Dépistage biochimique des femmes enceintes

Le dépistage sanguin biochimique est une analyse spéciale. Avec lui, les médecins déterminent les hormones qui peuvent montrer que le fœtus développe une pathologie chromosomique. Les résultats d'une telle étude ne constituent pas un diagnostic précis. Ils disent juste qu'il y a un risque de défaut chez l'enfant. En règle générale, le médecin prescrit un examen avec une échographie.

Pourquoi le dépistage biochimique est nécessaire?

Toutes les femmes ne savent pas ce qu'est cette analyse. Seul un spécialiste peut parler en détail des études, les attribuer et également déchiffrer les résultats.

En règle générale, le dépistage biochimique est effectué pour toutes les femmes enceintes qui veulent s'assurer que le bébé est vraiment en bonne santé. Et qu'il n'a aucun risque de développer une pathologie chromosomique qui ne pourra pas être guérie à l'avenir.

Certaines conditions nécessitent la réalisation d'un dépistage biochimique des femmes enceintes:

  1. Les parents du bébé sont des parents proches.
  2. Naissance d'un enfant mort après la dernière grossesse.
  3. Gel fœtal.
  4. Les mères ont plus de 35 ans.
  5. La famille a un bébé qui a une pathologie chromosomique.
  6. La menace d'une fausse couche spontanée, qui persiste depuis longtemps.
  7. Naissance prématurée.
  8. Une femme enceinte a eu une infection virale ou bactérienne avant la fécondation ou après.
  9. La future mère a pris des médicaments strictement contre-indiqués pour les femmes enceintes.
  10. Avant de concevoir un enfant, l'un des parents a subi des rayonnements ionisants (radiographie, radiothérapie).
  11. Résultats douteux de l'échographie.

N'importe lequel de ces facteurs peut être la raison du dépistage biochimique d'une femme enceinte.

Dépistage au 1er trimestre

Pour la première fois après la conception, une femme enceinte vient chez le médecin à 9 semaines. Le dépistage au 1er trimestre permet de déterminer la pathologie du fœtus ou de la mère, grâce aux recherches et tests en cours.

Le dépistage périnatal, qui est effectué chez une femme enceinte, permet de détecter une variété de troubles, de maladies, par exemple:

  • cardiopathie;
  • changements dans la zone du tube neural;
  • Maladie de Down ou d'Edwards.

Le dépistage est un examen général du corps féminin. Le médecin examine en détail le dossier médical de la femme, examine attentivement la patiente. Enregistre toutes les données: changements de poids et de pression artérielle.

De plus, une femme enceinte passe un test d'urine et de sang. Le médecin la dirige vers des tests, à l'aide desquels le groupe sanguin et le facteur Rh sont déterminés. En outre, les experts effectuent des tests pour d'autres maladies: hépatite, syphilis, VIH.

Le dépistage biochimique du premier trimestre vous permet d'identifier les maladies génétiques que les parents peuvent avoir. Des tests sont effectués à l'hôpital pour déterminer ou exclure une maladie grave..

Le médecin explique à la future mère comment les tests sont effectués et ce que les résultats disent sur le développement du fœtus..

À une période de 12, 13 semaines, une femme se voit proposer de faire une biopsie chorionique. Une procédure qui détecte les troubles génétiques ou les anomalies chromosomiques. Au cours de la biopsie, le spécialiste perce la paroi avant de l'abdomen d'une femme enceinte, à l'aide d'une aiguille ou d'un cathéter, et prélève des échantillons de tissus. L'ensemble du processus est contrôlé par un équipement à ultrasons.

Important! Chaque médecin met en garde contre les risques de la procédure. Le fait est qu'une telle analyse peut provoquer une fausse couche. Selon les statistiques, sur 100 cas, un seul échoue..

Le dépistage au cours du premier trimestre doit également être effectué afin de contrôler le poids, la taille et l'âge du bébé. L'examen échographique aide dans n'importe quelle situation à identifier les problèmes de santé, par exemple, si une femme est dérangée par des sorties fréquentes.

Dépistage sur 2 trimestres

Les études sont menées après 15 semaines. Un deuxième dépistage biochimique implique des tests sanguins. Les médecins conseillent à une femme enceinte de prendre le matériel pour plusieurs tests à la fois. Tout d'abord, il est nécessaire d'identifier d'éventuelles anomalies chromosomiques. Deuxièmement, ces études aident à détecter, le cas échéant, les dommages causés au corps du bébé..

Le dépistage de 2 trimestres vous permet de déterminer avec précision si un enfant est trisomique. La plupart des femmes qui tombent enceintes à l'âge de 35 ans préfèrent faire une analyse similaire au premier et au deuxième trimestre.

Les résultats vous permettront de connaître les informations exactes. De plus, si nécessaire, vous pouvez effectuer un test qui nécessite un échantillon de liquide amniotique.

La médecine affirme que des maladies telles que le syndrome de Down ou d'autres pathologies au niveau des chromosomes ne peuvent pas être guéries après détection. Mais il existe également de tels défauts qui peuvent être assez corrigés. L'essentiel est de détecter la pathologie à temps, et le médecin le prévient.

Plus de 80% des maladies peuvent être identifiées grâce au dépistage biochimique pendant la grossesse. Des données supplémentaires peuvent être obtenues par ultrasons. Tous les tests sont attribués par des spécialistes au cours de la même période..

Comment se préparer aux analyses

Il n'y a pas de recommandations strictes avant le diagnostic. Mais le médecin prévient que la veille de l'examen, la femme enceinte doit ajuster son alimentation. Elle devrait refuser:

  • nourriture épicée;
  • aliments gras et fumés;
  • friture;
  • Chocolat
  • agrumes.

L'utilisation de graisses, de viandes fumées ainsi que d'assaisonnements conduit au fait qu'au lieu de sérum lors de la centrifugation, une goutte solide et grasse se forme. Il ne sera pas possible de déterminer quoi que ce soit. Par conséquent, les médecins recommandent d'exclure ces produits afin de ne pas gaspiller de l'argent à l'examen.

La préparation implique au moins 6 heures de jeûne. Il est permis de boire une petite quantité d'eau plate avant l'analyse, généralement 4 heures avant le test..

Attention! Un médecin qualifié vous expliquera comment passer des tests et comment s'y préparer. L'obstétricien-gynécologue parlera de tous les risques possibles de l'intervention..

Biochimie

Le patient vient au laboratoire avec les résultats d'une échographie réalisée au cours du premier trimestre. Un professionnel de la santé procède à un prélèvement sanguin, toujours à jeun, dans une veine. Pour le premier criblage biochimique, les résultats seront prêts après 1,5 semaine..

S'il s'agit du deuxième dépistage biochimique pendant la grossesse, la femme doit attendre plus longtemps. En effet, dans le processus de test, les spécialistes étudient 3 ou 4 hormones.

De plus, certains facteurs peuvent affecter les résultats de l'analyse:

  • Surpoids. Par exemple, chez une femme pleine, le niveau d'hCG et de PAPP augmente, chez une femme maigre, au contraire.
  • FIV, c'est-à-dire lorsqu'une femme est tombée enceinte grâce à une procédure spéciale.
  • Amniocentèse. Si le patient a reçu un diagnostic prénatal il y a quelques jours.
  • Grossesse multiple.
  • Diabète diagnostiqué chez une jeune mère.

Toutes ces circonstances peuvent conduire à des résultats qui ne sont pas suffisamment précis..

Résultats de recherche

Auparavant, des études biochimiques sur des femmes enceintes ont été menées sur la base de l'obtention d'une protéine - l'alpha-foetoprotéine. Mais la médecine ne s'arrête pas. Par conséquent, pour obtenir des résultats précis aujourd'hui, appliquez un dépistage double et triple. La précision des données est augmentée à 70%.

Le tableau des résultats affiche quels indicateurs indiquent le développement de la pathologie et quand vous ne pouvez pas vous inquiéter que le bébé soit malade.

termes (en semaines)

Alphafetoprotein, niveau acceptable (limite minimale et maximale), UI / ml

Valeurs autorisées (limite supérieure et inférieure), ME / ml

Si les valeurs normales sont dépassées, le patient doit en outre subir une échographie. Si le dépistage biochimique montre le développement d'une pathologie chromosomique, un autre test doit être réussi. Ce sera le soi-disant diagnostic prénatal invasif..

Si la norme de l'alpha-foetoprotéine augmente, cela peut indiquer que:

  1. Un enfant développe un défaut du système nerveux central.
  2. Il y a un défaut dans la paroi abdominale antérieure. Ce pourrait être une hernie congénitale.
  3. Le fœtus développe une polykystose rénale.
  4. Présence d'une néphrose congénitale.
  5. Il existe un risque de fausse couche, ou pire: le fœtus peut mourir dans l'utérus.

De plus, les niveaux d'AFP peuvent augmenter si la grossesse est multiple..

Lorsqu'une femme se porte bien, les indicateurs de l'alpha-foetoprotéine peuvent varier en fonction de son poids, des oligohydramnios, du petit poids corporel du bébé ou de la pathologie qui se développe dans le placenta. Une prédisposition héréditaire peut entraîner une déviation de cet indicateur.

Dans tous les cas, si le niveau d'AFP augmente, les femmes enceintes sont envoyées pour une échographie supplémentaire. Ainsi, les malformations congénitales possibles du fœtus peuvent être déterminées..

Déchiffrer les résultats ne donne pas une assurance complète et précise que l'enfant est vraiment malade. Le dépistage biochimique de la grossesse aide à déterminer si des recherches supplémentaires sont nécessaires, ainsi qu'à consulter un médecin qualifié.

Si le niveau d'alpha-foetoprotéine est faible et que l'hCG est élevée, il existe un risque que le fœtus développe la maladie de Down. Il en va de même pour d'autres maladies au niveau des chromosomes. Des valeurs AFP élevées ou faibles peuvent également indiquer que la femme enceinte a été affectée à tort au temps. Cela peut être le cas si elle a un cycle irrégulier. Dans ce cas, l'échographie est tout simplement indispensable..

Selon les statistiques, seulement 5% des femmes enceintes présentent des pathologies anormales à la suite du dépistage biochimique. Le reste donne naissance à des bébés en parfaite santé. L'analyse est nécessaire pour que les parents ne manquent pas le développement de la maladie, et le médecin le prévient.

Les résultats de recherche actuels ne montrent pas de données précises, mais le risque probable. Pour le travail, un programme informatique spécial est utilisé. Par exemple, si le résultat du dépistage biochimique de la grossesse est supérieur à 1: 250, la patiente a besoin de tests supplémentaires.

Il faudra un diagnostic prénatal. L'indicateur de risque moyen est de 1: 1000 et l'indicateur de 1: 10000 indique que la probabilité de développer une pathologie est très faible.

Le dépistage biochimique du premier et du deuxième trimestre aide à déterminer non seulement les troubles associés au système nerveux central. Il est possible de détecter le plus tôt possible d'autres complications obstétricales avec lesquelles une grossesse survient..

Dépistage biochimique pendant la grossesse

Dépistage biochimique - c'est-à-dire une analyse du sang veineux de la mère pour la détection de certaines substances, dont le niveau est important en présence de certaines anomalies génétiques et malformations. Ces substances spéciales sont appelées marqueurs de la pathologie chromosomique du fœtus. Une telle analyse est également appelée études de dépistage et est réalisée conjointement avec une échographie au 1er trimestre (voir dépistage au 1er trimestre). Nous parlerons plus en détail du dépistage biochimique un peu plus tard..

Consultation d'un généticien sur la base des résultats d'études. En outre, un généticien peut et doit rendre visite à un couple marié à la veille de la planification de la grossesse, s'il existe certaines indications.

Indications pour le conseil génétique obligatoire

Il existe une liste d'indications pour le conseil génétique obligatoire pour les couples. Les mêmes indications sont prises en compte lors de la prescription d'un dépistage obligatoire à 12 semaines. Le fait est que, loin de tous les pays du monde, l'État a alloué des fonds pour un examen de masse de toutes les femmes enceintes à l'aide d'une échographie et d'un test sanguin biochimique. Par conséquent, dans certains États, le dépistage du premier trimestre et des suivants n'est effectué que s'il existe de telles preuves chez un couple marié.

  1. Naissance dans une famille d'un enfant souffrant de malformations et de maladies héréditaires.
  2. La présence de diverses formes de retard mental chez un enfant, retard de développement physique, cécité, surdité, syndrome de dysplasie du tissu conjonctif sous diverses formes, malformations des membres, colonne vertébrale, crâne, malformations cardiaques et gros vaisseaux.
  3. La présence de maladies génétiques héréditaires chez l'un des parents: frères, sœurs, parents, grands-parents, tantes et oncles.
  4. Mortinaissances, fausses couches habituelles.
  5. Âge de la mère de plus de 35 ans et de l'âge du père de plus de 40 ans.
  6. Mariages connexes, inceste.
  7. Exposition à des facteurs laids (tératogènes): conditions de travail nocives, produits chimiques, radiographies, certains médicaments, surtout en début de grossesse.
  8. Grossesse compliquée, interruptions multiples, retard de croissance fœtale.
  9. Indicateurs suspects obtenus lors du premier dépistage d'une femme enceinte au 1er trimestre - un test sanguin biochimique et des échographies à 11-14 semaines.

Dans tous les pays de la CEI, le dépistage biochimique et échographique est inclus dans la liste des études obligatoires de toutes les femmes enceintes et est financé par l'État..

Qu'est-ce que le dépistage biochimique

Comme nous l'avons déjà dit, un test sanguin biochimique est inclus dans le complexe de dépistage du premier trimestre avec une échographie du fœtus. Cette méthode est basée sur la détermination de certaines substances dans le sang d'une femme enceinte dont l'augmentation ou la diminution indique un risque d'anomalies génétiques fœtales, ou plutôt, révèle d'éventuelles anomalies chromosomiques fœtales.

En règle générale, deux indicateurs principaux sont déterminés à des fins de diagnostic. Ils sont appelés marqueurs des anomalies chromosomiques XA du fœtus..

  1. HCG et la sous-unité sans b de l'hCG ou de la gonadotrophine chorionique. Il s'agit de la même hormone de grossesse qui est détectée dans l'urine à l'aide de tests de grossesse de routine. Dans le cas des tests génétiques, il est déterminé en laboratoire de manière quantitative - c'est-à-dire que le résultat est affiché sous forme de valeur numérique. Typiquement, les niveaux d'hCG sont mesurés en ng / ml ou en mMU / ml. Les indicateurs de cette hormone sont extrêmement dépendants de l'âge gestationnel - jusqu'à un jour, ainsi que du nombre de fruits.
  2. PAPP-A ou protéine plasmatique de la grossesse. Il s'agit d'une protéine spéciale produite par le corps et les structures du fœtus. Cet indicateur est également très sensible à la durée de la grossesse et au nombre de fœtus, augmentant pendant la grossesse et en cas de grossesse multiple. Le résultat est obtenu en mmU / ml ou miel / ml.

Ce sont deux indicateurs standard qui, en règle générale, sont suffisants pour être combinés avec le dépistage par ultrasons du premier trimestre. Cependant, il existe plusieurs autres substances qui peuvent être déterminées lors du dépistage biochimique sur recommandation d'un généticien.

  1. L'alpha-foetoprotéine est une autre protéine importante produite par le corps jaune de la future mère et le foetus lui-même. Il augmente progressivement pendant la grossesse, atteignant son maximum à 34 semaines, puis son niveau diminue progressivement. Auparavant, l'AFP était incluse dans la liste des indicateurs obligatoires de l'analyse biochimique, mais ces dernières années, elle a été retirée des protocoles de dépistage. Malgré cela, l'AFP peut être étudiée en plus comme prescrit par un généticien. Le plus souvent, il est prescrit pour des malformations suspectées du tractus gastro-intestinal, de la paroi abdominale antérieure, des anomalies des reins et du système urinaire, le syndrome de Down et Edwards.
  2. L'œstriol est une hormone sécrétée en grande quantité par le placenta et le foie fœtal émergents. Ses indicateurs sont pertinents non seulement pour évaluer le risque de troubles génétiques chez le fœtus (syndrome de Down, Edwards, anomalies macroscopiques du cerveau et des glandes surrénales du fœtus), mais aussi comme indicateur pronostique du risque de naissance prématurée et de dysfonctionnement placentaire.
  3. L'inhibine A est une hormone sécrétée par les ovaires chez les femmes enceintes et non enceintes. Ce n'est pas le marqueur le plus précis des anomalies génétiques. Une augmentation de son niveau peut indiquer un risque de syndrome de Down chez le fœtus, mais c'est loin d'être toujours le cas. Cet indicateur ne peut être évalué qu'en conjonction avec d'autres critères biochimiques et échographiques..

Il existe des tableaux spéciaux qui tiennent compte des normes admissibles d'une substance particulière pour chaque âge gestationnel. Il est important de savoir qu'un grand nombre de tableaux sur Internet peuvent ne pas correspondre du tout à la réalité, car leurs normes et limites sont individuelles pour chaque laboratoire et même pour les systèmes de test.

Vous devez également considérer que les fluctuations du niveau d'une substance sont affectées par:

  • l'âge gestationnel;
  • nombre de fruits;
  • fumeur;
  • poids de la femme;
  • l'âge de la femme;
  • prendre certains médicaments;
  • la présence de tumeurs hormono-actives chez la mère.

C'est pourquoi il est strictement interdit de tirer des conclusions sur la possibilité de malformations fœtales selon l'un des indicateurs biochimiques ou échographiques! En particulier pour prédire la probabilité d'anomalies génétiques chez l'enfant à naître, le calcul dit de risque est utilisé..

Calcul du risque d'anomalies génétiques

Dans des moments aussi importants que la prévision des risques génétiques, les mathématiciens et les programmeurs viennent en aide aux médecins. Il existe des programmes informatiques complexes spéciaux qui prennent en compte non seulement des indicateurs de dépistage numériques spécifiques: l'épaisseur de l'espace du col, les niveaux d'un marqueur, mais aussi les facteurs supplémentaires mentionnés ci-dessus: âge, poids, tabagisme, etc. Aussi, l'âge du père et informations sur les cas d'anomalies génétiques existantes dans le genre.

Un programme informatique analyse tous les indicateurs saisis et donne une probabilité statistique de défauts génétiques. Par exemple, un test sanguin pour le syndrome de Down pendant la grossesse a montré: le risque de syndrome de Down (ou de trisomie pour 21 chromosomes) est de 1 sur 1000. Cela signifie qu'avec des indicateurs de dépistage similaires, 1 enfant malade pour 1000 naissances est né statistiquement.

Il est important pour les femmes enceintes de savoir que même une évaluation informatique et l'obtention de risques élevés d'anomalies génétiques ne sont pas un indicateur d'avortement! Dans de tels cas, un diagnostic invasif est prescrit pour clarifier le diagnostic afin d'obtenir le matériel génétique fœtal et son étude ciblée: prélèvement de villosités choriales, amniocentèse. Ce n'est qu'après avoir reçu le caryotype (carte chromosomique) du fœtus, qu'il est possible de discuter avec le couple de l'opportunité de poursuivre la grossesse. Les pathologies chromosomiques fœtales graves, bien sûr, sont une indication de l'avortement.

Comment est le dépistage biochimique

Un test sanguin biochimique est effectué pour ce type de dépistage. Il s'agit d'une manipulation absolument normale - prélèvement de sang veineux. Le plus souvent, un test sanguin biochimique est effectué le même jour qu'une échographie du fœtus à 11-14 semaines. Ensuite, le test sanguin d’une femme enceinte est envoyé à un laboratoire génétique spécialisé. En moyenne, la biochimie sérique maternelle prend 7 à 14 jours, compte tenu de la complexité de l'analyse.

Comment se préparer à l'analyse

  1. Venez l'estomac vide. Un test sanguin à jeun est une condition préalable car, après avoir mangé des piments dans le sang, c'est la plus petite suspension de gouttelettes de graisse qui perturbe le fonctionnement de nombreux systèmes de test.
  2. Ne fumez pas à la veille de l'analyse.
  3. Répondez honnêtement aux questions de laboratoire sur le tabagisme, le poids, les médicaments et les antécédents familiaux. Ceci est très important, car l'assistant de laboratoire ne se soucie pas de savoir si la femme enceinte fume et combien elle pèse, ce qui peut affecter négativement les résultats du calcul du risque.

Même si le fœtus a confirmé une pathologie chromosomique qui a conduit à un avortement, ce n'est pas une raison pour désespérer. Bien sûr, c'est un très gros stress pour la famille, mais après un certain temps, vous pouvez à nouveau planifier une grossesse, ce qui est très probablement tout à fait normal..

Qu'est-ce que le dépistage prénatal: pourquoi est-il nécessaire

La grossesse n'est pas seulement l'une des étapes les plus heureuses de la vie d'une femme, mais aussi, probablement, la plus excitante. La future maman veut être sûre que son enfant se développe correctement, il est en bonne santé et très bientôt un membre à part entière de la société va naître. Afin de gagner cette confiance, une femme subit des examens pendant les 40 semaines de la conception à l'accouchement. L'un de ces examens complets est le dépistage prénatal..

Qu'est-ce que le dépistage prénatal

La procédure d'examen elle-même est un ensemble de mesures médicales. L'objectif principal de l'étude est la détection de pathologies et d'éventuelles malformations du fœtus. Il va en trois étapes.

Depuis 2010, le test prénatal est devenu une procédure gratuite et abordable pour toutes les femmes en Russie.

Surtout ne négligez pas le premier dépistage pour les femmes à risque.

Un test s'affiche si:

  • patient de plus de 35 ans;
  • il y a des antécédents d'accouchement se terminant par la naissance d'un enfant ayant des troubles du développement;
  • dans la famille du bébé à naître, il y a des cas d'anomalies chromosomiques;
  • a souffert d'une maladie infectieuse au début de la grossesse;
  • antécédents de grossesse, se terminant par la mort fœtale du fœtus.

L'examen prénatal est une procédure facultative. Le patient a le droit de le refuser.

La future mère décide personnellement si elle est prête à découvrir les risques possibles ou non..

Premier dépistage prénatal

Le premier dépistage - à 12 semaines du jour de la dernière menstruation.

Une légère déviation est également acceptable - une semaine dans un sens ou dans l'autre ne jouera pas un rôle spécial.

Après 13 semaines, le premier dépistage ne sera pas justifié, les résultats seront déjà non informatifs.

La réalisation d'un examen prénatal standard implique deux procédures:

Les deux procédures d'examen sont mieux effectuées en 1-2 jours..

Des facteurs supplémentaires peuvent affecter les résultats d'un examen prénatal:

  • stress;
  • manger la veille d'une abondance d'aliments épicés, gras et frits;
  • fumeur.

Les données des études menées peuvent, avec un certain degré de confiance, parler de la possibilité d'avoir un bébé avec les anomalies suivantes:

  • Syndrome de Down;
  • triploïdie;
  • Syndrome de Patau;
  • Syndrome d'Edwards;
  • trouble du développement du tube neural.

Ces maladies ne menacent pas la vie de l'enfant. Mais il est né avec de graves troubles du développement et des vices incurables actuels..

Les résultats obtenus ne permettent pas de poser un diagnostic. Ils ne peuvent donner lieu à un examen plus approfondi de la femme et du fœtus que pour réfuter ou confirmer le diagnostic.

Examen échographique du fœtus

  • Le dépistage du premier trimestre est prescrit de 11 à 13 semaines de grossesse. Son objectif principal est d'évaluer le débit sanguin veineux, d'évaluer la qualité du développement du système nerveux fœtal. Déterminez l'os nasal formé et mesurez l'épaisseur de la zone du col. Selon ces indicateurs, la santé de l'enfant à naître est évaluée, une conclusion est faite sur le développement anormal possible du fœtus.
  • Une étude du trimestre II est recommandée pendant 21-24 semaines. Le but est de déterminer la présence possible d'anomalies anatomiques des organes internes vitaux. Ces défauts ne peuvent pas être guéris après la naissance du bébé. L'enfant n'est pas viable. La décision concernant le traitement intra-utérin est prise par la femme enceinte après consultation du médecin procédant à la grossesse.
  • L'échographie au début du troisième trimestre révélera des pathologies qui peuvent être traitées chirurgicalement dans les premiers mois de la vie.

L'étude des marqueurs biochimiques

Il convient de savoir avant de passer au dépistage biochimique que cette étude est réalisée le matin à jeun. Il est permis de boire de l'eau en toute quantité.

Lors du premier test de dépistage, un type d'hormone hCG ainsi que la protéine A-plasma (PAPP-A) sont évalués par analyse en laboratoire..

La précision du moment de la conception est ici importante. La norme de l'hormone hCG change chaque jour où le fœtus se développe.

Le résultat du filtrage peut être erroné en raison d'un délai incorrect.

Un test biochimique du deuxième trimestre est prescrit simultanément avec une échographie.

Trois facteurs sont évalués:

  • hCG total;
  • alpha-foetoprotéine - une protéine spéciale produite dans le foie fœtal;
  • estriol.

Que disent les résultats du dépistage

Des programmes informatiques spécialement conçus sont utilisés pour analyser le test..

L'évaluation du programme est basée non seulement sur les résultats des examens de laboratoire et d'échographie.

Un rôle important est joué par d'autres facteurs:

  • l'âge de la future mère;
  • poids;
  • la présence de mauvaises habitudes;
  • l'âge gestationnel établi;
  • la présence d'enfants ayant des anomalies génétiques dans le passé;
  • une liste des médicaments utilisés pendant la grossesse;
  • histoire de la maladie.

Sur la base de ces données, le programme évalue le risque individuel d'avoir un bébé avec des anomalies génétiques, des malformations.

Après une analyse du risque individuel, une décision est prise sur la nécessité d'un test invasif.

Ce test n'est pas sans danger pour le fœtus. Il pourrait faire face à une fausse couche. Dans ce cas, le risque est évalué individuellement..

Cela ne vaut la peine de le faire que si les parents du bébé à naître sont prêts à interrompre la grossesse lorsqu'ils reçoivent une réponse négative.

Sinon, le tenir ne peut que nuire à maman et à bébé.

Comment évaluer indépendamment les résultats d'un test de dépistage

La partie la plus excitante du dépistage consiste à déchiffrer les résultats..

Lors de l'évaluation du test vous-même, il est important de comprendre que les niveaux critiques des indicateurs de risque sont indiqués sous forme de ratio.

Par exemple, si la conclusion indique que le risque que le bébé à naître soit atteint du syndrome d'Edwards est de 1: 520.

Cela signifie qu'avec des données d'entrée absolument identiques, une femme sur 520 donnera naissance à un enfant atteint de cette maladie..

Cependant, ne négligez pas complètement l'examen..

Si le risque est élevé (risque élevé - un indicateur inférieur à 1: 380), il convient de discuter de la nécessité de tests invasifs avec votre médecin..

Il ne sera pas superflu de présenter un rapport sur un test de dépistage génétique.

Méthodes de dépistage invasives

Amniocentèse

Tenu jusqu'à 18 semaines. À l'aide d'une machine à ultrasons, le médecin détermine la position de l'enfant en ce moment et insère une fine aiguille à travers la paroi de l'abdomen de la mère dans le liquide amniotique.

À l'aide d'une seringue, une petite quantité de liquide amniotique est prélevée. C'est ce fluide qui est étudié en laboratoire..

Liquide amniotique - liquide amniotique contenant des particules de la peau du fœtus.

L'amniocentèse n'est pas en mesure de déterminer toutes les anomalies congénitales possibles, mais en même temps, elle révèle:

  • Syndrome de Down;
  • fibrose kystique;
  • dystrophie musculaire;
  • anomalies du tube neural.

Le risque de fausse couche au cours de cette procédure est assez important. Une grossesse sur trois cent se termine par une fausse couche.

Le résultat sera prêt dans 2 semaines..

Biopsie chorionique

Nommé jusqu'à 13 semaines.

Les villosités choriales situées sur le placenta à l'endroit où il se fixe à l'utérus sont envoyées pour analyse.

La procédure est similaire à l'amniocentèse. Le matériel est pris avec une seringue à aiguille fine.

Cette méthode comporte moins de risques pour la grossesse, mais elle n'est pas si informative..

En particulier, une biopsie chorionique ne détecte pas de défauts du tube neural foetal. Mais les résultats peuvent être obtenus plus tôt - en une semaine.

Cordocentèse

Elle est réalisée après la 19e semaine de grossesse. La méthode de conduite est similaire aux deux précédentes.

La différence est que le sang prélevé sur le cordon ombilical du fœtus est examiné.

La méthode est assez risquée. La probabilité d'une fausse couche est de 1%.

N'oubliez pas que la décision d'utiliser des méthodes de diagnostic invasives est prise personnellement par la future mère de l'enfant.

En cas de résultat de test négatif, la possibilité d'interrompre une grossesse pour des raisons médicales n'est discutée qu'avec le consentement volontaire d'une femme.

En tout état de cause, le diagnostic de dépistage, pour lequel il ne serait pas réalisé d'un point de vue médical, donne aux parents le droit de prendre une décision éclairée quant à la préservation d'une grossesse pathologique.

Qu'est-ce que le dépistage biochimique du premier trimestre: décodage et normes

Le dépistage traduit de l'anglais signifie «tri» - en fait, cet examen joue le rôle de «tri», divisant les femmes enceintes entre celles dont les indicateurs s'inscrivent dans le cadre normal et celles qui devraient faire des diagnostics supplémentaires. De quel type d'analyse s'agit-il et à quoi sert le sang? Le dépistage biochimique du 1er trimestre (spécifiquement 11-13 semaines) est un complexe de mesures diagnostiques consistant en une échographie et une analyse biochimique du sang.

Il est utilisé pour identifier le risque de développer des anomalies fœtales macroscopiques, ainsi que des anomalies génétiques et des maladies congénitales graves..

L'inconnu fait peur, donc on va essayer de comprendre les concepts pour qu'au seuil du dépistage biochimique du premier tiers de la gestation on se sente confiant et compétent.

Qu'est-ce qui détermine?

Une femme donne la biochimie du sang deux fois pendant toute la période de mise au monde - pour des périodes de 11-13 semaines et 16-20 semaines. Pour cela, le sang veineux est prélevé d'un patient à jeun.

Que montre-t-il?

Le premier dépistage est également appelé «double test», car deux principaux indicateurs sont déterminés dans le test sanguin: hCG et PAPP-A. Essayez de découvrir ce que chacun d'eux est..

Elle est déterminée presque immédiatement après la conception. Cet indicateur augmente, atteignant ses valeurs les plus élevées à la fin des trois premiers mois de grossesse. Ensuite, le nombre déterminant hCG diminue, s'arrêtant à une valeur après une certaine période de gestation.

Au cours des neuf mois, son montant devrait augmenter proportionnellement à la durée. Fonctionnellement, le PAPP-A est responsable de la réponse immunitaire de la femme enceinte pendant la grossesse, et détermine également le développement du placenta et son fonctionnement normal.

Vidéo

La vidéo ci-dessous vous aidera à comprendre ce qu'est le dépistage biochimique et pourquoi il est effectué..

Comment?

La préparation du premier dépistage biochimique pendant la gestation comprend plusieurs étapes:

  1. Le premier est une échographie - c'est une condition préalable au dépistage, car certains indicateurs de l'analyse dépendront de la période de gestation exacte, que l'échographie montrera.
  2. Le sang d'une veine est pris strictement à jeun, il vaut mieux ne pas le boire. Si vous avez une longue attente, prenez une petite collation avec vous, mais vous ne pouvez manger qu'après un prélèvement sanguin.
  3. A la veille de l'étude (ou mieux quelques jours avant) il vaut la peine de limiter son alimentation en excluant certains aliments.

Régime

Pour s'assurer que le résultat de la partie biochimique du dépistage est fiable, les médecins recommandent aux patients de suivre un régime à court terme la veille du don de sang.

Il est préférable de respecter les restrictions alimentaires 3 à 5 jours avant la procédure..

Pendant le régime, excluez du régime:

  • bonbons de production industrielle, en particulier chocolat, marmelade à mâcher et dragées colorées;
  • thé, café, cacao;
  • poisson, en particulier les variétés rouges;
  • Fruit de mer;
  • cornichons, produits en conserve et fumés;
  • déchets;
  • Viande.

Si une femme prend des médicaments qui ne jouent pas un rôle vital, pendant plusieurs jours avant de donner du sang, elle doit les refuser.

Dans ce cas, il est nécessaire de consulter un médecin.

Les vitamines et certains autres produits pharmaceutiques peuvent affecter les résultats de l'analyse.

Cela peut provoquer beaucoup d'agitation, future maman inutile.

Déchiffrer les résultats

Une caractéristique d'un indicateur tel que l'hCG est sa dépendance à l'âge gestationnel.

Tableau 1. Normes d'hCG.

Durée en semainesValeurs hCG autorisées, ng / ml
dix25,8 à 181,6
Onze17,4 à 130,3
1213,4 à 128,5
treize14,2 à 114,8

Une augmentation et une diminution de l'hCG indiquent à la fois un désavantage dans le développement de l'enfant ou certaines conditions de la mère. Par exemple, pendant la grossesse avec des jumeaux (triplés) ou une toxicose sévère, les indicateurs peuvent ne pas correspondre à la norme. Une augmentation de l'hCG peut être enregistrée avec:

  • grossesse multiple;
  • Syndrome de Down - la forme la plus connue de pathologie génomique;
  • toxicose sévère;
  • le patient est diabétique.

Une hCG réduite peut indiquer la présence de conditions telles que:

  • grossesse extra-utérine;
  • insuffisance placentaire;
  • risque élevé de grossesse avortée;
  • Syndrome d'Edwards, caractérisé par de nombreuses malformations.

Continuer à décrypter: les normes PAPP-A et leurs écarts

En déchiffrant littéralement de l'anglais, le concept de «PAPP-A» se traduit par «protéine A-plasma associée au processus de gestation». Ses valeurs normales dépendent du terme..

Tableau 2. Normes RAPP-A.

Durée en semainesIndicateurs autorisés PAPP-A, U / ml
8-9

12 -13

0,17 - 1,54

1.03 - 6.01

Les écarts dans l'indicateur PAPP-A ont leur valeur diagnostique. Une augmentation de l'indicateur indique le portage de plusieurs enfants, mais une diminution peut être le résultat d'un certain nombre de facteurs:

  • décoloration pendant la grossesse;
  • risque élevé de fausse couche;
  • défaut du tube neural;
  • certains types de trisomie, dont le plus célèbre est le syndrome de Down.

Malgré l'importance de l'étude, le dépistage biochimique ne peut pas être utilisé pour poser un diagnostic. Les écarts dans les données hCG et PAPP-A deviennent la raison d'un examen supplémentaire de la femme enceinte. La biochimie du sang au premier trimestre est présentée à toutes les femmes se préparant à la maternité. Les procédures sont effectuées à la demande de la femme, et les médecins ne recommandent pas d'ignorer les examens prescrits..

Groupe de risque

Il y a des patients pour lesquels il est particulièrement important d'effectuer un dépistage biochimique, car ils sont à risque potentiel:

  • risque lié à l'âge - femmes enceintes de plus de 30 ans (lorsqu'elles portent le premier enfant) et de plus de 35 ans (lorsqu'elles portent le deuxième bébé et les suivants);
  • les femmes qui ont déjà connu plusieurs grossesses manquées ou des fausses couches;
  • les patientes qui, au début de la grossesse, ont pris indépendamment des médicaments dangereux pour la formation normale de l'enfant;
  • les femmes qui ont contracté des maladies infectieuses aux premiers stades de la gestation;
  • les patients dont les parents ont des malformations ou des maladies génétiques;
  • les femmes qui ont déjà donné naissance à des enfants présentant des anomalies génétiques;
  • les femmes enceintes mariées à un parent proche;
  • les patients exposés à des radiations avant la conception ou au début de la gestation (ou le conjoint a été exposé à de tels effets);
  • résultats échographiques indiquant des anomalies génétiques.

Norm MoM

Malgré le fait que le premier dépistage biochimique est appelé double, le médecin traitant détermine trois indicateurs. Le résultat de l'enquête est largement évalué avec précision par le MoM - un coefficient qui est responsable du degré d'écart des données d'analyse d'une femme particulière par rapport aux indicateurs moyens..

Où faire et combien?

Un médecin dirige une femme enceinte vers une analyse biochimique, et cette procédure est gratuite. Mais si elle veut subir un tel examen selon sa propre décision, le dépistage dans une clinique privée coûtera 5 à 9 mille roubles.

Le prélèvement sanguin a lieu dans le laboratoire d'un centre polyclinique, périnatal ou diagnostique.

Conclusion

Le dépistage biochimique n'est pas une procédure obligatoire, mais fortement recommandé pour toute femme enceinte. C'est cette analyse qui vous permet de détecter des déviations même rares, mais potentiellement possibles, afin de prendre une décision difficile à temps ou d'entamer des procédures de traitement.

Dépistage du premier trimestre de la grossesse - ce que vous devez savoir sur les taux et les résultats

Presque toutes les femmes enceintes ont entendu parler du dépistage pour le premier trimestre de la grossesse (dépistage prénatal). Mais souvent même ceux qui l'ont déjà passé ne savent pas pourquoi ils le nomment spécifiquement.

Et pour les futures mères qui ne l'ont pas encore fait, cette phrase en général semble parfois effrayante. Et cela ne fait peur que parce que la femme ne sait pas comment faire, comment interpréter les résultats obtenus plus tard, pourquoi le médecin en a besoin. À ces nombreuses autres questions concernant ce sujet, vous trouverez les réponses dans cet article..

Donc, plus d'une fois, j'ai dû faire face au fait qu'une femme, entendant un criblage de mots incompréhensible et inconnu, a commencé à dessiner dans sa tête de terribles images qui lui faisaient peur, lui provoquant le désir, de refuser d'effectuer cette procédure. Par conséquent, la première chose que nous vous dirons, c'est ce que signifie le mot filtrage..

Dépistage (dépistage anglais - tri) - il s'agit de diverses méthodes de recherche qui, en raison de leur simplicité, de leur sécurité et de leur accessibilité, peuvent être utilisées en masse dans de grands groupes d'individus pour identifier un certain nombre de signes. Prénatal signifie prénatal. Ainsi, la définition suivante peut être donnée au concept de "dépistage prénatal".

Le dépistage au premier trimestre est un complexe de tests diagnostiques utilisés chez les femmes enceintes à un certain âge gestationnel pour identifier les malformations fœtales macroscopiques, ainsi que la présence ou l'absence de signes indirects de pathologies du développement fœtal ou d'anomalies génétiques.

Le terme valide pour le dépistage pendant 1 trimestre est de 11 semaines - 13 semaines et 6 jours (voir la calculatrice pour calculer l'âge gestationnel par semaine). Un dépistage plus tôt ou plus tard n'est pas effectué, car dans ce cas les résultats obtenus ne seront pas informatifs et fiables. La période la plus optimale est de 11 à 13 semaines de grossesse obstétricale.

Qui dépiste pour le premier trimestre de la grossesse?

Conformément à l'ordonnance n ° 457 du Ministère de la santé de la Fédération de Russie de 2000, le dépistage prénatal est recommandé pour toutes les femmes. Une femme peut le refuser, personne ne la conduira de force à ces études, mais le faire est extrêmement imprudent et ne parle que de l'analphabétisme et de la négligence d'une femme et, surtout, de son enfant.

Groupes à risque par lesquels le dépistage prénatal doit être effectué sans faute:

  • Femmes de plus de 35 ans.
  • La présence de la menace d'avortement aux premiers stades.
  • Antécédents de fausses couches spontanées.
  • Antécédents ou régression (s) de grossesse (s).
  • Risques professionnels.
  • Anomalies chromosomiques et (ou) malformations du foetus précédemment diagnostiquées en fonction des résultats du dépistage lors des grossesses précédentes, ou de la présence d'enfants nés avec de telles anomalies.
  • Femmes qui ont eu une maladie infectieuse en début de grossesse.
  • Femmes enceintes non enceintes.
  • La présence d'alcoolisme, de toxicomanie.
  • Maladies héréditaires dans la famille d'une femme ou dans la famille du père de l'enfant.
  • Une relation étroite entre la mère et le père de l'enfant.

Le dépistage prénatal pour une période de 11-13 semaines de grossesse, consiste en deux méthodes de recherche - le dépistage échographique du premier trimestre et le dépistage biochimique.

Échographie de dépistage

Préparation pour l'étude: Si l'échographie est réalisée par voie transvaginale (le capteur est inséré dans le vagin), une préparation spéciale n'est pas requise. Si l'échographie est réalisée par voie transabdominale (le capteur est en contact avec la paroi abdominale antérieure), alors l'étude est réalisée avec une vessie pleine. Pour ce faire, il est recommandé de ne pas uriner 3 à 4 heures avant, ou de boire une heure et demie avant l'étude pour boire 500 à 600 ml d'eau sans gaz.

Conditions nécessaires pour obtenir des données ultrasonores fiables. Selon les normes, le dépistage du premier trimestre sous forme d'échographie est réalisé:

  • Au plus tôt 11 semaines d'obstétrique et au plus tard 13 semaines et 6 jours.
  • Le KTR (taille coccyx-pariétale) du fœtus n'est pas inférieur à 45 mm.
  • La position de l'enfant doit permettre au médecin de prendre correctement toutes les mesures, sinon, il faut tousser, bouger, marcher pendant un certain temps, pour que le fœtus change de position.

À la suite de l'échographie, les indicateurs suivants sont examinés:

  • KTR (taille du coccyx-pariétal) - mesuré de l'os pariétal au coccyx
  • Circonférence de la tête
  • BDP (taille bipariétale) - la distance entre les tubercules pariétaux
  • La distance de l'os frontal à l'os occipital
  • Symétrie des hémisphères cérébraux et sa structure
  • TVP (épaisseur du collier)
  • Fréquence cardiaque (fréquence cardiaque) du fœtus
  • La longueur de l'humérus, des os de la cuisse, ainsi que des os de l'avant-bras et du bas de la jambe
  • L'emplacement du cœur et de l'estomac chez le fœtus
  • Dimensions du cœur et des gros vaisseaux
  • L'emplacement du placenta et son épaisseur
  • Quantité d'eau
  • Le nombre de vaisseaux dans le cordon ombilical
  • L'état du pharynx interne du col de l'utérus
  • La présence ou l'absence d'hypertonie utérine

Décryptage des données reçues:

KTR, mmTVP, mmOs nasal, mmFréquence cardiaque, battements par minuteBPR, mm
10 semaines33-411,5-2,2Visible, taille non évaluée161-17914
11 semaines42-501.6-2.4Visible, taille non évaluée153-17717
12 semaines51-591.6-2.5Plus de 3 mm150-174vingt
13 semaines62-731.7-2.7Plus de 3 mm147-17126

Quelles pathologies peuvent être détectées à la suite d'une échographie??

Selon les résultats du dépistage échographique du 1er trimestre, on peut parler de l'absence ou de la présence des anomalies suivantes:

  • Syndrome de Down - trisomie pour 21 chromosomes, la maladie génétique la plus courante. La prévalence de la détection est de 1: 700 cas. Grâce au dépistage prénatal, le taux de natalité des enfants trisomiques est tombé à 1: 1100 cas.
  • Pathologies du développement du tube neural (méningocèle, méningomyélocèle, encéphalocèle et autres).
  • L'mphalocèle est une pathologie dans laquelle une partie des organes internes est située sous la peau de la paroi abdominale antérieure dans un sac herniaire.
  • Syndrome de Patau - trisomie sur le 13e chromosome. Fréquence d'occurrence en moyenne 1: 10000 cas. 95% des enfants nés avec ce syndrome meurent en quelques mois en raison de graves dommages aux organes internes. Échographie - fréquence cardiaque du fœtus, altération du développement cérébral, omphalocèle, développement plus lent des os.
  • Syndrome d'Edwards - Trisomie sur le 18e chromosome. Fréquence d'occurrence 1: 7 000 cas. Il est plus fréquent chez les enfants dont les mères ont plus de 35 ans. L'échographie montre une diminution de la fréquence cardiaque fœtale, l'omphalocèle, les os nasaux ne sont pas visibles, une artère ombilicale au lieu de deux.
  • La triploïdie est une anomalie génétique dans laquelle un triple ensemble de chromosomes est observé, au lieu d'un double ensemble. Accompagné de multiples malformations chez le fœtus.
  • Le syndrome de Cornelia de Lange est une anomalie génétique dans laquelle le fœtus présente diverses malformations et, à l'avenir, un retard mental. Fréquence 1:10 000 cas.
  • Le syndrome de Smith-Opitz est une maladie génétique autosomique récessive qui se manifeste par un trouble métabolique. En conséquence, l'enfant présente de multiples pathologies, un retard mental, l'autisme et d'autres symptômes. Fréquence d'occurrence en moyenne 1: 30 000 cas.

En savoir plus sur le diagnostic du syndrome de Down

Principalement, une échographie pour une période de 11-13 semaines de grossesse est effectuée pour détecter le syndrome de Down. Le principal indicateur de diagnostic est:

  • L'épaisseur de l'espace du col (TBP). TBP est la distance entre les tissus mous du cou et la peau. Une augmentation de l'épaisseur du col peut indiquer non seulement un risque accru de donner naissance à un enfant trisomique, mais également que d'autres pathologies génétiques chez le fœtus sont possibles.
  • Chez les enfants trisomiques, l'os nasal n'est le plus souvent pas visualisé pendant une période de 11 à 14 semaines. Les contours du visage sont lissés.

Avant 11 semaines de grossesse, l'épaisseur du col est si petite qu'il est impossible de l'évaluer de manière adéquate et fiable. Après 14 semaines, le fœtus forme un système lymphatique et cet espace peut normalement être rempli de lymphe, de sorte que la mesure n'est pas non plus fiable. La fréquence d'apparition d'anomalies chromosomiques chez le fœtus en fonction de l'épaisseur de l'espace du col.

TVP, mmLa fréquence des anomalies,%
37
427
553
649
783
870
978

Lors du déchiffrement des données du dépistage au 1er trimestre, il convient de rappeler que seul un indicateur de l'épaisseur du col n'est pas un guide d'action et ne signifie pas une probabilité de 100% d'avoir un enfant.

Par conséquent, la prochaine étape du dépistage du 1er trimestre est effectuée - un prélèvement sanguin pour déterminer le niveau de β-hCG et PAPP-A. Sur la base des indicateurs obtenus, le risque de présence d'une pathologie chromosomique est calculé. Si le risque selon les résultats de ces études est élevé, ils suggèrent une amniocentèse. Il s'agit d'une collecte de liquide amniotique pour un diagnostic plus précis..

Dans les cas particulièrement difficiles, une cordocentèse peut être nécessaire - prise de sang de cordon ombilical pour analyse. Peut également utiliser une biopsie des villosités choriales. Toutes ces méthodes sont invasives et comportent des risques pour la mère et le fœtus. Par conséquent, la décision sur leur conduite est prise par la femme et son médecin ensemble, en tenant compte de tous les risques de conduire et de refuser la procédure.

Dépistage biochimique du premier trimestre de la grossesse

Cette étape de l'étude est obligatoire après l'échographie. Il s'agit d'une condition importante, car tous les paramètres biochimiques dépendent de la durée de la grossesse jusqu'à un jour. Chaque jour, les normes des indicateurs changent. Et l'échographie vous permet de déterminer l'âge gestationnel avec la précision nécessaire pour mener une étude appropriée. Au moment du don de sang, vous devriez déjà avoir les résultats d'une échographie avec l'âge gestationnel indiqué sur la base du CTR. De plus, une échographie peut révéler une grossesse morte, une grossesse en régression, auquel cas un examen plus approfondi n'a pas de sens.

Préparation de l'étude

Le sang est pris à jeun! Il n'est même pas souhaitable de boire de l'eau ce matin. Si l'étude est effectuée trop tard, vous êtes autorisé à boire de l'eau. Il est préférable d'apporter de la nourriture et une collation immédiatement après le prélèvement sanguin que de violer cette condition..

2 jours avant le jour fixé pour l'étude, vous devez exclure de l'alimentation tous les produits qui sont des allergènes puissants, même si vous n'y avez jamais été allergique - ce sont le chocolat, les noix, les fruits de mer, ainsi que les aliments très gras et les viandes fumées.

Sinon, le risque d'obtenir de faux résultats est considérablement augmenté..

Considérez quels écarts par rapport aux valeurs normales de β-hCG et PAPP-A peuvent indiquer.

β-hCG - gonadotrophine chorionique

Cette hormone est produite par le chorion (la «coquille» du fœtus), grâce à cette hormone, il est possible de déterminer la présence d'une grossesse aux premiers stades. Le niveau de β-hCG augmente progressivement au cours des premiers mois de la grossesse, son niveau maximum est observé à 11-12 semaines de grossesse. Ensuite, le niveau de β-hCG diminue progressivement, restant inchangé pendant la seconde moitié de la grossesse.

Indicateurs normaux du niveau de gonadotrophine chorionique, en fonction de la durée de la grossesse:Une augmentation du niveau de β-hCG est observée dans les cas suivants:Une diminution du niveau de β-hCG est observée dans les cas suivants:
Semainesβ-hCG, ng / ml
  • Syndrome de Down
  • Grossesse multiple
  • Toxicose sévère
  • Diabète maternel
  • Syndrome d'Edwards
  • Grossesse extra-utérine (mais elle est généralement établie avant l'étude biochimique)
  • Insuffisance placentaire
  • Risque élevé d'avortement
dix25.80-181.60
Onze17.4-130.3
1213.4-128.5
treize14.2-114.8

PAPP-A - Protéine-A associée à la grossesse

Il s'agit d'une protéine produite par le placenta dans le corps d'une femme enceinte, responsable de la réponse immunitaire pendant la grossesse et également responsable du développement normal et du fonctionnement du placenta.

Niveaux PAPP-A normaux, selon l'âge gestationnel:Écarts d'indicateur
SemainesPAPP-A, MED / ml"-" Avec une diminution de son niveau, le risque des pathologies suivantes augmente:

  • Syndrome de Cornelia de Lange
  • Syndrome de Down
  • Syndrome d'Edwards
  • La menace d'interruption prématurée de la grossesse

"+" Une augmentation isolée du niveau de cette protéine n'a aucune valeur clinique et diagnostique.

10-110,45 - 3,73
11-120,78 - 4,77
12-131.03 - 6.02
13-141,47 - 8,55

Coefficient MoM

Après avoir reçu les résultats, le médecin les évalue en calculant le coefficient MoM. Ce coefficient montre l'écart du niveau des indicateurs chez cette femme par rapport à la valeur normale moyenne. Normalement, le coefficient MoM est de 0,5 à 2,5 (avec grossesse multiple jusqu'à 3,5).

Les données de coefficient et d'indicateur peuvent différer selon les laboratoires, le niveau d'hormone et de protéine peut être calculé dans d'autres unités de mesure. Vous ne devez pas utiliser les données de l'article comme des normes spécifiquement pour votre recherche. Il est nécessaire d'interpréter les résultats avec votre médecin!

De plus, en utilisant le programme informatique PRISCA, en tenant compte de tous les indicateurs obtenus, l'âge de la femme, ses mauvaises habitudes (tabagisme), la présence de diabète et d'autres maladies, le poids de la femme, le nombre de fœtus ou la présence de FIV, le risque d'avoir un bébé avec des anomalies génétiques est calculé. Un risque élevé est un risque inférieur à 1: 380.

Exemple: si la conclusion indique un risque élevé de 1: 280, cela signifie que sur 280 femmes enceintes avec les mêmes indicateurs, une aura un enfant avec une pathologie génétique.

Situations particulières où les indicateurs peuvent être différents.

  • FIV - les valeurs de β-hCG seront plus élevées et PAPP-A - en dessous de la moyenne.
  • Avec l'obésité chez les femmes, les niveaux d'hormones peuvent augmenter.
  • Avec une grossesse multiple, la β-hCG est plus élevée et les normes pour de tels cas n'ont pas encore été établies exactement.
  • Le diabète maternel peut augmenter les niveaux d'hormones.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite