Atrophie du cortex cérébral: classification, symptômes et traitement

L'atrophie du cerveau est le processus de mort progressive des cellules cérébrales, de la destruction des connexions des neurones et des cellules nerveuses. Dans ce cas, des perturbations peuvent survenir dans le cortex ou dans le sous-cortex du cerveau humain.

Souvent, l'atrophie du cortex cérébral survient dans la vieillesse, et pour la plupart, un tel diagnostic est posé au sexe faible.

La violation peut apparaître dans cinquante à cinquante-cinq ans et se terminer par une démence.

Cela est dû au fait qu'avec le vieillissement, le volume et le poids du cerveau deviennent moins.

Il est à noter que cette déviation est caractéristique des lobes frontaux, qui contrôlent les fonctions exécutives. Ces fonctions comprennent le contrôle, la planification, l'inhibition du comportement, les pensées..

Les causes de la maladie

L'une des principales causes d'atrophie cérébrale est une prédisposition héréditaire à cette maladie. Mais une violation peut apparaître pour d'autres raisons:

  1. Les effets toxiques de l'alcool, de certains médicaments et médicaments. Dans ce cas, des dommages au cortex et aux formations sous-corticales du cerveau peuvent être observés..
  2. Blessures, y compris celles subies lors d'une intervention neurochirurgicale. Un effet néfaste sur le tissu cérébral apparaît lorsque les vaisseaux sanguins sont serrés et que des anomalies ischémiques se manifestent. De plus, cela peut également se produire en présence de formations bénignes qui compriment la circulation sanguine.
  3. Des manifestations ischémiques peuvent également se produire en raison de dommages importants aux vaisseaux sanguins par les plaques athérosclérotiques, qui sont caractéristiques des personnes âgées, ce qui provoque une détérioration de la nutrition du tissu nerveux et sa mort.
  4. Anémie chronique avec une diminution significative du nombre de globules rouges dans le sang ou d'hémoglobine. Cette déviation entraîne une diminution de la capacité du sang à fixer les molécules d'oxygène et à les amener aux tissus du corps et aux nerfs aussi. Une ischémie et une atrophie apparaissent.

Cependant, il existe une liste de conditions propices à une telle violation:

  • faible stress mental;
  • tabagisme excessif;
  • hydrocéphalie;
  • hypotension chronique;
  • longue consommation de substances vasoconstricteurs.

Types d'atrophie

Considérez quels types d'atrophie cérébrale sont:

  1. Atrophie corticale du cerveau - processus de mort des tissus du cortex cérébral associé à des changements liés à l'âge dans la structure du tissu nerveux ou à des troubles généraux survenant dans le corps du patient. Le plus souvent, les lobes frontaux sont endommagés, mais la connexion au processus et à ses autres parties n'est pas exclue.
  2. Atrophie multisystémique du cerveau - une maladie neurodégénérative croissante avec des dommages aux noyaux gris centraux, au tronc cérébral, au cervelet, à la moelle épinière, exprimée dans la maladie de Parkinson, l'ataxie cérébelleuse, l'insuffisance autonome et le syndrome pyramidal dans différentes proportions.
  3. Atrophie diffuse du cerveau - apparaît dans de nombreux processus d'origines diverses, le cours est très variable. Dans un premier temps, la maladie se déroule comme une perturbation du cervelet, et ce n'est que plus tard qu'il y a des signes spéciaux qui permettent d'identifier le processus pathologique primaire.
  4. Atrophie cérébrale cérébelleuse - une augmentation des troubles cérébelleux en combinaison avec des manifestations de dommages à d'autres parties du système nerveux.
  5. La corticale postérieure - dépôts sous forme de plaques et de plexus neurofibrillaires qui provoquent la mort des cellules nerveuses dans les parties pariéto-occipitales du cerveau.

Une fracture de la base du crâne peut également provoquer une atrophie cérébrale et d'autres conséquences les plus graves Qu'est-ce que le névrome du nerf auditif - traitement, symptômes et signes, diagnostic de la maladie et autres informations nécessaires sur l'état pathologique.

Degrés d'atrophie

L'écart se développe selon le schéma suivant:

  1. Le stade initial ou l'atrophie du cerveau du 1er degré - il n'y a pas de signes cliniques, mais il y a un développement rapide du trouble et sa transition vers le stade suivant de la maladie.
  2. La deuxième étape est une détérioration rapide de la communication du patient avec les autres. En même temps, une personne est en conflit, ne peut normalement pas accepter la critique, attraper un fil de conversation.
  3. La troisième étape - le patient perd progressivement le contrôle de son comportement. Des explosions déraisonnables de colère ou de découragement peuvent apparaître, le comportement devient scandaleux.
  4. La quatrième étape - la perte de conscience de l'essence des événements, les exigences des autres.
  5. La dernière étape - le patient ne comprend pas les événements qui se produisent et ils ne lui causent aucune émotion.

Selon les zones affectées du lobe frontal, les troubles de l'élocution, la léthargie, l'indifférence ou l'euphorie, l'hyperactivité sexuelle, certains types de manie peuvent apparaître au premier abord..

Le dernier moment rend souvent le patient dangereux pour la société, ce qui est une indication de son placement dans un hôpital psychiatrique.

Avec une violation de l'apport sanguin au cerveau, l'un des signes diagnostiques peut être la mort du muscle temporal, observée chez certains patients.

Les symptômes de l'atrophie cérébrale

Les symptômes existants de la lésion peuvent présenter des différences importantes, selon les parties de l'organe détruites. Avec une atrophie du cortex sont observés:

  • diminution de la capacité de penser et d'analyser;
  • changement de rythme, de ton et d'autres caractéristiques de la parole;
  • troubles de la mémoire à une incapacité absolue à se souvenir de rien;
  • altération de la motricité des doigts;
  • les dommages aux parties sous-corticales entraînent des symptômes plus graves.

Leur caractéristique dépend du but de la partie perturbée:

  • atrophie de la moelle épinière - troubles respiratoires, activité cardiovasculaire, digestion, réflexes protecteurs;
  • dommages cérébelleux - une violation du tonus des muscles squelettiques et de la coordination humaine;
  • mourir du mésencéphale - la disparition d'une réaction aux stimuli externes;
  • atrophie du diencéphale - perte de capacité de thermorégulation, homéostasie, défaillance de l'équilibre des processus métaboliques;
  • atrophie du cerveau antérieur - perte de tous les types de réflexes.

Des dommages importants aux structures sous-corticales font souvent perdre aux patients leur capacité à maintenir indépendamment les fonctions vitales, l'hospitalisation et la mort à long terme.

Ce degré d'atrophie se produit très rarement, plus souvent après des blessures graves ou des dommages d'empoisonnement des tissus cérébraux et des gros vaisseaux sanguins.

Thérapie pour l'atrophie cérébrale

Lors du traitement de l'atrophie cérébrale, il est important qu'une personne prodigue de bons soins, ainsi qu'une attention accrue de la part de ses proches. Pour soulager les symptômes d'atrophie du cortex cérébral, seul un traitement des manifestations est prescrit.

Si les premiers signes d'atrophie sont détectés, il est nécessaire de créer un environnement calme pour le patient.

Il ne devrait pas changer le style de vie standard. Le mieux est de faire les tâches ménagères ordinaires, le soutien et les soins des proches.

D'autres méthodes de traitement comprennent:

  • l'utilisation de sédatifs;
  • utilisation de tranquillisants légers;
  • prendre des antidépresseurs.

Ces fonds aident une personne à rester calme. Le patient doit certainement créer toutes les conditions pour un mouvement actif, il doit régulièrement se livrer à de simples activités quotidiennes.

Entre autres choses, une personne atteinte d'un tel trouble ne devrait pas dormir pendant la journée..

Mesures préventives

Il n'existe aucun moyen efficace de prévenir cette maladie aujourd'hui. Vous ne pouvez que conseiller, traiter à temps tous les troubles existants, mener une vie active et avoir une attitude positive.

Les personnes résilientes vivent souvent jusqu'à un âge très avancé et ne révèlent aucun signe d'atrophie.

Il y a des gens chez qui le développement de l'athérosclérose est beaucoup plus rapide, ce qui est la raison de l'usure précoce du corps. Ce sont eux qui ont observé des processus lumineux d'atrophie.

Façons de prévenir l'athérosclérose:

  • mode de vie sain;
  • nutrition adéquat;
  • activité motrice élevée;
  • arrêter de fumer;
  • refus d'alcool;
  • contrôle de la pression artérielle;
  • manger des fruits et légumes frais;
  • remplacement des graisses animales par des légumes;
  • jours de jeûne;
  • entraînement à la mémoire au quotidien.

L'atrophie du cerveau est une maladie qui ne peut pas être traitée avec des médicaments modernes. Cette violation ne se développe pas immédiatement, mais se termine finalement par une démence..

Pour éviter des conséquences négatives, il est nécessaire de respecter des mesures préventives. Entre autres choses, en présence de problèmes, il est très important de consulter un médecin à temps - cela aidera à maintenir une bonne santé pendant de nombreuses années..

Vidéo: Le cerveau et ses fonctions

La structure et la fonction du cerveau. Comment le cerveau réagit aux stimuli externes et ce que vous devez savoir sur d'éventuels dommages au cerveau.

Atrophie corticale du cerveau

L'atrophie des cellules cérébrales est une mort progressive des neurones dans le cortex ou le sous-cortex de GM. L'atrophie corticale affecte principalement les tissus des lobes frontaux, responsables de la pensée d'une personne, contrôlant son comportement.

La destruction des neurones qui relient leurs connexions dans le sous-cortex et le cortex conduit à la destruction de la personnalité, dont la réhabilitation est impossible. Bien que les neuroscientifiques modernes soutiennent que le processus inverse de la formation de nouveaux neurones (neurogenèse) est possible. Et dans certaines conditions, le système nerveux est capable de s'auto-guérir après un traumatisme crânien, des pathologies neurologiques.

Les personnes âgées de 50 à 55 ans (en particulier les femmes) sont plus susceptibles de souffrir d'atrophie, bien qu'il arrive que l'atrophie cérébrale se retrouve chez les jeunes et même chez les nourrissons. La prédisposition génétique est la principale cause de cette pathologie (dans 95% des cas). Des facteurs de provocation externes exacerbent le processus. Une lente progression des changements atrophiques avec une augmentation des symptômes entraîne une démence.

Les causes de la maladie

Atrophie corticale du cerveau, c'est quoi?

  1. L'atrophie ischémique des neurones provoque des changements athérosclérotiques dans les vaisseaux. Les dépôts sur la surface interne des vaisseaux sanguins rétrécissent leur lumière, provoquant une hypoxie des tissus cérébraux. Il existe de nombreux foyers de neurones affectés avec leur mort ultérieure.
  2. La pathologie est post-traumatique, résultant d'une blessure au crâne. Dans la zone touchée sont possibles: la mort des neurones, des formations kystiques, des cicatrices.
  3. L'exposition chronique aux toxines (drogues, alcool, nicotine, produits pharmaceutiques) entraîne un lissage des convolutions, une diminution de l'épaisseur du cortex, des tissus sous-corticaux.
  4. L'insuffisance cérébrovasculaire (détérioration de l'élasticité des vaisseaux cérébraux, leur perméabilité) causée par des changements liés à l'âge, l'hypertension artérielle, les processus athérosclérotiques, conduit à la mort cellulaire.
  5. Les maladies dégénératives des tissus cérébraux (maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer, Peak), diagnostiquées chez les personnes âgées, s'accompagnent d'une atrophie progressive des cellules dans divers domaines du GM, qui dans 70% des cas est à l'origine de la démence sénile.
  6. Plusieurs dizaines de maladies génétiques connues des cliniciens (chorée de Huntington, syndrome de Peak) provoquent des changements atrophiques dans le cerveau. Prédisposition héréditaire associée à des facteurs provoquants - les causes de l'atrophie chez les jeunes.
  7. Les changements atrophiques provoquent une exposition prolongée à l'hypertension intracrânienne.

Le développement de l'atrophie est favorisé par:

  • stress mental (et physique) insuffisant;
  • fumeur;
  • nutrition déséquilibrée;
  • pression artérielle basse (hypotension);
  • hydrocéphalie;
  • développer des néoplasmes, resserrer les vaisseaux sanguins;
  • utilisation à long terme de médicaments vasoconstricteurs.

Types de pathologie

L'atrophie (selon le domaine de la mort neuronale) est classée comme:

  • Sous-corticale (sous-corticale) - les dommages initiaux au tissu cérébral, dans lesquels la parole est altérée, la pensée est affaiblie.
  • corticale se produit avec la mort des tissus corticaux causée par des facteurs liés à l'âge, des pathologies chroniques. Il commence dans les lobes frontaux, puis affecte d'autres zones. Un long processus (au cours de la vie) est aggravé, se manifestant souvent chez les personnes âgées, conduisant à une démence sénile;
  • diffuse est caractérisée par une lésion uniforme du tissu cérébral. L'hypoxie cellulaire (due à un apport sanguin insuffisant, à l'athérosclérose, à l'hypertension) provoque une diminution des capacités mentales. Les principaux foyers de pathologie sont localisés dans le cervelet, puis d'autres parties du GM sont affectées. Les premières manifestations sont la discoordination, les troubles de la parole, les mouvements de parésie;
  • corticale postérieure - la mort cellulaire dans la partie pariéto-occipitale est causée par des plexus neurofibrillaires et le dépôt de plaques neurodégénératives sur les parois des voies principales alimentant le cerveau;
  • locale (limitée) est principalement la conséquence d'un accident vasculaire cérébral, d'infections, de dommages mécaniques, de blessures au crâne. Accompagné de symptômes focaux, en fonction du degré de lésion tissulaire, de la localisation du foyer;
  • multisystem (multifocal) - la neurodégénérescence capture de nombreux départements (cervelet, tronc, noyaux gris centraux, ainsi que les coupes vertébrales). Les causes sont les défauts génétiques, les infections intra-utérines et l'hypoxie fœtale pendant l'accouchement.

Les signes de changements de personnalité avec une atrophie initiale (modérée) sont à peine perceptibles. Changements subatrophiques - la veille de la mort mondiale des cellules cérébrales. Pour prévenir la progression de l'atrophie, un médecin doit être visité en temps opportun. Des mesures qui améliorent la circulation sanguine, le traitement de la thromophilie, l'athérosclérose aideront à retarder la progression de la maladie entraînant la mort des neurones.

Degrés

Selon la cause profonde, la négligence de la maladie, les étapes suivantes diffèrent:

  1. Le premier stade de la maladie ne manifeste pas de symptômes évidents, il est difficile à diagnostiquer, passe souvent inaperçu et passe rapidement au second. La tête fait périodiquement mal, des vertiges tourmentent, s'aggravent avec le temps. Le développement de la pathologie peut être considérablement ralenti si le traitement médicamenteux est démarré à temps et constamment corrigé.
  2. La deuxième étape se manifeste par des changements pathologiques évidents dans les structures de GM. Les capacités analytiques sont réduites, les troubles cognitifs (parole, mémoire) se manifestent, la motricité fine est perdue. Il y a des changements de comportement évidents: la façon de communiquer, de communiquer avec les gens (une personne devient fermée, irritable, réagit violemment aux critiques, évite la communication);
  3. La troisième étape se caractérise par: la perte de maîtrise de soi par une personne, la négligence du cadre du comportement culturel. Une personne se comporte étrangement, de façon imprévisible, devient désagréable pour les autres.
  4. Au quatrième stade de la maladie, le patient montre un manque de compréhension des personnes et des événements environnants, se ferme dans «son monde», parle de quelque chose avec lui-même, répond à sa place, la parole devient primitive;
  5. Au dernier (cinquième) stade, la prosternation complète s'installe. Toutes les matières cérébrales s'atrophient, les influx nerveux disparaissent. La démence survient, le patient n'est pas conscient de lui-même ou des autres et a besoin de soins et de supervision constants..

Symptômes

Au stade initial, les symptômes de la maladie sont atténués. Le plus proche commence à remarquer chez le patient: léthargie, apathie, indifférence à tout. Peut-être la manifestation d'une activité sexuelle auparavant inhérente, tout en déniant les limites morales. La mort des cellules cérébrales se manifeste davantage:

  • l'appauvrissement du vocabulaire, des difficultés à sélectionner des mots pour exprimer des émotions, décrire un événement, un objet;
  • détérioration rapide des capacités intellectuelles;
  • perte d'autocritique;
  • perte de maîtrise de soi pendant les actions et les actes;
  • déficience motrice.

Les caractéristiques dépendent également de la zone qui a subi une déstructuration. La destruction du tissu cortical est inhérente à:

  • retard de la pensée;
  • la parole change, le ton est déformé;
  • perte de compétences pour se souvenir des informations;
  • la motricité fine est perdue.

La mort de la substance de la moelle oblongue se manifeste:

  • altération de la fonction respiratoire;
  • problèmes de digestion;
  • troubles dans le travail de CVS;
  • immunité diminuée.

La défaite du cervelet s'accompagne de troubles moteurs: déséquilibres, coordination, tonus musculaire. La destruction des cellules du mésencéphale conduit à la perte de réponses aux stimuli externes, l'intermédiaire - l'échec des fonctions de thermorégulation, métabolisme. Tous les réflexes sont perdus lorsque la partie antérieure du GM est déstructurée.

Avec la mort d'une grande partie des neurones, le corps perd la capacité de maintenir une activité vitale, un résultat mortel se produit. Les changements nécrotiques dans les tissus des OGM provoquent souvent: empoisonnement chronique avec des toxines, traumatisme crânien. La gravité de la pathologie dépend de la localisation du processus d'atrophie et du stade de son développement.

Des méthodes instrumentales sont utilisées pour diagnostiquer l'atrophie cérébrale. La TDM permet d'établir des zones de troubles circulatoires, des vaisseaux sanguins affectés par un AVC, des foyers d'hémorragie, la présence de kystes, des tumeurs dans les tissus cérébraux. L'IRM permet d'évaluer les changements pathologiques dans toutes les parties du cerveau. Il permet de détecter la subatrophie cérébrale - un état précritique, ce qui améliore considérablement le pronostic du traitement. Vous permet d'identifier les premiers signes de pathologie et une nouvelle méthode de diagnostic - tomographie multispirale.

Thérapie

L'atrophie cérébrale d'origine génétique n'est pas traitée. Le but de la thérapie est de maintenir tous les systèmes pour prolonger une qualité de vie acceptable..

Les changements pathologiques dans les structures du cerveau en raison de l'âge du patient nécessitent un traitement médicamenteux pour éliminer les symptômes. Chez les jeunes patients, le traitement de l'atrophie corticale du cerveau est réalisé avec plus de succès que chez les personnes âgées. Pour arrêter le développement de la pathologie, les éléments suivants sont utilisés:

  • nootropiques qui améliorent la nutrition des tissus cérébraux;
  • des antioxydants qui activent le métabolisme qui contrecarrent la formation de radicaux libres;
  • médicaments améliorant la microcirculation sanguine.

Pour un traitement symptomatique:

  • avec maux de tête - analgésiques, AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens);
  • avec irritabilité, insomnie - sédatifs;
  • avec agressivité, humeur dépressive - sédatifs.

Le maintien de la santé est facilité par des soins attentifs, un sommeil diurne, des conditions familières confortables, l'élimination du stress, des situations de conflit et l'attitude amicale des proches. Le médecin peut prescrire des antidépresseurs et des tranquillisants si nécessaire. De plus, les remèdes populaires et les massages sont connectés pour retarder la détérioration.

Une atrophie corticale lente ou rapide du cerveau progresse, ce qui entraîne des changements irréversibles de la GM. Si les conséquences graves d'une maladie conduisent les patients à un état auquel leurs proches ne peuvent pas faire face, ils sont placés dans des internats spécialisés avec des soins appropriés. Dans les cas difficiles, ils sont gardés dans des cliniques psychiatriques afin de ne pas se faire de mal ni à autrui..

Les processus destructeurs dans les structures cérébrales ne peuvent pas être complètement arrêtés. La médecine moderne utilise des médicaments qui stimulent le métabolisme et la circulation cérébrale, efficaces aux premiers stades de la maladie. Des méthodes sont en cours de développement pour lutter contre l'atrophie à l'aide de cellules souches extraites de la moelle osseuse qui se sont révélées efficaces dans le traitement du décollement de la rétine et la restauration du nerf optique.

Complications possibles

La lente extinction de l'intelligence chez les personnes âgées n'est pas considérée comme une pathologie, si elle ne se manifeste pas par des symptômes neurologiques, une psychopathie et une démence.

Lorsque des changements se produisent dans la structure des hémisphères cérébraux, le poids diminue, le volume des organes en raison de la mort des neurones, l'intelligence diminue rapidement, des anomalies comportementales se produisent.

L'atrophie affecte diverses parties du cerveau. Elle entraîne des changements irréversibles dans le tissu cérébral, la mort des neurones, ce qui entraîne une dégradation de la personnalité, suivie d'une démence. La nature locale de la pathologie se développe en une pathologie généralisée, l'ensemble de l'organe s'atrophie. L'incapacité du corps à s'autoréguler se termine par la mort.

Mesures préventives

Pour prévenir le processus pathologique d'atrophie des OGM, dans la mesure du possible pour prolonger la vie entière du cerveau, des mesures préventives aideront:

  • traitement urgent des affections chroniques;
  • examens préventifs réguliers;
  • refus des dépendances (tabagisme, alcool, drogues);
  • maintenir l'activité physique et mentale;
  • organisation d'une alimentation équilibrée;
  • maintenir un poids corporel normal, activer le métabolisme, traiter les pathologies endocriniennes pour éviter l'athérosclérose des vaisseaux cérébraux;
  • une bonne nutrition (saturation des cellules du cerveau en vitamines et minéraux) arrête l'atrophie cellulaire;
  • normalisation de l'éveil au sommeil;
  • élimination du stress, surcharge émotionnelle;
  • renforcer l'immunité;
  • contrôle de la pression artérielle avec tendance à l'hyper-, hypotension.

Si la mort progressive des neurones dans la vieillesse (après 70 ans) est considérée comme un processus naturel, les signes d'atrophie corticale sous-corticale précoce (intempestive) du cerveau nécessitent l'aide de médecins, des cours de soutien obligatoires.

Atrophie cérébrale: causes, classification et stades

Lorsque le cerveau humain fonctionne, seulement 6% environ de ses cellules sont impliquées. Les autres sont en mode «veille» et en cas de dommage ou de décès du «personnel principal» ils deviennent actifs. Cependant, l'atrophie perturbe ce processus, détruisant les cellules actives et dormantes..

L'atrophie du cerveau est le processus de mort lente des cellules cérébrales, une diminution de ses convolutions. Le cortex prend une apparence aplatie, le volume du cerveau diminue. Qu'est-ce que l'atrophie cérébrale, quelles sont ses causes, ses types, ses principaux symptômes, le traitement de la maladie - les questions abordées dans cet article.

Les causes

L'atrophie cérébrale du cerveau devient le plus souvent le résultat de processus pathologiques qui se produisent dans le corps humain. De plus, plusieurs facteurs peuvent devenir la cause de la maladie à la fois, exacerbant la situation. Une atrophie du cerveau peut survenir en raison de.

  • Anomalies génétiques

Les changements atrophiques se produisent dans le contexte du développement de la maladie de Peak et d'Alzheimer. Le pic de la maladie se caractérise principalement par des dommages aux parties frontale et temporale, qui se manifestent par des symptômes spécifiques chez le patient. Ces symptômes, combinés à des méthodes de diagnostic instrumentales, peuvent identifier rapidement et avec précision la pathologie..

En pensant, la mémoire du patient s'aggrave, une baisse de l'activité intellectuelle est observée. Le patient se dégrade en tant que personne, se ferme, en communication on remarque principalement le même type, des phrases simples, il est possible de répéter la même pensée, le discours prend un caractère primitif.

La maladie d'Alzheimer se caractérise par une détérioration du processus de réflexion et de mémorisation, des changements de personnalité se produisent aux derniers stades du processus pathologique.

  • Athérosclérose cérébrale et hypertension

L'athérosclérose est lourde de formation de plaques et d'obstruction des vaisseaux sanguins, ce qui interfère avec la circulation sanguine et la nutrition cellulaire. Une telle pathologie conduit à une privation d'oxygène des neurones cérébraux et à la mort ultérieure.

  • Intoxication des cellules cérébrales

Obtenu à partir de l'utilisation de boissons alcoolisées, de médicaments puissants. Avec cet effet, le cortex cérébral et les structures sous-corticales sont affectés. Les cellules cérébrales ont une faible capacité à se régénérer, et avec un impact négatif constant et prolongé, le processus pathologique est aggravé.

  • Blessures à la tête

Dommages, y compris ceux résultant d'interventions neurochirurgicales. Une atrophie corticale peut survenir à la suite d'une compression vasculaire. En cas de blessure à la tête, des dommages vasculaires peuvent également se produire, ce qui laisse les cellules du cerveau sans nourriture, elles commencent à mourir.

  • Augmentation de la pression intracrânienne
  • Anémie chronique

Avec un faible taux de globules rouges ou d'hémoglobine. Cela conduit à une perturbation du processus de circulation de l'oxygène, par conséquent, une quantité suffisante d'oxygène n'entre pas dans les cellules du cerveau, les cellules du cerveau meurent.

Symptômes

L'atrophie du cerveau dans les premiers stades ne présente pratiquement aucun symptôme. Même s'ils surviennent, ils sont souvent attribués à la fatigue ou à un malaise général. À mesure que la pathologie se développe, les symptômes sont plus prononcés.

Stade de changement minimal

Le patient effectue facilement les choses habituelles, travaille. Les manifestations de la maladie sont attribuées à l'âge. Il y a périodiquement des problèmes de mémoire, le patient a du mal à résoudre des problèmes complexes.

Atrophie modérée

L'aggravation des manifestations de la maladie se produit en présence d'atrophie modérée. Le patient commence à mal communiquer avec les gens, il y a des problèmes de communication. Il peut y avoir des situations où le comportement du patient est hors de contrôle..

Les tâches difficiles sont impossibles sans l'aide d'étrangers. La coordination motrice et l'activité motrice sont altérées.

Atrophie cérébrale sévère

Il progresse et la gravité des symptômes est claire. De plus, la progression des changements pathologiques dépend du volume des cellules mourantes. Des écarts importants dans l'activité motrice et des échecs psycho-émotionnels sont observés..

Le patient cesse de reconnaître les objets, leur fonction. Impossible de reproduire les informations reçues quelques minutes plus tôt. Le patient perd la capacité de prendre soin de lui-même et a besoin d'une assistance et de soins constants.

Classification

En fonction de l'origine de la pathologie, du degré de maladie, des symptômes, de la localisation des zones affectées du cerveau, les types suivants sont distingués: atrophie cérébrale corticale, subatrophie, multisystèmes, atrophie des lobes frontaux du cerveau.

Atrophie corticale

Dans ce cas, la mort des cellules cérébrales survient le plus souvent en raison de processus liés à l'âge (chez les patients de plus de 60 ans) ou de perturbations du fonctionnement du corps. Plus souvent que d'autres parties, les lobes frontaux sont affectés.

Les manifestations de la maladie se produisent selon la comptabilité d'exercice et les symptômes évidents ne peuvent apparaître qu'après quelques années. L'atrophie corticale du cerveau avec des dommages aux deux hémisphères du cerveau entraîne une démence sénile du patient. L'atrophie corticale hémisphérique bipolaire survient le plus souvent au cours du développement de la maladie d'Alzheimer.

Subatrophy

Une telle lésion se caractérise par une perte partielle de fonctionnement de l'organe. Les changements subatrophiques dans le cerveau entraînent une diminution du volume du cortex. Les signes symptomatiques se manifestant par un trouble mental, de la parole, des processus moteurs ne sont pas explicites, ne se manifestent pas pleinement.

Atrophie multisystémique

La mort des cellules cérébrales avec ce type de pathologie se produit immédiatement dans plusieurs parties du cerveau. Ce type d'atrophie est problématique dans le diagnostic, souvent confondu avec une autre maladie, le plus souvent la maladie de Parkinson est mal diagnostiquée.

Elle se manifeste par les symptômes suivants: altération de la fonction autonome, hypertension artérielle, altération de la coordination, démarche précaire, activité physique plus lente, incontinence urinaire, dysfonction érectile.

Atrophie des lobes frontaux

Cette forme d'atrophie est une conséquence d'Alzheimer et de Peak. Le patient se dégrade en tant que personne, devient secret et insociable, la parole devient monosyllabique et primitive.

L'atrophie du cerveau avec des lésions cérébelleuses se manifeste chez les patients en coordination altérée, altération du tonus musculaire, ce qui conduit à l'incapacité de se servir. Toute activité motrice du patient est irrégulière, la parole ralentit.

La mort de la matière grise peut se refléter dans ce qui suit:

  • paralysie;
  • diminution ou perte complète de sensibilité d'une partie particulière du corps;
  • le patient a du mal à reconnaître ses proches, les articles ménagers;
  • le processus de déglutition est perturbé.

L'atrophie diffuse du cerveau, comme le multisystème, a les pronostics les plus défavorables. Les changements pathologiques se produisent imperceptiblement, sont irréversibles. Elle se caractérise par une détérioration de l'activité cérébrale, le patient n'est pas en mesure d'évaluer correctement son état, d'évaluer ses actions et ses actes.

L'atrophie du cortex cérébral entraîne l'apparition de caillots sanguins, de plaques provoquant une hypoxie (état d'approvisionnement insuffisant en oxygène) et la mort de certaines zones de l'organe. Une telle atrophie du cerveau peut être déclenchée par des blessures craniocérébrales, des fractures du crâne.

Étapes

De nombreuses manifestations de changements atrophiques aux stades initiaux de la maladie ne sont pas explicites, elles restent donc sans surveillance. Le tableau clinique devient plus prononcé avec la progression de l'atrophie. On distingue 4 degrés de pathologie.

  • Au premier stade, aucune manifestation externe n'est observée, cependant, l'atrophie cérébrale du 1er degré est caractérisée par le début du processus de mort des neurones cérébraux.
  • La deuxième étape est caractérisée par des changements de personnalité: le patient a moins de contacts avec les gens, devient grognon, en colère, fermé.
  • Dans la troisième étape, le patient cesse de contrôler ses actions.
  • La quatrième étape est caractérisée par une perte de connexion avec la réalité, le patient peut ne pas répondre aux questions, s'il répond, alors il répond à sa place.
  • La cinquième étape est extrême et se manifeste par une démence. Une personne est complètement prosternée, n'est au courant de rien qui se passe autour d'elle, ne reconnaît personne.

En règle générale, rester dans la société de ces patients devient difficile; les soins à ces patients sont effectués dans des établissements psychiatriques.

Atrophie cérébrale chez les enfants

La mort des cellules cérébrales peut survenir non seulement en raison de changements liés à l'âge et peut être observée chez les patients âgés, les enfants peuvent subir une telle pathologie. L'atrophie du cerveau chez les nouveau-nés peut être déclenchée par divers facteurs, notamment:

  • malformations congénitales du système nerveux central;
  • prédisposition au développement de la maladie au niveau génétique;
  • influences externes qui agissent comme conditions de mort des cellules cérébrales.

Cette situation peut survenir à la suite d'une exposition au corps de l'enfant de divers facteurs lorsque le fœtus est encore dans l'utérus. Cela peut être l'impact des médicaments, des radiations, des conséquences de la consommation d'alcool par une femme enceinte, des complications de la grossesse, des traumatismes subis par l'enfant pendant la naissance, etc..

L'atrophie cérébrale chez les enfants peut ne pas signaler immédiatement des symptômes spécifiques. Les symptômes externes peuvent apparaître un peu plus tard:

  • état léthargique de l'enfant, indifférence à ce qui se passe autour de lui;
  • fermeture lente des fontanelles;
  • le volume de la tête diminue;
  • la réponse à l'irritation externe ralentit;
  • perte d'appétit.

L'atrophie cérébrale chez les nouveau-nés est diagnostiquée sur la base de l'évaluation de divers examens:

  • Évaluation sur l'échelle d'Apgar (cette évaluation de l'état général de l'enfant immédiatement après la naissance par un certain nombre d'indicateurs).
  • Examen par un neurologue pédiatrique.
  • L'étude des indicateurs métaboliques.

De plus, un certain nombre d'examens supplémentaires sont effectués: tomographie, dopplerographie, neurosonographie, etc..

Diagnostic et traitement

La première étape du diagnostic de la maladie est une enquête approfondie du patient afin d'identifier les symptômes qui le dérangent, l'état général, le seuil de réflexion. Les maladies atrophiques du cerveau suggèrent un examen radiologique obligatoire, qui examine les lobes cérébraux en couches, vous permet de détecter la présence de tumeurs, d'hématomes, de foyers de changements.

La thérapie principale pour l'atrophie est de fournir un environnement familier au patient, de l'entourer de soins, d'attention. Tout changement de conditions peut entraîner une accélération des processus pathologiques, le traitement est donc préférable dans un environnement domestique. Le patient doit être constamment occupé avec les tâches ménagères simples quotidiennes.

Il n'est pas possible de restaurer l'état d'origine des cellules et la fonctionnalité du cerveau. La tâche principale du traitement est d'arrêter le processus destructeur, de préserver les fonctions qui sont restées.

L'atrophie du cerveau n'est pas traitée avec des médicaments. Les médicaments prescrits bloquent les symptômes de la maladie, apaisent le patient. Les antidépresseurs et les tranquillisants soutiennent l'état du patient, dans lequel il ne peut pas causer de dommages importants à lui-même et aux autres.

Les médicaments nootropes sont largement utilisés. Ils aident à améliorer la circulation sanguine, à accélérer les processus métaboliques et la régénération des cellules cérébrales. Un tel effet thérapeutique peut être remarqué par le patient lui-même, il commence à mieux réfléchir, la manifestation des symptômes de la maladie diminue. Les antioxydants et les agents antiplaquettaires préviennent la mort des cellules nerveuses et la stase sanguine.

Changements atrophiques dans le cerveau

La mort des cellules qui composent le cerveau provoque de graves conséquences. Il y a une violation des capacités cognitives, qui incluent la parole, l'orientation spatiale, la compréhension, la pensée logique, la capacité de raisonner, de calculer et d'apprendre. La maladie provoque des troubles neurologiques et des dysfonctionnements moteurs.

Les médecins donnent une réponse négative à la question de savoir si l'atrophie cérébrale dans le cerveau affecte l'espérance de vie. Les neurones meurent progressivement. Des premiers signes de pathologie à l'état où une grande partie du cerveau s'atrophie avec le développement ultérieur de la démence, plus de 20 ans peuvent s'écouler. La mort d'un patient est généralement causée par d'autres maladies qui provoquent des dysfonctionnements du corps qui ne sont pas compatibles avec la vie..

Les discussions sur la durée de vie des patients atteints de lésions atrophiques ne reflètent pas correctement les caractéristiques et l'influence de la pathologie. L'atrophie cérébrale ne réduit pas l'espérance de vie, mais aggrave considérablement sa qualité. Cela conduit à la démence, au handicap. Une personne n'est pas capable de prendre soin d'elle-même, a besoin d'une surveillance et de soins médicaux constants. Souvent obligé de passer le reste de sa vie dans un dispensaire spécialisé.

Qu'est-ce que l'atrophie cérébrale?

Les changements atrophiques qui se produisent dans le cerveau ressemblent à une augmentation compensatoire du volume de liquide céphalorachidien dans un contexte de diminution de la proportion de neurones (parenchyme cérébral). La condition ressemble à l'hydrocéphalie avec la différence qui ne reflète pas la perte focale du volume tissulaire, mais des changements pathologiques progressifs. Elle se traduit par une perte partielle des fonctions physiques et mentales, provoquée par des dommages locaux à une certaine zone du tissu cérébral. Il y a 4 étapes de l'évolution de la maladie.

Pour une atrophie d'un degré survenant dans le cerveau, l'absence de symptômes prononcés est caractéristique. Une personne peut éprouver des maux de tête, est sujette à la dépression, émotionnellement instable, devient irritable et larmoyante. Il fait face aux tâches habituelles de l'activité professionnelle, vit une vie pleine. Si vous ne commencez pas le traitement, la forme initiale douce se développe progressivement au 2e degré, lorsqu'une personne perd ses capacités de communication, sa connexion émotionnelle avec les autres.

Les symptômes neurologiques sont plus prononcés - dysfonctionnement moteur, altération de la coordination des mouvements. Les processus pathologiques conduisent à une démence inévitable et irréversible. Le troisième degré s'accompagne de mort - nécrose des zones de matière grise et blanche à partir desquelles le cerveau est construit. Le patient ne contrôle pas son comportement, a souvent besoin d'une hospitalisation et d'une surveillance médicale constante. Les symptômes illustrent l'image de l'atrophie cérébrale dans le cerveau chez les adultes et les patients âgés:

  • discours incohérent et dénué de sens;
  • perte de compétences professionnelles;
  • perte d'orientation dans l'espace et la période de temps;
  • perte de compétences en libre-service.

Le nombre de plaintes de mauvaise santé diminue avec la croissance des processus destructeurs d'atrophie corticale. Il s'agit d'un signal alarmant indiquant une détérioration de la perception adéquate de son propre état physique et mental..

Types de pathologie

Une forme généralisée d'atrophie cérébrale englobe plusieurs sections de cellules nerveuses dans le tissu cérébral. Atrophie diffuse du cerveau - une mort uniforme des neurones dans toutes les parties des structures cérébrales. Il se développe à la suite d'une hypertension artérielle, caractérisée par des dommages aux petits vaisseaux situés dans chaque partie du cerveau.

Les premiers signes d'atrophie diffuse ressemblent à un dysfonctionnement du cervelet. Un cours progressif conduit à une augmentation rapide des symptômes, ce qui nous permet de différencier la pathologie à des stades ultérieurs. Contrairement aux espèces corticales, avec une atrophie diffuse, les symptômes de lésion de l'hémisphère dominant dominant sont clairement exprimés. La subatrophie corticale se produisant dans le cerveau, la destruction des tissus et la destruction ne sont décrites que.

La subatrophie qui se produit dans le cerveau est une condition précédant le stade de la mort neuronale. Le mécanisme de la maladie a déjà été lancé, des processus destructeurs ont commencé, mais le corps compense indépendamment les violations qui se sont produites. Les changements subatrophes s'accompagnent de symptômes inexprimés. Une atrophie corticale hémisphérique bipolaire se produit dans les tissus des deux hémisphères. Manifesté par la maladie d'Alzheimer.

Atrophie alcoolique se développant dans le cerveau

Les dommages organiques aux structures de la substance cérébrale, qui se développent dans le contexte d'une exposition constante à l'éthanol, sont appelés encéphalopathies toxiques. Affecte toutes les parties du cerveau. Les couches corticales et le cervelet sont particulièrement sensibles aux effets négatifs de l'alcool. Conduit souvent à une paralysie des nerfs crâniens. Les lobes frontaux sont responsables du comportement, du niveau d'intelligence, des émotions et des qualités morales - propriétés qui caractérisent une personne consciente.

La pathologie en développement provoque des changements atrophiques dans les tissus et est l'une des principales causes de démence. La démence, conséquence de l'alcoolisme, est diagnostiquée chez 10 à 30% des patients qui abusent des boissons alcoolisées. Une personne devient infantile, perd la capacité d'abstraire la pensée logique. Au fur et à mesure que la maladie progresse, le patient perd ses compétences de base - la capacité de se brosser les dents, de nouer des lacets, de tenir des couverts à la main.

Atrophie multisystémique

Couvre plusieurs zones - cervelet, noyaux basaux, moelle épinière. Si vous comprenez soigneusement le sujet de quels changements dégénératifs atrophiques affectant le cerveau sous une forme multisystémique, il convient de noter l'évolution progressive, l'ataxie cérébelleuse (dysfonctionnement moteur) et le syndrome d'insuffisance autonome. Elle se manifeste par une perte d'équilibre, des tremblements des extrémités, une démarche anormale, une dysfonction érectile. Aux stades ultérieurs, des évanouissements, des étourdissements, un parkinsonisme, une énurésie, une incoordination des mouvements sont observés.

Atrophie corticale

L'atrophie corticale s'exprime par la mort des neurones situés dans les structures corticales du lobe frontal. Les lobes frontaux sont responsables de la fonction de la parole, du comportement émotionnel, déterminent les caractéristiques personnelles, régulent l'activité motrice d'une personne - planifier et effectuer des mouvements volontaires. L'atrophie corticale dans le cerveau affecte négativement ces capacités..

L'atrophie du cortex et des zones frontales du cerveau est principalement associée à des changements destructeurs liés à l'âge dans les tissus. Les signes indiquant une atrophie corticale sont une violation du comportement et une perte de capacités intellectuelles. Avec une atrophie cérébrale du degré cortical de type 1, le patient se caractérise par des normes éthiques généralement acceptées incohérentes, des actes non motivés.

Une personne ne peut pas expliquer les raisons ni évaluer les conséquences des actions commises. Les changements régressifs et la dégradation de la personnalité sont une caractéristique qui indique une atrophie qui affecte les lobes frontaux des hémisphères cérébraux. Les capacités cognitives diminuent, la capacité de penser, de se souvenir et de se concentrer est perdue.

Atrophie cérébelleuse

Le cervelet est le département qui est responsable de la coordination motrice. Les changements destructifs se manifestent par des dysfonctionnements du système musculo-squelettique, un déséquilibre, un dysfonctionnement de la déglutition et du contrôle oculaire. Le ton du corset musculaire du squelette est réduit. Il est difficile pour une personne de garder la tête droite. Énurésie souvent observée.

Atrophie cérébrale chez les enfants

Lorsqu'on leur a demandé si la substance cérébrale pouvait s'atrophier chez un enfant, les médecins ont répondu par l'affirmative. L'atrophie qui affecte le cerveau des enfants récemment nés est souvent le résultat de blessures à la naissance et d'anomalies du développement intra-utérin du système nerveux. Il est diagnostiqué aux premiers stades de la vie - généralement au cours des premières semaines et des premiers mois. Ils sont traités avec des médicaments, des procédures physiothérapeutiques et sédatives. Pronostic défavorable.

Symptomatologie

Les premiers signes d'atrophie affectant les tissus et la structure du cerveau se produisent généralement chez les personnes de plus de 45 ans. La pathologie est plus souvent diagnostiquée chez les femmes. Symptômes caractéristiques:

  • Changement de type de personnalité. Apathie, indifférence, rétrécissement du cercle des intérêts.
  • Trouble du fond psycho-émotionnel. Sautes d'humeur, états dépressifs, irritabilité accrue.
  • Déficience de mémoire.
  • Réduction du vocabulaire.
  • Dysfonctionnement moteur, altération de la coordination motrice et motricité fine.
  • Déficience mentale.
  • Baisse des performances.
  • Saisies.

Les réactions régénératrices du corps s'affaiblissent. Les réflexes sont opprimés. Les symptômes deviennent plus brillants et plus expressifs. Les changements atrophiques se manifestent par le syndrome de Parkinson et d'Alzheimer. Les signes d'une zone de lésion spécifique sont:

  1. Moelle. Déviations dans le travail des systèmes respiratoire, digestif, cardiovasculaire. Les réflexes de défense supprimés.
  2. Cervelet. Faiblesse des muscles squelettiques, dysfonctionnement du système musculo-squelettique.
  3. Midbrain. Réactions inhibées ou absentes aux stimuli externes.
  4. Diencephalon. Anomalies pathologiques du fonctionnement du système de thermorégulation, altération de l'activité du système hémostatique et métabolisme.
  5. Lobes frontaux. Furtivité, agression, comportement démonstratif.

Des signes tels que l'impulsivité, une grossièreté auparavant inhabituelle, une sexualité accrue, une diminution de la maîtrise de soi, de l'apathie, indiquent des échecs dans le travail de l'organe central du système nerveux central.

Les causes de la maladie

Comprendre le sujet de ce qui est une atrophie se produisant dans le cerveau, il convient de noter - il s'agit toujours d'un diagnostic secondaire, qui se développe dans le contexte d'effets néfastes prolongés sur le système nerveux central. Les médecins citent plusieurs raisons pour lesquelles les cellules cérébrales meurent:

  1. Prédisposition génétique. Facteur le plus important.
  2. Intoxication du corps, répétée à haute fréquence, associée à l'utilisation de boissons alcoolisées, de drogues.
  3. Lésion du crâne et des tissus mous à l'intérieur du crâne.
  4. Insuffisance circulatoire tissulaire, ischémie cérébrale.
  5. L'anémie chronique est un apport insuffisant d'oxygène. La condition survient à la suite d'une faible concentration de protéines d'hémoglobine dans le sang et les globules rouges qui fournissent de l'oxygène aux tissus.
  6. Infections affectant le système nerveux - polio, méningite, maladie de Kuru, leptospirose, abcès du tissu cérébral.
  7. Maladies du système cardiovasculaire - ischémie du muscle cardiaque, insuffisance cardiaque, pathologie vasculaire athérosclérotique.
  8. Décortication due au coma.
  9. Pression intracrânienne. Souvent une cause d'atrophie cérébrale chez les nouveau-nés.
  10. Grosses tumeurs qui compressent les tissus environnants et interfèrent avec l'apport sanguin normal au cerveau.
  11. Maladie cérébrovasculaire - changements destructeurs dans les vaisseaux situés dans le cerveau.

Si une personne évite l'activité mentale, le risque de développer des maladies atrophiques qui se produisent dans le cerveau augmente. Parmi les facteurs qui augmentent la probabilité de décès des neurones situés dans le cerveau, le tabagisme, le faible stress mental, l'hypertension chronique, l'hydrocéphalie, l'utilisation prolongée de médicaments qui rétrécissent les vaisseaux sanguins.

Diagnostique

Pour déterminer après quoi il existe des cas d'apparition de parties atrophiées du tissu cérébral, des tests de diagnostic sont prescrits. La complexité du diagnostic dans les premiers stades empêche le traitement correct et rapide et la restauration complète des fonctions. Pendant l'examen, le médecin détermine le niveau de réflexes et de réactivité - la capacité de répondre aux stimuli externes. Méthodes instrumentales et matérielles:

  • IRM Permet d'identifier les formations kystiques et tumorales, les hématomes, les foyers locaux de lésions.
  • Échographie, neurosonographie - chez les nouveau-nés.
  • Dopplerographie. Détecte l'état et la perméabilité des éléments du système vasculaire.
  • Angiographie - Examen radiographique des vaisseaux sanguins.

Des études neurophysiologiques, y compris l'électroencéphalographie (déterminant le degré d'activité cérébrale), la rhéoencéphalographie (déterminant l'état de la circulation cérébrale), des ponctions diagnostiques sont effectuées pour identifier les causes qui ont conduit à la défaite des cellules qui composent le tissu cérébral.

Traitement de l'atrophie cérébrale

Il est impossible de guérir complètement. Une thérapie complexe est effectuée afin de restaurer le fonctionnement normal du système nerveux, de réguler les processus métaboliques dans les cellules de la substance cérébrale, de normaliser le flux sanguin et l'apport sanguin aux tissus. La maladie est traitée avec des méthodes conservatrices. Un traitement médicamenteux correct inhibe le développement de la maladie. Compte tenu des symptômes, le neurologue prescrit les médicaments des groupes:

  1. Sédatifs (sédatifs).
  2. Tranquillisants.
  3. Antidépresseurs.
  4. Médicaments nootropes stimulant les capacités mentales.
  5. Des neuroprotecteurs qui protègent les neurones des dommages.
  6. Médicaments antihypertenseurs et antiplaquettaires qui abaissent la pression artérielle et améliorent la numération sanguine.

Simultanément à la pharmacothérapie, le régime est maintenu. On montre au patient des promenades en plein air, une activité physique dosée, une alimentation saine et équilibrée, des activités liées à l'activité mentale, pour améliorer les capacités mentales, un entraînement de la mémoire.

La prévention

La pathologie est souvent le résultat de l'hypertension artérielle et de l'athérosclérose. Afin de prévenir les conséquences négatives, il est recommandé de traiter en temps opportun les maladies qui provoquent des processus atrophiques dans les tissus du cerveau. Les médecins conseillent d'abandonner les mauvaises habitudes, de mener une vie saine, de charger le cerveau de tâches logiques, de stimuler l'activité intellectuelle.

L'atrophie cérébrale est un processus pathologique continu à long terme qui, en l'absence de traitement approprié, conduit à la démence, à l'invalidité et à une dépendance totale à l'égard du personnel. Souvent, le patient doit être hospitalisé. Afin d'identifier et d'arrêter rapidement le développement de la maladie, il est préférable de consulter un neurologue avec les premiers symptômes alarmants.

Atrophie cérébrale (cérébrale): causes, symptômes et étapes des changements, traitement et conséquences

Les troubles P du système nerveux central, cérébrovasculaires, les profils dégénératifs sont des facteurs de risque de décès précoce. Pour la plupart, ce sont des troubles mortels qui prennent rapidement la vie du patient ou, du moins, font de lui une personne profondément handicapée. Il peut y avoir de nombreuses options.

L'atrophie cérébrale est une maladie chronique à progression relativement rapide dans laquelle le volume des tissus organiques diminue régulièrement, les neurones meurent et deviennent de plus en plus petits..

Les capacités fonctionnelles du système nerveux central, respectivement, diminuent également. La capacité de penser, l'auto-activité est perdue jusqu'à ce que le patient soit complètement éteint et qu'il entre dans un état «végétal».

Un traitement efficace ne fait que ralentir le développement du processus. La délivrance complète ne peut pas toujours être obtenue, même si la cause principale est éliminée. Celui qui a déclenché le début du trouble.

Les prédictions dépendent de la qualité de la correction, de l'étiologie du processus et du début du traitement. En général, on peut parler de perspectives conditionnellement déplorables.

Mécanismes de développement

La formation du processus est assez compliquée. Il y a plusieurs moments. D'une manière générale, il vaut la peine d'appeler les manières suivantes:

Anomalies génétiques congénitales

Ils sont relativement rares, mais parmi toutes les autres raisons, ils comportent le plus grand danger. Elle est basée sur une mutation transmise avec du matériel biologique "défectueux".

Le chemin d'héritage n'est pas exactement connu. Cependant, ces violations se produisent le plus sévèrement et il est difficile de les ralentir. La progression est extrêmement rapide / le syndrome de Peak en est un exemple.

Les formes primaires d'atrophie cérébrale ne se prêtent pas à une correction qualitative. Reste à se battre uniquement avec les symptômes.

Processus pathologiques acquis

Changements organiques. Une couche plus large de problèmes possibles. Ceux-ci incluent des troubles du système cardiovasculaire, une augmentation de la pression intracrânienne dans un contexte de débit altéré du liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien).

Cela comprend également les troubles du cerveau après des blessures. L'impact des maladies sur la probabilité de développer une atrophie est énorme. Mais aucun médecin ne peut dire exactement quels sont les risques..

L'influence des facteurs négatifs de l'extérieur

Que ce soit le rayonnement ionisant, l'effet sur le corps de composants toxiques et toxiques, la consommation d'un grand nombre de sels de métaux lourds. Les gens peuvent rencontrer des problèmes similaires lorsqu'ils travaillent dans des industries dangereuses de l'industrie chimique, des usines textiles, etc..

De telles formes du processus pathologique sont complexes en termes de traitement, car le facteur provocateur détruit rapidement les neurones. Ils ne font pas l'objet d'une récupération. Les médecins doivent ralentir le trouble et réhabiliter le patient.

Quel que soit le moment pathogénique spécifique, la maladie se développe selon le même schéma: une nécrose (mort) des fibres nerveuses se forme, en grappes entières - ce sont des changements atrophiques dans le cerveau.

Sa vitesse dépend du cas clinique spécifique. Le déficit neurologique commence, le volume cérébral diminue. Au final, si rien n'est fait, le patient tombe dans un état végétatif et meurt.

Dans toutes les situations, la capacité juridique s'estompe progressivement, la personnalité se dégrade, ce qui devient un facteur d'impuissance, de handicap. Une telle personne a besoin de soins constants.

Classification

La division du processus pathologique est effectuée selon plusieurs critères. Le principal et le plus courant est un type de trouble.

Forme principale

Il se développe dans le contexte d'anomalies génétiques, de défauts. Il est relativement rare, mais il présente d'énormes difficultés en termes de thérapie.

La récupération est en principe impossible, il ne reste plus qu'à réduire l'intensité des symptômes. De plus, le pronostic est toujours défavorable, le patient plonge dans un état d'incapacité profonde en quelques années, puis décède.

Les mécanismes de déclenchement de l'apparition de l'atrophie cérébrale sont les blessures, les infections et d'autres facteurs négatifs.

Forme secondaire

Il est observé beaucoup plus souvent. L'intensité des symptômes, le chemin et la nature du cours, les autres moments dépendent de la cause spécifique.

Dans certains cas, il est possible de stabiliser avec succès le développement du processus pathologique, en maintenant le patient dans un état normal pendant de nombreuses années.

Degré de violation

La deuxième méthode de classification est fractionnée, basée sur le degré d'implication des structures cérébrales en violation.

  • Atrophie corticale. Elle se caractérise par des changements locaux dans le tissu nerveux. En règle générale, une atrophie du cortex cérébral se produit, et le plus souvent au niveau des lobes frontaux.

Une personne tombe rapidement dans l'insuffisance, perd la capacité d'autorégulation émotionnelle et mentale et devient un fardeau pour les proches.

  • Forme multi-système. C'est diffus. C'est un peu moins courant. Une caractéristique est le développement d'un groupe de foyers d'atrophie. Un processus survient en raison d'anomalies génétiques, de facteurs congénitaux, de blessures, d'infections. Il est possible de devenir après un AVC. Le traitement n'a pas grand effet.
  • Atrophie généralisée. Une forme encore plus prononcée du processus de séchage. Le cerveau entier est affecté. Il commence principalement dans un contexte de démence actuelle. Senile et autres types, y compris la maladie d'Alzheimer.

Stades de développement

La division est également possible aux stades de développement de la maladie. Ensuite, ils parlent de mettre en scène la violation. Au total, trois phases de formation du problème sont appelées:

  • Premier. Elle s'accompagne de changements atrophiques minimes. Le patient ne soupçonne encore rien. Cependant, des troubles neurologiques sont déjà présents. Les premiers signes comprennent: une diminution de la qualité, de la productivité de la pensée, des troubles de la mémoire, du comportement. Le patient est toujours capable de se reconnaître, de contrôler son propre comportement.
  • Deuxième étape. Elle s'accompagne d'écarts beaucoup plus prononcés. Ils deviennent visibles à première vue. Problèmes typiques avec la pensée, la parole. L'oubli se développe.

Paradoxal est le fait de maintenir la composante émotionnelle. Si une personne est bouleversée par quelque chose, elle l'oubliera rapidement, mais l'effet négatif restera. Le comportement est progressivement perturbé. Le patient ne devient pas tout à fait adéquat, les astuces excentriques sont caractéristiques.

  • La troisième étape est déterminée par la dégradation totale de l'individu. Les fonctions de l'activité nerveuse supérieure sont perdues. Le patient n'est plus capable de penser ou d'agir. Dépend des personnes qui prennent soin de lui.

Il ne dit pas, il réagit faiblement à tous les stimuli externes. Ne montre pas d'émotions. Il ne peut plus y avoir de sortie de cet état. Depuis plusieurs années, les gens continuent de fonctionner comme ça. Mais le plus souvent, il meurt plus rapidement, de la stagnation du corps et des complications.

Les classifications sont utilisées par des spécialistes dans différentes variantes. La tâche principale est de décrire le plus précisément possible le processus pathologique.

Comprendre l'essence du phénomène dépend de la thérapie, de sa qualité et de la probabilité d'une assistance efficace.

Symptômes

Le tableau clinique est déterminé par la localisation du trouble. Si nous prenons un complexe généralisé de manifestations, nous pouvons nommer deux groupes principaux:

  • Violations de l'activité nerveuse supérieure.
  • Problèmes de comportement et d'autorégulation.

Le premier fait référence à une augmentation des phénomènes de déficit.

Avec des dommages aux lobes frontaux, les symptômes suivants se produisent:

  • Faiblesse du muscle squelettique. Diminution du ton. Jusqu'à l'incapacité de se déplacer normalement.
  • Vertiges sévères. Problèmes de coordination des mouvements. Une personne est souvent contrainte de limiter son activité physique pour ne pas provoquer d'augmentation des violations.
  • Crises épileptiques avec crises sévères tonico-cloniques. Tension et contractions musculaires douloureuses. La répétition d'épisodes est possible plusieurs fois.
  • Troubles du comportement (voir ci-dessous).

L'implication dans le processus pathologique des lobes temporaux est lourde de développement des symptômes suivants:

  • Troubles de la parole. L'aphasie est le type d'impossibilité de parler. Le système lexical devient pauvre. Comme le vocabulaire. Une personne perd toutes les compétences de communication verbale.
  • Des problèmes d'audition. Jusqu'à la perte complète de ce sentiment.
  • Hallucinations. Par type de voix dans la tête. Fragments sonores peu clairs.
  • Crises d'épilepsie. Comme pour les lésions des lobes frontaux.

La destruction et l'irritation de la région pariétale s'accompagnent d'une clinique sévère:

  • La sensibilité des tissus diminue.
  • Une personne n'est pas en mesure de reconnaître des objets les yeux fermés..
  • Dans les situations difficiles, le déni des parties du corps se produit. Le patient prétend qu'il n'a ni bras, ni jambes, ni organes.
  • Perte possible d'odeur ou affaiblissement significatif.

Les changements atrophiques dans le cerveau au niveau des lobes occipitaux s'accompagnent de symptômes visuels:

  • Acuité visuelle.
  • Les hallucinations les plus simples sous forme d'étincelles, d'étoiles.
  • Cécité complète possible dans un ou les deux yeux.

Ces manifestations augmentent progressivement, s'intensifient sans correction médicale en quelques mois.

L'atrophie cérébelleuse s'accompagne de vertiges, d'une mauvaise coordination, de l'incapacité à s'orienter dans l'espace.

En plus des manifestations décrites, la dégradation personnelle augmente. Il se fait sentir de trois manières:

  • L'intelligence tombe. La productivité de la pensée est insuffisante. Le patient est dans un état de déclin progressif de la fonction cognitive. La mémoire en souffre également. Ces moments sont clairement visibles lors de la réussite de tests spécifiques. Même le plus simple.
  • Comportement perturbé. Les traits de personnalité les plus négatifs sont soulignés. Agressivité, irritabilité, larmoiement et tendance aux scandales, chair suspecte à la paranoïa. Il est impossible d'interagir normalement avec une telle personne.
  • Enfin, la composante émotionnelle souffre. Si, aux premiers stades de l'atrophie du cortex cérébral et d'autres structures, le patient est agité, est dans un état de dépression, présente un effet vif, à mesure que le trouble progresse, tout est exactement le contraire. Il y a de l'apathie, de l'indifférence. Anomalies volitionnelles comme dans la schizophrénie aux stades ultérieurs. L'automatisation augmente progressivement.

Les symptômes de l'atrophie cérébrale sont graves. Si rien n'est fait à temps, il n'y a aucune chance de régression spontanée. Cela ne fera qu'empirer. L'utilisation systématique de médicaments est nécessaire.

Les causes

La liste des facteurs possibles et des coupables du trouble est large. Si vous appelez le plus courant:

  • L'effet des rayonnements ionisants. Ce serait une erreur de supposer que seuls les travailleurs des centrales nucléaires ou les sous-mariniers sont exposés aux rayonnements. Dans de nombreuses régions de résidence, en particulier dans les pays de l'ancienne Union, la concentration est considérablement augmentée. Ce qui affecte la santé n'est pas le moyen le plus évident.
  • Exposition au corps de substances toxiques, de produits chimiques. Jusqu'aux pesticides, moyens d'augmenter la productivité, autres composants.
  • Anomalies génétiques. Des défauts dans le biomatériau peuvent provoquer des troubles du système nerveux central chez les enfants. C'est une raison courante. L'atrophie cérébrale ne se manifeste pas toujours immédiatement, souvent un déclencheur est nécessaire pour démarrer, le déclencheur.
  • Lésions cérébrales. Par type d'ecchymoses, de commotions cérébrales et de conditions plus dangereuses.
  • Neuroinfection. Méningite, encéphalite comme principal.
  • Augmentation de la concentration de liquide céphalorachidien, hydrocéphalie et, par conséquent, augmentation de la pression intracrânienne.
  • Certaines maladies associées à une altération de la circulation sanguine normale dans le cerveau (athérosclérose, thrombose, hypoplasie artérielle, hypertension artérielle, insuffisance vertébro-basilaire, etc.).

Diagnostique

L'examen des patients soupçonnés d'atrophie est la prérogative d'un neurologue.

  • Enquête orale. Pour les réclamations, leur limitation et leur nature. Le tableau clinique donne beaucoup d'informations sur le processus pathologique probable. Vous pouvez amener les proches d'une personne à la conversation.
  • Prise d'histoire. Les faits de l'influence des rayonnements, des produits chimiques sont établis, il est important d'identifier les diagnostics, les antécédents familiaux des maladies, d'autres points qui pourraient indiquer l'origine de la violation.
  • Électroencéphalographie. Utilisé pour détecter l'activité cérébrale. Avec le développement de changements atrophiques, l'intensité du signal diminue. En proportion du degré de dégénérescence du tissu nerveux.
  • IRM du cerveau. Il est logique de mener cette étude en premier lieu. Des zones claires de destruction des tissus sont détectées. La technique vous permet également d'évaluer la nature de la nutrition des structures, de trouver la cause présumée du processus.
  • Test réflexe.

Un examen psychiatrique complet est présenté sous la supervision d'un spécialiste.

Quelles activités sont nécessaires dans ce domaine:

  • Conversation. Déjà sur la base de la logique des déclarations, de la construction du discours, on peut parler de certaines violations.
  • Nécessairement effectué des tests cognitifs, des études des capacités intellectuelles. Des questionnaires simples sont utilisés pour résoudre rapidement le problème..
  • Il est nécessaire de réaliser des tests permettant de contrôler la sphère émotionnelle-volitive.

La liste des besoins peut être élargie. Le diagnostic est décidé par un spécialiste. Au moins un neurologue. Souvent, vous avez besoin d'un psychiatre.

Traitement

Il n'y a pratiquement pas de thérapie fiable. Il est nécessaire d'éliminer dès que possible le principal facteur qui provoque des processus atrophiques. Que ce soit l'insuffisance cérébrovasculaire, les conséquences des blessures et autres.

Pour ce faire, il est extrêmement difficile, et dans certains cas, il est tout simplement impossible. Pas le fait que le trouble après régression contribuera à l'arrêt de la dégénérescence. C'est probablement devenu un déclencheur, puis l'atrophie est entrée dans la phase active et existe indépendamment.

La base du traitement est la correction symptomatique. La tâche des spécialistes est de réduire le taux de développement de la violation. Autant que possible pour lisser le déficit. Avec la bonne approche, de bons résultats peuvent être obtenus..

Plusieurs types de médicaments sont utilisés:

  • Nootropiques. Pour accélérer les processus métaboliques dans le cerveau. Piracetam, Glycine, Phenibut.
  • Agents cérébrovasculaires. Normaliser la circulation sanguine. Thiocetam, Actovegin et similaires.
  • Complexes de vitamines et de minéraux. À coup sûr.
  • Si nécessaire, des diurétiques sont prescrits pour éliminer l'excès de liquide céphalorachidien et réduire la pression intracrânienne. Hypothiazide, furosémide. Pour une utilisation à long terme - Veroshpiron.
  • Avec l'hypertension, des inhibiteurs de l'ECA, des inhibiteurs calciques et autres sont prescrits. Pour ajuster la pression artérielle.
  • Statines Si l'athérosclérose est présente. Atoris, atorvastatine et similaires.
  • Antidépresseurs, sédatifs dans le développement de troubles mentaux.

Les méthodes et les noms spécifiques des médicaments sont sélectionnés par un spécialiste.

Prévoir

Plutôt défavorable. Il n'est presque jamais possible d'obtenir une guérison complète. Les patients tombent tôt ou tard dans un état végétatif.

Dans les cas les plus positifs, les médecins ont le pouvoir de ralentir considérablement le trouble ou de l'arrêter complètement. Mais c'est plutôt l'exception.

Effets

Les principales conséquences sont un déficit neurologique sévère, une perte d'adéquation, la capacité de penser, de bouger, un handicap, une dégradation complète de l'individu. En fin de compte - fatal.

La prévention

À ce titre, il n'existe actuellement aucune mesure préventive efficace..

La seule chose que les patients doivent savoir est qu'après avoir révélé une pathologie du système nerveux central et des vaisseaux sanguins, il est nécessaire de commencer le traitement dès que possible. Ainsi, il sera possible de sauver plus de neurones.

L'atrophie du cerveau est une maladie chronique dangereuse et presque irréversible. En l'absence d'une correction médicale, une invalidité se produira inévitablement..

L'efficacité du traitement dépend également du cas clinique spécifique. Les prévisions sont toujours brumeuses, lors de l'évaluation, vous devez partir de la situation.

Atrophie (mort cellulaire) du cerveau

L'atrophie cérébrale est une maladie irréversible caractérisée par la mort progressive des cellules et une violation des connexions neuronales.

Les spécialistes notent que le plus souvent, les premiers signes du développement de changements dégénératifs apparaissent chez les femmes en âge de préretraite. Au stade initial, la maladie est difficile à reconnaître, car les symptômes sont insignifiants et les principales causes sont obscures, mais se développant rapidement, elle conduit finalement à la démence et à une invalidité complète.

Qu'est-ce que l'atrophie cérébrale?

Le principal organe de l'homme - le cerveau, se compose d'un grand nombre de cellules nerveuses interconnectées. Les changements atrophiques dans le cortex cérébral provoquent la mort progressive des cellules nerveuses, tandis que les capacités mentales s'estompent avec le temps et la durée de vie d'une personne dépend de l'âge de début de l'atrophie cérébrale.

Les changements de comportement dans la vieillesse sont caractéristiques de presque toutes les personnes, mais en raison du lent développement de ces signes d'extinction, ils ne sont pas un processus pathologique. Bien sûr, les personnes âgées deviennent plus irritables et grognons, ne peuvent plus réagir aux changements du monde qui les entourent comme elles l'ont fait chez les jeunes, leur intelligence diminue, mais de tels changements n'entraînent pas de neurologie, de psychopathie et de démence.

La mort des cellules cérébrales et la mort des terminaisons nerveuses est un processus pathologique conduisant à des changements dans la structure des hémisphères, alors qu'il y a un lissage des convolutions, une diminution du volume et du poids de cet organe. Les lobes frontaux sont les plus sensibles à la destruction, ce qui entraîne une diminution de l'intelligence et des écarts de comportement.

Les causes de la maladie

À ce stade, la médecine n'est pas en mesure de répondre à la question de savoir pourquoi la destruction des neurones commence, cependant, il a été constaté que la prédisposition à la maladie est héréditaire et que les traumatismes à la naissance et les maladies intra-utérines contribuent à sa formation. Les spécialistes partagent les causes congénitales et acquises du développement de cette maladie.

  • prédisposition génétique;
  • maladies infectieuses intra-utérines;
  • mutations génétiques.

L'une des maladies génétiques affectant le cortex cérébral est la maladie de Pick. Le plus souvent, il se développe chez les personnes d'âge moyen, se traduisant par des dommages progressifs aux neurones des lobes frontaux et temporaux. La maladie se développe rapidement et après 5-6 ans mène à la mort.

L'infection du fœtus pendant la grossesse entraîne également la destruction de divers organes, dont le cerveau. Par exemple, une infection par la toxoplasmose, en début de grossesse, entraîne des dommages au système nerveux du fœtus, qui souvent ne survit pas ou naît avec des malformations congénitales et une oligophrénie.

Les causes acquises comprennent:

  1. boire de grandes quantités d'alcool et fumer provoquent des spasmes des vaisseaux cérébraux et, par conséquent, une privation d'oxygène, ce qui entraîne un apport insuffisant de cellules nutritives aux cellules de la substance blanche du cerveau, puis leur mort;
  2. maladies infectieuses affectant les cellules nerveuses (par exemple, méningite, rage, polio);
  3. blessures, commotions cérébrales et dommages mécaniques;
  4. une insuffisance rénale sévère entraîne une intoxication générale du corps, à la suite de laquelle tous les processus métaboliques sont perturbés;
  5. l'hydrocéphalie externe, exprimée par une augmentation de l'espace sous-arachnoïdien et des ventricules, conduit à des processus atrophiques;
  6. l'ischémie chronique, provoque des lésions vasculaires et conduit à un apport insuffisant de connexions neuronales avec des nutriments;
  7. l'athérosclérose, se traduit par un rétrécissement de la lumière des veines et des artères, et par suite d'une augmentation de la pression intracrânienne et du risque d'accident vasculaire cérébral.

L'atrophie du cortex cérébral peut être causée par un stress intellectuel et physique insuffisant, un manque d'alimentation équilibrée et un mode de vie inapproprié.

Pourquoi la maladie apparaît

Le principal facteur de développement de la maladie est une tendance génétique à la maladie, mais diverses blessures et autres facteurs provoquants peuvent accélérer et provoquer la mort des neurones cérébraux. Les changements atrophiques affectent différentes parties de la croûte et la substance sous-corticale, cependant, avec toutes les manifestations de la maladie, le même tableau clinique est noté. Des changements mineurs peuvent être arrêtés et l'état du patient amélioré à l'aide de médicaments et de changements de style de vie, mais, malheureusement, il est impossible de guérir complètement la maladie.

Une atrophie des lobes frontaux du cerveau peut se développer pendant la maturation prénatale ou le travail prolongé en raison d'une famine prolongée en oxygène, qui provoque des processus nécrotiques dans le cortex cérébral. Ces enfants meurent le plus souvent dans l'utérus ou naissent avec des écarts évidents.

La mort des cellules cérébrales peut également être déclenchée par des mutations au niveau du gène à la suite d'une exposition à certaines substances nocives sur le corps d'une femme enceinte et d'une intoxication prolongée du fœtus, et parfois il s'agit simplement d'une défaillance chromosomique.

Signes de la maladie

Au stade initial, les signes d'atrophie cérébrale sont à peine perceptibles, seules les personnes proches qui connaissent la personne malade peuvent les attraper. Les changements se manifestent dans l'état apathique du patient, l'absence de tout désir et aspiration, la léthargie et l'indifférence apparaissent. Parfois, il y a un manque de principes moraux, une activité sexuelle excessive.

Mort progressive des symptômes des cellules cérébrales:

  • réduction du vocabulaire pour décrire quelque chose que le patient sélectionne les mots depuis longtemps;
  • diminution de la capacité intellectuelle en peu de temps;
  • manque d'autocritique;
  • perte de contrôle sur les actions; la motilité du corps s'aggrave.

Une nouvelle atrophie du cerveau s'accompagne d'une détérioration du bien-être, d'une diminution des processus mentaux. Le patient cesse d'apprendre des choses familières, oublie comment les utiliser. La disparition de leurs propres caractéristiques comportementales conduit au syndrome du «miroir», dans lequel le patient commence à copier involontairement d'autres personnes. De plus, une sénilité sénile et une dégradation complète de la personnalité se développent..

Les changements de comportement qui apparaissent ne donnent pas un diagnostic précis, par conséquent, pour déterminer les causes des changements dans le caractère du patient, un certain nombre d'études.

Cependant, sous la direction stricte du médecin traitant, il est plus probable de déterminer quelle partie du cerveau a subi une déstructuration. Donc, si la destruction se produit dans le cortex, les changements suivants sont distingués:

  1. diminution des processus mentaux;
  2. distorsion du ton de la parole et du timbre de la voix;
  3. un changement dans la capacité de mémorisation, jusqu'à une disparition complète;
  4. altération de la motricité fine des doigts.

La symptomatologie des changements dans la substance sous-corticale dépend des fonctions remplies par la section affectée, une atrophie cérébrale limitée présente des caractéristiques.

La nécrose de la moelle oblongue est caractérisée par une insuffisance respiratoire, un dysfonctionnement de la digestion et les systèmes cardiovasculaire et immunitaire humain souffrent.

Avec des dommages au cervelet, une violation du tonus musculaire, une décoordination des mouvements.

Avec la destruction du mésencéphale, une personne cesse de répondre aux stimuli externes.

La mort des cellules de la section intermédiaire entraîne une violation de la thermorégulation du corps et une défaillance du métabolisme.

La défaite de la partie antérieure du cerveau est caractérisée par la perte de tous les réflexes.

La mort des neurones entraîne la perte de la capacité de soutenir de façon autonome la vie et mène souvent à la mort.

Parfois, les changements nécrotiques sont le résultat de blessures ou d'empoisonnement à long terme avec des substances toxiques, entraînant une restructuration des neurones et des dommages aux gros vaisseaux sanguins.

Classification

Selon la classification internationale, les lésions atrophiques sont divisées par la gravité de la maladie et la localisation des changements pathologiques.

Chaque étape de l'évolution de la maladie présente des symptômes particuliers..

Les maladies atrophiques du cerveau du 1er degré ou subatrophie du cerveau, se caractérisent par des changements mineurs dans le comportement du patient et progressent rapidement vers l'étape suivante. À ce stade, le diagnostic précoce est extrêmement important, car la maladie peut être temporairement arrêtée et la durée de vie du patient dépendra de l'efficacité du traitement.

Le stade 2 du développement des changements atrophiques se manifeste par la détérioration de la sociabilité du patient, il devient irritable et instable, le ton de la parole est transformé.

Les patients avec 3 degrés d'atrophie deviennent incontrôlables, des psychoses apparaissent, la moralité du malade est perdue.

Le dernier, 4ème stade de la maladie, se caractérise par une incompréhension totale de la réalité par le patient, il cesse de répondre aux stimuli externes.

Un développement ultérieur mène à une destruction complète, les systèmes de vie commencent à échouer. À ce stade, l'hospitalisation du patient dans un hôpital psychiatrique est hautement souhaitable, car elle devient difficile à contrôler.

Classification selon l'emplacement des cellules affectées:

  • L'atrophie corticale corticale se développe le plus souvent chez les personnes âgées et dure combien de temps une personne vit, affecte les lobes frontaux;
  • L'atrophie diffuse du cerveau s'accompagne d'une violation de l'approvisionnement en sang, de l'athérosclérose, de l'hypertension et d'une diminution des capacités mentales. 1 degré de cette forme de la maladie se développe le plus souvent dans le cervelet, puis affecte d'autres parties du cerveau;
  • L'atrophie multisystémique se développe à la suite de mutations et de troubles génétiques pendant la grossesse. Avec cette forme de la maladie, non seulement le cerveau est affecté, mais aussi d'autres systèmes vitaux. L'espérance de vie dépend directement du degré de mutation de tout l'organisme et de sa viabilité;
  • Une atrophie cérébrale locale du 1er degré apparaît à la suite de lésions mécaniques, d'accidents vasculaires cérébraux, d'infections focales et d'inclusions parasitaires. Les symptômes dépendent de la partie endommagée;
  • La forme sous-corticale ou sous-corticale de la maladie est une condition intermédiaire dans laquelle les centres responsables des processus de la parole et de la pensée sont endommagés.

Atrophie cérébrale chez les enfants

Selon l'âge auquel l'atrophie cérébrale commence, je fais la distinction entre une forme congénitale et acquise de la maladie. La forme acquise de la maladie se développe chez les enfants après 1 an de vie.

La mort des cellules nerveuses chez les enfants peut se développer pour diverses raisons, par exemple, en raison de troubles génétiques, de différents facteurs Rh chez la mère et l'enfant, d'une infection intra-utérine avec des neuroinfections, d'une hypoxie fœtale prolongée.

À la suite de la mort des neurones, des tumeurs kystiques et une hydrocéphalie atrophique apparaissent. Selon l'endroit où le liquide céphalo-rachidien s'accumule, l'hydropisie du cerveau peut être interne, externe et mixte.

Une maladie se développant rapidement est le plus souvent trouvée chez les nouveau-nés, auquel cas nous parlons de troubles graves du tissu cérébral dus à une hypoxie prolongée, car le corps de l'enfant à ce stade de la vie a un besoin urgent d'un apport sanguin intensif et un manque de nutriments entraîne des conséquences graves.

Quel type d'atrophie le cerveau subit-il?

Les changements subatrophiques dans le cerveau précèdent la mort globale des neurones. À ce stade, il est important de diagnostiquer une maladie du cerveau à temps et d'empêcher le développement rapide de processus atrophiques.

Par exemple, avec l'hydrocéphalie du cerveau chez l'adulte, les vides libres libérés à la suite de la destruction commencent à se remplir intensivement avec le liquide céphalo-rachidien excrété. Ce type de maladie est difficile à diagnostiquer, mais une thérapie appropriée peut retarder le développement ultérieur de la maladie..

Des changements dans le cortex et la substance sous-corticale peuvent être causés par la thrombophilie et l'athérosclérose, qui, si elles ne sont pas traitées correctement, provoquent une hypoxie et un apport sanguin insuffisant, puis la mort des neurones dans les zones occipitales et pariétales, donc le traitement améliorera la circulation sanguine.

Atrophie alcoolique du cerveau

Les neurones cérébraux sont sensibles aux effets de l'alcool, donc prendre des boissons contenant de l'alcool perturbe d'abord les processus métaboliques, et il y a une dépendance.

Les produits de désintégration de l'alcool empoisonnent les neurones et détruisent les connexions neuronales, puis les cellules meurent progressivement et, en conséquence, une atrophie cérébrale se développe.

En raison de l'effet destructeur, non seulement les cellules cortico-sous-corticales souffrent, mais aussi les fibres du tronc cérébral, les vaisseaux sont endommagés, les neurones sont ridés et leurs noyaux sont déplacés.

Les effets de la mort cellulaire sont visibles: les alcooliques perdent leur estime de soi au fil du temps et la mémoire diminue. Une utilisation ultérieure entraîne une intoxication encore plus grande du corps, et même si une personne change d'avis, elle développe toujours la maladie d'Alzheimer et la démence, car les dommages causés sont trop importants.

Atrophie multisystémique

L'atrophie multisystémique du cerveau est une maladie évolutive. La manifestation de la maladie se compose de 3 troubles différents qui sont combinés les uns avec les autres de diverses manières, et le tableau clinique principal sera déterminé par les principaux signes d'atrophie:

  • le parkionisme;
  • destruction cérébelleuse;
  • troubles végétatifs.

Actuellement, les causes de cette maladie sont inconnues. Diagnostic IRM et examen clinique. Le traitement consiste généralement en un traitement d'entretien et en réduisant l'effet des symptômes de la maladie sur le corps du patient..

Atrophie corticale

Le plus souvent, une atrophie corticale du cerveau se produit chez les personnes âgées et se développe en raison de changements séniles. Elle affecte principalement les lobes frontaux, mais sa distribution dans d'autres parties n'est pas exclue. Les signes de la maladie n'apparaissent pas immédiatement, mais conduisent finalement à une diminution de l'intelligence et de la capacité à se souvenir, la démence, un exemple frappant de l'impact de cette maladie sur la vie humaine - la maladie d'Alzheimer. Le plus souvent diagnostiqué avec une IRM intégrée.

La propagation diffuse de l'atrophie accompagne souvent une altération du flux sanguin, une altération de la réparation des tissus et une baisse des performances mentales, une altération de la motricité fine et une coordination des mouvements, le développement de la maladie change fondamentalement le mode de vie du patient et conduit à une invalidité complète. Ainsi, la démence sénile est une conséquence de l'atrophie cérébrale..

L'atrophie corticale hémisphérique bipolaire la plus connue, appelée maladie d'Alzheimer.

Atrophie cérébelleuse

La maladie est la défaite et la mort de petites cellules cérébrales. Les premiers signes de la maladie: discoordination, paralysie et troubles de l'élocution.

Les changements dans le cortex cérébelleux provoquent principalement des maladies telles que l'athérosclérose vasculaire et les maladies tumorales du tronc cérébral, les maladies infectieuses (méningite), la carence en vitamines et les troubles métaboliques.

L'atrophie cérébelleuse s'accompagne de symptômes:

  • troubles de l'élocution et de la motricité fine;
  • mal de crâne;
  • nausée et vomissements;
  • perte d'audition;
  • troubles visuels;
  • l'examen instrumental a montré une diminution de la masse et du volume du cervelet.

Le traitement consiste à bloquer les signes de la maladie avec des antipsychotiques, la restauration des processus métaboliques, des cytostatiques sont utilisés pour les tumeurs, l'ablation chirurgicale des lésions est possible.

Types de diagnostics

L'atrophie cérébrale est diagnostiquée à l'aide de méthodes d'analyse instrumentale..

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) vous permet d'examiner en détail les changements dans la substance corticale et sous-corticale. Avec l'aide des images obtenues, vous pouvez faire assez précisément le diagnostic approprié dès les premiers stades de la maladie.

La tomodensitométrie vous permet de considérer les lésions vasculaires après un AVC et d'identifier les causes d'hémorragie, de déterminer l'emplacement des formations kystiques qui interfèrent avec l'apport sanguin normal aux tissus.

La dernière méthode de recherche - la tomographie multispirale vous permet de diagnostiquer la maladie à un stade précoce (subatrophie).

Prévention et traitement

L'adhésion à des règles simples peut considérablement faciliter et prolonger la vie du patient. Après le diagnostic, il est préférable que le patient reste dans son environnement habituel, car des situations stressantes peuvent aggraver la situation. Il est important de fournir au patient un stress mental et physique adéquat..

La nutrition avec atrophie du cerveau doit être équilibrée, une routine quotidienne claire doit être établie. Refus obligatoire de mauvaises habitudes. Contrôle des indicateurs physiques. Exercices mentaux. Le régime alimentaire pour l'atrophie cérébrale est le rejet de la nourriture lourde et de la malbouffe, l'exclusion de la restauration rapide et de l'alcool. Il est conseillé d'ajouter des noix, des fruits de mer et des légumes verts à l'alimentation..

Le traitement implique l'utilisation de neurostimulants, de tranquillisants, d'antidépresseurs et de sédatifs. Malheureusement, cette maladie ne se prête pas à une guérison absolue et le traitement de l'atrophie cérébrale vise à atténuer les symptômes de la maladie. Le médicament qui sera choisi comme traitement d'entretien dépend du type d'atrophie et des fonctions altérées..

Ainsi, en cas de violations du cortex cérébelleux, le traitement vise à restaurer les fonctions motrices et l'utilisation de médicaments qui corrigent les tremblements. Dans certains cas, une opération pour retirer les néoplasmes est indiquée..

Parfois, des médicaments qui améliorent le métabolisme et la circulation cérébrale sont utilisés, une bonne circulation sanguine et un accès à l'air frais sont fournis pour prévenir la privation d'oxygène. Souvent, la lésion affecte d'autres organes humains, par conséquent, un examen complet à l'institut du cerveau est nécessaire.

Vidéo

Causes de l'atrophie cérébrale et leurs caractéristiques

L'atrophie du cerveau est un terme désignant une diminution du volume cérébral. Mais ce n'est qu'une découverte radiologique, qui en soi ne veut rien dire. Il est évalué exclusivement en combinaison avec des manifestations cliniques. L'atrophie cérébrale (CIM-10 code G31.1) se manifeste par une contraction du cerveau par rapport au crâne, une expansion des encoches entre les circonvolutions, et souvent aussi une augmentation du volume des ventricules cérébraux. Le plus souvent, cette condition est causée par la vieillesse, un mauvais apport sanguin au cerveau, des troubles métaboliques. Les symptômes peuvent varier. Parfois, il n'y a aucun signe d'atrophie.

Modifications cérébrales causées par le vieillissement (atrophie sénile)

En moyenne, le poids du cerveau est de 1300 g chez la femme et de 1400 g chez l'homme. Il atteint un maximum à l'âge de 30 à 40 ans. Dans la période suivante, sa lente diminution initiale commence. L'accélération des changements atrophiques dans le cerveau commence après 60 ans, chez les femmes un peu plus tôt. Mais il existe des écarts individuels importants par rapport à la moyenne. Ils sont dus à des influences génétiques, au développement de l'athérosclérose. À l'âge de 70 ans, le volume cérébral dépasse 90% du volume de la cavité crânienne, puis diminue progressivement jusqu'à 80%. Une manifestation macroscopique d'atrophie est un léger rétrécissement des circonvolutions et un approfondissement des sillons. Une diminution du volume de matière blanche entraîne l'expansion des ventricules; la coquille molle durcit macroscopiquement avec une augmentation modérée des ligaments.

Avec une atrophie de la vieillesse, une diminution des dendrites, une prolifération de lipofuscine dans le cytoplasme des neurones, une petite mort générale des neurones est détectée au microscope. Des dépôts amyloïdes apparaissent dans les parois des petits vaisseaux et périvasculaire. Des changements dégénératifs apparaissent dans la matière grise.

Ces données ne sont pas pathognomoniques pour l'atrophie liée à l'âge. Ils surviennent également dans d'autres conditions appartenant au groupe des maladies dégénératives du système nerveux central..

Démence (démence)

La démence est un syndrome clinique qui fait partie d'au moins 50 maladies différentes. Environ 80% des patients atteints de démence souffrent de la maladie d'Alzheimer. D'autres causes incluent un certain nombre de violations.

Maladies dégénératives primaires du système nerveux central:

  • La maladie de Huntington;
  • La maladie de Parkinson;
  • D'autres conditions.

Un groupe de diverses lésions cérébrales:

  • maladies métaboliques;
  • changements vasculaires;
  • hyperthermie;
  • hypoxie;
  • tumeurs (cancer);
  • conditions post-traumatiques;
  • hydrocéphalie;
  • encéphalite;
  • lésions cérébrales avec toxines, drogues, alcool, drogues.

L'atrophie cérébrale vieillissante n'est pas en soi une cause de démence. Le terme précédemment utilisé de «démence sénile» ne correspond à aucun sujet morphologiquement ou cliniquement distinct. Vieillesse et démence ne sont pas synonymes.

En outre, une relation définie entre la démence et les manifestations des organes vicaires était précédemment supposée. Aujourd'hui, le manque d'association entre ces conditions a été prouvé..

Maladies dégénératives du système nerveux central

Il s'agit d'un groupe assez large et dispersé. À la pointe du changement se trouvent la destruction des neurones d'origine inflammatoire, toxique ou métabolique. De nombreux cas sont d'origine familiale, leur étiologie est inconnue. Ils apparaissent principalement à l'âge adulte, souvent pendant la période préscolaire. Les troubles affectent un ou plusieurs systèmes neuronaux fonctionnels, tandis que d'autres systèmes restent intacts.

Maladies dégénératives affectant le cortex cérébral

Un groupe de maladies affectant le cortex cérébral comprend la maladie d'Alzheimer et le pic.

Maladie d'Alzheimer (démence présénile)

Le principal changement structurel est une diminution du nombre de neurones, des modifications des neurofibrilles, des corps granutocolaires dans le cytoplasme des neurones (vacuoles de 3 à 5 microns, avec une forme centrale à grains fins).

Le cerveau est généralement réduit. Son poids peut être inférieur à 900 g. La courbure se rétrécit, les rainures se dilatent. Les changements maximaux se produisent dans les lobes occipitaux et frontaux. Il y a une défaite de la substance blanche, de l'hippocampe, des noyaux gris centraux. Le cervelet et le tronc restent en grande partie inchangés. L'atrophie s'accompagne d'une expansion des ventricules latéraux (hydrocéphalie).

La maladie d'Alzheimer est la cause la plus courante de démence. En règle générale, il commence avant 50 ans, se caractérise par une progression lente (10 ans ou plus). La mort survient généralement d'une infection intercurrente, généralement une bronchopneumonie. Les femmes tombent malades plus souvent que les hommes; l'incidence est sporadique. L'hérédité récessive autosomique avec un défaut génétique du chromosome 21 a également été documentée..

Dans le syndrome de Down, chez les personnes de plus de 40 ans, la maladie d'Alzheimer est la règle. La cause est inconnue; biochimiquement dans les zones touchées, une carence en cholinacétyltransférase et en acétylcholinestérase a été détectée. L'effet de l'intoxication chronique à l'aluminium pris en compte n'a pas été démontré de manière fiable..

Peak Disease

Le principal changement structurel est l'extinction bipolaire progressive (les deux hémisphères - les hémisphères sont affectés) l'extinction des neurones observée lors de la multiplication des astrocytes. Dans la démyélinisation adjacente de la substance blanche, la perte de fibres nerveuses est démontrée. Dans le cytoplasme des neurones persistants, des corps de pointe sont présents, qui sont des formations argyrophiles arrondies. Ils sont formés par le plexus de neurofibrilles atypiques; leur origine n'est pas claire.

En règle générale, l'atrophie se manifeste dans les lobes frontaux et temporaux. Les circonvolutions affectées sont réduites, le lobe entier a une consistance rigide (sclérose lobaire).

L'atrophie du cortex cérébral peut également se produire de manière irrégulière, rarement diffuse.

Une violation peut se produire dans les noyaux gris centraux, dans l'hippocampe et dans d'autres zones du système nerveux central..

La maladie de Peak est une maladie de l'âge moyen et de la vieillesse. Elle survient sporadiquement, moins souvent - en famille. Elle provoque environ 5% de tous les cas de démence. Plus affecte les hommes.

Maladies dégénératives affectant le système extrapyramidal

Le système extrapyramidal comprend:

  • ganglions de la base;
  • noyau subtalamique;
  • matière noire;
  • noyau rouge;
  • noyau de thalamus;
  • tronc cérébral.

Les dommages au système extrapyramidal entraînent un certain nombre de troubles, notamment:

  • akinésie;
  • violations du réflexe postural;
  • violation du tonus musculaire normal;
  • parésie partielle (paralysie).

Les changements dans le cerveau peuvent être limités, focaux ou diffus..

Maladie de Huntington

Le principal changement structurel est la mort des cellules cérébrales dans le noyau caudé et basal. Les changements commencent par une diminution du nombre de petits neurones, plus tard de grande taille, tout en augmentant le nombre de cellules gliales. Une perte irréversible de neurones à des degrés divers est notée dans d'autres noyaux du système extrapyramidal, dans le cortex, le cervelet. L'atrophie des noyaux gris centraux, en particulier la réduction du noyau caudé en une couche mince, entraîne une expansion significative des ventricules latéraux. L'hydrocéphalie conduit souvent à un kyste du liquide céphalo-rachidien.

Contrairement aux dégénérescences corticales et sous-corticales primaires (sous-corticales), le gyrus et les couches corticales ne sont pas considérablement étendus. Le poids du cerveau est réduit à 30%. L'atrophie de la matière grise est corrélée à une diminution du volume de matière blanche.

La maladie commence généralement entre 30 et 50 ans, rarement à un âge plus jeune. Un héritage de type autosomique dominant avec localisation sur le 4e chromosome en est typique. La maladie évolue en 15-20 ans.

la maladie de Parkinson

Le principal changement structurel dans l'atrophie cérébrale corticale accompagnant la maladie de Parkinson est la disparition progressive des neurones dans les noyaux pigmentés de la substantia nigra et du locus, dans une moindre mesure dans le noyau moteur dorsal du nerf vague. La nécrose des neurones s'accompagne de la multiplication des astrocytes. Dans le cytoplasme des neurones permanents, des corps de Levy sont présents, souvent plusieurs dans une cellule. De nombreux corps de Levi peuvent également être situés dans l'hypothalamus et dans d'autres zones du système nerveux central et périphérique; une plus grande implication du cortex cérébral fait partie des manifestations cliniques de la démence. La gravité des signes cliniques est corrélée à la perte de neurones contenant de la dopamine. La dopamine est également considérablement réduite dans d'autres parties du système nerveux central, principalement dans le striatum..

La maladie de Parkinson ne survient pas simultanément chez des jumeaux identiques, ce qui souligne l'influence de facteurs externes.

Maladies dégénératives cérébelleuses

Avec atrophie du cervelet, de son cortex, des voies cérébrales efférentes et afférentes. Ils comprennent un grand nombre d'unités rarement trouvées avec une topographie différente et le degré de changements dégénératifs. Les changements morphologiques peuvent être focaux, diffus, affectant certains systèmes des voies cérébrales (atrophie olivopontocérébelleuse, atrophie dento-faciale, dégénérescence cholique optique). La dégénérescence cérébelleuse fait également partie de la dégénérescence vertébrale (morbus Friedreich) et des modifications paranéoplasiques.

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire, démyélinisante et neurodégénérative auto-immune causée par une réponse immunitaire pathologique dirigée contre le système nerveux, le cerveau et la moelle épinière. La connaissance des processus et mécanismes conduisant à l'endommagement ou à la disparition du cytosquelette neuroaxonal progresse progressivement..

Le tableau clinique est initialement dominé par l'inflammation et la démyélinisation. Mais il est prouvé que même au début, en particulier à un stade progressif, des dysfonctionnements persistants se développent qui ne répondent pas au traitement. Les changements neurodégénératifs progressifs sont en corrélation avec cette condition. L'IRM montre une augmentation de l'atrophie cérébrale généralisée; une lésion de la moelle épinière se produit.

Les études histopathologiques montrent une pathologie importante de la matière grise du cerveau ainsi que des dommages à la substance blanche (en particulier dans le cortex, le thalamus et d'autres parties du cerveau, collectivement appelées matière grise foncée). Dans ces structures, les mêmes changements se produisent que dans la matière blanche, mais avec la dominance de la microglie activée et la présence de macrophages contenant de la myéline.

Lésions cérébrales traumatiques

Les lésions cérébrales causées par un accident vasculaire cérébral, une crise d'épilepsie ou un traumatisme (traumatisme crânien, commotion cérébrale) entraînent souvent une obstruction du flux sanguin, donc une altération de la nutrition cérébrale, une perte de niveaux vitaux d'oxygène et de nutriments. Cela conduit à la mort cellulaire et à l'atrophie subséquente. En l'absence de traitement rapide de la maladie, il existe une très forte probabilité de déficit cognitif ou même de décès..

Carence en vitamines

Carence en vitamine B à long terme12 dans l'alimentation peut entraîner une atrophie cérébrale. Une étude menée par des scientifiques de l'Université d'Oxford a révélé que les personnes ayant des niveaux inférieurs de B12 la perte de son volume était plus élevée que chez les volontaires étudiés avec un niveau plus élevé de cette vitamine.

Déficit en12 dans le régime alimentaire est dangereux pour les femmes enceintes. Il peut provoquer un nouveau-né insuffisant, une résistance à l'insuline chez un bébé. Ceux. l'enfant présente un risque accru de diabète.

Une dépression

Des chercheurs de l'Université de Yale sont arrivés à la conclusion qu'une dépression grave peut détruire les neurones et réduire le cerveau humain. Au cours d'expériences excessives, un «changement» d'un facteur de transcription contrôlant plusieurs gènes peut se produire..

L'atrophie cérébrale causée par une dépression sévère et un stress chronique peut entraîner des problèmes émotionnels et cognitifs. Les scientifiques de l'Université de Yale ont identifié l'une des causes de ce phénomène. Ils ont comparé l'expression des gènes du tissu cérébral dépressif et non dépressif. Des échantillons ont été obtenus d'une banque de cerveaux, où les organes des donneurs sont stockés pour la recherche scientifique..

Le cerveau des personnes déprimées a montré des signes de réduction de l'expression des gènes nécessaires pour maintenir la structure et la fonction des synapses qui lient les neurones qui convertissent les influx nerveux. Au moins 5 de ces gènes sont régulés par un seul facteur de transcription, GATA1. Son activation «désactive» les gènes nécessaires au maintien des synapses. Leur nombre diminue, les synapses s'affaiblissent, ce qui entraîne à son tour une perte de masse cérébrale, le développement d'un état subatrophique. Son activation chez des rongeurs expérimentaux a provoqué des symptômes de dépression. Cela suggère que GATA1 est impliqué non seulement dans la réduction du volume cérébral, mais également dans le développement de symptômes dépressifs. Les scientifiques suggèrent également que ses variantes génétiques peuvent affecter la sensibilité d'une personne au stress et à la dépression..

Antipsychotiques

Altération de la coordination des mouvements, tremblements, membres «agités»... Ce sont des effets secondaires qui peuvent accompagner la première étape du traitement de la schizophrénie. Ils sont également apparus chez des volontaires adultes en bonne santé qui ont participé à une étude des effets secondaires du médicament Haloperidol, habituellement prescrit aux schizophrènes. Déjà 2 heures après l'administration de cette substance, les volontaires avaient des problèmes de motilité. L'IRM du cerveau a montré qu'ils sont associés à une diminution du volume de matière grise dans le département appelé striatum, qui est responsable du contrôle des mouvements.

Mais l'effet du médicament était temporaire - quelques jours après l'expérience, le volume cérébral des volontaires est revenu à son niveau d'origine. Selon les scientifiques, ce résultat peut rassurer les personnes qui craignent de paniquer que les médicaments détruisent leurs cellules cérébrales..

Les neurones cérébraux morts ne sont pas restaurés, par conséquent, avec la destruction du médicament, le retour au volume d'origine n'est pas possible. Par conséquent, les scientifiques pensent que la raison de la réduction du volume est une diminution temporaire du nombre de synapses (connexions fonctionnelles entre les neurones). La responsabilité en est probablement la protéine BDNF impliquée dans les synapses et disparaissant après l'utilisation d'agents antipsychotiques..

De l'alcool

Bien qu'une consommation modérée d'alcool puisse être bénéfique pour le cœur, des quantités excessives sont un adversaire pour le cerveau..

Bien qu'une atrophie cérébrale modérée soit courante chez les personnes âgées, des études montrent que chez un alcoolique, ce processus est considérablement accéléré et les conséquences sont plus dramatiques..

De plus, la mort des neurones causée par l'alcool est plus prononcée chez les femmes. Pas étonnant. On sait que les femmes réagissent à l'alcool différemment des hommes. Ils y sont plus sensibles et l'absorbent plus rapidement..

La plus grande vulnérabilité des femmes à la consommation d'alcool est également confirmée par le fait qu'elles ont une cirrhose du foie, des dommages au muscle cardiaque, les nerfs se développent beaucoup plus rapidement que chez les alcooliques masculins. La même règle s'applique aux lésions cérébrales..

Traitement

Malheureusement, il n'existe aucun traitement ciblé pour l'atrophie cérébrale. En règle générale, le traitement est prescrit par un médecin après le diagnostic de la maladie sous-jacente sur la base des résultats des examens (TDM, ponction lombaire, IRM, etc.). Il vise à faciliter la vie du patient, à éliminer les symptômes et potentiellement à guérir la cause profonde..

Les conditions conduisant à la démence n'ont pas non plus de mesures thérapeutiques efficaces; seuls les médicaments sont disponibles pour réduire les symptômes et le soutien (spécialiste et à domicile). Arrêter certaines maladies n'est aujourd'hui capable que de développer la technique d'utilisation des cellules souches. Peut-être, grâce aux dernières méthodes, une personne pourra vivre avec un cerveau sain jusqu'à la vieillesse..

Atrophie cérébrale: causes, classification et stades

Lorsque le cerveau humain fonctionne, seulement 6% environ de ses cellules sont impliquées. Les autres sont en mode «veille» et en cas de dommage ou de décès du «personnel principal» ils deviennent actifs. Cependant, l'atrophie perturbe ce processus, détruisant les cellules actives et dormantes..

L'atrophie du cerveau est le processus de mort lente des cellules cérébrales, une diminution de ses convolutions. Le cortex prend une apparence aplatie, le volume du cerveau diminue. Qu'est-ce que l'atrophie cérébrale, quelles sont ses causes, ses types, ses principaux symptômes, le traitement de la maladie - les questions abordées dans cet article.

Les causes

L'atrophie cérébrale du cerveau devient le plus souvent le résultat de processus pathologiques qui se produisent dans le corps humain. De plus, plusieurs facteurs peuvent devenir la cause de la maladie à la fois, exacerbant la situation. Une atrophie du cerveau peut survenir en raison de.

  • Anomalies génétiques

Les changements atrophiques se produisent dans le contexte du développement de la maladie de Peak et d'Alzheimer. Le pic de la maladie se caractérise principalement par des dommages aux parties frontale et temporale, qui se manifestent par des symptômes spécifiques chez le patient. Ces symptômes, combinés à des méthodes de diagnostic instrumentales, peuvent identifier rapidement et avec précision la pathologie..

En pensant, la mémoire du patient s'aggrave, une baisse de l'activité intellectuelle est observée. Le patient se dégrade en tant que personne, se ferme, en communication on remarque principalement le même type, des phrases simples, il est possible de répéter la même pensée, le discours prend un caractère primitif.

La maladie d'Alzheimer se caractérise par une détérioration du processus de réflexion et de mémorisation, des changements de personnalité se produisent aux derniers stades du processus pathologique.

  • Athérosclérose cérébrale et hypertension

L'athérosclérose est lourde de formation de plaques et d'obstruction des vaisseaux sanguins, ce qui interfère avec la circulation sanguine et la nutrition cellulaire. Une telle pathologie conduit à une privation d'oxygène des neurones cérébraux et à la mort ultérieure.

  • Intoxication des cellules cérébrales

Obtenu à partir de l'utilisation de boissons alcoolisées, de médicaments puissants. Avec cet effet, le cortex cérébral et les structures sous-corticales sont affectés. Les cellules cérébrales ont une faible capacité à se régénérer, et avec un impact négatif constant et prolongé, le processus pathologique est aggravé.

  • Blessures à la tête

Dommages, y compris ceux résultant d'interventions neurochirurgicales. Une atrophie corticale peut survenir à la suite d'une compression vasculaire. En cas de blessure à la tête, des dommages vasculaires peuvent également se produire, ce qui laisse les cellules du cerveau sans nourriture, elles commencent à mourir.

  • Augmentation de la pression intracrânienne
  • Anémie chronique

Avec un faible taux de globules rouges ou d'hémoglobine. Cela conduit à une perturbation du processus de circulation de l'oxygène, par conséquent, une quantité suffisante d'oxygène n'entre pas dans les cellules du cerveau, les cellules du cerveau meurent.

Symptômes

L'atrophie du cerveau dans les premiers stades ne présente pratiquement aucun symptôme. Même s'ils surviennent, ils sont souvent attribués à la fatigue ou à un malaise général. À mesure que la pathologie se développe, les symptômes sont plus prononcés.

Stade de changement minimal

Le patient effectue facilement les choses habituelles, travaille. Les manifestations de la maladie sont attribuées à l'âge. Il y a périodiquement des problèmes de mémoire, le patient a du mal à résoudre des problèmes complexes.

Atrophie modérée

L'aggravation des manifestations de la maladie se produit en présence d'atrophie modérée. Le patient commence à mal communiquer avec les gens, il y a des problèmes de communication. Il peut y avoir des situations où le comportement du patient est hors de contrôle..

Les tâches difficiles sont impossibles sans l'aide d'étrangers. La coordination motrice et l'activité motrice sont altérées.

Atrophie cérébrale sévère

Il progresse et la gravité des symptômes est claire. De plus, la progression des changements pathologiques dépend du volume des cellules mourantes. Des écarts importants dans l'activité motrice et des échecs psycho-émotionnels sont observés..

Le patient cesse de reconnaître les objets, leur fonction. Impossible de reproduire les informations reçues quelques minutes plus tôt. Le patient perd la capacité de prendre soin de lui-même et a besoin d'une assistance et de soins constants.

Classification

En fonction de l'origine de la pathologie, du degré de maladie, des symptômes, de la localisation des zones affectées du cerveau, les types suivants sont distingués: atrophie cérébrale corticale, subatrophie, multisystèmes, atrophie des lobes frontaux du cerveau.

Atrophie corticale

Dans ce cas, la mort des cellules cérébrales survient le plus souvent en raison de processus liés à l'âge (chez les patients de plus de 60 ans) ou de perturbations du fonctionnement du corps. Plus souvent que d'autres parties, les lobes frontaux sont affectés.

Les manifestations de la maladie se produisent selon la comptabilité d'exercice et les symptômes évidents ne peuvent apparaître qu'après quelques années. L'atrophie corticale du cerveau avec des dommages aux deux hémisphères du cerveau entraîne une démence sénile du patient. L'atrophie corticale hémisphérique bipolaire survient le plus souvent au cours du développement de la maladie d'Alzheimer.

Subatrophy

Une telle lésion se caractérise par une perte partielle de fonctionnement de l'organe. Les changements subatrophiques dans le cerveau entraînent une diminution du volume du cortex. Les signes symptomatiques se manifestant par un trouble mental, de la parole, des processus moteurs ne sont pas explicites, ne se manifestent pas pleinement.

Atrophie multisystémique

La mort des cellules cérébrales avec ce type de pathologie se produit immédiatement dans plusieurs parties du cerveau. Ce type d'atrophie est problématique dans le diagnostic, souvent confondu avec une autre maladie, le plus souvent la maladie de Parkinson est mal diagnostiquée.

Elle se manifeste par les symptômes suivants: altération de la fonction autonome, hypertension artérielle, altération de la coordination, démarche précaire, activité physique plus lente, incontinence urinaire, dysfonction érectile.

Atrophie des lobes frontaux

Cette forme d'atrophie est une conséquence d'Alzheimer et de Peak. Le patient se dégrade en tant que personne, devient secret et insociable, la parole devient monosyllabique et primitive.

L'atrophie du cerveau avec des lésions cérébelleuses se manifeste chez les patients en coordination altérée, altération du tonus musculaire, ce qui conduit à l'incapacité de se servir. Toute activité motrice du patient est irrégulière, la parole ralentit.

La mort de la matière grise peut se refléter dans ce qui suit:

  • paralysie;
  • diminution ou perte complète de sensibilité d'une partie particulière du corps;
  • le patient a du mal à reconnaître ses proches, les articles ménagers;
  • le processus de déglutition est perturbé.

L'atrophie diffuse du cerveau, comme le multisystème, a les pronostics les plus défavorables. Les changements pathologiques se produisent imperceptiblement, sont irréversibles. Elle se caractérise par une détérioration de l'activité cérébrale, le patient n'est pas en mesure d'évaluer correctement son état, d'évaluer ses actions et ses actes.

L'atrophie du cortex cérébral entraîne l'apparition de caillots sanguins, de plaques provoquant une hypoxie (état d'approvisionnement insuffisant en oxygène) et la mort de certaines zones de l'organe. Une telle atrophie du cerveau peut être déclenchée par des blessures craniocérébrales, des fractures du crâne.

Étapes

De nombreuses manifestations de changements atrophiques aux stades initiaux de la maladie ne sont pas explicites, elles restent donc sans surveillance. Le tableau clinique devient plus prononcé avec la progression de l'atrophie. On distingue 4 degrés de pathologie.

  • Au premier stade, aucune manifestation externe n'est observée, cependant, l'atrophie cérébrale du 1er degré est caractérisée par le début du processus de mort des neurones cérébraux.
  • La deuxième étape est caractérisée par des changements de personnalité: le patient a moins de contacts avec les gens, devient grognon, en colère, fermé.
  • Dans la troisième étape, le patient cesse de contrôler ses actions.
  • La quatrième étape est caractérisée par une perte de connexion avec la réalité, le patient peut ne pas répondre aux questions, s'il répond, alors il répond à sa place.
  • La cinquième étape est extrême et se manifeste par une démence. Une personne est complètement prosternée, n'est au courant de rien qui se passe autour d'elle, ne reconnaît personne.

En règle générale, rester dans la société de ces patients devient difficile; les soins à ces patients sont effectués dans des établissements psychiatriques.

Atrophie cérébrale chez les enfants

La mort des cellules cérébrales peut survenir non seulement en raison de changements liés à l'âge et peut être observée chez les patients âgés, les enfants peuvent subir une telle pathologie. L'atrophie du cerveau chez les nouveau-nés peut être déclenchée par divers facteurs, notamment:

  • malformations congénitales du système nerveux central;
  • prédisposition au développement de la maladie au niveau génétique;
  • influences externes qui agissent comme conditions de mort des cellules cérébrales.

Cette situation peut survenir à la suite d'une exposition au corps de l'enfant de divers facteurs lorsque le fœtus est encore dans l'utérus. Cela peut être l'impact des médicaments, des radiations, des conséquences de la consommation d'alcool par une femme enceinte, des complications de la grossesse, des traumatismes subis par l'enfant pendant la naissance, etc..

L'atrophie cérébrale chez les enfants peut ne pas signaler immédiatement des symptômes spécifiques. Les symptômes externes peuvent apparaître un peu plus tard:

  • état léthargique de l'enfant, indifférence à ce qui se passe autour de lui;
  • fermeture lente des fontanelles;
  • le volume de la tête diminue;
  • la réponse à l'irritation externe ralentit;
  • perte d'appétit.

L'atrophie cérébrale chez les nouveau-nés est diagnostiquée sur la base de l'évaluation de divers examens:

  • Évaluation sur l'échelle d'Apgar (cette évaluation de l'état général de l'enfant immédiatement après la naissance par un certain nombre d'indicateurs).
  • Examen par un neurologue pédiatrique.
  • L'étude des indicateurs métaboliques.

De plus, un certain nombre d'examens supplémentaires sont effectués: tomographie, dopplerographie, neurosonographie, etc..

Diagnostic et traitement

La première étape du diagnostic de la maladie est une enquête approfondie du patient afin d'identifier les symptômes qui le dérangent, l'état général, le seuil de réflexion. Les maladies atrophiques du cerveau suggèrent un examen radiologique obligatoire, qui examine les lobes cérébraux en couches, vous permet de détecter la présence de tumeurs, d'hématomes, de foyers de changements.

La thérapie principale pour l'atrophie est de fournir un environnement familier au patient, de l'entourer de soins, d'attention. Tout changement de conditions peut entraîner une accélération des processus pathologiques, le traitement est donc préférable dans un environnement domestique. Le patient doit être constamment occupé avec les tâches ménagères simples quotidiennes.

Il n'est pas possible de restaurer l'état d'origine des cellules et la fonctionnalité du cerveau. La tâche principale du traitement est d'arrêter le processus destructeur, de préserver les fonctions qui sont restées.

L'atrophie du cerveau n'est pas traitée avec des médicaments. Les médicaments prescrits bloquent les symptômes de la maladie, apaisent le patient. Les antidépresseurs et les tranquillisants soutiennent l'état du patient, dans lequel il ne peut pas causer de dommages importants à lui-même et aux autres.

Les médicaments nootropes sont largement utilisés. Ils aident à améliorer la circulation sanguine, à accélérer les processus métaboliques et la régénération des cellules cérébrales. Un tel effet thérapeutique peut être remarqué par le patient lui-même, il commence à mieux réfléchir, la manifestation des symptômes de la maladie diminue. Les antioxydants et les agents antiplaquettaires préviennent la mort des cellules nerveuses et la stase sanguine.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite