71. La partie abdominale de l'aorte - les branches de l'aorte abdominale, la zone d'approvisionnement en sang. Artères pelviennes - artères iliaques internes et externes, zones d'approvisionnement en sang

La partie abdominale de l'aorte se trouve sur la paroi abdominale postérieure, en face de la colonne vertébrale, à droite de celle-ci est la veine cave inférieure. Les branches de l'aorte abdominale sont divisées en pariétales et internes.

La partie abdominale de l'aorte. 1 - artères diaphragmatiques inférieures (aa.phrenicae inférieures); 2 - tronc coeliaque (truncus coeliacus); 3 - artère mésentérique supérieure (a. Mesenterica superior); 4 - artère rénale (a. Renalis); 5 - artère mésentérique inférieure (a. Mesenterica inférieure); 6 - artères lombaires (aa. Lumbales); 7 - l'artère sacrée médiane (a. Sacralis mediana); b - artère iliaque commune (a. iliaca communis); 9 - artère testiculaire (ovarienne) [a. testiculaire (ovarica)]; 10 - artère surrénale inférieure (a. Suprarenalis inférieure); 11 - l'artère surrénale moyenne (a. Suprarenalis media); 12 - artère surrénale supérieure (a. Suprarenalis superior) [1989 Lipchenko V I Samusev RP - Atlas d'anatomie humaine normale]

Les branches pariétales sont les artères diaphragmatiques inférieures et 4 paires d'artères lombaires, des vaisseaux segmentaires fournissant du sang à la peau et aux muscles de la paroi abdominale postérieure.

Les branches internes alimentant le sang non apparié (tronc coeliaque, artères mésentériques supérieures et inférieures) et les organes digestifs appariés (artères rénales et ovariennes (testiculaires)).

Le tronc cœliaque mesure environ 2 cm de long, quitte l'aorte sous le diaphragme et est divisé en 3 branches au bord supérieur du pancréas: artères gastriques gauches, hépatiques communes et spléniques.

Tronc coeliaque et ses branches. 1 - tronc coeliaque (truncus coeliacus); 2 - l'artère gastrique gauche (a. Gastrica sinistra); 3 - veine porte (v. Portae hepatis); 4 - artère splénique (a. Splenica); 5 - l'artère gastro-intestinale gauche (a. Gastro-epiploica sinistra); 6 - l'artère gastro-intestinale droite (a. Gastro-epiploica dextra); 7 - l'artère gastrique droite (a. Gastrica dextra); 8 - artère gastroduodénale (a. Gastroduodenalis); 9 - propre artère hépatique (a. Hepatica propria); 10 - artère hépatique commune (a. Hepatica communis); 11 - artère de la vésicule biliaire (a. Cystica) [1989 Lipchenko VI Samusev RP - Atlas d'anatomie humaine normale]

L'artère gastrique gauche longe la moindre courbure de l'estomac de gauche à droite, l'alimentant et la partie inférieure de l'œsophage.

L'artère hépatique commune, se dirigeant vers la porte du foie, donne des branches le long du chemin vers la courbure moindre et plus grande de l'estomac, vers le duodénum et le pancréas.

L'artère splénique nourrit la rate, donne des branches au pancréas, à l'estomac et au grand omentum. Un anneau artériel continu est formé autour de l'estomac à partir des branches du tronc cœliaque s'anastomosant entre elles..

L'artère mésentérique supérieure s'écarte de l'aorte au niveau I de la vertèbre lombaire, passe entre le pancréas et le duodénum, ​​pénètre dans le mésentère de l'intestin grêle et descend le long de la racine jusqu'au caecum. L'une des branches de l'artère, se dirigeant vers le duodénum et le pancréas, s'anastomose avec les branches de l'artère hépatique commune. Ainsi, ces deux organes sont alimentés par 2 sources - l'artère mésentérique supérieure et le tronc cœliaque. Les 15 à 20 branches restantes de l'artère mésentérique alimentent le jéjunum et l'iléon, le caecum, l'appendice, l'ascendant et une partie du côlon transverse; toutes ces branches s'anastomosent entre elles.

L'artère mésentérique supérieure et ses branches. 1 - artère mésentérique supérieure (a. Mesenterica superior); 2 - artères jéjunales (aa. Jejunales); 3 - artère de l'appendice (a. Appendiculaire); 4 - artère intestinale iléo-colonique (a. Ileocolica); 5 - l'artère colon-intestinale droite (a. Colica dextra); 6 - l'artère intestinale du côlon moyen (a. Colica media) [1989 Lipchenko V I Samusev RP - Atlas d'anatomie humaine normale]

Les artères rénales s'étendent de l'aorte au niveau II de la vertèbre lombaire, vont horizontalement, pénètrent dans les reins par leurs portes. Les artères ont un diamètre important par rapport au volume du rein; dans chaque rein, il peut y en avoir 2, et parfois plus. Les artères donnent des branches aux glandes surrénales (artères surrénales moyennes), aux uretères et aux capsules des reins.

Les artères qui alimentent les glandes génitales commencent à partir de l'aorte sous les artères rénales et descendent dans le bassin le long de la paroi abdominale postérieure (le long du muscle lombaire). Chez les hommes, sous le nom de testicule, ils pénètrent le testicule par le canal inguinal dans le scrotum et nourrissent les testicules, tandis que chez la femme, sous le nom des artères ovariennes, ils restent dans le bassin, alimentant les ovaires.

L'artère mésentérique inférieure s'écarte de l'aorte au niveau de la vertèbre lombaire III, son diamètre est plus petit que le mésentérique supérieur. Il fournit du sang à l'ensemble du colon descendant et à une partie du colon transverse. Ici, les branches des deux artères mésentériques s'anastomosent. L'anastomose entre eux est l'une des plus importantes du corps. Les branches de l'artère mésentérique inférieure alimentent également le côlon sigmoïde et la partie supérieure du rectum en sang..

L'artère mésentérique inférieure et ses branches. 1 - artère intestinale du côlon moyen (a. Colica media); 2 - l'artère intestinale du côlon gauche (a. Colica sinistra); 3 - artère mésentérique inférieure (a. Mesenterica inférieure); 4 - artères intestinales sigmoïdes (aa. Sigmoideae); 5 - artère rectale supérieure (a. Rectalis superior) [1989 Lipchenko V. I Samusev RP - Atlas d'anatomie humaine normale]

Les artères iliaques communes sont les branches terminales de l'aorte abdominale. Au niveau de l'articulation sacro-iliaque, chacune d'entre elles est divisée en artères iliaques internes et externes.

L'artère iliaque interne descend le long de la paroi du petit bassin jusqu'au bord supérieur du grand foramen sciatique, où elle est divisée en 2 troncs - antérieur et postérieur. Les branches de ce dernier nourrissent les parois du petit bassin, du muscle iliopsoas, des 3 muscles fessiers et de l'articulation de la hanche. Le tronc antérieur alimente principalement les organes pelviens avec ses branches: la vessie, la partie inférieure du rectum, la prostate et chez les femmes pénétrant entre les feuilles du ligament utérin large, le vagin, l'utérus, les trompes et l'anastomose avec l'artère ovarienne. De plus, le tronc avant alimente les parties proximales des adducteurs de la cuisse; une de ses branches s'étend dans l'épaisseur du ligament rond de l'articulation de la hanche dans la tête fémorale.

Artères pelviennes. 1 - la partie abdominale de l'aorte (pars abdominalis aortae); 2 - artère iliaque commune (a. Iliaca communis); 3 - artère iliaque externe (a. Iliaca externa); 4 - artère iliaque interne (a. Iliaca interna); 5 - artère sacrée médiane (a. Sacralis mediana); 6 - la branche postérieure de l'artère iliaque interne (ramus postérieur a. Iliacae internae); 7 - artère sacrée latérale (a. Sacralis lateralis); 8 - la branche avant de l'artère iliaque interne (ramus antérieur a. Iliacae internae); 9 - artère rectale moyenne (a. Rectalis media); 10 - artère rectale inférieure (a. Rectalis inférieur); 11 - artère génitale interne (a. Pudenda interna); 12 - artère dorsale du pénis (a. Pénis Dorsalis); 13 - artère inférieure de la vessie (a. Vesicalis inférieur); 14 - artère de la vessie supérieure (A. vesicalis superior); 15 - artère épigastrique inférieure (a. Epigastrica inférieure); 16 - une artère profonde enveloppant l'ilium (a. Circumflexa iliaca profunda) [1989 Lipchenko V I Samusev RP - Atlas d'anatomie humaine normale]

L'artère iliaque externe, poursuivant la direction de l'artère iliaque commune, s'étend jusqu'à la cuisse sous le ligament inguinal, plus médialement que le muscle iliopsoas. De là, sous le nom de l'artère fémorale, il se rend dans la fosse poplitée, où il reçoit le nom de l'artère poplitée et est ensuite divisé en artères tibiales antérieure et postérieure. Les branches qui alimentent les muscles abdominaux voisins partent de l'artère iliaque externe, l'une des branches s'élève le long de la surface postérieure du muscle droit et des anastomoses au niveau du nombril avec une branche du système artériel sous-clavier.

Aorte abdominale

Aorte abdominale. caractéristiques générales

L'aorte abdominale est une continuation de l'aorte thoracique. Il est situé au niveau de la face avant des vertèbres du bas du dos, sur le côté gauche de la ligne médiane. L'aorte abdominale commence à la XIIe vertèbre et atteint l'IV-V des vertèbres lombaires, après quoi elle se ramifie, formant deux artères iliaques. Dans le même temps, une artère sacrée médiane non appariée quitte le lieu de division en direction du petit bassin.

De plus, l'aorte a des branches appelées branches pariétales et internes de l'aorte abdominale.

Branches de l'aorte abdominale

De nombreuses branches de l'aorte lui permettent de nourrir les organes les plus proches d'elle avec du sang. Les branches sont divisées en groupes. Les branches pariétales sont les suivantes:

  • Artère phrénique inférieure. Il s'agit d'un grand vaisseau apparié responsable de l'apport sanguin à la surface inférieure du diaphragme et des glandes surrénales;
  • Artères lombaires, représentant 2 paires de gros vaisseaux. Ils fournissent du sang aux muscles de l'abdomen, du dos, ainsi qu'à la peau, aux fibres et à la moelle épinière..

Les vaisseaux internes de l'aorte comprennent à la fois des groupes de branches appariés et non appariés. Les artères appariées sont décrites ci-dessous:

  • La glande surrénale moyenne. Donne du sang à la glande surrénale;
  • Rénal. Situé à l'arrière de la veine cave inférieure. En approchant de la porte du rein, il donne une branche sous la forme de l'artère surrénale inférieure alimentant la glande surrénale.

Les branches internes non appariées de l'aorte abdominale sont les suivantes:

  • Le tronc cœliaque, qui est un vaisseau de 1 à 2 cm de long, s'écarte de l'aorte près de la XIIe vertèbre. Il est divisé en trois autres artères: a) le pancréas gauche, qui fournit le sang au corps de l'estomac, et donne également 12 branches qui alimentent l'œsophage; b) l'hépatique commune, constituée de deux artères (l'hépatique proprement dite, qui alimente en sang la vésicule biliaire et le foie et le gastroduodénal, qui alimente le pancréas, le duodénum et (à travers la branche gastro-omentale) les parois de l'estomac et l'omentum lui-même); c) rate splénique et nourrissante, paroi de l'estomac, partiellement pancréas;
  • Mésentérique supérieur. Il prend sa source dans la région de la vertèbre lombaire II, passe le long de la surface avant du duodénum, ​​puis il est divisé en plusieurs branches près de l'iléon. Les branches nourrissent à leur tour le pancréas, le maigre, l'aveugle, le côlon et l'iléon;
  • Mésentérique inférieur. Cette artère est originaire de la région de la vertèbre lombaire III et donne plusieurs branches qui alimentent le côlon et le rectum en sang.

Maladies de l'aorte abdominale

Les maladies les plus courantes affectant l'aorte abdominale sont décrites ci-dessous:

1. Athérosclérose de l'aorte abdominale. La cavité du vaisseau affecté par cette maladie est recouverte de lipoprotéines, qui ralentissent le flux sanguin. À l'avenir, la prolifération du tissu conjonctif, qui est remplacé par des plaques athérosclérotiques, est possible. Les symptômes de l'athérosclérose de l'aorte abdominale comprennent des douleurs abdominales paroxystiques, des flatulences, des ballonnements et de la constipation. La douleur peut durer jusqu'à 3 heures (dans les cas graves). Le plus souvent, leur intensité diminue lors de la prise de médicaments antispasmodiques, mais par la suite, une diarrhée peut survenir, dont la fréquence atteint 3 fois par jour. Dans le même temps, des débris alimentaires non digérés peuvent souvent être trouvés dans les selles. Dans les cas bénins d'athérosclérose aortique abdominale, les attaques se limitent à de vagues douleurs dans l'abdomen ou l'hypochondre droit, à la survenue de éructations et de constipation;

2. L'anévrisme de l'aorte abdominale est une expansion du vaisseau dans la partie où la paroi est la plus affaiblie. L'aorte abdominale est considérée comme le vaisseau le plus vulnérable, jusqu'à trois quarts de toutes les maladies de cette nature surviennent dans l'aorte abdominale. L'absence de traitement en temps opportun peut entraîner une rupture de l'aorte abdominale et des saignements, y compris mortels. Un autre danger avec l'anévrisme est le développement d'un caillot sanguin, qui est associé à une violation de la circulation sanguine dans le vaisseau affecté. C'est pourquoi il est important de prêter attention aux premiers symptômes de la maladie à temps: l'apparition d'une formation pulsatoire dans la cavité abdominale, l'apparition de douleurs intenses dans la région lombaire, de vomissements et, dans certains cas, d'un changement de la couleur de l'urine et d'un blanchiment des membres. Les patients les plus sujets à l'apparition d'anévrisme en général et à la rupture de l'aorte abdominale en particulier sont les patients souffrant d'hypertension artérielle, de processus inflammatoires des parois aortiques, de maladies congénitales du tissu conjonctif, ainsi que de personnes atteintes de maladies infectieuses qui endommagent les parois des vaisseaux. Il existe un risque élevé de développer une athérosclérose chez les personnes dont l'âge dépasse 60 ans, chez les patients fumeurs, ainsi que chez les patients souffrant d'hypertension artérielle..

Anévrisme de l'aorte abdominale

L'anévrisme de l'aorte abdominale est l'expansion et l'amincissement des parois du vaisseau le plus important du corps humain. Cette formidable maladie au début ne se manifeste pas. Avec la progression de la maladie et le manque de traitement en temps opportun, une rupture aortique peut se produire et, par conséquent, des saignements massifs, qui se terminent souvent par la mort. Une orientation rapide vers un spécialiste, une assistance consultative, diagnostique et chirurgicale de haute qualité peut prévenir la progression de la maladie et prévenir les complications potentiellement mortelles - rupture de l'anévrisme.

Qu'est-ce que l'aorte?

L'aorte est le plus grand vaisseau du corps humain qui transporte le sang du cœur vers les organes et les membres. La partie supérieure de l'aorte passe à l'intérieur de la poitrine, cette section est appelée l'aorte thoracique. La partie inférieure est située dans la cavité abdominale et s'appelle l'aorte abdominale. Il achemine le sang vers le bas du corps. Dans le bas de l'abdomen, l'aorte abdominale est divisée en deux gros vaisseaux - les artères iliaques, qui transportent le sang vers les extrémités inférieures.

La paroi aortique se compose de trois couches: interne (intima), moyenne (média), externe (adventice).

Anévrisme de l'aorte abdominale

L'anévrisme de l'aorte abdominale est une maladie dégénérative chronique avec des complications potentiellement mortelles. Sous anévrisme de l'aorte abdominale, on entend une augmentation de son diamètre de plus de 50% par rapport à la norme ou un renflement local de sa paroi. Sous la pression du sang circulant dans ce vaisseau, l'expansion ou le gonflement de l'aorte peuvent progresser. Le diamètre de l'aorte normale dans la région abdominale est d'environ 2 cm, mais au site de l'anévrisme de l'aorte, il peut être étendu à 7 cm ou plus..

Qu'est-ce qu'un anévrisme aortique dangereux

L'anévrisme aortique présente un grand risque pour la santé, car il peut éclater. Un anévrisme déchiré peut provoquer des saignements internes massifs, ce qui entraîne à son tour un choc ou la mort.

L'anévrisme de l'aorte abdominale peut entraîner d'autres problèmes de santé graves. Des caillots sanguins (caillots sanguins) se forment souvent dans le sac d'anévrisme, ou des parties de l'anévrisme se détachent, qui, avec un flux sanguin, se déplacent le long des branches de l'aorte jusqu'aux organes internes et aux membres. Si l'un des vaisseaux sanguins se bloque, il peut provoquer une douleur intense et entraîner la mort des organes ou la perte du membre inférieur. Heureusement, si vous diagnostiquez un anévrisme aortique aux premiers stades, le traitement peut être rapide, sûr et efficace..

Types d'anévrismes aortiques

Attribuer des anévrismes aortiques «vrais» et «faux». Un véritable anévrisme se développe à la suite de l'affaiblissement progressif de toutes les couches de la paroi aortique. Un faux anévrisme est généralement le résultat d'une blessure. Il est formé de tissu conjonctif entourant l'aorte. La cavité du faux anévrisme est remplie de sang à travers la fissure apparue dans la paroi aortique. Les parois aortiques elles-mêmes ne participent pas à la formation de l'anévrisme.

Selon le formulaire, il existe:

  • anévrisme sacculaire - expansion de la cavité aortique d'un seul côté;
  • anévrisme fusiforme (fusiforme) - expansion de la cavité de l'anévrisme de tous les côtés;
  • anévrisme mixte - une combinaison de sacculaire et en forme de fuseau.

Causes et facteurs de risque d'anévrisme de l'aorte abdominale

Les raisons du développement des anévrismes de l'aorte abdominale sont très diverses. La cause la plus fréquente d'anévrisme est l'athérosclérose. Les anévrismes athérosclérotiques représentent 96% du nombre total de tous les anévrismes. De plus, la maladie peut être soit congénitale (dysplasie fibromusculaire, médionécrose kystique d'Erdheim, syndrome de Marfan, etc.), soit acquise (inflammatoire et non inflammatoire). L'inflammation aortique se produit lorsque divers micro-organismes sont introduits (syphilis, tuberculose, salmonellose, etc.) ou à la suite d'un processus allergique-inflammatoire (aortoartérite non spécifique). Les anévrismes non inflammatoires se développent le plus souvent avec des lésions athérosclérotiques de l'aorte. Moins souvent sont le résultat d'un traumatisme à sa paroi.

Facteurs de risque d'anévrisme

  • Hypertension artérielle;
  • Fumeur;
  • La présence d'anévrismes chez d'autres membres de la famille. Ce qui indique le rôle du facteur héréditaire dans le développement de cette maladie;
  • Sexe: Hommes de plus de 60 ans (chez les femmes, les anévrismes de l'aorte abdominale sont moins fréquents).

Symptômes et signes d'anévrisme de l'aorte abdominale

Chez la plupart des patients, les anévrismes de l'aorte abdominale se produisent sans aucune manifestation et sont une découverte accidentelle pendant les examens et les opérations pour une autre raison.

Avec le développement de signes d'anévrisme, le patient éprouve un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • Sensation d'une pulsation dans l'abdomen, comme un rythme cardiaque, une sensation désagréable de lourdeur ou de satiété.
  • Douleur sourde et douloureuse dans l'abdomen, dans le nombril, souvent à gauche.

Les signes indirects d'anévrisme de l'aorte abdominale sont importants:

  • Syndrome abdominal. Elle se manifeste par l'apparition de éructations, de vomissements, de selles instables ou de constipation, d'un manque d'appétit et d'une perte de poids;
  • Syndrome sciatique. Elle se manifeste par des lombalgies, une altération de la sensibilité et des troubles du mouvement dans les membres inférieurs;
  • Syndrome d'ischémie chronique des membres inférieurs. Elle se manifeste par l'apparition de douleurs dans les muscles des membres inférieurs lors de la marche, parfois au repos, du refroidissement de la peau des membres inférieurs;
  • Syndrome urologique. Il se manifeste par des douleurs et des lourdeurs dans le bas du dos, une mauvaise miction, l'apparition de sang dans les urines.

Des signes avant-coureurs de l'écart peuvent être une augmentation des douleurs abdominales..

Lorsque l'anévrisme se rompt, le patient ressent soudainement une augmentation ou l'apparition de douleurs dans l'abdomen, parfois «donnant» au bas du dos, à la région inguinale et au périnée, ainsi qu'une faiblesse sévère, des étourdissements. Ce sont des symptômes de saignement interne massif. Le développement d'une telle situation met la vie en danger! Le patient a besoin de soins médicaux d'urgence.!

Diagnostic des anévrismes de l'aorte abdominale

Le plus souvent, les anévrismes de l'aorte abdominale sont détectés par échographie des organes abdominaux. En règle générale, la détection d'anévrisme est une découverte accidentelle. Si le médecin soupçonne que le patient a un anévrisme aortique, des méthodes de diagnostic modernes sont utilisées pour clarifier le diagnostic..

Méthodes de diagnostic de l'anévrisme de l'aorte abdominale

Si nécessaire, l'aorte abdominale et thoracique est examinée..

Traitements des anévrismes aortiques

Il existe plusieurs traitements pour les anévrismes aortiques. Il est important de connaître les avantages et les inconvénients de chacune de ces techniques. Approches du traitement des anévrismes de l'aorte abdominale:

Surveillance dynamique des patients

Si la taille de l'anévrisme est inférieure à 4,5 cm de diamètre, il est recommandé au patient d'observer un chirurgien vasculaire, car le risque de chirurgie dépasse le risque de rupture de l'anévrisme aortique. Ces patients doivent subir des échographies répétées et / ou une tomodensitométrie au moins une fois tous les 6 mois.

Avec un diamètre d'anévrisme supérieur à 5 cm, la chirurgie devient préférable, car avec une augmentation de la taille de l'anévrisme, le risque de rupture de l'anévrisme augmente.

Si la taille de l'anévrisme augmente de plus de 1 cm par an, le risque de rupture augmente et le traitement chirurgical devient également privilégié.

Chirurgie ouverte: résection anévrismale et prothèses aortiques

Le traitement chirurgical vise à prévenir les complications potentiellement mortelles. Le risque de chirurgie est associé à des complications possibles, notamment crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, perte de membre, ischémie intestinale aiguë, dysfonction sexuelle masculine, embolisation, infection prothétique et insuffisance rénale.

L'opération est réalisée sous anesthésie générale. L'essence de l'opération est de retirer l'expansion anévrismale et de la remplacer par une prothèse synthétique. Le taux de mortalité moyen pour les interventions ouvertes est de 3 à 5%. Cependant, il peut être plus élevé lorsque les artères rénales et / ou iliaques sont impliquées dans l'anévrisme, ainsi qu'en raison de la pathologie concomitante du patient. L'observation en période postopératoire est réalisée une fois par an. Les résultats du traitement à long terme sont bons.

Prothèse d'anévrisme de l'aorte endovasculaire: installation de stent-greffe

Les endoprothèses pour anévrismes aortiques sont une alternative moderne à la chirurgie ouverte. L'opération est réalisée sous anesthésie rachidienne ou locale à travers de petites incisions / ponctions dans les zones inguinales. Grâce aux approches ci-dessus, des cathéters sont insérés dans l'artère fémorale sous contrôle radiographique. Selon laquelle, à l'avenir, l'endoprothèse sera portée à une expansion anévrismale. L'endoprothèse ou greffe d'endoprothèse de l'aorte abdominale est un cadre en maille fait d'un alliage spécial et enveloppé dans un matériau synthétique. La dernière étape de l'opération est la mise en place d'une endoprothèse à la place de l'expansion anévrismale de l'aorte.

En fin de compte, l'anévrisme "s'éteint" de la circulation sanguine et le risque de rupture devient peu probable. Après remplacement aortique, le patient est observé à l'hôpital pendant 2 à 4 jours et sort.

Cette technique vous permet de réduire l'incidence des complications précoces, de réduire la durée d'hospitalisation des patients et de réduire le taux de mortalité à 1-2%. L'observation en période postopératoire est réalisée tous les 4 à 6 mois en utilisant des techniques d'échographie, d'angiographie CT, d'angiographie X. Le traitement endovasculaire est certainement moins traumatisant. Environ 40 000 opérations de ce type sont effectuées chaque année aux États-Unis seulement..

Ainsi, le choix de la méthode de traitement de l'anévrisme de l'aorte abdominale est basé sur les caractéristiques individuelles du patient.

Branches de l'aorte abdominale. Topographie des artères, zones de leur approvisionnement en sang.

La partie abdominale de l'aorte (aorte abdominale) est une continuation de la partie thoracique de l'aorte. Il commence au niveau de la vertèbre thoracique XII et atteint la vertèbre lombaire IV-V. Ici, l'aorte abdominale est divisée en deux artères iliaques communes. Le lieu de division est appelé bifurcation aortique. De la bifurcation, une fine branche s'étend vers le bas, se trouvant sur la face avant du sacrum - l'artère sacrée médiane. Deux types de branches partent de la partie abdominale de l'aorte: pariétal et viscéral. La partie abdominale de l'aorte est située en rétropéritonéale. Dans la partie supérieure, le corps du pancréas et deux veines sont adjacents à sa surface, la traversant, la veine splénique se trouvant le long du bord supérieur du pancréas et la veine rénale gauche passant derrière la glande. Sous le corps du pancréas, en face de l'aorte, se trouve la partie inférieure du duodénum, ​​et en dessous se trouve le début de la racine du mésentère de l'intestin grêle. À droite de l'aorte se trouve la veine cave inférieure, derrière la section initiale de l'aorte abdominale se trouve la citerne du canal thoracique, - la partie initiale du canal thoracique.

Branches pariétales.

1. L'artère diaphragmatique inférieure est une artère jumelée assez puissante. Il part de la surface avant de la partie initiale de l'aorte abdominale au niveau de la XIIe vertèbre thoracique et va à la surface inférieure de la partie tendineuse du diaphragme, où il donne les branches avant et arrière alimentant cette dernière. Dans l'épaisseur du diaphragme, les artères droite et gauche s'anastomosent entre elles et avec des branches de l'aorte thoracique. L'artère droite passe derrière la veine cave inférieure, la gauche - derrière l'œsophage.

2. Les artères lombaires sont 4 artères jumelées. S'éloigner de la paroi postérieure de la partie abdominale de l'aorte au niveau du corps des vertèbres lombaires I-IV. Ils sont dirigés latéralement, dans le sens latéral, les deux artères supérieures passant derrière les jambes du diaphragme, les deux artères inférieures derrière le gros muscle lombaire. Toutes les artères lombaires s'anastomosent entre elles et avec les artères épigastriques supérieures et inférieures, alimentant le muscle droit abdominal. Au cours de son parcours, les artères donnent une série de petites branches au tissu sous-cutané et à la peau; dans la zone de la ligne blanche, ils anastomosent à certains endroits avec les artères du même nom de l'autre côté. De plus, les artères lombaires s'anastomosent avec les artères intercostales de l'artère iliaque-lombaire, l'artère profonde enveloppe l'ilium et l'artère fessière supérieure.

3. L'artère sacrée médiane est une continuation directe de l'aorte abdominale. Elle part de sa surface postérieure, légèrement supérieure à la bifurcation aortique, c'est-à-dire au niveau V de la vertèbre lombaire. C'est un vaisseau mince, passant de haut en bas au milieu de la surface pelvienne du sacrum et se terminant sur le coccyx dans le corps coccygien.

De l'artère sacrée médiane le long de sa branche: a) l'artère lombaire inférieure, hammam, part dans la région V de la vertèbre lombaire et alimente le muscle iléo-lombaire. Sur son chemin, l'artère abandonne la branche dorsale, participant à l'approvisionnement en sang des muscles profonds du dos et de la moelle épinière; b) branches sacrées latérales, partent du tronc principal au niveau de chaque vertèbre et, se ramifiant sur la face avant du sacrum, anastomose avec des branches similaires des artères sacrées latérales (branches des artères iliaques internes.

Plusieurs branches partent de la partie inférieure de l'artère sacrée médiane, qui alimentent les parties inférieures du rectum et les fibres lâches qui l'entourent.

Intra branch

Le tronc cœliaque, un vaisseau court de 1 à 2 cm de long, part de la surface antérieure de l'aorte au niveau du bord supérieur du corps de la vertèbre lombaire I ou du bord inférieur du corps de la XIIe vertèbre thoracique à l'endroit où l'aorte abdominale quitte l'ouverture aortique. L'artère est dirigée vers l'avant et immédiatement divisée en trois branches: l'artère gastrique gauche, l'artère hépatique commune et l'artère splénique,

1. L'artère gastrique gauche, la plus petite des trois artères. Il monte un peu vers le haut et vers la gauche; aller à la partie cardinale de l'estomac, donne plusieurs branches à l'œsophage - branches de l'œsophage, anastomosant avec les mêmes branches de la partie thoracique de l'aorte, et il descend vers le côté droit le long de la moindre courbure de l'estomac, anastomosant avec l'artère gastrique droite, de l'artère hépatique commune). Sur son chemin le long de la moindre courbure, l'artère gastrique gauche envoie de petites branches aux parois antérieure et postérieure de l'estomac.

L'artère hépatique commune, une branche plus puissante, a une longueur allant jusqu'à 4 cm. S'éloignant du tronc cœliaque, longe la jambe droite du diaphragme, le bord supérieur du pancréas de gauche à droite et pénètre dans l'épaisseur du petit omentum, où elle se divise en deux branches - ses propres artères hépatiques et gastroduodénales.

La propre artère hépatique, s'éloignant du tronc principal, va à la porte du foie dans l'épaisseur du ligament hépato-duodénal, à gauche du canal cholédoque et quelque peu en avant de la veine porte. À l'approche des portes du foie, la propre artère hépatique est divisée en branches gauche et droite, tandis que l'artère vésicule biliaire quitte la branche droite.

L'artère gastrique droite est une branche mince, s'écarte de sa propre artère hépatique, parfois de l'artère hépatique commune. Il va de haut en bas jusqu'à la moindre courbure de l'estomac, le long de laquelle il va de droite à gauche. L'artère gastrique droite donne un certain nombre de branches alimentant les parois antérieure et postérieure de l'estomac.

L'artère gastroduodénale est un tronc assez puissant. Elle va de l'artère hépatique commune vers le bas, derrière la partie pylorique de l'estomac, en la traversant de haut en bas. Parfois, l'artère superduodénale s'écarte de cette artère, qui traverse la surface avant de la tête pancréatique.

Artère splénique;

La plus épaisse des branches partant du tronc cœliaque. L'artère va vers la gauche et, avec la veine du même nom, se trouve derrière le bord supérieur du pancréas.

L'artère splénique donne des branches alimentant le pancréas, l'estomac et l'omentum

L'artère mésentérique supérieure est un gros vaisseau qui part de la surface antérieure de l'aorte, légèrement plus bas (de 1 à 3 cm) du tronc cœliaque, derrière le pancréas. Sortant de sous le bord inférieur de la glande, l'artère mésentérique supérieure descend et se dirige vers la droite. Avec la veine mésentérique supérieure située à sa droite, elle longe la face avant de la partie horizontale (ascendante) du duodénum, ​​la traverse immédiatement à droite de la flexion duodénale. Ayant atteint la racine du mésentère de l'intestin grêle, l'artère mésentérique supérieure pénètre entre les feuilles de ce dernier, formant un arc face au renflement vers la gauche, et atteint la fosse iléale droite

Les artères suivantes s'étendent de l'artère mésentérique supérieure.

1. L'artère pancréato-duodénale inférieure, (parfois non uniforme), provient du bord droit de la partie initiale de l'artère mésentérique supérieure. Il est divisé en branche antérieure et la branche postérieure, dirigée vers le bas et vers la droite le long de la face avant du pancréas, se courbe autour de sa tête le long de la frontière avec le duodénum. Donne des branches au pancréas et au duodénum; anastomoses avec artères pancréato-duodénales supérieures antérieures et postérieures et avec des branches

2. Les artères du jéjunum, au total 7 - 8, s'écartent successivement de la partie convexe de l'arche de l'artère mésentérique supérieure, sont envoyées entre les feuilles mésentériques vers les boucles du jéjunum. Sur son chemin, chaque branche est divisée en deux troncs qui s'anastomosent avec les mêmes troncs formés à partir de la division des artères intestinales voisines.

3. Les artères iléo-intestinales, en quantité de 5 à 6, comme les précédentes, sont envoyées dans les boucles de l'iléon et, se divisant en deux troncs, anastomosent avec les artères intestinales adjacentes. Ces anastomoses des artères intestinales ressemblent à des arcs. De nouvelles branches s'écartent de ces arcs, qui se divisent également, formant des arcs de second ordre (un peu plus petits). Les artères s'écartent à nouveau des arcs du deuxième ordre, qui, en se divisant, forment des arcs du troisième ordre, etc. Les branches directes directement à partir des parois des boucles de l'intestin grêle s'étendent de la dernière rangée d'arcs la plus distale. En plus des boucles intestinales, ces arcades donnent de petites brindilles alimentant les ganglions lymphatiques mésentériques.

4. L'artère iléo-colique s'écarte de la moitié crânienne de l'artère mésentérique supérieure. Se dirigeant vers la droite et vers le bas sous le péritoine pariétal de la paroi postérieure de la cavité abdominale jusqu'à l'extrémité de l'iléon et vers le caecum, l'artère se divise en branches alimentant le caecum, le début du côlon et l'iléon terminal.

Un certain nombre de branches partent de l'artère iléo-colon-intestinale:

a) l'artère ascendante est dirigée vers la droite vers le côlon ascendant, s'élève le long de son bord médial et des anastomoses (forment une arche) avec l'artère intestinale droite du côlon, les branches coliques alimentant le côlon ascendant et la partie supérieure du caecum partent de cet arc; b) les artères caecales antérieure et postérieure sont envoyées à la surface correspondante du caecum. Ils sont une continuation de l'approche du coin iléo-caecal, où, se connectant avec les branches terminales des artères iléo-intestinales, ils forment un arc, à partir duquel les branches s'étendent au caecum et à l'iléon terminal - l'iléon,

c) les artères de l'appendice s'écartent de l'artère caecum postérieure entre les feuilles du mésentère de l'appendice.

Date d'ajout: 2018-05-12; Vues: 822;

Artères de l'aorte abdominale

La partie abdominale de l'aorte (voir Fig. 91) est une continuation de la partie thoracique de l'aorte et est située dans la cavité abdominale en face des vertèbres lombaires. En s'affaissant, il est divisé en branches pariétales et viscérales.

Les branches pariétales comprennent des artères diaphragmatiques inférieures appariées - donnent du sang au diaphragme; quatre paires d'artères lombaires - fournissent des vaisseaux à la peau et aux muscles de la région lombaire, de la paroi abdominale, des vertèbres lombaires et de la moelle épinière.

Figure. 91. Aorte thoracique et abdominale:

1 - artère carotide commune gauche; 2 - l'artère sous-clavière gauche; 3 - artère thoracique interne; 4 - l'arc aortique; 5 - branches bronchiques; 6 - la partie descendante de l'aorte; 7 - tronc coeliaque; 8 - artère mésentérique supérieure; 9 - ouverture; 10 - aorte abdominale; 11 - artère mésentérique inférieure; 12 - artère iliaque commune; 13 - artère iliaque externe; 14 - artère iliaque interne; 15 - artère sacrée médiane; 16 - artère iliaque-lombaire; 17 - artère lombaire; 18 - artère ovarienne; 19 - l'artère rénale droite; 20 - artère diaphragmatique inférieure; 21 - artère intercostale; 22 - la partie ascendante de l'aorte; 23 - tronc brachiocephalic; 24 - l'artère sous-clavière droite; 25 - artère carotide commune droite

Les branches viscérales de la partie abdominale de l'aorte sont divisées en paires et non appariées. L'appariement comprend l'artère surrénale moyenne, les artères rénale, ovarienne (chez la femme) et testiculaire (chez l'homme). Ils fournissent du sang aux organes du même nom..

Les branches non appariées de l'aorte abdominale comprennent le tronc cœliaque, les artères mésentériques supérieures et inférieures.

Tronc coeliaque - un tronc court de 1 à 2 cm de long, s'écarte de l'aorte au niveau de la vertèbre thoracique XII. Il est divisé en trois branches: l'artère gastrique gauche - alimente en sang la partie cardiaque et le corps de l'estomac; artère hépatique commune - alimente en sang le foie, la vésicule biliaire, l'estomac, le duodénum, ​​le pancréas, l'omentum; artère splénique - nourrit le parenchyme de la rate, de la paroi de l'estomac, du pancréas et de l'omentum.

L'artère mésentérique supérieure s'écarte de l'aorte légèrement en dessous du tronc cœliaque au niveau de la vertèbre thoracique XII ou lombaire I. Les branches suivantes partent le long de l'artère: artères pancréatoduodénales inférieures - fournissent du sang au pancréas et au duodénum; jéjunum et artères iléo-intestinales - nourrissent la paroi du jéjunum et de l'iléon; artère iléo-colonique - fournit le sang au caecum, à l'appendice vermiforme, à l'iléon et au côlon ascendant; artères du côlon droit et moyen - donnent du sang à la paroi de la section supérieure du côlon ascendant et du côlon transverse.

L'artère mésentérique inférieure s'écarte de l'aorte au niveau de la vertèbre lombaire III, descend et est divisée en trois branches: l'artère du côlon gauche - fournit du sang au côté gauche des parties transversale et descendante du côlon; artères sigmoïdes (2-3) - aller au côlon sigmoïde; artère rectale supérieure - donne du sang aux parties supérieure et moyenne du rectum.

L'aorte abdominale au niveau IV de la vertèbre lombaire est divisée en artères iliaques communes droite et gauche, qui se ramifient au niveau de l'articulation sacro-iliaque dans les artères iliaques internes et externes.

L'artère iliaque interne le long du bord intérieur du grand muscle lombaire descend dans la cavité pelvienne, où elle est divisée en branches antérieure et postérieure, qui alimentent les organes pelviens. Ses principales branches: artère ombilicale - donne du sang à l'uretère, à la vessie, aux vésicules séminales et au canal déférent; artère utérine - fournit des vaisseaux à l'utérus avec des appendices et le vagin; artère rectale moyenne - apport sanguin au rectum, à la prostate, aux vésicules séminales; artère génitale interne - alimente en sang le scrotum, le pénis (clitoris), le canal urinaire, le rectum, les muscles périnéaux.

Les branches pariétales de l'artère iliaque interne comprennent l'artère iliaque-lombaire - fournit du sang aux muscles du bas du dos et de l'abdomen; artères sacrées latérales - donnent du sang à la moelle épinière, aux muscles de la région sacrée; artère fessière supérieure - alimente les vaisseaux des muscles fessiers, une partie des muscles de la cuisse, du bassin, du périnée, de l'articulation de la hanche, de la peau de la région fessière; artère fessière inférieure - alimente en sang la peau et les muscles de la région fessière, l'articulation de la hanche; artère verrouillable - donne les branches aux muscles du bassin, de la cuisse, de l'articulation de la hanche, de la peau périnéale et des organes génitaux externes.

L'artère iliaque externe est l'artère principale qui transporte le sang vers tout le membre inférieur. Dans la région pelvienne, l'artère épigastrique inférieure et l'artère profonde enveloppant l'ilium s'en éloignent. Ils fournissent du sang aux muscles du bassin, de l'abdomen, des organes génitaux.

L'artère fémorale est une continuation de l'artère iliaque externe (Fig.92, A, B).

Figure. 92. Artères du tibia:

A - vue de face: 1 - réseau d'articulations du genou; 2 - tendon du muscle tibial antérieur; 3 - tendon du long extenseur des doigts; 4 - artère dorsale du pied; 5 - long extenseur du pouce; 6 - un long muscle fibulaire; 7 - long extenseur des doigts; 8 - artère tibiale antérieure; 9 - sac de l'articulation du genou; B - vue arrière: 1 - artère poplitée; 2 - artère latérale supérieure du genou; 3, 10 - artères gastrocnémiennes; 4 - artère latérale inférieure du genou; 5 - artère de retour tibial arrière; 6 - artère tibiale antérieure; 7 - artère fibulaire; 8 - une artère tibiale arrière; 9 - artère médiale inférieure du genou; 11 - artère supérieure du genou médial

En direction de celle-ci, les branches de l'artère épigastrique superficielle, qui donnent du sang à la peau de l'abdomen et au muscle oblique externe de l'abdomen; artère superficielle autour de l'ilium, - nourrit la peau de sang, de muscles de la région inguinale, de ganglions lymphatiques inguinaux; artères génitales externes - approvisionnent en sang les organes génitaux externes, les ganglions lymphatiques inguinaux.

L'artère fémorale profonde est la plus grande branche de l'artère fémorale. Les artères médiales et latérales enveloppant le fémur s'en éloignent - elles nourrissent de sang la peau, les muscles de la ceinture pelvienne et la cuisse; trois artères perforantes qui alimentent les muscles fléchisseurs de la hanche, l'articulation de la hanche et le fémur de la région poplitée. Artère descendante du genou - forme le réseau artériel de l'articulation du genou.

L'artère poplitée s'étend au milieu de la fosse poplitée et est une continuation de l'artère fémorale. De là partent les artères médiale supérieure et inférieure et les genoux latéraux supérieur et inférieur, qui forment le système vasculaire de l'articulation; leurs branches vont également aux muscles des cuisses. Dans le bord supérieur du muscle soléaire, l'artère poplitée est divisée en artères tibiales postérieure et antérieure.

L'artère tibiale postérieure longe la surface postérieure de la jambe inférieure, puis, en arrondissant la cheville médiale, passe à la semelle et se ramifie dans les artères plantaires. Les branches suivantes sont séparées de l'artère tibiale postérieure le long de son trajet: artère péronière - fournit du sang aux muscles de la jambe et de la cheville; artère plantaire médiale - passe le long du bord médial de la surface plantaire du pied jusqu'à la peau et les muscles du pied; artère plantaire latérale - avec l'artère plantaire médiale forme une arche, à partir de laquelle quatre artères métatarsiennes plantaires partent. Chacun d'eux passe ensuite dans l'artère plantaire commune du doigt, et la dernière (sauf la première) est divisée en deux propres artères plantaires du doigt, alimentant les orteils du pied.

L'artère tibiale antérieure passe à travers la membrane interosseuse jusqu'à la surface antérieure de la jambe inférieure et entre l'extenseur musculaire du pied donne de nombreuses branches musculaires. Au sommet se trouvent les artères de retour tibiales antérieures et postérieures, qui fournissent le sang à l'articulation du genou; les artères de la cheville antérieures médiales et latérales formant le système vasculaire s'écartent de la partie inférieure de la jambe de l'artère.

L'artère dorsale du pied est une continuation de l'artère tibiale antérieure. Les artères tarsiennes médiales et latérales, qui forment le réseau dorsal du pied, ainsi que l'artère arquée dégageant quatre artères métatarsiennes, s'en éloignent. Chacun d'eux, à son tour, est divisé en deux artères du doigt arrière, qui alimentent en sang les surfaces arrière des doigts II-V. L'artère dorsale du pied se termine en deux branches: une artère métatarsienne dorsale et une branche plantaire profonde.

Partie abdominale de l'aorte et de ses branches

Les branches de la partie abdominale de l'aorte sont divisées en pariétales (pariétales) et internes (viscérales) (Fig.155, tableau 22). Les branches pariétales sont les artères lombaires diaphragmatiques inférieures appariées, ainsi que l'artère sacrée médiane non appariée.

Branches pariétales. L'artère diaphragmatique inférieure (a. Phrenica inférieure), droite, gauche, s'écarte du demi-cercle antérieur de l'aorte au niveau de la vertèbre thoracique XII et va à la surface inférieure du diaphragme de son côté. De l'artère diaphragmatique inférieure, une à 24 artères surrénales supérieures minces (aa. Suprarenales supérieures) partant, descendant vers la glande surrénale.

Les artères lombaires (aa. Lumbales), quatre paires, s'étendent du demi-cercle latéral postérieur de l'aorte au niveau des corps des vertèbres lombaires I-IV. Ces artères pénètrent dans l'épaisseur de la paroi abdominale postérieure près des corps des vertèbres lombaires correspondantes. et passer entre les muscles obliques transversaux et internes de l'abdomen, alimentant en sang les parois abdominales. De chaque artère lombaire, sa branche dorsale (r. Dorsalis) part, ce qui donne des branches aux muscles et à la peau du dos, ainsi qu'au canal rachidien, où elle alimente la moelle épinière, ses membranes et les racines des nerfs rachidiens.

Les branches internes Les branches internes (viscérales) comprennent trois très grandes artères non appariées: le tronc cœliaque, les artères mésentériques supérieures et inférieures, ainsi que les artères surrénales moyennes, rénales et testiculaires jumelées (chez les femmes ovariennes).

Branches non appariées. Le tronc cœliaque (truncus coeliacus), long de 1,5-2 cm, s'écarte du demi-cercle antérieur de l'aorte immédiatement sous le diaphragme au niveau de la XIIe vertèbre thoracique. Ce tronc au-dessus du bord supérieur du pancréas se divise immédiatement en trois grandes branches: les artères gastrique gauche, hépatique commune et splénique (Fig.156).

L'artère splénique (a. Lienalis) - la plus grande branche, est envoyée le long du bord supérieur du pancréas à la rate. Les artères gastriques courtes (aa. Brefs gastriques) et les branches pancréatiques (rr. Pancreaticae) partent de l'artère splénique. Aux portes de la rate

Figure. 155. La partie abdominale de l'aorte et ses branches, vue de face. Les organes internes de la cavité abdominale sont partiellement enlevés; artères:

1 - diaphragmatique inférieur; 2 - tronc coeliaque; 3 - splénique; 4 - mésentérique supérieur; 5 - rénal; 6 - testiculaire (ovarien); 7 - mésentérique inférieur; 8 - sacré médian; 9 - iliaque commun; 10 - iliaque interne;

11 - iliaque externe; 12 - fesse inférieure; 13 - fesse supérieure; 14 - iliopsoas; 15 - lombaire; 16 - la partie abdominale de l'aorte; 17 - glande surrénale inférieure; 18 - la glande surrénale moyenne; 19 - hépatique totale; 20 - gastrique gauche; 21 - glandes surrénales supérieures; 22 - veine cave inférieure

Tableau 22. Branches de l'aorte abdominale

Fin du tableau 22

une grande artère gastro-omentale gauche (a. gastroomentalis sinistra) s'écarte de l'artère, qui part vers la droite le long de la plus grande courbure de l'estomac, abandonnant les branches gastriques (rr. gastricae) et les branches omentales (rr. omentales). Dans une grande courbure de l'estomac, l'artère gastro-omentale gauche s'anastomose avec l'artère gastro-omentale droite, qui est une branche de l'artère gastro-duodénale. L'artère splénique alimente la rate, l'estomac, le pancréas et l'omentum.

L'artère hépatique commune (a. Hepatica communis) est dirigée vers la droite vers le foie. Sur le chemin de cette artère, une grande artère gastro-duodénale part, après quoi le tronc maternel prend le nom de sa propre artère hépatique.

La propre artère hépatique (a. Hepatica propria) passe dans l'épaisseur du ligament hépatoduodénal et à la porte du foie est divisée en branches droite et gauche (R. Dexter et R. Sinister), qui fournissent les mêmes lobes du foie. La branche droite donne l'artère de la vésicule biliaire (a. Cystica). De sa propre artère hépatique (à ses débuts), l'artère gastrique droite (a. Gastrica dextra) part, qui passe le long de la petite

Figure. 156. Tronc coeliaque et ses branches, vue de face: 1 - tronc coeliaque; 2 - le lobe gauche du foie (soulevé); 3 - l'artère gastrique gauche; 4 - artère hépatique commune; 5 - artère splénique; 6 - estomac; 7 - l'artère gastro-intestinale gauche; 8 - bourrage des branches; 9 - un gros épiploon; 10 - l'artère gastro-intestinale droite; 11 - le duodénum; 12 - l'artère gastro-duodénale; 13 - canal biliaire commun; 14 - l'artère gastrique droite; 15 - veine porte; 16 - vésicule biliaire; 17 - artère biliaire; 18 - propre artère hépatique

la courbure de l'estomac, où il anastomose avec l'artère gastrique gauche. L'artère gastro-duodénale (a. Gastroduodenalis) après avoir quitté l'artère hépatique commune descend derrière le pylore et est divisée en trois vaisseaux:

- l'artère gastro-omentale droite (a. gastroomentalis dextra), qui suit la gauche le long de la plus grande courbure de l'estomac, où elle s'anastomose avec l'artère gastro-omentale gauche (branche de l'artère splénique) et alimente l'estomac et un grand omentum;

Figure. 157. L'artère mésentérique supérieure et ses branches, vue de face. Le grand épiploon et le côlon transverse sont soulevés: 1 - appendice; 2 - le caecum; 3 - artère de l'appendice; 4 - artère iléo-caecale; 5 - le côlon ascendant; 6 - artère colique droite; 7 - duodénum; 8 - artère pancréatique supérieure duodénale; 9 - la tête du pancréas; 10 - artère colique moyenne; 11 - artère pancréatique-duodénale inférieure; 12 - côlon transverse; 13 - artère mésentérique supérieure; 14 - branche ascendante de l'artère intestinale du côlon gauche; 15 - le côlon descendant; 16 - artères jéjunales; 17 - artères iliaques; 18 - boucle de l'intestin grêle

- artères pancréatiques-duodénales postérieures et antérieures supérieures (aa. pancreatoduodenales supérieures postérieures et antérieures), qui donnent les branches du pancréas (rr. pancreaticae) et les branches duodénales (rr. duodenales) aux organes correspondants.

L'artère gastrique gauche (a. Gastrica sinistra) part du tronc cœliaque vers le haut et vers la gauche vers le cardia de l'estomac. Ensuite, cette artère suit la moindre courbure de l'estomac entre les feuilles du petit omentum, où elle s'anastomose avec l'artère gastrique droite - une branche de sa propre artère hépatique. Les branches qui alimentent les parois antérieure et postérieure de l'estomac, ainsi que les branches œsophagiennes (rr. Oesophageales), qui alimentent l'œsophage inférieur, s'étendent de l'artère gastrique gauche. Ainsi, l'estomac est alimenté en sang par les branches de l'artère splénique, hépatique et gastrique. Ces vaisseaux forment un anneau artériel autour de l'estomac, composé de deux arcs situés le long de la moindre courbure de l'estomac (artères gastriques droite et gauche) et le long de la plus grande courbure de l'estomac (artères gastro-intestinales droite et gauche).

L'artère mésentérique supérieure (a. Mesenterica superior) s'écarte de la partie abdominale de l'aorte derrière le pancréas au niveau des vertèbres lombaires thoraciques-I XII. Puis l'artère descend et à droite entre la tête pancréatique et la partie inférieure du duodénum, ​​à la racine du mésentère de l'intestin grêle, où partent le jéjunum, l'iléon, l'iléo-colon, le colon droit et le colon moyen 7)..

L'artère pancréatique-duodénale inférieure (a. Pancreatoduodenalis inférieur) s'écarte du tronc de l'artère mésentérique supérieure 1-2 cm en dessous de son début, puis suit jusqu'à la tête du pancréas et du duodénum, ​​où les branches de cette artère s'anastomosent avec les branches du pancréas supérieur systèmes du tronc cœliaque). 12-18 artères jéjunales et iléales (a. Jejunales et aa. Ileales) partent du demi-cercle gauche de l'artère mésentérique supérieure, vont jusqu'aux boucles de la partie mésentérique de l'intestin grêle. Ces artères dans le mésentère de l'intestin grêle forment des anastomoses arquées qui sont convexes vers la paroi intestinale - des arcades, qui assurent un flux sanguin constant vers l'intestin avec le péristaltisme.

L'artère iléo-colique (a. Ileocolica) descend et à droite vers le caecum et l'appendice. Sur son chemin, il abandonne respectivement les artères cécales antérieure et postérieure (aa. Coecales anterior et posterior), l'artère de l'appendice (a. Appendicularis), la branche iléo-intestinale (r. Ilealis) et la branche colique (r. Colicus), respectivement.,

à l'iléon final et à la partie initiale du côlon ascendant.

L'artère colique droite (a. Colica dextra) commence au-dessus de l'artère iléo-colique (s'en écarte parfois, et va à droite vers le côlon ascendant, où dans ses parois elle anastomose avec la branche colique de l'artère iléo-colonique et avec les branches du côlon moyen.

L'artère colique moyenne (a. Colica media) s'écarte de l'artère mésentérique supérieure au-dessus du début de l'artère du côlon droit. L'artère suit le côlon transverse, lui fournissant du sang, ainsi que la partie supérieure du côlon ascendant. La branche droite de l'anastomose de l'artère colique moyenne avec l'artère intestin du côlon droit, et la gauche le long des anastomoses du côlon avec des branches de l'artère du côlon gauche (de l'artère mésentérique inférieure).

L'artère mésentérique inférieure (a. Mesenterica inférieure) commence à partir du demi-cercle gauche de la partie abdominale de l'aorte au niveau III de la vertèbre lombaire. L'artère descend rétropéritonéalement vers le bas et vers la gauche et dégage un certain nombre de branches (côlon gauche, 2-3 côlon sigmoïde, rectum supérieur) qui alimentent le côté gauche du côlon transverse, descendant et sigmoïde, ainsi que les sections supérieure et médiane du rectum (Fig.158).

L'artère du côlon gauche (a. Colica sinistra) va vers la gauche et alimente le côlon descendant et la section gauche du côlon transverse. L'artère s'anastomose avec la branche de l'artère colique moyenne, formant un long arc (riolanique) le long du bord du côlon. Les artères du côlon sigmoïde (aa. Sigmoideae) alimentent le côlon sigmoïde, se divisant en branches dans son mésentère. L'artère rectale supérieure (a. Rectalis superior) est la dernière branche de l'artère mésentérique inférieure, descend dans le bassin et alimente les parties supérieure et moyenne du rectum. Dans la cavité pelvienne, l'artère s'anastomose avec les branches de l'artère rectale moyenne (branche de l'artère iliaque interne).

Branches appariées de l'aorte abdominale. L'artère surrénale moyenne (a. Suprarenalis media) s'écarte de l'aorte au niveau I de la vertèbre lombaire (près du début de l'artère mésentérique supérieure) et va aux portes de la glande surrénale. Cette artère s'anastomose avec les artères surrénales supérieures (de l'artère diaphragmatique inférieure) et avec l'artère surrénale inférieure (de l'artère rénale).

Figure. 158. L'artère mésentérique inférieure et ses branches, vue de face. Le côlon transverse est relevé, les boucles de l'intestin grêle sont tournées vers la droite. Le péritoine pariétal du sinus mésentérique gauche a été retiré: 1 - la partie abdominale de l'aorte; 2 - artère mésentérique inférieure; 3 - l'artère colique gauche; 4 - artère iliaque commune gauche; 5 - artère intestinale sigmoïde; 6 - côlon sigmoïde; 7 - artère rectale supérieure; 8 - l'artère iliaque commune droite; 9 - l'artère sacrée médiane; 10 - intestin grêle; 11 - la partie ascendante du duodénum; 12 - flexion duodéno-jéjunale; 13 - artère colique moyenne; 14 - mésentère du côlon transverse; 15 - transversal

L'artère rénale (a. Renalis) s'écarte de l'aorte au niveau de I-II de la vertèbre lombaire, légèrement plus bas que l'artère surrénale moyenne, va dans le sens transversal jusqu'à la porte du rein. En direction de l'artère rénale, de l'artère surrénale inférieure (a. Suprarenalis inférieur) et des branches urétérales (rr. Uretericae).

L'artère testiculaire (a. Testicularis) s'écarte du demi-cercle antérieur de l'aorte, descend derrière le péritoine et latéralement jusqu'à l'anneau profond du canal inguinal. Ensuite, l'artère du cordon spermatique va au testicule, lui fournissant du sang et l'épididyme. L'artère testiculaire fournit également le muscle qui soulève le testicule, le canal déférent et l'uretère, lui donnant les branches urétérales (rr. Uretericae). L'artère testiculaire dans la cavité pelvienne s'anastomose avec l'artère crémaster (branche de l'artère épigastrique inférieure) et avec l'artère du canal déférent (branche de l'artère ombilicale).

L'artère ovarienne (a. Ovarica) s'écarte du demi-cercle antérieur de l'aorte à un angle aigu au-dessous de l'artère rénale au niveau III de la vertèbre lombaire, va au petit bassin à l'ovaire. Dans la cavité pelvienne, l'artère ovarienne dégage les branches tubaires (rr. Tubarii) vers la trompe de Fallope et les branches urétérales (rr. Ureterici) vers l'uretère pelvien. Anastomoses de l'artère ovarienne avec la branche ovarienne de l'artère utérine.

Les branches de la partie abdominale de l'aorte forment de nombreuses anastomoses à la fois entre elles et avec les branches de la partie thoracique de l'aorte et les branches des artères iliaques.

L'anastomose entre les branches de l'œsophage (de l'aorte thoracique) et l'artère gastrique gauche (du tronc cœliaque) est située le long de la partie abdominale de l'œsophage. L'artère gastrique gauche (branche du tronc cœliaque) et l'artère gastrique droite (branche de sa propre artère hépatique) anastomosent dans la région de moindre courbure de l'estomac. L'artère gastro-omentale droite (de l'artère gastroduodénale) et l'artère gastro-omentale gauche (branche de l'artère splénique) anastomosent dans la région de grande courbure de l'estomac. Dans l'épaisseur du pancréas, les artères pancréatiques supérieures-duodénales (du tronc coeliaque) avec les artères pancréatiques-duodénales inférieures (de l'artère mésentérique inférieure) anastomosent. Dans le mésentère de l'intestin grêle, les artères du jéjunum s'anastomosent entre elles et avec l'artère iléo-intestinale. Les anastomoses artérielles le long du côlon sont formées par des branches de l'iléon, des artères intestinales du côlon droit, moyen et gauche. Dans les parois du rectum

des branches de l'artère rectale supérieure (de l'artère mésentérique inférieure), de l'artère rectale moyenne (de l'artère iliaque interne) et de l'artère rectale inférieure (branche de l'artère génitale interne) anastomose. Dans la capsule et dans l'épaisseur de la glande surrénale, les anastomoses forment des branches des artères surrénales supérieures, moyennes et inférieures.

Support en bois à colonne unique et méthodes de renforcement des supports angulaires: supports VL - structures conçues pour maintenir les câbles à la hauteur requise au-dessus du sol, de l'eau.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite