Symptômes et traitement du syndrome cérébrosthénique chez les enfants

Le syndrome cérébrosthénique chez l'enfant est une maladie neurologique caractérisée par une faiblesse sévère, une agressivité et une résistance au stress réduites..

Les enfants atteints de ce trouble se fatiguent rapidement, ils absorbent les informations pire et plus lentement que leurs pairs, ils sont sujets à une irritabilité sans cause.

informations générales

Le code de trouble de la CIM-10 est F06.6, «Trouble organique, émotionnellement labile (asthénique)».

Le syndrome cérébrosthénique est également appelé cérébrosthénie, le plus souvent la conséquence d'un traumatisme à la naissance et de troubles en cours de.

Le cerveau de l'enfant au stade du développement embryonnaire et pendant la période néonatale est extrêmement vulnérable, et même des blessures traumatiques mineures de la tête peuvent entraîner une croissance cérébrale, dont les symptômes se manifesteront plus clairement lorsque l'enfant grandira.

La maladie n'est pas toujours en mesure de détecter à un âge précoce, elle se retrouve souvent chez les enfants qui fréquentent les classes primaires.

À la maternelle, les informations sont données sous forme de compteur, sous forme de jeu, et les enfants ne subissent pas de stress important, donc même un bébé avec une croissance cérébrale peut tout absorber assez bien, et les adultes peuvent attribuer son irritabilité aux caractéristiques liées à l'âge.

Beaucoup de choses changent à l'école, la charge pèse sur les enfants et la quantité de stress augmente. Les enfants en bonne santé franchissent relativement facilement la période d'adaptation, mais pour un enfant cérébrosthénique, l'école peut être un véritable enfer.

Il ne peut pas faire face à la charge, la symptomatologie de la maladie se manifeste plus clairement, et s'il a la chance de ne pas obtenir le label «oisif et paresseux» de ses parents, il sera probablement emmené à l'hôpital où une lésion cérébrale organique sera détectée.

Les causes

La croissance cérébrale se développe sous l'influence des facteurs indésirables suivants:

  1. Blessures à la naissance, hypoxie, maladies survenues pendant la grossesse. Si la mère de l'enfant pendant la grossesse a eu une maladie infectieuse, cela augmente le risque de développer la maladie chez l'enfant. Les blessures traumatiques pendant le travail et pendant la gestation peuvent également causer des dommages organiques au cerveau.
  2. Lésions cérébrales traumatiques. Les blessures à la tête sont particulièrement dangereuses au cours des premiers mois de la vie d'un enfant en raison de la vulnérabilité de son cerveau liée à l'âge.
  3. Lésions cérébrales infectieuses. Un certain nombre de maladies infectieuses, y compris les plus courantes (grippe, varicelle, rotavirus), peuvent se compliquer: si des micro-organismes pathogènes pénètrent dans le cerveau, ils provoqueront de graves dommages organiques. Ces complications sont assez rares et surviennent chez les enfants affaiblis. En outre, des maladies telles que l'encéphalite, la méningite peuvent entraîner une cérébration..
  4. Intoxication. L'empoisonnement chronique ou aigu avec des substances toxiques peut entraîner de graves conséquences. L'empoisonnement chronique est souvent associé à des erreurs parentales dans le dosage des médicaments, et un empoisonnement aigu peut se produire si un enfant rampe dans une armoire à pharmacie et avale des pilules, boit ou mange quelque chose de produits chimiques ménagers..
  5. Coups d'enfants. Observé rarement, mais possible. Un cerveau qui a survécu à un trouble circulatoire grave n'est plus en mesure de fonctionner correctement et la croissance cérébrale n'est pas la conséquence la plus dangereuse.
  6. Hypertension artérielle. L'hypertension artérielle prolongée affecte le développement de l'encéphalopathie - une lésion ischémique chronique du cerveau. La croissance cérébrale associée à l'hypertension est plus fréquente à l'adolescence.
  7. Complications après la chirurgie. Certaines chirurgies peuvent entraîner une hypoxie à court terme..

Le syndrome cérébrosthénique peut se développer à tout âge, mais est le plus souvent causé par des troubles de la grossesse et du travail.

Symptômes et signes

Les principaux symptômes du syndrome cérébrosthénique:

  • labilité émotionnelle (sautes d'humeur);
  • hypersensibilité;
  • sensibilité, larmoiement;
  • degré accru de fatigue;
  • douleur régulière dans la tête, pouvant entraîner des nausées, des étourdissements et des vomissements;
  • problèmes de sommeil (l'enfant a de la difficulté à s'endormir, semble souvent somnolent et épuisé);
  • difficultés à se concentrer (un enfant ne peut pas s'engager systématiquement dans une seule activité pendant longtemps, se désintéresse plus rapidement, change plus souvent d'activité, a besoin de plus de repos);
  • violations des processus de mémorisation et de reproduction des informations qui compliquent le processus de développement intellectuel de l'enfant;
  • mal de mer sévère en voyage, l'enfant n'aime pas non plus se balancer sur les balançoires et les carrousels;
  • mauvaise tolérance à la chaleur;
  • réaction aiguë à la lumière vive, aux sons forts, en particulier dans la petite enfance;
  • faible capacité de travail due à une fatigue accrue, des problèmes de mémoire, d'attention, conduit à des difficultés à l'école;
  • retards dans le développement intellectuel, de la parole et physique (généralement modérés);
  • problèmes dans le processus d'adaptation à la maternelle, à l'école;
  • développement lent des compétences en lecture, en comptage et en écriture.

Les bébés cérébraux pleurent souvent sans raison apparente, dorment mal, anxieux.

Variétés

Le syndrome cérébral a deux variétés:

  1. Asthenohyperdynamic, dans lequel les enfants sont difficiles, irritables, gonflés, trop actifs, sujets à des attaques d'agression sans cause. Les enfants atteints de croissance cérébrale asthénohyperdynamique sont sujets à la rage, peuvent attaquer le délinquant et le battre, sans être pleinement conscients de leurs actions.
  2. Astenoadynamic, dans lequel on note chez les enfants l'apathie, l'indifférence, la léthargie, la léthargie, un faible intérêt pour divers types d'activités. Les enfants avec une croissance cérébrale asthéno-dynamique peuvent devenir l'objet de ridicule et d'humiliation pendant les années scolaires en raison de leurs caractéristiques psychologiques et de leurs problèmes. Ils sont sensibles, rarement capables de repousser ceux qui humilient, en larmes.

Quel est le danger de l'expansion de l'espace sous-arachnoïdien chez le bébé? Découvrez la réponse dès maintenant.

Complications et conséquences

Si la maladie est détectée en temps opportun, après le traitement, les symptômes de la croissance cérébrale sont considérablement atténués, mais une détection ultérieure se heurte aux problèmes suivants:

  1. Les enfants ont des retards de développement difficiles à compenser, certains d'entre eux doivent fréquenter des établissements d'enseignement spécialisés dans l'enseignement aux enfants ayant des retards de développement.
  2. Les enfants sont sujets à divers troubles mentaux, tels que la dépression, la névrose, l'hypocondrie, l'anxiété et les troubles paniques. Les dysfonctionnements de la psyché conduisent à l'apparition de pathologies somatiques (physiques): le tractus gastro-intestinal, le système cardiovasculaire souffrent, les enfants sont plus susceptibles de souffrir de maladies infectieuses.
  3. À l'avenir, ces enfants pourraient devenir antisociaux, dépendants à l'alcool, aux drogues, se suicider.

Par conséquent, il est important que les parents examinent attentivement le comportement de l'enfant et consultent un pédiatre en présence de symptômes caractéristiques.

Plus tôt une pathologie est détectée, plus il est probable qu'il sera possible de compenser les violations.

Diagnostique

Les médecins traitants doivent non seulement détecter la croissance cérébrale, mais aussi la distinguer d'un certain nombre d'autres anomalies mentales et neurologiques..

Les mesures de diagnostic suivantes sont affichées:

  • Imagerie par résonance magnétique;
  • électroencéphalographie;
  • consultations avec un pédiatre, un psychothérapeute, un psychiatre, un neurologue;
  • examen échographique des vaisseaux sanguins.

Selon les caractéristiques symptomatiques, des examens et des consultations supplémentaires peuvent être indiqués..

Traitement

Le traitement vise à éliminer les dommages aux structures du cerveau et à améliorer le flux sanguin cérébral..

Pour améliorer le flux des processus métaboliques dans les tissus cérébraux, les groupes de médicaments suivants sont indiqués:

  • Nootropiques (Cerebrolysin, Bilobil, Actovegin);
  • préparations adaptogènes (teinture d'éleuthérocoque, Politabs).
  • médicaments contenant des acides aminés (Amvix, Felicita).
  • préparations de vitamines, en particulier les complexes contenant la liste complète des vitamines, du groupe B.
  • agents qui affectent favorablement la circulation cérébrale (Nikoshpan, Nicergoline, Cavinton).

Ils ont un effet positif sur le fonctionnement du cerveau, augmentent le succès d'autres méthodes de traitement et améliorent l'état général de l'enfant..

Des sédatifs peuvent également être prescrits (valériane, perse), qui améliorent le sommeil et réduisent l'anxiété..

Dans le traitement de la cérébration, des méthodes de psychothérapie sont utilisées..

Les cours avec un psychothérapeute aident l'enfant à s'adapter dans l'équipe d'enfants, augmentent l'intérêt pour l'apprentissage, réduisent la gravité de l'anxiété et les peurs.

Le psychothérapeute donne également des conseils aux parents pour les aider à motiver l'enfant et à les aider seuls..

Conseils aux parents

  1. Il est recommandé de créer l'environnement le plus favorable pour l'enfant, de réduire le niveau de stress dans sa vie (éliminer la punition, communiquer calmement, résoudre les conflits dans une conversation sans agressivité), louer et exprimer plus souvent l'amour.
  2. Si nécessaire, vous devez refuser d'assister aux cercles, aux sections et de discuter avec les éducateurs ou les enseignants des caractéristiques d'une interaction ultérieure avec l'enfant. Si l'enfant se sent mal à l'aise à l'école ou au jardin d'enfants (il y a des gens qui lui sont désagréables, les adultes communiquent avec les enfants en hurlant), vous devez changer d'établissement d'enseignement ou aller à l'école à domicile.
  3. Vous devez restaurer la journée si elle a été abattue. Il est important que l'enfant se couche, se lève en même temps et ait le temps de dormir.
  4. Le sommeil de l'enfant ne peut pas être perturbé. Sa chambre devrait être calme et sombre. Avant d'aller au lit, il est utile de le baigner, lisez l'histoire à haute voix.
  5. Si un enfant joue régulièrement à des jeux informatiques ou regarde la télévision, cela excite son système nerveux. Si possible, vous devez réduire le nombre d'heures passées à l'ordinateur et à la télévision, mais cela doit être fait en douceur, sans interdictions et sanctions strictes..

Vous pouvez choisir le bon contenu pour lui: les programmes cognitifs pour enfants et les jeux éducatifs, sans cruauté, affecteront positivement son développement mental.

  • Il est utile d'enregistrer la natation de votre bébé.
  • Des procédures physiothérapeutiques sont également utilisées dans le traitement du syndrome cérébrosthénique..

    Prévisions et service militaire

    Si le traitement a été commencé à un âge précoce, le pronostic est positif: le cerveau de l'enfant est plastique, il est donc possible de corriger la plupart des troubles.

    Plus l'enfant est âgé, plus il est difficile d'obtenir des changements radicaux dans son état.

    De plus, le pronostic dépend des causes de la pathologie et de la gravité des lésions cérébrales..

    Le service militaire affectera négativement l'état d'une personne atteinte du syndrome cérébrosthénique, même si son traitement a atténué de nombreux symptômes.

    Mais malgré cela, tous les adolescents n'ont pas la possibilité d'éviter l'armée. La décision est prise par des spécialistes du comité de sélection en fonction de l'état de l'adolescent.

    La prévention

    Pour réduire le risque de croissance cérébrale congénitale, la mère devrait abandonner ses mauvaises habitudes pendant la période de gestation, si possible, ne pas utiliser de médicaments qui nuisent à la santé de l'enfant, traiter toutes les maladies qui sont apparues à temps et ne pas contacter les personnes souffrant de maladies infectieuses.

    Avant de planifier une grossesse, il est important de subir un diagnostic approfondi et de guérir les maladies identifiées..

    Afin de prévenir l'apparition du syndrome cérébrosthénique acquis, les maladies virales doivent être traitées à temps afin qu'elles n'entraînent pas de complications graves, protègent l'enfant contre les chutes, s'assurent que son alimentation est complète, cachent soigneusement les médicaments et les produits chimiques ménagers.

    S'il y a des changements dans le comportement et la nature de l'enfant, surtout s'il a déjà souffert d'infections, de commotions cérébrales, de lésions cérébrales, d'intoxications, il est important de contacter un établissement médical.

    Le Dr Komarovsky sur les problèmes neurologiques chez les bébés dans cette vidéo:

    Nous vous prions de ne pas vous soigner vous-même. Inscrivez-vous chez le médecin!

    Syndrome cérébrosthénique chez l'adulte ce qu'il est - À propos des vaisseaux

    Qu'est-ce que la croissance cérébrale (syndrome cérébrosthénique) et quelles sont les caractéristiques chez l'adulte et l'enfant?

    Il existe un trouble neurologique, qui se caractérise par un complexe de symptômes qui surviennent à la suite de maladies du système nerveux, de lésions organiques du cerveau. En médecine, ce trouble est appelé syndrome cérébrosthénique (CAS) ou asthénie cérébrale. Cette condition est caractérisée par:

    • fatigue
    • diminution des performances;
    • problèmes de mémoire
    • altération de la concentration de l'attention;
    • maux de tête;
    • diminution de la capacité d'apprentissage;
    • irritabilité;
    • distraction;
    • changements végétatifs;
    • excitation psycho-émotionnelle.

    La cérébration est plus susceptible d'affecter les enfants. La pathologie résulte de troubles de la croissance intra-utérine, de maladies infectieuses, de l'immaturité du système nerveux. Chez l'adulte, les causes du syndrome sont les traumatismes crâniens, les interventions chirurgicales qui provoquent l'hypoxie. La pathogenèse des troubles cérébrosthéniques comprend:

    • dommages au tissu cérébral de diverses étiologies;
    • carence en oxygène;
    • destruction des connexions neuronales;
    • transmission réduite des influx nerveux;
    • perte de concentration;
    • troubles du système nerveux - irritabilité, stress.

    Le syndrome a des manifestations similaires à de nombreuses maladies, ce qui rend difficile un diagnostic rapide. Les gens ne prêtent pas l'attention voulue aux signes de pathologie, ce qui aggrave la situation, en particulier pour les enfants. Les neurologues distinguent deux types de syndrome cérébrosthénique:

    • hyperdynamique - la condition se manifeste par une activité accrue, des troubles, une désinhibition;
    • l'apparence hypodynamique est caractérisée par la timidité, les larmes, la léthargie, la fatigue.

    Si vous traduisez le nom de la pathologie du latin, cela sonnera littéralement comme "faiblesse du cerveau". La déviation est également appelée trouble organique labile émotionnel (asthénique)..

    Le syndrome cérébrosthénique chez l'adulte et l'enfant est le résultat de lésions cérébrales ou d'une exposition à des facteurs défavorables, entraînant une réduction de la transmission des influx nerveux. Dans ce cas, tout le système nerveux souffre. Les symptômes sont similaires à l'image clinique d'un rhume, et également à l'image d'un surmenage général. Une caractéristique distinctive du développement de la pathologie est la diversité de ses manifestations, qui devient souvent la cause d'un diagnostic prématuré.

    Chez l'adulte, la croissance cérébrale survient après des maladies cérébrales antérieures de nature inflammatoire ou des lésions de cet organe. Chez les patients, les capacités intellectuelles diminuent, une apathie et une irritabilité excessive sont observées; ils souffrent de sautes d'humeur, de maux de tête et d'insomnie.

    L'évolution de la pathologie peut être explicite ou cachée, et cette dernière forme est la plus dangereuse: l'absence de symptômes évidents contribue au diagnostic tardif de la déviation, c'est-à-dire qu'elle est détectée lorsque la maladie est à un stade avancé.

    Le syndrome cérébrosthénique chez les enfants se manifeste par des troubles du développement général et, avec l'âge, ils se manifestent de plus en plus clairement. Dans ce cas, l'intellect peut être suffisant, mais l'incapacité à se concentrer et à se souvenir de grandes quantités d'informations contribue au fait que l'enfant est considérablement derrière ses pairs en termes de développement mental.

    La cérébration en traduction du latin se compose de deux mots: cerveau - cerveau et asthénie - impuissance, c'est-à-dire littéralement - impuissance du cerveau. On distingue les types athérosclérotiques, post-traumatiques et autres de la maladie..

    IMPORTANT! En raison du fait que les symptômes de la maladie sont similaires à ceux des infections virales respiratoires, des symptômes de fatigue chronique, le syndrome cérébrosthénique est souvent diagnostiqué au mauvais moment, ce qui entraîne des difficultés de traitement.

    Le trouble labile émotionnel organique, également appelé cérébration, est une conséquence des dommages organiques au cerveau, c'est-à-dire maladie de nature secondaire. Cette maladie neurologique se caractérise par une instabilité du comportement, une diminution de la capacité de travail, des maux de tête, des problèmes de mémoire et divers troubles autonomes.

    Un pourcentage suffisamment important de personnes atteintes de ce diagnostic sont des enfants. Cela est dû au fait que le cerveau des enfants est très sensible à divers types d'influences. Par conséquent, le syndrome cérébrosthénique d'un enfant peut survenir en raison d'une commotion cérébrale, d'un traumatisme crânien, de la peur, du stress, d'un choc nerveux. Mais le principal facteur de risque de la maladie est la pathologie de la grossesse et de l'accouchement - l'hypoxie fœtale, lorsque la carence en oxygène pendant le développement intra-utérin lors de la formation du système nerveux cause des dommages aux structures cérébrales.

    ATTENTION! Les parents d'un enfant souffrant d'asthénie cérébrale, ainsi que tous les membres de la famille, devraient essayer de créer une atmosphère favorable du point de vue psycho-émotionnel dans la maison, faire attention à l'état psychologique du bébé, concentrer son attention sur les succès, soutenir et encourager avec un mot aimable.

    La croissance cérébrale n'est pas une maladie, mais une condition spécifique qui survient lorsque le système nerveux et le corps humain précédemment endommagés ne peuvent pas faire face à la charge. Le syndrome combine un groupe de symptômes qui surviennent lorsqu'un dysfonctionnement cérébral. Cette condition est plus fréquente dans l'enfance en raison de l'immaturité du système nerveux, des lésions intra-utérines du système nerveux central, d'un traumatisme ou d'une maladie infectieuse..

    Chez l'adulte, le syndrome cérébrosthénique se développe avec une exposition constante à des facteurs négatifs sur le système nerveux ou le corps, qui étaient auparavant exposés à des facteurs dommageables.

    Les facteurs suivants peuvent provoquer le développement d'une pathologie chez l'adulte:

    • lésions cérébrales;
    • maladies infectieuses;
    • lésions toxiques;
    • maladie cérébrovasculaire;
    • autres maladies somatiques.

    Dans la pathogenèse du développement du syndrome cérébrosthénique, le rôle principal appartient à l'hypoxie cérébrale. Sous l'influence d'un traumatisme, d'un empoisonnement toxique ou d'un spasme des vaisseaux sanguins, les cellules cérébrales sont endommagées, certaines meurent, la formation et la transmission des influx nerveux ralentissent, le cerveau humain "s'affaiblit" et ne peut pas remplir pleinement ses fonctions - se souvenir, analyser et diffuser des informations.

    Chargement…

    Chez les enfants, le syndrome cérébrosthénique survient le plus souvent en raison d'une hypoxie intra-utérine ou d'un traumatisme à la naissance et se manifeste par une hypo ou une hyperactivité. Ces deux conditions ont en commun des difficultés de concentration, de fatigue et une diminution des performances. Les enfants atteints du syndrome cérébrosthénique sont beaucoup plus difficiles à faire face au travail scolaire ou à des activités supplémentaires, ils ont besoin de plus de temps pour se préparer, se reposer et dormir.

    Le syndrome cérébrosthénique ou CAS est un complexe de symptômes qui combine l'asthénie et d'autres troubles mentaux et neurologiques qui se développent en raison de dommages organiques au cerveau. ", C'est à dire. littéralement - impuissance cérébrale. Un synonyme de ce complexe de symptômes est l'asthénie cérébrale, l'asthénie, la croissance cérébrale, le syndrome asthénique.

    Ce complexe de symptômes peut survenir chez les enfants et les adultes, mais le plus souvent, il se produit et est déterminé pendant l'enfance. Le principal groupe à risque est celui des nouveau-nés. Parce que les conditions préalables à la survenue du syndrome cérébrosthénique sont toujours présentes in utero.

    L'incidence du syndrome cérébrosthénique chez l'enfant est de 3%.

    Étant donné que les mécanismes adaptatifs sont violés chez les enfants ayant une croissance cérébrale, le syndrome est plus souvent détecté pendant les périodes de stress - lors de l'inscription à la maternelle, à l'école.

    Il faut se méfier du syndrome cérébrosthénique en pédiatrie. Étant donné que les enfants éprouvent des difficultés d'apprentissage avec des formes légères de cérébration, ils n'écoutent pas attentivement leurs parents et leurs enseignants, se laissent aller et agissent, mais, malheureusement, ils peuvent «attribuer» tous ces symptômes à la détérioration de l'enfant. Et ils attendront que leur bébé grandisse.

    Les enfants ayant une croissance cérébrale ont non seulement besoin d'un traitement approprié, mais le style de vie, l'attitude et la compréhension des parents, des enseignants et des éducateurs jouent un rôle très important. Par conséquent, il est nécessaire de diagnostiquer à temps le syndrome cérébrosthénique chez l'enfant et d'informer les parents des signes de cette maladie.

    Le syndrome cérébrosthénique (CAS) est un trouble neurologique qui se manifeste par un ensemble de symptômes, notamment divers troubles mentaux, des écarts de comportement normal, une baisse de l'activité intellectuelle et des capacités d'apprentissage, une altération de la concentration, une perte de mémoire et des sautes d'humeur.

    Le nom identique est cérébration. Au cœur de cette maladie se trouve un trouble cérébral structurel.

    Une condition pathologique est un trouble névralgique caractérisé par une faiblesse irritable, qui se manifeste par une agressivité et une tendance aux poussées dans un état d'affect, dans un contexte de fatigue élevée et d'épuisement des processus mentaux..

    Le diagnostic du syndrome cérébrosthénique peut se produire à la fois chez un enfant (qui mérite une attention particulière chez les pédiatres) et dans la catégorie adulte des personnes.

    La manifestation évidente de la maladie dépend des causes provoquantes, de la gravité des lésions cérébrales, de la catégorie d'âge et de la capacité du corps à s'auto-réparer.

    Traitement du syndrome cérébrosthénique

    Le régime de traitement de la maladie implique un ensemble de mesures. Cela comprend la correction du mode de vie, la consommation de drogues, le soutien psychologique aux proches et aux spécialistes. Le patient a besoin:

    • éliminer les facteurs gênants - sons forts, lumière vive;
    • ne pas permettre un stress physique et psychologique important;
    • observer la routine quotidienne;
    • dormir au moins 8 heures;
    • marcher plus souvent dans la nature;
    • éviter le surmenage;
    • enfants et adultes assistent à des séances de psychologue.

    La thérapie combinée comprend des mesures pour restaurer le système nerveux du patient, améliorer la circulation sanguine, se détendre et améliorer l'humeur. Les neurologues recommandent aux patients:

    • cours de physiothérapie;
    • nageant dans la piscine;
    • la mise en place de séances de physiothérapie;
    • utilisation de procédures de massage;
    • cours de rééducation dans un sanatorium.

    La pharmacothérapie vise à normaliser les fonctions du cerveau, à éliminer les symptômes de la cérébration. Le traitement comprend la prise de tels médicaments:

    • nootropiques - activer les processus dans le cerveau, restaurer la mémoire, améliorer le fond émotionnel - Cerebrolysin, Piracetam;
    • antispasmodiques - soulagent les spasmes des vaisseaux sanguins, activent la circulation sanguine - Cavinton, Dibazol;
    • acides aminés - aident à la formation de nouvelles chaînes de neutrons - Glycine, acide nicotinique.

    Pour éliminer les symptômes du trouble cérébrosthénique, les médecins prescrivent plusieurs groupes de médicaments. Parmi les outils couramment utilisés:

    • adaptogènes - augmentent la résistance de l'organisme au stress - Pantocrine, échinacée;
    • antidépresseurs - ont un effet sédatif, soulagent l'irritabilité - Imipramine, doxépine;
    • somnifères - accélérer le processus d'endormissement - Donormil, Melaxen;
    • complexes de vitamines - favorisent une récupération rapide pendant l'hypoxie, améliorent le trophisme tissulaire - Vitrum, Vitabalance, Multivit.

    Avant de commencer une description détaillée du syndrome cérébrosthénique, il faut dire que ce n'est pas une sorte de maladie indépendante. Il s'agit d'un complexe de symptômes qui indiquent une condition pathologique du système nerveux central. Et ses raisons peuvent être différentes.

    L'enfant se fatigue pendant les cours à l'école

    En raison de processus pathologiques, le cerveau de l'enfant peut difficilement faire face aux tâches simples quotidiennes.

    Lorsque le syndrome cérébrosthénique est diagnostiqué chez les jeunes enfants, il est le plus souvent associé à des difficultés survenues au cours de son développement intra-utérin.

    Si la mère a pris des médicaments toxiques pendant la grossesse, a eu une maladie infectieuse grave ou s'il y avait diverses pathologies pendant la grossesse et que le fœtus a souffert d'hypoxie, le cerveau du bébé peut être affecté.

    Cependant, cette pathologie n'est pas toujours détectée à un âge précoce, en règle générale, elle se retrouve également chez les enfants en âge de fréquenter l'école primaire. Lors de la visite d'un jardin d'enfants, l'enfant reçoit des informations de manière ludique et est très dosé, donc, même en présence d'un syndrome cérébrosthénique, il l'apprend bien.

    Attention! L'école primaire est un très gros fardeau pour l'enfant - un grand flux d'informations, de nouvelles connaissances, un environnement inhabituel - l'adaptation d'un enfant en bonne santé est difficile, mais pour un enfant atteint du syndrome cérébrosthénique, cette période peut devenir un enfer.

    Très souvent, dans la vie de presque toutes les personnes adultes, il y a des phénomènes tels que: sautes d'humeur soudaines, mauvaise performance, distraction, négligence, fatigue.

    Si de tels phénomènes se manifestent souvent et en combinaison - cela peut indiquer une pathologie complexe appelée syndrome cérébrosthénique.

    Cette maladie est de nature neurologique..

    La manifestation d'une telle maladie est une détérioration de la mémoire, une fatigue intense avec un faible stress physique et mental, ainsi qu'une forte déplétion du corps et du système nerveux

    Dans le contexte du syndrome cérébrosthénique, des maladies neurologiques ou des dépressions nerveuses assez dangereuses se produisent. Par conséquent, un diagnostic rapide et un traitement approprié aideront à éviter le développement de la maladie..

    Il est également extrêmement important d'avoir une attitude tolérante envers le patient et une compréhension de l'état de la cérébration afin d'aggraver son développement..

    Une telle maladie, quels que soient le sexe et l'âge du patient, réduit sa capacité à rester éveillé et l'oblige à dormir longtemps..

    Il y a une suppression d'activité et, dans les cas graves, son arrêt complet.

    Les parents font souvent face à une fatigue accrue chez les enfants et l'associent à une charge scolaire accrue, visitant plusieurs cercles et sections. Cependant, derrière la fatigue, la fatigue, il peut y avoir un syndrome cérébrosthénique - une pathologie qui affecte le système nerveux.

    Le traitement de ce syndrome ne doit être effectué que sur la base des résultats de l'étude. Après cela, le médecin sélectionne une stratégie individuelle et un régime de traitement médicamenteux. Un point de traitement obligatoire pour les enfants et les adultes est une alimentation complète et appropriée.

    Avec le syndrome cérébrosthénique traumatique, seule une approche intégrée est nécessaire. Les méthodes de traitement de ces patients sont sélectionnées individuellement, mais il est nécessaire de se rappeler les caractéristiques liées à l'âge, la gravité des symptômes.

    Méthodes de traitement de la croissance cérébrale:

    • traitement médical. Prescrire des médicaments qui améliorent la rhéologie et le métabolisme du sang dans le cerveau, ainsi que pour soulager la tension nerveuse et normaliser l'éveil et le sommeil. Le but des médicaments nootropes et anti-angiaux, les vitamines B, les acides aminés (méthionine, lécithine, glutamine, glycine) est montré;
    • procédures physiothérapeutiques. L'amélioration de l'approvisionnement en sang et de la relaxation neuromusculaire est obtenue grâce au massage et à la balnéothérapie. Augmenter la perméabilité vasculaire, stimuler la circulation sanguine, les processus métaboliques sont effectués en utilisant l'UHF, la luminothérapie;
    • psychocorrection. Des cours sont nécessaires avec un psychologue, psychothérapeute pour les enfants de plus de quatre ans. Avec son aide, les fonctions cognitives se développent, l'équilibre émotionnel est rétabli;
    • ethnoscience. Avec l'utilisation correcte des infusions et des décoctions de plantes médicinales, un effet calmant et réparateur peut être obtenu..

    Ne vous auto-méditez pas. Le médecin doit prescrire un traitement!

    Le traitement du syndrome cérébral sthénique dépend de la raison pour laquelle vous avez des symptômes.

    Par exemple, les médecins corrigent une hypoglycémie avec du glucose, du jus, des bonbons et d'autres substances sucrées. Ceux qui ont des niveaux de sucre chroniquement bas peuvent avoir besoin de changer leur régime alimentaire; manger plus souvent..

    Le traitement des troubles psychologiques comprend les médicaments et la psychothérapie.

    Le syndrome cérébrosthénique est associé à un traumatisme psychologique précoce, à un traumatisme cérébral ou à des abus chroniques et des troubles associés.

    Un dysfonctionnement émotionnel peut être présent chez les personnes ayant des problèmes de santé mentale:

    • trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention;
    • troubles du spectre autistique;
    • trouble bipolaire;
    • changements de personnalité limite;
    • trouble de stress post-traumatique.

    Avec un trouble de la personnalité limite et un trouble de stress post-traumatique complexe, une sensibilité accrue aux stimuli entraîne un retour plus lent à un état émotionnel normal. Biologiquement, cela se manifeste par une déficience des régions corticales frontales du cerveau

    Les cellules cérébrales répondent généralement de manière adaptative aux problèmes de bioénergie résultant de l'activité continue dans les circuits neuronaux. En raison également de l'exposition à des facteurs énergétiques environnementaux, tels que la privation de nourriture, l'activité physique.

    Au niveau cellulaire, les réponses adaptatives incluent l '"amplification" de celles existantes, la formation de nouvelles synapses et la production de nouveaux neurones à partir de cellules souches.

    Au niveau moléculaire, les problèmes de bioénergie conduisent à l'activation de facteurs de transcription. Ils provoquent l'expression de protéines qui améliorent la résistance des neurones aux stress métaboliques, oxydants, excitotoxiques et protéotoxiques. Par exemple, avec des troubles cérébraux, notamment un AVC, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson.

    La physiologie humaine est le résultat de millions d'années d'évolution dans des conditions environnementales difficiles, une disponibilité alimentaire limitée. Des changements rapides et soudains dans le mode de vie des sociétés humaines modernes ont entraîné une augmentation de la fréquence des troubles métaboliques (par exemple, diabète, obésité, syndrome métabolique, hyperlipidémie).

    La sélection naturelle positive des gènes qui réduisent le taux métabolique tout en maintenant l'efficacité cognitive a permis aux gens de survivre à des périodes de disponibilité alimentaire limitée. Mais ces gènes peuvent être nocifs lorsque la nourriture est abondante.

    En cas de suspicion de cérébration, un certain nombre d'examens sont nécessaires. En particulier, l'échographie des vaisseaux, l'IRM et la TDM du cerveau, l'électroencéphalographie sont nécessaires.

    Le traitement du syndrome est complexe et comprend nécessairement la prise de médicaments, la conduite de procédures physiothérapeutiques, la création de conditions spécifiques pour la vie du patient et la fourniture d'une assistance psychologique par des spécialistes et des proches.

    Tableau 1. Méthodes de correction de l'état du syndrome cérébrosthénique

    La méthode de guérison et ses objectifsNoms des médicaments / procédures
    Prendre des médicaments. La méthode vise à améliorer le fonctionnement du cerveau et à éliminer les effets de l'hypoxie.· Médicaments nootropes qui améliorent la fonction cérébrale et stimulent les processus qui s'y produisent - aminolone, piracétam;

    · Antispasmodiques nécessaires pour éliminer les spasmes des vaisseaux sanguins. Lors de la prise de médicaments de ce groupe, il y a une amélioration de la circulation cérébrale. Il s'agit notamment du dibazole, du cavinton;

    Adaptogènes qui augmentent la résistance du système nerveux au stress. Comme tels agents sont utilisés des préparations avec des extraits de plantes - aloès, ginseng, échinacée;

    · Complexes de vitamines contenant de la vitamine B. Ces médicaments accélèrent le processus de récupération après une privation d'oxygène du cerveau.

    Procédures physiothérapeutiques qui aident à soulager les tensions.· Acupuncture;

    · Baignade avec des minéraux;

    · Applications utilisant de la boue thérapeutique.

    Physiothérapie. L'objectif principal de la méthode est de détendre l'enfant.Cours collectifs ou individuels avec inclusion d'exercices du complexe de thérapie par l'exercice.
    Ostéopathie. Il s'agit d'une direction moderne de la médecine alternative, qui est basée sur l'action de mains spécialisées..À l'aide de simples manipulations de caresses, de pressions, de frottements, le médecin supprime les effets du stress, élimine les écarts psychologiques, stimule la circulation sanguine.
    • Le syndrome cérébrosthénique est un trouble neurologique non spécifique, qui est un complexe de symptômes qui surviennent avec diverses maladies du cerveau, du système nerveux ou avec un surmenage général du corps..
    • Cette condition est caractérisée par une diminution de la capacité de travail, une fatigabilité rapide, des problèmes de mémoire et de concentration de l'attention, une labilité de l'humeur, des maux de tête et divers troubles autonomes.
    • Ces dernières années, le nombre de personnes d'âges différents, y compris les enfants souffrant de croissance cérébrale a augmenté plusieurs fois, de sorte que le problème du traitement et de la prévention de cette pathologie est aujourd'hui considéré comme l'un des plus urgents en neurologie et en psychiatrie.
    Les pilules ne sont pas une option. Vous devez d'abord déterminer la raison.
    La méthode de guérison et ses objectifsNoms des médicaments / procédures
    Prendre des médicaments. La méthode vise à améliorer le fonctionnement du cerveau et à éliminer les effets de l'hypoxie.· Médicaments nootropes qui améliorent la fonction cérébrale et stimulent les processus qui s'y produisent - aminolone, piracétam;

    · Antispasmodiques nécessaires pour éliminer les spasmes des vaisseaux sanguins. Lors de la prise de médicaments de ce groupe, il y a une amélioration de la circulation cérébrale. Il s'agit notamment du dibazole, du cavinton;

    Adaptogènes qui augmentent la résistance du système nerveux au stress. Comme tels agents sont utilisés des préparations avec des extraits de plantes - aloès, ginseng, échinacée;

    · Complexes de vitamines contenant de la vitamine B. Ces médicaments accélèrent le processus de récupération après une privation d'oxygène du cerveau.

    Procédures physiothérapeutiques qui aident à soulager les tensions.· Acupuncture;

    · Baignade avec des minéraux;

    · Applications utilisant de la boue thérapeutique.

    Physiothérapie. L'objectif principal de la méthode est de détendre l'enfant.Cours collectifs ou individuels avec inclusion d'exercices du complexe de thérapie par l'exercice.
    Ostéopathie. Il s'agit d'une direction moderne de la médecine alternative, qui est basée sur l'action de mains spécialisées..À l'aide de simples manipulations de caresses, de pressions, de frottements, le médecin supprime les effets du stress, élimine les écarts psychologiques, stimule la circulation sanguine.

    Mécanisme de développement

    Le trouble nommé est considéré comme faisant partie du complexe symptomatique des troubles du cerveau.

    L'écart n'a pas sa place dans le classificateur international, ce qui est compréhensible. Cependant, le plus souvent, un diagnostic est posé tel que l'état sous le code selon la CIM-10 F06.6.

    Il s'agit d'une sorte de sous-groupe généralisé, qui est subdivisé encore plus en fraction pour décrire plus précisément l'état.

    Et ici les difficultés commencent. Parce que la base du mécanisme n'est pas un ou même deux facteurs, mais un énorme groupe possible.

    Dans tous les cas, le début du processus de la maladie est une lésion organique du cerveau. Quel type dépend du cas.

    • Hypoxie intra-utérine (situation fréquente).
    • Dommages lors de la résolution naturelle de la grossesse, lors du passage par le canal génital de la mère.
    • Dommages infectieux aux structures cérébrales, tumeurs, processus épileptique, troubles mentaux, autres maladies somatiques.

    Une grande variété d'options, l'identification d'un provocateur spécifique est une tâche diagnostique, sans une compréhension claire de la nature du trouble, il ne peut y avoir de traitement complet. Les médecins seront obligés de combattre les symptômes en répétant le cours à nouveau.

    Ensuite, le processus est bouclé. Les troubles organiques entraînent des changements dans le système nerveux central, et l'affaiblissement et la randomisation du fonctionnement des structures cérébrales aggravent encore plus les changements.

    Le cerveau continue de se transformer anormalement, ce qui ressort clairement des résultats d'un diagnostic objectif.

    Au fil du temps, sans traitement, des changements irréversibles se produisent dans le cortex, les hémisphères et les structures profondes. La récupération devient en principe impossible. Nous devons faire face aux conséquences. Avec un succès variable, un tel traitement est effectué pendant des années sans garanties..

    En fin de compte, une invalidité peut survenir en raison d'un trouble cérébral critique, d'une déficience mentale et d'autres problèmes, bien que cela soit extrêmement rare.

    Les phénomènes de déficit se produisent chez les enfants plusieurs fois plus souvent, avec un mécanisme identique pour le développement de perspectives sans traitement de haute qualité en cours, bien pire.

    Mécanisme de développement

    Les raisons qui conduisent à l'apparition du syndrome cérébrosthénique sont les conditions du corps dans lesquelles le tissu cérébral subit des changements structurels. Ils peuvent survenir avec des écarts et des maladies telles que:

    • Blessures à la naissance qui contribuent à l'asphyxie du nouveau-né;
    • Infection intra-utérine du fœtus;
    • Le cours pathologique de la grossesse;
    • Intoxication du corps d'une femme portant un fœtus avec des médicaments;
    • Prématurité de l'enfant;
    • Syndrome MMD (dysfonctionnement cérébral minimal);

    Le rééducateur Sergei Nikolaïevitch Agapkin comprend les causes, les symptômes et le traitement de l'encéphalite à tiques:

    • Blessures à la tête;
    • Méningite (en savoir plus sur les symptômes de la méningite chez les enfants sur le lien);
    • Encéphalite;
    • Athérosclérose;
    • Mener une intervention chirurgicale, à la suite de laquelle un saignement postopératoire se produit, la pression diminue, le métabolisme électrolytique est perturbé;
    • Infections bactériennes et virales.

    Tous les phénomènes ci-dessus provoquent une privation d'oxygène du cerveau. Le manque d'oxygène détermine directement l'état d'un adulte ou d'un enfant: les patients éprouvent constamment de la somnolence, de l'apathie, un désir d'arrêter toute activité.

    Dans une plus large mesure, les nouveau-nés sont touchés par cette pathologie, car la maladie survient souvent même au moment du développement fœtal, en présence de facteurs provoquants. Le corps d'une femme enceinte est particulièrement sensible à diverses maladies, et si la future mère ne surveille pas l'état de santé, prend de l'alcool, des conditions spéciales sont créées qui augmentent le risque de pathologie chez l'enfant.

    Complications et conséquences du syndrome cérébrosthénique

    Avec la détection rapide du syndrome cérébrosthénique et la mise en place d'un traitement adéquat, les symptômes de cette maladie s'améliorent, mais une détection ultérieure menace les complications suivantes:

    • dans l'enfance, un retard de développement difficile à compenser est caractéristique. Par conséquent, ces enfants fréquentent souvent des jardins d'enfants spécialisés, des écoles;
    • une tendance à l'apparition de troubles mentaux, par exemple, des troubles dépressifs, hypocondriaux, de type névrotique, d'anxiété et de panique. Les changements dans la psyché entraînent une perturbation d'autres organes et systèmes: le tractus gastro-intestinal, les systèmes cardiovasculaire et urinaire. Chez ces enfants, des maladies infectieuses se produisent souvent;
    • violation de la formation de la personnalité de l'enfant. Ces enfants ont besoin d'un soutien constant, de l'amour, de l'élimination des situations stressantes et émotionnelles;
    • propension à un comportement antisocial à l'avenir (alcool, drogues, suicide).

    Le trouble cérébrosthénique est un stress sévère pour le système nerveux. Le syndrome entraîne de graves complications, notamment en cas de diagnostic tardif et d'absence de traitement. Dans l'enfance, les conséquences pathologiques suivantes sont observées:

    • retard dans le développement intellectuel;
    • réticence à effectuer des actions associées au stress mental;
    • difficultés à maîtriser le programme scolaire;
    • comportement antisocial;
    • tendance à l'influence négative des pairs;
    • névrose.

    Diagnostic tardif, refus de consulter un médecin, un traitement prématuré entraîne des risques de conséquences graves chez les patients adultes. Le patient développe:

    • déviations psychiques;
    • pathologie du système cardiovasculaire;
    • Une dépression
    • hypocondrie;
    • névrose;
    • trouble panique;
    • insomnie chronique;
    • désordres digestifs.

    Syndrome cérébrosthénique (CAS) chez l'enfant et l'adulte: causes, signes, traitement

    Le syndrome cérébrosthénique (CAS, croissance cérébrale) est un complexe de symptômes complexes, comprenant une variété d'anomalies psycho-émotionnelles, des troubles du comportement, une capacité de travail mental et une capacité d'apprentissage réduites. Les patients atteints du syndrome cérébrosthénique sont généralement vus par un neurologue..

    Parmi les patients avec un diagnostic de CAS, les enfants prédominent. Ce n'est pas accidentel, car le cerveau des enfants est très sensible aux effets indésirables non seulement au cours des premières années de la vie, mais également au stade de la formation du système nerveux lors du développement fœtal.

    La base de l'asthénie cérébrale est une lésion organique du cerveau, et ses manifestations peuvent être si diverses que ce n'est pas toujours un diagnostic précis qui est fait à temps. Les adultes attribuent ses manifestations à la fatigue, à l'âge, aux traumatismes antérieurs ou aux infections, sans accorder l'attention voulue à la progression de la pathologie.

    En cas de cérébration, les patients ont besoin non seulement d'un traitement approprié, mais aussi d'un mode de vie particulier, des relations entre parents et amis et de la compréhension de la part des enseignants. À cet égard, un diagnostic opportun de la CAS et une information des proches sur les caractéristiques de la pathologie ont beaucoup de sens.

    A. Olesya Valeryevna, candidate aux sciences médicales, médecin en exercice, professeur d'une université de médecine

    Syndrome cérébrosthénique chez l'enfant et l'adulte: CIM-10, symptômes et traitement

    La classification de la maladie se produit en fonction de la nature de l'évolution du syndrome cérébrosthénique.

    Deux de ses types se distinguent:

    • Caché. C'est la variante la plus dangereuse de l'évolution de la maladie, car des symptômes évidents apparaissent, ce qui conduit à un diagnostic tardif. Aussi, pendant longtemps, une personne essaie de se guérir, attribuant l'agressivité et la fatigue au traitement et au stress;
    • Explicite. Il existe une symptomatologie claire du syndrome cérébrosthénique. S'il y a de tels signes, la personne se rend à l'hôpital, ce qui vous permet de déterminer la maladie aux premiers stades de développement.

    Le psychothérapeute de la plus haute catégorie Oleg Viktorovich

    Le syndrome cérébrosthénique est un trouble neurologique caractérisé par une diminution du travail mental et des capacités d'apprentissage. Il survient chez les personnes de tout âge, y compris les enfants et les adolescents..

    La maladie se développe principalement en raison de lésions organiques du cerveau..

    La croissance cérébrale nécessite des soins médicaux en temps opportun et un traitement complet, sinon la pathologie affecte négativement la qualité de vie et l'activité professionnelle du patient.

    Syndrome cérébrosthénique: causes, symptômes, traitement et pronostic

    Qu'est-ce que le syndrome cérébrosthénique??

    Le syndrome cérébrosthénique ou CAS est un complexe de symptômes qui combine l'asthénie et d'autres troubles mentaux et neurologiques qui se développent en raison de dommages organiques au cerveau.
    Traduit du latin, «syndrome cérébrosthénique» signifie «cerveau - cerveau» et «asthénie - impuissance, faiblesse», c'est-à-dire littéralement - impuissance cérébrale. Un synonyme de ce complexe de symptômes est l'asthénie cérébrale, l'asthénie, la croissance cérébrale, le syndrome asthénique.

    Ce complexe de symptômes peut survenir chez les enfants et les adultes, mais le plus souvent, il se produit et est déterminé pendant l'enfance. Le principal groupe à risque est celui des nouveau-nés. Parce que les conditions préalables à la survenue du syndrome cérébrosthénique sont toujours présentes in utero.

    L'incidence du syndrome cérébrosthénique chez l'enfant est de 3%.

    Étant donné que les mécanismes adaptatifs sont violés chez les enfants ayant une croissance cérébrale, le syndrome est plus souvent détecté pendant les périodes de stress - lors de l'inscription à la maternelle, à l'école.

    Il faut se méfier du syndrome cérébrosthénique en pédiatrie. Étant donné que les enfants éprouvent des difficultés d'apprentissage avec des formes légères de cérébration, ils n'écoutent pas attentivement leurs parents et leurs enseignants, se laissent aller et agissent, mais, malheureusement, ils peuvent «attribuer» tous ces symptômes à la détérioration de l'enfant. Et ils attendront que leur bébé grandisse.

    Les enfants ayant une croissance cérébrale ont non seulement besoin d'un traitement approprié, mais le style de vie, l'attitude et la compréhension des parents, des enseignants et des éducateurs jouent un rôle très important. Par conséquent, il est nécessaire de diagnostiquer à temps le syndrome cérébrosthénique chez l'enfant et d'informer les parents des signes de cette maladie.

    Armée et cérébration

    Qu'ils s'enrôlent dans l'armée si une personne a été diagnostiquée avec le syndrome cérébrosthénique est un sujet de préoccupation pour de nombreux jeunes et leurs parents. L'armée et le syndrome cérébrosthénique ne s'excluent pas mutuellement. La décision finale est prise par une commission spéciale du commissariat militaire. Malgré le fait que le passage du service militaire puisse aggraver le cours d'un trouble neurologique dû au stress et à la lourde charge de travail, la croissance cérébrale n'est pas sur la liste des maladies exemptées de l'armée. En règle générale, le report du service militaire en cas de croissance cérébrale n'est pas donné, sauf pour les cas de troubles neurologiques compliqués.

    Symptômes du syndrome cérébrosthénique

    Symptômes du syndrome cérébrosthénique chez les enfants et les adultes:

    • déficience de mémoire;
    • retard du développement de la parole;
    • retard intellectuel;
    • retard du développement physique;
    • énurésie nocturne;
    • humeur maussade;
    • altération de la concentration de l'attention;
    • larmoiement;
    • susceptibilité;
    • trouble du sommeil;
    • mal de crâne;
    • vertiges;
    • fatigue après l'effort mental et physique;
    • labilité émotionnelle;
    • diminution ou augmentation de l'appétit;
    • dépendance climatique;
    • agressivité;
    • mal des transports rapide, sur une balançoire, des promenades, etc.
    • intolérance au bruit;
    • intolérance à un éclairage lumineux;
    • transpiration accrue;
    • violation des réactions adaptatives.

    Les seins atteints du syndrome cérébrosthénique pleurent longtemps et anxieusement, dorment mal, crachent souvent.

    Symptômes chez les patients adultes

    Les manifestations de la croissance cérébrale chez les personnes matures (les adolescents de 13 à 15 ans et plus peuvent être attribués ici) sont plus stables et moins menaçantes.

    Étant donné que le cerveau est principalement formé (le processus se termine en moyenne par 21-22 ans.), La déficience mentale n'est pas si prononcée, mais il y a encore suffisamment de violations.

    Maux de tête

    Pas nécessaire. S'ils le sont, l'intensité est de minime à moyenne. Cela dépend beaucoup du diagnostic sous-jacent. Origine de la pathologie.

    Localisation - temples, nuque, région pariétale. On retrouve le plus souvent une nature diffuse et diffuse de la douleur. Partout sur ma tête à la fois.

    Labilité émotionnelle

    Le patient devient instable. Il est maintenant de bonne humeur, puis déprimé et sombre.

    Dans tous les cas, il y a une augmentation de l'irritabilité, de l'agressivité sans raison apparente et de la motivation extérieure. Après un flash aigu, le patient ressent une fatigue sans précédent, tombe. Il a besoin d'une récupération.

    De tels sauts dans le contexte émotionnel dans un système de fatigue critique après un épisode de colère indiquent clairement la SAE, et souvent les personnes souffrant sont constamment déprimées, presque déprimées.

    Distraction

    L'incapacité à se concentrer normalement sur le sujet, même avec un grand désir.

    Il fait partie du déficit intellectuel, qui devient un fidèle compagnon du patient au fil des années, s'il n'y a pas de traitement spécifique du trouble.

    Fatigue

    Même avec un minimum de stress physique, en particulier mental. Le patient est incapable d'exécuter des tâches de travail. La capacité d'apprentissage souffre, en particulier dans les années scolaires et étudiantes.

    Il peut y avoir des problèmes avec les services domestiques si le processus est allé assez loin pour provoquer de tels écarts graves dans la vie quotidienne.

    Insomnie

    L'impossibilité d'une nuit de sommeil normale en raison de fréquents réveils spontanés. Elle est causée par une violation de la régulation des processus d'inhibition et d'excitation dans le système nerveux central.

    Signes végétatifs

    Ils sont présents presque toujours, mais ne se produisent pas dans tous les cas immédiatement. Parmi eux: palpitations, transpiration, essoufflement et autres phénomènes similaires.

    Déviations du processus de réflexion, perte de mémoire

    Une personne ne passe pas si rapidement à une autre tâche, ne peut pas terminer facilement ce qu'elle faisait habituellement. Cela prend beaucoup plus de temps.

    La déficience intellectuelle peut être surmontée à presque tous les stades de la maladie.

    Les symptômes sont causés par la malnutrition ou des structures cérébrales inefficaces.

    Les déviations intellectuelles et comportementales sont le résultat d'un mécanisme compensatoire complexe. Le cerveau essaie de réduire le besoin de nutrition et de respiration et réduit le potentiel de son propre travail. Parce que les actions habituelles sont exécutées avec difficulté.

    Formes du syndrome cérébrosthénique chez les enfants

    Il existe 2 formes de cérébration:

    1. Asthénohyperdynamique, caractérisée par une excitabilité accrue, l'agressivité, l'incontrôlabilité, la nervosité, la labilité émotionnelle, l'activité excessive des enfants.
    2. Astenoadynamic, se manifestant par les syndromes suivants: indifférence, léthargie, faiblesse, larmoiement, perte d'appétit, léthargie, faible intérêt pour les jeux et l'apprentissage. Ces enfants sont souvent raillés à l'école..

    Manifestations de l'asthénie cérébrale

    Une soi-disant «faiblesse irritable» est considérée comme une manifestation typique de la CAS, lorsqu'une diminution de l'activité fonctionnelle du cerveau est combinée avec de l'irritabilité et d'autres changements psycho-émotionnels..

    Aux stades initiaux, les symptômes de la SAE sont réduits à une fatigue accrue, une certaine apathie, une somnolence, un désir de se reposer plus souvent, donc les patients adultes peuvent facilement être pris pour un surmenage ou le résultat de stress fréquents. Dans le contexte d'une sensation constante de fatigue, l'irritabilité se joint, ce qui draine le patient et le fait demander de l'aide.

    À mesure que la dysfonction cérébrale progresse, les symptômes suivants apparaissent parmi les symptômes:

    • Mémoire diminuée, capacité à se concentrer;
    • Capacité d'apprentissage réduite;
    • Fatigue, même avec une activité mentale ou physique mineure;
    • Troubles du sommeil - insomnie ou, à l'inverse, somnolence;
    • Maux de tête, nausées;
    • Sensibilité aux intempéries, mauvaise tolérance à la chaleur;
    • Stray, agitation chez les enfants;
    • Instabilité émotionnelle.

    Diagnostic du syndrome cérébrosthénique

    Le diagnostic de la croissance cérébrale est basé sur des méthodes cliniques, physiques, instrumentales et de laboratoire. Un grand nombre d'études sont nécessaires en raison de la non-spécificité de ce complexe de symptômes pour exclure des conditions pathologiques telles que immunologiques, hématologiques, infectieuses, etc..

    • la méthode clinique consiste en un examen approfondi, une collecte d'anamnèse et des antécédents. Il est utilisé par un thérapeute (pour les adultes) ou un pédiatre (pour les enfants), un neurologue, un psychiatre;
    • La méthode physique est réalisée par un pédiatre chez l'enfant et un médecin généraliste chez l'adulte. Elle consiste à inspecter s'il existe un organe interne de la part de l'ouvrage. Écoute, palpe et percute les poumons, le cœur, le tractus gastro-intestinal. Un neurologue évalue la symétrie, l'adéquation et la formation d'une activité réflexe. Ils déterminent également le retard dans le développement intellectuel, physique et de la parole;
    • méthode psychodiagnostique. Le psychiatre évalue les fonctions cognitives - attention, mémoire, pensée;
    • méthode instrumentale. L'électroencéphalographie (EEG), la rhéoencéphalographie (REG), l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et le diagnostic par ultrasons de la tête et du cou (USDG) sont effectués. Avec le syndrome cérébrosthénique, l'infériorité vasculaire, le travail déséquilibré des influx nerveux, etc. sont évalués;
    • La méthode de laboratoire consiste en la nomination d'un test sanguin général (OAC) et biochimique. Cette étude est menée pour exclure l'anémie, le diabète, les maladies infectieuses et autres qui peuvent présenter des symptômes similaires..

    Diagnostique

    En cas de symptômes de cérébration, le patient doit être examiné par un psychiatre

    Le diagnostic du syndrome cérébrosthénique nécessite un examen approfondi, car les symptômes de la maladie sont similaires aux signes d'un certain nombre d'autres maladies neurologiques. Un diagnostic différentiel doit être effectué pour exclure la névrose, la neurasthénie, le stress, la dépression.

    En règle générale, pour le diagnostic:

    • test réflexe;
    • examen physique;
    • essai;
    • IRM de la tête;
    • électroencéphalographie;
    • dopplerographie cérébrale.

    Le diagnostic est posé par un neurologue. Le patient doit en outre être examiné par un thérapeute et un psychiatre.

    Complications et conséquences du syndrome cérébrosthénique

    Avec la détection rapide du syndrome cérébrosthénique et la mise en place d'un traitement adéquat, les symptômes de cette maladie s'améliorent, mais une détection ultérieure menace les complications suivantes:

    • dans l'enfance, un retard de développement difficile à compenser est caractéristique. Par conséquent, ces enfants fréquentent souvent des jardins d'enfants spécialisés, des écoles;
    • une tendance à l'apparition de troubles mentaux, par exemple, des troubles dépressifs, hypocondriaux, de type névrotique, d'anxiété et de panique. Les changements dans la psyché entraînent une perturbation d'autres organes et systèmes: le tractus gastro-intestinal, les systèmes cardiovasculaire et urinaire. Chez ces enfants, des maladies infectieuses se produisent souvent;
    • violation de la formation de la personnalité de l'enfant. Ces enfants ont besoin d'un soutien constant, de l'amour, de l'élimination des situations stressantes et émotionnelles;
    • propension à un comportement antisocial à l'avenir (alcool, drogues, suicide).

    Symptômes de croissance cérébrale

    La croissance cérébrale se manifeste par une faiblesse physique, de la fatigue, de la somnolence et une diminution de la concentration de l'attention.

    Le syndrome cérébrosthénique, dont les symptômes dépendent de la gravité des troubles du système nerveux sympathique, doit être diagnostiqué à temps.

    Le mot «syndrome» au nom de ce diagnostic signifie que la pathologie présente toute une gamme de symptômes caractéristiques qui peuvent survenir à la fois collectivement et individuellement..

    Le syndrome cérébrosthénique avec troubles bénins se caractérise par:

    • fatigue;
    • mal de crâne;
    • sautes d'humeur fréquentes;
    • diminution de la durée d'attention;
    • perte d'intérêt pour la vie;
    • troubles du sommeil.

    De tels symptômes ne peuvent que déranger périodiquement le patient, par exemple dans un contexte de stress. De plus, une forme légère de cérébration peut se manifester avec seulement quelques symptômes, par exemple, seulement un mal de tête et une faiblesse.

    Le syndrome cérébrosthénique sévère se caractérise par des symptômes graves. Les patients notent de brusques sautes d'humeur. On distingue les formes de perturbation hyperdynamiques et hypodynamiques..

    La forme hyperdynamique est caractérisée par des irritations, une irritabilité, une agitation générale. Les manifestations et les symptômes de cette forme de syndrome cérébrosthénique peuvent s'accompagner d'une agressivité accrue.

    Le syndrome cérébrosthénique hypodynamique se manifeste par l'apathie et la labilité émotionnelle. Les patients perdent tout intérêt pour la vie, se sentent dépassés et constamment fatigués, ne dorment pas suffisamment, même s'ils dorment beaucoup. Cette forme de violation s'accompagne d'une violation de la capacité d'absorption de nouvelles informations..

    Le syndrome cérébrosténique se caractérise par un syndrome céphalique spécifique, ou maux de tête. Ce trouble neurologique se caractérise par des céphalées de tension.

    Quelle est la maladie dangereuse??

    Avec la croissance cérébrale, les écoliers ont plus de mal à étudier, l'échec scolaire se développe souvent, des phobies et des peurs apparaissent

    Le syndrome cérébrosthénique post-traumatique, ainsi qu'une violation dans le contexte d'infections cérébrales antérieures, sont dangereux pour le développement de complications.

    Les enfants peuvent souffrir d'un retard mental. Si la pathologie est apparue chez un enfant d'âge scolaire primaire, de faibles performances scolaires chez les sujets nécessitant une concentration d'attention peuvent être observées. Ces enfants sont agités, rapidement fatigués, ne manifestent pas d'intérêt pour les jeux de plein air et essaient souvent d'éviter de communiquer avec leurs pairs.

    La croissance cérébrale affecte négativement la psyché du patient. Dans le contexte de ce trouble neurologique, les complications suivantes peuvent se développer:

    • névrose (neurasthénie);
    • une dépression;
    • crises de panique;
    • Troubles anxieux
    • phobies.

    La croissance cérébrale conduit également au développement d'un certain nombre de troubles physiques. Tout d'abord, il y a des problèmes avec le système digestif. Cela se manifeste par une détérioration de l'appétit, des nausées, de la constipation.

    Dans le contexte de la cérébration, un affaiblissement du système immunitaire se produit souvent, ce qui fait qu'une personne est plus souvent malade du SRAS et des maladies inflammatoires.

    Pour les adultes, la cérébration est lourde de problèmes au travail, jusqu'à une dégradation notable des compétences professionnelles.

    La déficience neurologique est une inadaptation sociale potentiellement dangereuse d'une personne de tout âge. La cérébration chez les enfants et les adolescents peut conduire à un comportement antisocial à l'avenir. Ces enfants sont sujets à des dépendances dangereuses, souffrent d'hypocondrie et peuvent même tenter de se suicider.

    Quels symptômes doivent être traités: premiers signes

    Consultez immédiatement un médecin si les symptômes suivants apparaissent:

    • détérioration du bien-être à la chaleur;
    • faiblesse et malaise dans une pièce étouffante;
    • la dépendance aux conditions météorologiques, qui n'avait pas été observée auparavant;
    • faiblesse grave;
    • troubles du sommeil;
    • diminution des performances;
    • déficience de mémoire;
    • apathie et syndrome asthénique;
    • sautes d'humeur;
    • céphalée.

    L'un des premiers symptômes du syndrome cérébrosthénique est une détérioration du bien-être avec des différences de pression atmosphérique. Dans ce cas, un mal de tête douloureux ou lancinant apparaît.

    Traitement du syndrome cérébrosthénique

    Le traitement de ce syndrome ne doit être effectué que sur la base des résultats de l'étude. Après cela, le médecin sélectionne une stratégie individuelle et un régime de traitement médicamenteux. Un point de traitement obligatoire pour les enfants et les adultes est une alimentation complète et appropriée.

    Avec le syndrome cérébrosthénique traumatique, seule une approche intégrée est nécessaire. Les méthodes de traitement de ces patients sont sélectionnées individuellement, mais il est nécessaire de se rappeler les caractéristiques liées à l'âge, la gravité des symptômes.

    Méthodes de traitement de la croissance cérébrale:

    • traitement médical. Prescrire des médicaments qui améliorent la rhéologie et le métabolisme du sang dans le cerveau, ainsi que pour soulager la tension nerveuse et normaliser l'éveil et le sommeil. Le but des médicaments nootropes et anti-angiaux, les vitamines B, les acides aminés (méthionine, lécithine, glutamine, glycine) est montré;
    • procédures physiothérapeutiques. L'amélioration de l'approvisionnement en sang et de la relaxation neuromusculaire est obtenue grâce au massage et à la balnéothérapie. Augmenter la perméabilité vasculaire, stimuler la circulation sanguine, les processus métaboliques sont effectués en utilisant l'UHF, la luminothérapie;
    • psychocorrection. Des cours sont nécessaires avec un psychologue, psychothérapeute pour les enfants de plus de quatre ans. Avec son aide, les fonctions cognitives se développent, l'équilibre émotionnel est rétabli;
    • ethnoscience. Avec l'utilisation correcte des infusions et des décoctions de plantes médicinales, un effet calmant et réparateur peut être obtenu..

    Ne vous auto-méditez pas. Le médecin doit prescrire un traitement!

    Mécanisme de développement

    Le trouble nommé est considéré comme faisant partie du complexe symptomatique des troubles du cerveau.

    L'écart n'a pas sa place dans le classificateur international, ce qui est compréhensible. Cependant, le plus souvent, un diagnostic est posé tel que l'état sous le code selon la CIM-10 F06.6.

    Il s'agit d'une sorte de sous-groupe généralisé, qui est subdivisé encore plus en fraction pour décrire plus précisément l'état.

    Et ici les difficultés commencent. Parce que la base du mécanisme n'est pas un ou même deux facteurs, mais un énorme groupe possible.

    Dans tous les cas, le début du processus de la maladie est une lésion organique du cerveau. Quel type dépend du cas.

    • Hypoxie intra-utérine (situation fréquente).
    • Dommages lors de la résolution naturelle de la grossesse, lors du passage par le canal génital de la mère.
    • Dommages infectieux aux structures cérébrales, tumeurs, processus épileptique, troubles mentaux, autres maladies somatiques.

    Une grande variété d'options, l'identification d'un provocateur spécifique est une tâche diagnostique, sans une compréhension claire de la nature du trouble, il ne peut y avoir de traitement complet. Les médecins seront obligés de combattre les symptômes en répétant le cours à nouveau.

    Ensuite, le processus est bouclé. Les troubles organiques entraînent des changements dans le système nerveux central, et l'affaiblissement et la randomisation du fonctionnement des structures cérébrales aggravent encore plus les changements.

    Le cerveau continue de se transformer anormalement, ce qui ressort clairement des résultats d'un diagnostic objectif.

    Au fil du temps, sans traitement, des changements irréversibles se produisent dans le cortex, les hémisphères et les structures profondes. La récupération devient en principe impossible. Nous devons faire face aux conséquences. Avec un succès variable, un tel traitement est effectué pendant des années sans garanties..

    En fin de compte, une invalidité peut survenir en raison d'un trouble cérébral critique, d'une déficience mentale et d'autres problèmes, bien que cela soit extrêmement rare.

    Les phénomènes de déficit se produisent chez les enfants plusieurs fois plus souvent, avec un mécanisme identique pour le développement de perspectives sans traitement de haute qualité en cours, bien pire.

    Prédiction et prévention de la croissance cérébrale

    Si l'assistance médicale, psychologique et pédagogique est correctement fournie, le pronostic du syndrome cérébro-sthénique est favorable. Les symptômes deviennent moins prononcés et disparaissent à l'adolescence.

    Lors de la planification d'un enfant, un examen approfondi de la femme et le traitement des maladies identifiées sont nécessaires.

    Afin de prévenir les syndromes de croissance cérébrale et ses exacerbations, il est nécessaire de surveiller attentivement l'état général du bébé: dans les premiers stades, déterminer la cause de la fatigue, de la faiblesse, de la somnolence ou de l'hyperactivité, des mauvaises performances à l'école, etc. Le sommeil et l'éveil doivent être observés..

    Il est nécessaire de réduire le nombre de situations stressantes pour le bébé. Vous avez besoin d'attention et d'une manifestation d'amour pour l'enfant (câlins, louanges, soutien, etc.).

    Réduisez le temps passé devant l'ordinateur et la télévision, car ils surexcitent le système nerveux.

    Les causes

    Il existe de nombreux facteurs provocateurs. Il convient de considérer les plus courants.

    Chez les enfants, les coupables sont le plus souvent les suivants:

    • Hypoxie intra-utérine. Manque d'oxygène, une petite quantité pénètre dans le fœtus pendant la période de gestation, car un trouble chronique ou la phase critique survient à un moment où le liquide amniotique est déversé et le placenta cesse de fonctionner, comme il se doit.

    La probabilité de croissance cérébrale n'est pas de cent pour cent, mais plusieurs fois plus élevée que dans des conditions normales.

    • Blessure à la naissance. Elle s'accompagne de lésions cérébrales lors de la résolution de la gestation. Affecte une estimation inadéquate de la taille du fœtus pendant le processus naturel, tête trop large.

    Aussi, la durée de l'action elle-même, qui n'est pas moins stressante et même choquante pour l'enfant que pour la mère. Avec une césarienne, les risques augmentent avec des actions inappropriées et grossières du personnel médical. Pression sur la tête, étirement du cou.

    • Lésion cérébrale traumatique. Après la naissance. Les commotions cérébrales et les ecchymoses des structures cérébrales affectent l'état des tissus nerveux. Les risques ne peuvent être réduits que par un traitement rapide immédiatement après les dommages..

    Comme le montre la pratique, la probabilité de croissance cérébrale post-traumatique demeure même après des années de dommages.

    Manifestation possible d'une violation déjà dans une période de maturité. Il est extrêmement difficile de déterminer la cause principale et de la relier à un si grand intervalle de temps.

    Chez l'adulte, la liste des raisons est un peu plus large:

    • Lésions cérébrales traumatiques. On en a déjà parlé.
    • Tumeurs des structures cérébrales. Peu importe qu'ils soient bénins ou non. Le rôle est joué par la taille. Avec la compression des tissus, une ischémie se produit (apport sanguin insuffisant), ce qui affecte négativement.
    • Lésions infectieuses. L'encéphalite est particulièrement dangereuse. Dans une moindre mesure, la méningite.
    • Athérosclérose des vaisseaux cérébraux. Perturbation trophique (nutritionnelle) chronique du cerveau due au rétrécissement ou au blocage des artères carotides et vertébrales.
    • Accident vasculaire cérébral. Perturbation aiguë du flux sanguin dans les fibres nerveuses avec leur mort ultérieure. La croissance cérébrale se produit comme une complication.

    Vous devez connaître les raisons, mais il n'y a pas toujours la possibilité de les influencer, car, comme souvent, les médecins ne s'occupent pas du processus provocateur lui-même, mais des conséquences de longue date d'un tel cours. Comme cela arrive, par exemple, avec une blessure subie il y a des années.

    Si possible, correction du trouble primaire.

    Types de codes CAC et ICD-10

    La classification de la maladie se produit en fonction de la nature de l'évolution du syndrome cérébrosthénique.

    Deux de ses types se distinguent:

    • Caché. C'est la variante la plus dangereuse de l'évolution de la maladie, car des symptômes évidents apparaissent, ce qui conduit à un diagnostic tardif. Aussi, pendant longtemps, une personne essaie de se guérir, attribuant l'agressivité et la fatigue au traitement et au stress;
    • Explicite. Il existe une symptomatologie claire du syndrome cérébrosthénique. S'il y a de tels signes, la personne se rend à l'hôpital, ce qui vous permet de déterminer la maladie aux premiers stades de développement.

    Selon la classification internationale des maladies, la CAC est caractérisée comme F06.6 (trouble organique labile émotionnel (asthénique)).

    La prévention

    La croissance cérébrale post-traumatique est un diagnostic sérieux, mais il est tout à fait possible de le prévenir. Pour cela, il est nécessaire de surveiller la santé et le comportement de l'enfant: identifier en temps opportun les principales manifestations d'une fatigue accrue, faire attention aux signes de somnolence diurne, courbatures dans la tête. Il est important d'apprendre à éviter les conflits, à alterner les périodes de travail mental et physique chez un enfant. Vous devrez apprendre à votre bébé à passer du temps à l'extérieur, au grand air, tous les jours. Ignorer les recommandations peut aggraver la situation et les conséquences de cette maladie peuvent être terribles..

    Afin d'éviter les moindres complications, il est nécessaire de consulter immédiatement un spécialiste s'il existe des conditions préalables à une pathologie. Cela ne vaut pas la peine de retarder une visite chez le médecin, car le diagnostic précoce garantit une guérison complète de la maladie.

    Conseils pour les mamans et les papas

    Après avoir consulté le médecin et déterminé le diagnostic, les parents doivent essayer de comprendre l'enfant et ne pas écrire toutes ses erreurs sur le «caractère difficile». Ce qui peut sembler simple et évident pour un bébé en bonne santé chez les enfants atteints du syndrome cérébrosthénique provoque des émotions complètement différentes. Par conséquent, dans l'éducation d'un enfant atteint du syndrome cérébrosthénique, vous devez respecter certaines règles:

    • routine quotidienne.

    Le sommeil doit être d'au moins 8 heures par jour, pour les jeunes enfants, un sommeil diurne est souhaitable. Le bébé doit se coucher et se réveiller à l'heure habituelle, même le week-end, cela réduira le stress dans le système nerveux. Il est bon d'utiliser des listes, des horaires, des alarmes dans la vie de tous les jours pour discipliner un enfant et planifier son temps;

    • ambiance amicale.

    Essayez de créer une atmosphère favorable dans la famille, ne criez pas et surtout n'appliquez pas de punition physique. Tous les problèmes doivent être résolus sous forme de dialogue, cela vaut la peine d'essayer de trouver une approche et de s'entendre avec l'enfant;

    • la promotion vaut mieux que la punition.

    Organisez votre vie pour que, pour le travail accompli, le bébé reçoive des récompenses, que ce soit des éloges ou du temps pour le jeu, vos activités préférées. Vous réduisez ainsi la nécessité de punir les miettes pour les tâches en suspens;

    • limite de temps de l'ordinateur.

    Longue visualisation des dessins animés, jouer à des jeux informatiques surexcite et épuise le système nerveux. Le temps consacré aux appareils numériques devrait être limité et la préférence devrait être donnée au développement de programmes de télévision;

    • cours en sections.

    Discutez avec votre enfant de ce que le bébé aimerait faire pendant son temps libre. Pour un passe-temps, la natation, les échecs, le dessin sont bons. Une condition préalable doit être le dosage du stress physique et mental, vous ne pouvez pas surcharger l'enfant.

    Régulation émotionnelle

    Il s'agit d'un processus complexe qui comprend l'initiation, la suppression et la modulation de l'état mental et du comportement d'une personne en réponse à un stimulus externe ou interne. Le processus est le suivant:

    1. Un événement interne ou externe (penser à quelque chose de triste ou rencontrer quelqu'un qui est en colère) provoque une expérience subjective (émotion ou sentiment).
    2. Vient ensuite la réponse cognitive (pensée), suivie de la réponse physiologique (par exemple, augmentation de la fréquence cardiaque, sécrétion hormonale).
    3. Suivi d'un comportement connexe (évitement, action physique ou expression).

    La régulation émotionnelle comprend le maintien de pensées, de comportements et d'expressions socialement acceptables..

    Inadaptation scolaire dans la pratique pédiatrique

    Le début de la scolarité présente de nouvelles exigences plus complexes pour la personnalité de l'enfant et ses capacités intellectuelles. Cela est dû à la transition vers un environnement complètement différent, par rapport aux conditions précédentes pour l'éducation des enfants dans les institutions familiales et préscolaires, la totalité du stress mental, émotionnel et physique.

    Les parents se rendent souvent à la consultation du médecin, dont les enfants ont un niveau de développement mental normal et sont tout à fait capables d'étudier dans une école polyvalente, mais en même temps, ils ne peuvent pas gérer avec succès le volume de la charge de travail scolaire, acquérir des compétences scolaires; en outre, ils sont souvent caractérisés par des problèmes liés à un comportement inapproprié. Souvent, les éducateurs des établissements préscolaires prêtent attention à ces difficultés chez les enfants lorsqu'ils dispensent diverses classes de nature en développement, y compris en préparation à l'école..

    Ces dernières années, les difficultés rencontrées dans le processus de scolarisation ont retenu l'attention non seulement des enseignants et des psychologues, mais aussi des médecins. Les causes de la mauvaise adaptation scolaire (SD) chez les enfants peuvent avoir une nature complètement différente. Mais en même temps, leurs manifestations extérieures, auxquelles les enseignants et les parents prêtent attention, sont similaires. Il est habituel de considérer les critères de base et les formes de manifestations du DD suivants.

    • Composante cognitive ou cognitive - mauvaise performance scolaire dans des programmes adaptés à l'âge et aux capacités de l'enfant, avec une connaissance et une formation des compétences d'apprentissage insuffisantes, mauvaise performance chronique.
    • La composante personnelle, émotionnelle et évaluative du DD est une violation constante de l'attitude émotionnelle et personnelle envers les sujets individuels et la formation en général, les enseignants, ainsi que les perspectives associées à l'apprentissage.
    • Composante comportementale du DD - violations systématiques du comportement dans le processus d'apprentissage et à l'école.

    Chez la plupart des enfants atteints de SD, les trois composants ci-dessus peuvent être clairement tracés. La prévalence parmi les manifestations de SD de l'une ou l'autre composante dépend, d'une part, de l'âge et des stades de développement personnel, et d'autre part, des raisons sous-jacentes au SD.

    Dans le travail pratique, les pédiatres, les médecins scolaires, les neurologues et les psychologues pédiatriques doivent le plus souvent faire face à des conditions qui conduisent à la formation de SD, telles que le syndrome asthénique, le syndrome cérébrosthénique, les dysfonctionnements cérébraux minimaux. Plus rarement, la cause du SD est diverses maladies mentales, en cas de suspicion dont l'enfant doit être rapidement référé pour une consultation avec un psychiatre.

    Si les difficultés d'apprentissage sont associées à des performances faibles et instables, une fatigue élevée, une capacité insuffisamment développée à contrôler son activité, un apprentissage lent du matériel éducatif, puis après un examen approprié, dans de nombreux cas, un syndrome asthénique ou cérébrosthénique est diagnostiqué. Le développement du syndrome asthénique est associé à une pathologie somatique. Dans le syndrome cérébrosthénique, les écarts par rapport aux processus de maturation et de fonctionnement du système nerveux central (SNC) sont associés à ses dommages organiques.

    Syndrome asthénique

    Les symptômes de nature asthénique sont souvent l'une des premières manifestations non spécifiques d'un large éventail de troubles somatiques. Les états asthéniques somatogènes peuvent être associés à une alimentation déséquilibrée (carence protéino-calorique, carence en vitamines, oligo-éléments), des troubles de la digestion des aliments (syndrome de malabsorption) en cas de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, de pathologie métabolique, de rhumes fréquents et de maladies infectieuses chroniques (sinusite, amygdalite, etc.). Les manifestations du syndrome asthénique sont souvent notées dans les maladies du système respiratoire, l'asthme bronchique, les maladies du système cardiovasculaire, les maladies du sang, l'anémie, les maladies chroniques du foie, du pancréas, des reins, de la pathologie endocrinienne (maladie thyroïdienne, diabète sucré).

    Les manifestations cliniques du syndrome asthénique comprennent une fatigue accrue, des difficultés associées à la concentration et une perception lente. Les enfants atteints du syndrome asthénique se distinguent parmi leurs pairs dans leur comportement: avec la léthargie et l'épuisement, beaucoup d'entre eux sont excessivement timides, indécis et craintifs. Ils se caractérisent par une labilité émotionnelle, une grande vulnérabilité et du ressentiment. Les enfants sont bouleversés à cause de toute bagatelle, commencent à pleurer au moindre échec. Il y a souvent une hyperesthésie, exprimée par une intolérance à des irritants tels que les sons forts, la lumière vive et certaines odeurs. Les maux de tête peuvent être dus au fait que d'autres enfants font beaucoup de bruit..

    Dans certains cas, les symptômes asthéniques sont associés à de l'anxiété, de la suspicion, des peurs obsessionnelles. Il y a souvent des troubles du sommeil. Le sommeil devient superficiel, agité, souvent accompagné de rêves effrayants. Les enfants s'endorment mal et se réveillent à peine, après le sommeil, il n'y a aucun sentiment de relaxation. Une somnolence peut survenir pendant la journée..

    Le traitement est largement déterminé par le diagnostic et le traitement en temps opportun de la pathologie somatique primaire, ainsi que par les caractéristiques de la maladie sous-jacente. Les médicaments de la série nootropique sont très efficaces dans le traitement des manifestations du syndrome asthénique..

    Syndrome cérébrosthénique

    La détection chez un enfant lors de l'examen d'une manifestation résiduelle grossière d'une lésion organique du système nerveux central sert généralement de base au diagnostic du syndrome cérébrosthénique. Parmi les causes du développement du syndrome cérébrosthénique figurent diverses formes de l'évolution pathologique de la grossesse et de l'accouchement associées à une violation de l'apport d'oxygène au cerveau du fœtus et du nouveau-né. L'asphyxie chez un nouveau-né à terme est presque toujours d'origine intra-utérine, l'hypoxie et l'ischémie se développent simultanément; le résultat est une encéphalopathie hypoxique-ischémique. Parmi les autres conditions pathologiques, les infections intra-utérines, la prise de médicaments pendant la grossesse, la prématurité, chez les nouveau-nés, les hémorragies intracrâniennes, les maladies hémolytiques, la septicémie, la pneumonie doivent être notées..

    Le syndrome cérébrosthénique se forme chez la plupart des enfants qui ont subi un traumatisme crânien (TBI), une neuroinfection (méningite, encéphalite) ou des infections générales avec des lésions cérébrales toxiques. La particularité de l'évolution clinique et des résultats du TBI chez les enfants est due au fait que l'énergie mécanique agit sur le cerveau, dont la croissance et le développement ne sont pas encore terminés. Au cours de l'évolution clinique du TBI, trois périodes sont distinguées: aiguë - les 2 à 10 premières semaines, intermédiaire - 10 semaines - 6 mois et distante - de 6 mois à 2 ans ou plus. Même les poumons des TBI ne passent pas inaperçus dans l'enfance. Ainsi, chez environ 1/3 des enfants qui ont subi une commotion cérébrale, des plaintes de maux de tête, une fatigue accrue, des difficultés de scolarisation (ce que l'on appelle le "syndrome post-commotionnel") sont notées à long terme. Un traumatisme crânien modéré à sévère entraîne des conséquences plus graves, mais en même temps, les enfants sont plus susceptibles que les adultes d'avoir une issue favorable même après un traumatisme crânien grave, en raison des capacités compensatoires élevées et de la plasticité du cerveau en développement. Pour prévenir les troubles cognitifs persistants dans la période TBI éloignée, il convient de prêter attention à la présence du syndrome cérébrosthénique dans la période intermédiaire TBI, ce qui est une indication pour les cours thérapeutiques avec nootropiques.

    Le syndrome cérébrosthénique se développe chez de nombreux enfants après diverses chirurgies. Son déclencheur est diverses hypoxies pendant la chirurgie: anémiques, circulatoires, histotoxiques. Dans la période postopératoire, divers facteurs extracérébraux continuent de fonctionner: hypovolémie, saignement chirurgical, altération du système cardiovasculaire et de l'équilibre acido-basique, hypoxémie.

    Une manifestation typique du syndrome cérébrosthénique est considérée comme la "faiblesse irritable". D'une part, les enfants se caractérisent par une passivité générale, une léthargie, une lenteur de la pensée et des mouvements, même avec des stress neuropsychiques mineurs, un épuisement est observé, le fond d'humeur est réduit. La fatigue s'exprime parfois pour que les enfants soient contre-indiqués pour un long séjour dans une équipe de pairs. D'autre part, il y a une irritabilité accrue, une préparation aux explosions affectives, une criticité insuffisante.

    La survenue de symptômes asthéniques dans le contexte de modifications organiques du système nerveux central confère au syndrome cérébrosthénique un certain nombre de caractéristiques. L'affaiblissement de l'attention et de la pensée s'accompagne d'une diminution assez prononcée et à long terme des performances mentales, en particulier avec toute charge intellectuelle chez les écoliers. Il y a souvent une diminution de la mémoire.

    On pense qu'une excitabilité, une irritabilité, une explosivité affective accrues, ainsi qu'une hyperesthésie aux sons et une lumière vive sont plus caractéristiques de la cérébration post-traumatique. Avec la cérébration post-infectieuse, des sautes d'humeur sont plus souvent observées, accompagnées de larmes, de sautes d'humeur et de mécontentement. Chez les enfants avec les conséquences de lésions cérébrales intra-utérines, divers stigmates dysembryogénétiques peuvent être détectés. La structure du syndrome cérébrosthénique comprend également des troubles plus ou moins prononcés de la régulation autonome.

    Les céphalées qui s'aggravent dans la seconde moitié de la journée dans un contexte de fatigue, de troubles vestibulaires (étourdissements, sensation de tête légère lors de la conduite d'un véhicule, accompagnés de nausées) sont des manifestations fréquentes d'accrétion cérébrale. En plus de rouler dans des véhicules, des balançoires, de la chaleur et de la congestion, les changements météorologiques avec de fortes fluctuations de la pression atmosphérique sont mal tolérés.

    L'évolution du syndrome cérébrosthénique

    Au fur et à mesure que le système nerveux central se développe, divers mécanismes pour compenser l'insuffisance cérébrale résiduelle sont inclus, de sorte qu'une régression progressive est caractéristique des manifestations du syndrome cérébrosthénique. Cependant, des périodes de décompensation peuvent survenir, en particulier pendant les crises d'âge. En plus des changements physiologiques liés à l'âge, la décompensation peut être causée par un surmenage associé à des surcharges d'entraînement, à des situations traumatiques, à diverses maladies somatiques et à des infections. La thérapie prescrite en temps opportun avec l'inclusion de médicaments de la série nootropique contribue à la compensation précoce et complète de ces troubles.

    Les dysfonctionnements cérébraux minimaux (MMD) sont les formes les plus courantes de troubles neuropsychiatriques dans l'enfance. MMD représente généralement les conséquences de lésions cérébrales précoces, leur principale caractéristique est l'immaturité liée à l'âge des fonctions mentales supérieures individuelles et leur développement désharmonieux. MMD s'accompagne d'un retard dans le développement de systèmes fonctionnels du cerveau qui assurent la mise en œuvre de fonctions mentales supérieures: parole - orale et écrite, attention, mémoire, perception, fonctions de contrôle (programmation, régulation et contrôle) et plusieurs autres. En termes de développement intellectuel global, les enfants atteints de MMD ne sont pas à la traîne de leurs pairs, mais en même temps ils éprouvent des difficultés importantes en matière de scolarisation et d'adaptation sociale.

    Les principales variantes cliniques du MMD chez les enfants d'âge scolaire sont le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (GDVD), ainsi que les difficultés spécifiques de développement des capacités d'écriture, de lecture et de comptage - dysgraphie, dyslexie et dyscalculie. Il est généralement admis que la pathogenèse de la MMD est associée à l'impact sur le développement du cerveau de divers facteurs pathologiques pendant la grossesse et l'accouchement. Le système nerveux central est particulièrement vulnérable à l'apparition d'une carence en oxygène, et les changements biochimiques et morphologiques causés par l'hypoxie peuvent, à un degré ou à un autre, fausser le cours normal des processus complexes de développement du cerveau. Cependant, des études récentes ont confirmé le rôle important des mécanismes d'hérédité dans la formation de MMD.

    Le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention se manifeste par une hyperactivité motrice inhabituelle pour les indicateurs d'âge normal, des défauts de durée d'attention, la distractibilité, un comportement impulsif, des problèmes dans les relations avec les autres et des difficultés d'apprentissage. Les enfants atteints de TDAH se distinguent également par leur maladresse, leur maladresse, qui sont associées à un développement insuffisant de la coordination des mouvements. La prévalence du GDVD est assez élevée - 3 à 5% des enfants d'âge scolaire. Chez les garçons, le GDVV est 5 à 7 fois plus fréquent que chez les filles.

    L'hyperactivité est caractérisée par le fait que les enfants sont extrêmement mobiles, courent constamment, tournoient, essayent de grimper quelque part. Parents oh, incapables de rester assis. L'hyperactivité se manifeste également par l'anxiété, les mouvements étrangers lors de tâches nécessitant de la persévérance (s'agite sur une chaise, incapable de garder les bras et les jambes dans un état d'immobilité). Chez ces enfants, une combinaison d'activité motrice excessive et de comportement destructeur est souvent observée. Ainsi, à l'école, ils interfèrent constamment avec les enseignants et provoquent le mauvais comportement des camarades de classe.

    Les défauts de concentration de l'attention sont à l'origine des travaux peu performants dans les cours à l'école. Selon les descriptions des enseignants, les enfants atteints de GDVD sont capables de maintenir l'attention pendant quelques minutes au maximum. Cependant, la durée d'attention chez les enfants atteints de TDAH est également sujette à des fluctuations importantes. Les parents signalent souvent que pendant les activités et les jeux auxquels les enfants parviennent à faire face avec succès, ils peuvent retenir leur attention pendant plusieurs heures. Une telle «sélectivité» de l'attention est associée à l'intérêt, l'enthousiasme et le plaisir de cette activité. Pire encore, les enfants hyperactifs effectuent des tâches qu'ils trouvent ennuyeuses et difficiles..

    L'impulsivité chez ces enfants est constamment observée à la fois dans une variété de situations quotidiennes et lors de l'exécution des tâches scolaires. Dans les cours, les enfants attendent à peine leur tour, interrompent les autres, répondent au hasard aux questions sans les écouter jusqu'au bout. En raison de l'impulsivité, ils sont sujets aux blessures, car ils effectuent souvent des actions dangereuses, dont les conséquences ne sont pas prises en compte. En même temps, l'impulsivité provoque des problèmes qui se posent constamment dans les relations avec les autres, y compris avec les parents, les frères et sœurs et les enseignants. Dans une équipe, un enfant atteint de GDV est une source de préoccupation constante: il fait du bruit, n'hésite pas, prend les choses des autres, interfère avec les autres, les distrait. Tout cela conduit à des conflits, à la suite desquels l'enfant se sent indésirable, rejeté. La plupart des enfants atteints de TDAH se caractérisent par une faible estime de soi, une faible stabilité psycho-émotionnelle en cas d'échec.

    Pendant les heures de classe, les enfants atteints de GDVD sont difficiles à faire face aux tâches proposées, car ils éprouvent des difficultés à organiser et à terminer le travail. Les compétences en lecture et en écriture qu'ils ont acquises sont bien pires que les autres. Les œuvres écrites semblent désordonnées et se caractérisent par des erreurs, qui peuvent être le résultat de la négligence, du non-respect des instructions de l'enseignant ou de deviner sans prendre en compte toutes les options possibles. Dans le même temps, les enfants ne sont pas enclins à écouter les conseils et recommandations des adultes. Le manque de coordination des mouvements, la perception visuelle et le développement de la parole sont à la base des difficultés de formation des capacités d'écriture et de lecture pour le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention et une attention réduite.

    Ces dernières années, des critères de diagnostic standardisés pour le GDVV ont été développés, qui sont une liste des signes les plus caractéristiques et clairement traçables de ce trouble. Le diagnostic de GDVD est basé sur les critères de la 10e révision de la Classification internationale des maladies (OMS, 1994).

    Trouble hyperactif avec déficit de l'attention: critères de diagnostic

    I. Troubles de l'attention

    1. Souvent incapable de se concentrer sur les détails; en raison de négligence, de frivolité, fait des erreurs dans les devoirs scolaires, dans le travail effectué et d'autres activités.
    2. Habituellement difficile de maintenir l'attention lors de la réalisation des devoirs ou pendant les parties..
    3. Il semble souvent que l'enfant n'écoute pas ceux qui s'adressent à lui.
    4. Souvent, il n'est pas en mesure de respecter les instructions proposées et de faire face à la fin de la mise en œuvre des leçons, des devoirs ou des devoirs sur le lieu de travail (ce qui n'est pas lié à un comportement négatif ou de protestation, incapacité à comprendre la tâche).
    5. Éprouvant souvent des difficultés à organiser des tâches indépendantes et d'autres activités.
    6. Exprime généralement son mécontentement et résiste à la participation à des tâches qui nécessitent une grande concentration d'attention (par exemple, les tâches scolaires, les devoirs).
    7. Perd souvent des choses nécessaires à l'école et à la maison (par exemple, jouets, fournitures scolaires, crayons, livres, outils de travail).
    8. Facilement distrait par des matières étrangères, des objets, etc..
    9. Montre souvent l'oubli dans des situations quotidiennes.

    II. Hyperactivité

    1. Des mouvements agités des mains et des pieds sont souvent observés; assis sur une chaise, tournant, tournant.
    2. Se lève souvent de son siège en classe pendant les cours ou dans d'autres situations..
    3. Présente souvent une activité motrice sans but: court, tourne, essaie de grimper quelque part et dans de telles situations lorsqu'elle est inacceptable.
    4. Habituellement, je ne peux pas jouer tranquillement, calmement ou faire quoi que ce soit à loisir.
    5. Souvent en mouvement constant et se comporte comme si "comme si un moteur y était attaché".
      Impulsivité
    6. Souvent bavard.
    7. Répond souvent aux questions sans hésitation, sans les écouter jusqu'au bout.
    8. Habituellement, à peine faire la queue dans diverses situations.
    9. Interfère souvent avec les autres, dérange les autres (par exemple, intervient dans les conversations ou les jeux).

    Pour le diagnostic, six ou plus des neuf symptômes des troubles de l'attention et / ou six ou plus des neuf signes d'hyperactivité et d'impulsivité sont nécessaires. Les symptômes présents chez l'enfant devraient durer au moins 6 mois. En cas de conformité totale du tableau clinique observé simultanément avec tous les critères de diagnostic énumérés, le diagnostic d'une forme combinée de GDVD est posé. S'il y a six symptômes ou plus de troubles de l'attention et moins de six symptômes d'hyperactivité, la formulation diagnostique «GDV avec troubles de l'attention prédominants» est utilisée. S'il y a une conformité complète des symptômes avec les critères d'hyperactivité avec leur conformité partielle avec les critères d'attention réduite, le diagnostic est indiqué comme "GDV avec une prédominance d'hyperactivité et d'impulsivité".

    Dans la pratique clinique, il est le plus souvent nécessaire de rencontrer l'hyperactivité de l'enfant et les troubles de l'attention dus au GDVV. Cependant, en plus de GDVD, ces troubles peuvent servir de signes externes d'un certain nombre d'autres conditions..

    Diagnostic différentiel du trouble d'hyperactivité et du trouble de déficit de l'attention chez les enfants

    • Caractéristiques individuelles du tempérament: les caractéristiques du comportement et des fonctions cognitives des enfants actifs et en mouvement ne dépassent pas la norme d'âge.
    • Troubles anxieux: les caractéristiques comportementales de l'enfant sont associées aux effets des facteurs psychotraumatiques.
    • Syndrome asthénique avec maladies somatiques.
    • Syndrome cérébrosthénique: effets résiduels d'une lésion cérébrale traumatique, neuroinfection, intoxication.
    • Maladies endocriniennes (pathologie thyroïdienne, diabète sucré).
    • Perte auditive neurosensorielle.
    • Épilepsie (formes d'abcès; formes symptomatiques déterminées localement; effets secondaires de la thérapie antiépileptique).
    • Troubles mentaux: troubles du comportement; troubles affectifs (humeurs); retard mental; autisme; schizophrénie.
    • Syndromes héréditaires: Tourette, Williams, Smith - Majenis, Beckwith - Wiedemann, chromosome X fragial et quelques autres.

    Il est nécessaire de bien distinguer le GDVD avec un large éventail de conditions qui ne lui sont similaires que dans leurs manifestations externes, mais diffèrent considérablement du GDVD à la fois pour les raisons de leur apparition et pour les méthodes de correction. Il est d'autant plus important de prendre en compte que ces dernières années, il y a eu une tendance au diagnostic excessivement fréquent de GDVD et l'idée fausse que le diagnostic de GDVD ne présente pas de difficultés importantes s'est généralisée..

    À l'adolescence, l'hyperactivité chez les enfants atteints de TDAH diminue ou disparaît de manière significative, cependant, les troubles de l'attention persistent dans une certaine mesure jusqu'à l'âge adulte. Un certain nombre d'adolescents ont augmenté les troubles du comportement, l'agressivité, les difficultés relationnelles au sein de la famille et à l'école, et les résultats scolaires se détériorent. Souvent, il y a un comportement irresponsable, une violation des règles familiales et sociales, des difficultés importantes pour choisir et maîtriser une profession, il y a souvent une envie de consommer de l'alcool et des drogues. À cet égard, les efforts des parents et des spécialistes devraient viser à identifier et à corriger en temps opportun le GDVD. Les médicaments de la série nootropique sont très efficaces dans le traitement du GDVD. Il est conseillé de conduire des cours de nootropie plusieurs fois par an pendant les périodes de charges d'entraînement les plus intenses.

    À l'âge préscolaire, l'enfant maîtrise la parole orale. En entrant à l'école, il commence à maîtriser les images visuelles (écrites) des lettres. La perception et la reconnaissance des images graphiques nécessaires à la parole écrite (lecture et écriture) se produisent dans la région visuelle du cortex cérébral (lobe occipital). Cela signifie que l'analyseur visuel est inclus dans le travail du système vocal du cerveau et que ses fonctions doivent être coordonnées avec l'activité des analyseurs auditifs et moteurs de la parole. L'enfant a besoin d'apprendre à traduire ce qu'il a entendu et dit dans son image visuelle (écriture) et vice versa, pour pouvoir traduire l'image visuelle en articulation et audition (lecture).

    La lecture et l'écriture sont parmi les plus récentes de la phyloontogenèse des fonctions mentales supérieures qui sont maîtrisées au cours d'un entraînement spécial. Dans leur mise en œuvre, les plus importantes sont les sections les plus récemment formées du cortex cérébral, principalement la région pariéto-temporo-occipitale de l'hémisphère gauche. De plus, la mise en œuvre de ces fonctions devient possible avec l'interaction étroite des analyseurs visuels, auditifs et moteurs, ainsi qu'avec un niveau de développement suffisant d'actions volontaires complexes (mouvements oculaires le long des lignes de texte, mouvements coordonnés de la main et des yeux lors de l'écriture).

    La dyslexie est une violation spécifique partielle du processus de lecture et l'une des formes de sous-développement du langage écrit, qui se manifeste par des erreurs répétées de nature persistante. Les enfants dyslexiques éprouvent des difficultés importantes à maîtriser la lecture et, en règle générale, les compétences en écriture, malgré le niveau normal de développement intellectuel, l'absence de perturbations de la part des analyseurs visuels, auditifs et la négligence pédagogique. La dyslexie chez les enfants se manifeste par l'incapacité d'atteindre un tel niveau de développement des compétences en lecture, ainsi qu'en écriture et en orthographe, qui seraient proportionnelles à leurs capacités mentales. En d'autres termes, la dyslexie s'accompagne souvent de dysgraphie et de dysorphographie. L'incidence de la dyslexie n'a pas été établie de façon concluante. Selon des études sur des écoliers, les estimations de la prévalence de la dyslexie varient de 5–10 à 15–20%.

    Après 1 à 1,5 an de scolarité, près de 50% des enfants dyslexiques n'ont aucune capacité de lecture. Certains d'entre eux ne connaissent pas les lettres, et les autres, ayant appris une partie de l'alphabet, ne lisent que de courts mots familiers, dont les images dont ils se souviennent globalement comme une image. 25% des enfants apprennent la lecture lente des syllabes, faisant un grand nombre d'erreurs, les autres lisent lettre par lettre. En conséquence, les enfants dyslexiques sont incapables de comprendre la signification de ce qu'ils lisent..

    La dysgraphie est une violation de la formation des processus d'écriture et l'une des formes de sous-développement de la parole écrite, qui se manifeste par des erreurs répétées de nature persistante. Distinguer les types d'erreurs d'écriture optiques, phonémiques et grammaticaux (dysorphographie). Avec les erreurs optiques, les lettres graphiquement similaires ne sont pas distinguées: pn, p-i, p-t, y-i, sh-i, m-sh, ml, l-i, b-d, etc. Pour les phonèmes ( erreurs dans la perception des sons de la parole) - phonèmes à similitudes acousto-articulatoires, le plus souvent exprimés et sourds: ne pas distinguer: dt, zs, bp, zhsh, gk, vf, etc..

    Les difficultés à développer les compétences en lecture et en écriture peuvent avoir un effet négatif sur la formation de la personnalité d'un enfant. Un échec constant dans l'apprentissage peut provoquer et consolider des caractéristiques telles que l'incertitude, l'anxiété, l'isolement, une faible estime de soi. Dans certains cas, en particulier si les difficultés de l’enfant sont rencontrées par des adultes, les parents et les enseignants l’accusant de refus d’étudier, de lenteur, de paresse et de désobéissance, les enfants dyslexiques et dysgraphiques développent des états névrotiques, dépressifs ou opposition et comportement agressif. L'utilisation en temps opportun de nootropiques dans le traitement de la dyslexie et de la dysgraphie chez les enfants contribue à la correction la plus complète de ces conditions. Il convient de garder à l'esprit que les manifestations de la dyslexie et de la dysgraphie sont généralement caractérisées par la persistance et ne peuvent pas être complètement surmontées en peu de temps..

    L'assistance aux enfants atteints de DD doit être opportune, complète et combiner différentes approches, y compris des méthodes de correction psychologique et pédagogique, une psychothérapie, ainsi qu'un traitement médical. Tous les enfants atteints de SD devraient être examinés par un psychologue. Pour que l'aide à l'enfant soit efficace, les efforts concertés de différents spécialistes sont nécessaires - médecins, psychologues, orthophonistes, enseignants. Il est important que les efforts conjoints des spécialistes visent à détecter et à corriger précocement les troubles cognitifs, émotionnels et comportementaux chez les enfants. La planification et la mise en œuvre des mesures correctives, y compris la pharmacothérapie, doivent être effectuées conformément aux plans individuels de chaque enfant.

    Les médicaments nootropes sont un groupe relativement nouveau de médicaments qui sont entrés dans la pratique pédiatrique répandue dans les années 1980. Selon les experts de l'OMS, les médicaments nootropes sont des médicaments qui ont un effet activateur direct sur l'apprentissage, améliorent la mémoire et l'activité mentale, et augmentent également la résistance du cerveau aux effets indésirables. Selon la structure chimique, les nootropiques sont un groupe hétérogène de médicaments. Les principales classes de médicaments comprennent les classes de médicaments suivantes: 1 - dérivés de pyrrolidone (piracétam), 2 - dérivés d'acide γ-aminobutyrique (GABA) (phénibut, pantogam), 3 - neuropeptides et leurs analogues (cérébrolysine, semax), 4 - dérivés de pyridoxine ( encéphabol), 5 - agents cérébrovasculaires (nicergoline, vinpocétine), 6 - médicaments multicomposants (instenon, actovegin) et plusieurs autres. La grande efficacité des médicaments nootropes combinée à une bonne tolérance a été confirmée dans de nombreuses études, qui ont évalué leur effet dans le traitement de diverses conditions accompagnées de difficultés de développement, d'entraînement et de comportement des enfants.

    La plupart des médicaments nootropes en relation avec leur effet psychostimulant sont prescrits le matin. Il est conseillé d'utiliser des médicaments nootropes sous forme de monothérapie, tout en faisant attention à la sélection individuelle des dosages optimaux et de la durée du traitement. Dans les premiers jours d'administration, une augmentation progressive de la dose est recommandée. La durée du traitement par les nootropiques est de 1 à 2-3 mois. Si au cours de l'année scolaire, il y a besoin de plusieurs cycles de traitement, laissez entre eux des intervalles de 2 à 4 semaines, ce qui est préférable de planifier les vacances. Si le premier cycle de traitement n'est pas suffisamment efficace, la question de l'augmentation de la durée du traitement, de la prescription d'un deuxième cycle de nootropiques après une pause ou d'une combinaison de pharmacothérapie avec des méthodes de correction psychologique et pédagogique doit être décidée individuellement..

    Il est important de noter que les effets secondaires pendant le traitement par les nootropiques chez les enfants sont rares, ne sont pas persistants et significativement prononcés. Ils surviennent souvent lorsque les parents observent de manière inexacte le schéma d'administration des nootropiques avec une augmentation progressive de la dose, en prenant des médicaments le matin et l'après-midi. Parmi les effets secondaires possibles des nootropiques figurent: une sensation de lourdeur dans la tête, l'apparition d'irritabilité et d'irritabilité, des difficultés à s'endormir et un sommeil agité, rarement - nausées, inconfort dans l'estomac. Lorsque de telles plaintes apparaissent, des clarifications doivent être apportées au régime de nomination des nootropiques, et dans certains cas, pour réduire légèrement la dose. Une certaine prudence est requise lors de l'administration de médicaments nootropes aux patients présentant des manifestations d'hypertension intracrânienne. Dans de tels cas, au premier stade du traitement, un traitement de déshydratation est prescrit ou des nootropiques sont utilisés en association avec lui..

    En conclusion, il faut souligner une fois de plus que la détermination des causes du DD et la correction de ses manifestations doivent être opportunes. Un examen complet avec la participation d'un pédiatre, d'un neurologue, d'un psychologue et d'un psychiatre selon les indications est montré aux patients atteints de SD. Tous les enfants atteints de SD nécessitent l'observation dynamique non seulement d'un médecin, mais aussi d'un psychologue.

    Notre expérience avec l'utilisation de médicaments nootropes indique l'effet positif de l'encéphabol et de l'instenon dans le traitement de ces conditions chez les enfants.

    L'encéphabol (pyritinol) est un médicament nootrope dont la structure chimique est une molécule doublée de pyridoxine (vitamine B6).

    Caractéristiques de la nomination de l'encéphabol

    • Mode de libération: 100 mg comprimés et suspension avec 1 mg d'encéphabol dans 1 ml.
    • Mécanismes d'action: améliore la transmission des impulsions et leur conduction vers diverses parties du cerveau, normalise le métabolisme énergétique des neurones, active le métabolisme du glucose dans le tissu cérébral, améliore la microcirculation dans le cerveau.
    • Contre-indications minimales autorisées pour une utilisation à un âge précoce.
    • Doses recommandées pour les enfants: jusqu'à 10-12 mg / kg de poids corporel (dose quotidienne jusqu'à 300-400 mg), en 2-3 doses, après les repas, la dernière dose - au plus tard 17 heures.
    • Pour éliminer les effets secondaires au début du cours, une augmentation lente de la dose d'encéphabol dans les 7 à 10 jours est recommandée.
    • Durée du cours - jusqu'à 6-12 semaines.

    L'encéphabol est très efficace dans le traitement des syndromes asthéniques et cérébrosthéniques, de la dyslexie et de la dysgraphie, GDVV.

    En présence d'indications appropriées, une technique à long terme est recommandée, ce qui permet d'obtenir une augmentation significative de la capacité de travail, d'améliorer l'état des fonctions mentales supérieures et des compétences scolaires..

    Schémas posologiques d'Instenon pour les enfants de différents groupes d'âge

    Instenon est un médicament nootrope à plusieurs composants; dans la pratique pédiatrique, une forme de comprimé est utilisée avec une teneur de 50 mg d'éthamivan, 20 mg d'hexobendine, 60 mg d'étofilline dans 1 comprimé. Instenon est particulièrement efficace dans le traitement du GDVV, peut être recommandé pour le traitement des syndromes asthéniques cérébrosthéniques. Selon l'âge, la dose quotidienne est de 1,5 à 2,5 comprimés, elle est prescrite en 2 doses (matin et après-midi) après les repas. Il est recommandé de commencer le traitement par une augmentation progressive de la dose sur une période de 7 à 10 jours. La durée du traitement est de 4 à 6-8 semaines. Les schémas posologiques d'Instenon chez les enfants de différents groupes d'âge sont indiqués dans le tableau.

    N. N. Zavadenko, docteur en sciences médicales, professeur à l'Université de médecine d'État de Russie, Moscou

    Variétés de cérébration

    Les manifestations et la gravité des symptômes de la maladie chez différents enfants peuvent varier. Pour poser ce diagnostic, il n'est pas nécessaire que tous ces symptômes typiques soient présents chez le bébé. De plus, la maladie a plusieurs variantes du cours.

    Forme astenoadynamique

    L'inhibition, la léthargie du bébé, le faible intérêt pour l'apprentissage apparaissent au premier plan dans le tableau clinique de la maladie. Ces enfants, en plus des problèmes d'apprentissage, se caractérisent par une labilité émotionnelle, une faiblesse et une vulnérabilité.

    Option asthénohyperdynamique

    Dans ce cas, la violation du comportement chez les bébés s'exprime par une activité excessive, un gonflement. Ces enfants ont tendance à être agressifs et deviennent rapidement furieux lorsque leurs opinions diffèrent de celles qui les entourent. Les difficultés d'apprentissage sont associées à la labilité émotionnelle, à l'agitation, à l'incapacité du bébé à se concentrer sur le travail effectué pendant une longue période.

    Asthénodystimique, type mixte

    Dans le cas du développement d'une cérébration de type mixte, une combinaison de signes d'autres types de maladie est observée. Ces enfants sont sujets à des sautes d'humeur, à la retenue émotionnelle. Dans le tableau clinique, les manifestations végétatives prévalent souvent: transpiration, froideur, faible capacité d'adaptation, dépendance météorologique. Les symptômes courants sont des étourdissements, des maux de tête, des problèmes digestifs.

    Car le syndrome cérébral se caractérise par une évolution longue et récurrente. Après le traitement pendant la période d'exacerbation, l'état des miettes s'améliore considérablement et les symptômes deviennent moins prononcés ou disparaissent complètement. Mais dans des conditions défavorables (augmentation du stress mental et physique, manque de sommeil, stress), la maladie se manifeste à nouveau.

    Prévoir

    Le syndrome cérébrosthénique fait souvent partie de l'état psychologique. Les prévisions dépendent de la gravité des problèmes sous-jacents. Les médicaments, lorsqu'ils sont indiqués, en combinaison avec une psychothérapie efficace, un contrôle du sommeil, du stress et de la psychoéducation, améliorent considérablement la qualité de vie d'une personne atteinte de cérébroasthénie.

    La thérapie comportementale dialectique (DBT) a donné d'excellents résultats dans le traitement du syndrome cérébrosthénique. DBT enseigne au client comment apprendre à contrôler sa vie, ses émotions et lui-même par la connaissance de soi et la restructuration cognitive.

    Manifestations typiques de la maladie

    Symptômes de maladie chez l'enfant

    Les seins atteints d'un syndrome neurologique se distinguent de leurs pairs par une anxiété accrue. Ces miettes sont plus larmoyantes, même le moindre changement dans leur mode de vie habituel leur cause beaucoup d'émotions, une perte d'appétit et de sommeil. Les gars peuvent réagir de manière excessive aux sons forts et aux lumières vives. Souvent, le mode de ces bébés est inhabituel, ils aiment dormir pendant la journée et rester éveillés la nuit..

    Signes de cérébration dans la petite enfance

    Les miettes jusqu'à 3 ans peuvent être en retard sur leurs pairs en termes de gain de poids et de développement physique. Ils n'aiment pas les jeux actifs, même de petites charges entraînent de la fatigue et une mauvaise santé. Souvent, ces enfants ont l'air endormis, léthargiques, ne manifestent pas d'intérêt pour les jouets, les autres enfants. Les enfants peuvent être en retard dans le développement intellectuel et verbal, mais ces retards sont généralement modérés et facilement corrigés..

    L’un des signes de l’anomalie neurologique de l’enfant est le «mal de mer», les enfants peuvent à peine voyager et monter sur une balançoire peut provoquer des vomissements et des étourdissements. La santé des miettes se détériore à des températures basses et élevées, en particulier le bébé tolère la chaleur. Les dysfonctionnements végétatifs provoquent une violation de la thermorégulation, de la transpiration et des frissons de miettes.

    Les symptômes de la maladie chez un enfant d'âge préscolaire

    En raison de la faible capacité d'adaptation aux nouvelles conditions, les premières difficultés surviennent lorsque le bébé est envoyé à la maternelle. De nouvelles conditions et une augmentation du stress psycho-émotionnel affectent la santé des miettes, de nouvelles manifestations du syndrome.

    Une anxiété accrue se transforme en peurs, cauchemars, énurésie. Ces enfants sont facilement déséquilibrés, mais ils se calment aussi rapidement. Un stress important entraîne des troubles physiologiques - il y a des nausées, des vomissements, des étourdissements, des palpitations.

    Manifestations de la maladie à l'âge scolaire

    À partir du moment où un enfant entre dans une école, des problèmes de capacité à concentrer son attention apparaissent. Ces enfants se fatiguent rapidement et nécessitent un changement d'activité plus fréquent, de longues périodes de repos. La lecture, la mémorisation du matériel, l'écriture sous la dictée, la nouvelle des informations entendues sont difficiles pour les enfants. La performance de l'enfant est beaucoup plus élevée le matin. Le soir, le bébé accumule de la fatigue et l'épuisement émotionnel se produit..

    Maux de tête, vertiges, accompagnés de nausées et de vomissements - une plainte fréquente avec laquelle les enfants vont chez le médecin.

    Traitement

    Le traitement du syndrome cérébral sthénique dépend de la raison pour laquelle vous avez des symptômes.

    Par exemple, les médecins corrigent une hypoglycémie avec du glucose, du jus, des bonbons et d'autres substances sucrées. Ceux qui ont des niveaux de sucre chroniquement bas peuvent avoir besoin de changer leur régime alimentaire; manger plus souvent..

    Le traitement des troubles psychologiques comprend les médicaments et la psychothérapie.

    Le syndrome cérébrosthénique est associé à un traumatisme psychologique précoce, à un traumatisme cérébral ou à des abus chroniques et des troubles associés.

    Un dysfonctionnement émotionnel peut être présent chez les personnes ayant des problèmes de santé mentale:

    • trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention;
    • troubles du spectre autistique;
    • trouble bipolaire;
    • changements de personnalité limite;
    • trouble de stress post-traumatique.

    Avec un trouble de la personnalité limite et un trouble de stress post-traumatique complexe, une sensibilité accrue aux stimuli entraîne un retour plus lent à un état émotionnel normal. Biologiquement, cela se manifeste par une déficience des régions corticales frontales du cerveau

    Les cellules cérébrales répondent généralement de manière adaptative aux problèmes de bioénergie résultant de l'activité continue dans les circuits neuronaux. En raison également de l'exposition à des facteurs énergétiques environnementaux, tels que la privation de nourriture, l'activité physique.

    Au niveau cellulaire, les réponses adaptatives incluent l '"amplification" de celles existantes, la formation de nouvelles synapses et la production de nouveaux neurones à partir de cellules souches.

    Au niveau moléculaire, les problèmes de bioénergie conduisent à l'activation de facteurs de transcription. Ils provoquent l'expression de protéines qui améliorent la résistance des neurones aux stress métaboliques, oxydants, excitotoxiques et protéotoxiques. Par exemple, avec des troubles cérébraux, notamment un AVC, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson.

    La physiologie humaine est le résultat de millions d'années d'évolution dans des conditions environnementales difficiles, une disponibilité alimentaire limitée. Des changements rapides et soudains dans le mode de vie des sociétés humaines modernes ont entraîné une augmentation de la fréquence des troubles métaboliques (par exemple, diabète, obésité, syndrome métabolique, hyperlipidémie).

    La sélection naturelle positive des gènes qui réduisent le taux métabolique tout en maintenant l'efficacité cognitive a permis aux gens de survivre à des périodes de disponibilité alimentaire limitée. Mais ces gènes peuvent être nocifs lorsque la nourriture est abondante.

    En savoir plus Syndrome de beauté, insuffisance vertébrobasilaire

    En effet, la famine, le stress physique et mental sont associés à des voies de signalisation adaptative. Ils contribuent à une santé cérébrale optimale, à sa résistance aux blessures et aux maladies neurodégénératives chez les personnes modernes..

    Raisons de la formation de la pathologie

    Parfois, le terme syndrome cérébral est utilisé en relation avec le complexe de symptômes décrit, ce qui n'est pas entièrement correct, car il s'agit d'un concept plus large que cérébrospinal.

    L'étiologie du syndrome est différente. Facteurs de développement de la maladie chez l'enfant:

    • hypoxie fœtale pendant la période prénatale;
    • prendre par une femme pendant la grossesse des médicaments contre-indiqués;
    • infections intra-utérines (introduction d'un agent infectieux dans le liquide amniotique);
    • blessures intracrâniennes;
    • complications de la chirurgie;
    • quelques piqûres d'insectes (tique de l'encéphalite).

    Le syndrome cérébrosthénique chez les patients adultes est causé par les raisons suivantes:

    • commotion cérébrale;
    • blessures intracrâniennes traumatiques;
    • athérosclérose des vaisseaux sanguins;
    • méningite;
    • infections virales;
    • infections de nature bactérienne;
    • encéphalite morsures de tiques.

    Nous pouvons dire que la cause première commune est les lésions cérébrales de diverses natures.

    Nous comprendrons les concepts

    La croissance cérébrale se traduit littéralement par une faiblesse, une impuissance du cerveau. Ce terme combine un complexe de symptômes neurologiques indiquant une altération de la fonction cérébrale. Selon les statistiques, environ 3% des enfants souffrent de manifestations désagréables de cette maladie.
    Le syndrome cérébroasthénique chez les enfants et les adultes n'est pas une maladie distincte, mais combine un complexe de problèmes neurologiques sans indiquer leur origine. Pour le traitement correct de cette condition, le médecin détermine la cause du trouble du cerveau chez l'enfant.

    Quelles sont les caractéristiques du CAC dans une catégorie de personnes adultes?

    L'apparition d'une croissance cérébrale dans la catégorie des adultes, dans la plupart des cas, survient après des situations traumatisantes ou une inflammation du cerveau.

    Sa survenue fréquente après des accidents vasculaires cérébraux et la mort des tissus cérébraux est notée, également s'il y a une plaque athérosclérotique qui conduit à une carence en oxygène prononcée.

    La symptomatologie cérébrosthénique se manifeste par une altération de l'activité intellectuelle.

    La personne blessée n'est pas en mesure de se livrer à des activités quotidiennes qui nécessitent la mémorisation, la planification et la pleine conscience. Avec ce syndrome, même la lecture d'un livre peut être difficile, entraînant une fatigue rapide..

    Le syndrome cérébrosthénique s'accompagne d'une sensation constante de fatigue, d'un désir de dormir. Après un sommeil normal, à l'heure du déjeuner, une personne n'est plus en mesure de travailler normalement, car elle est très fatiguée.

    Le déclin des capacités mentales chez l'adulte s'accompagne d'une indifférence à ce qui se passe autour, d'agressivité et de sautes d'humeur constantes.

    Il y a souvent des troubles végétatifs, qui se manifestent par une mauvaise tolérance aux stimuli (lumière vive, bruit, pièce étouffante, température élevée), une transpiration accrue, ainsi que des changements de la pression artérielle.

    Maux de tête touchés, ainsi que perte de sommeil.

    Caractéristiques présente un syndrome cérébrosthénique post-traumatique. Les personnes ayant subi un traumatisme crânien sont plus sujettes à l'agressivité, aux actions sans motivation spécifique, à un indice d'excitabilité élevé. Ces patients réagissent violemment aux stimuli externes..

    Ayant subi une blessure à la tête, le patient se souviendra longtemps des souffrances qu'il a subies, sera constamment inquiet et dans un état d'anxiété sans raison particulière, une perte de sommeil est notée.

    Il est particulièrement dangereux qu'avec une blessure à la tête, des signes de dysfonctionnement cérébral n'apparaissent pas immédiatement, mais après une certaine période de temps (semaines, mois). C'est pourquoi, après avoir subi des traumatismes crâniens, le patient doit être sous la surveillance de médecins pendant une longue période.

    Si vous aidez et soignez soigneusement la victime, la période de récupération passera plus rapidement.

    Comment identifier une maladie?

    Le diagnostic de la croissance cérébrale comprend un examen complet de l'enfant, car une variété de manifestations cliniques peuvent «masquer» le syndrome neurologique pour d'autres maladies. En même temps, il convient d'exclure les maladies somatiques qui peuvent donner des symptômes similaires.

    Les méthodes suivantes sont appliquées:

    Antécédents médicaux

    Pour poser un diagnostic et prescrire le bon traitement, il est très important de déterminer la cause des symptômes neurologiques chez l'enfant. Lors du diagnostic préliminaire, le médecin est guidé par une anamnèse de la vie, les plaintes des patients, les caractéristiques de l'évolution de la maladie. Le médecin attire l'attention sur les maladies dont souffre l'enfant, les blessures, prend en compte l'âge auquel elles sont apparues.

    L'évolution de la grossesse et de l'accouchement est importante non seulement pour le diagnostic de la maladie chez les nourrissons, mais aussi chez les enfants plus âgés. Après tout, des manifestations distantes de lésions cérébrales périnatales peuvent survenir à tout âge.

    Inspection par des spécialistes

    Lors d'un examen physique de l'enfant, les dysfonctionnements des organes internes associés à la croissance cérébrale sont évalués. Dans la plupart des cas, il y a des anomalies dans le système digestif et nerveux, le cœur et les reins, de sorte que l'enfant doit être consulté par de nombreux spécialistes.

    Un neuropathologiste évalue la symétrie et la sévérité des réflexes, évalue les caractéristiques du développement de l'enfant. Un rôle important dans le diagnostic est confié à un psychologue qui, à l'aide de tests spéciaux, évalue la mémoire, l'attention et la pensée de l'enfant.

    Diagnostic de laboratoire

    Un test sanguin et urinaire ne joue pas un rôle décisif dans le diagnostic, mais aide le médecin à exclure d'autres maladies pouvant provoquer de telles manifestations cliniques. Une attention particulière est portée à la détection du diabète, de l'anémie, des infections;

    Recherche instrumentale

    L'imagerie par résonance magnétique, un encéphalogramme et le diagnostic par ultrasons des vaisseaux sanguins alimentant le cerveau aideront à établir un diagnostic plus précis. Ces études aideront à identifier les changements dans le cerveau et à trouver la cause de la maladie..

    Conclusion

    De nouveaux résultats montrent que les problèmes de bioénergie périodiques qui augmentent l'activité des chaînes nerveuses contribuent à une santé cérébrale optimale. Ce sont des problèmes intellectuels, une restriction de l'apport alimentaire, de l'exercice.

    Des études ont montré que de tels problèmes périodiques de bioénergie activent des voies de signalisation dans les neurones qui soutiennent la santé mitochondriale.

    Au cours du vieillissement normal, une diminution de la fonctionnalité du métabolisme énergétique dans les cellules cérébrales est observée. Par exemple, glucose, transport d'électrons mitochondriaux, réparation de l'ADN, signalisation du facteur neurotrophique.

    Les psychologues aident à améliorer la vie de nombreuses personnes qui souffrent d'une instabilité émotionnelle importante. La psychothérapie relationnelle est la pierre angulaire du traitement du syndrome cérébrosthénique avec la thérapie comportementale et sensorimotrice.

    La gestion de la colère, du sommeil, du contrôle neurobiologique améliore le traitement. Les méthodes holistiques de régulation, y compris le yoga, la méditation sur la pleine conscience, sont importantes pour la récupération et la guérison du syndrome cérébrosthénique.

    Commentaires

    Irina, 34 ans.

    Mon enfant a reçu un diagnostic de syndrome cérébrosthénique à l'âge de trois ans. Après cela, nous n'avons pas envoyé l'enfant à la maternelle, mais étudié selon un programme individuel à la maison (car il a fallu répéter plusieurs fois) + dans une leçon individuelle, le fils ne perd pas sa concentration aussi souvent qu'en classe pour 23 personnes.

    Le médecin a prescrit des nootropiques et des soins. Et je dirai que l'effet du traitement est vraiment lent, mais traçable. Le fils est devenu moins fatigué, l'attention s'est développée et, surtout, les capacités mentales se sont normalisées. Ne retardez pas le traitement, et tout ira bien.

    Marina, 28 ans.

    J'ai remarqué chez ma fille, pendant la première année d'école, des problèmes de lecture, au bout de dix minutes elle a tout quitté et s'est presque couchée. Inquiet, conduit au médecin. En conséquence, le pédopsychiatre a diagnostiqué un TAS. Nootropiques et complexes vitaminiques prescrits.

    Après un mois et demi, des changements modérément positifs ont commencé à être détectés. La fille est devenue plus attentive, sensiblement plus active. Nous résolvons 3-4 problèmes arithmétiques par jour afin de développer progressivement des capacités intellectuelles. Il y a des progrès, continuez le traitement.

    Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite