Syndrome céphalique: développement, types et manifestations, diagnostic, comment traiter

Le syndrome céphalique est une maladie qui s'accompagne de maux de tête, de fatigue et d'apathie. Une anomalie peut sérieusement aggraver la vie d'une personne et entraîner le développement de complications dangereuses.

Diagnostiquer la maladie correctement et à temps est assez difficile, mais toujours réel. Les patients se plaignent de douleurs fréquentes dans la région temporale, frontale ou occipitale, ainsi que de tension et de fatigue pendant la journée. En même temps, les muscles, les articulations, les vaisseaux ou les muqueuses sont inquiets, et non le cerveau lui-même, car il semble souvent malade, car il n'a pas de terminaisons sensibles.

La céphalée peut être le résultat de maladies infectieuses et inflammatoires, de l'oncologie, ainsi que des mauvaises habitudes d'une personne: suralimentation régulière, abus d'alcool et tabagisme. Souvent, la maladie se développe en raison d'une pathologie circulatoire dans le corps.

Selon la CIM 10, le code du syndrome céphalique est R51, ce qui indique un mal de tête.

Les causes de la maladie

Le syndrome céphalique est communément appelé douleur à la tête. Presque chaque personne est confrontée à cette maladie. Mauvaise routine quotidienne, tout dysfonctionnement du système immunitaire, inflammation, infection et oncologie peuvent provoquer une céphalée.

En raison du grand nombre de raisons qui peuvent conduire à l'apparition et au développement du syndrome, il est impossible de savoir pourquoi la pathologie se développe. Les experts estiment que la maladie apparaît en raison de plusieurs facteurs à la fois:

  • Hérédité. Il a été prouvé qu'une prédisposition génétique entraîne le plus souvent des douleurs à la tête, même chez l'enfant.
  • Maladies névralgiques et vasculaires.
  • Mode de vie malsain. L'abus d'alcool, le tabagisme, le mode de vie inactif ou, au contraire, son rythme trop rapide, le travail sédentaire, le manque de promenades quotidiennes et le manque d'air frais peuvent provoquer une céphalée et provoquer des complications de la maladie.

Le syndrome est divisé en une maladie indépendante (primaire) et une manifestation de la pathologie sous-jacente (secondaire). Le premier groupe comprend la migraine et les céphalées de tension (GBN).

La migraine est remarquable par son intensité. Il peut apparaître à tout moment et ne pas s'arrêter même pendant plusieurs jours. Dans ce cas, en règle générale, une partie de la tête dérange. L'apparition de la migraine peut être prédite: une personne a des étourdissements et des nausées, et la vision se détériore. La maladie dérange à la fois les jeunes et les personnes âgées. Le plus souvent, la maladie est héréditaire.

GBN ressemble à serrer le cerveau avec un cerceau ou à le tirer dans un étau. La douleur dure d'une demi-heure à 2-3 jours. Elle survient généralement lors d'un stress physique ou émotionnel..

Si la douleur dérange une personne pendant plusieurs jours, consultez un médecin dès que possible. Tout d'abord, vous devez consulter un thérapeute qui orientera le patient vers un spécialiste spécialisé étroit.

L'encéphalopathie dyscirculatoire (DE) est le principal représentant du deuxième groupe de céphalées. La maladie est caractérisée par une altération du flux sanguin dans la tête, elle est souvent associée à l'athérosclérose et à l'hypertension. Les patients éprouvent des maux de tête prolongés qui peuvent attraper une personne n'importe où et n'importe quand. Les sensations désagréables ressemblent à une contraction du cerveau. La douleur est particulièrement pire après le déjeuner avec un stress mental..

La dystonie végéto-vasculaire (VVD) est également une cause secondaire de la maladie. Les patients se plaignent d'engourdissement de la tête, d'une sensation de chaleur et de brûlure, d'une pulsation et d'une lourdeur inhabituelles. Il est presque impossible de déterminer l'emplacement exact de la douleur. La céphalée avec IRR procure le plus grand inconfort la nuit.

Symptômes de pathologie

Chaque céphalée se manifeste individuellement. Le syndrome céphalgique léger ne s'accompagne que de maux de tête et de malaise général. La localisation de la douleur dépend de l'organe affecté:

  1. Avec la névrite du nerf facial, la zone du visage est affectée, dans les cas graves, une déficience visuelle et auditive se produit.
  2. La douleur temporaire est caractéristique de la céphalée, qui est apparue sur le fond de dysfonctionnements hormonaux ou de stress nerveux.
  3. En cas de problèmes avec les vaisseaux sanguins - la douleur devient chronique, l'hypertension apparaît.
  4. Avec le VVD, la douleur affecte non seulement la tête, mais aussi l'appareil vestibulaire, des étourdissements, des sauts de tension artérielle et une démarche instable apparaissent.

Les symptômes les plus dangereux, qui doivent nécessairement servir de motif pour contacter un spécialiste, comprennent:

  • Douleur intolérable qui se produit avec des nausées;
  • Sautes d'humeur fréquentes et troubles mentaux;
  • Augmentation de la douleur pendant les éternuements, la toux;
  • Augmentation de la température;
  • L'apparition de tension musculaire;
  • Pulsation prononcée dans les tempes et les yeux.

Diagnostic de la céphalée

Premier pas

Pour déterminer la cause exacte du syndrome céphalique, le médecin doit s'informer auprès du patient de la nature du mal de tête:

  1. Localisation de l'inconfort;
  2. Durée de la douleur
  3. La présence d'autres troubles nerveux.

La maladie peut être diffuse, localisée ou éclatante. Le premier type le plus courant, qui survient en raison de troubles nerveux et de surmenage psychologique. Dans ce cas, la douleur affecte la tête entière avec une force égale..

Avec une localisation, qui peut résulter d'une déficience visuelle ou d'une pression intraoculaire élevée, la douleur survient à un certain endroit.

Le dernier type d'éclatement est un signe de pression intracrânienne et d'hypertension..

Le syndrome céphalique est divisé en 2 stades. Le premier révèle la présence de pulsations, coïncidant souvent avec le rythme cardiaque. Sur le second - la fréquence des céphalées et la force de la manifestation du syndrome. Si la cause de la maladie est une maladie vasculaire, la douleur apparaîtra en raison d'une violation du déséquilibre de la pression intracrânienne. Habituellement, des sensations désagréables surviennent à un certain moment et augmentent considérablement. La douleur surviendra à chaque fois dans de nouveaux endroits et augmentera progressivement si le syndrome a été causé par une dépression nerveuse ou un surmenage du système nerveux central.

Les symptômes secondaires, par exemple, la peur de la lumière vive et des sons forts, sont également d'une grande importance. Plus souvent, ces troubles se rencontrent chez l'adulte que chez l'enfant.

Seconde phase

Après un interrogatoire oral, le patient doit passer par la phase de recherche physique. Le patient doit consulter l'oto-rhino-laryngologiste, l'orthodontiste et le neurologue. Si un enfant soupçonne une céphalalgie, il est nécessaire de consulter un pédiatre qui établira le bon diagnostic.

Après examen par des médecins, le patient se voit prescrire un électroencéphalogramme. Cet examen est un appareil spécial qui aide à fixer les biocourants du cerveau. Si un dysfonctionnement est détecté lors du passage des impulsions, les spécialistes détectent la céphalée.

Avec des résultats négatifs de l'étude, on prescrit au patient une échographie des principaux vaisseaux de la tête et une IRM, l'état du cerveau, des vaisseaux sanguins et du système musculo-squelettique sont vérifiés.

Traitement du syndrome

La thérapie du syndrome exprimé devrait inclure des médicaments, le respect de la routine quotidienne, une bonne nutrition et la médecine traditionnelle. En raison du grand nombre de raisons qui conduisent à l'apparition du syndrome, son traitement varie considérablement. Mais avec n'importe quelle forme de céphalalgie, vous devez absolument tout mettre de côté et vous détendre.

D'autres actions dépendent de la source de la douleur:

  • Pour arrêter la douleur associée au syndrome céphalgique persistant, vous devez prendre tout médicament contre la douleur, par exemple, «Analgin», «Solpadein», «Panadol». Si la douleur est trop intense, le médicament doit être administré par voie intraveineuse ou intramusculaire. Il faut se rappeler que "Analgin" est contre-indiqué pour les personnes souffrant de bronchospasme ou de saignement.
  • Afin de se débarrasser de la douleur liée aux troubles vasculaires, la pression artérielle doit être normalisée. À bas, cela aidera: «Extrait d'Eleutherococcus» et «Pantocrine», à haut - «No-shpa» et «Curantil». Chaque médicament a des contre-indications et des effets secondaires.Par conséquent, avant de les utiliser, vous devez toujours consulter votre médecin..
  • Si la céphalalgie est une conséquence de VVD, vous devez masser les tempes, faire une promenade dans la rue, puis mettre une compresse fraîche sur votre front ou prendre une douche de contraste. Tout cela devrait aider le corps à faire face à la maladie. De plus, l'utilisation simultanée des médicaments suivants ne fait pas de mal: eufilline, caféine, cavinton, furosémide et veroshpiron.
  • Pour les migraines, vous devez prendre: "Paracétamol." Si le soulagement ne vient pas, "Imigran".
  • La douleur céphalalgique est soulagée par les analgésiques conventionnels, mais le traitement lui-même nécessite le plus souvent l'inclusion d'antidépresseurs: «Aleval», «Paroxin», «Zalox», «Aminotriptyline».
  • Afin de soulager les tensions et détendre le corps, les spécialistes peuvent prescrire des relaxants musculaires: «Dillacin», «Clindamycin», «Milagin».
  • Dans presque toutes les formes de syndrome céphalique, diverses procédures physiothérapeutiques et effets psychothérapeutiques aident: massage thérapeutique de la zone du col cervical, résineux, sulfure d'hydrogène, bains de sel et de radon, ainsi qu'une douche de contraste le matin.

Méthodes alternatives de traitement de la maladie

Pour améliorer l'état général du corps atteint du syndrome céphalique, vous pouvez également utiliser la médecine traditionnelle. Mais avant de les utiliser, vous devriez également consulter un médecin.

  1. Les attaques de céphalée peuvent être éliminées avec des compresses chaudes de fraîchement infusé et de menthe et de thés.
  2. Une écorce de citron et une feuille de chou qui doit être attachée à la zone du temple seront également utiles..
  3. L'infusion d'herbes de millepertuis aidera à soulager la douleur. Vous devez le prendre toute la journée à petites gorgées.
  4. La teinture de calendula avec de l'alcool soulagera les migraines si elle est appliquée derrière l'oreille. Dans ce cas, vous devez vous envelopper la gorge avec un foulard en laine et vous allonger pendant un court instant. Après 20 minutes, la condition devrait s'améliorer.
  5. Pour réduire la pression, vous pouvez prendre des bains de pieds, mettre une moutarde sur le muscle du mollet ou le bas de la jambe. Les compresses de vinaigre de cidre de pomme, qui sont appliquées sur la plante du pied, seront également adaptées..
  6. Les pommes de terre au four ou le jus de betterave au citron, au miel ou aux baies de cassis aideront à faire face à l'hypertension..
  7. Pour augmenter la pression, vous pouvez boire du café ou du thé fort avec du sucre, manger du chocolat amer.

Quelques conseils

Pendant le traitement du syndrome céphalique, n'essayez pas de traiter les maux de tête sans l'avis d'un médecin. La thérapie choisie par le patient peut être incorrecte, ce qui conduira finalement au développement de la maladie et à l'apparition de complications concomitantes. De plus, l'utilisation fréquente de médicaments contre la douleur peut aggraver l'état d'autres organes du corps..

Avant de procéder au traitement de la douleur, vous devez subir un examen complet du corps et découvrir la véritable cause de l'anomalie.

Un médecin vraiment expérimenté et compétent doit non seulement prescrire des médicaments, mais également ajuster la routine quotidienne du patient, recommander un ensemble d'exercices physiques, de massage thérapeutique, de thérapie manuelle, de formation psychologique et de psychothérapie pour améliorer la santé..

La prévention

La santé humaine dépend directement du mode de vie. C'est pourquoi, afin d'éviter l'apparition d'un mal de tête, il est nécessaire de suivre certaines règles:

  • Promenades plus fréquentes le soir;
  • Éviter le stress
  • Faites du yoga, qui vous aidera à vous détendre et à mettre de l'ordre dans vos pensées;
  • Dans ses temps libres, faites des exercices de respiration;
  • Faites de la gymnastique et de l'exercice le matin;
  • Suivez un cours d'acupuncture et de photothérapie;
  • Surveillez votre posture;
  • Dormez 6-8 heures par jour;
  • Remplacez un matelas ordinaire par un matelas orthopédique;
  • Il y a plus de fruits et légumes riches en vitamines, minéraux et oligo-éléments;
  • Pour refuser de mauvaises habitudes.

Prévoir

Il est complètement impossible de guérir le syndrome céphalique. Mais grâce à un traitement adéquat en temps opportun, un effet thérapeutique évident peut être obtenu. Certaines variétés de céphalalgie elles-mêmes cessent de déranger une personne au fil du temps et disparaissent complètement. L'essentiel n'est pas d'essayer de faire face à la maladie vous-même et à la première occasion de demander l'aide d'un spécialiste.

Tout sur la céphalgie

informations générales

La céphalée (céphalée - GB) est une sensation douloureuse et désagréable qui se propage vers le haut à partir des sourcils et jusqu'à la zone cervico-occipitale. Les maux de tête sont principalement associés à une irritation des récepteurs de la douleur existants de la peau, du tissu sous-cutané et du casque tendineux, sans parler des vaisseaux du tégument mou de la tête et des vaisseaux intracrâniens. Il convient de noter qu'au sens large, ce concept inclut la douleur faciale.

La sensibilité des tissus à la douleur dépend principalement de la densité des récepteurs nerveux eux-mêmes: par exemple, les tissus sans récepteurs n'ont pas de sensibilité à la douleur.

Étiologie et pathogenèse

Dans la plupart des cas, la céphalalgie a une origine vasculaire, c'est-à-dire due à une dilatation (hypertrophie ou expansion) ou à un spasme des artères intracrâniennes et extracrâniennes (nous parlons de différentes variantes de la migraine, des maladies cérébrovasculaires et des maux de tête, qui sont un symptôme et une conséquence de l'hypertension).

Un mal de tête sévère se développe lors de l'irritation des méninges, accompagnant la méningite et l'hémorragie sous-arachnoïdienne. Nous ne pouvons pas parler du changement de la viscosité du sang, de la compression ou, au contraire, de la tension dans les muscles de la tête, de l'irritation du nerf trijumeau ou occipital. Tous ces facteurs peuvent provoquer des maux de tête légers / graves, à court terme / à long terme. À son tour, la céphalée, provoquée par de vastes processus intracrâniens, s'accompagne souvent de vomissements et sans sensation de nausée.

De plus, les maux de tête peuvent être une composante majeure du syndrome post-commotionnel. Les maux de tête sont l'un des principaux symptômes de toutes les maladies infectieuses qui surviennent avec une forte fièvre. Des maux de tête locaux et diffus peuvent survenir avec diverses maladies des yeux ou des sinus paranasaux.

La céphalée, qui est causée par des maladies toxiques systémiques, ainsi que des troubles métaboliques, est répartie dans un groupe distinct.

Mais, néanmoins, les maux de tête les plus courants sont de nature psychogène. Ainsi, un mal de tête prolongé qui ne disparaît pas pendant plusieurs années, indique le plus souvent un état dépressif latent.

Une attention particulière doit être accordée aux maux de tête de tension résultant d'une surcharge émotionnelle, tandis que les muscles du cuir chevelu sont les récepteurs récepteurs dans ce cas..

Un type de mal de tête très rare, et donc difficile à différencier, est la céphalée, qui se manifeste dans le contexte d'une réduction rapide des canaux nasaux, due à une rhinite allergique.

Il est important que le mécanisme «secondaire» puisse par la suite rejoindre le principal mécanisme de formation et de développement de la céphalée: par exemple, un mal de tête de la tension dite musculaire peut rejoindre la douleur vasculaire observée lors de la migraine. Dans de tels cas, il est extrêmement important de déterminer correctement la cause profonde et le mécanisme principal de la céphalée afin de commencer le traitement en temps opportun, ce qui entraînera une diminution ou même une disparition complète des maux de tête secondaires..

Les principales causes de maux de tête

  1. stress et surmenage,
  2. tension musculaire localisée dans la région du cou et des épaules,
  3. prédisposition à la migraine,
  4. hypertension (ou hypertension),
  5. les maladies systémiques, parmi lesquelles les plus courantes et les plus courantes sont le rhume et la grippe,
  6. fumeur,
  7. consommation d'alcool,
  8. manque de liquide dans le corps,
  9. perturbation ou manque de sommeil,
  10. choc solaire ou thermique,
  11. effets secondaires sur le corps des médicaments (en particulier les analgésiques),
  12. diverses maladies oculaires,
  13. les maladies orthopédiques (surtout les maux de tête tourmentent les personnes qui ont des problèmes avec le fonctionnement de la colonne cervicale),
  14. blessures à la tête,
  15. trouble métabolique (par exemple diabète),
  16. anémie (ou anémie),
  17. méningite (inflammation des méninges),
  18. encéphalite (ou inflammation du cerveau),
  19. hémorragie cérébrale,
  20. violation de la circulation artérielle non seulement du cerveau, mais aussi de ses membranes,
  21. AVC (ou AVC d'apoplexie),
  22. Maladie de Horton (ou artérite temporale temporale),
  23. une tumeur au cerveau.

Types pathogénétiques

Céphalée vasculaire

La céphalée est un symptôme précédant ou concomitant d'une augmentation significative de la pression artérielle (ou de la pression artérielle), avec l'indicateur le plus important de la pression artérielle diastolique, qui dépasse 25% de la normale.

Les manifestations suivantes sont caractéristiques de la céphalée vasculaire avec hypertension artérielle:

  • localisation occipitale,
  • apparition au réveil,
  • gain après l'effort physique.

Avec une forte augmentation de la tension artérielle, une affection grave appelée «encéphalopathie hypertensive aiguë» peut se développer, caractérisée par l'apparition de symptômes prononcés: maux de tête sévères, vomissements répétés, confusion, convulsions convulsives.

La céphalée est l'un des symptômes frappants d'une catastrophe cérébrale aiguë. Selon les études, avec une hémorragie sous-arachnoïdienne chez 95% des patients, il y a eu un mal de tête soudain, intense et bilatéral ressemblant à un «coup à la tête». De plus, dans certains cas, un mal de tête n'est pas détecté immédiatement, car le patient peut être dans un état d'agitation psychomotrice ou dans le coma.

Les maux de tête avec AVC hémorragique se développent fortement, tandis qu'il y a une augmentation de la pression artérielle, des étourdissements, des nausées et des vomissements. L'intensité et la sévérité de la céphalée dans ce cas dépendent de la taille de l'hématome intracérébral.

Les attaques de GB accompagnant l'hypotension artérielle sont causées par la présence de perturbations hémodynamiques, affectant, tout d'abord, les petites artères, ainsi que les artérioles, ce qui conduit, d'une part, à leur extension, et d'autre part, à une augmentation du flux artériel. La cause du syndrome douloureux est un étirement excessif du pouls des artères, de sorte que le mal de tête a un caractère pulsatoire, se concentrant dans la région temporopariétale ou occipitale. Un autre mécanisme qui provoque des maux de tête avec hypotension est provoqué par la difficulté de faire sortir le sang directement veineux de la région du crâne en raison d'une diminution du tonus des veines intracrâniennes. Une telle douleur survient lorsque le patient est en position horizontale ou avec la tête inclinée. À son tour, la position verticale du corps améliore l'écoulement veineux de la cavité crânienne, apportant un soulagement au patient.

Liquorodynamique

L'augmentation de la pression intracrânienne est inextricablement liée aux soi-disant «processus volumétriques» qui limitent l'espace intracrânien (nous parlons de tumeurs, de kystes, ainsi que d'abcès cérébral). Dans de tels cas, les GB sont caractérisés par un caractère éclatant, l'apparition le matin et une amplification lorsque le corps et la tête sont mal positionnés. Souvent, les processus volumétriques s'accompagnent d'une manifestation de symptômes neurologiques focaux, sans parler des symptômes cérébraux, parmi lesquels les principaux sont les vomissements et les troubles de la conscience.

Avec une diminution de la pression intracrânienne, on observe des maux de tête de drainage qui se produisent ou s'intensifient lorsque la tête bouge ou secoue (par exemple, en marchant), car une tension des structures intracrâniennes sensibles à la douleur se produit. La céphalalgie fluorodynamique dans ce cas est diffuse, caractérisée par une douleur sourde et de faible intensité, mais en même temps prolongée, aggravée en position verticale.

Tension musculaire

Cette variante de la céphalée est causée par diverses raisons, mais la présence d'hyperréception (excitabilité accrue des récepteurs et des conducteurs) est considérée comme un signe courant pour eux. Ce type de céphalée comprend la douleur associée à l'inflammation ou aux dommages dégénératifs de la colonne cervicale directement (les soi-disant dorsopathies cervicales). La douleur est le plus souvent concentrée dans les régions cervicales et occipitales, bien qu'elle puisse s'étendre aux zones frontale et temporale, donnant à l'épaule et au bras.

La nature du syndrome douloureux:

  • unilatéral,
  • intensité modérée,
  • gagner en bougeant la tête ou en restant longtemps dans une position inconfortable,
  • augmentation de la palpation du groupe musculaire cervico-occipital.

L'apparition d'un syndrome sympathique cervical postérieur est possible, caractérisée par la présence de maux de tête de type migraineux, accompagnés des troubles autonomes suivants: pupille dilatée ou rétrécie, hyperhidrose faciale, ptose, vertiges et vision floue.

Une autre variante de la douleur apparaît lorsque les muscles du tégument mou sont resserrés ou serrés, tandis que la douleur est le plus souvent locale, mais assez rapidement généralisée, car la tension d'un muscle à travers l'aponévrose tendineuse du casque est transmise aux autres muscles. Une céphalée de ce type peut s'accompagner d'une sensation de faiblesse, d'étourdissements et de vertiges. Les patients ne peuvent pas porter de chapeaux, ça fait mal de se coiffer.

Névralgique

Ce groupe de douleurs comprend principalement la prosopalgie (ou douleur faciale), qui présente les signes cliniques suivants:

  • caractère paroxystique (alors que les paroxysmes courts se produisent principalement les uns après les autres),
  • unilatéral,
  • intensité,
  • personnage de tir,
  • la présence de zones de déclenchement, dont l'irritation déclenche une attaque,
  • irradiation vers des régions voisines ou éloignées.

Névralgie du trijumeau la plus souvent diagnostiquée. À son tour, le nerf optique, qui est la première branche du nerf trijumeau, est affecté un peu moins fréquemment par les branches maxillaire et mandibulaire. Le syndrome douloureux apparaît dans la zone d'innervation des branches du nerf trijumeau, commençant spontanément ou provoquée par le brossage des dents, la mastication des aliments, la déglutition ou le rasage. En plus de la douleur, le patient présente une diminution de la sensibilité cutanée du visage. Avec des maux de tête constants, une diminution de la sensibilité faciale, une perte de poids et une faiblesse des muscles masticateurs, les maladies suivantes sont diagnostiquées dans la plupart des cas: compression d'un nerf tumoral intracrânien, tumeur sinusale, névrome trijumeau.

Psychogène

Lorsque l'on considère ce type de céphalée, il est important de comprendre la différence entre les termes psychogène GB et psychalgia. Ainsi, la céphalalgie psychogène se développe à la suite d'un stress psychologique, tandis que la douleur dans la psychalgie est provoquée par une dépression latente. Une caractéristique importante de la psychalgie est l'absence complète de caractéristiques physiques spécifiques: ainsi, décrivant leurs sentiments, les patients utilisent des concepts métaphoriques.

L'abusus cephalgia, causé par l'utilisation fréquente de certains analgésiques, aggravant la douleur et réduisant l'efficacité d'autres analgésiques, mérite une attention particulière. Le mécanisme de formation et de développement de GB abusif conduit au fait que l'efficacité d'une dose unique est considérablement réduite, alors qu'il est nécessaire d'augmenter les doses et d'utiliser une combinaison de médicaments, ce qui provoque la chronicité des céphalées existantes. Conclusion: la douleur paroxystique se transforme en chronique (monotone), du monolatéral au bilatéral, tandis que son intensité diminue, ainsi que la sévérité des symptômes qui l'accompagnent. Le plus souvent, ce type de céphalalgie se développe à partir de la migraine, un peu moins souvent - du stress GB.
Fait intéressant, pour le développement de douleurs abusives, l'utilisation prolongée d'analgésiques conçus pour éliminer les maux de tête.

Souvent, la céphalée abusive se développe avec l'utilisation régulière des médicaments suivants: analgine, acide acétylsalicylique, ainsi que codéine et ergotamine, divers barbituriques et triptans. De plus, l'utilisation prolongée de tranquillisants peut également provoquer le développement d'abus GB, ainsi que de troubles dépressifs.

Il convient de noter qu'il existe un certain nombre de médicaments qui peuvent provoquer indépendamment l'hypertension: les antimicrobiens (par exemple, les tétracyclines, les noirs et les bactéries), les inhibiteurs de l'histamine H2 (par exemple la cimétidine), les nitrates, la réserpine, ainsi que les antagonistes du calcium et le dipyridamole, divers contraceptifs et remèdes indiqués pour le traitement de la rhinite.

Classification

Les maux de tête sont primaires et secondaires. Ainsi, avec la céphalalgie primaire, le patient ne révèle aucune cause organique, tandis que les maux de tête secondaires (ou symptomatiques) peuvent être le résultat de blessures d'origines diverses et de troubles métaboliques, de maladies neurologiques et somatiques, d'un stress émotionnel excessif, d'une intoxication ou de la prise de médicaments. Je dois dire que la céphalalgie secondaire est assez rare, donc la tâche principale du médecin est d'exclure ce type de douleur.

Les maux de tête sont répartis dans les groupes suivants (en fonction de la maladie ou de l'état qui les a provoqués):

  1. migraine,
  2. Tension GB,
  3. Go en cluster,
  4. GB pour tumeur cérébrale,
  5. GB dans l'artérite temporale,
  6. GB avec un rhume,
  7. GB avec névralgie du trijumeau,
  8. GB pour blessure à la tête,
  9. GB pour déficience visuelle,
  10. GB lors de la prise de drogues,
  11. GB à l'hypertension artérielle.

Migraine

Ce type de maux de tête a une période préliminaire, au cours de laquelle les symptômes suivants sont observés:

  • fatigue,
  • état déprimé,
  • déficience visuelle,
  • divers problèmes neurologiques, se manifestant par des "étincelles dans les yeux", une perte de vision latérale.

La douleur localisée d'un côté de la tête présente les symptômes suivants:
  • caractère palpitant,
  • développement progressif avec renforcement ultérieur,
  • la fréquence des attaques qui se répètent tous les quelques jours ou semaines.

Cette douleur dure plusieurs heures, mais pas plus de deux jours. Ce type de céphalée peut être causé par la consommation d'alcool ou de certains aliments, comme le chocolat. Souvent, les migraines sont déclenchées par le stress, le stress mental et physique, les longs trajets dans les transports, les changements météorologiques, les mauvaises habitudes de sommeil, l'utilisation de certains médicaments, une forte lumière et un bruit fort. Les migraines sont souvent accompagnées de bouffées vasomotrices, de nausées et de vomissements, tandis que le soulagement vient après le sommeil. Les personnes souffrant de migraine recherchent la solitude dans une pièce sombre et, surtout, calme.

Tension GB

Il s'agit du type de céphalée le plus courant observé dans 90% de la population âgée de 25 à 30 ans. Les céphalées de ce groupe sont chroniques et épisodiques. Dans le premier cas, le nombre de saisies est supérieur à 15 par mois et les saisies avec cette fréquence sont enregistrées pendant au moins six mois par an. Dans le deuxième cas, la fréquence des crises est d'au moins 15 par mois, tandis que la crise peut durer d'une demi-heure et jusqu'à 7 jours.

La principale cause de stress GB est la surcharge mentale. Les caractéristiques de personnalité du patient sont également importantes, à savoir la méfiance et l'anxiété..

Caractéristiques du syndrome douloureux:

  • absence de localisation claire (douleur bilatérale avec un épicentre dans le front, la nuque ou la couronne),
  • un schéma de douleur spécifique caractérisé par la monotonie, la compression de la tête,
  • douleur accrue lors du port d'un casque dense, lors du peignage.

Ce type de céphalalgie s'accompagne souvent d'anorexie, de nausées, de photophobie et de phobie sonore, de douleurs au cou et au dos, sans vomissements.

Go en cluster

Il s'agit d'un type de céphalgie assez rare, caractérisé par des paroxysmes de douleur strictement unilatérale et tirante, extrêmement douloureuse, qui sont regroupés en faisceaux (ou grappes), séparés par des périodes de rémission relativement longues. Les représentants du sexe fort souffrent de telles douleurs 6 fois plus souvent que les femmes. L'âge moyen de la douleur est de 30 ans.

Lors d'une exacerbation, une à trois crises par jour sont enregistrées, qui surviennent principalement pendant la période de repos, ainsi que la nuit (ce que l'on appelle la «douleur d'alarme»). L'attaque peut durer de 15 minutes à 3 heures (durée moyenne - 45 minutes). La douleur est concentrée dans la région périorbitaire, ainsi que dans les zones frontotemporales, parfois observées dans la région occipitale et cervicale.

Le syndrome douloureux est si fort que le patient tombe à genoux, bat les poings ou la tête contre le mur, tandis que les symptômes végétatifs suivants sont détectés du côté de l'apparition de la douleur:

  • injection de sclérotique,
  • larmoiement sévère,
  • congestion nasale,
  • poches du siècle,
  • rhinorrhée (sécrétion de mucus aqueux par le nez),
  • ptose (ou omission de la paupière supérieure),
  • myosis (ou rétrécissement de la pupille).

À la fin de l'attaque, le patient ressent une dévastation (dans de rares cas, de l'euphorie). L'attaque s'accompagne de jeter le patient dans la pièce en se balançant d'un côté à l'autre. En position couchée, le patient se tord de douleur intense.

GB pour tumeur cérébrale

Ce type de douleur se caractérise par une augmentation de l'intensité à chaque attaque, et le pic de céphalée avec une tumeur cérébrale atteint le matin.

Manifestations caractéristiques:

  • aggravé par le mouvement ou la tension, la toux et les éternuements, lors de la levée de poids,
  • allongé,
  • nausée et vomissements.

GB dans l'artérite temporale

Il s'agit d'un type grave de céphalée, diagnostiquée principalement chez les personnes âgées qui souffrent d'artérite temporale, qui est une inflammation des artères de la zone temporale. Les maux de tête avec artérite peuvent ne pas disparaître pendant des jours, voire des semaines entières, localisés d'un côté de la tête. Les patients peuvent clairement indiquer l'emplacement de la douleur.

GB avec un rhume

Une cause fréquente de céphalée est un processus inflammatoire qui se produit dans les sinus paranasaux.

Les principaux signes d'un mal de tête qui survient avec une sinusite:

  • l'apparition de douleur pendant ou après une hypothermie sévère,
  • présence de rhinite profonde nasopharyngée,
  • localisation à un endroit du visage ou de la tête,
  • une augmentation rapide de l'intensité de la douleur, qui atteint son apogée le matin, en raison de laquelle le mucus, qui n'a pas eu le temps de se vider complètement,
  • augmentation des crises lors de la toux, des éternuements et des mouvements brusques de la tête.

De plus, la douleur avec sinusite est aggravée par la consommation d'alcool, avec des changements brusques de température.

GB avec névralgie du trijumeau

La céphalée avec névralgie du trijumeau (le soi-disant tic douloureux) se développe à la suite d'une inflammation de l'un des principaux nerfs du visage. Ainsi, les patients (principalement des personnes âgées) ressentent une douleur aiguë qui ne dure que quelques secondes. Manger, se brosser les dents et toucher la zone sensible du visage peut déclencher des crises de douleur.

GB pour blessure à la tête

Les traumatismes crâniens sont une cause fréquente de maux de tête. Ainsi, chez les personnes âgées, même un léger coup à la tête entraîne souvent une hémorragie interne. Le sang accumulé (ou hématome sous-dural) comprime le cerveau, provoquant ainsi le développement d'un mal de tête.

GB pour déficience visuelle

Divers problèmes de vision peuvent également provoquer de graves maux de tête. Ainsi, les attaques peuvent être causées par une mauvaise sélection des lunettes, une fatigue oculaire excessive, un glaucome (augmentation de la pression intraoculaire). Une telle douleur est donnée à la partie temporale, localisée sur le nez.

GB lors de la prise de drogues

Certains médicaments peuvent provoquer des douleurs à la tête. Ainsi, les principaux médicaments conduisant à la céphalée sont la nitroglycérine et des médicaments similaires (par exemple, le dinitrate-isosorbide). Ces médicaments dilatent à la fois les artères du cœur et les vaisseaux sanguins de la tête, provoquant ainsi des maux de tête.

GB à l'hypertension artérielle

L'un des symptômes de l'hypertension artérielle est un mal de tête lancinant, qui est le plus souvent concentré dans la zone occipitale, se manifestant surtout très tôt le matin quand une personne se réveille. Un mal de tête aigu, une vision altérée et accompagné d'une raideur de la nuque, est une condition préalable à une éventuelle hémorragie cérébrale.

Diagnostique

Lors de la collecte d'une anamnèse chez des patients souffrant de maux de tête fréquents, il est nécessaire de respecter un certain schéma qui vous permet de différencier correctement le diagnostic et les causes du syndrome douloureux.

Ainsi, lors de la collecte d'une anamnèse, les facteurs suivants sont établis:

  1. périodicité - la céphalée peut survenir plusieurs fois par jour, durer des semaines, des mois, des années,
  2. heure de la journée (apparition ou intensification de la douleur la nuit, le matin ou l'après-midi / le soir),
  3. durée des crises: par exemple, la GB aiguë dure des heures, des jours ou des semaines, tandis que la GB chronique est observée pendant des mois, voire des années,
  4. localisation - unilatérale ou bilatérale,
  5. type - pulsation, compression, éclatement ou émoussement GB,
  6. intensité,
  7. facteurs qui provoquent ou renforcent une attaque de GB,
  8. changements dans l'état émotionnel qui précèdent la céphalée (p. ex. anxiété, irritabilité, dépression),
  9. stéréotype: similitudes ou différences de maux de tête les uns des autres,
  10. symptômes associés: nausées, vomissements, photophobie ou phonophobie,
  11. facteurs qui facilitent le GB,
  12. aspects psychosociaux de la vie, ainsi que les antécédents familiaux.

Pour un diagnostic correct, il est extrêmement important non seulement d'établir les caractéristiques du tableau clinique et de l'évolution du GB, mais également de procéder à un certain nombre d'examens supplémentaires en temps opportun, sans parler de la consultation de médecins hautement spécialisés.

Ainsi, la radiographie du crâne est pertinente pour la détection de fractures dans diverses blessures cranio-cérébrales, avec des malformations de la base du crâne, avec une sinusite. En cas de suspicion d'ostéochondrose, une radiographie du rachis cervical est recommandée..

Lors du diagnostic de maladies cérébrovasculaires aiguës accompagnées de maux de tête, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) est prescrite, et le choix de la méthode de recherche dépend de la nature de la pathologie présumée. Par exemple, la TDM est mieux utilisée pour diagnostiquer les hémorragies sous-arachnoïdiennes, tandis que l'IRM est recommandée pour les tumeurs de la fosse crânienne..

L'échoencéphaloscopie est une méthode rapide, simple, abordable, mais pas la plus fiable pour diagnostiquer les formations intracrâniennes supratentorales étendues..

L'électroencéphalographie (ou EEG) est la principale méthode de diagnostic de l'épilepsie. Mais dans certains cas, c'est à l'aide de l'EEG que vous pouvez identifier les symptômes des lésions focales du système nerveux, de l'encéphalopathie, de l'encéphalite (maladies qui sont une cause fréquente de maux de tête).

Il est recommandé de visiter les spécialistes suivants:

  • un ophtalmologiste qui mesurera la pression intraoculaire, examinera le fond d'œil, évaluera l'état du disque optique,
  • psychothérapeute (avec une prédominance de la douleur associée à des troubles psycho-végétatifs dans le tableau clinique),
  • neurologue (pour identifier une pathologie neurologique),
  • neurochirurgien.

Aujourd'hui, dans le diagnostic d'un certain nombre de maladies neurologiques se manifestant par la céphalée, une place importante est accordée à la ponction lombaire, au cours de laquelle l'aiguille est insérée dans la région sous-arachnoïdienne de la moelle épinière (cette procédure est réalisée au niveau lombaire).

Indications de ponction lombaire:

  • suspicion de maladies infectieuses du système nerveux central (méningite, encéphalite),
  • suspicion d'hémorragie intracrânienne, qui peut être sous-arachnoïdienne ou intracérébrale,
  • drainage du liquide céphalo-rachidien,
  • réduction de pression.

Le diagnostic de la céphalée secondaire, qui comprend les procédures et méthodes suivantes, mérite une attention particulière:

  1. Examen et palpation de la tête pour identifier les signes de traumatisme, les joints musculaires et tendineux, ainsi que la pulsation de l'artère temporale.
  2. Un examen approfondi des nerfs crâniens, y compris un examen du fond d'œil pour exclure le glaucome aigu à angle fermé.
  3. Examen de la cavité buccale pour exclure une pathologie dentaire pouvant provoquer une céphalée.
  4. Étude des articulations temporales et mandibulaires pour leur symétrie, amplitude de mouvement, morsure et claquement (cette procédure permet d'éliminer le dysfonctionnement de l'articulation temporo-mandibulaire elle-même).
  5. Inspection de la région de déclenchement dans la zone sous-occipitale, ainsi que du muscle sternocléidomastoïdien, dont un dysfonctionnement peut provoquer un GB de tension musculaire.
  6. Examen des troubles associés à la posture du patient, des asymétries squelettiques, des points de déclenchement possibles dans les épaules et le dos, qui peuvent également conduire à une traction GB.
  7. Une étude des symptômes méningés pour exclure une méningite ou une hémorragie sous-arachnoïdienne.
  8. Analyse de la force musculaire des membres supérieurs et inférieurs pour la détection rapide de la parésie ou de la paralysie.
  9. Identification de la sensibilité à la douleur du visage, des bras et des jambes.
  10. Palpation des ganglions lymphatiques cervicaux, de la glande thyroïde, examen des oreilles, du pharynx, des poumons, ainsi que de la cavité abdominale et du cœur pour exclure diverses pathologies somatiques.

Traitements traditionnels

Compte tenu du fait que les causes de la céphalée sont très différentes (y compris le fait que les maux de tête sont une manifestation de nombreuses maladies graves et potentiellement mortelles), la première occurrence de GB d'une durée supérieure à 12 heures nécessite une consultation médicale d'urgence. Si une céphalée due à des fluctuations de pression est observée, des médicaments qui abaissent la pression artérielle doivent être pris avec une pression artérielle élevée, alors qu'un thé ou un café fort est recommandé pour l'hypotension, vous pouvez également manger des cornichons ou une tranche de pain noir avec du beurre et du sel.

Très souvent, un mal de tête n'est qu'un symptôme temporaire et réversible causé par le stress, l'alcool ou le manque de sommeil. Dans ces cas, il n'est pas nécessaire de subir un traitement spécial, il suffit de prendre l'un des analgésiques efficaces (acide acétylsalicylique, paracétamol ou ibuprofène), qui sont librement vendus en pharmacie. Mais ces médicaments doivent être pris délibérément (surtout dans le cas de l'automédication). L'acceptation d'analgésiques comme prophylaxie est inacceptable. De plus, pour obtenir le plus grand effet, la posologie indiquée dans les instructions ne doit pas être dépassée. N'oubliez pas que la prise de ce groupe de médicaments pendant plus de trois jours consécutifs peut déclencher des maux de tête causés par des analgésiques..

Pour diverses maladies chroniques accompagnées de maux de tête, vous devriez consulter un médecin qui vous prescrira le traitement le plus optimal, en tenant compte de la maladie sous-jacente et des caractéristiques du corps du patient.

Si la céphalée est déclenchée par le stress, il est recommandé de prendre des analgésiques, des somnifères ainsi que des sédatifs. Si les maux de tête sont accompagnés de somnolence, de nausées, de vomissements, d'augmentation de la fièvre, vous devez immédiatement appeler une ambulance.

Méthodes alternatives de traitement

La céphalée peut être le signe d'une maladie grave, donc les recettes alternatives ne peuvent que soulager ou éliminer le syndrome douloureux pendant un certain temps, mais pas guérir la cause profonde de leur apparition. Les prescriptions suivantes pour la médecine traditionnelle aideront à éliminer un mal de tête ou à réduire son intensité.


Recette de sureau
Une cuillère à soupe de fleurs de sureau est versée avec 250 ml d'eau bouillante, infusée pendant 20 minutes et filtrée. Cet outil est utilisé à 0,25 tasse trois fois par jour cinq minutes avant un repas. Le bouillon peut être pris avec du miel.

Recette Hypericum
Une cuillère à soupe de millepertuis est versée avec 250 ml d'eau bouillante, bouillie pendant 15 minutes et filtrée. 0,25 tasse trois fois par jour..

Recette avec tussilage
Une cuillère à soupe d'une feuille sèche de tussilage est versée avec 250 ml d'eau bouillante, infusée pendant une demi-heure, après quoi une cuillère à soupe est prise cinq à six fois par jour environ une heure avant de manger.

Recette à l'origan
Une cuillère à soupe d'origan séché est versée avec 0,5 l d'eau bouillante, infusée sous forme enveloppée pendant 30 minutes, après quoi elle est filtrée et bu dans 0,5 à 1 verre trois fois par jour. Ce remède ne doit pas être pris par les femmes enceintes..

Recette de menthe poivrée
Versez une demi-cuillère à soupe de menthe poivrée avec 250 ml d'eau chaude, puis couvrez et réchauffez au bain-marie, en remuant souvent, pendant 15 minutes. Le bouillon est refroidi à température ambiante pendant environ 45 minutes, puis filtré et dilué avec de l'eau bouillie jusqu'à obtention d'une tasse de bouillon. Le médicament est pris sous forme de chaleur une demi-tasse deux fois - trois fois par jour et avant les repas. La perfusion est conservée dans un endroit frais pendant pas plus de deux jours.

Recette d'absinthe
Une cuillère à café de feuilles d'absinthe est versée avec un verre d'eau bouillante et infusée pendant quatre heures. Buvez 0,3 verres trois fois par jour.

Recette de valériane
Une cuillère à soupe de rhizome déchiqueté (avec les racines) de valériane est versée avec un verre d'eau froide, infusée pendant environ huit heures et filtrée. Prenez une cuillère à soupe trois fois par jour..

Recette d'ail
Dix gousses d'ail sont versées avec 50 ml de lait, puis portées à ébullition (ce médicament doit être bouilli à feu doux pendant pas plus de 5 minutes). Le bouillon est refroidi et filtré. 5 à 10 gouttes de décoction doivent être instillées dans les deux oreilles, et après une minute pour la retirer, en inclinant la tête. De plus, pour éliminer les maux de tête, vous pouvez lubrifier le front et la zone temporale avec du jus d'ail.

Recette de pomme de terre
Pour préparer ce médicament, vous devez presser 250 ml de jus de pomme de terre, à prendre au plus tard un quart d'heure après la préparation (une demi-heure avant un repas). La durée du traitement est de 10 jours (le jus est bu trois fois par jour).

Vous pouvez attacher des pommes de terre chaudes aux zones temporales et frontales, qui sont cuites dans leurs uniformes. De telles compresses aideront à arrêter le développement du processus inflammatoire, qui a lieu dans les sinus frontaux et maxillaires, qui est souvent la cause de la céphalée..

La prévention

Pour le traitement et la prévention de la céphalalgie, les procédures de soutien suivantes peuvent être prescrites par un médecin:

  • massage,
  • l'acupuncture (ou l'acupuncture),
  • acupression (ou acupression),
  • entraînement autogène,
  • traitement respiratoire physiothérapeutique efficace.

Son bien-être et son état de santé dépendent également largement du patient lui-même. Les conseils suivants aideront à prévenir l'apparition et le développement de la céphalée..

  1. Évitez les situations stressantes entraînant des troubles du système nerveux.
  2. N'oubliez pas un bon repos, y compris des promenades quotidiennes en plein air, des sports et des loisirs qui apportent des émotions positives.
  3. Faites des exercices de respiration qui aident à améliorer la circulation sanguine et à vous maintenir en forme.
  4. Mangez correctement, rationnellement et équilibré, en utilisant exclusivement des produits naturels et sains pour cuisiner vos plats préférés.
  5. Buvez au moins deux litres de liquide par jour.
  6. Arrêtez de prendre des stimulants (alcool, tabac, boissons énergisantes).
  7. Réglez votre routine quotidienne, en accordant une attention particulière au sommeil complet.

Céphalée du cerveau, qu'est-ce que c'est et ce qui se manifeste?

Qu'est-ce que la céphalée, beaucoup d'entre nous ne le savent pas. Cependant, aujourd'hui, elle est considérée comme la pathologie la plus courante qui affecte à la fois les adultes et les enfants. La plupart des gens ne prennent pas les maux de tête au sérieux, car il suffit de prendre une pilule et tout disparaît.

Cependant, tout n'est pas aussi simple qu'il y paraît, car la céphalée est une conséquence de la maladie, et si vous ne demandez pas d'aide à temps, elle se terminera par un long traitement, qui n'est pas toujours réussi, et dans certains cas peut entraîner la mort.

Céphalgie - qu'est-ce que c'est?

Même un léger mal de tête est déjà considéré comme une céphalée. S'il est apparu, cela signifie qu'une défaillance s'est produite dans le corps, dont la cause doit être établie.

Céphalgie qu'est-ce que c'est

La céphalée survient pour les raisons suivantes:

  • Hypertension,
  • La névralgie du trijumeau,
  • Stress visuel élevé,
  • Épuisement nerveux dû au stress,
  • Diabète sucré,
  • Cardiopathie,
  • Ostéochondrose cervicale,
  • Artérite de la région temporale,
  • Haute pression intracrânienne,
  • Diverses maladies "internes",
  • Manque de sommeil,
  • Troubles de la tension musculaire,
  • Charge instable,
  • Changements dramatiques dans la nutrition,
  • Sensibilité au climat,
  • Incapacité à se détendre. Une accumulation de fatigue musculaire ou intellectuelle entraîne des maux de tête..
  • Anévrismes du cerveau. Vaisseau sanguin élargi.
  • Méningite Il s'agit d'une inflammation des membranes du cerveau et de la moelle épinière..
  • Blessure à la tête.
  • Autres raisons.

Qu'est-ce que la céphalée?

L'étiologie de la douleur détermine les symptômes de la céphalée, ils sont similaires, mais peuvent différer. Si vous prenez les manifestations de céphalées en grappe, vous pouvez trouver:

  • Abaissement et gonflement des paupières,
  • Réponse aiguë aux stimuli sonores et lumineux,
  • Écoulement nasal et oculaire.
  • Transpiration au front,
  • Nausée et vomissements,
  • Irritabilité, agitation, anxiété,
  • Pupilles dilatées.

Dans ce cas, une douleur intense est concentrée au-dessus de l'un des yeux ou derrière celui-ci.

Les manifestations suivantes de la céphalée devraient provoquer une méfiance. Si ces symptômes sont présents, consultez immédiatement un médecin..

  • L'augmentation de la douleur aiguë et soudaine commence par des nausées et des vomissements. Des sautes d'humeur manifestées et des troubles mentaux. Ce sont tous des symptômes d'un accident vasculaire cérébral hémorragique, qui est appelé «hémorragie cérébrale»..
  • Si l'intensité de la douleur est associée à une toux ou à une autre souche, il s'agit parfois d'une manifestation d'œdème cérébral..
  • La soudaineté d'une douleur intense que vous n'avez jamais ressentie indique une rupture d'anévrisme.
  • Si la douleur survient après une blessure, cela peut être dû à une hémorragie cérébrale..
  • La tension dans le tissu musculaire de la région occipitale avec la céphalée, ainsi que la température élevée, développent une méningite.
  • Souvent, il y a un mal de tête sévère, qui se produit sous une forme chronique chez les personnes après 50 ans.
  • Les céphalées, qui sont les autres voyageurs: confusion, amnésie, altération de la coordination des mouvements et de l'appareil vocal, perturbation de l'organe visuel, engourdissement et "chair de poule" dans les membres, peuvent être le symptôme d'un petit accident vasculaire cérébral dans le cerveau.
  • Lorsqu'une douleur de nature pulsatoire est localisée dans la zone frontale et dans la zone des yeux rougis, tandis que des anneaux contrastants apparaissent autour de la source de lumière - tout cela peut indiquer une forme aiguë de glaucome.
  • La douleur unilatérale est souvent l'expression d'une artérite temporale, qui conduit à la cécité ou à un accident vasculaire cérébral.
  • Si une douleur lancinante inattendue se produit dans la région des globes oculaires, cela peut être une manifestation d'hémorragie dans les sinus de l'une des veines du cerveau.

Classification des céphalées

La douleur dans le cerveau indique la présence d'une maladie. Sa localisation et son étiologie d'origine classent les céphalées par espèce.

Vasculaire

Parmi les douleurs les plus courantes, la céphalée vasculaire. Ils apparaissent à la suite de l'expansion des vaisseaux du cerveau à travers lesquels passe une grande quantité de sang, ce qui n'est pas caractéristique des vaisseaux, mais typique des artères. Douleurs pulsatoires, donnant l'impression de marteaux frappant à l'intérieur de la tête.

Cette douleur est plus fréquente chez les personnes atteintes de dystonie végétovasculaire, d'hypertension (hypertension artérielle persistante), d'hypotension (hypotension artérielle persistante).

La céphalée veineuse est également connue, dont les causes sont la combinaison d'une faible tension du tissu musculaire des parois des canaux et d'une augmentation du volume sanguin. Cela est dû à une baisse de la vitesse et du volume de sang veineux qui doit quitter le crâne.

La céphalalgie vasculaire se développe en relation avec toute maladie interne, ainsi qu'en raison d'une situation domestique, par exemple, un long séjour avec la tête inclinée, un collier serré ou une cravate.

Vasomoteur

Les observations cliniques montrent que le pourcentage de maux de tête causés par des grappes ou des types vasomoteurs, ainsi que des migraines, est très élevé.

La céphalée vasomotrice se manifeste par des douleurs dans toute la tête, on peut dire qu'elle est "serrée par un étau". L'intensité des sensations désagréables reste au niveau de faible ou moyenne, tandis que le syndrome douloureux est terne et tiraillant. Dans certains cas, des nausées sont présentes, mais il n'y a pas de vomissements..

Les principales causes de l'apparition de la céphalée vasomotrice comprennent:

  1. Nicotine,
  2. Manque de repos,
  3. Forte tension dans les muscles des épaules et du cou.
  4. Mode de vie sédentaire.
  5. Stress,
  6. Abus de drogue,
  7. Autres raisons.

Céphalgie de tension musculaire

Cette douleur, résultant de la tension musculaire, peut tourmenter une personne pendant une demi-heure ou une semaine, si elle devient chronique, il est presque impossible de s'en débarrasser.

Selon les résultats du diagnostic, la cause de la céphalée de tension est une contraction prolongée des muscles du cou, du visage, des épaules. À la suite de spasmes de fibres musculaires, un blocage partiel ou complet du flux sanguin se produit, ce qui provoque une «privation d'oxygène» du cerveau et l'accumulation de toxines qui causent de la douleur..

Le patient présente une céphalée uniforme terne, localisée dans le cou. Au fil du temps, il se propage à l'ensemble du crâne. La douleur peut être décrite comme l'apparition d'une sensation de cerceau serré. Parfois, il lui semble que la douleur s'étend non seulement à la tête, mais aussi au cou, aux épaules et à la peau.

Fondamentalement, les douleurs disparaissent d'elles-mêmes, mais sous une forme chronique nécessitent une intervention spécialisée.

VSD avec céphalée

La dystonie végétovasculaire est une expression assez bien connue. Les causes de VVD avec douleur cérébrale peuvent être:

  • Stress,
  • Facteur héréditaire,
  • Grippe et rhume.
  • Diverses maladies chroniques.
  • Blessures à la tête et à la colonne vertébrale.
  • Grossesse.
  • Flux sanguin stagnant, par exemple, après le réveil.
  • Surmenage.
  • Ménopause,
  • Consommation d'alcool et de drogues.

Les manifestations de la dystonie végétative-vasculaire avec céphalée sont les suivantes:

  • Évanouissement,
  • Vertiges,
  • La nausée,
  • Alarme panique,
  • Les coups de bélier,
  • Transpiration,
  • Frissons et fluctuations de la température corporelle de 35 à 38 degrés.
  • Gonflement.

La douleur est légère, rappelant la compression, comme si la tête éclatait de l'intérieur. Si la pression est élevée, la douleur cardiaque rejoint le mal de tête. Parfois, la pression "baisse", puis les problèmes respiratoires commencent, il y a des cas d'évanouissement.

Angioedème

Parmi les causes de la céphalée, les notes élevées persistantes sont occupées par l'hypertension artérielle. Dans ce cas, il y a une déformation des veines, un rétrécissement des vaisseaux du cerveau. Ces écarts sont très dangereux pour la vie humaine. Ignorer l'hypertension artérielle provoque une crise cardiaque, une rupture des vaisseaux de la rétine de l'œil, un écoulement de sang dans le cerveau, un accident vasculaire cérébral.

L'angio-œdème de céphalée peut également se développer dans le contexte d'une toxicose tardive chez la femme enceinte. En cas de tumeurs malignes ou bénignes des glandes surrénales, avec surdosage de médicaments.

Au réveil, le patient ressent une forte douleur lancinante, qui se concentre dans la nuque, les tempes ou se propage sur toute la tête. Après un certain temps, la céphalée s'affaiblit ou disparaît, mais revient après l'exercice.

Les symptômes sont: nausées et vomissements, gonflement du visage, changement de conscience.

Céphalgie chez les enfants

Même chez les enfants, des maux de tête récurrents se produisent. Les raisons suivantes provoquent cette condition:

  • Rhume et infection courants.
  • Fatigue et surexcitation.
  • Allergie alimentaire.
  • Faim,
  • Chaleur.
  • Autres raisons.

Si vous remarquez de telles manifestations ou si le bébé se plaint de douleur, contactez immédiatement un pédiatre qui examinera l'enfant, établira un diagnostic et prescrira le bon traitement.

Grappe

Affecte le plus souvent les hommes. Les signes de pathologie sont les suivants:

  • La douleur est localisée dans la moitié du crâne.
  • Forte intensité de la douleur.
  • Rougeur de l'œil de la partie affectée de la tête.
  • Constriction des élèves.
  • Gonflement de la muqueuse nasale du côté affecté.
  • Paupières tombantes faciles.

La douleur apparaît généralement périodiquement dans les 4-6 semaines. La fréquence des attaques est de 1 à 3 par jour, leur durée est de 30 minutes à 2 heures. Ensuite, de six mois à un an, la maladie ne se manifeste pas. Les hommes de 20 à 65 ans sont exposés, puis la douleur du cluster diminue complètement.

Les médecins ne peuvent toujours pas établir les causes de l'apparition de la céphalée en grappe. Mais ils conviennent que le tabagisme, le stress, la nutrition sur la route, la prise de certains médicaments peuvent être un facteur provoquant. De plus, l'impulsion pour l'apparition de la douleur peut être un vent froid ou de la chaleur, un changement brusque des conditions climatiques de résidence, le stress des examens réussis, etc..

Un signe de ce type de douleur cérébrale est la saisonnalité, par exemple, la douleur peut sévir en automne ou au printemps. De plus, les crises peuvent être associées à une heure spécifique de la journée, car le fond hormonal pendant la journée est différent. Si la douleur se manifeste plus souvent, il est possible que les processus métaboliques aient échoué.

À sa base, la céphalée en grappe présente des modifications vasculaires en faisceau, en l'absence de pathologie, ce qui permet d'éviter les accidents vasculaires cérébraux et diverses maladies vasculaires.

Un traitement opportun et approprié peut conduire à un effet thérapeutique durable, mais la médecine moderne ne peut pas encore guérir complètement la céphalée. Certaines de ses espèces peuvent se débrouiller seules, tandis que d'autres doivent survivre tout au long de la vie, apprenant à les arrêter plus ou moins.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite