Arachnoïdite cérébrale

Arachnoïdite cérébrale - symptômes et conséquences
L'arachnoïdite du cerveau est une inflammation de l'une des méninges, en raison de laquelle elle s'épaissit, des adhérences se forment dans ses tissus, et tout cela entraîne une perturbation du mouvement normal du liquide céphalorachidien.

Il s'accumule, les adhérences se transforment en une tumeur qui appuie sur le cerveau, ce qui, au moins, menace une augmentation de la pression intracrânienne, au maximum - hydrocéphalie, invalidité et, dans des cas exceptionnels, mort. Donc, la réponse à la question: l'arachnoïdite - qu'est-ce que c'est? - sans équivoque. Il s'agit d'une maladie dangereuse qui peut être guérie si vous n'ignorez pas ses symptômes..

Ce que c'est?

L'arachnoïdite est une maladie inflammatoire grave de la membrane arachnoïdienne du cerveau ou de la moelle épinière. La symptomatologie de la pathologie dépend de sa distribution dans le cerveau et de sa localisation..

L'arachnoïdite doit être différenciée de l'asthénie, avec laquelle elle présente des symptômes similaires. Le traitement de la maladie implique une thérapie conservatrice (médicamenteuse) complète. En présence de complications graves, le patient se voit prescrire le premier, le deuxième ou le troisième groupe d'incapacité.

Les causes

Dans un cas sur deux, la cause de l'arachnoïdite est une maladie infectieuse ou une inflammation focale purulente (méningite, amygdalite, grippe, otite moyenne), dans un tiers - une lésion cranio-cérébrale (hémorragie, contusion cérébrale), et dans un dixième cas, l'origine exacte de la pathologie ne peut être établie..

Mais les médecins identifient les groupes à risque, dont l'appartenance augmente la probabilité de développer une arachnoïdite:

  • si une personne vit dans un état de stress constant, de surmenage moral et d'épuisement émotionnel;
  • s'il souffre souvent d'infections respiratoires aiguës;
  • si une personne vit dans des conditions climatiques difficiles, par exemple dans le Grand Nord;
  • si son travail est associé à un travail physique intense;
  • si le corps est constamment sous intoxication chimique ou alcoolique.

Parfois, la cause de la maladie devient une pathologie du système endocrinien et des troubles métaboliques.

Pathogénèse

Une inflammation réactive se produit dans la membrane arachnoïdienne du cerveau à la suite d'une exposition à l'agent pathogène ou à ses toxines, ce qui entraîne une violation de la circulation lymphatique et sanguine. Il existe plusieurs types de maladies en fonction de l'emplacement et de la nature des changements - il s'agit de l'arachnoïdite cérébrale, kystique, adhésive, adhésive-kystique et vertébrale. La maladie peut avoir une évolution aiguë, subaiguë ou chronique..

À la suite d'une violation de la circulation du liquide céphalorachidien, dans certains cas, le développement de l'hydrocéphalie peut être observé:

  • l'hydrocéphalie occlusale se produit à la suite d'une violation de l'écoulement de liquide du système ventriculaire du cerveau;
  • une hydrocéphalie résorptive peut se développer à la suite d'une mauvaise absorption de liquide à travers la dure-mère en raison de la survenue d'un processus adhésif.

Classification

Selon la nature du cours, la maladie est divisée en trois formes: aiguë, subaiguë et chronique. Selon la forme sous laquelle se déroule la pathologie, l'un ou l'autre des symptômes sera visible.

Les espèces suivantes se distinguent à l'endroit de la localisation dans le cerveau: localisation des zones

  • l'apparence de la colonne vertébrale se produit sur la surface arrière de la muqueuse de la moelle épinière, se forme à la suite d'un traumatisme, peut se manifester après un certain temps.
  • arachnoïdite cérébrale, formée sur la surface convexe du cerveau dans la fosse crânienne postérieure /

L'arachnoïdite cérébrale, à son tour, est divisée en sous-espèces:

  • kyste arachnoïdien de la fosse crânienne postérieure;
  • arachnoïdite à angle cérébelleux.
  • basilaire;
  • convexital;

L'arachnoïdite rétrocérébelleuse peut également être:

Type d'adhésifest une inflammation purulente de la muqueuse du cerveau avec formation d'adhérences, qui provoquent une douleur intense.
Adhésif kystique de type mixtelorsqu'elle est observée, adhésion du tissu cérébral et formation de croissances kystiques.
Type kystiqueIl se caractérise également par une inflammation de la muqueuse du cerveau, uniquement avec une formation supplémentaire dans un contexte de maladie kystique.

Cours d'inflammation

Dans la plupart des cas, le trouble n'entraîne pas l'apparition de douleurs aiguës ou une augmentation de la température, ce qui complique le diagnostic et est la cause de la consultation médicale intempestive. Mais il y a des exceptions.

  1. Évolution aiguë - observée, par exemple, avec une arachnoïdite d'un grand réservoir, accompagnée de vomissements, de fièvre et de maux de tête sévères. Une telle inflammation peut être guérie sans conséquences..
  2. Subaiguë - observée le plus souvent. Dans ce cas, les symptômes bénins d'un trouble général sont combinés - étourdissements, insomnie, faiblesse et signes de suppression de la fonctionnalité de certaines parties du cerveau - audition, vision, équilibre, etc..
  3. Chronique - en ignorant la maladie, l'inflammation passe rapidement au stade chronique. Dans le même temps, les signes de troubles cérébraux se stabilisent et les symptômes associés au foyer de la maladie s'intensifient progressivement.

Les symptômes de l'arachnoïdite

Avant de parler des symptômes caractéristiques de l'arachnoïdite, il convient de noter que les signes de la maladie dépendent de la localisation et sont divisés en trois types - cérébral, vertébral et cérébrospinal.

L'arachnoïdite cérébrale se caractérise principalement par une inflammation sévère de la muqueuse du cerveau humain, ainsi que par les symptômes suivants:

  1. Miction trop forte;
  2. Convulsions et, dans certains cas, crises graves;
  3. Déficience auditive;
  4. Fièvre;
  5. Troubles du sommeil;
  6. Diminution de la mémoire et de l'attention;
  7. Perte partielle ou complète de l'odorat;
  8. Faiblesse générale du corps, ainsi qu'une fatigue excessive lors d'un stress physique ou mental;
  9. Acrocyanose (la peau acquiert une couleur bleue inhabituelle);
  10. Étourdissements persistants, accompagnés de maux de tête atroces.

Dans les situations où l'arachnoïdite rachidienne est présente, presque les mêmes symptômes sont observés, mais il y en a d'autres, par exemple, une personne est préoccupée par des douleurs fréquentes dans la région lombaire, ainsi que près de la région vertébrale.

De plus, le patient est préoccupé par des picotements dans les membres du corps, une paralysie temporaire, parfois un engourdissement des jambes. Dans les cas les plus graves, une personne ressent des troubles dans les organes génitaux, en particulier, le niveau de puissance diminue. Le type cérébrospinal de la maladie combine des symptômes caractéristiques de l'arachnoïdite rachidienne et cérébrale.

Diagnostique

L'inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau est diagnostiquée en comparant le tableau clinique de la maladie et les données d'études supplémentaires:

  • Radiographie du crâne (signes d'hypertension intracrânienne);
  • l'électroencéphalographie (un changement des paramètres bioélectriques);
  • tomographie (résonance calculée ou magnétique) du cerveau (expansion de l'espace sous-arachnoïdien, ventricules et citernes du cerveau, parfois kystes dans l'espace sous-coque, adhérences et processus atrophiques en l'absence de changements focaux dans la substance cérébrale);
  • études du liquide céphalorachidien (nombre modérément accru de lymphocytes, parfois une petite dissociation protéine-cellule, fuite de liquide sous haute pression).

Le diagnostic de l'arachnoïdite comprend un examen neurologique complet. Au cours d'une analyse complète, les réflexes, les végétaux et la sensibilité sont examinés..

Effets

L'arachnoïdite peut provoquer les complications suivantes:

  • convulsions convulsives;
  • déficience visuelle sévère;
  • hydrocéphalie persistante.

Ce sont des complications assez graves. Ainsi, avec les crises convulsives, le patient devra prendre des médicaments anticonvulsivants tout le temps. Cette conséquence de l'arachnoïdite se développe dans environ 10% des cas et n'est caractéristique que dans les cas graves de la maladie.

Dans 2% des cas, les patients souffrant de ces maladies ont une forte diminution de la vision. Il est extrêmement rare que les patients la perdent complètement. La plus dangereuse des complications de l'arachnoïdite est l'hydrocéphalie persistante, car elle peut entraîner la mort.

Traitement de l'arachnoïdite

Le traitement de l'arachnoïdite est généralement effectué dans un hôpital. Cela dépend de l'étiologie et du degré d'activité de la maladie. La médication se déroule longtemps, en cours, en tenant compte du facteur étiologique et comprend:

  1. Médicaments antibactériens ou antiviraux;
  2. Antihistaminiques (pipolfène, diphenhydramine, suprastine, clarithine, etc.);
  3. Thérapie anticonvulsivante (carbamazépine, finlepsine);
  4. Anti-inflammatoires, - glucocorticoïdes (en particulier avec la nature allergique et auto-immune de l'inflammation);
  5. Traitement absorbable dirigé contre le processus adhésif dans l'espace intersellaire (lidase, rumalon, pyrogène);
  6. Diurétiques du syndrome d'hypertension (mannitol, diacarbe, furosémide);
  7. Traitement neuroprotecteur (Mildronate, Cérébrolysine, Nootropil, vitamines B).

Étant donné que la maladie est à long terme, accompagnée de manifestations d'asthénisation et de troubles émotionnels, un certain nombre de patients doivent se faire prescrire des antidépresseurs, des sédatifs, des tranquillisants.

Dans tous les cas d'arachnoïdite, la recherche et le traitement d'autres foyers d'infection bactérienne ou virale sont effectués, car ils peuvent être une source d'inflammation répétée des méninges. En plus des antibiotiques, des agents antiviraux, des mesures générales de renforcement, des complexes multivitaminiques, une bonne nutrition et un régime alimentaire adéquat sont indiqués.

Intervention chirurgicale

Une arachnoïdite opto-chaotique sévère ou une arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure en cas de déficience visuelle progressive ou d'hydrocéphalie occlusale sont des indications pour un traitement chirurgical.

L'opération peut consister à restaurer la perméabilité des principales voies du liquide céphalo-rachidien, à retirer les kystes ou à déconnecter les adhérences, conduisant à la compression des structures cérébrales adjacentes.

Afin de réduire l'hydrocéphalie avec arachnoïdite, il est possible d'utiliser des opérations de shunt visant à créer des voies alternatives d'écoulement du liquide céphalo-rachidien: pontage cystopéritonéal, ventriculopéritonéal ou lombopéritonéal.

Pronostic pour l'arachnoïdite

Dans la plupart des cas, les patients atteints d'arachnoïdite reçoivent un troisième groupe de handicaps. Cependant, s'ils ont une déficience visuelle sévère et ont souvent des crises d'épilepsie, ils peuvent se voir attribuer un deuxième groupe d'incapacité..

Le premier groupe de handicaps comprend les patients atteints d'arachnoïdite opto-chiasmique, qui ont provoqué une cécité complète. Le travail avec transport, en hauteur, près d'un feu, dans des pièces bruyantes, dans des conditions climatiques défavorables, avec des substances toxiques est contre-indiqué pour les patients atteints d'arachnoïdite.

Arachnoïdite

L'arachnoïdite est une maladie inflammatoire grave de la membrane arachnoïdienne du cerveau ou de la moelle épinière. La symptomatologie de la pathologie dépend de sa distribution dans le cerveau et de sa localisation. L'arachnoïdite doit être différenciée de l'asthénie, avec laquelle elle présente des symptômes similaires. Le traitement de la maladie implique une thérapie conservatrice (médicamenteuse) complète. En présence de complications graves, le patient se voit prescrire le premier, le deuxième ou le troisième groupe d'incapacité.

Les causes de l'arachnoïdite

Chez la plupart des patients atteints d'arachnoïdite, les maladies infectieuses sont un facteur prédisposant. En particulier, la varicelle, la grippe, la rougeole, la méningite virale, l'infection à cytomégalovirus et la méningo-encéphalite peuvent être attribuées à ces maladies. L'intoxication chronique du corps, les maladies inflammatoires des sinus et les blessures peuvent également provoquer la maladie. L'arachnoïdite est souvent diagnostiquée chez les patients présentant une inflammation réactive d'une tumeur en croissance..

Une pathologie peut également survenir en raison d'une otite moyenne purulente aiguë ou chronique. Dans ce cas, les toxines et les microbes faiblement virulents provoquent une inflammation. Les chercheurs attribuent également diverses causes d'otite moyenne purulente (pétrozite, labyrinthite, thrombose des sinus), abcès cérébral, méningite purulente et encéphalite otogène aux causes de la maladie..

En neurologie, il existe également un certain nombre de facteurs considérés comme prédisposant à l'apparition de la maladie. Ces facteurs comprennent l'intoxication (par exemple, l'alcool), les maladies virales fréquentes, le surmenage chronique, le travail acharné dans un climat défavorable et les blessures fréquentes. Il est impossible d'établir l'étiologie exacte dans 10% de tous les cas de la maladie..

La pathogenèse de l'arachnoïdite

Pour comprendre la nature de la maladie, vous devez vous familiariser avec les caractéristiques anatomiques du cerveau. L'arachnoïde, qui affecte l'inflammation avec l'arachnoïdite, est située entre la matière molle et la dure-mère. En même temps, il n'est pas fusionné avec eux, mais simplement confortable. Contrairement à la pia mater, l'arachnoïde ne pénètre pas dans le gyrus cérébral. De petits espaces remplis de liquide céphalo-rachidien se forment en dessous.

Tous ces espaces sont reliés au quatrième ventricule. Dans ces espaces, il y a un écoulement de liquide céphalorachidien de la cavité crânienne. Le mécanisme de l'arachnoïdite est le suivant: en raison de l'influence de diverses causes et de facteurs provoquants, le corps active la production d'anticorps dirigés contre la membrane arachnoïdienne, qui provoque alors son inflammation. Chez les patients atteints d'arachnoïdite, on observe une opacification et un épaississement notable de la membrane arachnoïdienne, ainsi que l'apparition d'extensions kystiques et d'adhérences du tissu conjonctif..

Classification de l'arachnoïdite

  1. Arachnoïdite des méninges

Ce type de maladie est également appelé cérébral. L'arachnoïdite cérébrale est localisée dans la fosse crânienne postérieure, à la surface convexe du cerveau et à sa base. Le tableau clinique de cette maladie se caractérise par des maux de tête réguliers, une altération de la circulation du liquide céphalorachidien. Dans les cas les plus sévères, la maladie s'accompagne de convulsions convulsives, pouvant même conduire à un état d'épilepsie.

L'arachnoïdite cérébrale est souvent située dans le gyrus central et les sections antérieures de l'hémisphère cérébral. En raison de la pression exercée sur les centres sensoriels et moteurs, le patient peut présenter des troubles de la sensibilité et du mouvement. En cas de compression du cortex cérébral ou de formation de kystes en raison d'une arachnoïdite, le patient peut présenter des crises d'épilepsie.

Ce type d'arachnoïdite est localisé principalement dans la région chiasmique. Les causes courantes de cette forme d'arachnoïdite sont l'amygdalite, le paludisme, la syphilis, les maladies infectieuses des sinus paranasaux, les traumatismes crâniens. Ce type d'arachnoïdite se caractérise par la formation d'adhérences au niveau de la partie intracrânienne des nerfs optiques et du chiasme. Dans les cas les plus difficiles, une membrane cicatricielle peut se former autour du chiasme.

En règle générale, la maladie provoque un patient ayant des problèmes de vision. De plus, le degré de diminution de la vision du patient peut varier de sa diminution minimale à la cécité. Dans la plupart des cas d'arachnoïdite opto-chiasmique chez les patients, une atrophie optique se produit. Les symptômes visuels sont souvent graves, tandis que les symptômes hypertensifs sont légers..

Arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure

Il s'agit du type d'arachnoïdite cérébrale le plus courant. La gravité des symptômes de la maladie dépend de la localisation et de la nature du processus inflammatoire, ainsi que de sa combinaison avec l'hydrocéphalie. La formation de kystes et d'adhérences entraîne généralement la fermeture des ventricules ventriculaires du cerveau, ce qui provoque une augmentation de la pression intracrânienne. Si la pression intracrânienne n'augmente pas et est normale, la maladie peut durer longtemps.

La forme aiguë de la pathologie est caractérisée par tous les symptômes d'une pression intracrânienne élevée: nausées, vertiges, vomissements, bradycardie, maux de tête sévères localisés à l'arrière de la tête. Avec une évolution moins aiguë de la maladie, les signes de dommages à la fosse crânienne postérieure deviennent les plus prononcés. Les patients peuvent également présenter des symptômes tels que tremblements de la marche et nystagmus spontané..

Arachnoïdite des membranes de la moelle épinière

Il s'agit d'une forme d'arachnoïdite rachidienne, qui survient principalement en raison d'abcès purulents et de furonculose. Les symptômes de la maladie sont similaires aux signes d'une tumeur extramédullaire: les patients ont des troubles moteurs et sensoriels, ainsi qu'un syndrome radiculaire (mobilité limitée, parasthésie, changements trophiques, douleur dans le cœur, le bas du dos et l'estomac, le cou et les membres).

L'arachnoïdite spinale est localisée principalement au niveau des segments lombaire et thoracique, ainsi qu'à la surface postérieure de la moelle épinière. Habituellement, l'arachnoïdite des membranes de la moelle épinière est chronique.

Les symptômes de l'arachnoïdite

Les premiers symptômes de la maladie apparaissent longtemps après l'exposition au corps d'un facteur provocateur qui l'a fait apparaître. Pendant ce temps, des processus auto-immunes se produisent dans le corps du patient.

La durée de cet écart est directement liée au facteur qui a affecté le corps. Par exemple, après la grippe dont souffre un patient, les premiers symptômes de l'arachnoïdite apparaissent après une longue période de temps - de trois à douze mois. Après une lésion cérébrale traumatique, cette période est réduite à 1-2 heures. Tout d'abord, le patient est préoccupé par les symptômes caractéristiques de l'asthénie: troubles du sommeil, faiblesse, fatigue, irritabilité. Cependant, au fil du temps, des symptômes focaux et cérébraux plus graves d'arachnoïdite peuvent apparaître..

Symptômes cérébraux de l'arachnoïdite

Le complexe cérébral des symptômes de l'arachnoïdite cérébrale est caractérisé par un syndrome d'hypertension artérielle cérébrospinale. La plupart des patients se plaignent de maux de tête aigus, qui sont plus prononcés le matin et peuvent être aggravés par la toux, l'effort physique et les efforts. Les conséquences d'une augmentation de la pression intracrânienne sont des troubles tels que des douleurs lors des mouvements oculaires, des vomissements, des nausées, une sensation de forte pression sur les yeux.

De nombreux patients se tournent vers un neurologue pour des problèmes tels que perte auditive, acouphènes et vertiges. Par conséquent, lors du diagnostic, le médecin doit exclure diverses maladies de l'oreille telles que la labyrinthite, l'otite moyenne chronique, la névrite cochléaire et l'otite moyenne adhésive. Il est également possible l'apparition de symptômes caractéristiques de la dystonie végétative-vasculaire..

Chez les patients atteints d'arachnoïdite, les crises liquorodynamiques se produisent rarement - attaques de maux de tête, accompagnées de vomissements, de nausées et de vertiges. Les crises avec une fréquence ne dépassant pas 1-2 par mois, en moyenne - 3-4 fois, fréquentes - plus de 4 fois sont considérées comme des crises rares. Selon la gravité des symptômes pendant la crise, ses formes légères, modérées et sévères se distinguent. Ce dernier peut durer environ deux jours.

Symptômes focaux de l'arachnoïdite

Les signes focaux de la maladie se produisent en fonction de son emplacement. L'arachnoïdite convexitale est caractérisée par une sensibilité et une motilité altérées des membres de gravité légère à modérée. Plus de 35% des patients atteints de cette forme d'arachnoïdite connaissent des crises d'épilepsie. À la fin de l'attaque, le patient présente un déficit neurologique depuis un certain temps.

L'arachnoïdite basilaire, qui est localisée dans la région opto-chiasmale, entraîne une grave altération de l'attention et de la mémoire, ainsi qu'une diminution des capacités mentales. De plus, les patients atteints de cette forme de pathologie se plaignent d'une diminution significative de l'acuité visuelle et de ses autres troubles. Dans de rares cas, l'arachnoïdite opto-chiasmique s'accompagne d'une inflammation de l'hypophyse, qui provoque un syndrome métabolique endocrinien, dont les symptômes sont similaires à des signes d'adénome hypophysaire.

L'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure se caractérise par une évolution très sévère. En règle générale, les patients présentent des signes de névrite faciale et de névralgie du trijumeau. Divers troubles cérébelleux sont également référés aux manifestations focales de l'arachnoïdite: ataxie cérébelleuse, altération de la coordination, nystagmus.

Diagnostic de l'arachnoïdite

Le diagnostic de l'arachnoïdite fournit une évaluation complète par un neurologue des caractéristiques de l'évolution de la maladie et de ses signes cliniques. L'une des étapes importantes du diagnostic est la collecte d'une anamnèse, au cours de laquelle un neurologue attire l'attention sur la nature et le développement des symptômes neurologiques, les lésions cérébrales traumatiques récentes du patient et son infection. Une étude de l'état neurologique est également en cours, qui permet de détecter les troubles mnésiques et psycho-émotionnels, ainsi que les déficits neurologiques.

L'arachnoïdite étant caractérisée par des troubles visuels et auditifs, un neurologue peut avoir besoin de consulter un ophtalmologiste et un oto-rhino-laryngologiste pour effectuer un diagnostic différentiel. L'oto-rhino-laryngologiste vérifie le degré et le type de perte auditive à l'aide de techniques d'audiométrie à seuil. Le degré d'endommagement de l'analyseur auditif peut être déterminé à l'aide de l'étude des potentiels évoqués auditifs, de l'électrocochléographie et de la mesure de l'impédance acoustique.

Les techniques instrumentales telles que la radiographie du crâne, l’électroencéphalographie et l’écho-encéphalographie ne sont pas considérées comme suffisamment efficaces pour diagnostiquer l’arachnoïdite, car elles fournissent des informations limitées sur la maladie du patient. Cependant, avec leur aide, vous pouvez détecter certains symptômes de pathologie. Par exemple, la radiographie du crâne révèle des symptômes d'hypertension intracrânienne prolongée, l'écho-encéphalographie révèle l'hydrocéphalie et l'électroencéphalographie révèle une activité épileptique.

Plus d'informations sur la maladie peuvent être recueillies en utilisant l'IRM et la TDM du cerveau. Ces deux études sont utilisées pour détecter les changements morphologiques dans le cerveau (changements atrophiques, présence d'adhérences et de kystes) et la nature de l'hydrocéphalie. Ces méthodes sont également utilisées pour exclure les tumeurs, les hématomes et les abcès cérébraux. Le médecin reçoit des informations précises sur la pression intracrânienne par ponction lombaire.

Traitement de l'arachnoïdite

L'objectif principal du traitement médicamenteux de l'arachnoïdite est d'éliminer la source d'infection par des antibiotiques. L'administration d'antihistaminiques et de médicaments désensibilisants (diazoline, histaglobuline, diphenhydramine, suprastine, pipolfène, tavegil, chlorure de calcium) est indiquée. La pharmacothérapie prévoit également l'amélioration du métabolisme et de la circulation sanguine locale, ainsi que la normalisation de la pression intracrânienne.

Les patients qui ont une augmentation de la pression intracrânienne se voient montrer des diurétiques et des décongestionnants (furosémide, mannitol, glycérine, diacarbe). Des antiépileptiques (carbamazépine, finlepsine, keppra) sont utilisés pour éliminer le syndrome convulsif. Selon le témoignage, le médecin peut prescrire des médicaments des groupes de médicaments suivants:

  • absorbable (rumalon, lidase, pyrogène);
  • antiallergique (loratadine, tavegil, diazoline);
  • neuroprotecteurs et métabolites (mildronate, nootropil, ginkgo biloba);
  • psychotropes (tranquillisants, antidépresseurs, sédatifs).

Intervention chirurgicale

Si le traitement médicamenteux ne donne pas les résultats souhaités, le patient présente une hydrocéphalie occlusive ou une diminution progressive de la vision, le médecin décide d'une intervention chirurgicale. Pendant l'opération, les adhérences sont séparées et les kystes enlevés. Pour réduire les manifestations de l'hydrocéphalie, des opérations de manœuvre sont prescrites.

Le pronostic du patient est souvent favorable. Le plus grand danger ne peut être que l'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, qui est presque toujours accompagnée d'une hydrocéphalie occlusive. Avec des rechutes fréquentes de la maladie, des crises d'épilepsie et sa forme opto-chiasmale, le pronostic du travail pour le patient peut empirer.

Pronostic pour l'arachnoïdite

Dans la plupart des cas, les patients atteints d'arachnoïdite reçoivent un troisième groupe de handicaps. Cependant, s'ils ont une déficience visuelle sévère et ont souvent des crises d'épilepsie, ils peuvent se voir attribuer un deuxième groupe d'incapacité. Le premier groupe de handicaps comprend les patients atteints d'arachnoïdite opto-chiasmique, qui ont provoqué une cécité complète. Le travail avec transport, en hauteur, près d'un feu, dans des pièces bruyantes, dans des conditions climatiques défavorables, avec des substances toxiques est contre-indiqué pour les patients atteints d'arachnoïdite.

Comment se manifeste l'arachnoïdite: symptômes et traitement de la maladie

L'arachnoïdite appartient à la catégorie des inflammations séreuses, accompagnée d'un ralentissement de l'écoulement sanguin et d'une augmentation de la perméabilité des parois des capillaires. À la suite d'une telle inflammation, la partie liquide du sang pénètre à travers les parois dans les tissus mous environnants et y stagne..

L'œdème provoque une légère douleur et une légère augmentation de la température, affecte légèrement les fonctions de l'organe enflammé.

Le plus grand danger est une prolifération significative persistante du tissu conjonctif tout en ignorant la maladie ou l'absence de traitement. Ce dernier est à l'origine de graves perturbations du travail des organes.

Mécanisme de la maladie

L'arachnoïdite du cerveau ou de la moelle épinière est une inflammation séreuse d'une structure spéciale située entre la membrane supérieure dure et la couche profonde molle. Il a l'apparence d'une toile mince, pour laquelle il a reçu le nom de toile d'araignée. La structure est formée par le tissu conjonctif et forme une connexion si étroite avec la membrane molle du cerveau qu'elles sont considérées ensemble.

La membrane arachnoïdienne est séparée de l'espace sous-arachnoïdien mou contenant le liquide céphalorachidien. Il abrite les vaisseaux sanguins qui alimentent la structure.

En raison de cette structure, l'inflammation de l'arachnoïde n'est jamais locale et se propage à l'ensemble du système. L'infection arrive ici à travers une membrane dure ou molle..

L'inflammation avec arachnoïdite ressemble à un épaississement et une opacification de la membrane. Des adhérences se forment entre les vaisseaux et la structure de la toile d'araignée, ce qui interfère avec la circulation du liquide céphalorachidien. Au fil du temps, des kystes arachnoïdiens se forment..

L'arachnoïdite provoque une augmentation de la pression intracrânienne, ce qui provoque la formation d'hydrocéphalie par deux mécanismes:

  • écoulement insuffisant de liquide des ventricules du cerveau;
  • difficulté à absorber le liquide céphalo-rachidien à travers la membrane externe.

Symptômes de maladie

Ils sont une combinaison de signes d'un trouble cérébral avec certains symptômes indiquant la principale zone de dommages..

Avec tout type d'arachnoïdite, les troubles suivants sont présents:

  • maux de tête - généralement les plus intenses du matin, peuvent s'accompagner de vomissements et de nausées. Il peut être de nature locale et apparaître avec effort - effort, tentative de saut, mouvement infructueux, dans lequel il y a un soutien ferme sous les talons;
  • vertiges;
  • des troubles du sommeil sont souvent observés;
  • irritabilité, troubles de la mémoire, faiblesse générale, anxiété, etc..

Puisque la membrane arachnoïde s'enflamme, il est impossible de parler de la localisation de la maladie. Par arachnoïdite limitée, on entend des violations graves prononcées dans certaines zones dans le contexte d'une inflammation générale.

L'emplacement du foyer de la maladie détermine les symptômes suivants:

  • L'arachnoïdite convexitale fournit une prédominance des signes d'irritation cérébrale sur la fonctionnalité altérée. Cela se traduit par des convulsions convulsives similaires à celles des épileptiques;
  • lorsque l'œdème est localisé principalement dans la partie occipitale, la vision et l'ouïe sont réduites. Il y a une perte du champ de vision, tandis que l'état du fond indique une névrite optique;
  • la sensibilité aux changements climatiques est excessive, accompagnée de frissons ou de transpiration excessive. Parfois, il y a une augmentation de poids, parfois la soif;
  • l'arachnoïdite du pont d'angle cérébelleux s'accompagne de douleurs paroxystiques à l'arrière de la tête, de grondements dans les oreilles et de vertiges. Dans ce cas, l'équilibre est sensiblement perturbé;
  • avec une arachnoïdite de la citerne occipitale, des symptômes de lésions des nerfs faciaux apparaissent. Ce type de maladie se développe fortement et s'accompagne d'une augmentation marquée de la température..

Le traitement de la maladie n'est effectué qu'après avoir déterminé le site de l'inflammation et évalué les dommages..

Les causes de la maladie

L'inflammation et la formation ultérieure d'un kyste arachnoïdien sont associées à des lésions primaires, de propriété mécanique ou de nature infectieuse. Cependant, dans de nombreux cas, la cause profonde de l'inflammation est encore inconnue..

Les principaux facteurs sont les suivants:

  • infection aiguë ou chronique - pneumonie, inflammation des sinus maxillaires, amygdalite, méningite, etc.
  • intoxication chronique - empoisonnement à l'alcool, empoisonnement au plomb, etc.
  • blessures - l'arachnoïdite cérébrale post-traumatique est souvent le résultat de contusions vertébrales et de lésions cérébrales traumatiques, même fermées;
  • occasionnellement, perturbation endocrinienne.

Types de maladies

Lors du diagnostic d'une maladie, plusieurs méthodes de classification sont utilisées, associées à la localisation et à l'évolution de la maladie..

Cours d'inflammation

Dans la plupart des cas, le trouble n'entraîne pas l'apparition de douleurs aiguës ou une augmentation de la température, ce qui complique le diagnostic et est la cause de la consultation médicale intempestive. Mais il y a des exceptions.

  • Évolution aiguë - observée, par exemple, avec une arachnoïdite d'un grand réservoir, accompagnée de vomissements, de fièvre et de maux de tête sévères. Une telle inflammation peut être guérie sans conséquences..
  • Subaiguë - observée le plus souvent. Dans ce cas, les symptômes bénins d'un trouble général sont combinés - étourdissements, insomnie, faiblesse et signes de suppression de la fonctionnalité de certaines parties du cerveau - audition, vision, équilibre, etc..
  • Chronique - en ignorant la maladie, l'inflammation passe rapidement au stade chronique. Dans le même temps, les signes de troubles cérébraux se stabilisent et les symptômes associés au foyer de la maladie s'intensifient progressivement.

Localisation de l'arachnoïdite

Toutes les maladies de ce type sont divisées en deux groupes principaux - l'arachnoïdite cérébrale, c'est-à-dire l'inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau et l'inflammation vertébrale de la membrane de la moelle épinière. Selon la localisation des maladies cérébrales, elles sont divisées en convexitales et basales.

Étant donné que le traitement implique l'impact principalement sur les zones les plus touchées, la classification associée à la zone de dommages les plus importants est plus détaillée..

  • L'arachnoïdite cérébrale est localisée à la base, sur une surface convexe, également dans la fosse crânienne postérieure. Les symptômes combinent les signes d'un trouble général et de lésions liées à l'inflammation..
  • Avec l'arachnoïdite convexitale, la surface des hémisphères cérébraux et du gyrus est affectée. Étant donné que ces zones sont associées à des fonctions motrices et sensibles, la pression du kyste résultant entraîne une violation de la sensibilité de la peau: soit émoussée, soit une exacerbation sévère et une réaction douloureuse à l'action du froid et de la chaleur. L'irritation dans ces zones entraîne des crises d'épilepsie..
  • L'arachnoïdite cérébrale adhésive est diagnostiquée extrêmement difficile. En raison du manque de localisation, seuls des symptômes généraux sont observés et ils sont inhérents à de nombreuses maladies.
  • L'arachnoïdite à opto-chiasme fait référence à une inflammation de la base. Son signe le plus caractéristique dans le contexte des symptômes cérébraux est une diminution de la vision. La maladie se développe lentement, elle se caractérise par une alternance de lésions oculaires: la vision diminue en raison de la compression du nerf optique lors de la formation d'adhérences. Dans le diagnostic de cette forme de la maladie, un examen du fond d'œil et du champ visuel est très important. Il y a une dépendance du degré de violation avec les stades de la maladie.
  • L'inflammation de la toile d'araignée de la fosse crânienne postérieure est une forme étendue de la maladie. Sa forme aiguë est caractérisée par une augmentation de la pression intracrânienne, c'est-à-dire des maux de tête, des vomissements, des nausées. Dans le cours subaigu, ces symptômes sont atténués et les troubles de l'appareil vestibulaire et les mouvements synchrones sont mis en premier lieu. Par exemple, le patient perd l'équilibre lorsqu'il rejette la tête en arrière. Lors de la marche, les mouvements des jambes ne sont pas synchronisés avec le mouvement et l'angle du torse, ce qui forme une démarche inégale spécifique.

L'arachnoïdite kystique dans cette zone présente différents symptômes, selon la nature des adhérences. Si la pression n'augmente pas, la maladie peut durer des années, se manifestant par une perte temporaire de synchronisation ou un équilibre qui se détériore progressivement.

La pire conséquence de l'arachnoïdite est une thrombose ou une obstruction sévère dans la zone endommagée, ce qui peut entraîner des troubles circulatoires étendus et une ischémie cérébrale.

Ischémie cérébrale.

L'arachnoïdite vertébrale est classée par type - kystique, adhésive et adhésive-kystique.

  • L'adhésif se produit souvent sans aucun symptôme persistant. On peut noter une névralgie intercostale, une sciatique et similaires..
  • L'arachnoïdite kystique provoque de graves maux de dos, généralement d'un côté, qui captent ensuite l'autre côté. Le mouvement est difficile.
  • L'arachnoïdite kystique-adhésive se manifeste par une perte de sensibilité cutanée et des difficultés de mouvement. L'évolution de la maladie est très diverse et nécessite un diagnostic minutieux.

Diagnostic de la maladie

Même les symptômes les plus graves de l'arachnoïdite - étourdissements, attaques de maux de tête, accompagnés de nausées et de vomissements, ne provoquent souvent pas suffisamment d'anxiété chez les patients. Les attaques se produisent de 1 à 4 fois par mois, et seules les plus graves durent assez longtemps pour enfin attirer l'attention du patient sur lui-même.

Étant donné que les signes de la maladie coïncident avec un grand nombre d'autres troubles cérébraux, afin de poser un diagnostic correct, il est nécessaire de recourir à un certain nombre de méthodes de recherche. Un neurologue les nomme.

  • Examen ophtalmologique - l'arachnoïdite opto-chiasmatique est l'un des types les plus courants de la maladie. Chez 50% des patients présentant une inflammation de la fosse crânienne postérieure, la congestion du nerf optique est fixe.
  • IRM - la fiabilité de la méthode atteint 99%. L'IRM vous permet de déterminer le degré de changement dans la membrane arachnoïdienne, de fixer l'emplacement du kyste et d'exclure également d'autres maladies qui présentent des symptômes similaires - tumeurs, abcès.
  • Radiographie - avec son aide pour détecter l'hypertension intracrânienne.
  • Un test sanguin - il est nécessaire d'établir l'absence ou la présence d'infections, d'états d'immunodéficience et d'autres choses. Ainsi, la cause profonde de l'arachnoïdite est déterminée.

Ce n'est qu'après un examen qu'un spécialiste, et peut-être aucun, prescrit un traitement approprié. Le cours nécessite généralement une répétition dans 4 à 5 mois.

Traitement

Le traitement de l'inflammation de la membrane cérébrale s'effectue en plusieurs étapes..

  • Tout d'abord, il est nécessaire d'éliminer la maladie primaire - sinusite, méningite. Ils utilisent des antibiotiques, des antihistaminiques et des agents désensibilisants - la diphenhydramine, par exemple, ou la diazoline.
  • Au deuxième stade, des agents absorbables sont prescrits pour aider à normaliser la pression intracrânienne et à améliorer le métabolisme cérébral. Il peut s'agir de stimulants biologiques et de préparations d'iode - iodure de potassium. La lidase et le pyrogène sont utilisés comme injections..
  • Les décongestionnants et les diurétiques sont utilisés - furasémide, glycérine, qui empêchent l'accumulation de liquide.
  • Si des crises convulsives sont observées, des médicaments antiépileptiques sont prescrits..

Avec l'arachnoïdite kystique-adhésive, si la circulation du liquide céphalorachidien est très difficile et qu'un traitement conservateur ne donne pas de résultats, une neurochirurgie est réalisée pour éliminer les adhérences et les kystes.

L'arachnoïdite est traitée avec succès et, lorsqu'elle est consultée avec un médecin en temps opportun, en particulier au stade de l'inflammation aiguë, disparaît sans conséquences. En ce qui concerne la vie, le pronostic est presque toujours favorable. Avec la transition de la maladie dans un état chronique avec des rechutes fréquentes, la capacité de travail se détériore, ce qui nécessite un transfert vers un travail plus facile.

Arachnoïdite cérébrale, symptômes et conséquences d'une maladie insidieuse

Les maladies du cerveau sont considérées comme l'une des maladies les plus graves et les plus dangereuses. Ils entraînent souvent une invalidité et la mort. L'apparition de maux de tête, de léthargie, de somnolence, de nausées, de convulsions peut servir de signal de lésions cérébrales. Souvent, ces symptômes apparaissent avec une arachnoïdite..

L'arachnoïdite cérébrale est un processus inflammatoire de la membrane arachnoïdienne (arachnoïde) du cerveau. L'inflammation passe par le type séreux et se caractérise par une violation de la circulation sanguine, de la lymphe et du liquide céphalorachidien.

Pathogenèse de la maladie

La médullaire arachnoïde est formée de tissu conjonctif. C'est comme une mince toile étroitement attachée à la coquille molle du cerveau, ils sont donc souvent considérés comme un seul. Entre ces membranes, il y a un espace sous-arachnoïdien rempli de liquide céphalo-rachidien et de vaisseaux sanguins qui alimentent toute la structure.

Par conséquent, l'inflammation n'est pas locale. L'infection dans la membrane arachnoïdienne peut provenir d'une membrane dure ou molle. Lorsque l'infection se produit, un épaississement et une opacification de l'arachnoïde se produisent. Des adhérences se forment entre lui et les vaisseaux sanguins, ce qui interfère avec la circulation normale du liquide céphalorachidien. Au fil du temps, des kystes se forment ici. Un tel processus pathologique entraîne une augmentation de la pression intracrânienne et la formation d'hydrocéphalie.

La variante auto-immune de la survenue d'une arachnoïdite suggère la possibilité de produire des anticorps qui ont un effet déprimant sur la membrane arachnoïdienne. Une telle inflammation peut se produire localement, uniquement dans cette coquille du cerveau. C'est ce qu'on appelle une véritable arachnoïdite..

Étiologie de la maladie

Les causes exactes de l'arachnoïdite n'ont pas été établies. Selon des observations pratiques, plusieurs groupes de facteurs prédisposants ont été identifiés pouvant conduire à une inflammation de l'arachnoïde.

Les principaux facteurs sont:

  • Maladies infectieuses aiguës ou infection chronique: sinusite, amygdalite, pneumonie, méningite, infection à cytomégalovirus, grippe et autres.
  • Lésions cérébrales traumatiques et lésions de la colonne vertébrale (arachnoïdite post-traumatique).
  • Ostéomyélite.
  • Tumeurs malignes.
  • Épilepsie.
  • Troubles endocriniens.
  • Intoxication prolongée du corps: empoisonnement aux métaux lourds, alcool, etc..

Manifestations cliniques de l'arachnoïdite et de ses types

L'arachnoïdite est classée en plusieurs catégories.

I. Selon la localisation du processus pathologique, les types de maladies suivants sont distingués:

  • Arachnoïdite cérébrale. Il a ses sous-espèces: arachnoïdite convexitale, arachnoïdite basale, type opto-chiasmal, arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure.
  • Vue vertébrale.

II. Selon les changements morphologiques et la pathogenèse:

  • Arachnoïdite adhésive.
  • Type kystique adhésif.
  • Arachnoïdite kystique.

III. Avec le flux:

  • Évolution aiguë de la maladie.
  • Cours subaigu.
  • Cours chronique.

Le tableau clinique de l'arachnoïdite ne se déroule pas immédiatement. À partir du moment de la maladie infectieuse, plusieurs mois, voire un an peuvent s'écouler. Une arachnoïdite cérébrale post-traumatique peut survenir même après 2 ans. Le début du processus inflammatoire progresse continuellement avec des périodes alternées d'exacerbation et de rémission.

En raison du fait que la maladie se développe progressivement, la manifestation de symptômes cliniques est de nature subaiguë et peut aller dans une évolution chronique. Après que l'infection pénètre dans l'arachnoïde après un certain temps, les symptômes de l'asthénie et de la neurasthénie commencent progressivement à se manifester: faiblesse croissante, troubles du sommeil, fatigue, irritabilité accrue, instabilité émotionnelle: poussées de colère, alternant larmoiement ou joie inattendue, une timidité est notée.

Dans le contexte de tels symptômes, des crises d'épilepsie peuvent apparaître. Avec la progression ultérieure de la maladie, des symptômes cérébraux et focaux généraux caractéristiques de l'arachnoïdite cérébrale apparaissent.

Symptômes cérébraux généraux

La manifestation de symptômes cérébraux est associée à une altération des mouvements et à l'écoulement du liquide céphalorachidien. Chez la plupart des personnes malades, l'arachnoïdite cérébrale du cerveau se manifeste par les symptômes suivants. Graves maux de tête d'une nature éclatante. Le syndrome douloureux est plus prononcé le matin, aggravé par l'effort physique, la toux et les efforts.

Douleur des globes oculaires pendant leur mouvement. Il y a une sensation de pression sur les yeux. À mesure que la pression intracrânienne augmente, le symptôme se manifeste plus fortement. Des nausées et des vomissements apparaissent. Souvent, les patients se plaignent d'acouphènes, leur audition est réduite. Vertiges.

Excitabilité sensorielle pathologique (sensibilité aux sons durs, lumière vive, bruits divers). Troubles du système nerveux autonome: tension artérielle instable, palpitations, douleurs cardiaques, pâleur ou hyperémie cutanée, transpiration excessive, etc. Crises végétatives fréquentes.

Dans la plupart des cas, le cours de l'arachnoïdite est caractérisé par la manifestation de crises aiguës de mouvement perturbé du liquide céphalo-rachidien. Cette condition s'accompagne d'une forte augmentation de tous les symptômes cérébraux. De 1 à 4 ou plus de ces crises de détérioration peuvent survenir par mois.

Les symptômes focaux de l'inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau, contrairement aux symptômes cérébraux, peuvent être différents. Cela dépend du type et de la localisation du processus inflammatoire..

Avec le type convexital de la maladie, l'inflammation affecte le gyrus du cerveau et du cortex cérébral. Il se caractérise par une violation de la sensibilité tactile (augmentation ou absence complète). Une telle arachnoïdite est plus caractérisée par l'apparition de crises d'épilepsie caractérisées par un polymorphisme (une variété de manifestations et de gravité des crises).

Le type d'inflammation basale affecte la base du cerveau. Chez ces patients, une distraction, des troubles de la mémoire sont observés, les performances mentales diminuent et la vision se détériore. Une manifestation typique de l'arachnoïdite opto-chiasmique est une diminution de la vision et un rétrécissement des champs visuels de nature bilatérale ou unilatérale. L'atrophie des nerfs optiques peut conduire à la cécité.

Dans le processus inflammatoire dans la région de la fosse crânienne postérieure du cerveau, des maux de tête intenses avec une intensification périodique sont observés. Une pression intracrânienne élevée joue ici un rôle important. Avec exacerbation, des nausées et des vomissements sont également observés. Ce type d'inflammation entraîne une inhibition des fonctions du cervelet..

La conséquence en est une violation de la coordination des mouvements, une léthargie musculaire. L'audition est également réduite en raison de dommages au nerf auditif; des dommages au nerf facial peuvent être observés. La stagnation du fond d'œil entraîne une déficience visuelle, un nystagmus est noté. Dans les cas graves, une violation bilatérale de l'activité motrice des bras et des jambes se produit..

L'arachnoïdite rachidienne se caractérise par des dommages à la moelle épinière et se manifeste par une faiblesse croissante, des douleurs aux extrémités supérieures et inférieures. Aucun mal de tête avec ce type de maladie n'est observé.

Diagnostique

Le développement progressif des symptômes complique le diagnostic de la maladie. Les symptômes apparaissent rarement au début de la maladie, les patients doivent donc consulter un médecin tardivement lorsque les symptômes augmentent et augmentent..

La difficulté de diagnostiquer l'arachnoïdite réside également dans la différenciation des autres maladies caractérisées par des symptômes similaires. Pour poser un diagnostic précis, il est nécessaire de prendre un certain nombre de mesures:

  • Antécédents médicaux: traumatismes crâniens, maladies infectieuses graves, etc..
  • Examen du patient.
  • L'imagerie par résonance magnétique est la méthode de diagnostic instrumentale la plus fiable. Il permet d'identifier le foyer de l'inflammation et de se différencier d'autres maladies aux manifestations cliniques similaires. Le processus adhésif et les kystes sont révélés.
  • La radiographie est réalisée pour détecter l'hypertension intracrânienne..
  • Examen obligatoire du fond d'œil et du champ visuel par un ophtalmologiste.
  • L'inspection de l'oto-rhino-laryngologiste est réalisée avec une perte auditive. Effectuer l'audiométrie.
  • La ponction lombaire vous permet de définir les dimensions exactes de la pression intracrânienne.
  • Les résultats de l'analyse du liquide céphalo-rachidien ont révélé une augmentation de la quantité de protéines et de neurotransmetteurs.
  • Un test sanguin révèle des signes d'inflammation et un processus infectieux.
  • L'échoencéphalographie révèle une hydrocéphalie.

Ce n'est qu'après un examen complet que le médecin peut poser le bon diagnostic.

Traitement

La sévérité de l'évolution clinique et la localisation du processus pathologique dépendent de la méthode de traitement, des médicaments ou de la méthode chirurgicale. La chirurgie est réalisée dans les cas suivants:

  • Arachnoïdite de type opto-chiasmal.
  • Arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure.
  • Avec l'hydrocéphalie, le shunt est effectué pour créer des voies pour l'écoulement du liquide céphalo-rachidien.

Avec l'aide de l'opération, il est possible de restaurer le passage des voies du liquide céphalo-rachidien, vous pouvez retirer les kystes et déconnecter les adhérences. Avec une diminution significative de l'acuité visuelle, des électrodes sont implantées pour stimuler les nerfs optiques..

Traitement médicamenteux:

  • Thérapie antibactérienne contre une infection spécifique. Des antibiotiques du groupe des pénicillines, céphalosporines, etc. sont prescrits, ils sont administrés par voie intramusculaire, intraveineuse, ainsi que dans les ganglions lymphatiques cervicaux postérieurs (voie d'administration endolymphatique). Les foyers chroniques d'infection sont désinfectés avec des antibiotiques.
  • Thérapie anti-inflammatoire. Elle consiste en la nomination de corticostéroïdes: prednisone, dexaméthasone, etc. Ils sont efficaces dans la nature infectieuse et allergique des lésions cérébrales..
  • Un traitement de déshydratation est effectué pour réduire la pression intracrânienne. Les diurétiques sont prescrits: diacarbe, mannitol, furosémide, etc..
  • Les antiépileptiques sont prescrits pour les syndromes convulsifs: finlepsine, carbamazépine, etc..
  • Neuroprotecteurs et médicaments pour améliorer les processus métaboliques: Actovegin, Piracetam, Mildronate, iode, Lidase, etc..
  • Médicaments psychitropes: antidépresseurs, tranquillisants.
  • Des médicaments vasodilatateurs sont prescrits pour améliorer la circulation cérébrale: Cavinton, Vinpocetine, Cerebrolysin, etc..
  • Thérapie antihistaminique: Diazolin, Tavegil, etc..
  • Une ponction lombaire est réalisée pour réduire la pression intracrânienne.
  • La thérapie vitaminique est prescrite pour augmenter la force interne du corps..
  • Traitement antioxydant autorisé.

La maladie est assez grave. Le traitement est effectué en milieu hospitalier. Le traitement avec des remèdes populaires dans ce cas est inefficace.

Les conséquences de l'arachnoïdite

Un traitement rapide et approprié donne un pronostic favorable, une guérison complète sans conséquences est possible. Dans certains cas, l'invalidité continue, la vision est altérée, les crises d'épilepsie persistent. Dans de tels cas, un groupe de personnes handicapées peut être créé:

  • Le groupe d'invalidité 3 est créé lorsqu'il est impossible de poursuivre ses activités antérieures, une transition vers un travail plus facile est effectuée.
  • Le groupe 2 est établi pour les personnes qui ont persisté à des crises d'épilepsie ou une diminution de la vision est observée en dessous de 0,04 dioptrie.
  • Le groupe 1 est établi avec une cécité complète.

En plus de ces conséquences, les personnes qui ont souffert d'arachnoïdite cérébrale et vertébrale sont identifiées avec certaines contre-indications: travail sur le transport, travail en hauteur, exposition prolongée au froid et au chaud, travail avec des substances toxiques, travail par vibration.

Arachnoïdite du cerveau, la maladie est grave, mais traitable. La chose la plus importante est de consulter un médecin à temps. Un traitement approprié conduira à une guérison complète..

Arachnoïdite cérébrale: causes, types, symptômes, traitement, pronostics

L'arachnoïdite est une inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau et de la moelle épinière. Le but fonctionnel de l'arachnoïde est l'approvisionnement de la partie molle de la membrane cérébrale en liquide céphalorachidien et la compensation de la pression sur le cerveau de la partie solide du cerveau.

Causes de l'arachnoïdite cérébrale

Les enfants et les personnes de moins de 40 ans sont des patients diagnostiqués avec une arachnoïdite. La faiblesse du corps contribue à l'inflammation séreuse de l'arachnoïde du cerveau.

Travailler à basse température, dans des usines chimiques avec des substances toxiques, un manque de vitamines et de soleil, une dépendance à l'alcool prédispose à la maladie. La combinaison de facteurs d'origine différente affecte le développement du processus pathologique.

La pathogenèse de l'arachnoïdite

Classification des causes de l'arachnoïdite:

  • allergique
  • infectieux
  • traumatique;
  • oncologique.

De plus, distinguer entre vrai et résiduel (sous forme de complications).

Infection bactérienne des foyers chroniques près du cerveau (amygdalite, otite moyenne, parodontite, sphénoïdite chronique), les complications des infections transmises des membranes provoquent une inflammation du tissu conjonctif.

Des ecchymoses, des commotions cérébrales perturbent la structure de la partie en toile d'araignée, provoquent un processus pathologique. Les néoplasmes (bénins et malins) détruisent les cellules du cerveau, ce qui se manifeste par une violation de la circulation du liquide céphalorachidien.

La véritable arachnoïdite est une réaction allergique du corps au transport du liquide céphalorachidien. L'attaque auto-immune s'accompagne d'une réponse: épaississement et adhérence des membranes. La fréquence des manifestations ne dépasse pas quelques pour cent.

Toutes les autres causes provoquent la forme résiduelle du processus pathologique..

Les symptômes de l'arachnoïdite

La violation de la fonction circulante des membranes entraîne l'accumulation de liquide céphalorachidien dans le ventricule, la formation de kystes. De tels phénomènes provoquent une augmentation de la pression intracrânienne et les symptômes correspondants:

  • maux de tête avec nausées et vomissements;
  • troubles végétatifs-vasculaires;
  • violation de la fonction du nerf optique;
  • fatigue
  • vertiges;
  • crampes.

La violation de l'apport de liquide céphalo-rachidien ne se produit pas immédiatement, avec un retard dans le temps, par exemple:

  • après une infection virale - après quelques mois;
  • après TBI - dans un an et demi.

Selon la localisation du foyer de la pathologie dans le cortex cérébral, les manifestations de la maladie ont des caractéristiques particulières:

  • troubles de la sensibilité et de la mobilité des membres;
  • convulsions convulsives, y compris épileptiques;
  • inflammation des nerfs optiques, auditifs et faciaux;
  • déficience de mémoire;
  • altération de la coordination des mouvements.

L'enflure du tissu cérébral peut bloquer la régulation neuro-sympathique du corps, ce qui entraînera un arrêt respiratoire et des palpitations.

Diagnostic de l'arachnoïdite

Le diagnostic en cas de suspicion de dommages à l'arachnoïde est effectué dans un hôpital par radiographie, tomodensitométrie, IRM, EEG.

Signes diagnostiques de l'arachnoïdite cérébrale

Lors de l'examen, l'attention est attirée sur la relation entre les maladies infectieuses (grippe, rougeole), l'inflammation des méninges, les lésions de la tête et de la moelle épinière et les signes neurologiques.

Le diagnostic des symptômes de l'arachanoïdite détermine:

  • la présence de pression intracrânienne (rayons X);
  • la valeur de la pression intracrânienne (apport de liquide céphalorachidien);
  • la présence de kystes et d'adhérences (CT et IRM);
  • hydrocéphalie (échoélectrographie).

La teneur accrue en protéines, cellules et sérotonine dans le liquide céphalorachidien permet de distinguer cette pathologie des autres maladies neurologiques.

Symptômes différentiels de la maladie

Les foyers d'inflammation aranchoïde ont leurs propres symptômes qui peuvent être détectés par examen.

Arachnoïdite convexiale (basée sur l'EEG):

  • excitabilité accrue du cortex cérébral;
  • crises d'épilepsie.

Le rétrécissement du champ de vision est caractéristique des patients présentant des dommages à la couche basale. L'arachnoïdite basale est diagnostiquée après examen par un ophtalmologiste qui révèle un œdème et une compression du tissu cérébral dans la région du nerf optique.

L'oto-rhino-laryngologiste détermine le degré de lésion du nerf auditif (perte auditive, bruit dans les gorges), ce qui est typique de la pathologie de la fosse crânienne postérieure.

Symptômes des différentes étapes

Avec une véritable arachnoïdite, les lésions des méninges sont diffuses et n'ont donc pas de manifestations manifestes. Les conséquences de la neuroinfection, du traumatisme, de l'oncologie, de la localisation, se déroulent sous une forme plus sévère.

Le développement de la maladie peut avoir lieu selon l'une des trois options:

Signes d'un cours aigu:

  • vomissement
  • Forts maux de tête;
  • Température.
  • la faiblesse;
  • insomnie;
  • perte d'audition et de vision;
  • manque de coordination;
  • vertiges;
  • violation de la sensibilité cutanée des membres.

L'évolution chronique s'exprime par le renforcement de tous les symptômes:

  • l'apparition de crises et de crises;
  • surdité;
  • cécité;
  • affaiblissement des capacités mentales;
  • paralysie et parésie.

Le plus souvent, la maladie se présente sous une forme subaiguë avec une transition vers une maladie chronique. Les maux de tête ont divers symptômes: le matin, aggravé par le stress, résultant d'un rebond avec atterrissage dur (sur les talons). De plus, les étourdissements, l'affaiblissement de la mémoire, l'attention, l'insomnie, l'irritabilité et la faiblesse sont symptomatiques.

Types d'arachnoïdite et leurs symptômes

Selon la localisation du foyer inflammatoire, l'arachnoïdite est divisée en plusieurs types.

L'arachnoïdite cérébrale est une inflammation de la membrane arachnoïdienne et de la couche corticale des hémisphères cérébraux. Selon l'emplacement, il est convexe ou basal. Il se caractérise par une forte augmentation de la pression intracrânienne, en particulier après une fatigue mentale, un effort physique, une exposition au froid. Accompagné de crises d'épilepsie, troubles de la mémoire.

L'arachnoïdite cérébrale post-traumatique provoque la formation d'adhérences et de kystes dans la couche basale. La compression et la malnutrition du nerf optique et auditif provoquent leur atrophie, ce qui entraîne une diminution de l'acuité visuelle et un rétrécissement du champ visuel, le développement d'une perte auditive. La sinusite, l'amygdalite, la syphilis peuvent provoquer une arachnoïdite opto-chiasmale.

La sphénoïdite chronique (inflammation de la membrane muqueuse du sinus nasal) est un foyer d'infection situé à côté du nerf optique. Cette maladie est difficile à diagnostiquer, provoquant souvent une inflammation des méninges.

  • Spinal

Les lésions traumatiques de la colonne vertébrale, ainsi que les foyers purulents (furonculose, abcès) entraînent une inflammation de la membrane arachnoïdienne de la moelle épinière. Lieux de défaite - poitrine, lombaire, sacré. La compression des processus nerveux s'accompagne de douleurs, d'une diminution de la conduction, de troubles circulatoires des membres.

L'arachnoïdite adhésive signifie la survenue de nombreuses adhérences dues à une inflammation purulente du tissu cérébral. La circulation du liquide céphalorachidien est altérée, l'hydrocéphalie se développe. Maux de tête au réveil avec nausées et vomissements, oppression de la fonction visuelle, somnolence constante, apathie - signes caractéristiques d'un processus adhésif.

L'arachnoïdite kystique est la formation de cavités remplies de liquide céphalorachidien, modifiant la structure du cerveau en raison de la compression des tissus voisins. Une pression constante sur la coquille dure du cerveau provoque des maux de tête persistants et éclatants.La plupart du temps, la cause des formations kystiques est une commotion cérébrale. Les conséquences se manifestent sous la forme de convulsions convulsives sans perte de conscience, démarche instable, nystagmus (mouvements oculaires involontaires).

L'arachnoïdite kystique-adhésive est caractérisée par la formation de régions kystiques dans la membrane d'adhésion. À la suite d'un processus destructeur constant, les éléments suivants sont observés:

  • maux de tête avec concentration;
  • Vertiges
  • évanouissement
  • sensibilité aux intempéries;
  • Troubles métaboliques;
  • changements dans la sensibilité de la peau;
  • crises d'épilepsie.

En conséquence, l'épuisement nerveux se développe, un état dépressif.

Complications et conséquences de l'arachnoïdite

Le processus pathologique conduit au développement d'une hydropisie cérébrale, à une augmentation de la pression intracrânienne. En conséquence, le système végétatif-vasculaire, l'appareil vestibulaire, le nerf optique et auditif souffrent et l'épilepsie se développe..

  • différences de pression artérielle;
  • picotements et brûlures au bout des doigts;
  • hypersensibilité cutanée.
  • la claudication intermittente;
  • instabilité sur une jambe;
  • tomber à l'atterrissage sur le talon;
  • incapacité à connecter les doigts avec le bout du nez.

Nystagmus, diminution de la vision jusqu'à la cécité, perte auditive - complications de l'arachnoïdite.

Une capacité réduite à travailler est la principale conséquence de l'arachnoïdite cérébrale. En fonction de la gravité de la maladie, le patient devient soit partiellement limité dans ses performances, soit complètement handicapé. Un PCI élevé à un niveau constant peut entraîner la mort du patient.

Traitement de l'arachnoïdite

Le traitement de l'arachnoïdite du cerveau est effectué de manière globale:

  • thérapie pour la cause de l'inflammation;
  • dissolution des adhérences;
  • diminution de la pression intracrânienne;
  • suppression de l'excitabilité convulsive;
  • traitement des troubles mentaux et nerveux.

Pour supprimer les foyers d'infection, y compris la neuroinfection, des agents thérapeutiques sous forme de médicaments antibactériens sont utilisés. Avec une forme diffuse, des médicaments antiallergiques et des glucocorticoïdes sont prescrits.

Les médicaments absorbables contribuent à la normalisation de l'équilibre du liquide céphalorachidien dans le cerveau et la moelle épinière. Les diurétiques sont utilisés pour réduire la pression..

Le traitement anticonvulsivant vise à inhiber les centres moteurs avec des méthodes médicales. Les neuroprotecteurs sont prescrits pour restaurer la conduction nerveuse..

Tous les types d'arachnoïdite nécessitent un traitement à long terme..

L'intervention chirurgicale est utilisée en cas de menace de cécité et de la vie du patient. Il vise à assurer l'écoulement du liquide céphalorachidien. Pour cela, la dissection des adhérences, le shunt (retrait du liquide céphalorachidien au-delà des limites du crâne), l'ablation des kystes sont utilisés.

Prévention de l'arachnoïdite

Un diagnostic rapide de l'arachnoïdite avec les premiers symptômes d'anomalies neurologiques empêchera le développement de la maladie. Examen après maladies infectieuses, des lésions cérébrales doivent être réalisées si des maux de tête apparaissent avec le temps. Les foyers d'infection, particulièrement purulents, doivent être traités jusqu'à guérison complète, empêchant leur chronicité.

Il Est Important D'Être Conscient De Vascularite