficacité aux patients.

Traitement médicamenteux et traitement de la maladie sous-jacente contre laquelle un micro-infarctus s'est produit, ainsi que prophylaxie médicamenteuse des complications - prise d'aspirine, nitroglycérine à action prolongée et autres médicaments.

Procédures réparatrices - une augmentation progressive de l'activité physique grâce à la thérapie par l'exercice avec des exercices d'entraînement spéciaux, massage, physiothérapie, psychothérapie.

Une bonne nutrition avec l'enrichissement de l'alimentation avec des aliments riches en vitamines, fibres végétales, acides gras polyinsaturés (poisson, légumes et fruits, huile végétale). Parallèlement, il est recommandé de limiter l'utilisation de graisses réfractaires (beurre, saindoux, graisses animales) et de sel.

Enseigner au patient le régime de la journée, le repos, les méthodes de relaxation et les moyens de soulager le stress.

Conséquences et prévisions

Le micro-infarctus avec un diagnostic rapide et un traitement approprié a un pronostic relativement favorable. Le foyer de nécrose qui en résulte ne subit pas de développement inverse - après une crise cardiaque, une cicatrice reste sur le tissu myocardique. Cependant, une alimentation équilibrée, une pharmacothérapie adéquate et une activité physique dosée aident le patient à traverser rapidement la période de récupération et à reprendre un mode de vie actif..

Aucune restriction importante après un micro-infarctus n'est imposée au patient - un effort physique excessif, le stress nerveux sont interdits et les médecins recommandent fortement d'arrêter de fumer. Des contrôles réguliers par un cardiologue et une pharmacothérapie en cours ou en cours seront nécessaires..

Qu'est-ce qu'un micro-infarctus. Symptômes, effets et traitement

Le micro-infarctus en tant que maladie n'est pas inscrit dans la classification internationale. N'utilisez pas ce terme dans la médecine officielle. Plus précisément, essayez de ne pas utiliser. Néanmoins, la pathologie dans laquelle il y a une petite lésion myocardique focale (cette situation a un nom - petit infarctus focal) et les patients eux-mêmes appellent un micro-infarctus.

Vous ne devriez pas ressentir l'illusion qu'un micro-infarctus serait ignoré par la communauté médicale. Oui, vous pouvez ignorer les manifestations de problèmes myocardiques, car les symptômes d'un micro-infarctus ne peuvent pas toujours être détectés. Cela est dû à la zone limitée de dommages myocardiques. Eh bien, mon cœur me faisait un peu mal et rien de mauvais ne semblait arriver.

Ne dites pas. Une fois que je suis tombé malade, deux (une partie du myocarde a été endommagée, la seconde), et sur la troisième, vous pouvez obtenir une lésion étendue, qui est déjà une crise cardiaque à part entière avec des conséquences inconnues.

Qu'est-ce qu'un micro-infarctus?

La principale caractéristique d'une petite lésion focale est l'absence d'une onde Q, ce qui indique l'absence de dommages à la paroi du muscle cardiaque sur toute sa profondeur. En règle générale, les micro-dysfonctionnements affectent la couche sous-endocardique.

De nombreuses sources indiquent que le micro-infarctus est une affection antérieure à l'infarctus. Ce n'est pas tout à fait correct, car à la fois avec une micro-défaite et avec un grand infarctus focal, il se forme une nécrose du muscle cardiaque, qui diffère en profondeur et en échelle de la zone de couverture.

Épidémiologie

La maladie est plus caractéristique des hommes. Cette tendance s'observe jusqu'à 50-60 ans. Après cet âge, un petit infarctus focal se produit chez les hommes et les femmes avec la même fréquence en raison de l'entrée des femmes dans la ménopause.

De plus, ces dernières années, il y a eu une augmentation des cas de petites crises cardiaques focales chez les patients jusqu'à 30 ans, principalement chez les hommes. Le rythme de vie moderne y conduit, ce qui ne nous permet pas de voir de graves conséquences derrière un malaise qui semble fonctionner..

Étiologie

  • Le rétrécissement (sténose) des artères coronaires.
  • Thrombose vasculaire.

La survenue de tels processus conduit à:

  • Athérosclérose des artères coronaires.
  • Thrombose.
  • Maladies inflammatoires des artères.
  • Dissection de l'aorte.
  • Embolie.
  • Anomalies vasculaires congénitales et acquises.
  • Malformations cardiaques.
  • Carence en oxygène myocardique.
  • Augmentation de la coagulation sanguine.
  • Maladie thyroïdienne.
  • Stress mental.
  • Obésité.
  • Alimentation déséquilibrée.
  • Fumeur.
  • Dépendance.
  • Consommation excessive d'alcool.
  • Diabète.
  • Hypertension artérielle.
  • DIC - syndrome.
  • Tumeurs cardiaques primaires.
  • Métastase des néoplasmes de localisation extracardiaque.
  • Blessures mécaniques et électriques.

Pour chacune de ces causes, des foyers nécrotiques d'endommagement du muscle cardiaque se développent..

Pathogénèse

Les facteurs pathogénétiques fondamentaux du petit infarctus du myocarde focal sont les situations suivantes:

  • L'un des processus pathologiques ci-dessus entraîne un rétrécissement de la lumière des artères coronaires et / ou une thrombose, c'est-à-dire qu'il y a un décalage dans la demande et la production d'oxygène par le myocarde.
  • La rupture d'une plaque athérosclérotique ou d'un caillot sanguin d'origine différente entraîne l'interaction du contenu central de la plaque / caillot sanguin avec un sous-endocarde.
  • L'activation des protéines d'adhésion plaquettaire conduit à la formation d'une couche plaquettaire dans la lésion, exacerbant encore l'ischémie.
  • Les plaquettes qui se trouvent déjà sur les parois des vaisseaux au site de la lésion commencent à produire activement des composants qui activent le système de coagulation sanguine, provoquent un spasme vasculaire encore plus important et une augmentation du thrombus.
  • Ensuite, le développement de facteurs tissulaires qui complètent la formation d'un thrombus à part entière qui bloque la lumière du vaisseau.
  • En l'absence de caillots sanguins, de plaques et d'autres formations qui réduisent la perméabilité vasculaire, un micro-infarctus se développe en raison du spasme de l'artère, qui se produit en raison de la libération d'endothéline. Un tel processus conduit à une réaction de substances vasoconstricteurs, qui se manifeste également par une forte différence entre les besoins et la production réelle d'oxygène par le myocarde.

Lors de la formation d'une petite crise cardiaque focale, des changements anatomiques se produisent dans le cœur, qui modifient non seulement sa structure, mais aussi sa physiologie.

Changements anatomiques et physiologiques

Malgré le fait qu'un micro-infarctus se caractérise par des sites de lésions relativement petits, ils perdent néanmoins leurs fonctions, ce qui entraîne une diminution de la zone de travail totale du myocarde.

Dans ce cas, les processus suivants se produisent:

  • Dans les petits infarctus focaux, les zones touchées sont localisées principalement dans la couche sous-endocardique.
  • Le site du myocarde, qui est exposé à une carence en oxygène, déclenche des mécanismes de protection sous forme de glycolyse de type anaérobie pour l'énergie.
  • En raison du vaste réseau d'anastomoses et de la présence de circulation collatérale, le foyer de nécrose est limité.
  • Pendant la récupération et la récupération, les foyers de nécrose sont remplacés par du tissu cicatriciel, qui ne remplit pas les fonctions du muscle cardiaque.
  • Il est important de savoir que pendant la première microinfarction, la fonction myocardique est préservée, car à l'aide des fonctions vicariales (remplacement) du muscle cardiaque, la contractilité est compensée par d'autres sites. Avec les crises cardiaques subséquentes, avec une augmentation des zones de nécrose tissulaire, la contractilité est considérablement réduite.
  • En cas de nécrose sur le trajet du système conducteur, le développement de blocages, d'attaques de troubles du rythme est possible.

Contrairement à une lésion étendue à grande focale, un processus à petite focale se caractérise par ses caractéristiques distinctives:

  • La lumière du vaisseau n'est jamais complètement bloquée.
  • Le réseau d'anastomoses et de collatéraux offre un degré différent de circulation sanguine dans la zone endommagée.
  • Les vaisseaux affectés sont des artères de petit calibre.

Classification

  • Directement sous-endocardique - les lésions sont situées au-dessus de la couche endocardique.
  • Sous-épicardique - la zone d'endommagement est localisée sous l'épicarde - la membrane externe du cœur.
  • Intramural - la nécrose se développe dans l'épaisseur du myocarde.

Lisez aussi sur le sujet.

Selon la fréquence d'apparition chez les patients, le processus se produit:

  • Primaire.
  • Récurrente - survient jusqu'à 8 mois à partir du primaire.
  • Répété - se développe après 8 mois à partir du primaire.

Selon la localisation d'une crise cardiaque, les lésions se distinguent:

  • Ventricule gauche.
  • Ventricule droit.
  • Septum interventriculaire.

Par critère d'âge:

  • Jeune crise cardiaque.
  • Crise cardiaque de la vieillesse et de l'âge sénile.

Selon la période de la maladie, distinguer:

  • Aiguë - jusqu'à 7 jours - une zone de nécrose se forme, la sévérité du syndrome douloureux diminue, les signes d'inflammation sont déterminés dans le sang.
  • Subaiguë - jusqu'à 20 jours - l'état général s'améliore, les zones de nécrose myocardique sont remplacées par du tissu conjonctif avec formation de cicatrices.
  • Période de cicatrisation - jusqu'à 45 jours - les tests cliniques sont normaux. Pendant cette période, des complications peuvent se développer..

Selon la variante de l'évolution d'une crise cardiaque, les formes cliniques suivantes sont distinguées (les manifestations cliniques de chaque type seront indiquées dans la section appropriée):

  • Gorge irritée.
  • Arythmique.
  • Cérébrovasculaire.
  • Asthmatique.
  • Abdominal.
  • Sans douleur (symptômes faibles).

Microinfarction Symptômes

Le danger de petites lésions focales réside principalement dans le fait que les symptômes d'un micro-infarctus peuvent être ignorés. Elle peut survenir avec de légers symptômes ou est généralement asymptomatique. De telles situations, sans traitement approprié, sont dangereuses pour le développement d'une crise cardiaque focale étendue et étendue..

Les signes de pathologie les plus courants sont:

  • La faiblesse.
  • Augmentation de la température corporelle pendant de courtes périodes.
  • Maux de tête, vertiges.
  • Nausées, vomissements possibles.
  • Dans certains cas, perte de conscience chez les patients.
  • Gêne dans la poitrine, parfois accompagnée d'essoufflement, d'essoufflement.
  • Douleur derrière le sternum, non stoppée par la nitroglycérine.
  • Douleur dans le côté gauche de la poitrine avec rayonnement possible au bras gauche, à l'omoplate, à l'épaule et à la mâchoire inférieure. Parfois, une douleur dans le côté gauche du cou est possible..
  • Mains et pieds cool.
  • Triangle nasolabial bleu.
  • Hypertension artérielle.
  • Pouls faible ou sans écoute.
  • Transpiration.
  • Gonflement des membres inférieurs le matin.
  • Anxiété.

Comme déjà mentionné ci-dessus, une crise cardiaque peut se développer sous diverses formes cliniques, parfois tellement voilées que seul un ECG confirme sa présence:

  1. Le mal de gorge est le type de micro-infarctus le plus courant. Rappelle la douleur lors des crises d'angine de poitrine. Le syndrome douloureux est ondulé, de gravité variable, avec une irradiation possible. Il y a souvent une irradiation des deux côtés de l'espace interscapulaire, ainsi que simultanément dans les deux zones sous-scapulaires. Il est important que les symptômes soient plus prononcés à un jeune âge, et chez les personnes âgées, au contraire.
  2. Arythmique - la maladie commence par des arythmies cardiaques avec absence de douleur. Le plus souvent transformé en fibrillation ventriculaire, moins souvent - en choc arythmogène. Assez souvent accompagnée d'une perte de conscience.
  3. Appareil vasculaire cérébral - plus caractéristique pour les patients atteints de maladies neurologiques. Tous les symptômes dépendent du degré d'accident vasculaire cérébral et des niveaux de pression artérielle. Elle peut se manifester par une déficience visuelle, son flou, une démarche instable, accompagnée de nausées jusqu'aux vomissements, de léthargie ou vice versa, d'excitation, de symptômes neurologiques focaux. Des conditions syncopales peuvent se développer au plus fort de la douleur ou d'une perturbation sévère du rythme cardiaque.
  4. L'asthme est plus caractéristique des crises cardiaques répétées, ainsi que d'une insuffisance cardiovasculaire déjà développée. Le développement d'un œdème pulmonaire indique souvent l'implication dans le processus de petit infarctus focal des muscles papillaires. Si l'apparition d'un essoufflement soudain est notée, cela indique le plus souvent une lésion du ventricule droit. Avec ce type de micro-infarctus, la survenue de crises d'asthme indique souvent un état asthmatique ou un œdème pulmonaire au tout début d'une crise cardiaque.
  5. Abdominal - inhérent aux dommages à la paroi inférieure du ventricule gauche. La douleur est localisée dans la région épigastrique, parfois dans l'hypochondre droit. Dans ce cas, des ballonnements, nausées, vomissements, diarrhée, stagnation du contenu intestinal peuvent accompagner. L'image ressemble à un abdomen aigu, mais en même temps, aucun symptôme d'irritation péritonéale n'est observé, avec palpation, l'abdomen est mou.
  6. Sans douleur (symptômes faibles) - seules la faiblesse, l'inconfort dans la poitrine, les troubles du sommeil, l'humeur, la perte d'appétit sont caractéristiques. Plus fréquent chez les personnes âgées, en particulier atteintes de diabète. Cette forme n'indique pas une évolution bénigne de la maladie et un pronostic favorable pour les patients.
  7. Atypique - correspond presque complètement à la clinique d'une crise cardiaque à grande focale chez un patient, mais avec des symptômes moins graves.

De plus, assez souvent dans la première zone de crise cardiaque et à proximité, avant même la fin du processus de formation de cicatrice, de nouvelles zones de nécrose se développent. Cela conduit à une augmentation de la zone affectée, qui est remplacée par du tissu conjonctif avec la perte de ses fonctions, ce qui conduit inévitablement au développement d'une crise cardiaque étendue.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite